Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

Les inscriptions de Poitiers, fin VIIe-début XVIe s.

Alors que l’épigraphie médiévale française va bientôt fêter ses cinquante ans, ce volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale rédigé par Robert Favreau et consacré à la ville de Poitiers inaugure les Hors-Série. Premier terrain d’investigation des épigraphistes en 1974, Poitiers offre un patrimoine inscrit abondant, sans cesse enrichi par les récentes découvertes, à l’instar des peintures murales de la cathédrale Saint-Pierre ou de l’église Sainte-Radegonde.

La nouveauté de ce volume réside surtout dans l’élargissement chronologique, incluant désormais les derniers siècles du Moyen Âge, non édités jusqu’alors. Le XVe siècle représente à lui seul un quart de la documentation.

Cliché : Eva Avril.

C’est l’époque où la ville est capitale de l’apanage du duc Jean de Berry, puis capitale judiciaire de Charles VII, époque également où est créée l’Université dont témoigne l’inscription de la cloche, datée de 1451, installée au clocher de l’église Saint-Porchaire. De nouveaux types de textes apparaissent : les fondations pieuses, témoins du changement d’attitude devant la mort.

Toutefois, ce sont les XIe-XIIe siècles, période des grands chantiers poitevins, qui offrent le plus grand nombre de documents épigraphiques. La construction et les rénovations d’un certain nombre d’églises comme Sainte-Radegonde, Saint-Porchaire, Saint-Jean-de-Montierneuf, Saint-Hilaire, Notre-Dame-la-Grande ou, le baptistère Saint-Jean offrent l’occasion de réaliser de vastes décors sur les façades, les voûtes, les piliers inspirés de la Bible, de sermons et des vies de saints.

Saint Martin partage son manteau (fin XIe s.), peinture de l’église Saint-Hilaire. Cliché : Photothèque-CESCM.

Classés par lieux, ces 241 textes gravés dans la pierre, peints sur les vitraux ou l’enduit des murs, incisés dans le métal, lisibles encore sur des broderies, des émaux, une reliure et un tableau, proposent une promenade dans la ville dont ils racontent l’histoire à leur manière sur près de huit siècles.

Ce volume offre aussi une plongée dans le monde manuscrit à travers la réception et la transmission des inscriptions, recopiées ou dessinées du XVIIe au XIXe siècle. L’apport le plus important pour le relevé d’inscriptions poitevines est celui de François-Roger de Gaignères (1642-1715) qui a fait reproduire, par son dessinateur Louis Boudan, 23 tombeaux des églises de Poitiers, aujourd’hui disparus.

Grâce à la riche introduction qui les met en perspective, le lecteur trouvera dans l’ensemble de ces textes un  apport désormais essentiel pour l’histoire de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge, mais aussi pour l’histoire urbaine et sociale toujours à explorer.

Inscription sur une mesure à grain de la fin du XVe s. Musée Sainte-Croix. Cliché : Christian Vignaud.

 

3e journée de formation à TITULUS – 8 février

La formation et la réflexion autour des pratiques éditoriales en épigraphie médiévale se poursuit avec une 3e journée. Alors que TITULUS n’a pas encore pris son rythme de croisière, se pose déjà la question d’une part de l’élargissement à de nouveaux corpus, hors du CIFM, et d’autre part de l’utilisation d’une partie de ce schéma pour d’autres projets.

L’objectif de cette 3e journée de formation, qui aura lieu au CESCM le jeudi 8 février 2018 (salle Berger, 10h-17h) est de :

  • réfléchir ensemble aux modifications à apporter au schéma élaboré ;
  • penser l’accueil au sein de TITULUS de différents corpus (tout corpus épigraphique, du IIIe au XVIe s., d’Occident et d’Orient, peut être soumis à la réflexion) ;
  • apprendre à encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues, grâce aux propositions d’EpiDoc.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi les 2 premières séances pour venir ; si vous êtes intéressé ou avez des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec Clara Renedo et moi-même.

Programme :

10h-12h30 : brain-storming sur l’élargissement de TITULUS (intégration des corpus de thèse et de master)

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-17h : encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues

  • Caractère abimé mais lisible
  • Caractère ambigu
  • Caractère perdu mais restituable
  • Caractère perdu non restituable
  • Ancienne et nouvelle lecture d’un passage perdu
  • Apprécier la longueur d’un passage perdu
  • Texte inachevé à l’époque médiévale
  • Conséquences sur le mot, le lemme, la traduction etc.

Contacts :

Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com

Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Séminaire SEMPER, 9 février : l’économie graphique

La deuxième séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se tiendra le vendredi 9 février au CESCM (salle Crozet). 

Après une première rencontre portant sur « Déterminisme, évolution, créativité : formes et ductus des lettres dans les inscriptions », cette deuxième séance propose un changement de focale en se consacrant à l’économie graphique entendue comme organisation, relations ou articulations entre les différents éléments de l’écriture. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace…

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h-10h20 : Introduction sur l’économie graphique des inscriptions

10h20-12h30 : Présentation de dossiers

  • Annick Gagné (L’écriture sur ou hors de la bordure de l’inscription de consécration, France Xe-XIIe s.)
  • Marie Fontaine-Gastan (Voir son corpus sous l’angle de l’économie graphique)
  • Arnaud Loaëc (Epigraphie byzantine)

Déjeuner

14h-14h45 : Focus sur l’article d’in-scription de Françoise Gay,  « Il a parlé par les prophètes »

14h45-17h30 : Suite de la présentation des dossiers

  • Lucie Malbos (Epigraphie runique)
  • Philippe Jacquet (Epigraphie sigillaire)
  • Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne (L’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, avec reproduction expérimentale d’une pierre)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Inscripthèque – Nouveautés 2nd semestre 2017

Liste des nouvelles acquisitions de l’inscripthèque, fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département, répertoire des formules etc.

L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM ; tous les clichés photographiques peuvent également être consultés et utilisés sur simple demande.

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos articles en épigraphie ou à nous indiquer les références d’autres auteurs.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Articles :

  • Bock Nicolas, « La cour en miroir. La noblesse angevine et ses monuments funéraires », Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 55, 2017, p. 249-277.
  • Bornschlegel Franz-Albrecht, « Blutgetränkte Buchstaben ? Inschriften auf Schwertern, Degen und Dolchen », Die Kunst des Fechtens, Elisabeth Vavra, Matthias Johannes Bauer dir., Heidelberg, 2017, p. 285-318.
  • Brown Peter Scott, « The Chrismon and the Liturgy of Dedication in Romanesque Sculpture », Gesta 56, 2, 2017, p. 199-223.
  • Chabrot Daniel, « Chrisme de dédicace déposé dans l’église abbatiale Saint-Pierre de Clairac », Revue des travaux de l’Académie d’Agen, 3e série, t. X, 2016, p. 71-76.
  • Chancel-Bardelot Béatrice (de), « Compte rendu : Corpus des inscriptions de la France médiévale. VIIIe-XIIIe siècle. Volume 26 », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 212, mars 2017, p. 73-73.
  • Claverie Pierre-Vincent, « Les difficultés de l’épigraphie franque de Terre sainte aux xiie et xiiie siècles », Crusades, XII, 2013, p. 67-89.
  • Debiais Vincent, « Writing on Medieval Doors : The Surveyor Angel on the Moissac Capital (ca. 1100) », Writing Matters. Presenting and Perceiving Monumental Inscriptions in Antiquity and Middle Ages, ed. by Irene Berti, Katharina Bolle, Fanny Opdenhoff and Fabian Stroth, De Gruyter, p. 286-307.
  • Favreau Robert, « De l’éloge religieux à l’exhortation morale et à l’affirmation de l’état social dans les épitaphes », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 2017, p. 225-246.
  • Favreau Robert, « Les peintures murales du rond-point à Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : un programme iconographique et épigraphique très élaboré », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 2017, p. 139-154.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra Tarda Antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité Tardive. Revue Internationale d’Histoire et d’Archéologie (ive-viie siècle), 23, 2015, p. 353-370.
  • Felle Antonio Enrico, « Casi di epigrafi ‘non esposte’: alcune considerazioni », Studi Medievali, Serie terza, Anno LVIII – Fasc. II, 2017, p. 579-606.
  • Ferguson Ronnie, « Dating the Vernacular Inscription on the Wall of St Mark’s Treasury in Venice. A Case Study in Medieval Epigraphic Philology », Italian Studies, 2017 (en ligne).
  • Gay Françoise, « Il a parlé par les prophètes. Les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art de l’Occident médiéval », In-Scription, Première livraison, 2017 (en ligne).
  • Hoyo Calleja Javier (del), « Panorama de la epigrafía medieval hispana. Dificultades y propuestas », Latinidad medieval hispánica, ed. Juan Francisco Mesa Sanz, Firenze, Sismel, 2017, p. 399-414.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Des inscriptions sans matière ? Foulcoie de Bauvais et Baudri de Bourgueil, le paradoxe de la poésie à caractère épigraphique », Matières à débat. La notion de matiere littéraire dans la littérature médiévale, Christine Ferlampin-Acher et Catalina Girbea (dir.), Rennes, PUR, 2017, p. 179-192.
  • Marcoux Robert, « Le souvenir et le devenir du défunt. Réflexions sur quelques tombeaux de l’abbatiale Saint-Père-en-Vallée à Chartres », Art sacré : cahiers de Rencontre avec le patrimoine religieux, n°32, 2017, p. 7-17.
  • Milanesi Giorgio, « La cathédrale d’Angoulême et le schisme de 1130-1138. Le déchiffrement des caractères cryptographiques », Bulletin Monumental, t. 175-2, 2017, p. 155-156.
  • Rhoby Andreas, « Text as Art ? Byzantine Inscriptions and Their Display », Writing Matters. Presenting and Perceiving Monumental Inscriptions in Antiquity and Middle Ages, ed. by Irene Berti, Katharina Bolle, Fanny Opdenhoff and Fabian Stroth, De Gruyter, p. 265-283.
  • Rochebouet Anne, « Épitaphes et espace funéraire dans les récits de la chute de Troie. Entre « effet de vérité » et construction d’un univers de fiction », L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, Étienne Anheim, Pierre Chastang, Francine Mora-Lebrun, Anne-Rochebouet, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 115-129.
  • Sitz Anna, « « Great Fear » : Epigraphy and Orality in Byzantine Apse in Cappadocia », Gesta, vol. 56, n°1, 2017, p. 5-26.

Thèse :

Loaëc Arnaud, L’empereur dans les inscriptions byzantines (641-1204), thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction de Jean-Claude Cheynet, à l’Université Paris IV – Sorbonne, 2016 (version électronique).

2e journée de formation à l’encodage XML-TEI dans TITULUS

Après la première journée de formation à l’encodage des notices épigraphiques dans TITULUS le 1er juin, une deuxième journée est proposée le mercredi 18 octobre au CESCM (salle Berger, 10h-16h30).

L’objectif est double  :

  • se centrer sur l’encodage du texte, en fournissant une méthodologie et en faisant des exercices pratiques ;
  • tester le moteur de recherche de la base de données.

Merci de venir avec votre ordinateur portable.

Nous travaillerons à partir de l’inscription carolingienne de Gausberga, à Bourges (CIFM 26, 77).

Programme :

10h-12h30 :

  • Transcription et interventions éditoriales :
    • Délimitation de la zone d’écriture, direction du texte
    • Dégâts et parties endommagées
    • Sauts de ligne et espaces
    • Mots
    • Ponctuation
    • Abréviations
  • Formes et apparences :
    • jeux de lettres
    • caractères et glyphes

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-16h30

  • L’organisation syntaxique et grammaticale :
    • Lemmatisation
    • Phrases
    • Paragraphes
    • Vers
  • Sémantique : les personnages et les lieux
  • Présentation de la base de données

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la première séance, mais qui désireraient venir à la deuxième, merci de contacter Estelle Ingrand-Varenne pour l’installation de l’éditeur oXygen, et l’envoi des power point.

Contact :

  • Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com
  • Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Inscripthèque : dernières acquisitions

L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500,  répertoires des formules et des références bibliques et archives de Robert Favreau.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du premier semestre 2017. L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « Un sermon en langue vulgaire, tiré du Barlaam et Josaphat, sur les parois du baptistère Saint-Jean à Poitiers », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 237, 2017, p. 1-25.
  • Brown, Peter Scott, « As Excrement to Sacrament: The Dissimulated Pagan Idol of Ste-Marie d’Oloron », The Art Bulletin, Vol. 87, No. 4, Dec. 2005, p. 571-588.
  • Brown, Peter Scott, « The verse inscription from the deposition relief at Santo Domingo de Silos: word, image, and act in medieval art », Journal of Medieval Iberian Studies, 1:1, 2009, p. 87-111.
  • Cacchioli Luna, Cannata Nadia, Tiburzi Alessandra, « EDV – Italian Medieval Epigraphy in the Vernacular (IX-XV c). A New Database », Off the Beaten Track. Epigraphy at the Borders. Proceedings of the VI EAGLE International Meeting (24-25 september 2015, Bari, Italy), ed. by A. E. Felle, A. Rocco, p. 98-130.
  • Debiais Vincent, « Lettering Medieval Imagination. A Note on the Inscriptions and the Images of Daniel Capital in San Pedro de la Nave », Texts, Inscriptions, Images. Art Reading, 2016/1, p. 145-156.
  • Debiais Vincent, « Stratification, montage, symbiose. Les textes et les images du calice et de la patène de Saint-Godehard d’Hildesheim », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 février 2017. URL : http://peme.revues.org/12326 ; DOI : 10.4000/peme.12326
  • Debiais Vincent, « Templo, tiempo, tempo en la iglesia románica », Codex Aquilarensis 32, 2016, p. 111-134.
  • Debiais Vincent, « From Christ’s monogram to God’s presence : Epigraphic contribution to the study of chrismons in Romanesque sculpture », Jeffrey Hamburger; Brigitte M. Bedos-Rezak, Sign and Design. Script as Image in Cross-Cultural Perspective (300–1600 CE), Dumbarton Oaks, 2016, p. 135-153.
  • Favreau Robert, « Inscriptions médiévales et histoire du sacrement de l’Eucharistie », Cahiers de civilisation médiévale, 59, 2016, p. 385-410.
  • Fraenkel Béatrice, « Écriture, architecture et ornement : les déplacements d’une problématique traditionnelle », Perspective 1, 2010, p. 165-170.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « The Use of Vernacular and its Graphic and Material Shape in Epigraphic Discourse: Three Case Studies from Western France », Ruling the Script: Formal Aspects of Medieval Witten Communication, éd. Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, Utrecht Studies in Medieval Literacy, 35, Turnhout : Brepols, 2016, p. 357-377.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Décrypter les inscriptions », La cathédrale gothique de Poitiers. Restauration du bras sud du transept. Beaux-Arts, 2017, p. 82-83.
  • Jourd’heuil Jean-Vincent, « Nommer une tombe épiscopale. Objets funéraires et endotaphes de la cathédrale d’Orléans (XIIIe-XIVe siècles) », Cathédrale d’Orléans, éd. Irène Jourd’heuil, Sylvie Marchant, Marie-Hélène Priet, Presses universitaires de Tours, 2017, p. 181-202.
  • Méhu Didier, « L’onction, le voile et la vision : anthropologie du rituel de dédicace de l’église à l’époque romane », Codex Aquilarensis 32/2016, p. 83-110.
  • Nastasi Arianna, « Iscrizioni romane, tardoantiche e altomedievali dallo scavo di Leopoli-Cencelle (VT) », Scienze dell’Antichità, 19, 2013, p. 327-345.
  • Reveyron Nicolas, « Les noces d’Eïcôn et de Philologie. Les relations performatives entre le texte et l’image dans les portails romans de Thines et de Nantua », in “Par estude ou par acoustumance”, Saggi offerti a Marco Piccat per il suo 65° compleanno, A cura di Laura Ramello, Alex Borio e Elisabetta Nicola, Alessandria, Edissioni dell’orso, 2017, p. 609-625.
  • Rhoby Andreas, « Tower, stablished by God, God is protecting you: Inscriptions on Byzantine Fortifications – Their Function and Their Display », Inscriptions in the Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art. Proceedings of the International Symposium “Inscriptions: Their Contribution to the Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art” (Ioannina, June 26-27, 2015), ed. Christos Stavrakos, 2016, Harrassowitz Verlag Wiesbaden, p. 341-369.
  • Santiago Fernandez Javier (de), « Oraciones por la salvación del alma. El obituario en piedra del monasterio de Sant Pau del Camp en Barcelona », Anuario de estudios medievales, 46/2, julio-diciembre de 2016, p. 939-973.
  • Santiago Fernandez Javier (de), « ¿Falso, copia u original tardío? Acerca de la tradición del monumentum fundationis del monasterio de Nuestra Señora de Monsalud (Córcoles, Guadalajara) », A. Guzmán & I. Velázquez (eds.), De vera et falsa historia I, Estudios sobre falsificación documental y literaria antigua, Ediciones Clásicas, Madrid, 2017, p. 117–129.
  • Tedeschi Carlo, « Costruzioni e ricostruzioni. Parole e pietre nella chiesa di San Giovanni in Venere », San Giovanni in Venere, a cura di A. G. Pezzi, M. C. Rossi, Carsa Edizioni, 2017, p. 43-47.
  • Tedeschi Carlo, « Le epigrafi del portale e del portico della cattedrale di Terracina », Arte medievale, IV serie, anno VI, 2016, p. 45-50.
  • Velázquez Isabel, « Recension du Corpus des inscriptions de la France médiévale vol. 25 », Medievalia, 19/1, 2016, p. 161-217.

Ouvrages

  • Pronay Andreas, Die lateinischen Grabinschriften in den Kreuzgängen des Basler Münsters, Basel, Schwabe AG, 2016.
  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1).  Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016
  • Die Inschriften des Landkreises Freudenstadt, unter Benutzung der von Anneliese Seeliger-Zeiss erstellten Vorarbeiten zum Kloster Alpirsbach gesammelt und bearbeitet von Jan Ilas Bartusch (Die Deutschen Inschriften 94, Heidelberger Reihe 19). Wiesbaden (Ludwig Reichert) 2016
  • Ingrand-Varenne Estelle, Corpus des inscriptions de la France médiévale 26, Cher, Paris, CNRS éditions, 2017.

Formation à l’encodage XML-TEI dans TITULUS

Une journée de formation à l’encodage des notices épigraphiques dans TITULUS est organisée le jeudi 1er juin au CESCM (salle Berger, 10h-17h).

Venir avec son ordinateur portable et avoir au préalable installé l’éditeur oXygen, en suivant les consignes envoyées, et téléchargé le dossier TITULUS (feuille de style, notices HTML, notices XML). Apporter deux exemples d’inscriptions, avec notices détaillées et images.

