Par-delà les frontières : Les inscriptions comme témoins des échanges culturels (Düsseldorf, 12-14 octobre)

Le 14e colloque international d’épigraphie médiévale et moderne, organisé par les académies allemandes, s’est tenu à Düsseldorf les 12, 13 et 14 octobre sur le thème : « Par-delà les frontières : les inscriptions comme témoins des échanges culturels », réunissant une cinquantaine d’épigraphistes allemands, autrichiens, suisses, polonais, slovaques, tchèques et français.

Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik
Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik

Les phénomènes de transferts et d’assimilation des techniques et des productions culturelles sont au centre des intérêts historiques depuis de nombreuses années. L’épigraphie, par les inscriptions médiévales et modernes, est elle aussi confrontée aux processus et résultats des échanges culturels. Les textes sur les édifices, les monuments funéraires, les cloches, les vitraux, les objets des trésors et à usage religieux, mais aussi ceux du quotidien sont les témoins de ce dépassement des frontières qu’elles soient géographiques, territoriales, linguistiques, culturelles ou confessionnelles. En quoi les inscriptions témoignent-elles et sont-elles mêmes actrices des migrations, du commerce international, des pèlerinages, des transferts de culture et de langue, ou encore du plaisir de l’étranger à travers les pseudo-écritures, notamment entre Orient et Occident ? C’est à ces questions que le congrès a tenté de répondre.

Ce colloque fut aussi l’occasion de faire le point sur l’avancement de l’entreprise éditoriale des inscriptions à l’échelle européenne. Si la France va bientôt compter 26 volumes et couvrir 66 départements et 8 régions (c’est-à-dire les trois quart du territoire français), les Deutsche Inschriften approchent la centaine de volumes, avec l’installation d’une nouvelle filiale de recherche à Dresde pour couvrir la Saxe, qui fait partie de l’Académie des sciences saxonne. Il faut enfin saluer la naissance d’un nouveau corpus : celui de La Slovaquie, avec une documentation latine et allemande, essentiellement des XIVe-XVIe siècles paru en 2016, après la publication d’un manuel, Latinska epigrafia, édité en 2014.

Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik
Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik

 

(Merci à Sonja Hermann pour le compte rendu et à Harald Drös pour les caricatures croquées au fil du colloque)

Enno Bünz, Leipzig : Un Moyen Age sans frontières? Observations et réflexions

En introduction au thème du congrès, E. Bünz a rappelé que c’est depuis la chute du mur de Berlin en 1989 que les frontières sont devenues sujet de la recherche des historiens. Différents genres et formes de « frontière » sont égrainés :

Dessin de Harald Drös
Dessin de Harald Drös

ligne de frontière vs. région de frontière, frontières des droits, des biens, des langues, des douanes, des territoires etc., mais aussi frontières ecclésiastiques, qui sont en fait aussi des frontières de droits. La frontière entre deux paroisses par exemple détermine qui a droit à la dîme. L’exemple des voyageurs qui traversent des territoires, mais n’évoquent pas des frontières, illustre l’existence des frontières invisibles.

Teresa Schröder-Stapper, Duisburg : Le mot de Dieu – Inscriptions communales comme pratique de la connaissance dans les temps de la Réforme et du confessionnalisme

T. Schröder-Strapper, Duisburg-Essen, présente son projet d’habilitation sur les inscriptions dans l’espace de la ville au début des temps modernes, quand la Réforme et le confessionnalisme trouvent leurs reflets dans les inscriptions. Elle positionne ses recherches dans le paradigme du spatial turn. Son étude est basée sur les corpora d’inscriptions des villes de Hildesheim et Braunschweig, publiés dans les Deutsche Inschriften. Elle montre comment catholiques et protestants utilisent les donations (par exemple un jubé et des fonts baptismaux) et leurs inscriptions pour propager leurs propres confessions. Par contre, curieusement, on n’en trouve pas dans les inscriptions des maisons ; ce sont ici des sujets humanistes et des lamentations générales sur les injustices des temps.

 Wolfgang Haubrichs, Saarbrücken : Rois, notaires, noblesse et un mercenaire. Aspects onomastiques de la migration et l’identité d’une gens dans les inscriptions lombardes des 6e-7e siècles

Quand les Lombards ont immigré en Italie en 568, ils ont, suivant l’exemple romain, réalisé des inscriptions funéraires. Par la conservation des formes des noms germaniques (notamment le renoncement à la terminaison latine -us), on constate, au moins pour la noblesse, qu’il ne s’agissait pas d’une romanisation subite. W. Haubrichs montre trois exemples de la persistance des noms germaniques. Le roi Cunincpert († 700) préservait son nom (qui vient de Cunibert mais évoque avec le n le mot germanique « cuninc » pour roi) pour la mémoire de sa famille (sa fille s’appelait Cuningberga). On a trouvé plusieurs bagues à cachet avec des noms germaniques et l’illustration d’un homme avec la raie au milieu et une longue barbe, qui font référence à la légende qu’on trouve chez Paul Diacre concernant le nom « lombard » « Langobardes ». Le troisième exemple concerne la carrière militaire de Droctulf(us, -on, avec des orthographes différentes), qui se reflète dans les variations du nom : d’origine allemande, il fait partie des troupes lombardes et devient un général byzantin.

Rudolf Simek, Bonn : Magie latine des runes ? Aspects interculturels dans les inscriptions chrétiennes de conjuration en runes du Moyen Âge

Simek donne d’abord une introduction générale sur les différents alphabets des runes, alphabet utilisé pour écrire certaines langues à partir du Ier siècle jusqu’au Moyen Âge tardif par des peuples germaniques. Il signale l’utilisation douteuse dans le spectre du nazisme et de l’ésotérisme. Sont ensuite présentés quelques exemples d’inscriptions magiques, c’est-à-dire des inscriptions de caractère conjuratif. Ces inscriptions se trouvent par exemple sur des amulettes (en plomb) et sur une calotte (avec une conjuration contre les maux de tête). Il y a différentes sortes de formules magiques en runes, telles que la rangée des lettres de l’alphabet, les formules « khorda » et « agla » et le carrée de « sator ». Comme beaucoup d’autres exemples d’inscriptions conjuratoires en runes, les deux dernières formules se trouvent aussi transcrites en lettres latines. Sur le plan linguistique, c’est le latin qui domine les inscriptions conjuratoires en runes, et non les langues germaniques.

Forum : Les perspectives de la recherche épigraphique en Europe : La France, la Slovaquie et la Pologne

Les responsables des entreprises épigraphiques en France (Cécile Treffort, Poitiers), en Slovaquie (Juraj Šedivý, Bratislava) et en Pologne (Joachim Zdrenka, Zielona Góra) présentent leurs projets d’édition et montrent des possibilités (et aussi des nécessités et des limites) de coopération entre les projets nationaux.

Dessin de Harald Drös
  1. C. Treffort montre que les travaux du corpus français vont bientôt atteindre le Nord et le Nord-Est de la France et qu’il devient nécessaire de trouver encore d’autres points de référence en plus des inscriptions du Sud et de l’Ouest de la France, déjà éditées dans les volumes du CIFM. Comme contribution au thème du colloque, elle présente plusieurs exemples d’inscriptions qui démontrent le transfert culturel, que ce soit par le texte (une inscription occitane en Nubie), le matériau (de l’ardoise venant de la région autour d’Angers utilisé pour l’épitaphe d’Ada, comtesse de Poitou, à Poitiers, mais dont la famille était basée dans la région d’Angers) ou les hommes (les épitaphes qui suivent les parcours des hommes, tel ce marchand d’Issoire mort à Montpellier).
  2. J. Šedivý présente le Corpus inscriptionum Slovaciae, qui recense la documentation épigraphique jusqu’en 1800, et publie les inscriptions jusqu’à 1650. Ensuite, il analyse les inscriptions allemandes en Slovaquie, surtout à partir du XVe siècle et localisées autour de Bratislava et dans la région Spiš et une génération plus tard autour de Kremnica, au centre de la Slovaquie, trois régions avec une importante population allemande. Il constate que ce sont les inscriptions des régions voisines germanophones qui influencent fortement les inscriptions dans ces régions, p. ex. des artisans autrichiens, surtout de Vienne, travaillant pour des clients à Bratislava, et des influences de la Silésie pour la Spiš. Ce processus trouve son reflet une génération plus tard autour de Kremnica.
  3. J. Zdrenka explique que les épigraphistes polonais traitent des inscriptions non pas seulement latines et polonaises, mais aussi allemandes et russes, et signale que ce seraient surtout les inscriptions modernes à partir du XVIIe siècle qui se prêtent à la comparaison avec les inscriptions dans la sphère des Deutschen Inschriften.

Le forum a été animé par Cornelia Neustadt, Dresden, et Clemens M. M. Bayer, Liège/Bonn.

Andrea Stieldorf : Des objets inconnus? L’Europe médiéval et son rapport avec des civilisations étrangères

A. Stieldorf évoque les diverses formes de contact entre l’Europe médiévale et l’étranger comme les voyageurs savants, les commerçants, les pèlerins, mais aussi les contacts dus aux guerres et à partir du xiie siècle par les croisades, et elle traite ainsi des voies par lesquelles les objets étrangers sont venus en l’Europe. Le contact avec ces objets peut se présenter sous des formes diverses : l’appropriation et l’usage modifié, mais aussi le rejet et la non-réception. Cette dernière concerne par exemple les sabres, qui ont été importés en Europe à plusieurs reprises par les contacts avec les peuples turcs. Comme butin, ils restaient dans les trésors des souverains sans qu’on se les approprie. De l’autre côté, on a facilement adapté les aquamaniles et on a même fait évoluer les formes pour mieux correspondre au goût courtois. L’appropriation peut se faire aussi par la modification de l’utilisation d’un objet : des vases des matériaux rares comme l’ivoire ou le cristal de roche ont souvent été transformé en reliquaires. C’est sur la société qui s’approprie ou rejette des objets étrangers qu’on peut tirer des conclusions par la considération des transferts des objets.

awk_119
AWK – Muchnik

 Dr. Tanja Kohwagner-Nikolai, Bamberg : L’influence de l’étranger: les inscriptions textiles des vêtements impériales de Bamberg

L’ensemble des vêtements impériaux du trésor de la cathédrale de Bamberg est traditionnellement identifié comme une donation de l’empereur Henry II et de sa femme Kunigunde, les fondateurs de l’évêché en 1007. Toutefois, cette identification ne se base sur la tradition écrite que depuis le XIIe siècle, seulement le « Sternenmantel » porte des inscriptions concernant la donation et le maître d’ouvrage, et elles se contredisent en parties. Les vêtements ont été restaurés fortement au XVe et au XIXe siècle, ce qui rend l’analyse encore plus difficile. Il est même possible qu’on ait joint deux vêtements pour faire un manteau. Des détails de l’écriture et de l’ornement montrent une influence des lettres grecques et des rapports avec l’Italie du Sud, ce qui rend la localisation traditionnelle, l’Allemagne du Sud, difficile à soutenir.

Dr. Margaretha Boockmann, Budapest : Inscriptions en hébreu sur les tableaux de la période gothique tardive

Dans des nombreux tableaux du Moyen Âge tardif se trouvent des inscriptions en hébreu ou en pseudo-hébreu. Il s’agit d’inscriptions sur vêtements (sur les bords et les coiffes) ou sur des objets comme le titulus de la croix, le décalogue sur une table gravée, des vases, livres, les rouleaux etc.

h-dros-pseudo-ecriture
Dessin de Harald Drös.

L’écriture peut être utilisée comme décoration et montrer ainsi le nouvel intérêt pour l’écriture, ou comme un « vrai texte » dans les livres et les tables avec le décalogue par exemple, même si en réalité, il ne s’agit pas du véritable texte, mais souvent de n’importe quel texte en hébreu ou même en pseudo-hébreu. L’intention peut être la représentation du sujet dans son environnement juif, comme l’enfance de Jésus avec sa mère Marie ; ou dans la diffamation des juifs comme les persécuteurs du Christ et des Christs, comme pour les scènes de la crucifixion, où même les bourreaux romains peuvent être décorés avec des inscriptions en hébreu. C’est après la réformation que les inscriptions en hébreu ont une meilleure qualité et les inscriptions diffamatoires disparaissent.

Dr. Estelle Ingrand-Varenne, Poitiers : Les caractères pseudo-coufiques et le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges

Seul vestige de l’église Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges, le tympan sculpté dans la seconde moitié du XIIe siècle offre une séquence narrative en cinq actes de la mort et les funérailles de la Vierge, accompagnée de cinq vers et bordée d’une écriture arabe. Ce tympan constitue l’une des plus anciennes représentations connues du transitus Mariae, par ailleurs rarement illustré dans l’art occidental. La présence de l’écriture arabe a très peu attiré l’attention. C’est tout d’abord sous l’angle de la composition poétique, épigraphique et iconographique que la présence des caractères pseudo-coufiques en bout de ligne a été analysée. De graphiques, des connexions géographiques ont été proposées : la Terre Sainte et les lieux de vie terrestre de la Vierge Marie, dont ces caractères sont une « connotation » (l’évocation du lieu étant renforcée par l’église qui occupe le centre du tympan). Enfin, la réflexion s’est élargie à l’échange entre écriture arabe et écriture latine sur le plan de l’ornementalité et l’iconicité.

Prof. Dr. Sabina Slaniĉka, Bern/Zürich : Les devises françaises et l’emblématique italienne dans les guerres italiennes : deux systèmes de signes différents et leur emploi pour repérer les manifestations de pouvoir

La devise française, signe para-héraldique, se compose de la figure, le mot et la couleur. Elle a été établie au 14è siècle, au cours de la Guerre de Cent Ans, comme moyen de différence tant que dans la guerre civile que dans la hiérarchie à la cour. Dans une sorte de horror vacui, les signes se multiplient. Les emblèmes italiens par contre viennent de l’érudition humaniste et ont pour but de représenter le souverain humaniste contre les signories despotes. S. Slanicka montre entre autres à l’exemple de Francesco Sforza et sa femme Bianca Maria Visconti, tous les deux des enfants illégitimes, l’emploi des emblèmes : Ils accumulent les signes comme pour montrer que la famille s’est stabilisée. C’est avec les armées de Charles VIII en 1494, Louis XII en 1498 et encore de François I que les mercenaires français envahissent l’Italie. Entraînées par les affrontements permanents en France, les troupes françaises se montrent plus fortes que les troupes des condottieri italiens. Mais ce n’est pas seulement la confrontation militaire, mais aussi celle des systèmes de signes qui oppose les troupes françaises et italiennes, et qui trouve son retentissement dans les sources contemporaines.

Dr. Ulrike Spengler-Reffgen, Bonn : Adler Hertz in Goet behoet – Le mariage de Düsseldorf en 1585 et l’emploi des inscriptions pour comprendre la perception que le souverain a de lui-même

Johann Wilhelm I., fils de Johann Wilhelm, duc de Julich-Cleve-Berg, s’est marié avec Jacobe de Bade, fille du comte de Bade, en 1585 à Düsseldorf. Les festivités ont durés huit jours et comprenaient des cortèges, tournois, feux d’artifices et spectacles sur le Rhin, dans un but de représentation de la cour de Julich-Cleve-Berg. Ces festivités éphémères ont été fixées par la description détaillée dans la chronique de Dietrich Graminäus, accompagnée par 37 gravures de Franz Hogenberg. Bien que les coulisses du spectacle, les cadeaux, les tapisseries etc. comportaient nombre d’inscriptions, Graminäus met l’accent sur les inscriptions qui accompagnent des panneaux avec des dessins des vertus d’un souverain. L’intention était de démontrer l’ambition politique des ducs de Julich-Cleve-Berg.

Prof. Dr. Krysztof Maciej Kowalski, Gdánsk : Les inscriptions sur des accessoires de costumes gothiques dans les villes de la Hanse. Forme, texte et fonction de l’épigraphie des costumes médiévaux

Les accessoires des costumes gothiques tels que les boucles de ceinture, les crochets, les sacs, les anneaux, les manches de couteau etc. présentent un groupe de supports d’inscriptions peu connus. Certains musées (des villes de la Hanse notamment) en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes ont conservés plus de mille de ces objets. Ils montrent la pratique d’une micro-écriture due non seulement à la taille réduite des accessoires, mais également par les textes eux-mêmes : le plus souvent de lettres isolées, des dates, des noms (Maria, Got, les noms des rois mages). Ces inscriptions sont abrégées : M. Kowalski donne l’exemple des invocations comme A[VE] M[ARIA], des prières O[RA] P[RO NOBIS] ou les noms des saints comme BAR[BARA]. Les objets eux-mêmes peuvent prendre la forme d’une lettre (le M, le D, le G) et par des jeux de conjonction et d’entrelacement former des monogrammes. L’intention de ces inscriptions est certes décorative, mais un sens votif peut également leur être attribué.

Les actes de ce colloque seront publiés au cours de 2017-2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *