Ecole d’été en épigraphie antique et médiévale – Université Complutense Madrid (3-21 juillet 2017)

L’Université Complutense de Madrid organise, du 3 au 21 juillet 2017, une session intensive de formation en épigraphie latine, antique et médiévale. Ouverte aux étudiants et aux professionnels, elle propose des cours et des travaux pratiques permettant d’acquérir ou de perfectionner les compétences de lecture, analyse et exploitation des documents épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge.

esc-complutense-verano

Pour sa première édition, l’école d’été « Curso teórico-práctico de lectura de inscripciones latinas. Métodos, evolución, tipología » de l’Université Complutense de Madrid propose aux étudiants d’atteindre les objectifs suivants :

  • Comprendre ce qu’est l’épigraphie en tant que discipline, et ce que sont les inscriptions en tant que manifestation de la culture écrite et moyen de communication, à travers l’étude de leur évolution au fil des siècles et de leur typologie.
  • Acquérir les connaissances pour la lecture des inscriptions, que ce soit par les méthodes traditionnelles ou grâce aux nouvelles technologies.
  • Acquérir les compétences permettant de lire différentes inscriptions grâce à des travaux pratiques sur la documentation conservée à Madrid.
  • Acquérir les compétences permettant l’interprétation des abréviations, des formules et des textes en fonction de l’origine géographique et chronologique des inscriptions.
  • Acquérir les compétences nécessaires au recensement, à la compilation et au stockage de l’information épigraphique, du corpus à la base de données.
  • Apprendre à éditer et interpréter les inscriptions antiques et médiévales.

Dirigée par Isabel Velázquez Soriano, l’école d’été se déroulera pendant trois semaines à Madrid, de 9h à 14h, du lundi au vendredi. Les cours seront donnés en espagnol et feront alterner les leçons magistrales, les travaux pratiques, les visites de musées et de centres documentaires. Les cours seront dispensés par une équipe de neuf enseignants.

Pour plus d’information (tarif, inscription, crédits), voir la page consacrée à l’école d’été sur le site de l’UCM.

ecole-dete-complutense_programme

 

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.

 

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

L’objet épigraphique en question – CESCM, 3 février 2017

La deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra le vendredi 3 février au CESCM de Poitiers. Il sera consacré à l’objet épigraphique et aux questions soulevées par la rencontre entre la notion d’objet et le fait graphique au Moyen Âge.

Après avoir abordé en novembre dernier les questions relatives au support et à la page, la deuxième de SEMPER sera consacrée le 3 février prochain à la notion d’objet et sa relation à l’écriture. Il est bien souvent difficile de décrire avec précision ce sur quoi on a tracé des signes alphabétiques, et les mots « objet », « artefact », « œuvre », « élément », « partie » reviennent, souvent sans distinction,  pour identifier la « chose » sur laquelle le scripteur intervient pour faire apparaître les lettres.

Au-delà des questions de terminologie se tiennent les problématiques liées au « lieu » de l’inscription, à son environnement, à son contexte, aux relations entre le texte et ce qui l’entoure. Peut-on décrire une inscription sur un objet mobile (un calice, un reliquaire) comme on décrit un texte fixe encastré dans la structure d’un édifice ? Y a-t-il une différence de nature et/ou de fonction entre un texte que l’on porte (sur une plaque-boucle ou sur un vêtement) et un texte affichée face à soi (sur un mur, sur le sol, etc.) ? Les stèles qui se dressent dans un espace ouvert peuvent-elles avoir un autre statut que les dalles encastrées au sol dans un édifice ? Au-delà de la diversité de ces « objets » épigraphiques, il s’agira pour nous d’aborder les conditions dans lesquelles le texte occupe l’espace au Moyen Âge et ce que cette topologie induit sur la nature et le rôle de l’écriture dans la culture médiévale.

Cette séance se déroulera selon le même principe que la rencontre de novembre, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une présentation générale de la thématique dans le contexte de la culture écrite médiévale, suivie d’une réflexion plus spécifique sur la notion même d’objet (Éric Palazzo, « Aby Warburg et l’objet »). Après le déjeuner, des études de cas et des dossiers permettront de mettre cette question en perspective avec la documentation médiévale (mobilier liturgique, objets mobiles, aspects techniques, objets de dévotion) et au-delà (Delphine Ackermann, « Faire revivre les morts. Les stèles funéraires de la cité d’Érétrie (Grèce) dans l’Antiquité »).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme-3-fevrier

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.