L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)

Journée d’étude « Inscriptions et reliquaires » – CESCM, 3 juin 2016

Nous reproduisons sur le Carnet du projet EPIMED le billet paru sur le Carnet du CESCM annonçant la tenue d’une journée d’étude à Poitiers sur le thème « Inscriptions et reliquaires ».

En 1997, Jean Michaud proposait une communication sur les consécrations d’autel au grand colloque de Boulogne-sur-Mer dédié au culte des reliques, et offrait des pistes de recherche sur la question des liens entre écriture épigraphique et mise en scène des corps saints.

Près de vingt ans après cette conférence, l’étude des reliquaires, de leur forme, de leur décor, de leur fonction, a considérablement progressé, notamment sous l’impulsion du material turn en histoire de l’art, et de l’étude du corps et de la corporalité au Moyen Âge. Cependant, l’intérêt pour les inscriptions que portent très souvent les châsses et les reliquaires reste encore limité, alors qu’elles sont partie intégrante des moyens visuels déployés dans le matériau pour mettre en scène le saint et sa virtus. Les inscriptions sur les reliquaires manifestent par l’écriture ce que contient l’objet ; entre authentification des restes saints, commémoration du commanditaire de l’objet et invitation à la prière des fidèles, elles dévoilent et manifestent ce qui est soustrait à la vue et au toucher.

Lors de cette journée d’étude organisée par Vincent Debiais et Elisa Pallottini, il s’agira de poser à ces inscriptions de nouvelles questions à la lumière des recherches récentes sur les reliquaires, en se concentrant notamment : 1) sur les propriétés empiriques de l’écriture et son interaction avec le matériau ; 2) sur la relation entre la capacité de l’écriture à signifier et la capacité de la virtus à agir ; 3) sur les liens éventuels entre le contenu des inscriptions et la présence des saints dans la liturgie ; 4) sur les connexions entre les inscriptions sur reliquaires et les textes inscrits sur les objets liturgiques.

Cette journée d’étude s’étendra sur une « longue journée » ; elle alternera les études de cas et les réflexions générales sur les liens entre écriture et sacralité.

Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).
Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).

Programme

9h – Accueil des participants

9h30 – Vincent Debiais (CNRS-CESCM) : Les inscriptions, une écriture à la croisée des matières (en guise d’introduction)

10h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) : Les questions et enjeux ecdotiques des inscriptions sur objet

10h45 – Janneke Raaijmakers (Université d’Utrecht) : Hagiography versus epigraphy? A different perspective on saints’ cults or not.

11h30 – Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) : Les reliquaires, les reliques et leurs inscriptions

12h15 – Déjeuner

14h – Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Intus et foris

14h45 – Delphine Boyer-Gardner : Autour des corps de saints évêques du haut Moyen Âge : inscriptions au contact et inscriptions à distance.

15h30 – Pause

15h45 – Edward Schoolman (Université de Reno) : Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul

16h30 – Discussions et conclusions

Afin de nourrir les discussions et d’apporter des éclairages originaux sur ces questions, les organisateurs ont également invités des collègues à réagir pendant les échanges et les débats : Éric Palazzo (Université de Poitiers-IUF), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Teemu Immonen (Université de Turku), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Morgane Uberti, Marika Rasanen (Université de Turku).


Lieu : salle Crozet du CESCM – 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr