Archives par mot-clé : écriture

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme

 

EPIMED volet 2 : CESCM (Poitiers), 21-22 mai 2015

Cet article est le résultat d’un travail collaboratif, tous nos remerciements vont à Vincent Debiais, Manon Durier, Annick Gagné et Émilie Mineo.

Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », la deuxième rencontre du programme EPIMED, tenue à Poitiers les 21 et 22 mai 2015, a porté sur les gestes d’écritures, c’est-à-dire sur l’homme et sa pratique de l’écriture des inscriptions, et non plus sur la discipline ou son objet stricto sensu. Cette thématique dépassant largement la question des inscriptions rappelle que l’écriture est une activité complexe et un complexe d’activités, à la fois produit de l’intellect et geste graphique, indissolublement lié au cerveau, à l’œil et à la main[1]. L’écriture se définit encore en relation aux deux grands modes d’expression de l’être humain : la picturalité (comprenant des systèmes qui peuvent perdurer, résister au temps ou franchir l’espace) et la gestualité (comprenant des systèmes par définition fugaces)[2].

29
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

Évoquer les gestes dans la réflexion d’EPIMED permet de placer les questionnements quant à l’écrit dans la dimension physique, technique mais aussi matérielle de l’écriture, de considérer l’acte en tant que posture et mouvement, de penser dans le geste l’outil et le support, et d’envisager le résultat produit dans sa dimension plastique. Ces deux riches journées ont ainsi mené la réflexion des îles britanniques jusqu’au sud de l’Égypte, en passant par le sud de la France (Toulouse, Montpellier), les Pyrénées et la Catalogne, à la faveur des sources épigraphiques certes, mais aussi épistolaires, diplomatiques et littéraires. Les résumés des interventions présentés ici ne suivent pas l’ordre chronologique du programme des deux journées, mais sont rassemblés selon les grandes thématiques qui ont émergé au cours des communications et des discussions. Cinq sections sont ainsi distinguées : les aspects généraux (gestes et attitudes de/face à l’écriture), les questions techniques, les enjeux esthétiques, la gestion et l’évolution graphique, les lieux de transmission et d’échange.

Aspects généraux : Gestes et attitudes de/face à l’écriture :

Avec pour point de départ les deux représentations de l’acte d’écrire en première page des dépliants de Madrid et de Poitiers, le scribe du tympan de Mervilliers (Eure-et-Loir) et le tailleur de pierre de l’église de San Cornelio y San Cipriano à Revilla de Santullán (Palencia), Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) propose d’ouvrir la thématique par l’examen de deux termes de même étymologie (gerere) : gestualité et gestion. « Mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête) volontaire ou involontaire, révélant un état psychologique ou visant à exprimer, à exécuter quelque chose »[3], le geste est toujours éphémère et d’exécution fractionnée. Geste de travail au Moyen Âge, le geste d’écriture requiert un apprentissage technique et des compétences motrices, non sans une certaine pénibilité. S’il engage particulièrement la main, l’acte d’écrire concerne le corps dans son ensemble. Le geste est lié à un medium, un outil, lui-même lié à une matière qu’il transforme par retrait ou ajout. Ces réalités matérielles de l’écriture deviennent d’ailleurs sous la plume d’auteurs médiévaux le matériau même de l’invention littéraire. Ainsi, les gestes d’écriture sont une construction sociale et relèvent de cultures graphiques. Si le corps et le medium sont mis en branle dans la gestualité, la gestion place le point d’arrivée du geste non plus du côté de la main du scripteur, mais du support sur lequel porte le mouvement. Dans le dispositif économique et dynamique ainsi créé vient prendre place l’écriture, la syntagmatique du signe écrit, marquée par l’horizontalité et la verticalité. À l’échelle de la lettre, on ne peut évoquer les gestes d’écriture sans signaler l’apport de Jean Mallon, son travail sur le ductus, partant du mouvement menant au tracé, et plus seulement de la trace qui en résulte. L’écriture – même tracée par la même main – est un objet mouvant, elle ne présente pas une image fixe, justement parce qu’elle est le résultat d’un mouvement. On n’oubliera pas pour autant les « gestes » de lecture, mouvements et attitudes corporelles du lecteur. Chaque type d’écrit instaure un dispositif de lecture et fait mouvoir son lecteur.

Daniel Piñol (Universitat de Barcelona) avait pour objectif d’analyser les « attitudes » devant l’écriture, comme les historiens des mentalités l’ont fait pour celles devant la mort, en prenant pour cadre la Catalogne (milieu XIIe-fin XVe siècle). Spécialiste de paléographie et de codicologie, il a d’abord présenté le contexte royal, en utilisant aussi bien la documentation textuelle qu’iconographique. Il revient à Jaume Ier d’avoir mis en place une chancellerie similaire à celle de la monarchie française ou de la papauté à la même époque. L’intérêt de la documentation catalane réside dans l’ajout, par le scribe et le chancelier, d’indications sur le processus d’élaboration des textes. Progressivement, le lieu de rédaction des manuscrits s’est confondu avec celui de leur conservation. Plusieurs sources témoignent d’une conscience forte de l’importance politique de la conservation de la mémoire écrite de la monarchie : non seulement un premier inventaire des parchemins est réalisé dès 1348, mais Pierre IV d’Aragon fait aussi construire une bibliothèque dans le monastère de Poblet pour y donner à lire les gesta de ses prédécesseurs.

Les gestes liés au contexte privés sont plus variés. Ainsi, pour les actes notariés, il fallait nécessairement se rendre chez une tierce personne capable de garantir la conformité légale des documents. Beaucoup d’actes d’écriture et de lecture prennent cependant place au domicile de leur(s) auteur(s) ou de leur(s) destinataire(s). Les livres de raison constituent à ce sujet une source fondamentale, tant pour l’enregistrement des activités commerciales que pour celui d’une mémoire familiale. À partir du XVe siècle, quelques femmes tiennent ce type de registre, même si les documents les plus nombreux écrits de leur main sont des lettres destinées à des êtres chers. De fait, la maison est aussi un lieu de lecture et d’apprentissage de la lecture. Enfin, les églises et les cloîtres offrent des lieux d’écriture exposée. Parmi les inscriptions, les épitaphes possèdent deux particularités : elles permettent de faire référence à des legs établis dans des actes notariés, mais elles favorisent également, par le geste de la lecture, celui de la prière. Grâce à ce vaste panorama, Daniel Piñol a montré l’incidence des contextes sur les gestes associés à l’écriture, ainsi que leur variété.

Techniques et matières
10
Cliché J.-P. Brouard / CESCM

La communication de Thierry Gregor était une invitation, adressée aux épigraphistes, à analyser les contraintes de mise en œuvre des pierres inscrites. Tailleur de pierre et enseignant en maçonnerie (EREA, Saintes), Th. Grégor est fréquemment sollicité par les médiévistes pour mieux comprendre les gestes associés à la pratique de la sculpture. Pour lui, il faut en premier lieu évaluer la difficulté propre à chaque matériau, indépendamment de tout préjugé (tous les calcaires ne sont pas faciles à travailler…) et prêter attention aux pathologies (mousses, salpêtre, fractures de gel) susceptibles d’altérer la qualité de la pierre. Pour expliquer le processus de préparation des blocs, Thierry Gregor a ensuite fait passer dans la salle des outils utilisés à cette fin : taillant pour surfacer, massette et ciseaux pour faire une ciselure, broche ou gradine pour retirer de la matière… Les traces laissées sur la pierre dépendent de l’outil (adapté ou non, en bon ou en mauvais état), mais aussi du lapicide car les gestes dépendent de l’expérience de la personne et de sa condition physique (fatigue liée à l’âge, vision). De nombreux exemples ont permis aux participants de comprendre les gestes nécessaires à la taille de différentes inscriptions, puis un atelier pratique leur a permis de les expérimenter eux-mêmes.

Les réflexions de Marina Paniagua (Universitat de Barcelona) portaient sur les enjeux techniques de l’écriture au pinceau, développées à partir d’un dossier d’exemples pyrénéens issu de ses recherches doctorales. Après avoir posé les bases méthodologiques préalables à l’étude des peintures murales – surtout lorsque celles-ci ont subi maintes opérations de restauration et de conservation – M. Paniagua a présenté les outils, les matériaux et les techniques utilisés par les peintres, tels que nous les connaissons grâce aux sources textuelles et iconographiques et aux analyses de laboratoire. L’exposé théorique a été suivi d’une démonstration pratique visant à mettre en lumière le nombre extrêmement élevé de variables (position du peintre par rapport au support et espace disponible pour réaliser le geste d’écriture, manière de tenir le pinceau et forme de ce dernier, partie de l’outil – ventre ou fleur – en contact avec le support et pression exercée, changement très fréquent de l’angle d’écriture, rapidité de l’exécution, etc.) déterminant la morphologie du tracé de la lettre. Aussi ludique que riche en enseignements, cette expérience invite à repenser une approche purement « formaliste » de la paléographie des inscriptions.

Au cours du débat qui a suivi la communication, María Encarnatión Martín López a insisté sur les problèmes posés par les retouches picturales en matière de datation des inscriptions à partir de la paléographie, auxquels il convient d’ajouter les cas, relativement fréquents en Espagne, d’inscriptions « originales tardives » (textes portant une date explicite mais réalisés a posteriori dans une graphie correspondant à la date de rédaction plutôt qu’à celle du contenu).

Enjeux esthétiques

Mode de pensée très éloigné du monde greco-romain, les jeux de lettres sont particulièrement appréciés pendant la première partie du Moyen Âge (selon trois phases, les V-VIIIe s., fin VIIIe-Xe s., XIe-XIIe s.) dans la documentation épigraphique comme dans les écritures d’apparat, mais quelle est leur origine ? Carlo Tedeschi (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) propose d’en faire la préhistoire en se focalisant sur les sources insulaires de l’époque impériale. Le manque de lisibilité dû à la combinaison des formes graphiques dans les inscriptions publiques ou privées de la Britania montrent qu’il ne s’agit pas, dans ce contexte, d’un souci économique, mais davantage d’une préoccupation esthétique. Les lettres y sont attachées les unes aux autres (par leurs extrémités, grâce à leur inclinaison voire à leur retournement et à leur inversion) afin de former une chaîne graphique. Ces choix d’écriture, peu en accord avec la culture romaine, se poursuivirent aux V-VIIe siècles dans des régions non touchées par les Anglo-saxons, mais restées sous l’influence de tribus celtiques. Les effets de concaténation, le choix de surfaces lapidaires laissées à l’état brut, la mise en page verticale (sous l’influence irlandaise oghamique), les minuscules ou encore l’angularisation et la géométrisation des formes manifestent un éloignement des pratiques classiques et l’élaboration d’une culture graphique insulaire qui passe ensuite sur le continent, notamment grâce aux mouvements monastiques.

L’intervention de Carlo Tedeschi suscite un débat parmi les participants. Pour Cécile Treffort, cet exposé renverse l’idée de l’utilisation d’un modèle manuscrit pour l’épigraphie : peut-on dire que les inscriptions inspirent les manuscrits ? Selon C. Tedeschi, il est difficile de répondre car les exemples d’inscriptions datent du Ve-VIIe siècles et sont donc plus anciens que les manuscrits conservés (2e moitié du VIIe s.). Il revient également sur le fait que l’écriture « géométrisée » n’est pas seulement le produit l’influence des runes sur l’écriture latine, comme on l’a souvent évoqué. On trouve des exemples dans des zones culturelles qui ne sont en pas en contact avec les runes, mais avec la culture oghamique. Manon Durier interroge C. Tedeschi quant au rôle du support (particulièrement les stèles funéraires en forme de menhir) dans les contraintes d’écriture. Avec de telles stèles, explique C. Tedeschi, il y a effectivement un changement de support par rapport à l’épigraphie romaine et l’écriture s’adapte à cette forme. L’écriture latine est souvent utilisée ensemble avec l’ogham, qui a une ligne d’écriture verticale, toujours du bas vers le haut, alors que les inscriptions latines préfèrent un sens d’écriture ascendant. On pourrait avoir deux types de lecture en même temps, ce qui n’est pas sans rappeler le sens boustrophédon des anciennes inscriptions.

Eva Caramello (Université de Poitiers – CESCM) a ensuite proposé de repartir des différents mécanismes du corps engageant à la fois le cerveau, l’œil, la partie supérieure du tronc et l’outil, afin de mesurer si les contraintes techniques lors de la production de l’écriture manuscrite ou gravée étaient dépassées par la recherche esthétique à l’époque médiévale. Les exemples puisés dans le corpus de sa thèse de doctorat[4] ont bien mis en évidence l’indépendance entre la forme des lettres d’apparat et le support. Bien que le parchemin et la pierre n’impliquent pas les mêmes techniques d’écriture ni le même rapport à l’espace – le jeu entre ombre et lumière lié à la localisation de l’inscription est fondamental dans l’esthétique des lettres gravées – le langage graphique au Moyen Âge est universellement reconnu et transcende les matériaux utilisés. Malgré une gestuelle diamétralement opposée, les résultats obtenus sur le parchemin peuvent être reproduits par le lapicide sur la pierre.

L’intervention de Sandrine Hériché-Pradeau (Université Paris 4) a mis en valeur l’exploitation des inscriptions dans la littérature médiévale comme ressources esthétiques, mobilisées à des fins poétiques, dramatiques ou narratives[5]. Les romans en prose mettent en effet volontiers en scène les textes épigraphiques, et rappellent leurs caractéristiques matérielles : les supports privilégies, les couleurs évoquées, les formes des lettres distinguées. Outre les supports lapidaires ou métalliques traditionnels (pierre des perrons, fer des épées, or et argent des bagues), les inscriptions s’emparent aussi des tissus (tapisseries et coussins brodés), du bois (panneaux, écorces) et de la peau ; le verre n’est quant à lui jamais mentionné. La fonction première est en revanche détournée, car ces textes servent le plus souvent à brouiller les pistes, induire en erreur. Les choix chromatiques, plus qu’à des problèmes d’esthétique, répondent à des enjeux symboliques. Nombreux sont les messages inscrits en langues étrangères (hébreu, arabe, chaldéen) ; les auteurs jouent sur le mystère de ces langues (Merlin écrit en hébreu), mais elles servent surtout à marquer la sainteté d’un lieu ou d’un objet. Le graphisme lui-même peut être évoqué dans la prose romanesque et le Livre du Cuer d’amour épris montre un réel souci paléographique. Les auteurs donnent ces détails à des fins diverses et très subtiles, sémantiques, fonctionnelles, esthétiques ; dans le contexte de la fin du Moyen Âge, l’inscription participe de la surenchère ornementale.

Pierre Chastang s’interroge sur les variations de l’image et des miniatures par rapport aux inscriptions ? Suivent-elles toujours le texte dans les manuscrits ? Plus on avance dans le temps, et plus la miniature prend en compte l’inscription, répond S. Hériché-Pradeau. Les exemples montrés sont ceux des manuscrits les plus spectaculaires. Alors que l’inscription est souvent complètement insérée dans le texte, sans distinction par la ponctuation, on note un souci plus marqué dans la seconde moitié du XVe s., mais une recherche approfondie reste à faire.

Gestion et évolution graphique

Croisant philologie, codicologie et paléographie, Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) a proposé d’examiner de quelle manière les choix graphiques peuvent contribuer à une histoire des textes à partir de la Chronique romane de Montpellier du ms AA9 des Archives Municipales de Montpellier. La Chronique romane de Montpellier est un texte historiographique en occitan, produit par les notaires du consulat de 1204 à 1426, au moment de l’émergence de toute une culture littéraire occitane (entre 1250 et le XIVe s.). Il s’agit ici du dernier manuscrit d’une série de sept. Lors de la nouvelle édition du ms AA9[6], l’étude de son contexte scripturaire et les différentes observations concernant les choix de graphie et de mise en page ont permis d’appréhender le geste d’écrire dans sa dimension de gestion. Deux écritures sont différenciées : l’emploi de la gothique textualis régulière pour enregistrer les fastes consulaires ; une écriture soignée avec un module plus petit et des éléments de cursivité, pour des listes d’événements (avenimens). On passe d’une structure par items à un texte de beaucoup plus narratif ; ce qui était en marge revient dans la partie principale de la page, passant du statut marginal à un statut officiel. Le choix du deuxième type graphique ne peut se réduire aux adaptations fonctionnelles. Quatre éléments de réponse peuvent être apportés : il renvoie à l’identité graphique de l’avenimens ; le travail de fusion passe par un travail de mise en page et mise en écriture ; les avenimens sont une série d’annotations réemployables et déplaçables ; le choix graphique marque le statut du texte ; il renvoie au statut différent entre mémoires administratifs et communautaires.

Cécile Treffort se demande si l’on peut imaginer un type graphique qui entraînerait la possibilité de transformer le texte lui-même : le rendre intouchable ? Selon P. Chastang, il est possible que l’on cherche, par la forme graphique, à canoniser un texte, bien que nous ne puissions écarter l’éventuel échec de cette entreprise. Dans la Chronique romane de Montpellier par exemple, l’intégration des listes d’événements, auparavant en marge du texte, dans le narratif au centre de la page a eu un effet stabilisateur sur le texte.

Soutenant la thèse d’une interruption de l’évolution « logique » de l’écriture de la part des humanistes par un retour volontaire aux formes anciennes de la caroline, María Encarnatión Martín López (Universidad de León) a exploré les voies de la (re)création graphique à la fin du Moyen Âge. Plus particulièrement, son attention s’est focalisée sur le passage, dans les inscriptions, de la minuscule gothique à la majuscule humanistique et sur l’ensemble des solutions intermédiaires entre ces deux systèmes graphiques, que l’on désigne sous le nom d’« écriture pré-humanistique ». Cette écriture se caractérise par un mélange de formes de lettres puisées dans le répertoire des systèmes graphiques préexistants (écritures gothique, caroline, wisigothique et même écritures byzantines) et enrichies d’éléments décoratifs. Phénomène graphique européen né en Italie et muri en Allemagne, l’écriture épigraphique pré-humanistique a atteint l’Espagne à la fin du XVe siècle, véhiculé principalement par les ateliers itinérants d’artistes. Dans le royaume de Castille elle semble avoir été introduite par le peintre Fernando Gallego dans les années 1470, comme en témoignent les inscriptions (et en particulier les signatures de l’artiste) présentes dans trois de ses tableaux réalisés dans cette période. La vitalité de cette écriture fut pourtant d’assez courte durée car elle céda le pas aux écritures humanistiques dès les années 1530.

Au cours du débat, Eva Caramello a soulevé la question des raisons qui conduisent le peintre à opter pour l’un ou l’autre système graphique et en particulier du poids de la fonction du texte représenté comme paramètre déterminant le choix du type d’écriture. Selon M. E. Martín López, on ne peut déceler une règle universelle, le choix dépendant probablement du commanditaire.

Ateliers, lieux d’écriture, échanges

Les écritures et les ateliers épigraphiques de la cathédrale de Sigüenza ont ensuite été présentés par Javier De Santiago (Universidad Complutense de Madrid). L’ensemble épigraphique de la cathédrale est composé de nombreuses inscriptions originales datées entre 1169 et le XVIe s., montrant des types d’écriture variés, mais l’étude s’est concentrée sur les inscriptions lapidaires en textualis, ou gothique minuscule calligraphique, entre 1448 et 1556. Elle permet tout d’abord d’aborder la question des relations avec les ateliers de sculpture ayant travaillé dans la cathédrale à la même époque. De la même manière que certains artistes spécialisés étaient associés aux ateliers de sculpture, des scriptores l’étaient peut-être aussi, même s’il est difficile d’assurer la permanence de ces collaborations éventuelles. Le dossier de Sigüenza permet aussi d’observer les manières d’écrire, l’évolution des écritures, grâce à une méthode rigoureuse d’analyse et de comparaison des données. L’attention est particulièrement portée sur la conscriptio de l’inscription, son processus technique d’exécution. Plusieurs exemples de préparation d’inscriptions en textualis gothique montrent la minutie et la perfection du travail où tout était parfaitement mesuré et calculé. On peut également percevoir plusieurs erreurs et les rectifications de l’ordinatio initiale. Quoique tous les ateliers semblent avoir la même production, il est possible d’observer des écoles, des distinctions graphiques (certaines formes de lettres, des majuscules, le style) : ainsi deux ateliers différents ont travaillé à la cathédrale au tournant du XVe et XVIe s., ce qui n’interdit pas des relations entre les deux. Cette analyse permet de voir que les caractéristiques graphiques de chaque inscription dépendent plus des goûts et des particularités de l’atelier qui l’exécute que d’une évolution chronologique des formes.

Maite Muñoz García de Iturrospe (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) s’est intéressée aux similitudes entre épistolographie et épigraphie. L’inscription comme la lettre est l’expression d’un message oral impossible ; elles développent les mêmes modalités langagières face à la distance avec le destinataire (dans l’espace ou dans le temps). Les traits du genre épistolaire (simplicité stylistique, clarté, structure flexible, emploi de proverbe, invocation au destinataire, dialogue, fonction représentative) et les formules de salutatio et de valefactio sont souvent partagés par les textes épigraphiques. La différence est que le support de la lettre est mobile et va jusqu’à son destinataire (qui est précis), alors que les supports épigraphiques bougent pas ou peu et visent un public large, peu précisé, ce qui se perçoit dans la généralité des formules. M. Muñoz a également plusieurs documents épigraphiques dont les formules épistolaires sont signalées par divers éléments distinctifs tels que l’alternance des couleurs ou encore le changement de type graphique. L’exemple le plus remarquable fut sans doute l’usage de la forme cursive visant à reproduire la souscription impériale dans une inscription[7]. Au-delà du choix des mots et de l’organisation du texte propre à chaque support, l’étude de cette intertextualité a démontré comment la forme graphique peut transmettre l’autorité d’un texte.

L’auditoire a ensuite été transporté dans des contrées lointaines par Adam Łajtar (Uniwersytet Warszawsky), avec une communication sur les pratiques d’écriture en Nubie. Grâce à la christianisation précoce de la population nubienne, favorisée par Constantinople, les usages de l’écrit tels que répandus en Méditerranée se sont diffusés jusque dans cette région – située entre la première et la sixième cataracte du Nil – donnant lieu à un extraordinaire syncrétisme graphique. Ce dernier s’y déclinait en trois langues (nubien, grec et copte) qui, tout en ayant une base scripturale commune – l’alphabet grec, augmenté de sept signes en copte pour traduire certains sons spécifiques, et quatre autres signes supplémentaires pour transcrire les sons propres au nubien –, ne répondaient pas aux mêmes fonctions. Ainsi, le copte était la langue littéraire, le grec celle des textes à contenu religieux, l’ancien nubien la langue de la communication courante et de la documentation diplomatique. Néanmoins, ces trois langues coexistaient et s’entremêlaient parfois dans le domaine épigraphique. C’est ce qui a été observé à Banganart, où A. Łajtar et son équipe ont mené plusieurs missions scientifiques dans les années 2000, en révélant 969 inscriptions laissées entre la deuxième moitié du XIe siècle et le XVe siècle par les voyageurs et les pèlerins venus de près ou de très loin (comme en témoigne un graffiti en provençal !). Majoritairement constitués d’un nom, parfois agrémentés de quelques détails biographiques, et d’une invocation adressée à un personnage saint (principalement saint Raphaël, titulaire probable du lieu), ces graffitis semblent avoir été en partie exécutés par des scribes professionnels travaillant sur commission. À coté d’inscriptions de facture très modeste foisonnent en effet des textes plus complexes et présentant des choix scripturaux parfois très sophistiqués (système d’abréviation et de signes tachygraphiques, présence de marques allographétiques, telles que des points suscrits en début de mot pour marquer une emphase, signes en forme de croix particulièrement élaborés, cryptogrammes numérologiques).

Ce dossier aussi inattendu que passionnant a suscité une vive curiosité de la part de l’assemblée et en particulier de Carlo Tedeschi, intéressé par les nombreux points de contacts qu’il permet d’établir avec les pratiques observées pour la chrétienté occidentale. Interrogé sur les liens entre culture manuscrite et graffitis, A. Łajtar a déploré les conditions de conservation et de publication de la documentation manuscrite nubienne qui privent le chercheur d’un élément de comparaison essentiel à la compréhension de certains usages scripturaux.

Conclusions

Cécile Treffort (Université de Poitiers – CESCM) clôt ces deux journées en rappelant les trois grandes thématiques qui ont et vont animer les trois rencontres EPIMED : la raison, les gestes, les écritures réservées, en les mettant en parallèle avec le cerveau, la main, l’œil (pour reprendre le titre du colloque déjà évoqué), trois éléments séparés artificiellement mais qui ne font qu’un. Les réflexions sur les « gestes d’écritures » ont amené à plusieurs déplacements ou révisions des problématiques. La question du support et de la matière n’est pas perçue comme une contrainte mais davantage comme une opportunité, ce qui incite à relativiser le rôle de la matière dans la définition des catégories disciplinaires, d’appréhension des documents. Sur le plan textuel, les frontières sont poreuses et les typologies éclatent. Le choix de certaines écritures ne s’explique que par rapport aux types textuels, en lien avec le contenu et le but du texte. Les goûts artistiques et l’esthétique influencent également et replacent la graphie dans le panorama plus large de la culture visuelle, dont la cohérence dépasse l’écriture. La mise en contexte culturel et social permet aussi d’appréhender non seulement la maîtrise de l’écriture et de la lecture, mais aussi une familiarité avec l’écrit, et de mesurer la culture de l’écrit à travers tous les types d’écriture ainsi que le rôle de l’homme dans la production de l’écrit.


 

[1] Colette Sirat, Jean Irigoin, Emmanuel Poulle (eds.), L’écriture : le cerveau, l’œil, la main. Actes du colloque international du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Collège de France, les 2, 3 et 4 mai 1988, Turnhout : Brepols, 1990.

[2] Louis-Jean Calvet, Histoire de l’écriture, Paris : Plons, 1996, p. 23.

[3] Selon le dictionnaire Robert.

[4] Eva Caramello prépare une thèse en épigraphie médiévale sous la direction de Cécile Treffort à l’Université de Poitiers, dont le titre provisoire est : Écritures épigraphiques et manuscrites : paléographie comparée et histoire culturelle de la production écrite toulousaine des XIe-XIVe siècles.

[5] Sujet de son HDR soutenue le 29 novembre 2014 sous le titre Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres.

[6] Voir l’ANR Thalamus (édition électronique et critique du manuscrit AA9 des Archives Municipales de Montpellier dit « Le Petit Talamus ») coordonnée par Vincent Challet (Université Paul Valéry – Montpellier III).

[7] CIL 8, 23127 = ILTun 268 (Kairouan, Afrique Proconsulaire).

[21-22 mai 2015] Épigraphie médiévale. Gestes d’écriture / Épigrafia médiéval. Gestos de escritura

Journées d’études internationales

Le programme EPIMED a pour but d’explorer le rôle et le statut de l’écriture médiévale en faisant converger différentes disciplines de la médiévistique autour de l’épigraphie. Après un premier volet madrilène consacré aux « raisons d’écrire », cette deuxième rencontre poitevine a pour thème les « gestes d’écriture ». Destinée à établir l’arrière-plan technique et historiographique de l’acte d’écrire, cette nouvelle thématique, associant gestualité et matérialité, technique et esthétique, permettra de confronter épigraphie et paléographie (formes des lettres, abréviations, mises en page), les « styles » d’écriture et les questions d’ateliers, la
simultanéité des formes d’écriture (choix graphiques, nuance dans la filiation), les variations et variabilité des écritures (création des écritures mixtes).

El proyecto EPIMED tiene como objetivo explorar el papel y el estatuto de la escritura medieval haciendo converger diferentes disciplinas de la medievística en torno a la epigrafía. Después de un primer encuentro madrileño consagrado a las “razones para la escritura” este segundo encuentro en Poitiers tiene como tema “los gestos de la escritura”. Destinado a sentar las bases técnicas e historiográficas del acto de escribir, esta nueva temática, que asocia gestualidad y materialidad, técnica y estética, permitirá confrontar epigrafía y paleografía (tipo de cartas, abreviaturas, presentación), los “estilos” de escritura y las cuestiones de talleres,
la simultaneidad de las formas de escritura (elección gráfica, matiz en la filiación), las variaciones y la variabilidad de las escrituras (creación de escrituras mixtas).

El programa EPIMED té com a objectiu explorar el paper i l’estatus de l’escriptura medieval fent convergir diferents disciplines del medievalisme entorn l’epigrafia. Després d’un primer encontre a Madrid consagrat a les «Raons de l’escriptura», aquest segon, a Poitiers, té com a tema «Gestos d’escriptura». Aquest nou tema vol establir el rerefons tècnic i historiogràfic del fet d’escriure, tot associant gestualitat i materialitat, tècnica i estètica. Això ha de permetre confrontar epigrafia i paleografia (formes de les lletres, abreviatures, compaginacions), els «estils» d’escriptura i la qüestió dels tallers, la simultaneïtat de les formes d’escriptura (tries gràfiques, matisos de filiació), les variacions i la variabilitat de les escriptures (creació d’escriptures híbrides).

Lieu de célébration
CESCM (Hôtel Berthelot, salle Crozet)
24, rue de la Chaîne
POITIERS

Tailleur de pierre avec signature (Église de San Cornelio y San Cipriano, Revilla de Santullán, Palencia)

Tailleur de pierre avec signature (Église de San Cornelio
y San Cipriano, Revilla de Santullán, Palencia)

Secrétariat : Flora Lorente
E-mail : secehehi@casadevelazquez.org
Tél. : 0034 914 551 580

Coordination :
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers / CESCM) et Carles MANCHO (Universitat de Barcelona / IRCVM)

Organisation :
UMR 7302 (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Institut de Recerca en Cultures Medievals (Universitat de Barcelona)

Télécharger le programme

Programme

Jeudi 21 mai


9h30-13h

Ouverture
Laurent CALLEGARIN (Directeur des études, Casa de Velázquez)

Introduction et présidence de séance
Estelle INGRAND-VARENNE (UMR 7302-CNRS, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Carlo TEDESCHI (Università d’Annunzio de Chieti-Pescara) : Histoire et préhistoire des jeux de lettres

Pause

Sandrine HÉRICHÉ-PRADEAU (Université Paris 4) : Des inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe siècle) : matières, couleurs et formes

Javier DE SANTIAGO (Universidad Complutense de Madrid) : Escritura y talleres epigráficos en la Catedral de Sigüenza

14h30-18h

Présidence de séance
María Encarnación MARTÍN LÓPEZ (Universidad de León)

Eva CARAMELLO (Université de Poitiers) : La main, l’oeil, les outils : écritures gravée et manuscrite entre contraintes techniques et recherche esthétique

Thierry GRÉGOR (Enseignant en maçonnerie, EREA, Saintes) : Outils et techniques de la taille de pierre

 

Vendredi 22 mai


9h-12h30

Présidence de séance
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers)

Maite MUÑOZ GARCÍA DE ITURROSPE (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea) : Simultanéité des formes d’écriture : épistolographie et épigraphie

Daniel PIÑOL (Universitat de Barcelona) : Gestos y actitudes ante lo escrito: escribir y leer en la Cataluña medieval

Pause

Pierre CHASTANG (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : La genèse de la Chronique romane de Montpellier : philologie, codicologie et paléographie

14h-17h30

Présidence de séance
Javier DE SANTIAGO (Universidad Complutense de Madrid)

Marina PANIAGUA (Universitata de Barcelona) : Características gráficas de la epigrafía de pincel en el Pirineo románico

Adam LAJTAR (Uniwersytet Warszawski (Pologne) : Scribal practices used in medieval inscriptions from Nubia

Pause

María Encarnación MARTÍN LÓPEZ (Universidad de León) : Ars scribendi : creación y recreación de formas en la escritura medieval

Conclusions
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers)

 

Réunion de travail du groupe de recherche EPIMED

index logo CNRS logo CESCM IRCVM  univ. barcelona casa de V.