Dernière séance du séminaire SEMPER – Inscriptions et obituaires

Les deux premières séances du séminaire sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit portaient sur les notions de « support » et de « page », soit les deux éléments qui permettent au texte d’exister dans un lieu et dans une forme, d’acquérir une présence matérielle. Nous avons à cette occasion insister sur la dimension physique de l’écriture, sur son extension, sa relation avec un environnement matériel et avec les objets. D’une certaine façon, les questions qui ont émergé ont permis un retour aux fondements de l’épigraphie – cette écriture particulière parce que tout à fait matérielle – et simultanément un dépassement de la discipline, une attention plus grande à ce qu’implique cette matérialité en termes de sens. Qu’est-ce qu’écrire sur la pierre ? S’agit-il d’un geste graphique singulier ? Qu’est-ce qu’une ligne, qu’est-ce qu’un cadre ? Un retour donc au sens du geste d’écriture, dans tous les aspects de la production du signe dans le matériau. L’épigraphie apparaît ainsi comme l’étude d’une technologie particulière, celle de l’écriture dans le matériau, de ses outils, de ses savoir-faire, de ses implications anthropologiques. Penser une technologie, c’est penser l’objet, le sens et l’acteur à la fois, plutôt que la discipline ; c’est penser l’inscription dans l’histoire (sur la technologie et son implication dans l’humain, voir le beau livre de Jean-Claude Baudet, Le signe de l’humain. Une philosophie de la technologie, Paris, 2005).

Pour cette dernière séance de l’année, il fallait mettre toutes ces réflexions en perspective avec un type d’inscription, avec un domaine,  un champ de l’épigraphie, et ce non pas pour leur donner un ancrage documentaire particulier, mais plutôt pour mesurer comment les perméabilités observées d’un support à l’autre, d’une technique à l’autre, d’un contenu à l’autre, s’incarnent dans les objets graphiques.

La séance du vendredi 2 juin portait donc sur le domaine funéraire. La diversité de ce que l’entend par « funéraire » dans le domaine de l’épigraphie permet de mesurer l’étendue de cette « technologie ». On aurait pu choisir des domaines plus spécifiques, avec des inscriptions moins nombreuses, mais cette diversité permet d’envisager toutes ces perméabilités entre les différentes pratiques graphiques. Le domaine funéraire permet également de penser les différents aspects vus dans les autres séances : le matériau : sa présence avec la tombe, l’endotaphe, l’extension du texte, la mise en œuvre de l’écriture ou au contraire l’absence de matériau : l’épigraphie du manuscrit, la circulation des épitaphes, les compositions poétiques ; le lieu : lieu du corps, lieu de la mort et de l’inhumation, l’environnement funéraire, la topographie des textes, ce que les deux premières séances avaient mis en exergue avec la notion de « topologie de l’écriture » ; 3) à la confluence de ces deux notions, l’objet : la mise en œuvre d’un artefact pour la commémoration, l’établissement d’un objet, d’un marqueur dans l’espace, d’un signe, indice d’une absence et d’une présence à la fois.

L’écriture dans le domaine funéraire interroge aussi d’autres notions, ou plutôt d’autres relations :

  • l’écriture et le corps ;
  • l’écriture et le temps : celui de la mort et de sa mémoire, temps de la commémoration, entre actualité et éternité. L’écriture épigraphique est ainsi abordée dans sa capacité à durer, dans un inversement du paradigme de l’épigraphie : la raison du matériau dur et durable devient une mise en résonance des temps de l’écriture et de la mémoire. Livrer le souvenir au matériau, c’est le faire apparaître et le faire durer.
  • l’écriture et la présence : la capacité de l’écriture en tant que produit d’une technologie à contenir et faire apparaître ce qu’elle désigne, dans sa forme et dans son sens.

Le champ des questions posées est donc considérable. La journée a surtout permis d’aborder l’inscription funéraire dans ses liens ou ses relations avec l’obituaire, ce document contenant le nom des défunts et la date de la célébration de leur décès. Il peut prendre diverses mais il articule a minima ces deux notions : le nom et la date. La rencontre de l’écriture et du matériau permet une mise en ordre des informations, une pensée rationnelle du monde funéraire, souvent sous forme de listes organisées selon le déroulement du temps liturgique. Anne Rauner a montré dans sa présentation la diversité de ces livres, entre liturgie et comptabilité, mais elle a aussi pu établir des liens entre le livre et l’inscription funéraire, sous forme de renvoi graphique d’un support à l’autre. Marie Charbonnel, avec l’exemple de l’église des Dominicains du Puy, a donné un aperçu de cette mise en liste des mentions obituaires à l’échelle monumentale et sur le temps long ; les noms des défunts, organisés dans l’espace et dans le temps, proposent grâce à l’inscription une image du lignage dans le contexte de sa commémoration. C’est la même attention à l’environnement et à la spatialisation de la mémoire qui a guidé la présentation de Bénédicte Palazzo consacrée à l’Hypogée des Dunes, à son archéologie et à la mise en place des différentes inscriptions au cours du temps. Notion fondamentale quand il s’agit d’analyser les inscriptions funéraires, le « temps » a fait l’objet d’une étude originale de la part de Morgane Uberti à partir de la documentation aquitaine et hispanique de l’Antiquité tardive. Les formules de datation peuvent être appréhendées comme des outils de l’écriture épigraphique chargées de donner la date et d’inscrire le texte et son contenu dans un calendrier, mais aussi comme les indices d’une certaine conception du temps, d’une relation particulière de l’homme au système temporel dans lequel il vit. Le temps est toujours une affaire de choix et d’organisation dans l’écriture médiévale, et la série des épitaphes des prieurs de Grandmont étudiée par Manon Durier montre que les rédacteurs d’inscriptions ont manipulé et mis en forme ce temps pour produire une histoire de l’institution. Ces différentes présentations sont venues éclairer les propos introductifs de Cécile Treffort de toute la diversité des pratiques épigraphiques, et ont montré combien il restait encore à faire dans ce domaine. Dans tous les cas, on a pu constater que l’on bute aisément sur la notion d’usage : à quoi sert, du point de vue de l’information, ou de la communication, l’inscription obituaire ? Est-ce qu’on peut lui assigner une fonction ? Possède-t-on les moyens heuristique de parvenir à cette fonction ? C’est une question qui dépasse très largement la documentation funéraire, et qui invite à prolonger les réflexions.

Le séminaire SEMPER se réunira au cours de l’année universitaire 2017-2018, selon le même format et la même fréquence, pour se consacrer aux aspects graphiques et aux signes en présence dans l’écriture en dehors du monde manuscrit. Les séances se tiendront au CESCM le 19 octobre 2017, le 9 février 2018 et le 18 mai 2018.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *