Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).

EPIMED : épigraphie médiévale et au-delà

À la lecture du programme des troisièmes journées EPIMED à la Casa de Velázquez (Madrid, 17-18 mars), il est aisé de mesurer la diffusion des pratiques épigraphiques médiévales et la diversité de leurs formes. Les intervenants réunis à cette occasion aborderont des horizons chronologiques et géographiques très différents. C’est cependant la variété des points de vue qui constitue la principale originalité de cette rencontre puisqu’il s’agit moins d’aborder les inscriptions du point de vue strictement épigraphique (si tant est que l’objet permette d’ailleurs une telle approche) que de les interroger au prisme d’une réflexion globale sur la valeur communicative de l’écriture médiévale.

C’est la raison pour laquelle EPIMED III consacrera une part importante de son programme aux débats, discussions et échanges qui suivront les présentations synthétiques des intervenants.

C’est aussi pour cette raison que les deux journées commenceront par une conférence-cadre prononcée par deux chercheurs dont la spécialité se situe en dehors du champ épigraphique.

Paul Bertrand, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Catholique de Louvain, est en effet spécialiste de diplomatique et de paléographie médiévales et s’intéresse, dans le cadre de son dernier ouvrage, aux « écritures ordinaires ».28405100607730L Benoît Grévin, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, est quant à lui spécialiste de l’usage des langues au Moyen Âge et leurs rôles dans la formation des cultures médiévales.

C’est enfin pourquoi Fermín Miranda-García, maître de conférences à l’Université Autonome de Madrid, spécialiste des chroniques médiévales et de l’écriture de l’histoire au Moyen Âge, prononcera les conclusions de ces journées.

Les organisateurs du programme EPIMED espèrent que la diversité de ces approches, associée aux discussions très libres des journées, permettra « le pas de côté » nécessaire à de nouvelles interrogations sur la culture écrite du Moyen Âge, en particulier quand celle-ci s’exprime en dehors du monde manuscrit.

Live tweet (ou presque !) : @vdebiais @medievizm

EPIMED III (Madrid-CVZ, 17-18 mars 2016) : dernières informations pratiques

Périgueux, Saint-Étienne-de-la-Cité. Table pascale (©J. Michaud CESCM/CIFM)

Voici les dernières informations pratiques concernant notre prochaine rencontre EPIMED qui se tiendra à Madrid les 17 et 18 mars prochain. Le programme définitif et l’affiche de la rencontre sont disponibles au bas de ce billet.

Les journées commenceront le jeudi 17 mars à 9h30. Tous les participants aux activités de la Casa de Velázquez doivent passer par la loge (à droite, en entrant dans le bâtiment) pour laisser leur nom et signer le registre.

Les participants qui auraient éventuellement besoin d’un certificat de présence aux journées sont invités à contacter au plus vite Vincent Debiais afin de préparer les documents nécessaires.

affiche EPIMED III

feuillet programme