Archives par mot-clé : inscriptions

Retour sur le séminaire consacré à l’objet épigraphique

Le vendredi 3 février s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers la deuxième séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit (SEMPER). Retour sur cette journée consacrée à l’objet épigraphique…

La thématique 2016-2017 du séminaire « Matériaux et supports de l’écriture épigraphique » nous invitait à analyser les objets présentant des inscriptions ; ces « choses » aux formes et aux fonctions variées qui affichent, portent, exposent ou cachent de l’écriture. Conçue comme une journée de réflexion et d’échanges, cette deuxième séance a donc permis d’aborder un grand nombre de ces objets épigraphiques, des stèles grecques du IVe siècle avant J.-C. aux supports de la dévotion privée, au XVIe siècle de notre ère.

Un cadre pour les objets inscrits

Il fallait poser un cadre à notre réflexion ; c’est Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers, qui a ouvert la journée avec une présentation de l’objet dans la perspective d’Aby Warburg. De l’Atlas Mnémosyne au Rituel du serpent, Éric Palazzo a montré comment Aby ¨Warburg avait créé l’objet « savoir » en inventoriant, classant, organisant les objets étudiés, entre mémoire et création. La présentation d’Éric Palazzo a ainsi immédiatement placé la réflexion sur l’objet, inscrit ou non, dans un dialogue entre la démarche scientifique et le rapport du savant au monde qui l’entoure.

Dans un deuxième temps, ces considérations ont été replacées dans le domaine de la culture écrite médiévale, en s’interrogeant sur la définition de l’objet inscrit, avec une question sous-jacente : est-ce que séparer par l’écriture une quantité sur le matériau crée un objet graphique ? Il fallait bien entendu repartir des définitions de l’objet données par les anthropologues et les mettre à l’épreuve de la documentation écrite du Moyen Âge. La notice épigraphique du Corpus des inscriptions de la France médiévale a servi de fil rouge à l’examen des différentes composantes de l’objet épigraphique. Dans ces notices, on part d’une localisation géographique puis topographique – l’écriture est dans un lieu, elle occupe un espace (d’origine, premier, in situ ; ou replacé, délocalisé, extrait d’un contexte, remonté). Elle est associée à un bâtiment, à une construction, à un monument. L’inscription existe dans une topographie – le bâtiment qu’on lui rattache permet une situation absolue et relative de l’objet ; c’est un point dans une étendue que l’on peut décrire). L’objet épigraphique est dans un lieu ; l’inscription est topo-graphie. Elle existe dans un environnement, dans une globalité dont elle fait partie et qui établit des positions relatives ; l’inscription est placée par rapport à autre chose : un élément architectural, mobilier, graphique, gestuel… dans les trois dimensions de l’espace et dans celle du temps. L’objet inscrit possède ainsi une localisation et une position ; il occupe un espace et un lieu (voir à ce sujet Caroline Schärli, « Schrift als Teil der Architektur. Rekonstruktion und Analyse des karolingischen Titulus der Sylvesterkapelle in Goldbach im Kontext raumumfassender Monumentalinschriften der Spätantike und des Frühmittelalters », Iconographica XIV (2015), p. 9-43).

Il est parfois très difficile d’identifier l’objet épigraphique : où commence-t-il ? où s’arrête-t-il ? La notice du Corpus des inscriptions de la France médiévale décrit pour cela un matériau, une forme, des mesures, un état de conservation. On décrit l’étendue d’une surface inscrite plutôt qu’on identifie la « chose » inscrite. C’est encore plus net s quand il faut décrire l’inscription dans les peintures murale : qu’est-ce que l’objet inscrit dans ce cas ? La démarche de la notice crée un objet, y compris quand on a une inscription insérée dans une structure. La fiche de terrain est un faiseur d’objet ; la visite de certaines réserves de musée met l’objet à l’épreuve de l’empilement, de l’accumulation, de l’entassement.

Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic
Le roi David en prophète dans les peintures de Saint-Martin de Vic

Les choses sont assez différentes pour les inscriptions placées sur des objets indépendants d’une structure architecturée, et peinte ou sculptée sur un élément mobilier. La relation de « contexte » peut concerner des environnements plus limités : une inscription sur un coffre de bois n’est en lien qu’avec le meuble ; une inscription sur une croix processionnelle n’est en lien qu’avec l’objet. Si c’est vrai pour les questions matérielles et la position du texte, ce n’est pas forcément le cas pour le sens du texte qui a tendance à dépasser largement parfois le lieu du texte. Le mot « objet » se retrouve alors au cœur d’une constellation d’autres mots : artefact, pièce, ustensile, élément, etc., qui désignent des choses assez différentes, et qui composent ou construisent leur propre environnement par des formes, des images, des usages, d’autres objets en relation.

Comme pour les inscriptions « immeubles », les textes sur les objets vont participer à l’affirmation de cette dimension objectale, ou bien par des références internes (désignation de l’objet par des déictiques, description des matériaux ou des images) ou bien par des références externes (mention du fabricant de l’objet, de son commanditaire, de son propriétaire, références aux usages). De nombreux textes médiévaux façonnent un discours sur l’objet (au sens thématique) ; les inscriptions façonnent quant à elles un discours sur l’objet (au sens matériel) – elles sont un discours sur l’objet au carré, en quelque sorte, et réduisent la distance entre ce qu’elles désignent et le lieu depuis lequel elles le font.

L’objet interpelle son créateur ou son regardeur par l’intermédiaire de l’inscription ; la voix dans le texte s’adresse à l’objet, le qualifie ou le désigne directement. Dans l’action de la voix, l’écriture anime l’objet d’une vie propre et médiatise son agentivité. L’objet est non seulement distingué par la présence de l’écriture ; il est également animé par le contenu du texte. Les inscriptions tracées sur les heurtoirs de la cathédrale de Trèves sont tout à fait singulières à ce propos puisqu’elles font entendre les deux voix, la voix du regard porté sur l’œuvre d’abord, celle de l’œuvre elle-même ensuite : Quod fore cera dedit, tulit ignis et es tibi regdit. Magister Nicolaus, magister Johannes de Bincio nos fecerunt (« Ce que la cire t’a donné d’être, le feu l’a enlevé, et l’airain te le rend. Le maître Nicolas et le maître Jean de Bincio nous ont fait »).

Heurtoir de la cathédrale de Trèves
Heurtoir de la cathédrale de Trèves

La diversité des objets inscrits

On ne peut que constater l’immense diversité des « objets » inscrits, dans les tailles, les matériaux, les fonctions, le niveau de réalisation, l’occupation de l’espace par le texte (dialectique taille/échelle). L’écriture est, sur de nombreux objets, en petits caractères, parfois difficilement perceptibles, qui invitent en tout cas à ne pas envisager la publicité du texte comme sa seule raison d’être. L’inscription n’est souvent visible que par celui qui manipule l’objet – celui qui a véritablement l’objet devant lui (c’est l’étymologie du terme « objet »). Si l’inscription monument n’a pas nécessairement besoin de cela, l’inscription objet passe, pour sa lecture, par un contact rapproché avec le texte . Il faut réduire la distance physique avec l’objet (à l’inverse de la distance qui s’établit parfois entre l’objet et son évocation par le texte). À la différence de la plupart des inscriptions monuments, et à l’égal de ce qu’on pourrait trouver dans le monde manuscrit, l’écriture sur l’objet demande donc un contact physique et une manipulation ; se servir d’un objet inscrit, c’est mettre l’écriture en action. Il se produit un contact avec le corps pour les éléments de parure du vêtement, pour les instruments de dévotion, pour les reliures inscrites, pour les inscriptions sur les vêtements. L’écriture sur objet est donc une « épigraphie de contact ». Plus que jamais, elle articule un matériau graphique et un corps qui agit.

Fer à hostie du musée de Guéret
Fer à hostie du musée de Guéret

Toutes ces questions de manipulation, de contact, de changement de nature invitent à reconsidérer un certain nombre de dossiers thématiques : les fers à hostie qui, en plus de l’objet, posent la question de l’empreinte, de la matrice et du transfert d’un support à l’autre ; la peinture sur chevalet pour laquelle la peinture passe du monument à l’objet et pose de nouvelles questions, notamment après l’apparition de la perspective qui met à l’épreuve les plans d’écriture dans l’image, mais aussi les relations entre le tableau et son lieu d’accroche ; de façon générale, les inscriptions sur les textiles, sur la tapisserie, qui se trouvent véritablement à l’entre-deux du monumental et du mobile, avec une inscription qui s’enlève, se plie, se déplie, s’accroche et se décroche.

Des réflexions en contexte(s)

L’après-midi a permis de mettre ces grandes questions en perspective avec la documentation proprement dite au cours des présentations informelles et des échanges.

Marie Charbonnel a montré combien l’écriture sur les objets de la dévotion privée à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne est liée à la manipulation des artefacts. L’inscription est alors au service d’un parcours spirituel menant au dévoilement et à une « mise en réseau » des textes religieux, de la Bible aux maximes, entre apprentissage de l’écriture et pratiques de la lecture.

En analysant la présence, la forme et le contenu des inscriptions placées dans les programmes peints des églises de l’arc alpin (XIVe-XVe siècle), Océane Acquier a proposé un changement d’échelle et mis en lumière une « iconographie de l’écriture » dans l’église – les mots peints sont des « objets » dans le discours en images, fortement liés à la prédication contemporaine et à la parole prononcée.

Le lien avec l’oralité a également été soulignée par Cheyenne Noël dans son exploration des patènes à inscription (XIIe-XIIIe siècle). L’objet manipulé au cours de la célébration de l’eucharistie renforce par l’inscription le discours théologique produit par les images sur la patène, et les gestes et les paroles du célébrant. Souvent illisibles, ces inscriptions n’en restent pas moins le signe du statut particulier de l’objet.

Avec la présentation de Delphine Ackermann, les stèles funéraires de la cité grecque d’Erétrie ont enrichi le panorama des objets épigraphiques envisagés jusqu’alors. La forme du monument, la constance de son décor, sa position par rapport à la sépulture font de l’objet épigraphique un « signal » dans la construction mémorielle. Delphine Ackermann a également insisté sur les phénomènes de remploi, de déplacement, de décontextualisation, très fréquents pour ces stèles.

En fin d’après-midi, Thierry Grégor a mis les objets « entre les mains » du lapicide et analysé comment ses gestes et leurs contraintes ont laissé des traces dans l’inscription. Tracée en un lieu et dans des circonstances particulières, l’inscription est toujours le produit d’une action du corps et c’est dans le produit de cette action que s’exprime la diversité des savoir-faire et des cultures graphiques médiévales.

Pour continuer…

Avec un tel panorama, il est bien difficile de faire émerger des données ou des constantes pour définir ou cerner l’objet épigraphique. Il se définit certes par une certaine occupation de l’espace ; un lieu en relation avec des éléments connexes ; une présence au monde, cadre de vie de l’objet, entre permanence et mutation. L’occupation de l’espace permet, sous une forme déterminée, des relations au corps : corps du scribe, corps de l’utilisateur de l’objet, corps du lecteur du texte. L’objet est une interface, entre appréhension et préhension.

Il ne s’agit pas pour autant de distinguer écriture monumentale et écriture sur objet pour établir des catégories documentaires, mais pour s’interroger plutôt sur ce que cette relation au matériau et au support indique des pratiques de la culture écrite médiévale ; et ce sous plusieurs aspects : phénoménologique (rapport à l’expérience du texte) ; social (possession, propriété, appartenance, délégation) ; culturel (qu’est-ce qu’écrire dans le mouvement des objets, de leur consommation, de leur fabrication, de leur destruction ?) ; pragmatique (que fait l’écriture sur ces objets ?)…

Réfléchir sur l’objet épigraphique dans son extension matérielle, dans sa mobilité, dans sa capacité à être manipulé, c’est s’interroger sur le lieu du texte, sa topologie, celle de sa genèse et de son usage.

La croisée des signes

La croisée des signes, L’écriture dans l’image médiévale (800-1200), de Vincent Debiais, qui vient de paraître au éditions du Cerf, est consacré à l’étude des phénomènes écrits placées au contact des œuvres d’art monumentales : les phylactères rapportant les paroles prononcées par un personnage dans une scène narrative, l’identification d’une figure représentée en pied sous arcade, le titulus glosant le contenu moral ou exemplaire d’un épisode biblique constituent autant de déclinaisons de la conjonction des lettres et des images au sein d’une même œuvre.

Dans sa genèse, le travail sur cette thématique est fondé sur deux constats : le premier, documentaire, est celui de l’omniprésence des inscriptions dans les compositions visuelles du Moyen Âge, dans une grande variété de formes, de contenus et de fonctions ; le second, historiographique, signale simultanément l’omniprésence de la thématique texte/image dans la bibliographie des soixante dernières années, et la limite de conclusions établies du point de vue des disciplines plutôt que de celui des œuvres médiévales.

Il fallait donc envisager une approche globale des phénomènes de conjonction entre écriture et image à partir de ce que le Moyen Âge a dit, écrit et produit à propos des signes alphabétiques et iconiques – c’est l’objet de la première partie du livre qui soumet la sculpture, la peinture, la mosaïque au regard de ceux qui les ont produites il y a mille ans. Point de conjecture ni de spéculation cependant, mais une inversion du mode opératoire : partir de ce que l’on voit de l’œuvre, et le mettre en perspective avec ce que l’on sait des théories médiévales du signe et de la représentation.

Le livre constitue de la sorte un retour à l’œuvre et cherche à éviter les pétitions de principe ; c’est pourquoi il s’attache, dans sa deuxième partie, aux moyens de la conjonction texte/image, et ce avant de lui supposer une quelconque fonction qui ne serait que le décalque des fonctions que l’historien de l’art et l’épigraphiste attribuent à l’écriture dans le visuel. Les œuvres nées du savoir-faire des artistes médiévaux sont en effet, en ce qu’elles sont une mise en ordre de la matière créée par Dieu in principio, le reflet de conceptions théologiques (et plus généralement philosophiques) quant à la compréhension du monde. La conjonction de l’écriture et de l’image s’inscrit dès lors dans le cadre d’une même pensée plastique qui attribue aux différents signes un statut et une fonction particulière au sein de chacune des œuvres visuelles médiévales.

Dans sa troisième partie, le livre analyse la technicité visuelle et les conditions matérielles de l’interaction entre écriture et image. En contrepoint de l’absence de constantes évidentes dans les dispositifs, les mises en page ou les localisations, on met en lumière une forme d’iconographie de l’écriture, soit l’attribution d’une valeur sémantique aux formes des lettres et à leur existence dans l’image. Indépendamment ou presque des variations de la morphologie de l’écriture médiévale, les inscriptions dans l’image recourent à des graphies et des ductus qui contribuent à la génération d’un sens particulier du visuel.

Parce qu’elle se situe au niveau du choix de l’artiste ou du concepteur, cette interaction agit déjà dans l’œuvre telle qu’elle est présentée aux yeux du public ; elle organise les signes en un discours complexe, au-delà de toute réception. Il ne s’agit pas pour autant de supposer une forme d’immanence du visuel, coupé de tout ancrage dans le matériau ; il s’agit en revanche de proposer que le sens d’une œuvre ainsi que les moyens de le figurer et de l’atteindre résident complètement dans l’œuvre et dans la disposition des signes. L’objet inscrit, dans sa pleine matérialité, est le théâtre d’une mécanique du sens.081

Entre densification et approfondissement, l’écriture propose une surenchère de l’image, un dépassement de la représentation ; la mixtion des signes est le point de départ d’un nouveau chemin de signification, vers l’au-delà de l’image. La conjonction de l’écriture et de l’image invite dans tous les cas à dépasser le visuel, non pas en raison d’une capacité limitée des signes à représenter, mais parce que le lien entre l’être et la forme se situe par définition au-delà du langage ; et c’est cette transcendance, cette absence de borne à poser au créé, que cherchent à rendre lisible les œuvres où écriture et image se rencontrent. Elles opèrent sur le temps et le lieu de l’image, en mettant en réseau les œuvres d’un lieu à l’autre, d’une séquence à l’autre, mais aussi sur les autres images, absentes ou en puissance, pouvant leur être associées. Ainsi, plutôt que d’être destinée à un éclaircissement de l’image pour le public, l’écriture devient le moyen pour l’artiste et le concepteur d’épaissir le visuel, de superposer par les lettres les images au sein d’un seul objet inscrit.

Envisager de la sorte l’écriture comme un élément essentiel de l’image et non comme une couche supplémentaire ajoutée a posteriori pour résoudre une soi-disant limite de l’image, c’est regarder l’inscription au prisme de l’œuvre telle qu’elle se présente, et non telle qu’elle est reçue ; c’est ouvrir une fenêtre sur la mobilisation des recours créatifs ; c’est apercevoir les gestes qui ont façonné le visuel et les réflexions constantes sur le signe qui animent la genèse de l’art ; c’est voir les moyens de rendre sensible un contenu qui se doit d’échapper nécessairement à l’appréhension des sens, et dont le langage n’assure qu’une médiation, imparfaite dans son rapport à l’inaccessible, mais sublime sur le plan esthétique. C’est bien le rôle des inscriptions que de médiatiser les liens entre ce que l’on voit et ce qui reste étranger à la vue. Partant, l’écriture dans l’image est moins moyen qu’elle n’est véhicule. Elle est moins nécessaire au fonctionnement du visuel qu’elle en est le paradigme.

Vincent Debiais est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers où il dirige le programme de recherche sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit. Docteur en histoire (2004) et titulaire d’une habilitation à diriger les recherches (2015), il a publié sa thèse sous le titre Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (Brepols, 2009), trois volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

Séminaire du 23 novembre informations pratiques

La première séance du séminaire permanent consacré aux écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers le 23 novembre prochain (salle Berger, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30.

Les trois séances de l’année seront consacrées au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Pour la première séance du 23 novembre, nous réfléchirons ensemble à la question des matériaux. La diversité des matériaux employés pour l’écriture épigraphique met à rude épreuve les définitions de l’épigraphie, qu’elles s’attachent à la forme ou à la fonction de l’inscription. Nous y réfléchissons chacun de notre côté au gré de nos interrogations ponctuelles, mais récurrentes (cet objet est-il une inscription ? ce support est-il épigraphique ?) ; mais nous nous interrogeons peut-être encore plus fréquemment sur les rapports entre écriture et matière, entre le tracé et la forme des lettres et la nature et le sens du support. Cette séance sera donc l’occasion de mettre en commun nos réflexions sur le sujet, de façon très libre, à partir des exemples que vous avez vous-mêmes rencontrés.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme-23-novembre

EPIMED III – Écritures réservées : le bilan

Cette publication compile l’ensemble des réflexions élaborées au cours du troisième volet du programme EPIMED. Elle doit donc être considérée comme un travail collectif à verser au crédit de tous les participants à ces journées. « Prise sur le vif », nous espérons qu’elle retranscrit cependant fidèlement le contenu des communications et des débats de Madrid.

***

Après avoir abordé, dans les deux premières sessions, les raisons et les gestes de l’écriture épigraphique, la troisième session du programme EPIMED réunie à Madrid les 16 et 17 mars 2016 a porté son attention sur les « écritures réservées ». Les organisateurs avaient pris grand soin de ne pas définir ce qu’ils entendaient par « écritures réservées » pour laisser la place à l’interprétation et à la discussion bien sûr, mais surtout parce que la formulation même pose des difficultés quant aux aspects documentaires et aux moyens de leur analyse. La diversité des corpus rassemblés et des questions posées au cours de ces deux journées ont largement témoigné de ces enjeux épistémologiques.

L’interrogation sur les écritures réservées part de la rencontre de deux faits en apparence contradictoire : 1) l’intention universelle et durable des inscriptions médiévales, consolidée par une importante bibliographie (la « publicité » de Robert Favreau ; l’« écriture exposée » d’Armando Petrucci ; la « communication » de Vicente García Lobo) qui a fait de la documentation épigraphique l’un des moyens privilégiés de la transmission de l’information au Moyen Âge ; 2) le caractère public restreint ou inexistant d’un grand nombre d’inscriptions qui, malgré leur réalisation matérielle durable, parfois monumentale, ne peuvent assurer une publicité à grande échelle des informations qu’elles véhiculent. La conférence inaugurale de Paul Bertrand a montré que ce paradoxe concerne en réalité l’ensemble des pratiques graphiques médiévales : écrire et ne pas être lu… Dans la perspective des changements dans les pratiques de l’écrit à partir de 1200, beaucoup de documents ont été posés sur parchemin sans penser à leur lecture.

Pour résoudre cette contradiction apparente, et pour poser la question de la « publicité » dans des termes adéquats, comme nous y a invité Paul Bertrand, il faut mettre en accord les données documentaires avec une conception médiévale de la communication, et en particulier avec ce que le Moyen Âge a dit de la capacité de l’écriture à transmettre une information, et des moyens qu’elle mobilise pour cela. Ce sont les aspects qu’a particulièrement développés Benoît Grévin dans sa communication en  s’attachant à la notion de « voilement » et aux réflexions des rhéteurs sur les enjeux métaphoriques de l’inscription. Javier Martínez de Aguirre a, pour un tout autre ensemble documentaire, montré comment le fait de cacher ou dissimuler un nom était en lien avec des motivations toutes aussi importantes que la publicité (la notoriété, le prestige social, les résonances liturgiques ), introduisant à l’invitation de Morgane Uberti la notion de « stratégies distinctives » empruntées à Pierre Bourdieu.

De façon générale, les communications ont montré que l’on ne pouvait ignorer, à l’heure d’envisager la publicité des inscriptions, la conception chrétienne de l’écriture qui repose sur un certain nombre de principes de la théologie non dogmatique et qui attribue à la lettre, aux mots et aux textes qu’elle compose une vertu active – c’est ce que les présentations d’Elisa Pallottini et Encarnación Martín López sur les inventaires et authentiques de reliques ont montré avec force. L’écriture contient ainsi, en sa forme, ce qu’elle désigne, indépendamment de toute forme de lecture. Le sens réside davantage dans le geste qui trace les lettres et dans son résultat que dans la perception du texte par un lecteur potentiel. Les inscriptions en caractères coufiques insérées dans le décor des édifices mudéjars et étudiés par Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, illisibles sans doute, mais stratégiquement placées et mises en scène, relativisent la nécessité de la lecture de leur contenu, et placent l’intention de leurs commanditaires en dehors de la communication publicitaire. En réponse à l’ensemble de ces remarques, Isabel Velázquez Soriano rappelle que « les formes de l’écriture ne peuvent pas être condition de l’existence de l’écriture épigraphique. En d’autres termes, dans la définition de l’épigraphie, c’est le geste épigraphique qui compte, soit l’intention de l’émetteur ». Les Carmina latina epigraphica constituant une preuve du fait que le caractère épigraphique d’un texte ne saurait résider exclusivement dans sa forme matérielle.

Par ailleurs, plusieurs communications sont revenues sur le fait que la lecture médiévale n’est pas uniforme et qu’on peut accéder aux textes selon différentes manières de lire, de la lecture experte à la lecture pragmatique. Les mécanismes de lecture dépendent autant de la mémoire (et de la capacité à reconnaître la forme des lettres et des mots en nombre limités) que de la mécanique vision-encodage phonétique-décodage sémantique-interprétation à l’œuvre dans la lecture experte. La répétition des motifs dans les inscriptions arabes en lien avec la prière, l’iconicité des formes graphiques et la répétition des formules épigraphiques qui circulent d’un texte à l’autre doivent être prises en compte au moment de mesurer la familiarité du public avec un texte que la critique contemporaine perçoit comme ardu ou difficilement lisible. Dès lors, une part importante du sens de l’inscription (et du texte en général) peut reposer sur la dimension visuelle du texte, sur l’iconicité de l’écriture, sur la forme de l’objet inscrit – l’écriture devenant même, pour Adam Lajtar, un matériau susceptible « d’envelopper le défunt ». Son repérage et l’impression visuelle générale, l’empreinte du contexte permettent un accès, limité certes, mais réel au sens de l’inscription qui agit davantage en tant que signe ou signal qu’en tant que composition textuelle. Les exemples monumentaux évoqués par Daniel Rico Camps instituent ainsi avant tout la présence de l’écriture dans un contexte particulier, présence susceptible de déclencher une réponse chez les lecteurs les moins familiers avec l’écriture.

En analysant des exemples nubiens exceptionnels, dissimulés à la vue de tous, Adam Lajtar a parfaitement montré qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, la publicité n’est pas absolue dans son résultat – elle n’est que potentiellement efficace ; la rencontre du texte et de sa cible dépend de circonstances et de conditions ad hoc que les moyens de mise en œuvre et d’exposition cherchent à atteindre (ou pas) mais qui échappent, dans la réception, à l’émetteur du message. Le lecteur est seul face au texte et la communication épigraphique peut réussir ou échouer. La publicité est donc relative et dépend d’un certain nombre de variables qui peuvent transformer l’écriture exposée en écriture réservée. Dans tous les cas, les deux journées de travaux ont montré que la publicité est une intention qui ne peut se mesurer que dans les moyens mis en œuvre dans l’inscription elle-même et qu’il est, partant, très difficile d’établir un « public » ou un « lectorat ». Elles ont aussi souligné combien la publicité universelle était rare. Dans les exemples évoqués par Esther Sánchez-Medina, la langue, le style, la graphie et l’emplacement impliquent un choix dans le public, une sélection de la cible. Faut-il pour autant lire cela comme un échec du processus de communication ? Sans doute pas, et il faut davantage voir cette sélection comme une mise en adéquation du texte et de son public. L’écriture réservée n’est donc plus une limite, mais un garant du succès de la communication. Et c’est sans doute pourquoi les exemples romains décrits par Carles Mancho sont aussi élaborés dans leur forme : ils cherchent avant tout à répondre aux ambitions de la communication de prestige mise en place par l’institution papale, quitte à exclure une grande partie des fidèles de la diffusion du message.

À partir du moment où on a relativisé ainsi, deux jours durant, la dimension publicitaire, on a rapproché l’inscription des autres formes écrites médiévales. La dimension publicitaire, communicative et commémorative, que l’on attribue parfois exclusivement à tort aux inscriptions, concerne en réalité l’écriture médiévale, quels que soient le support, la graphie et le contenu. Manuel Salamanca López a démontré à partir d’exemples manuscrits de la fin du Moyen Âge la même « volonté épigraphique » de certaines pratiques. Thierry Grégor a quant à lui analysé les gestes et les techniques qui pouvaient conduire, malgré l’aspect ostentatoire de certains supports, à réserver l’écriture épigraphique, ou bien dans l’objet produit, ou bien dans le message inscrit.

76_00017191

In fine, de grandes questions transversales sont revenues dans l’ensemble des communications, et elles ont été relevées dans les conclusions de Fermín Miranda García. « Écritures réservées » peut-être, mais par qui ? Est-ce que la décision de ne pas diffuser à tous l’écriture peut être identifiée ? Est-ce qu’elle s’incarne dans une personne, dans une institution ? Est-ce qu’il faut être en charge d’une autorité ou d’un office pour réserver l’écriture ? Est-ce que les questions techniques entrent en jeu au point d’empêcher la diffusion d’un message ? En mettant en perspective ces enjeux avec les problématiques de contrôle et de pouvoir, Paul Bertrand, Manuel Salamanca López et Esther Sánchez-Medina ont identifié, dans le circuit de la production écriture, des tournants, des moments charnières durant lesquels des choix sont effectués pour augmenter, réduire ou empêcher cette réserve. Autre salve de questions posées à la documentation épigraphique : « