EPIMED volet 2 : CESCM (Poitiers), 21-22 mai 2015

Cet article est le résultat d’un travail collaboratif, tous nos remerciements vont à Vincent Debiais, Manon Durier, Annick Gagné et Émilie Mineo.

Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », la deuxième rencontre du programme EPIMED, tenue à Poitiers les 21 et 22 mai 2015, a porté sur les gestes d’écritures, c’est-à-dire sur l’homme et sa pratique de l’écriture des inscriptions, et non plus sur la discipline ou son objet stricto sensu. Cette thématique dépassant largement la question des inscriptions rappelle que l’écriture est une activité complexe et un complexe d’activités, à la fois produit de l’intellect et geste graphique, indissolublement lié au cerveau, à l’œil et à la main[1]. L’écriture se définit encore en relation aux deux grands modes d’expression de l’être humain : la picturalité (comprenant des systèmes qui peuvent perdurer, résister au temps ou franchir l’espace) et la gestualité (comprenant des systèmes par définition fugaces)[2].

29
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

Évoquer les gestes dans la réflexion d’EPIMED permet de placer les questionnements quant à l’écrit dans la dimension physique, technique mais aussi matérielle de l’écriture, de considérer l’acte en tant que posture et mouvement, de penser dans le geste l’outil et le support, et d’envisager le résultat produit dans sa dimension plastique. Ces deux riches journées ont ainsi mené la réflexion des îles britanniques jusqu’au sud de l’Égypte, en passant par le sud de la France (Toulouse, Montpellier), les Pyrénées et la Catalogne, à la faveur des sources épigraphiques certes, mais aussi épistolaires, diplomatiques et littéraires. Les résumés des interventions présentés ici ne suivent pas l’ordre chronologique du programme des deux journées, mais sont rassemblés selon les grandes thématiques qui ont émergé au cours des communications et des discussions. Cinq sections sont ainsi distinguées : les aspects généraux (gestes et attitudes de/face à l’écriture), les questions techniques, les enjeux esthétiques, la gestion et l’évolution graphique, les lieux de transmission et d’échange.

Aspects généraux : Gestes et attitudes de/face à l’écriture :

Avec pour point de départ les deux représentations de l’acte d’écrire en première page des dépliants de Madrid et de Poitiers, le scribe du tympan de Mervilliers (Eure-et-Loir) et le tailleur de pierre de l’église de San Cornelio y San Cipriano à Revilla de Santullán (Palencia), Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) propose d’ouvrir la thématique par l’examen de deux termes de même étymologie (gerere) : gestualité et gestion. « Mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête) volontaire ou involontaire, révélant un état psychologique ou visant à exprimer, à exécuter quelque chose »[3], le geste est toujours éphémère et d’exécution fractionnée. Geste de travail au Moyen Âge, le geste d’écriture requiert un apprentissage technique et des compétences motrices, non sans une certaine pénibilité. S’il engage particulièrement la main, l’acte d’écrire concerne le corps dans son ensemble. Le geste est lié à un medium, un outil, lui-même lié à une matière qu’il transforme par retrait ou ajout. Ces réalités matérielles de l’écriture deviennent d’ailleurs sous la plume d’auteurs médiévaux le matériau même de l’invention littéraire. Ainsi, les gestes d’écriture sont une construction sociale et relèvent de cultures graphiques. Si le corps et le medium sont mis en branle dans la gestualité, la gestion place le point d’arrivée du geste non plus du côté de la main du scripteur, mais du support sur lequel porte le mouvement. Dans le dispositif économique et dynamique ainsi créé vient prendre place l’écriture, la syntagmatique du signe écrit, marquée par l’horizontalité et la verticalité. À l’échelle de la lettre, on ne peut évoquer les gestes d’écriture sans signaler l’apport de Jean Mallon, son travail sur le ductus, partant du mouvement menant au tracé, et plus seulement de la trace qui en résulte. L’écriture – même tracée par la même main – est un objet mouvant, elle ne présente pas une image fixe, justement parce qu’elle est le résultat d’un mouvement. On n’oubliera pas pour autant les « gestes » de lecture, mouvements et attitudes corporelles du lecteur. Chaque type d’écrit instaure un dispositif de lecture et fait mouvoir son lecteur.

