Archives de catégorie : Bibliographie

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.

 

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.

Inscripthèque – Nouvelles acquisitions

visite_uia_2016_003L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500  et répertoires des formules et des références bibliques.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du second semestre 2016.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « La pierre tombale d’un évêque ‘suffragant’ d’Alba Iulia : Saulus (†1309/1310 ?) ou Benedictus (†1320) », Annales Universitatis Apulensis. Series Historica, 17/II, 2013, p. 155-172.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Scriptor scribebat et pulchram puellam in mente tenebat : la fin de l’inscription peinte de Dârjiu (1419) », Studii şi materiale de istorie medie, vol. XXX, 2012, p. 213-221.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Un nouveau regard porté sur l’épée à inscription de Satu Mare (xiiie– xive siècles », Apulum. Acta Musei Apulensis, series Historia & Patrimonium, 2013, p. 205-215.
  • Aguglia Fabien, « De la sépulture à la sainteté. Tombes privilégiées et émergence de cultes de saints à l’époque romane », Positions des thèses, École des chartes, promotion 2016, p. 9-18.
  • Debiais Vincent, « Ekphrasis from the Inside : Notes on the Inscription of the Crown of Light in Bayeux », English Language Notes 53-2, 2015, p. 45-59.
  • Debiais Vincent, Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions in Orderic’s Historia ecclesiastica: A Writing Technique between History and Poetry », Orderic Vitalis: Life, Works and Interpretations, edited by Charles C. Rozier, Daniel Roach, Giles E.M.Gasper & Elisabeth van Houts, Boydell & Brewer, 2016, p. 127-144.
  • Debiais Vincent, « Au pied de la lettre. Une lecture ouverte et liturgique des relations texte/image dans la peinture murale catalane », Stéphanie-Diane Daussy et Nicolas Reveyron. L’Église, lieu de performances : In Locis competentibus, Éditions Picard, 2016, p. 71-85.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra tarda antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité tardive, 23, 2015, p. 353-370.
  • Gordine Alexandre, « Le premier âge roman dans la peinture murale du Centre-Ouest de la France », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XLVII, 2016, p. 69-85.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « L’“interponctuation” dans les inscriptions médiévales », Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens, édité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois, Genève : Droz, 2016, p. 215-232.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Une poésie à l’échelle monumentale : les inscriptions des médaillons des apôtres à l’abbaye de La Sauve-Majeure », La rigueur et la passion. Mélanges en l’honneur de Pascale Bourgain, éd. Cédric Giraud et Dominique Poirel, Turnhout : Brepols, 2016 (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 71), p. 513-525.
  • Jolivet Catherine, « Invocations peintes et graffiti dans les églises de Cappadoce (IXe-XIIIe siècle) », Des images dans l’histoire, éd. Marie-France Auzépy et Joël Cornette, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 163-178.
  • Lambert Chiara, « Recension du CIFM 24 », Schola Salernitana – Annali, t. XVII-XVIII, 2012-2013, p. 258-262.
  • Martín López María Encarnación, « La memoria del linaje ansúrez : el sepulcro de Fernando Pérez en Gordaliza del Pino », Documenta & Instrumenta, 14, 2016, p. 11è-138.
  • Rhoby Andreas, « Inscriptional Poetry. Ekphrasis in Byzantine tomb epigrams », Byzantinoslavica. Revue internationale des études byzantines, t. LXIX, 3 supplementum, 2011, p. 193-204.
  • Santiago Fernández Javier (de), « El hábito epigráfico en la ciudad hispana : de Roma al Renacimiento », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 133-168.
  • Vallée-Roche Marie, « Note à propos des graffitis de l’autel paléo-chrétien de Minerve (Hérault) », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 85-108.
  • Walker Alicia, « Pseudo-Arabic ‘Inscriptions’ and the Pilgram Path at Hosios Loukas », Antony Eastmond and Elizabeth James (eds.), Viewing texts: Inscriptions as image and ornament in the Late Antique and Medieval Mediterranean, Cambridge University Press, 2014. p. 99-123.
  • Watson Katherine, « Kufic Inscription in the Romanesque Cloister of Moissac in Quercy: Linkls with Le Puy, Toledo and Catalan Woodworkers », Arte Medievale ser. II, 3, 1989, p. 7-28.
  • Zazoya Montes Leonor, « Escrituras expuestas a dobles lecturas en centros urbanos de la edad moderna epígrafes con juegos gráficos de ingenio », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 427-442.

Ouvrage :

  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1), Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016.

Mémoire :

  • Renedo Clara, L’édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Les projets ORIFLAMMS et TITULUS, Mémoire de Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’histoire », École nationale des Chartes, 2016.

netvibes1Retrouvez également les liens vers des sites internet concernant l’épigraphie sur le netvibes de l’inscripthèque :

http://www.netvibes.com/poledocberthelot#Inscriptheque

Voir ou lire les inscriptions ?

À plusieurs reprises au cours de la rencontre EPIMED III, les débats ont porté sur la distinction entre « voir » et « lire » les inscriptions médiévales, entre l’impact visuel de l’objet épigraphique et la lecture effective du texte.

Sur cette question, il faut tenir compte du récent ouvrage collectif dirigé par Antony Eastmond :  Viewing Inscriptions in tha Late Antiquity and Medieval World, Cambridge-New York, 2015 (978-1-107-09241-9).

Les auteurs proposent des pistes de recherche passionnantes quant à la présence et à la dimension visuelle des inscriptions, et on ne peut que recommander chaudement la lecture de ce volume.

51sxX8V85JL._SY344_BO1,204,203,200_

On verra aussi avec grand intérêt la recension de l’ouvrage en question sur le site e-pigraphia.