Tous les articles par Vincent Debiais

Dernière séance du séminaire SEMPER – Inscriptions et obituaires

Les deux premières séances du séminaire sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit portaient sur les notions de « support » et de « page », soit les deux éléments qui permettent au texte d’exister dans un lieu et dans une forme, d’acquérir une présence matérielle. Nous avons à cette occasion insister sur la dimension physique de l’écriture, sur son extension, sa relation avec un environnement matériel et avec les objets. D’une certaine façon, les questions qui ont émergé ont permis un retour aux fondements de l’épigraphie – cette écriture particulière parce que tout à fait matérielle – et simultanément un dépassement de la discipline, une attention plus grande à ce qu’implique cette matérialité en termes de sens. Qu’est-ce qu’écrire sur la pierre ? S’agit-il d’un geste graphique singulier ? Qu’est-ce qu’une ligne, qu’est-ce qu’un cadre ? Un retour donc au sens du geste d’écriture, dans tous les aspects de la production du signe dans le matériau. L’épigraphie apparaît ainsi comme l’étude d’une technologie particulière, celle de l’écriture dans le matériau, de ses outils, de ses savoir-faire, de ses implications anthropologiques. Penser une technologie, c’est penser l’objet, le sens et l’acteur à la fois, plutôt que la discipline ; c’est penser l’inscription dans l’histoire (sur la technologie et son implication dans l’humain, voir le beau livre de Jean-Claude Baudet, Le signe de l’humain. Une philosophie de la technologie, Paris, 2005).

Pour cette dernière séance de l’année, il fallait mettre toutes ces réflexions en perspective avec un type d’inscription, avec un domaine,  un champ de l’épigraphie, et ce non pas pour leur donner un ancrage documentaire particulier, mais plutôt pour mesurer comment les perméabilités observées d’un support à l’autre, d’une technique à l’autre, d’un contenu à l’autre, s’incarnent dans les objets graphiques.

La séance du vendredi 2 juin portait donc sur le domaine funéraire. La diversité de ce que l’entend par « funéraire » dans le domaine de l’épigraphie permet de mesurer l’étendue de cette « technologie ». On aurait pu choisir des domaines plus spécifiques, avec des inscriptions moins nombreuses, mais cette diversité permet d’envisager toutes ces perméabilités entre les différentes pratiques graphiques. Le domaine funéraire permet également de penser les différents aspects vus dans les autres séances : le matériau : sa présence avec la tombe, l’endotaphe, l’extension du texte, la mise en œuvre de l’écriture ou au contraire l’absence de matériau : l’épigraphie du manuscrit, la circulation des épitaphes, les compositions poétiques ; le lieu : lieu du corps, lieu de la mort et de l’inhumation, l’environnement funéraire, la topographie des textes, ce que les deux premières séances avaient mis en exergue avec la notion de « topologie de l’écriture » ; 3) à la confluence de ces deux notions, l’objet : la mise en œuvre d’un artefact pour la commémoration, l’établissement d’un objet, d’un marqueur dans l’espace, d’un signe, indice d’une absence et d’une présence à la fois.

L’écriture dans le domaine funéraire interroge aussi d’autres notions, ou plutôt d’autres relations :

  • l’écriture et le corps ;
  • l’écriture et le temps : celui de la mort et de sa mémoire, temps de la commémoration, entre actualité et éternité. L’écriture épigraphique est ainsi abordée dans sa capacité à durer, dans un inversement du paradigme de l’épigraphie : la raison du matériau dur et durable devient une mise en résonance des temps de l’écriture et de la mémoire. Livrer le souvenir au matériau, c’est le faire apparaître et le faire durer.
  • l’écriture et la présence : la capacité de l’écriture en tant que produit d’une technologie à contenir et faire apparaître ce qu’elle désigne, dans sa forme et dans son sens.

Le champ des questions posées est donc considérable. La journée a surtout permis d’aborder l’inscription funéraire dans ses liens ou ses relations avec l’obituaire, ce document contenant le nom des défunts et la date de la célébration de leur décès. Il peut prendre diverses mais il articule a minima ces deux notions : le nom et la date. La rencontre de l’écriture et du matériau permet une mise en ordre des informations, une pensée rationnelle du monde funéraire, souvent sous forme de listes organisées selon le déroulement du temps liturgique. Anne Rauner a montré dans sa présentation la diversité de ces livres, entre liturgie et comptabilité, mais elle a aussi pu établir des liens entre le livre et l’inscription funéraire, sous forme de renvoi graphique d’un support à l’autre. Marie Charbonnel, avec l’exemple de l’église des Dominicains du Puy, a donné un aperçu de cette mise en liste des mentions obituaires à l’échelle monumentale et sur le temps long ; les noms des défunts, organisés dans l’espace et dans le temps, proposent grâce à l’inscription une image du lignage dans le contexte de sa commémoration. C’est la même attention à l’environnement et à la spatialisation de la mémoire qui a guidé la présentation de Bénédicte Palazzo consacrée à l’Hypogée des Dunes, à son archéologie et à la mise en place des différentes inscriptions au cours du temps. Notion fondamentale quand il s’agit d’analyser les inscriptions funéraires, le « temps » a fait l’objet d’une étude originale de la part de Morgane Uberti à partir de la documentation aquitaine et hispanique de l’Antiquité tardive. Les formules de datation peuvent être appréhendées comme des outils de l’écriture épigraphique chargées de donner la date et d’inscrire le texte et son contenu dans un calendrier, mais aussi comme les indices d’une certaine conception du temps, d’une relation particulière de l’homme au système temporel dans lequel il vit. Le temps est toujours une affaire de choix et d’organisation dans l’écriture médiévale, et la série des épitaphes des prieurs de Grandmont étudiée par Manon Durier montre que les rédacteurs d’inscriptions ont manipulé et mis en forme ce temps pour produire une histoire de l’institution. Ces différentes présentations sont venues éclairer les propos introductifs de Cécile Treffort de toute la diversité des pratiques épigraphiques, et ont montré combien il restait encore à faire dans ce domaine. Dans tous les cas, on a pu constater que l’on bute aisément sur la notion d’usage : à quoi sert, du point de vue de l’information, ou de la communication, l’inscription obituaire ? Est-ce qu’on peut lui assigner une fonction ? Possède-t-on les moyens heuristique de parvenir à cette fonction ? C’est une question qui dépasse très largement la documentation funéraire, et qui invite à prolonger les réflexions.

Le séminaire SEMPER se réunira au cours de l’année universitaire 2017-2018, selon le même format et la même fréquence, pour se consacrer aux aspects graphiques et aux signes en présence dans l’écriture en dehors du monde manuscrit. Les séances se tiendront au CESCM le 19 octobre 2017, le 9 février 2018 et le 18 mai 2018.

 

Une collection épigraphique à redécouvrir : Roda de Isábena

Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », est de passage à Poitiers en ce début du mois de juin. Il nous parle de Roda et de sa collection épigraphique exceptionnelle.

Comment avez-vous perçu l’importance du site de Roda ?

Par intuition ! Il y avait, à Roda, quelque chose que je ne saisissais pas. Il y avait trop de trésors inconnus. Les visites du site n’étaient pas à la hauteur de la qualité des pièces conservées sur place ; le sarcophage de Roda par exemple, exceptionnel à de nombreux égards, était passé sous silence. Il faudrait également mentionner la collection de textiles (les vêtements liturgiques de l’évêque saint Raymond datent du xiie siècle), le « siège » de saint Raymond (un des rares témoignages mobiliers romans), les deux programmes de peintures murales… Il fallait changer les choses. À la suite d’une journée d’étude organisée sur place en septembre 2013, j’ai su qu’il fallait donner l’impulsion que le site méritait.

Parlez-nous du site de Roda.

Roda de Isábena est cathédrale depuis 956 d’après la documentation. L’histoire avant cette date est confuse, mais il pourrait y avoir une installation antérieure. Le fait est que l’établissement semble répondre à une volonté d’isolement dans les montagnes aragonaises, ou bien face à la pression musulmane, ou bien face aux conflits temporels au Nord de la Péninsule. Aujourd’hui, Roda est un petit village de 40 habitants au sommet d’une colline, organisé autour du complexe cathédral et à l’intérieur d’une muraille monumentale. La partie la plus ancienne de l’église, à savoir les fondations de l’abside, daterait des alentours de l’an mil ; l’église quant à elle est construite à partir de 1030-1035. Le cloître aurait été construit à partir de 1135, d’après ce que l’on sait aujourd’hui.

Pour les épigraphistes, le cloître de Roda est un monument exceptionnel. Pourquoi ?

En effet, le cloître contient un nombre impressionnant d’inscriptions médiévales : 212 textes répartis dans toutes les galeries du cloître, sur les arcs, sur les piliers, sur les murs. Ces inscriptions ont été répertoriées et lues à partir des dernières observations, et on a pu rectifier un certain nombre de lectures anciennes. À la différence d’autres espaces claustraux en Europe, Roda n’est pas une galerie épigraphique, un musée lapidaire rassemblant les inscriptions de la cathédrale. Les inscriptions aujourd’hui visibles dans le cloître de Roda ont été faites dans le cloître et pour le cloître. La qualité de l’écriture et les différentes mises en page sont d’un grand intérêt pour l’histoire de l’écriture.

Vous avez commencé un travail de valorisation de ce patrimoine épigraphique. En quoi consiste-t-il ?

Il fallait d’abord modifier la visite du site. En 2015, nous avons réalisé un synopsis pour les guides afin d’attirer l’attention des visiteurs sur les inscriptions. Nous avons installé ensuite des cartels dans le cloître : le premier, général, donne une vue d’ensemble du groupe des inscriptions de Roda ; d’autres, plus petits, expliquent certaines des inscriptions, en donnent la lecture, la traduction et un commentaire. À l’avenir, nous avons besoin d’une étude complète du cloître ! Pour le reste du complexe cathédral, nous avons convaincu les autorités de prendre en compte le patrimoine de Roda : le sarcophage, les peintures murales, les chapiteaux du portail occidental. Pour tout cela, nous voulons également développer des études de fond. Nous avons d’autre part des contacts avec l’École de restauration de Huesca (Escuela Superior de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Aragón), notamment pour la polychromie du sarcophage. Nous voulons aussi provoquer l’intérêt du monde académique pour l’histoire et le patrimoine de Roda. C’est pourquoi nous avons créé en novembre 2016 l’association « Amigos de la catedral de Roda » et mis en ligne une page web donnant toutes les informations aux visiteurs et aux touristes ; mais il s’agit aussi – et c’est l’idée de départ – de montrer qu’il existe à Roda un patrimoine encore à étudier et qu’il faut donc mettre à disposition.

Le cloître est actuellement en cours de restauration.

Le cloître a déjà connu de nombreuses restaurations, partielles ou ponctuelles. En 2012, la couverture des galeries a été refaite. En 2016, les inscriptions et les murs de la galerie nord ont été nettoyés et débarrassés du ciment du début du xxe siècle. En 2017, la même opération va être menée dans les galeries est et ouest, et en 2018 dans la galerie sud. Dans tous les cas, les inscriptions sont fixées et sécurisées. On a retrouvé à l’occasion de ce nettoyage les restes de peinture originale dans le creux des lettres de certaines inscriptions. Ces travaux ont été financées par le gouvernement d’Aragon (Diputación General de Aragon) qui a perçu l’intérêt du site et qui appuie sa valorisation et sa conservation.

Dans quelle direction pourrait-on mener une étude épigraphique approfondie sur Roda ?

Il faudrait commencer par une nouvelle édition de toutes les inscriptions en prenant en compte des critères scientifiques exigeants. Pour cela, il faut reprendre toutes les données anciennes, et c’est un travail important. Cette édition pourrait être mise en ligne sur le site de l’association. Il faut ensuite comprendre pourquoi on a mis cet obituaire à l’échelle du cloître. Qui sont les défunts mentionnés dans les textes ? Pourquoi a-t-on à Roda des formes graphiques aussi originales ? Quels sont les liens entre les inscriptions et le scriptorium ? Beaucoup de recherches en perspectives donc…

Suivez les dernières nouvelles de la collection épigraphique de Roda sur la page Facebook de l’association.

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

Premier workshop du programme MEDNAME (Utrecht, 6-7 avril 2017)

Les 6-7 avril prochain se tiendra à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) le premier atelier de travail du programme MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture écrite médiévale. Ce programme bilatéral entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht (PHC Van Gogh 2017) entend favoriser les échanges scientifiques entre les deux institutions et produire les conditions administratives et intellectuelles pour l’élaboration d’un programme plus ambitieux dans les années à venir.

La coopération menée entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht dans le cadre du programme « MEDNAME – l’écriture publique du nom dans la culture médiévale » a pour objet l’usage du nom et de son écriture en dehors du monde manuscrit au Moyen Âge. Question fondamentale de l’anthropologie historique et phénomène identitaire par excellence dans les sociétés pré-typographiques, l’écriture du nom et sa dimension sociale sont encore largement à étudier. MEDNAME se déroulera en trois temps : travail préparatoire, bibliographique et problématiques (à distance) ; réunions à Poitiers, à Utrecht et sur le terrain pour élaborer la connaissance sur cette thématique (ateliers de travail présentiel) ; rédaction/publication de la synthèse et mise au point des perspectives de recherches (à distance).

Afin de circonscrire cette vaste question du nom, le projet Van Gogh 2017 cherchera à faire émerger ces nouvelles problématiques. Qu’est-ce qu’un nom, d’un point de vue graphique ? Pourquoi écrire son nom en dehors du manuscrit ? Qu’est-ce que nommer au Moyen Âge ? Le geste du nom est-t-il différent des autres gestes d’écriture ? En interrogeant le lien entre le statut du nom et l’action de le produire par écrit, le projet entend formuler des pistes de recherche autour de la culture de l’individu au Moyen Âge et de ses traductions graphiques et/ou visuels, dépassant les clivages traditionnels entre culture lettrée et illettrisme, culture écrite et oralité, performativité et symbolisme, pour déterminer les raisons qui ont poussé les hommes et les femmes du Moyen Âge à investir par l’écriture de leur nom leur environnement monumental et matériel. Il s’appuiera sur les études d’onomastique et de prosopographie déjà élaborées pour le Moyen Âge en proposant de nouvelles approches par l’exploitation d’une documentation encore largement délaissée par ces disciplines.

Dans le détail, les travaux menés dans le cadre du programme MEDNAME ont pour objet : l’élaboration d’un état de l’art sur ces questions et leurs implications historiques sur le temps long ; l’établissement d’une liste actualisée de problématiques à ce sujet et des zones d’ombre encore en attente de recherche ; le rassemblement d’un corpus de textes et d’objets susceptibles d’éclairer ces questions pour le Moyen Âge ; leur analyse dans le cadre de sessions collectives de travail, sur le terrain, en réunion et à distance ; la confrontation des résultats aux données de terrain lors d’une session in situ dans deux monuments médiévaux comportant des manifestations écrites de noms de personnes ; la rédaction par l’équipe française et néerlandaise d’un travail de synthèse sur la question de l’écriture du nom au Moyen Âge et sa publication en ligne.

Le premier workshop se tiendra à l’Université d’Utrecht les 6-7 avril prochain sous le titre « Names in Sacred Spaces: an Introduction ».

Marco Mostert (Utrecht University), Introduction

Els Rose (Utrecht University), « Names in the liturgical practice of Merovingian Gaul »

Cécile Treffort (University of Poitiers), « Le nom des défunts dans les épitaphes: remarques, questions et perspectives de recherche »

Jelle Visser (Utrecht University), « What’s in a name? Thiofrid of Echternach about the grace and power of saints’ names »

Elisa Pallottini (Utrecht University), « Names and (instead of?) relics: the material evidence »

Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), « A singular layout: name breakdown in medieval graphic practices »

Émilie Mineo (University of Poitiers), « Signing one’s own name. Review of literature on signature in medieval art and records »

Round table

Les résultats de cette première rencontre seront publiés sur le carnet EPIMED mi-avril. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

Ecole d’été en épigraphie antique et médiévale – Université Complutense Madrid (3-21 juillet 2017)

L’Université Complutense de Madrid organise, du 3 au 21 juillet 2017, une session intensive de formation en épigraphie latine, antique et médiévale. Ouverte aux étudiants et aux professionnels, elle propose des cours et des travaux pratiques permettant d’acquérir ou de perfectionner les compétences de lecture, analyse et exploitation des documents épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge.

esc-complutense-verano

Pour sa première édition, l’école d’été « Curso teórico-práctico de lectura de inscripciones latinas. Métodos, evolución, tipología » de l’Université Complutense de Madrid propose aux étudiants d’atteindre les objectifs suivants :

  • Comprendre ce qu’est l’épigraphie en tant que discipline, et ce que sont les inscriptions en tant que manifestation de la culture écrite et moyen de communication, à travers l’étude de leur évolution au fil des siècles et de leur typologie.
  • Acquérir les connaissances pour la lecture des inscriptions, que ce soit par les méthodes traditionnelles ou grâce aux nouvelles technologies.
  • Acquérir les compétences permettant de lire différentes inscriptions grâce à des travaux pratiques sur la documentation conservée à Madrid.
  • Acquérir les compétences permettant l’interprétation des abréviations, des formules et des textes en fonction de l’origine géographique et chronologique des inscriptions.
  • Acquérir les compétences nécessaires au recensement, à la compilation et au stockage de l’information épigraphique, du corpus à la base de données.
  • Apprendre à éditer et interpréter les inscriptions antiques et médiévales.

Dirigée par Isabel Velázquez Soriano, l’école d’été se déroulera pendant trois semaines à Madrid, de 9h à 14h, du lundi au vendredi. Les cours seront donnés en espagnol et feront alterner les leçons magistrales, les travaux pratiques, les visites de musées et de centres documentaires. Les cours seront dispensés par une équipe de neuf enseignants.

Pour plus d’information (tarif, inscription, crédits), voir la page consacrée à l’école d’été sur le site de l’UCM.

ecole-dete-complutense_programme

 

L’objet épigraphique en question – CESCM, 3 février 2017

La deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra le vendredi 3 février au CESCM de Poitiers. Il sera consacré à l’objet épigraphique et aux questions soulevées par la rencontre entre la notion d’objet et le fait graphique au Moyen Âge.

Après avoir abordé en novembre dernier les questions relatives au support et à la page, la deuxième de SEMPER sera consacrée le 3 février prochain à la notion d’objet et sa relation à l’écriture. Il est bien souvent difficile de décrire avec précision ce sur quoi on a tracé des signes alphabétiques, et les mots « objet », « artefact », « œuvre », « élément », « partie » reviennent, souvent sans distinction,  pour identifier la « chose » sur laquelle le scripteur intervient pour faire apparaître les lettres.

Au-delà des questions de terminologie se tiennent les problématiques liées au « lieu » de l’inscription, à son environnement, à son contexte, aux relations entre le texte et ce qui l’entoure. Peut-on décrire une inscription sur un objet mobile (un calice, un reliquaire) comme on décrit un texte fixe encastré dans la structure d’un édifice ? Y a-t-il une différence de nature et/ou de fonction entre un texte que l’on porte (sur une plaque-boucle ou sur un vêtement) et un texte affichée face à soi (sur un mur, sur le sol, etc.) ? Les stèles qui se dressent dans un espace ouvert peuvent-elles avoir un autre statut que les dalles encastrées au sol dans un édifice ? Au-delà de la diversité de ces « objets » épigraphiques, il s’agira pour nous d’aborder les conditions dans lesquelles le texte occupe l’espace au Moyen Âge et ce que cette topologie induit sur la nature et le rôle de l’écriture dans la culture médiévale.

Cette séance se déroulera selon le même principe que la rencontre de novembre, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une présentation générale de la thématique dans le contexte de la culture écrite médiévale, suivie d’une réflexion plus spécifique sur la notion même d’objet (Éric Palazzo, « Aby Warburg et l’objet »). Après le déjeuner, des études de cas et des dossiers permettront de mettre cette question en perspective avec la documentation médiévale (mobilier liturgique, objets mobiles, aspects techniques, objets de dévotion) et au-delà (Delphine Ackermann, « Faire revivre les morts. Les stèles funéraires de la cité d’Érétrie (Grèce) dans l’Antiquité »).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme-3-fevrier

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre

EPIMED III – Écritures réservées : le bilan

Cette publication compile l’ensemble des réflexions élaborées au cours du troisième volet du programme EPIMED. Elle doit donc être considérée comme un travail collectif à verser au crédit de tous les participants à ces journées. « Prise sur le vif », nous espérons qu’elle retranscrit cependant fidèlement le contenu des communications et des débats de Madrid.