Daniel Piñol (Universitat de Barcelona) avait pour objectif d’analyser les « attitudes » devant l’écriture, comme les historiens des mentalités l’ont fait pour celles devant la mort, en prenant pour cadre la Catalogne (milieu XIIe-fin XVe siècle). Spécialiste de paléographie et de codicologie, il a d’abord présenté le contexte royal, en utilisant aussi bien la documentation textuelle qu’iconographique. Il revient à Jaume Ier d’avoir mis en place une chancellerie similaire à celle de la monarchie française ou de la papauté à la même époque. L’intérêt de la documentation catalane réside dans l’ajout, par le scribe et le chancelier, d’indications sur le processus d’élaboration des textes. Progressivement, le lieu de rédaction des manuscrits s’est confondu avec celui de leur conservation. Plusieurs sources témoignent d’une conscience forte de l’importance politique de la conservation de la mémoire écrite de la monarchie : non seulement un premier inventaire des parchemins est réalisé dès 1348, mais Pierre IV d’Aragon fait aussi construire une bibliothèque dans le monastère de Poblet pour y donner à lire les gesta de ses prédécesseurs.

Les gestes liés au contexte privés sont plus variés. Ainsi, pour les actes notariés, il fallait nécessairement se rendre chez une tierce personne capable de garantir la conformité légale des documents. Beaucoup d’actes d’écriture et de lecture prennent cependant place au domicile de leur(s) auteur(s) ou de leur(s) destinataire(s). Les livres de raison constituent à ce sujet une source fondamentale, tant pour l’enregistrement des activités commerciales que pour celui d’une mémoire familiale. À partir du XVe siècle, quelques femmes tiennent ce type de registre, même si les documents les plus nombreux écrits de leur main sont des lettres destinées à des êtres chers. De fait, la maison est aussi un lieu de lecture et d’apprentissage de la lecture. Enfin, les églises et les cloîtres offrent des lieux d’écriture exposée. Parmi les inscriptions, les épitaphes possèdent deux particularités : elles permettent de faire référence à des legs établis dans des actes notariés, mais elles favorisent également, par le geste de la lecture, celui de la prière. Grâce à ce vaste panorama, Daniel Piñol a montré l’incidence des contextes sur les gestes associés à l’écriture, ainsi que leur variété.

Techniques et matières
10
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

La communication de Thierry Gregor était une invitation, adressée aux épigraphistes, à analyser les contraintes de mise en œuvre des pierres inscrites. Tailleur de pierre et enseignant en maçonnerie (EREA, Saintes), Th. Grégor est fréquemment sollicité par les médiévistes pour mieux comprendre les gestes associés à la pratique de la sculpture. Pour lui, il faut en premier lieu évaluer la difficulté propre à chaque matériau, indépendamment de tout préjugé (tous les calcaires ne sont pas faciles à travailler…) et prêter attention aux pathologies (mousses, salpêtre, fractures de gel) susceptibles d’altérer la qualité de la pierre. Pour expliquer le processus de préparation des blocs, Thierry Gregor a ensuite fait passer dans la salle des outils utilisés à cette fin : taillant pour surfacer, massette et ciseaux pour faire une ciselure, broche ou gradine pour retirer de la matière… Les traces laissées sur la pierre dépendent de l’outil (adapté ou non, en bon ou en mauvais état), mais aussi du lapicide car les gestes dépendent de l’expérience de la personne et de sa condition physique (fatigue liée à l’âge, vision). De nombreux exemples ont permis aux participants de comprendre les gestes nécessaires à la taille de différentes inscriptions, puis un atelier pratique leur a permis de les expérimenter eux-mêmes.

Les réflexions de Marina Paniagua (Universitat de Barcelona) portaient sur les enjeux techniques de l’écriture au pinceau, développées à partir d’un dossier d’exemples pyrénéens issu de ses recherches doctorales. Après avoir posé les bases méthodologiques préalables à l’étude des peintures murales – surtout lorsque celles-ci ont subi maintes opérations de restauration et de conservation – M. Paniagua a présenté les outils, les matériaux et les techniques utilisés par les peintres, tels que nous les connaissons grâce aux sources textuelles et iconographiques et aux analyses de laboratoire. L’exposé théorique a été suivi d’une démonstration pratique visant à mettre en lumière le nombre extrêmement élevé de variables (position du peintre par rapport au support et espace disponible pour réaliser le geste d’écriture, manière de tenir le pinceau et forme de ce dernier, partie de l’outil – ventre ou fleur – en contact avec le support et pression exercée, changement très fréquent de l’angle d’écriture, rapidité de l’exécution, etc.) déterminant la morphologie du tracé de la lettre. Aussi ludique que riche en enseignements, cette expérience invite à repenser une approche purement « formaliste » de la paléographie des inscriptions.

Au cours du débat qui a suivi la communication, María Encarnatión Martín López a insisté sur les problèmes posés par les retouches picturales en matière de datation des inscriptions à partir de la paléographie, auxquels il convient d’ajouter les cas, relativement fréquents en Espagne, d’inscriptions « originales tardives » (textes portant une date explicite mais réalisés a posteriori dans une graphie correspondant à la date de rédaction plutôt qu’à celle du contenu).

Enjeux esthétiques

Mode de pensée très éloigné du monde greco-romain, les jeux de lettres sont particulièrement appréciés pendant la première partie du Moyen Âge (selon trois phases, les V-VIIIe s., fin VIIIe-Xe s., XIe-XIIe s.) dans la documentation épigraphique comme dans les écritures d’apparat, mais quelle est leur origine ? Carlo Tedeschi (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) propose d’en faire la préhistoire en se focalisant sur les sources insulaires de l’époque impériale. Le manque de lisibilité dû à la combinaison des formes graphiques dans les inscriptions publiques ou privées de la Britania montrent qu’il ne s’agit pas, dans ce contexte, d’un souci économique, mais davantage d’une préoccupation esthétique. Les lettres y sont attachées les unes aux autres (par leurs extrémités, grâce à leur inclinaison voire à leur retournement et à leur inversion) afin de former une chaîne graphique. Ces choix d’écriture, peu en accord avec la culture romaine, se poursuivirent aux V-VIIe siècles dans des régions non touchées par les Anglo-saxons, mais restées sous l’influence de tribus celtiques. Les effets de concaténation, le choix de surfaces lapidaires laissées à l’état brut, la mise en page verticale (sous l’influence irlandaise oghamique), les minuscules ou encore l’angularisation et la géométrisation des formes manifestent un éloignement des pratiques classiques et l’élaboration d’une culture graphique insulaire qui passe ensuite sur le continent, notamment grâce aux mouvements monastiques.

L’intervention de Carlo Tedeschi suscite un débat parmi les participants. Pour Cécile Treffort, cet exposé renverse l’idée de l’utilisation d’un modèle manuscrit pour l’épigraphie : peut-on dire que les inscriptions inspirent les manuscrits ? Selon C. Tedeschi, il est difficile de répondre car les exemples d’inscriptions datent du Ve-VIIe siècles et sont donc plus anciens que les manuscrits conservés (2e moitié du VIIe s.). Il revient également sur le fait que l’écriture « géométrisée » n’est pas seulement le produit l’influence des runes sur l’écriture latine, comme on l’a souvent évoqué. On trouve des exemples dans des zones culturelles qui ne sont en pas en contact avec les runes, mais avec la culture oghamique. Manon Durier interroge C. Tedeschi quant au rôle du support (particulièrement les stèles funéraires en forme de menhir) dans les contraintes d’écriture. Avec de telles stèles, explique C. Tedeschi, il y a effectivement un changement de support par rapport à l’épigraphie romaine et l’écriture s’adapte à cette forme. L’écriture latine est souvent utilisée ensemble avec l’ogham, qui a une ligne d’écriture verticale, toujours du bas vers le haut, alors que les inscriptions latines préfèrent un sens d’écriture ascendant. On pourrait avoir deux types de lecture en même temps, ce qui n’est pas sans rappeler le sens boustrophédon des anciennes inscriptions.

Eva Caramello (Université de Poitiers – CESCM) a ensuite proposé de repartir des différents mécanismes du corps engageant à la fois le cerveau, l’œil, la partie supérieure du tronc et l’outil, afin de mesurer si les contraintes techniques lors de la production de l’écriture manuscrite ou gravée étaient dépassées par la recherche esthétique à l’époque médiévale. Les exemples puisés dans le corpus de sa thèse de doctorat[4] ont bien mis en évidence l’indépendance entre la forme des lettres d’apparat et le support. Bien que le parchemin et la pierre n’impliquent pas les mêmes techniques d’écriture ni le même rapport à l’espace – le jeu entre ombre et lumière lié à la localisation de l’inscription est fondamental dans l’esthétique des lettres gravées – le langage graphique au Moyen Âge est universellement reconnu et transcende les matériaux utilisés. Malgré une gestuelle diamétralement opposée, les résultats obtenus sur le parchemin peuvent être reproduits par le lapicide sur la pierre.

L’intervention de Sandrine Hériché-Pradeau (Université Paris 4) a mis en valeur l’exploitation des inscriptions dans la littérature médiévale comme ressources esthétiques, mobilisées à des fins poétiques, dramatiques ou narratives[5]. Les romans en prose mettent en effet volontiers en scène les textes épigraphiques, et rappellent leurs caractéristiques matérielles : les supports privilégies, les couleurs évoquées, les formes des lettres distinguées. Outre les supports lapidaires ou métalliques traditionnels (pierre des perrons, fer des épées, or et argent des bagues), les inscriptions s’emparent aussi des tissus (tapisseries et coussins brodés), du bois (panneaux, écorces) et de la peau ; le verre n’est quant à lui jamais mentionné. La fonction première est en revanche détournée, car ces textes servent le plus souvent à brouiller les pistes, induire en erreur. Les choix chromatiques, plus qu’à des problèmes d’esthétique, répondent à des enjeux symboliques. Nombreux sont les messages inscrits en langues étrangères (hébreu, arabe, chaldéen) ; les auteurs jouent sur le mystère de ces langues (Merlin écrit en hébreu), mais elles servent surtout à marquer la sainteté d’un lieu ou d’un objet. Le graphisme lui-même peut être évoqué dans la prose romanesque et le Livre du Cuer d’amour épris montre un réel souci paléographique. Les auteurs donnent ces détails à des fins diverses et très subtiles, sémantiques, fonctionnelles, esthétiques ; dans le contexte de la fin du Moyen Âge, l’inscription participe de la surenchère ornementale.

Pierre Chastang s’interroge sur les variations de l’image et des miniatures par rapport aux inscriptions ? Suivent-elles toujours le texte dans les manuscrits ? Plus on avance dans le temps, et plus la miniature prend en compte l’inscription, répond S. Hériché-Pradeau. Les exemples montrés sont ceux des manuscrits les plus spectaculaires. Alors que l’inscription est souvent complètement insérée dans le texte, sans distinction par la ponctuation, on note un souci plus marqué dans la seconde moitié du XVe s., mais une recherche approfondie reste à faire.

Gestion et évolution graphique

Croisant philologie, codicologie et paléographie, Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) a proposé d’examiner de quelle manière les choix graphiques peuvent contribuer à une histoire des textes à partir de la Chronique romane de Montpellier du ms AA9 des Archives Municipales de Montpellier. La Chronique romane de Montpellier est un texte historiographique en occitan, produit par les notaires du consulat de 1204 à 1426, au moment de l’émergence de toute une culture littéraire occitane (entre 1250 et le XIVe s.). Il s’agit ici du dernier manuscrit d’une série de sept. Lors de la nouvelle édition du ms AA9[6], l’étude de son contexte scripturaire et les différentes observations concernant les choix de graphie et de mise en page ont permis d’appréhender le geste d’écrire dans sa dimension de gestion. Deux écritures sont différenciées : l’emploi de la gothique textualis régulière pour enregistrer les fastes consulaires ; une écriture soignée avec un module plus petit et des éléments de cursivité, pour des listes d’événements (avenimens). On passe d’une structure par items à un texte de beaucoup plus narratif ; ce qui était en marge revient dans la partie principale de la page, passant du statut marginal à un statut officiel. Le choix du deuxième type graphique ne peut se réduire aux adaptations fonctionnelles. Quatre éléments de réponse peuvent être apportés : il renvoie à l’identité graphique de l’avenimens ; le travail de fusion passe par un travail de mise en page et mise en écriture ; les avenimens sont une série d’annotations réemployables et déplaçables ; le choix graphique marque le statut du texte ; il renvoie au statut différent entre mémoires administratifs et communautaires.

Cécile Treffort se demande si l’on peut imaginer un type graphique qui entraînerait la possibilité de transformer le texte lui-même : le rendre intouchable ? Selon P. Chastang, il est possible que l’on cherche, par la forme graphique, à canoniser un texte, bien que nous ne puissions écarter l’éventuel échec de cette entreprise. Dans la Chronique romane de Montpellier par exemple, l’intégration des listes d’événements, auparavant en marge du texte, dans le narratif au centre de la page a eu un effet stabilisateur sur le texte.

Soutenant la thèse d’une interruption de l’évolution « logique » de l’écriture de la part des humanistes par un retour volontaire aux formes anciennes de la caroline, María Encarnatión Martín López (Universidad de León) a exploré les voies de la (re)création graphique à la fin du Moyen Âge. Plus particulièrement, son attention s’est focalisée sur le passage, dans les inscriptions, de la minuscule gothique à la majuscule humanistique et sur l’ensemble des solutions intermédiaires entre ces deux systèmes graphiques, que l’on désigne sous le nom d’« écriture pré-humanistique ». Cette écriture se caractérise par un mélange de formes de lettres puisées dans le répertoire des systèmes graphiques préexistants (écritures gothique, caroline, wisigothique et même écritures byzantines) et enrichies d’éléments décoratifs. Phénomène graphique européen né en Italie et muri en Allemagne, l’écriture épigraphique pré-humanistique a atteint l’Espagne à la fin du XVe siècle, véhiculé principalement par les ateliers itinérants d’artistes. Dans le royaume de Castille elle semble avoir été introduite par le peintre Fernando Gallego dans les années 1470, comme en témoignent les inscriptions (et en particulier les signatures de l’artiste) présentes dans trois de ses tableaux réalisés dans cette période. La vitalité de cette écriture fut pourtant d’assez courte durée car elle céda le pas aux écritures humanistiques dès les années 1530.

Au cours du débat, Eva Caramello a soulevé la question des raisons qui conduisent le peintre à opter pour l’un ou l’autre système graphique et en particulier du poids de la fonction du texte représenté comme paramètre déterminant le choix du type d’écriture. Selon M. E. Martín López, on ne peut déceler une règle universelle, le choix dépendant probablement du commanditaire.

Ateliers, lieux d’écriture, échanges

Les écritures et les ateliers épigraphiques de la cathédrale de Sigüenza ont ensuite été présentés par Javier De Santiago (Universidad Complutense de Madrid). L’ensemble épigraphique de la cathédrale est composé de nombreuses inscriptions originales datées entre 1169 et le XVIe s., montrant des types d’écriture variés, mais l’étude s’est concentrée sur les inscriptions lapidaires en textualis, ou gothique minuscule calligraphique, entre 1448 et 1556. Elle permet tout d’abord d’aborder la question des relations avec les ateliers de sculpture ayant travaillé dans la cathédrale à la même époque. De la même manière que certains artistes spécialisés étaient associés aux ateliers de sculpture, des scriptores l’étaient peut-être aussi, même s’il est difficile d’assurer la permanence de ces collaborations éventuelles. Le dossier de Sigüenza permet aussi d’observer les manières d’écrire, l’évolution des écritures, grâce à une méthode rigoureuse d’analyse et de comparaison des données. L’attention est particulièrement portée sur la conscriptio de l’inscription, son processus technique d’exécution. Plusieurs exemples de préparation d’inscriptions en textualis gothique montrent la minutie et la perfection du travail où tout était parfaitement mesuré et calculé. On peut également percevoir plusieurs erreurs et les rectifications de l’ordinatio initiale. Quoique tous les ateliers semblent avoir la même production, il est possible d’observer des écoles, des distinctions graphiques (certaines formes de lettres, des majuscules, le style) : ainsi deux ateliers différents ont travaillé à la cathédrale au tournant du XVe et XVIe s., ce qui n’interdit pas des relations entre les deux. Cette analyse permet de voir que les caractéristiques graphiques de chaque inscription dépendent plus des goûts et des particularités de l’atelier qui l’exécute que d’une évolution chronologique des formes.

Maite Muñoz García de Iturrospe (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) s’est intéressée aux similitudes entre épistolographie et épigraphie. L’inscription comme la lettre est l’expression d’un message oral impossible ; elles développent les mêmes modalités langagières face à la distance avec le destinataire (dans l’espace ou dans le temps). Les traits du genre épistolaire (simplicité stylistique, clarté, structure flexible, emploi de proverbe, invocation au destinataire, dialogue, fonction représentative) et les formules de salutatio et de valefactio sont souvent partagés par les textes épigraphiques. La différence est que le support de la lettre est mobile et va jusqu’à son destinataire (qui est précis), alors que les supports épigraphiques bougent pas ou peu et visent un public large, peu précisé, ce qui se perçoit dans la généralité des formules. M. Muñoz a également plusieurs documents épigraphiques dont les formules épistolaires sont signalées par divers éléments distinctifs tels que l’alternance des couleurs ou encore le changement de type graphique. L’exemple le plus remarquable fut sans doute l’usage de la forme cursive visant à reproduire la souscription impériale dans une inscription[7]. Au-delà du choix des mots et de l’organisation du texte propre à chaque support, l’étude de cette intertextualité a démontré comment la forme graphique peut transmettre l’autorité d’un texte.

L’auditoire a ensuite été transporté dans des contrées lointaines par Adam Łajtar (Uniwersytet Warszawsky), avec une communication sur les pratiques d’écriture en Nubie. Grâce à la christianisation précoce de la population nubienne, favorisée par Constantinople, les usages de l’écrit tels que répandus en Méditerranée se sont diffusés jusque dans cette région – située entre la première et la sixième cataracte du Nil – donnant lieu à un extraordinaire syncrétisme graphique. Ce dernier s’y déclinait en trois langues (nubien, grec et copte) qui, tout en ayant une base scripturale commune – l’alphabet grec, augmenté de sept signes en copte pour traduire certains sons spécifiques, et quatre autres signes supplémentaires pour transcrire les sons propres au nubien –, ne répondaient pas aux mêmes fonctions. Ainsi, le copte était la langue littéraire, le grec celle des textes à contenu religieux, l’ancien nubien la langue de la communication courante et de la documentation diplomatique. Néanmoins, ces trois langues coexistaient et s’entremêlaient parfois dans le domaine épigraphique. C’est ce qui a été observé à Banganart, où A. Łajtar et son équipe ont mené plusieurs missions scientifiques dans les années 2000, en révélant 969 inscriptions laissées entre la deuxième moitié du XIe siècle et le XVe siècle par les voyageurs et les pèlerins venus de près ou de très loin (comme en témoigne un graffiti en provençal !). Majoritairement constitués d’un nom, parfois agrémentés de quelques détails biographiques, et d’une invocation adressée à un personnage saint (principalement saint Raphaël, titulaire probable du lieu), ces graffitis semblent avoir été en partie exécutés par des scribes professionnels travaillant sur commission. À coté d’inscriptions de facture très modeste foisonnent en effet des textes plus complexes et présentant des choix scripturaux parfois très sophistiqués (système d’abréviation et de signes tachygraphiques, présence de marques allographétiques, telles que des points suscrits en début de mot pour marquer une emphase, signes en forme de croix particulièrement élaborés, cryptogrammes numérologiques).

Ce dossier aussi inattendu que passionnant a suscité une vive curiosité de la part de l’assemblée et en particulier de Carlo Tedeschi, intéressé par les nombreux points de contacts qu’il permet d’établir avec les pratiques observées pour la chrétienté occidentale. Interrogé sur les liens entre culture manuscrite et graffitis, A. Łajtar a déploré les conditions de conservation et de publication de la documentation manuscrite nubienne qui privent le chercheur d’un élément de comparaison essentiel à la compréhension de certains usages scripturaux.

Conclusions

Cécile Treffort (Université de Poitiers – CESCM) clôt ces deux journées en rappelant les trois grandes thématiques qui ont et vont animer les trois rencontres EPIMED : la raison, les gestes, les écritures réservées, en les mettant en parallèle avec le cerveau, la main, l’œil (pour reprendre le titre du colloque déjà évoqué), trois éléments séparés artificiellement mais qui ne font qu’un. Les réflexions sur les « gestes d’écritures » ont amené à plusieurs déplacements ou révisions des problématiques. La question du support et de la matière n’est pas perçue comme une contrainte mais davantage comme une opportunité, ce qui incite à relativiser le rôle de la matière dans la définition des catégories disciplinaires, d’appréhension des documents. Sur le plan textuel, les frontières sont poreuses et les typologies éclatent. Le choix de certaines écritures ne s’explique que par rapport aux types textuels, en lien avec le contenu et le but du texte. Les goûts artistiques et l’esthétique influencent également et replacent la graphie dans le panorama plus large de la culture visuelle, dont la cohérence dépasse l’écriture. La mise en contexte culturel et social permet aussi d’appréhender non seulement la maîtrise de l’écriture et de la lecture, mais aussi une familiarité avec l’écrit, et de mesurer la culture de l’écrit à travers tous les types d’écriture ainsi que le rôle de l’homme dans la production de l’écrit.


 

[1] Colette Sirat, Jean Irigoin, Emmanuel Poulle (eds.), L’écriture : le cerveau, l’œil, la main. Actes du colloque international du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Collège de France, les 2, 3 et 4 mai 1988, Turnhout : Brepols, 1990.

[2] Louis-Jean Calvet, Histoire de l’écriture, Paris : Plons, 1996, p. 23.

[3] Selon le dictionnaire Robert.

[4] Eva Caramello prépare une thèse en épigraphie médiévale sous la direction de Cécile Treffort à l’Université de Poitiers, dont le titre provisoire est : Écritures épigraphiques et manuscrites : paléographie comparée et histoire culturelle de la production écrite toulousaine des XIe-XIVe siècles.

[5] Sujet de son HDR soutenue le 29 novembre 2014 sous le titre Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres.

[6] Voir l’ANR Thalamus (édition électronique et critique du manuscrit AA9 des Archives Municipales de Montpellier dit « Le Petit Talamus ») coordonnée par Vincent Challet (Université Paul Valéry – Montpellier III).

[7] CIL 8, 23127 = ILTun 268 (Kairouan, Afrique Proconsulaire).