Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *