Archives par mot-clé : culture visuelle

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.