Programme :

10h-11h :

  • vérification de l’installation d’oXygen
  • présentation dans les grandes lignes du XML, TEI, EpiDoc

11h12h30

  • comment créer une nouvelle notice ?
  • encoder les informations générales concernant l’inscription (teiHeader)

12h30-13h30 : déjeuner sur place

13h30-15h

  • encoder le texte (transcription, forme et apparence ; édition normalisée : ponctuation, mot, phrase, paragraphe)

15h-15h30 : pause

15h30-17h

  • encoder la traduction
  • encoder le commentaire
  • encoder la bibliographie
  • Mettre en ligne : présentation de la base de données

Pour prendre un peu d’avance, lire  sur le site de TITULUS (onglet « Projet »)  le manuel d’encodage  et la table de synthèse  tout en bas de la page.

Contact :

 

Le Corpus des inscriptions de la France médiévale en ligne sur Persée

Vingt-quatre des vingt-six volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) sont désormais en ligne sur Persée, portail de diffusion de publications scientifiques, principalement dans le domaine des sciences humaines et sociales.

La documentation épigraphique (du VIIIe au XIIIe s.) publiée pour 61 départements est donc accessible à tous gratuitement en texte intégral et téléchargeable en PDF.  Une recherche en plein texte peut également être effectuée.

On peut aussi retrouver la collection à partir de la carte de TITULUS, en cliquant sur la liste des départements donnée au-dessous. Les volumes 25 et 26 sur le Centre de la France, publiés en 2014 et 2016, seront à terme sur TITULUS et bénéficieront d’un mode de recherche plus fin.

La collection compte à ce jour plus de 4100 inscriptions éditées, certains départements étant particulièrement riches, comme le souligne la carte de densité épigraphique.

La densité épigraphique par département

La publication du CIFM s’étale entre 1974 et 2016, soit plus de quarante ans au cours desquels nombre de suppléments ont été apportés à chaque volume, grâce aux découvertes archéologiques, aux informations transmises par des partenaires locaux, aux avancées de la discipline et aux apports bibliographiques.

L’ensemble des supplementa et errata des tomes parus (environ 150), du fichier des inscriptions des XIVe-XVe siècles et des clichés photographiques est disponible à l’inscripthèque du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Le CIFM est un corpus ouvert et évolutif, qui a à cœur  de s’adapter à l’évolution de la recherche, notamment par le changement des normes d’édition au fil du temps ou par le changement de format (projet TITULUS).

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

 

Offre de stage en édition électronique des inscriptions médiévales

Dates : 1er avril- 30 juin 2017.

Lieu : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Maître de stage : Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Gratification : 546,01€/mois + participation aux frais de transport

Contexte

À l’issue de l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016) et avec le soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num), l’équipe d’épigraphie du CESCM a développé un projet d’épigraphie médiévale numérique : TITULUS. Son objectif est de rendre accessibles les sources épigraphiques, proposer une édition dynamique et de nouvelles modalités de recherche.

Dans ce cadre, le stage offre l’opportunité de travailler sur des sources médiévales originales, les inscriptions, et de participer à l’entreprise de publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, sous format numérique. Il propose de mener à bien l’édition multi-support du volume Hors-série 2 du CIFM consacré à la documentation épigraphique de la ville de Poitiers, du VIIIe au XVe siècle (refait par Robert Favreau).

Installé à l’inscripthèque, le stagiaire sera intégré à l’équipe d’épigraphie (avec Robert Favreau, Cécile Treffort, Vincent Debiais, et les doctorants), avec laquelle il développera ses compétences en épigraphie médiévale.

Objectifs

Livrables techniques

  • Terminer l’encodage des notices du Hors-Série II selon le format établi (XML-TEI) ;
  • Développer les modalités de recherche grâce à la base de données native en XML (Exist-db) ;
  • Développer la géolocalisation (carte générale, à l’échelle d’un volume) ;
  • Générer l’édition papier à partir d’une feuille de style XSLT.

Le stage aboutira à l’édition électronique et papier du volume du CIFM sur Poitiers.

Réflexion scientifique

Le stage permettra au candidat de réfléchir à l’appréhension de l’écriture épigraphique au Moyen Âge, sous ses aspects graphiques et en regard d’interrogations paléographiques plus larges, et aux liens de l’objet-inscription avec son contexte.

De manière générale, le stagiaire réfléchira aux implications sur le public des différents choix éditoriaux qui ne sont jamais neutres et aux implications de l’ecdotique.

Acquisitions de compétences

Ce stage permettra au candidat de développer des compétences en épigraphie médiévale grâce à une formation au long des trois mois, non seulement ecdotique et théorique mais aussi de terrain.

Il améliorera ses connaissances du format TEI et des bonnes pratiques pour l’encodage numérique.

 

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.

 

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.

Inscripthèque – Nouvelles acquisitions

visite_uia_2016_003L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500  et répertoires des formules et des références bibliques.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du second semestre 2016.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « La pierre tombale d’un évêque ‘suffragant’ d’Alba Iulia : Saulus (†1309/1310 ?) ou Benedictus (†1320) », Annales Universitatis Apulensis. Series Historica, 17/II, 2013, p. 155-172.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Scriptor scribebat et pulchram puellam in mente tenebat : la fin de l’inscription peinte de Dârjiu (1419) », Studii şi materiale de istorie medie, vol. XXX, 2012, p. 213-221.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Un nouveau regard porté sur l’épée à inscription de Satu Mare (xiiie– xive siècles », Apulum. Acta Musei Apulensis, series Historia & Patrimonium, 2013, p. 205-215.
  • Aguglia Fabien, « De la sépulture à la sainteté. Tombes privilégiées et émergence de cultes de saints à l’époque romane », Positions des thèses, École des chartes, promotion 2016, p. 9-18.
  • Debiais Vincent, « Ekphrasis from the Inside : Notes on the Inscription of the Crown of Light in Bayeux », English Language Notes 53-2, 2015, p. 45-59.
  • Debiais Vincent, Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions in Orderic’s Historia ecclesiastica: A Writing Technique between History and Poetry », Orderic Vitalis: Life, Works and Interpretations, edited by Charles C. Rozier, Daniel Roach, Giles E.M.Gasper & Elisabeth van Houts, Boydell & Brewer, 2016, p. 127-144.
  • Debiais Vincent, « Au pied de la lettre. Une lecture ouverte et liturgique des relations texte/image dans la peinture murale catalane », Stéphanie-Diane Daussy et Nicolas Reveyron. L’Église, lieu de performances : In Locis competentibus, Éditions Picard, 2016, p. 71-85.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra tarda antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité tardive, 23, 2015, p. 353-370.
  • Gordine Alexandre, « Le premier âge roman dans la peinture murale du Centre-Ouest de la France », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XLVII, 2016, p. 69-85.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « L’“interponctuation” dans les inscriptions médiévales », Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens, édité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois, Genève : Droz, 2016, p. 215-232.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Une poésie à l’échelle monumentale : les inscriptions des médaillons des apôtres à l’abbaye de La Sauve-Majeure », La rigueur et la passion. Mélanges en l’honneur de Pascale Bourgain, éd. Cédric Giraud et Dominique Poirel, Turnhout : Brepols, 2016 (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 71), p. 513-525.
  • Jolivet Catherine, « Invocations peintes et graffiti dans les églises de Cappadoce (IXe-XIIIe siècle) », Des images dans l’histoire, éd. Marie-France Auzépy et Joël Cornette, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 163-178.
  • Lambert Chiara, « Recension du CIFM 24 », Schola Salernitana – Annali, t. XVII-XVIII, 2012-2013, p. 258-262.
  • Martín López María Encarnación, « La memoria del linaje ansúrez : el sepulcro de Fernando Pérez en Gordaliza del Pino », Documenta & Instrumenta, 14, 2016, p. 11è-138.
  • Rhoby Andreas, « Inscriptional Poetry. Ekphrasis in Byzantine tomb epigrams », Byzantinoslavica. Revue internationale des études byzantines, t. LXIX, 3 supplementum, 2011, p. 193-204.
  • Santiago Fernández Javier (de), « El hábito epigráfico en la ciudad hispana : de Roma al Renacimiento », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 133-168.
  • Vallée-Roche Marie, « Note à propos des graffitis de l’autel paléo-chrétien de Minerve (Hérault) », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 85-108.
  • Walker Alicia, « Pseudo-Arabic ‘Inscriptions’ and the Pilgram Path at Hosios Loukas », Antony Eastmond and Elizabeth James (eds.), Viewing texts: Inscriptions as image and ornament in the Late Antique and Medieval Mediterranean, Cambridge University Press, 2014. p. 99-123.
  • Watson Katherine, « Kufic Inscription in the Romanesque Cloister of Moissac in Quercy: Linkls with Le Puy, Toledo and Catalan Woodworkers », Arte Medievale ser. II, 3, 1989, p. 7-28.
  • Zazoya Montes Leonor, « Escrituras expuestas a dobles lecturas en centros urbanos de la edad moderna epígrafes con juegos gráficos de ingenio », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 427-442.

Ouvrage :

  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1), Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016.

Mémoire :

  • Renedo Clara, L’édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Les projets ORIFLAMMS et TITULUS, Mémoire de Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’histoire », École nationale des Chartes, 2016.

netvibes1Retrouvez également les liens vers des sites internet concernant l’épigraphie sur le netvibes de l’inscripthèque :

http://www.netvibes.com/poledocberthelot#Inscriptheque

Par-delà les frontières : Les inscriptions comme témoins des échanges culturels (Düsseldorf, 12-14 octobre)

Le 14e colloque international d’épigraphie médiévale et moderne, organisé par les académies allemandes, s’est tenu à Düsseldorf les 12, 13 et 14 octobre sur le thème : « Par-delà les frontières : les inscriptions comme témoins des échanges culturels », réunissant une cinquantaine d’épigraphistes allemands, autrichiens, suisses, polonais, slovaques, tchèques et français.

Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik
Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik

Les phénomènes de transferts et d’assimilation des techniques et des productions culturelles sont au centre des intérêts historiques depuis de nombreuses années. L’épigraphie, par les inscriptions médiévales et modernes, est elle aussi confrontée aux processus et résultats des échanges culturels. Les textes sur les édifices, les monuments funéraires, les cloches, les vitraux, les objets des trésors et à usage religieux, mais aussi ceux du quotidien sont les témoins de ce dépassement des frontières qu’elles soient géographiques, territoriales, linguistiques, culturelles ou confessionnelles. En quoi les inscriptions témoignent-elles et sont-elles mêmes actrices des migrations, du commerce international, des pèlerinages, des transferts de culture et de langue, ou encore du plaisir de l’étranger à travers les pseudo-écritures, notamment entre Orient et Occident ? C’est à ces questions que le congrès a tenté de répondre.

Ce colloque fut aussi l’occasion de faire le point sur l’avancement de l’entreprise éditoriale des inscriptions à l’échelle européenne. Si la France va bientôt compter 26 volumes et couvrir 66 départements et 8 régions (c’est-à-dire les trois quart du territoire français), les Deutsche Inschriften approchent la centaine de volumes, avec l’installation d’une nouvelle filiale de recherche à Dresde pour couvrir la Saxe, qui fait partie de l’Académie des sciences saxonne. Il faut enfin saluer la naissance d’un nouveau corpus : celui de La Slovaquie, avec une documentation latine et allemande, essentiellement des XIVe-XVIe siècles paru en 2016, après la publication d’un manuel, Latinska epigrafia, édité en 2014.

Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik
Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik

 

(Merci à Sonja Hermann pour le compte rendu et à Harald Drös pour les caricatures croquées au fil du colloque)

Enno Bünz, Leipzig : Un Moyen Age sans frontières? Observations et réflexions

En introduction au thème du congrès, E. Bünz a rappelé que c’est depuis la chute du mur de Berlin en 1989 que les frontières sont devenues sujet de la recherche des historiens. Différents genres et formes de « frontière » sont égrainés :

Dessin de Harald Drös
Dessin de Harald Drös

ligne de frontière vs. région de frontière, frontières des droits, des biens, des langues, des douanes, des territoires etc., mais aussi frontières ecclésiastiques, qui sont en fait aussi des frontières de droits. La frontière entre deux paroisses par exemple détermine qui a droit à la dîme. L’exemple des voyageurs qui traversent des territoires, mais n’évoquent pas des frontières, illustre l’existence des frontières invisibles.

Teresa Schröder-Stapper, Duisburg : Le mot de Dieu – Inscriptions communales comme pratique de la connaissance dans les temps de la Réforme et du confessionnalisme

T. Schröder-Strapper, Duisburg-Essen, présente son projet d’habilitation sur les inscriptions dans l’espace de la ville au début des temps modernes, quand la Réforme et le confessionnalisme trouvent leurs reflets dans les inscriptions. Elle positionne ses recherches dans le paradigme du spatial turn. Son étude est basée sur les corpora d’inscriptions des villes de Hildesheim et Braunschweig, publiés dans les Deutsche Inschriften. Elle montre comment catholiques et protestants utilisent les donations (par exemple un jubé et des fonts baptismaux) et leurs inscriptions pour propager leurs propres confessions. Par contre, curieusement, on n’en trouve pas dans les inscriptions des maisons ; ce sont ici des sujets humanistes et des lamentations générales sur les injustices des temps.

 Wolfgang Haubrichs, Saarbrücken : Rois, notaires, noblesse et un mercenaire. Aspects onomastiques de la migration et l’identité d’une gens dans les inscriptions lombardes des 6e-7e siècles

Quand les Lombards ont immigré en Italie en 568, ils ont, suivant l’exemple romain, réalisé des inscriptions funéraires. Par la conservation des formes des noms germaniques (notamment le renoncement à la terminaison latine -us), on constate, au moins pour la noblesse, qu’il ne s’agissait pas d’une romanisation subite. W. Haubrichs montre trois exemples de la persistance des noms germaniques. Le roi Cunincpert († 700) préservait son nom (qui vient de Cunibert mais évoque avec le n le mot germanique « cuninc » pour roi) pour la mémoire de sa famille (sa fille s’appelait Cuningberga). On a trouvé plusieurs bagues à cachet avec des noms germaniques et l’illustration d’un homme avec la raie au milieu et une longue barbe, qui font référence à la légende qu’on trouve chez Paul Diacre concernant le nom « lombard » « Langobardes ». Le troisième exemple concerne la carrière militaire de Droctulf(us, -on, avec des orthographes différentes), qui se reflète dans les variations du nom : d’origine allemande, il fait partie des troupes lombardes et devient un général byzantin.

Rudolf Simek, Bonn : Magie latine des runes ? Aspects interculturels dans les inscriptions chrétiennes de conjuration en runes du Moyen Âge

Simek donne d’abord une introduction générale sur les différents alphabets des runes, alphabet utilisé pour écrire certaines langues à partir du Ier siècle jusqu’au Moyen Âge tardif par des peuples germaniques. Il signale l’utilisation douteuse dans le spectre du nazisme et de l’ésotérisme. Sont ensuite présentés quelques exemples d’inscriptions magiques, c’est-à-dire des inscriptions de caractère conjuratif. Ces inscriptions se trouvent par exemple sur des amulettes (en plomb) et sur une calotte (avec une conjuration contre les maux de tête). Il y a différentes sortes de formules magiques en runes, telles que la rangée des lettres de l’alphabet, les formules « khorda » et « agla » et le carrée de « sator ». Comme beaucoup d’autres exemples d’inscriptions conjuratoires en runes, les deux dernières formules se trouvent aussi transcrites en lettres latines. Sur le plan linguistique, c’est le latin qui domine les inscriptions conjuratoires en runes, et non les langues germaniques.

Forum : Les perspectives de la recherche épigraphique en Europe : La France, la Slovaquie et la Pologne

Les responsables des entreprises épigraphiques en France (Cécile Treffort, Poitiers), en Slovaquie (Juraj Šedivý, Bratislava) et en Pologne (Joachim Zdrenka, Zielona Góra) présentent leurs projets d’édition et montrent des possibilités (et aussi des nécessités et des limites) de coopération entre les projets nationaux.

Dessin de Harald Drös
  1. C. Treffort montre que les travaux du corpus français vont bientôt atteindre le Nord et le Nord-Est de la France et qu’il devient nécessaire de trouver encore d’autres points de référence en plus des inscriptions du Sud et de l’Ouest de la France, déjà éditées dans les volumes du CIFM. Comme contribution au thème du colloque, elle présente plusieurs exemples d’inscriptions qui démontrent le transfert culturel, que ce soit par le texte (une inscription occitane en Nubie), le matériau (de l’ardoise venant de la région autour d’Angers utilisé pour l’épitaphe d’Ada, comtesse de Poitou, à Poitiers, mais dont la famille était basée dans la région d’Angers) ou les hommes (les épitaphes qui suivent les parcours des hommes, tel ce marchand d’Issoire mort à Montpellier).
  2. J. Šedivý présente le Corpus inscriptionum Slovaciae, qui recense la documentation épigraphique jusqu’en 1800, et publie les inscriptions jusqu’à 1650. Ensuite, il analyse les inscriptions allemandes en Slovaquie, surtout à partir du XVe siècle et localisées autour de Bratislava et dans la région Spiš et une génération plus tard autour de Kremnica, au centre de la Slovaquie, trois régions avec une importante population allemande. Il constate que ce sont les inscriptions des régions voisines germanophones qui influencent fortement les inscriptions dans ces régions, p. ex. des artisans autrichiens, surtout de Vienne, travaillant pour des clients à Bratislava, et des influences de la Silésie pour la Spiš. Ce processus trouve son reflet une génération plus tard autour de Kremnica.
  3. J. Zdrenka explique que les épigraphistes polonais traitent des inscriptions non pas seulement latines et polonaises, mais aussi allemandes et russes, et signale que ce seraient surtout les inscriptions modernes à partir du XVIIe siècle qui se prêtent à la comparaison avec les inscriptions dans la sphère des Deutschen Inschriften.

Le forum a été animé par Cornelia Neustadt, Dresden, et Clemens M. M. Bayer, Liège/Bonn.

Andrea Stieldorf : Des objets inconnus? L’Europe médiéval et son rapport avec des civilisations étrangères

A. Stieldorf évoque les diverses formes de contact entre l’Europe médiévale et l’étranger comme les voyageurs savants, les commerçants, les pèlerins, mais aussi les contacts dus aux guerres et à partir du xiie siècle par les croisades, et elle traite ainsi des voies par lesquelles les objets étrangers sont venus en l’Europe. Le contact avec ces objets peut se présenter sous des formes diverses : l’appropriation et l’usage modifié, mais aussi le rejet et la non-réception. Cette dernière concerne par exemple les sabres, qui ont été importés en Europe à plusieurs reprises par les contacts avec les peuples turcs. Comme butin, ils restaient dans les trésors des souverains sans qu’on se les approprie. De l’autre côté, on a facilement adapté les aquamaniles et on a même fait évoluer les formes pour mieux correspondre au goût courtois. L’appropriation peut se faire aussi par la modification de l’utilisation d’un objet : des vases des matériaux rares comme l’ivoire ou le cristal de roche ont souvent été transformé en reliquaires. C’est sur la société qui s’approprie ou rejette des objets étrangers qu’on peut tirer des conclusions par la considération des transferts des objets.

awk_119
AWK – Muchnik

 Dr. Tanja Kohwagner-Nikolai, Bamberg : L’influence de l’étranger: les inscriptions textiles des vêtements impériales de Bamberg

L’ensemble des vêtements impériaux du trésor de la cathédrale de Bamberg est traditionnellement identifié comme une donation de l’empereur Henry II et de sa femme Kunigunde, les fondateurs de l’évêché en 1007. Toutefois, cette identification ne se base sur la tradition écrite que depuis le XIIe siècle, seulement le « Sternenmantel » porte des inscriptions concernant la donation et le maître d’ouvrage, et elles se contredisent en parties. Les vêtements ont été restaurés fortement au XVe et au XIXe siècle, ce qui rend l’analyse encore plus difficile. Il est même possible qu’on ait joint deux vêtements pour faire un manteau. Des détails de l’écriture et de l’ornement montrent une influence des lettres grecques et des rapports avec l’Italie du Sud, ce qui rend la localisation traditionnelle, l’Allemagne du Sud, difficile à soutenir.

Dr. Margaretha Boockmann, Budapest : Inscriptions en hébreu sur les tableaux de la période gothique tardive

Dans des nombreux tableaux du Moyen Âge tardif se trouvent des inscriptions en hébreu ou en pseudo-hébreu. Il s’agit d’inscriptions sur vêtements (sur les bords et les coiffes) ou sur des objets comme le titulus de la croix, le décalogue sur une table gravée, des vases, livres, les rouleaux etc.

h-dros-pseudo-ecriture
Dessin de Harald Drös.

L’écriture peut être utilisée comme décoration et montrer ainsi le nouvel intérêt pour l’écriture, ou comme un « vrai texte » dans les livres et les tables avec le décalogue par exemple, même si en réalité, il ne s’agit pas du véritable texte, mais souvent de n’importe quel texte en hébreu ou même en pseudo-hébreu. L’intention peut être la représentation du sujet dans son environnement juif, comme l’enfance de Jésus avec sa mère Marie ; ou dans la diffamation des juifs comme les persécuteurs du Christ et des Christs, comme pour les scènes de la crucifixion, où même les bourreaux romains peuvent être décorés avec des inscriptions en hébreu. C’est après la réformation que les inscriptions en hébreu ont une meilleure qualité et les inscriptions diffamatoires disparaissent.

Dr. Estelle Ingrand-Varenne, Poitiers : Les caractères pseudo-coufiques et le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges

Seul vestige de l’église Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges, le tympan sculpté dans la seconde moitié du XIIe siècle offre une séquence narrative en cinq actes de la mort et les funérailles de la Vierge, accompagnée de cinq vers et bordée d’une écriture arabe. Ce tympan constitue l’une des plus anciennes représentations connues du transitus Mariae, par ailleurs rarement illustré dans l’art occidental. La présence de l’écriture arabe a très peu attiré l’attention. C’est tout d’abord sous l’angle de la composition poétique, épigraphique et iconographique que la présence des caractères pseudo-coufiques en bout de ligne a été analysée. De graphiques, des connexions géographiques ont été proposées : la Terre Sainte et les lieux de vie terrestre de la Vierge Marie, dont ces caractères sont une « connotation » (l’évocation du lieu étant renforcée par l’église qui occupe le centre du tympan). Enfin, la réflexion s’est élargie à l’échange entre écriture arabe et écriture latine sur le plan de l’ornementalité et l’iconicité.

Prof. Dr. Sabina Slaniĉka, Bern/Zürich : Les devises françaises et l’emblématique italienne dans les guerres italiennes : deux systèmes de signes différents et leur emploi pour repérer les manifestations de pouvoir

La devise française, signe para-héraldique, se compose de la figure, le mot et la couleur. Elle a été établie au 14è siècle, au cours de la Guerre de Cent Ans, comme moyen de différence tant que dans la guerre civile que dans la hiérarchie à la cour. Dans une sorte de horror vacui, les signes se multiplient. Les emblèmes italiens par contre viennent de l’érudition humaniste et ont pour but de représenter le souverain humaniste contre les signories despotes. S. Slanicka montre entre autres à l’exemple de Francesco Sforza et sa femme Bianca Maria Visconti, tous les deux des enfants illégitimes, l’emploi des emblèmes : Ils accumulent les signes comme pour montrer que la famille s’est stabilisée. C’est avec les armées de Charles VIII en 1494, Louis XII en 1498 et encore de François I que les mercenaires français envahissent l’Italie. Entraînées par les affrontements permanents en France, les troupes françaises se montrent plus fortes que les troupes des condottieri italiens. Mais ce n’est pas seulement la confrontation militaire, mais aussi celle des systèmes de signes qui oppose les troupes françaises et italiennes, et qui trouve son retentissement dans les sources contemporaines.

Dr. Ulrike Spengler-Reffgen, Bonn : Adler Hertz in Goet behoet – Le mariage de Düsseldorf en 1585 et l’emploi des inscriptions pour comprendre la perception que le souverain a de lui-même

Johann Wilhelm I., fils de Johann Wilhelm, duc de Julich-Cleve-Berg, s’est marié avec Jacobe de Bade, fille du comte de Bade, en 1585 à Düsseldorf. Les festivités ont durés huit jours et comprenaient des cortèges, tournois, feux d’artifices et spectacles sur le Rhin, dans un but de représentation de la cour de Julich-Cleve-Berg. Ces festivités éphémères ont été fixées par la description détaillée dans la chronique de Dietrich Graminäus, accompagnée par 37 gravures de Franz Hogenberg. Bien que les coulisses du spectacle, les cadeaux, les tapisseries etc. comportaient nombre d’inscriptions, Graminäus met l’accent sur les inscriptions qui accompagnent des panneaux avec des dessins des vertus d’un souverain. L’intention était de démontrer l’ambition politique des ducs de Julich-Cleve-Berg.

Prof. Dr. Krysztof Maciej Kowalski, Gdánsk : Les inscriptions sur des accessoires de costumes gothiques dans les villes de la Hanse. Forme, texte et fonction de l’épigraphie des costumes médiévaux

Les accessoires des costumes gothiques tels que les boucles de ceinture, les crochets, les sacs, les anneaux, les manches de couteau etc. présentent un groupe de supports d’inscriptions peu connus. Certains musées (des villes de la Hanse notamment) en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes ont conservés plus de mille de ces objets. Ils montrent la pratique d’une micro-écriture due non seulement à la taille réduite des accessoires, mais également par les textes eux-mêmes : le plus souvent de lettres isolées, des dates, des noms (Maria, Got, les noms des rois mages). Ces inscriptions sont abrégées : M. Kowalski donne l’exemple des invocations comme A[VE] M[ARIA], des prières O[RA] P[RO NOBIS] ou les noms des saints comme BAR[BARA]. Les objets eux-mêmes peuvent prendre la forme d’une lettre (le M, le D, le G) et par des jeux de conjonction et d’entrelacement former des monogrammes. L’intention de ces inscriptions est certes décorative, mais un sens votif peut également leur être attribué.

Les actes de ce colloque seront publiés au cours de 2017-2018.

Écriture et nourriture : les inscriptions au réfectoire

Lieu de nourriture, lieu de lecture, le réfectoire est aussi lieu d’écriture, où les moines sont interpellés par les arts visuels et graphiques. C’est ce qu’ont montré trois communications du Congrès International de Leeds (4-7 juillet 2016), qui prenaient place au sein des sessions organisées par le CESCM sur la thématique « réfectoires monastiques et la nourriture spirituelle » (le thème général du congrès étant cette année : Nourriture, Fête, Famine). L’ensemble des interventions est consultable sur les carnets du CESCM.

Une opportunité pour explorer ce lieu au cœur de la vie communautaire, où les moines se rassemblent, nourrissent leurs corps mais aussi leurs âmes. Comment les cloches, les lectures, les prières, le silence, les décors (peintures murales, sculptures, inscriptions) et le rituel s’articulent pour sanctifier le repas monastique ? Quels sont les liens entre la salle à manger commune et l’église, la place de la célébration eucharistique et la préfiguration du banquet céleste ? Comment chaque ordre monastique conçoit-il cet espace ? Est-ce que les relations entre le repas commun et la nourriture spirituelle dans la vie monastique ont des échos dans la vie des chanoines, la société laïque, la chevalerie ?

Sasha Gorjeltchan (Université de Toronto) a porté son regard sur le cloître de l’abbaye bénédictine de Saint-Aubin à Angers en creusant les relations entre nourriture spirituelle et herméneutique de l’espace.

36a
Portail de l’ancien réfectoire de Saint-Aubin à Angers

Du superbe programme sculpté qui ornait le cloître du XIIe siècle, les vestiges du portail du réfectoire sont les plus énigmatiques. Vices et vertus, chœurs célestes, bêtes dévorantes, allégories du salut peuplent les archivoltes : ils présentent une argumentation poético-visuelle complexe sur la nourriture, le péché, l’Apocalypse et le repentir. Envisageant l’acte de manger comme un acte de vulnérabilité, l’étude a montré les liens entre les aspects somatiques et l’expérience exégétique, dans un espace monastique plus vaste et face aux idéaux cénobitiques de la communauté. La construction du cloître a coïncidé avec une redéfinition générale de la sainteté à Angers et la promotion d’une vie érémitique. Vers 1153, c’est-à-dire peu après la fin de la construction du nouveau cloître, fut rédigée la Vita de saint Girard : des altercations violentes avec des adversaires (monastiques et démoniaques) y alternent avec des expériences visionnaires miraculeuses des sphères Terrestres et Divines, que l’on trouve sculptées et peintes au réfectoire et sur les portails. L’écriture et les conditions de lecture du Vita étaient inextricablement « mises en espace » dans le cloître, par l’organisation collective d’une expérience phénoménologique fondée sur une exégèse des repas spirituels et physiques. Comprendre la sculpture de cloître de Saint-Aubin comme mise en scène d’une identité monastique idéale incarnée par saint Girard permet de réévaluer le portail comme une étape dans un voyage physique du réfectoire au chapitre et dans le voyage spirituel de la lutte au salut, du péché au rachat, et du cénobitisme du XIe siècle aux nouvelles catégories de sainteté.

Wilfried Keil (Université d’Heidelberg) a exploré la matière épigraphique des réfectoires du Saint-Empire romain germanique. Peu d’inscriptions sont conservées, pour des raisons diverses (reconstruction, usage profane après la sécularisation, réforme bénédictine etc.). Certaines sont pourtant parvenues jusqu’à nous ou ont été transmises par des dessins. Durant le repas, les moines et moniales ne faisaient pas que recevoir une nourriture spirituelle grâce aux lectures, ils pouvaient aussi la voir et peut-être la lire. Avant même d’entrer au réfectoire, les inscriptions au portail attiraient l’attention, comme à l’abbaye de Rothenkirchen, les cloches portaient des textes appelant à manger et boire. Une cloche de petite dimension, d’origine germanique et datant probablement du XIIIe siècle, a ainsi été récemment acquise par les Cloisters – Metropolitan Museum of Art à New York, portant le texte : tinnio pransuris cenaturis bibituris. L’étude a ainsi présenté un hypothétique réfectoire médiéval, reconstruit à partir des artefacts portant des inscriptions encore conservées aujourd’hui, provenant de monastères différents.

Le décor des fables d’Ésope peintes dans le réfectoire de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), a été présenté par Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM, Poitiers). Après l’incendie qui détruisit l’abbaye en 1026, les moines décidèrent de peindre 13 fables, comme le rapporte André de Fleury dans la Vita Gauzlini. Le Miracle des Pains et des Poissons, la Crucifixion, le Christ en Majesté, le Dernier Repas étaient les représentations les plus communes des réfectoires médiévaux. Pourquoi les moines de Fleury choisissent-ils de peindre des fables ? Ces textes qui sont en réalité une prolepse dans le manuscrit – car ils n’ont pas été réalisés sous l’abbatiat de Gauzlin mais de son successeur, Arnaud – montrent un travail poétique en vers réciproques et distiques élégiaques. Les inscriptions ne donnent que la morale tandis que l’histoire était racontée par l’image. Au Moyen Âge, les textes ésopiques étaient utilisés dans le cadre scolaire, pour la lecture, mais aussi comme un outil pédagogique pour déchiffrer le monde : ce procédé d’extraction de la morale et du sens allégorique de l’histoire – comme dans la Bible – était commun. Ainsi, les 26 vers peints brossaient le portrait de l’homme bon et de l’homme mauvais. Grâce à leur capacité à entraîner les jeunes élèves tout comme les vieux moines à différencier vices et vertus, les fables approchaient le statut de la théologie. C’est pourquoi elles pouvaient trouver place au réfectoire, espace souvent comparé à l’église. Éléments de méditation, elles éloignaient l’esprit du plaisir de la nourriture pour l’élever vers la ruminatio spirituelle.

Peintes sur l’enduit des murs, sculptées sur un portail, moulées sur une cloche, les inscriptions du réfectoire ont des supports et des contenus variés ; toutefois, elles ont la même résonance, par leur invitation constante à dépasser les nourritures terrestres, les besoins du corps, pour atteindre et anticiper les nourritures célestes.