Archives par mot-clé : épigraphie numérique

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

3e journée de formation à TITULUS – 8 février

La formation et la réflexion autour des pratiques éditoriales en épigraphie médiévale se poursuit avec une 3e journée. Alors que TITULUS n’a pas encore pris son rythme de croisière, se pose déjà la question d’une part de l’élargissement à de nouveaux corpus, hors du CIFM, et d’autre part de l’utilisation d’une partie de ce schéma pour d’autres projets.

L’objectif de cette 3e journée de formation, qui aura lieu au CESCM le jeudi 8 février 2018 (salle Berger, 10h-17h) est de :

  • réfléchir ensemble aux modifications à apporter au schéma élaboré ;
  • penser l’accueil au sein de TITULUS de différents corpus (tout corpus épigraphique, du IIIe au XVIe s., d’Occident et d’Orient, peut être soumis à la réflexion) ;
  • apprendre à encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues, grâce aux propositions d’EpiDoc.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi les 2 premières séances pour venir ; si vous êtes intéressé ou avez des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec Clara Renedo et moi-même.

Programme :

10h-12h30 : brain-storming sur l’élargissement de TITULUS (intégration des corpus de thèse et de master)

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-17h : encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues

  • Caractère abimé mais lisible
  • Caractère ambigu
  • Caractère perdu mais restituable
  • Caractère perdu non restituable
  • Ancienne et nouvelle lecture d’un passage perdu
  • Apprécier la longueur d’un passage perdu
  • Texte inachevé à l’époque médiévale
  • Conséquences sur le mot, le lemme, la traduction etc.

Contacts :

Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com

Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Ecole d’été en épigraphie antique et médiévale – Université Complutense Madrid (3-21 juillet 2017)

L’Université Complutense de Madrid organise, du 3 au 21 juillet 2017, une session intensive de formation en épigraphie latine, antique et médiévale. Ouverte aux étudiants et aux professionnels, elle propose des cours et des travaux pratiques permettant d’acquérir ou de perfectionner les compétences de lecture, analyse et exploitation des documents épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge.

esc-complutense-verano

Pour sa première édition, l’école d’été « Curso teórico-práctico de lectura de inscripciones latinas. Métodos, evolución, tipología » de l’Université Complutense de Madrid propose aux étudiants d’atteindre les objectifs suivants :

  • Comprendre ce qu’est l’épigraphie en tant que discipline, et ce que sont les inscriptions en tant que manifestation de la culture écrite et moyen de communication, à travers l’étude de leur évolution au fil des siècles et de leur typologie.
  • Acquérir les connaissances pour la lecture des inscriptions, que ce soit par les méthodes traditionnelles ou grâce aux nouvelles technologies.
  • Acquérir les compétences permettant de lire différentes inscriptions grâce à des travaux pratiques sur la documentation conservée à Madrid.
  • Acquérir les compétences permettant l’interprétation des abréviations, des formules et des textes en fonction de l’origine géographique et chronologique des inscriptions.
  • Acquérir les compétences nécessaires au recensement, à la compilation et au stockage de l’information épigraphique, du corpus à la base de données.
  • Apprendre à éditer et interpréter les inscriptions antiques et médiévales.

Dirigée par Isabel Velázquez Soriano, l’école d’été se déroulera pendant trois semaines à Madrid, de 9h à 14h, du lundi au vendredi. Les cours seront donnés en espagnol et feront alterner les leçons magistrales, les travaux pratiques, les visites de musées et de centres documentaires. Les cours seront dispensés par une équipe de neuf enseignants.

Pour plus d’information (tarif, inscription, crédits), voir la page consacrée à l’école d’été sur le site de l’UCM.

ecole-dete-complutense_programme