Archives par mot-clé : épistémologie

Un nouveau rendez-vous épigraphique annuel à Poitiers

À la rentrée 2016, se met en place au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale  un séminaire permanent sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

corpus-des-inscriptions-de-la-france-medievaleL’épigraphie médiévale avait, au moment de sa naissance en France, au milieu des années 1960, et a toujours aujourd’hui comme objectif premier la publication des inscriptions. Jusqu’à ce jour, le Corpus des inscriptions de la France médiévale articulait au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers l’édition des inscriptions, la gestion de la documentation rassemblée pour en assurer la continuité, et les activités ponctuelles de réflexion méthodologique ou de recherche. Cette articulation doit aujourd’hui être revue en raison des évolutions nécessaires que connaît l’entreprise éditoriale (avec le passage à l’édition numérique, l’élargissement de l’amplitude chronologique des textes publiés, la mise à disposition en ligne des volumes du CIFM) et en raison de la nécessité, pour les questionnements épigraphiques, de s’inscrire dans la dynamique de recherche autour des signes et de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge.

Parce qu’il reste bien des questions fondamentales auxquelles répondre (qu’est-ce qu’une inscription ? En quoi une inscription se distingue-t-elle d’une autre forme écrite ? À quoi sert une inscription ?),  il convient de s’attacher à la définition des « objets épigraphiques », à leur matérialité et à leur forme, sans séparer l’appréhension du support de celle de la graphie ou du contenu ; en d’autres termes, d’interroger les pratiques graphiques en dehors du monde manuscrit et d’envisager les conditions matérielles de leur réalisation, les implications techniques de leur mise en œuvre, les formes de l’écriture mobilisée dans le matériau, les interactions avec leur environnement lors de leur exposition et/ou utilisation. Cette réflexion s’inscrit d’abord dans la dynamique du material turn, à l’œuvre dans tous les domaines de la médiévistique, et qui permet de remonter à la source des productions médiévales (la pierre avant l’épitaphe, le bronze avant la porte, l’or avant le reliquaire) ; elle s’inscrit aussi dans une conception élargie de la paléographie médiévale qui ne s’arrête plus désormais aux frontières épistémologiques entre épigraphie, sigillographie, et diplomatique pour embrasser l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge ; enfin, elle met en lumière les connexions médiévales entre pratique graphique et pratique artistique, entre pensée écrite et pensée plastique, entre recours à l’écriture et théologie de l’image.

Pour répondre en partie au moins à ces questions de façon collective et formuler ensemble un certain nombre d’hypothèses, le CESCM met en place à partir de la rentrée de septembre 2016 un « séminaire permanent » sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

Le fonctionnement d’un tel programme repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. L’articulation n’est donc pas celle d’une équipe ou d’une unité, encore moins celle d’une structure figée, mais celle d’un lieu et d’un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

Le séminaire permanent de recherche sur les écritures non manuscrites médiévales entend se réunir sur une journée trois à quatre fois par an au CESCM. La ou les session(s) de printemps et d’automne sont thématiques et proposent l’exploration collective d’un sujet lié à la problématique « Matières et formes des objets épigraphiques ». La session d’été est consacrée aux actualités de la recherche sur les écritures exposées (sujets de thèses, compte rendus de colloques ou de soutenances, chantiers, découvertes, projets collaboratifs) ; la session d’hiver est consacrée à la bibliographie (lecture collective d’un ouvrage en amont et discussion lors de la session).

À titre indicatif, les sessions thématiques pourraient porter sur les sujets suivants : « Fixité, mobilité, mutation des supports : autour de la notion de ‘contexte’ » ; « Élégance, régularité, variations : autour de l’appréciation de la ‘qualité’ des objets épigraphiques » ; « Fers à hostie, pyxides, enseignes, dés… : autour de ces ‘objets’ inscrits dont on ne sait quoi faire » ; « La lettre en son lieu : pour une étude ‘incarnée’ de l’écriture exposée ». Les sessions bibliographiques seront prévues au fil de l’eau en fonction des actualités éditoriales. Pour les premières sessions, quelques ouvrages fondamentaux mériteraient sans doute une (re)lecture collective : Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, 1993 ; Kendall C.B., The Allegory of the Church. Romanesque Portals and Their Verse Inscriptions, Toronto, 1998 ; Mallon J., De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, Paris, 1982 ; Koch W., Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit, Vienne, 2007.

Afin d’assurer la diffusion des informations quant à ce séminaire, on pourrait utiliser le carnet de recherche Hypothèses créé à l’occasion du programme EPIMED et le faire évoluer vers une véritable plateforme collaborative pour échanger informations, clichés, bibliographie…

Pour tout renseignement à ce sujet et pour recevoir des informations plus précises, contacter Vincent Debiais.

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme