Archives par mot-clé : encodage

3e journée de formation à TITULUS – 8 février

La formation et la réflexion autour des pratiques éditoriales en épigraphie médiévale se poursuit avec une 3e journée. Alors que TITULUS n’a pas encore pris son rythme de croisière, se pose déjà la question d’une part de l’élargissement à de nouveaux corpus, hors du CIFM, et d’autre part de l’utilisation d’une partie de ce schéma pour d’autres projets.

L’objectif de cette 3e journée de formation, qui aura lieu au CESCM le jeudi 8 février 2018 (salle Berger, 10h-17h) est de :

  • réfléchir ensemble aux modifications à apporter au schéma élaboré ;
  • penser l’accueil au sein de TITULUS de différents corpus (tout corpus épigraphique, du IIIe au XVIe s., d’Occident et d’Orient, peut être soumis à la réflexion) ;
  • apprendre à encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues, grâce aux propositions d’EpiDoc.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi les 2 premières séances pour venir ; si vous êtes intéressé ou avez des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec Clara Renedo et moi-même.

Programme :

10h-12h30 : brain-storming sur l’élargissement de TITULUS (intégration des corpus de thèse et de master)

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-17h : encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues

  • Caractère abimé mais lisible
  • Caractère ambigu
  • Caractère perdu mais restituable
  • Caractère perdu non restituable
  • Ancienne et nouvelle lecture d’un passage perdu
  • Apprécier la longueur d’un passage perdu
  • Texte inachevé à l’époque médiévale
  • Conséquences sur le mot, le lemme, la traduction etc.

Contacts :

Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com

Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

2e journée de formation à l’encodage XML-TEI dans TITULUS

Après la première journée de formation à l’encodage des notices épigraphiques dans TITULUS le 1er juin, une deuxième journée est proposée le mercredi 18 octobre au CESCM (salle Berger, 10h-16h30).

L’objectif est double  :

  • se centrer sur l’encodage du texte, en fournissant une méthodologie et en faisant des exercices pratiques ;
  • tester le moteur de recherche de la base de données.

Merci de venir avec votre ordinateur portable.

Nous travaillerons à partir de l’inscription carolingienne de Gausberga, à Bourges (CIFM 26, 77).

Programme :

10h-12h30 :

  • Transcription et interventions éditoriales :
    • Délimitation de la zone d’écriture, direction du texte
    • Dégâts et parties endommagées
    • Sauts de ligne et espaces
    • Mots
    • Ponctuation
    • Abréviations
  • Formes et apparences :
    • jeux de lettres
    • caractères et glyphes

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-16h30

  • L’organisation syntaxique et grammaticale :
    • Lemmatisation
    • Phrases
    • Paragraphes
    • Vers
  • Sémantique : les personnages et les lieux
  • Présentation de la base de données

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la première séance, mais qui désireraient venir à la deuxième, merci de contacter Estelle Ingrand-Varenne pour l’installation de l’éditeur oXygen, et l’envoi des power point.

Contact :

  • Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com
  • Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Formation à l’encodage XML-TEI dans TITULUS

Une journée de formation à l’encodage des notices épigraphiques dans TITULUS est organisée le jeudi 1er juin au CESCM (salle Berger, 10h-17h).

Venir avec son ordinateur portable et avoir au préalable installé l’éditeur oXygen, en suivant les consignes envoyées, et téléchargé le dossier TITULUS (feuille de style, notices HTML, notices XML). Apporter deux exemples d’inscriptions, avec notices détaillées et images.

Programme :

10h-11h :

  • vérification de l’installation d’oXygen
  • présentation dans les grandes lignes du XML, TEI, EpiDoc

11h12h30

  • comment créer une nouvelle notice ?
  • encoder les informations générales concernant l’inscription (teiHeader)

12h30-13h30 : déjeuner sur place

13h30-15h

  • encoder le texte (transcription, forme et apparence ; édition normalisée : ponctuation, mot, phrase, paragraphe)

15h-15h30 : pause

15h30-17h

  • encoder la traduction
  • encoder le commentaire
  • encoder la bibliographie
  • Mettre en ligne : présentation de la base de données

Pour prendre un peu d’avance, lire  sur le site de TITULUS (onglet « Projet »)  le manuel d’encodage  et la table de synthèse  tout en bas de la page.

Contact :

 

Offre de stage en édition électronique des inscriptions médiévales

Dates : 1er avril- 30 juin 2017.

Lieu : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Maître de stage : Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Gratification : 546,01€/mois + participation aux frais de transport

Contexte

À l’issue de l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016) et avec le soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num), l’équipe d’épigraphie du CESCM a développé un projet d’épigraphie médiévale numérique : TITULUS. Son objectif est de rendre accessibles les sources épigraphiques, proposer une édition dynamique et de nouvelles modalités de recherche.

Dans ce cadre, le stage offre l’opportunité de travailler sur des sources médiévales originales, les inscriptions, et de participer à l’entreprise de publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, sous format numérique. Il propose de mener à bien l’édition multi-support du volume Hors-série 2 du CIFM consacré à la documentation épigraphique de la ville de Poitiers, du VIIIe au XVe siècle (refait par Robert Favreau).

Installé à l’inscripthèque, le stagiaire sera intégré à l’équipe d’épigraphie (avec Robert Favreau, Cécile Treffort, Vincent Debiais, et les doctorants), avec laquelle il développera ses compétences en épigraphie médiévale.

Objectifs

Livrables techniques

  • Terminer l’encodage des notices du Hors-Série II selon le format établi (XML-TEI) ;
  • Développer les modalités de recherche grâce à la base de données native en XML (Exist-db) ;
  • Développer la géolocalisation (carte générale, à l’échelle d’un volume) ;
  • Générer l’édition papier à partir d’une feuille de style XSLT.

Le stage aboutira à l’édition électronique et papier du volume du CIFM sur Poitiers.

Réflexion scientifique

Le stage permettra au candidat de réfléchir à l’appréhension de l’écriture épigraphique au Moyen Âge, sous ses aspects graphiques et en regard d’interrogations paléographiques plus larges, et aux liens de l’objet-inscription avec son contexte.

De manière générale, le stagiaire réfléchira aux implications sur le public des différents choix éditoriaux qui ne sont jamais neutres et aux implications de l’ecdotique.

Acquisitions de compétences

Ce stage permettra au candidat de développer des compétences en épigraphie médiévale grâce à une formation au long des trois mois, non seulement ecdotique et théorique mais aussi de terrain.

Il améliorera ses connaissances du format TEI et des bonnes pratiques pour l’encodage numérique.