Écriture et nourriture : les inscriptions au réfectoire

Lieu de nourriture, lieu de lecture, le réfectoire est aussi lieu d’écriture, où les moines sont interpellés par les arts visuels et graphiques. C’est ce qu’ont montré trois communications du Congrès International de Leeds (4-7 juillet 2016), qui prenaient place au sein des sessions organisées par le CESCM sur la thématique « réfectoires monastiques et la nourriture spirituelle » (le thème général du congrès étant cette année : Nourriture, Fête, Famine). L’ensemble des interventions est consultable sur les carnets du CESCM.

Une opportunité pour explorer ce lieu au cœur de la vie communautaire, où les moines se rassemblent, nourrissent leurs corps mais aussi leurs âmes. Comment les cloches, les lectures, les prières, le silence, les décors (peintures murales, sculptures, inscriptions) et le rituel s’articulent pour sanctifier le repas monastique ? Quels sont les liens entre la salle à manger commune et l’église, la place de la célébration eucharistique et la préfiguration du banquet céleste ? Comment chaque ordre monastique conçoit-il cet espace ? Est-ce que les relations entre le repas commun et la nourriture spirituelle dans la vie monastique ont des échos dans la vie des chanoines, la société laïque, la chevalerie ?

Sasha Gorjeltchan (Université de Toronto) a porté son regard sur le cloître de l’abbaye bénédictine de Saint-Aubin à Angers en creusant les relations entre nourriture spirituelle et herméneutique de l’espace.

36a
Portail de l’ancien réfectoire de Saint-Aubin à Angers

Du superbe programme sculpté qui ornait le cloître du XIIe siècle, les vestiges du portail du réfectoire sont les plus énigmatiques. Vices et vertus, chœurs célestes, bêtes dévorantes, allégories du salut peuplent les archivoltes : ils présentent une argumentation poético-visuelle complexe sur la nourriture, le péché, l’Apocalypse et le repentir. Envisageant l’acte de manger comme un acte de vulnérabilité, l’étude a montré les liens entre les aspects somatiques et l’expérience exégétique, dans un espace monastique plus vaste et face aux idéaux cénobitiques de la communauté. La construction du cloître a coïncidé avec une redéfinition générale de la sainteté à Angers et la promotion d’une vie érémitique. Vers 1153, c’est-à-dire peu après la fin de la construction du nouveau cloître, fut rédigée la Vita de saint Girard : des altercations violentes avec des adversaires (monastiques et démoniaques) y alternent avec des expériences visionnaires miraculeuses des sphères Terrestres et Divines, que l’on trouve sculptées et peintes au réfectoire et sur les portails. L’écriture et les conditions de lecture du Vita étaient inextricablement « mises en espace » dans le cloître, par l’organisation collective d’une expérience phénoménologique fondée sur une exégèse des repas spirituels et physiques. Comprendre la sculpture de cloître de Saint-Aubin comme mise en scène d’une identité monastique idéale incarnée par saint Girard permet de réévaluer le portail comme une étape dans un voyage physique du réfectoire au chapitre et dans le voyage spirituel de la lutte au salut, du péché au rachat, et du cénobitisme du XIe siècle aux nouvelles catégories de sainteté.

Wilfried Keil (Université d’Heidelberg) a exploré la matière épigraphique des réfectoires du Saint-Empire romain germanique. Peu d’inscriptions sont conservées, pour des raisons diverses (reconstruction, usage profane après la sécularisation, réforme bénédictine etc.). Certaines sont pourtant parvenues jusqu’à nous ou ont été transmises par des dessins. Durant le repas, les moines et moniales ne faisaient pas que recevoir une nourriture spirituelle grâce aux lectures, ils pouvaient aussi la voir et peut-être la lire. Avant même d’entrer au réfectoire, les inscriptions au portail attiraient l’attention, comme à l’abbaye de Rothenkirchen, les cloches portaient des textes appelant à manger et boire. Une cloche de petite dimension, d’origine germanique et datant probablement du XIIIe siècle, a ainsi été récemment acquise par les Cloisters – Metropolitan Museum of Art à New York, portant le texte : tinnio pransuris cenaturis bibituris. L’étude a ainsi présenté un hypothétique réfectoire médiéval, reconstruit à partir des artefacts portant des inscriptions encore conservées aujourd’hui, provenant de monastères différents.

Le décor des fables d’Ésope peintes dans le réfectoire de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), a été présenté par Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM, Poitiers). Après l’incendie qui détruisit l’abbaye en 1026, les moines décidèrent de peindre 13 fables, comme le rapporte André de Fleury dans la Vita Gauzlini. Le Miracle des Pains et des Poissons, la Crucifixion, le Christ en Majesté, le Dernier Repas étaient les représentations les plus communes des réfectoires médiévaux. Pourquoi les moines de Fleury choisissent-ils de peindre des fables ? Ces textes qui sont en réalité une prolepse dans le manuscrit – car ils n’ont pas été réalisés sous l’abbatiat de Gauzlin mais de son successeur, Arnaud – montrent un travail poétique en vers réciproques et distiques élégiaques. Les inscriptions ne donnent que la morale tandis que l’histoire était racontée par l’image. Au Moyen Âge, les textes ésopiques étaient utilisés dans le cadre scolaire, pour la lecture, mais aussi comme un outil pédagogique pour déchiffrer le monde : ce procédé d’extraction de la morale et du sens allégorique de l’histoire – comme dans la Bible – était commun. Ainsi, les 26 vers peints brossaient le portrait de l’homme bon et de l’homme mauvais. Grâce à leur capacité à entraîner les jeunes élèves tout comme les vieux moines à différencier vices et vertus, les fables approchaient le statut de la théologie. C’est pourquoi elles pouvaient trouver place au réfectoire, espace souvent comparé à l’église. Éléments de méditation, elles éloignaient l’esprit du plaisir de la nourriture pour l’élever vers la ruminatio spirituelle.

Peintes sur l’enduit des murs, sculptées sur un portail, moulées sur une cloche, les inscriptions du réfectoire ont des supports et des contenus variés ; toutefois, elles ont la même résonance, par leur invitation constante à dépasser les nourritures terrestres, les besoins du corps, pour atteindre et anticiper les nourritures célestes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *