Archives par mot-clé : culture écrite

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

« La lettre » de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

Troisième atelier du projet MEDNAME – Poitiers, 8-9 novembre 2017

Dans le cadre du programme PHC Van Gogh MEDNAME entre l’Université de Poitiers et l’Université d’Utrecht (Pays-Bas), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale accueille le troisième atelier de travail sur l’écriture du nom dans la culture du Moyen Âge les 8-9 novembre 2017.

Ce workshop est conçu comme un espace d’échange sur les questions graphiques, sociales et anthropologiques  posées par la manifestation écrite des noms propres et des noms communs dans le monde manuscrit et dans la culture épigraphique. Les premières séances de travail tenu à Utrecht au printemps et à Poitiers au début de l’été 2017 ont révélé l’étendue des enjeux historiques de cette question, et les ont mis à l’épreuve des noms inscrits, gravés ou peints, à Saint-Savin-sur-Gartempe et à Chauvigny.

Broderie de la Création de Gérone

Ce troisième et dernier atelier de travail est organisé en deux parties. La journée du 8 novembre sera l’occasion de présenter des communications et des études de cas (Estelle Ingrand-Varenne, Thierry Grégor, Vincent Debiais pour Poitiers ; Elisa Pallottini, Jelle Visser pour Utrecht), et de s’interroger collectivement sur ce que veut dire « écrire son nom » au Moyen Âge. La matinée du 9 novembre accueillera une réunion de travail pour mettre au point la structure, le sommaire et la liste des contributeurs de l’ouvrage à paraître en 2018 comme résultat du projet MEDNAME.

Pour assister à ces journées et pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une « écriture des inscriptions » ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin

Premier workshop du programme MEDNAME (Utrecht, 6-7 avril 2017)

Les 6-7 avril prochain se tiendra à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) le premier atelier de travail du programme MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture écrite médiévale. Ce programme bilatéral entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht (PHC Van Gogh 2017) entend favoriser les échanges scientifiques entre les deux institutions et produire les conditions administratives et intellectuelles pour l’élaboration d’un programme plus ambitieux dans les années à venir.

La coopération menée entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht dans le cadre du programme « MEDNAME – l’écriture publique du nom dans la culture médiévale » a pour objet l’usage du nom et de son écriture en dehors du monde manuscrit au Moyen Âge. Question fondamentale de l’anthropologie historique et phénomène identitaire par excellence dans les sociétés pré-typographiques, l’écriture du nom et sa dimension sociale sont encore largement à étudier. MEDNAME se déroulera en trois temps : travail préparatoire, bibliographique et problématiques (à distance) ; réunions à Poitiers, à Utrecht et sur le terrain pour élaborer la connaissance sur cette thématique (ateliers de travail présentiel) ; rédaction/publication de la synthèse et mise au point des perspectives de recherches (à distance).

Afin de circonscrire cette vaste question du nom, le projet Van Gogh 2017 cherchera à faire émerger ces nouvelles problématiques. Qu’est-ce qu’un nom, d’un point de vue graphique ? Pourquoi écrire son nom en dehors du manuscrit ? Qu’est-ce que nommer au Moyen Âge ? Le geste du nom est-t-il différent des autres gestes d’écriture ? En interrogeant le lien entre le statut du nom et l’action de le produire par écrit, le projet entend formuler des pistes de recherche autour de la culture de l’individu au Moyen Âge et de ses traductions graphiques et/ou visuels, dépassant les clivages traditionnels entre culture lettrée et illettrisme, culture écrite et oralité, performativité et symbolisme, pour déterminer les raisons qui ont poussé les hommes et les femmes du Moyen Âge à investir par l’écriture de leur nom leur environnement monumental et matériel. Il s’appuiera sur les études d’onomastique et de prosopographie déjà élaborées pour le Moyen Âge en proposant de nouvelles approches par l’exploitation d’une documentation encore largement délaissée par ces disciplines.

Dans le détail, les travaux menés dans le cadre du programme MEDNAME ont pour objet : l’élaboration d’un état de l’art sur ces questions et leurs implications historiques sur le temps long ; l’établissement d’une liste actualisée de problématiques à ce sujet et des zones d’ombre encore en attente de recherche ; le rassemblement d’un corpus de textes et d’objets susceptibles d’éclairer ces questions pour le Moyen Âge ; leur analyse dans le cadre de sessions collectives de travail, sur le terrain, en réunion et à distance ; la confrontation des résultats aux données de terrain lors d’une session in situ dans deux monuments médiévaux comportant des manifestations écrites de noms de personnes ; la rédaction par l’équipe française et néerlandaise d’un travail de synthèse sur la question de l’écriture du nom au Moyen Âge et sa publication en ligne.

Le premier workshop se tiendra à l’Université d’Utrecht les 6-7 avril prochain sous le titre « Names in Sacred Spaces: an Introduction ».

Marco Mostert (Utrecht University), Introduction

Els Rose (Utrecht University), « Names in the liturgical practice of Merovingian Gaul »

Cécile Treffort (University of Poitiers), « Le nom des défunts dans les épitaphes: remarques, questions et perspectives de recherche »

Jelle Visser (Utrecht University), « What’s in a name? Thiofrid of Echternach about the grace and power of saints’ names »

Elisa Pallottini (Utrecht University), « Names and (instead of?) relics: the material evidence »

Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), « A singular layout: name breakdown in medieval graphic practices »

Émilie Mineo (University of Poitiers), « Signing one’s own name. Review of literature on signature in medieval art and records »

Round table

Les résultats de cette première rencontre seront publiés sur le carnet EPIMED mi-avril. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

TITULUS, entre érudition et créativité

(article co-écrit avec Clara Renedo Mirambell)

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/titulus_capture

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.

Mis à part les Deutsche Inschriften Online, reprise exacte de la version papier, les entreprises éditoriales des textes épigraphiques du Moyen Âge se sont peu préoccupées de mise en ligne. TITULUS se veut au contraire créatif, non seulement en exploitant les possibilités du numérique, mais aussi en intégrant les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle.

titulusaC’est donc une édition « augmentée », multipliant les visions du texte, qui est offerte au lecteur : à côté de la transcription habituelle, 5 autres onglets déclinent les aspects graphiques : une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, l’encodage en XML-TEI.

Car cette édition est entièrement encodée en XML ; elle a adapté EpiDoc, la spécification de la TEI pour l’épigraphie classique à l’épreuve depuis plusieurs dizaines d’années, à l’écriture médiévale. Une table de synthèse rassemblant les choix d’encodage est disponible sur le site.

Si le texte de l’inscription constitue le cœur même de l’édition, il est toujours accompagné en amont d’une séquence descriptive et pratique, qui indique sa fonction, sa forme, sa localisation précise, son état actuel, ses dimensions, et propose une datation en indiquant sur quel critère elle s’appuie. Viennent ensuite les indications bibliographiques qui retracent la transmission du texte, sans prétendre à l’exhaustivité, et le commentaire paléographique, de plus en plus étoffé. En aval, le commentaire général s’attache à expliquer l’inscription étudiée (sens, structure, formule, sources bibliques ou liturgiques) et à la recontextualiser sur le plan historique et au niveau épigraphique.

Les notices sont organisées désormais dans une base de données native en XML, qui se substitue aux volumes papier. La structure de la base de données devra permettre d’établir des relations multiples entre les notices (selon leur datation, leur langue ou leur type de support, par exemple), grâce à la création d’un moteur de recherche (qui est prévue pour la phase suivante du développement du projet). Cela vise à être, en quelque sorte, l’évolution naturelle des index des volumes papier.

Plan de développement du projet en 2017 :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Si, comme le formulait heureusement Olivier Boulnois, l’érudition est « un levier pour faire sortir la pensée de ses ornières », permettant de dépasser le superficiel, en apportant une validation et authentification des sources, et de penser librement (« Voyage au cœur des textes. L’érudition aujourd’hui » vidéo du GIS SOURCEM), TITULUS entend mettre le travail d’érudition sur la documentation épigraphique à la portée de tous, afin d’apporter éclairage complémentaire sur la culture de l’écrit au Moyen Âge.

 

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

L’objet épigraphique en question – CESCM, 3 février 2017

La deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra le vendredi 3 février au CESCM de Poitiers. Il sera consacré à l’objet épigraphique et aux questions soulevées par la rencontre entre la notion d’objet et le fait graphique au Moyen Âge.

Après avoir abordé en novembre dernier les questions relatives au support et à la page, la deuxième de SEMPER sera consacrée le 3 février prochain à la notion d’objet et sa relation à l’écriture. Il est bien souvent difficile de décrire avec précision ce sur quoi on a tracé des signes alphabétiques, et les mots « objet », « artefact », « œuvre », « élément », « partie » reviennent, souvent sans distinction,  pour identifier la « chose » sur laquelle le scripteur intervient pour faire apparaître les lettres.

Au-delà des questions de terminologie se tiennent les problématiques liées au « lieu » de l’inscription, à son environnement, à son contexte, aux relations entre le texte et ce qui l’entoure. Peut-on décrire une inscription sur un objet mobile (un calice, un reliquaire) comme on décrit un texte fixe encastré dans la structure d’un édifice ? Y a-t-il une différence de nature et/ou de fonction entre un texte que l’on porte (sur une plaque-boucle ou sur un vêtement) et un texte affichée face à soi (sur un mur, sur le sol, etc.) ? Les stèles qui se dressent dans un espace ouvert peuvent-elles avoir un autre statut que les dalles encastrées au sol dans un édifice ? Au-delà de la diversité de ces « objets » épigraphiques, il s’agira pour nous d’aborder les conditions dans lesquelles le texte occupe l’espace au Moyen Âge et ce que cette topologie induit sur la nature et le rôle de l’écriture dans la culture médiévale.

Cette séance se déroulera selon le même principe que la rencontre de novembre, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une présentation générale de la thématique dans le contexte de la culture écrite médiévale, suivie d’une réflexion plus spécifique sur la notion même d’objet (Éric Palazzo, « Aby Warburg et l’objet »). Après le déjeuner, des études de cas et des dossiers permettront de mettre cette question en perspective avec la documentation médiévale (mobilier liturgique, objets mobiles, aspects techniques, objets de dévotion) et au-delà (Delphine Ackermann, « Faire revivre les morts. Les stèles funéraires de la cité d’Érétrie (Grèce) dans l’Antiquité »).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme-3-fevrier

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.

Inscripthèque – Nouvelles acquisitions

visite_uia_2016_003L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500  et répertoires des formules et des références bibliques.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du second semestre 2016.

Articles :

  • Agrigoroaei Vladimir, « La pierre tombale d’un évêque ‘suffragant’ d’Alba Iulia : Saulus (†1309/1310 ?) ou Benedictus (†1320) », Annales Universitatis Apulensis. Series Historica, 17/II, 2013, p. 155-172.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Scriptor scribebat et pulchram puellam in mente tenebat : la fin de l’inscription peinte de Dârjiu (1419) », Studii şi materiale de istorie medie, vol. XXX, 2012, p. 213-221.
  • Agrigoroaei Vladimir, « Un nouveau regard porté sur l’épée à inscription de Satu Mare (xiiie– xive siècles », Apulum. Acta Musei Apulensis, series Historia & Patrimonium, 2013, p. 205-215.
  • Aguglia Fabien, « De la sépulture à la sainteté. Tombes privilégiées et émergence de cultes de saints à l’époque romane », Positions des thèses, École des chartes, promotion 2016, p. 9-18.
  • Debiais Vincent, « Ekphrasis from the Inside : Notes on the Inscription of the Crown of Light in Bayeux », English Language Notes 53-2, 2015, p. 45-59.
  • Debiais Vincent, Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions in Orderic’s Historia ecclesiastica: A Writing Technique between History and Poetry », Orderic Vitalis: Life, Works and Interpretations, edited by Charles C. Rozier, Daniel Roach, Giles E.M.Gasper & Elisabeth van Houts, Boydell & Brewer, 2016, p. 127-144.
  • Debiais Vincent, « Au pied de la lettre. Une lecture ouverte et liturgique des relations texte/image dans la peinture murale catalane », Stéphanie-Diane Daussy et Nicolas Reveyron. L’Église, lieu de performances : In Locis competentibus, Éditions Picard, 2016, p. 71-85.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra tarda antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité tardive, 23, 2015, p. 353-370.
  • Gordine Alexandre, « Le premier âge roman dans la peinture murale du Centre-Ouest de la France », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XLVII, 2016, p. 69-85.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « L’“interponctuation” dans les inscriptions médiévales », Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens, édité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois, Genève : Droz, 2016, p. 215-232.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Une poésie à l’échelle monumentale : les inscriptions des médaillons des apôtres à l’abbaye de La Sauve-Majeure », La rigueur et la passion. Mélanges en l’honneur de Pascale Bourgain, éd. Cédric Giraud et Dominique Poirel, Turnhout : Brepols, 2016 (Instrumenta Patristica et Mediaevalia, 71), p. 513-525.
  • Jolivet Catherine, « Invocations peintes et graffiti dans les églises de Cappadoce (IXe-XIIIe siècle) », Des images dans l’histoire, éd. Marie-France Auzépy et Joël Cornette, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 163-178.
  • Lambert Chiara, « Recension du CIFM 24 », Schola Salernitana – Annali, t. XVII-XVIII, 2012-2013, p. 258-262.
  • Martín López María Encarnación, « La memoria del linaje ansúrez : el sepulcro de Fernando Pérez en Gordaliza del Pino », Documenta & Instrumenta, 14, 2016, p. 11è-138.
  • Rhoby Andreas, « Inscriptional Poetry. Ekphrasis in Byzantine tomb epigrams », Byzantinoslavica. Revue internationale des études byzantines, t. LXIX, 3 supplementum, 2011, p. 193-204.
  • Santiago Fernández Javier (de), « El hábito epigráfico en la ciudad hispana : de Roma al Renacimiento », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 133-168.
  • Vallée-Roche Marie, « Note à propos des graffitis de l’autel paléo-chrétien de Minerve (Hérault) », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 85-108.
  • Walker Alicia, « Pseudo-Arabic ‘Inscriptions’ and the Pilgram Path at Hosios Loukas », Antony Eastmond and Elizabeth James (eds.), Viewing texts: Inscriptions as image and ornament in the Late Antique and Medieval Mediterranean, Cambridge University Press, 2014. p. 99-123.
  • Watson Katherine, « Kufic Inscription in the Romanesque Cloister of Moissac in Quercy: Linkls with Le Puy, Toledo and Catalan Woodworkers », Arte Medievale ser. II, 3, 1989, p. 7-28.
  • Zazoya Montes Leonor, « Escrituras expuestas a dobles lecturas en centros urbanos de la edad moderna epígrafes con juegos gráficos de ingenio », Lugares de escritura : la ciudad. Actes de las XII jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Zaragoza, 16 y 17 de junion de 2014), éd. par Pilar Pueyo Colomina, Saragosse, 2015, p. 427-442.

Ouvrage :

  • Čovan Miroslav, Historické nápisy zo Šariša do roku 1650 (Corpus Inscriptionum Slovaciae 1.  Nápisy na Slovensku 1), Martin (Tlačiareň P+M, Turany) 2016.

Mémoire :

  • Renedo Clara, L’édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Les projets ORIFLAMMS et TITULUS, Mémoire de Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’histoire », École nationale des Chartes, 2016.

netvibes1Retrouvez également les liens vers des sites internet concernant l’épigraphie sur le netvibes de l’inscripthèque :

http://www.netvibes.com/poledocberthelot#Inscriptheque

Par-delà les frontières : Les inscriptions comme témoins des échanges culturels (Düsseldorf, 12-14 octobre)

Le 14e colloque international d’épigraphie médiévale et moderne, organisé par les académies allemandes, s’est tenu à Düsseldorf les 12, 13 et 14 octobre sur le thème : « Par-delà les frontières : les inscriptions comme témoins des échanges culturels », réunissant une cinquantaine d’épigraphistes allemands, autrichiens, suisses, polonais, slovaques, tchèques et français.

Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik
Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik

Les phénomènes de transferts et d’assimilation des techniques et des productions culturelles sont au centre des intérêts historiques depuis de nombreuses années. L’épigraphie, par les inscriptions médiévales et modernes, est elle aussi confrontée aux processus et résultats des échanges culturels. Les textes sur les édifices, les monuments funéraires, les cloches, les vitraux, les objets des trésors et à usage religieux, mais aussi ceux du quotidien sont les témoins de ce dépassement des frontières qu’elles soient géographiques, territoriales, linguistiques, culturelles ou confessionnelles. En quoi les inscriptions témoignent-elles et sont-elles mêmes actrices des migrations, du commerce international, des pèlerinages, des transferts de culture et de langue, ou encore du plaisir de l’étranger à travers les pseudo-écritures, notamment entre Orient et Occident ? C’est à ces questions que le congrès a tenté de répondre.

Ce colloque fut aussi l’occasion de faire le point sur l’avancement de l’entreprise éditoriale des inscriptions à l’échelle européenne. Si la France va bientôt compter 26 volumes et couvrir 66 départements et 8 régions (c’est-à-dire les trois quart du territoire français), les Deutsche Inschriften approchent la centaine de volumes, avec l’installation d’une nouvelle filiale de recherche à Dresde pour couvrir la Saxe, qui fait partie de l’Académie des sciences saxonne. Il faut enfin saluer la naissance d’un nouveau corpus : celui de La Slovaquie, avec une documentation latine et allemande, essentiellement des XIVe-XVIe siècles paru en 2016, après la publication d’un manuel, Latinska epigrafia, édité en 2014.

Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik
Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik

 

(Merci à Sonja Hermann pour le compte rendu et à Harald Drös pour les caricatures croquées au fil du colloque)

Enno Bünz, Leipzig : Un Moyen Age sans frontières? Observations et réflexions

En introduction au thème du congrès, E. Bünz a rappelé que c’est depuis la chute du mur de Berlin en 1989 que les frontières sont devenues sujet de la recherche des historiens. Différents genres et formes de « frontière » sont égrainés :

Dessin de Harald Drös
Dessin de Harald Drös

ligne de frontière vs. région de frontière, frontières des droits, des biens, des langues, des douanes, des territoires etc., mais aussi frontières ecclésiastiques, qui sont en fait aussi des frontières de droits. La frontière entre deux paroisses par exemple détermine qui a droit à la dîme. L’exemple des voyageurs qui traversent des territoires, mais n’évoquent pas des frontières, illustre l’existence des frontières invisibles.

Teresa Schröder-Stapper, Duisburg : Le mot de Dieu – Inscriptions communales comme pratique de la connaissance dans les temps de la Réforme et du confessionnalisme

T. Schröder-Strapper, Duisburg-Essen, présente son projet d’habilitation sur les inscriptions dans l’espace de la ville au début des temps modernes, quand la Réforme et le confessionnalisme trouvent leurs reflets dans les inscriptions. Elle positionne ses recherches dans le paradigme du spatial turn. Son étude est basée sur les corpora d’inscriptions des villes de Hildesheim et Braunschweig, publiés dans les Deutsche Inschriften. Elle montre comment catholiques et protestants utilisent les donations (par exemple un jubé et des fonts baptismaux) et leurs inscriptions pour propager leurs propres confessions. Par contre, curieusement, on n’en trouve pas dans les inscriptions des maisons ; ce sont ici des sujets humanistes et des lamentations générales sur les injustices des temps.

 Wolfgang Haubrichs, Saarbrücken : Rois, notaires, noblesse et un mercenaire. Aspects onomastiques de la migration et l’identité d’une gens dans les inscriptions lombardes des 6e-7e siècles

Quand les Lombards ont immigré en Italie en 568, ils ont, suivant l’exemple romain, réalisé des inscriptions funéraires. Par la conservation des formes des noms germaniques (notamment le renoncement à la terminaison latine -us), on constate, au moins pour la noblesse, qu’il ne s’agissait pas d’une romanisation subite. W. Haubrichs montre trois exemples de la persistance des noms germaniques. Le roi Cunincpert († 700) préservait son nom (qui vient de Cunibert mais évoque avec le n le mot germanique « cuninc » pour roi) pour la mémoire de sa famille (sa fille s’appelait Cuningberga). On a trouvé plusieurs bagues à cachet avec des noms germaniques et l’illustration d’un homme avec la raie au milieu et une longue barbe, qui font référence à la légende qu’on trouve chez Paul Diacre concernant le nom « lombard » « Langobardes ». Le troisième exemple concerne la carrière militaire de Droctulf(us, -on, avec des orthographes différentes), qui se reflète dans les variations du nom : d’origine allemande, il fait partie des troupes lombardes et devient un général byzantin.

Rudolf Simek, Bonn : Magie latine des runes ? Aspects interculturels dans les inscriptions chrétiennes de conjuration en runes du Moyen Âge

Simek donne d’abord une introduction générale sur les différents alphabets des runes, alphabet utilisé pour écrire certaines langues à partir du Ier siècle jusqu’au Moyen Âge tardif par des peuples germaniques. Il signale l’utilisation douteuse dans le spectre du nazisme et de l’ésotérisme. Sont ensuite présentés quelques exemples d’inscriptions magiques, c’est-à-dire des inscriptions de caractère conjuratif. Ces inscriptions se trouvent par exemple sur des amulettes (en plomb) et sur une calotte (avec une conjuration contre les maux de tête). Il y a différentes sortes de formules magiques en runes, telles que la rangée des lettres de l’alphabet, les formules « khorda » et « agla » et le carrée de « sator ». Comme beaucoup d’autres exemples d’inscriptions conjuratoires en runes, les deux dernières formules se trouvent aussi transcrites en lettres latines. Sur le plan linguistique, c’est le latin qui domine les inscriptions conjuratoires en runes, et non les langues germaniques.

Forum : Les perspectives de la recherche épigraphique en Europe : La France, la Slovaquie et la Pologne

Les responsables des entreprises épigraphiques en France (Cécile Treffort, Poitiers), en Slovaquie (Juraj Šedivý, Bratislava) et en Pologne (Joachim Zdrenka, Zielona Góra) présentent leurs projets d’édition et montrent des possibilités (et aussi des nécessités et des limites) de coopération entre les projets nationaux.

Dessin de Harald Drös
  1. C. Treffort montre que les travaux du corpus français vont bientôt atteindre le Nord et le Nord-Est de la France et qu’il devient nécessaire de trouver encore d’autres points de référence en plus des inscriptions du Sud et de l’Ouest de la France, déjà éditées dans les volumes du CIFM. Comme contribution au thème du colloque, elle présente plusieurs exemples d’inscriptions qui démontrent le transfert culturel, que ce soit par le texte (une inscription occitane en Nubie), le matériau (de l’ardoise venant de la région autour d’Angers utilisé pour l’épitaphe d’Ada, comtesse de Poitou, à Poitiers, mais dont la famille était basée dans la région d’Angers) ou les hommes (les épitaphes qui suivent les parcours des hommes, tel ce marchand d’Issoire mort à Montpellier).
  2. J. Šedivý présente le Corpus inscriptionum Slovaciae, qui recense la documentation épigraphique jusqu’en 1800, et publie les inscriptions jusqu’à 1650. Ensuite, il analyse les inscriptions allemandes en Slovaquie, surtout à partir du XVe siècle et localisées autour de Bratislava et dans la région Spiš et une génération plus tard autour de Kremnica, au centre de la Slovaquie, trois régions avec une importante population allemande. Il constate que ce sont les inscriptions des régions voisines germanophones qui influencent fortement les inscriptions dans ces régions, p. ex. des artisans autrichiens, surtout de Vienne, travaillant pour des clients à Bratislava, et des influences de la Silésie pour la Spiš. Ce processus trouve son reflet une génération plus tard autour de Kremnica.
  3. J. Zdrenka explique que les épigraphistes polonais traitent des inscriptions non pas seulement latines et polonaises, mais aussi allemandes et russes, et signale que ce seraient surtout les inscriptions modernes à partir du XVIIe siècle qui se prêtent à la comparaison avec les inscriptions dans la sphère des Deutschen Inschriften.

Le forum a été animé par Cornelia Neustadt, Dresden, et Clemens M. M. Bayer, Liège/Bonn.

Andrea Stieldorf : Des objets inconnus? L’Europe médiéval et son rapport avec des civilisations étrangères

A. Stieldorf évoque les diverses formes de contact entre l’Europe médiévale et l’étranger comme les voyageurs savants, les commerçants, les pèlerins, mais aussi les contacts dus aux guerres et à partir du xiie siècle par les croisades, et elle traite ainsi des voies par lesquelles les objets étrangers sont venus en l’Europe. Le contact avec ces objets peut se présenter sous des formes diverses : l’appropriation et l’usage modifié, mais aussi le rejet et la non-réception. Cette dernière concerne par exemple les sabres, qui ont été importés en Europe à plusieurs reprises par les contacts avec les peuples turcs. Comme butin, ils restaient dans les trésors des souverains sans qu’on se les approprie. De l’autre côté, on a facilement adapté les aquamaniles et on a même fait évoluer les formes pour mieux correspondre au goût courtois. L’appropriation peut se faire aussi par la modification de l’utilisation d’un objet : des vases des matériaux rares comme l’ivoire ou le cristal de roche ont souvent été transformé en reliquaires. C’est sur la société qui s’approprie ou rejette des objets étrangers qu’on peut tirer des conclusions par la considération des transferts des objets.

awk_119
AWK – Muchnik

 Dr. Tanja Kohwagner-Nikolai, Bamberg : L’influence de l’étranger: les inscriptions textiles des vêtements impériales de Bamberg

L’ensemble des vêtements impériaux du trésor de la cathédrale de Bamberg est traditionnellement identifié comme une donation de l’empereur Henry II et de sa femme Kunigunde, les fondateurs de l’évêché en 1007. Toutefois, cette identification ne se base sur la tradition écrite que depuis le XIIe siècle, seulement le « Sternenmantel » porte des inscriptions concernant la donation et le maître d’ouvrage, et elles se contredisent en parties. Les vêtements ont été restaurés fortement au XVe et au XIXe siècle, ce qui rend l’analyse encore plus difficile. Il est même possible qu’on ait joint deux vêtements pour faire un manteau. Des détails de l’écriture et de l’ornement montrent une influence des lettres grecques et des rapports avec l’Italie du Sud, ce qui rend la localisation traditionnelle, l’Allemagne du Sud, difficile à soutenir.

Dr. Margaretha Boockmann, Budapest : Inscriptions en hébreu sur les tableaux de la période gothique tardive

Dans des nombreux tableaux du Moyen Âge tardif se trouvent des inscriptions en hébreu ou en pseudo-hébreu. Il s’agit d’inscriptions sur vêtements (sur les bords et les coiffes) ou sur des objets comme le titulus de la croix, le décalogue sur une table gravée, des vases, livres, les rouleaux etc.

h-dros-pseudo-ecriture
Dessin de Harald Drös.

L’écriture peut être utilisée comme décoration et montrer ainsi le nouvel intérêt pour l’écriture, ou comme un « vrai texte » dans les livres et les tables avec le décalogue par exemple, même si en réalité, il ne s’agit pas du véritable texte, mais souvent de n’importe quel texte en hébreu ou même en pseudo-hébreu. L’intention peut être la représentation du sujet dans son environnement juif, comme l’enfance de Jésus avec sa mère Marie ; ou dans la diffamation des juifs comme les persécuteurs du Christ et des Christs, comme pour les scènes de la crucifixion, où même les bourreaux romains peuvent être décorés avec des inscriptions en hébreu. C’est après la réformation que les inscriptions en hébreu ont une meilleure qualité et les inscriptions diffamatoires disparaissent.

Dr. Estelle Ingrand-Varenne, Poitiers : Les caractères pseudo-coufiques et le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges

Seul vestige de l’église Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges, le tympan sculpté dans la seconde moitié du XIIe siècle offre une séquence narrative en cinq actes de la mort et les funérailles de la Vierge, accompagnée de cinq vers et bordée d’une écriture arabe. Ce tympan constitue l’une des plus anciennes représentations connues du transitus Mariae, par ailleurs rarement illustré dans l’art occidental. La présence de l’écriture arabe a très peu attiré l’attention. C’est tout d’abord sous l’angle de la composition poétique, épigraphique et iconographique que la présence des caractères pseudo-coufiques en bout de ligne a été analysée. De graphiques, des connexions géographiques ont été proposées : la Terre Sainte et les lieux de vie terrestre de la Vierge Marie, dont ces caractères sont une « connotation » (l’évocation du lieu étant renforcée par l’église qui occupe le centre du tympan). Enfin, la réflexion s’est élargie à l’échange entre écriture arabe et écriture latine sur le plan de l’ornementalité et l’iconicité.

Prof. Dr. Sabina Slaniĉka, Bern/Zürich : Les devises françaises et l’emblématique italienne dans les guerres italiennes : deux systèmes de signes différents et leur emploi pour repérer les manifestations de pouvoir

La devise française, signe para-héraldique, se compose de la figure, le mot et la couleur. Elle a été établie au 14è siècle, au cours de la Guerre de Cent Ans, comme moyen de différence tant que dans la guerre civile que dans la hiérarchie à la cour. Dans une sorte de horror vacui, les signes se multiplient. Les emblèmes italiens par contre viennent de l’érudition humaniste et ont pour but de représenter le souverain humaniste contre les signories despotes. S. Slanicka montre entre autres à l’exemple de Francesco Sforza et sa femme Bianca Maria Visconti, tous les deux des enfants illégitimes, l’emploi des emblèmes : Ils accumulent les signes comme pour montrer que la famille s’est stabilisée. C’est avec les armées de Charles VIII en 1494, Louis XII en 1498 et encore de François I que les mercenaires français envahissent l’Italie. Entraînées par les affrontements permanents en France, les troupes françaises se montrent plus fortes que les troupes des condottieri italiens. Mais ce n’est pas seulement la confrontation militaire, mais aussi celle des systèmes de signes qui oppose les troupes françaises et italiennes, et qui trouve son retentissement dans les sources contemporaines.

Dr. Ulrike Spengler-Reffgen, Bonn : Adler Hertz in Goet behoet – Le mariage de Düsseldorf en 1585 et l’emploi des inscriptions pour comprendre la perception que le souverain a de lui-même

Johann Wilhelm I., fils de Johann Wilhelm, duc de Julich-Cleve-Berg, s’est marié avec Jacobe de Bade, fille du comte de Bade, en 1585 à Düsseldorf. Les festivités ont durés huit jours et comprenaient des cortèges, tournois, feux d’artifices et spectacles sur le Rhin, dans un but de représentation de la cour de Julich-Cleve-Berg. Ces festivités éphémères ont été fixées par la description détaillée dans la chronique de Dietrich Graminäus, accompagnée par 37 gravures de Franz Hogenberg. Bien que les coulisses du spectacle, les cadeaux, les tapisseries etc. comportaient nombre d’inscriptions, Graminäus met l’accent sur les inscriptions qui accompagnent des panneaux avec des dessins des vertus d’un souverain. L’intention était de démontrer l’ambition politique des ducs de Julich-Cleve-Berg.

Prof. Dr. Krysztof Maciej Kowalski, Gdánsk : Les inscriptions sur des accessoires de costumes gothiques dans les villes de la Hanse. Forme, texte et fonction de l’épigraphie des costumes médiévaux

Les accessoires des costumes gothiques tels que les boucles de ceinture, les crochets, les sacs, les anneaux, les manches de couteau etc. présentent un groupe de supports d’inscriptions peu connus. Certains musées (des villes de la Hanse notamment) en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes ont conservés plus de mille de ces objets. Ils montrent la pratique d’une micro-écriture due non seulement à la taille réduite des accessoires, mais également par les textes eux-mêmes : le plus souvent de lettres isolées, des dates, des noms (Maria, Got, les noms des rois mages). Ces inscriptions sont abrégées : M. Kowalski donne l’exemple des invocations comme A[VE] M[ARIA], des prières O[RA] P[RO NOBIS] ou les noms des saints comme BAR[BARA]. Les objets eux-mêmes peuvent prendre la forme d’une lettre (le M, le D, le G) et par des jeux de conjonction et d’entrelacement former des monogrammes. L’intention de ces inscriptions est certes décorative, mais un sens votif peut également leur être attribué.

Les actes de ce colloque seront publiés au cours de 2017-2018.

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre

L’épigraphie communale, d’Armando Petrucci à la présence des inscriptions

Les 19 et 20 mai 2016, l’Institut historique allemand à Rome accueillait une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie dite « communale » en Italie, à ses caractéristiques formelles et textuelles, à ses origines, à ses mutations (programme).

Organisée par Marc von der Höh et Katharina Bolle, la rencontre devait  mettre le concept d’épigraphie communale à l’épreuve du temps long des usages épigraphiques en Italie, en étudiant notamment les phénomènes de transition entre utilisation civique ou civile de l’écriture exposée dans les villes de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive et usages publiques de l’épigraphie à partir du XIIe siècle. Le colloque devait également passer le concept d’épigraphie communale au microscope des nouvelles tendances historiographiques développées par l’équipe d’Heidelberg dans le cadre des recherches sur la culture « matérielle » du texte. Mise en perspective des objets graphiques et de leur contexte de production ; mise en perspective des méthodes ; mise en perspective des traditions historiographiques… La rencontre avait tout pour susciter le débat et elle a largement tenu ses promesses !

Nicoletta Giovè, qui avait posé en 1995 les bases d’une définition de l’épigraphie communale (article en ligne), a ouvert le colloque en rappelant l’importance des inscriptions émises par les autorités des villes italiennes du Nord dans le marquage des espaces urbains et dans l’affirmation d’une identité collective. Flavia de Rubeis s’est quant à elle attachée à repérer, dans ce panorama, les points communs entre épigraphie communale et épigraphie familiale, pour finalement nuancer l’existence d’une catégorie épigraphique qui serait strictement « communale ». Cette confrontation de points de vue, parfaitement compatibles par ailleurs, a rendu manifeste l’existence de structures transversales dans les pratiques épigraphiques, inhérentes à l’emploi même des inscriptions. Partant, la recherche des intentions résidant derrière l’émission de chaque texte devient nécessaire ;  les exemples évoqués dans la suite de la rencontre pour plusieurs villes italiennes (Gêne, Venise, Florence, Padoue) ou pour des types d’inscriptions particuliers (portes de ville et d’édifices, fontaines) ont permis de constater la diversité des contextes et des fonctions épigraphiques.

Les travaux d’Armando Petrucci ont été très largement sollicités au cours du colloque. Si leur autorité n’a pas été discutée, loin s’en faut, ils ont toutefois été replacés dans la production globale de l’auteur afin de cerner avec précision le contenu réel de ses intuitions et  propositions méthodologiques ; et on ne peut qu’inviter le lecteur de ce billet à se replonger avec attention dans les textes fondateurs d’Armando Petrucci à chaque fois qu’il les trouve cités (trop rapidement) dans les notes de bas de page.

La rencontre de Rome a également permis d’interroger l’épigraphie dite « communale » du point de vue du récepteur/lecteur des inscriptions : quel est l’effet de ces textes monumentaux déployés au cœur des cités italiennes ? Sont-ils lisibles ? Marquent-ils de leur empreinte les espaces vécus au quotidien ? L’apport des travaux menés depuis quatre ans par l’équipe d’Heidelberg est, à ce titre, particulièrement important puisqu’il fait de la présence de l’écriture épigraphique (et des moyens visuels mobilisés pour l’assurer) un enjeu fondamental du recours aux inscriptions dans la culture écrite médiévale.

Parce que l’occasion était trop belle, les participants au colloque ont pu discuté de toutes ces questions (très sensibles dans les tendances actuelles de la recherche sur la literacy) face à quelques inscriptions romaines, notamment à Sainte-Cécile du Trastevere. Les conclusions de la rencontre devaient quant à elles faire émerger la notion provocatrice d’épigraphicité, soit une spécificité réelle de l’écriture médiévale (et au-delà) quand elle s’incarne dans le matériau dur et durable de la pierre. Difficile de prévoir la pérennité du concept, mais les actes du colloque, qui paraîtront au cours de l’année 2017, ne manqueront sûrement pas de revenir sur ses enjeux historiques et méthodologiques.

IMG_1123 (1)