***

Après avoir abordé, dans les deux premières sessions, les raisons et les gestes de l’écriture épigraphique, la troisième session du programme EPIMED réunie à Madrid les 16 et 17 mars 2016 a porté son attention sur les « écritures réservées ». Les organisateurs avaient pris grand soin de ne pas définir ce qu’ils entendaient par « écritures réservées » pour laisser la place à l’interprétation et à la discussion bien sûr, mais surtout parce que la formulation même pose des difficultés quant aux aspects documentaires et aux moyens de leur analyse. La diversité des corpus rassemblés et des questions posées au cours de ces deux journées ont largement témoigné de ces enjeux épistémologiques.

L’interrogation sur les écritures réservées part de la rencontre de deux faits en apparence contradictoire : 1) l’intention universelle et durable des inscriptions médiévales, consolidée par une importante bibliographie (la « publicité » de Robert Favreau ; l’« écriture exposée » d’Armando Petrucci ; la « communication » de Vicente García Lobo) qui a fait de la documentation épigraphique l’un des moyens privilégiés de la transmission de l’information au Moyen Âge ; 2) le caractère public restreint ou inexistant d’un grand nombre d’inscriptions qui, malgré leur réalisation matérielle durable, parfois monumentale, ne peuvent assurer une publicité à grande échelle des informations qu’elles véhiculent. La conférence inaugurale de Paul Bertrand a montré que ce paradoxe concerne en réalité l’ensemble des pratiques graphiques médiévales : écrire et ne pas être lu… Dans la perspective des changements dans les pratiques de l’écrit à partir de 1200, beaucoup de documents ont été posés sur parchemin sans penser à leur lecture.

Pour résoudre cette contradiction apparente, et pour poser la question de la « publicité » dans des termes adéquats, comme nous y a invité Paul Bertrand, il faut mettre en accord les données documentaires avec une conception médiévale de la communication, et en particulier avec ce que le Moyen Âge a dit de la capacité de l’écriture à transmettre une information, et des moyens qu’elle mobilise pour cela. Ce sont les aspects qu’a particulièrement développés Benoît Grévin dans sa communication en  s’attachant à la notion de « voilement » et aux réflexions des rhéteurs sur les enjeux métaphoriques de l’inscription. Javier Martínez de Aguirre a, pour un tout autre ensemble documentaire, montré comment le fait de cacher ou dissimuler un nom était en lien avec des motivations toutes aussi importantes que la publicité (la notoriété, le prestige social, les résonances liturgiques ), introduisant à l’invitation de Morgane Uberti la notion de « stratégies distinctives » empruntées à Pierre Bourdieu.

De façon générale, les communications ont montré que l’on ne pouvait ignorer, à l’heure d’envisager la publicité des inscriptions, la conception chrétienne de l’écriture qui repose sur un certain nombre de principes de la théologie non dogmatique et qui attribue à la lettre, aux mots et aux textes qu’elle compose une vertu active – c’est ce que les présentations d’Elisa Pallottini et Encarnación Martín López sur les inventaires et authentiques de reliques ont montré avec force. L’écriture contient ainsi, en sa forme, ce qu’elle désigne, indépendamment de toute forme de lecture. Le sens réside davantage dans le geste qui trace les lettres et dans son résultat que dans la perception du texte par un lecteur potentiel. Les inscriptions en caractères coufiques insérées dans le décor des édifices mudéjars et étudiés par Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, illisibles sans doute, mais stratégiquement placées et mises en scène, relativisent la nécessité de la lecture de leur contenu, et placent l’intention de leurs commanditaires en dehors de la communication publicitaire. En réponse à l’ensemble de ces remarques, Isabel Velázquez Soriano rappelle que « les formes de l’écriture ne peuvent pas être condition de l’existence de l’écriture épigraphique. En d’autres termes, dans la définition de l’épigraphie, c’est le geste épigraphique qui compte, soit l’intention de l’émetteur ». Les Carmina latina epigraphica constituant une preuve du fait que le caractère épigraphique d’un texte ne saurait résider exclusivement dans sa forme matérielle.

Par ailleurs, plusieurs communications sont revenues sur le fait que la lecture médiévale n’est pas uniforme et qu’on peut accéder aux textes selon différentes manières de lire, de la lecture experte à la lecture pragmatique. Les mécanismes de lecture dépendent autant de la mémoire (et de la capacité à reconnaître la forme des lettres et des mots en nombre limités) que de la mécanique vision-encodage phonétique-décodage sémantique-interprétation à l’œuvre dans la lecture experte. La répétition des motifs dans les inscriptions arabes en lien avec la prière, l’iconicité des formes graphiques et la répétition des formules épigraphiques qui circulent d’un texte à l’autre doivent être prises en compte au moment de mesurer la familiarité du public avec un texte que la critique contemporaine perçoit comme ardu ou difficilement lisible. Dès lors, une part importante du sens de l’inscription (et du texte en général) peut reposer sur la dimension visuelle du texte, sur l’iconicité de l’écriture, sur la forme de l’objet inscrit – l’écriture devenant même, pour Adam Lajtar, un matériau susceptible « d’envelopper le défunt ». Son repérage et l’impression visuelle générale, l’empreinte du contexte permettent un accès, limité certes, mais réel au sens de l’inscription qui agit davantage en tant que signe ou signal qu’en tant que composition textuelle. Les exemples monumentaux évoqués par Daniel Rico Camps instituent ainsi avant tout la présence de l’écriture dans un contexte particulier, présence susceptible de déclencher une réponse chez les lecteurs les moins familiers avec l’écriture.

En analysant des exemples nubiens exceptionnels, dissimulés à la vue de tous, Adam Lajtar a parfaitement montré qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, la publicité n’est pas absolue dans son résultat – elle n’est que potentiellement efficace ; la rencontre du texte et de sa cible dépend de circonstances et de conditions ad hoc que les moyens de mise en œuvre et d’exposition cherchent à atteindre (ou pas) mais qui échappent, dans la réception, à l’émetteur du message. Le lecteur est seul face au texte et la communication épigraphique peut réussir ou échouer. La publicité est donc relative et dépend d’un certain nombre de variables qui peuvent transformer l’écriture exposée en écriture réservée. Dans tous les cas, les deux journées de travaux ont montré que la publicité est une intention qui ne peut se mesurer que dans les moyens mis en œuvre dans l’inscription elle-même et qu’il est, partant, très difficile d’établir un « public » ou un « lectorat ». Elles ont aussi souligné combien la publicité universelle était rare. Dans les exemples évoqués par Esther Sánchez-Medina, la langue, le style, la graphie et l’emplacement impliquent un choix dans le public, une sélection de la cible. Faut-il pour autant lire cela comme un échec du processus de communication ? Sans doute pas, et il faut davantage voir cette sélection comme une mise en adéquation du texte et de son public. L’écriture réservée n’est donc plus une limite, mais un garant du succès de la communication. Et c’est sans doute pourquoi les exemples romains décrits par Carles Mancho sont aussi élaborés dans leur forme : ils cherchent avant tout à répondre aux ambitions de la communication de prestige mise en place par l’institution papale, quitte à exclure une grande partie des fidèles de la diffusion du message.

À partir du moment où on a relativisé ainsi, deux jours durant, la dimension publicitaire, on a rapproché l’inscription des autres formes écrites médiévales. La dimension publicitaire, communicative et commémorative, que l’on attribue parfois exclusivement à tort aux inscriptions, concerne en réalité l’écriture médiévale, quels que soient le support, la graphie et le contenu. Manuel Salamanca López a démontré à partir d’exemples manuscrits de la fin du Moyen Âge la même « volonté épigraphique » de certaines pratiques. Thierry Grégor a quant à lui analysé les gestes et les techniques qui pouvaient conduire, malgré l’aspect ostentatoire de certains supports, à réserver l’écriture épigraphique, ou bien dans l’objet produit, ou bien dans le message inscrit.

76_00017191

In fine, de grandes questions transversales sont revenues dans l’ensemble des communications, et elles ont été relevées dans les conclusions de Fermín Miranda García. « Écritures réservées » peut-être, mais par qui ? Est-ce que la décision de ne pas diffuser à tous l’écriture peut être identifiée ? Est-ce qu’elle s’incarne dans une personne, dans une institution ? Est-ce qu’il faut être en charge d’une autorité ou d’un office pour réserver l’écriture ? Est-ce que les questions techniques entrent en jeu au point d’empêcher la diffusion d’un message ? En mettant en perspective ces enjeux avec les problématiques de contrôle et de pouvoir, Paul Bertrand, Manuel Salamanca López et Esther Sánchez-Medina ont identifié, dans le circuit de la production écriture, des tournants, des moments charnières durant lesquels des choix sont effectués pour augmenter, réduire ou empêcher cette réserve. Autre salve de questions posées à la documentation épigraphique : « Écritures réservées » certes, mais à qui ? Est-il question de réglementation, de prérogatives, de hiérarchie dans la réserve ? Qui devient destinataire d’une écriture réservée ? Doit-on passer par la définition préalable, réfléchie et motivée d’un lectorat ? Une telle sociologie de la communication doit alors être analysée dans les moyens mis en œuvre pour réserver l’écriture : moyens graphiques, visuels et linguistiques dans un premier temps, permettant de rendre un texte invisible, illisible ou incompréhensible ; moyens topographiques ensuite, et leur corollaire dans le contrôle des circonstances d’accès au texte. Comme l’a montré la conférence d’Elisa Pallottini à partir des authentiques de relique, la communication épigraphique en vient à programmer une ritualisation (au sens anthropologique) des conditions de la lecture et de la perception, et les espaces d’exposition deviennent une scène pour une pratique sociale de la lecture (Juan Carlos Ruiz Souza). Enfin, les communications ont donné l’occasion de s’interroger sur les raisons d’être de l’écriture réservée : quels sont les intentions et effets d’une communication relative ? Face à l’impossibilité de répondre avec certitude à cette question, on a cherché, en particulier avec les communications d’Estelle Ingrand-Varenne et de Daniel Rico Camps, à comprendre le scénario de la réserve de l’écriture épigraphique : altération, modification, effacement, disparition, destruction, déplacement. Exposer maintenant, c’est souvent réserver plus tard. L’écriture épigraphique, et l’écriture en général, est toujours à l’interface entre instant et durée, entre permanence et fugacité. Le lectorat lui-même est un groupe social mouvant, qui change dans ses définitions.

***

st-benoit-2-nbCes journées ont donc ajouté de nouvelles questions à la liste déjà conséquente des interrogations du programme EPIMED. Elles ont en revanche opéré un renversement majeur du questionnement épigraphique. Il ne s’agit plus désormais de partir d’une publicité universelle et supposément inhérente à la documentation épigraphique, mais d’essayer de mesurer sa réalité à partir des objets eux-mêmes au sein de différents environnements culturels. Si l’on a cité, à de nombreuses reprises au cours de ces deux journées, le nom des pères fondateurs de la discipline épigraphique, on a surtout cherché à mettre en perspective leurs intuitions et leurs enseignements avec les acquis de la recherche récente sur la culture écrite médiévale et avec les nouvelles pièces versées aux grandes collections épigraphiques européennes. À l’issue de ces journées, une question demeure, et fascine toujours autant qu’elle irrite les épigraphistes : pourquoi diantre réaliser une inscription qui invite à la prière dans un endroit inaccessible, dans une graphie illisible et dans une langue que personne ne connaît ? Les contributions de tous les participants et la qualité des débats énergiques du programme EPIMED permet désormais au moins de poser cette question dans des termes en accord avec la réalité de la documentation médiévale.

Un nouveau rendez-vous épigraphique annuel à Poitiers

À la rentrée 2016, se met en place au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale  un séminaire permanent sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

corpus-des-inscriptions-de-la-france-medievaleL’épigraphie médiévale avait, au moment de sa naissance en France, au milieu des années 1960, et a toujours aujourd’hui comme objectif premier la publication des inscriptions. Jusqu’à ce jour, le Corpus des inscriptions de la France médiévale articulait au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers l’édition des inscriptions, la gestion de la documentation rassemblée pour en assurer la continuité, et les activités ponctuelles de réflexion méthodologique ou de recherche. Cette articulation doit aujourd’hui être revue en raison des évolutions nécessaires que connaît l’entreprise éditoriale (avec le passage à l’édition numérique, l’élargissement de l’amplitude chronologique des textes publiés, la mise à disposition en ligne des volumes du CIFM) et en raison de la nécessité, pour les questionnements épigraphiques, de s’inscrire dans la dynamique de recherche autour des signes et de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge.

Parce qu’il reste bien des questions fondamentales auxquelles répondre (qu’est-ce qu’une inscription ? En quoi une inscription se distingue-t-elle d’une autre forme écrite ? À quoi sert une inscription ?),  il convient de s’attacher à la définition des « objets épigraphiques », à leur matérialité et à leur forme, sans séparer l’appréhension du support de celle de la graphie ou du contenu ; en d’autres termes, d’interroger les pratiques graphiques en dehors du monde manuscrit et d’envisager les conditions matérielles de leur réalisation, les implications techniques de leur mise en œuvre, les formes de l’écriture mobilisée dans le matériau, les interactions avec leur environnement lors de leur exposition et/ou utilisation. Cette réflexion s’inscrit d’abord dans la dynamique du material turn, à l’œuvre dans tous les domaines de la médiévistique, et qui permet de remonter à la source des productions médiévales (la pierre avant l’épitaphe, le bronze avant la porte, l’or avant le reliquaire) ; elle s’inscrit aussi dans une conception élargie de la paléographie médiévale qui ne s’arrête plus désormais aux frontières épistémologiques entre épigraphie, sigillographie, et diplomatique pour embrasser l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge ; enfin, elle met en lumière les connexions médiévales entre pratique graphique et pratique artistique, entre pensée écrite et pensée plastique, entre recours à l’écriture et théologie de l’image.

Pour répondre en partie au moins à ces questions de façon collective et formuler ensemble un certain nombre d’hypothèses, le CESCM met en place à partir de la rentrée de septembre 2016 un « séminaire permanent » sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

Le fonctionnement d’un tel programme repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. L’articulation n’est donc pas celle d’une équipe ou d’une unité, encore moins celle d’une structure figée, mais celle d’un lieu et d’un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

Le séminaire permanent de recherche sur les écritures non manuscrites médiévales entend se réunir sur une journée trois à quatre fois par an au CESCM. La ou les session(s) de printemps et d’automne sont thématiques et proposent l’exploration collective d’un sujet lié à la problématique « Matières et formes des objets épigraphiques ». La session d’été est consacrée aux actualités de la recherche sur les écritures exposées (sujets de thèses, compte rendus de colloques ou de soutenances, chantiers, découvertes, projets collaboratifs) ; la session d’hiver est consacrée à la bibliographie (lecture collective d’un ouvrage en amont et discussion lors de la session).

À titre indicatif, les sessions thématiques pourraient porter sur les sujets suivants : « Fixité, mobilité, mutation des supports : autour de la notion de ‘contexte’ » ; « Élégance, régularité, variations : autour de l’appréciation de la ‘qualité’ des objets épigraphiques » ; « Fers à hostie, pyxides, enseignes, dés… : autour de ces ‘objets’ inscrits dont on ne sait quoi faire » ; « La lettre en son lieu : pour une étude ‘incarnée’ de l’écriture exposée ». Les sessions bibliographiques seront prévues au fil de l’eau en fonction des actualités éditoriales. Pour les premières sessions, quelques ouvrages fondamentaux mériteraient sans doute une (re)lecture collective : Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, 1993 ; Kendall C.B., The Allegory of the Church. Romanesque Portals and Their Verse Inscriptions, Toronto, 1998 ; Mallon J., De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, Paris, 1982 ; Koch W., Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit, Vienne, 2007.

Afin d’assurer la diffusion des informations quant à ce séminaire, on pourrait utiliser le carnet de recherche Hypothèses créé à l’occasion du programme EPIMED et le faire évoluer vers une véritable plateforme collaborative pour échanger informations, clichés, bibliographie…

Pour tout renseignement à ce sujet et pour recevoir des informations plus précises, contacter Vincent Debiais.

L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)

Journée d’étude « Inscriptions et reliquaires » – CESCM, 3 juin 2016

Nous reproduisons sur le Carnet du projet EPIMED le billet paru sur le Carnet du CESCM annonçant la tenue d’une journée d’étude à Poitiers sur le thème « Inscriptions et reliquaires ».

En 1997, Jean Michaud proposait une communication sur les consécrations d’autel au grand colloque de Boulogne-sur-Mer dédié au culte des reliques, et offrait des pistes de recherche sur la question des liens entre écriture épigraphique et mise en scène des corps saints.

Près de vingt ans après cette conférence, l’étude des reliquaires, de leur forme, de leur décor, de leur fonction, a considérablement progressé, notamment sous l’impulsion du material turn en histoire de l’art, et de l’étude du corps et de la corporalité au Moyen Âge. Cependant, l’intérêt pour les inscriptions que portent très souvent les châsses et les reliquaires reste encore limité, alors qu’elles sont partie intégrante des moyens visuels déployés dans le matériau pour mettre en scène le saint et sa virtus. Les inscriptions sur les reliquaires manifestent par l’écriture ce que contient l’objet ; entre authentification des restes saints, commémoration du commanditaire de l’objet et invitation à la prière des fidèles, elles dévoilent et manifestent ce qui est soustrait à la vue et au toucher.

Lors de cette journée d’étude organisée par Vincent Debiais et Elisa Pallottini, il s’agira de poser à ces inscriptions de nouvelles questions à la lumière des recherches récentes sur les reliquaires, en se concentrant notamment : 1) sur les propriétés empiriques de l’écriture et son interaction avec le matériau ; 2) sur la relation entre la capacité de l’écriture à signifier et la capacité de la virtus à agir ; 3) sur les liens éventuels entre le contenu des inscriptions et la présence des saints dans la liturgie ; 4) sur les connexions entre les inscriptions sur reliquaires et les textes inscrits sur les objets liturgiques.

Cette journée d’étude s’étendra sur une « longue journée » ; elle alternera les études de cas et les réflexions générales sur les liens entre écriture et sacralité.

Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).
Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).

Programme

9h – Accueil des participants

9h30 – Vincent Debiais (CNRS-CESCM) : Les inscriptions, une écriture à la croisée des matières (en guise d’introduction)

10h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) : Les questions et enjeux ecdotiques des inscriptions sur objet

10h45 – Janneke Raaijmakers (Université d’Utrecht) : Hagiography versus epigraphy? A different perspective on saints’ cults or not.

11h30 – Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) : Les reliquaires, les reliques et leurs inscriptions

12h15 – Déjeuner

14h – Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Intus et foris

14h45 – Delphine Boyer-Gardner : Autour des corps de saints évêques du haut Moyen Âge : inscriptions au contact et inscriptions à distance.

15h30 – Pause

15h45 – Edward Schoolman (Université de Reno) : Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul

16h30 – Discussions et conclusions

Afin de nourrir les discussions et d’apporter des éclairages originaux sur ces questions, les organisateurs ont également invités des collègues à réagir pendant les échanges et les débats : Éric Palazzo (Université de Poitiers-IUF), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Teemu Immonen (Université de Turku), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Morgane Uberti, Marika Rasanen (Université de Turku).


Lieu : salle Crozet du CESCM – 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme

 

Voir ou lire les inscriptions ?

À plusieurs reprises au cours de la rencontre EPIMED III, les débats ont porté sur la distinction entre « voir » et « lire » les inscriptions médiévales, entre l’impact visuel de l’objet épigraphique et la lecture effective du texte.

Sur cette question, il faut tenir compte du récent ouvrage collectif dirigé par Antony Eastmond :  Viewing Inscriptions in tha Late Antiquity and Medieval World, Cambridge-New York, 2015 (978-1-107-09241-9).

Les auteurs proposent des pistes de recherche passionnantes quant à la présence et à la dimension visuelle des inscriptions, et on ne peut que recommander chaudement la lecture de ce volume.

51sxX8V85JL._SY344_BO1,204,203,200_

On verra aussi avec grand intérêt la recension de l’ouvrage en question sur le site e-pigraphia.

Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).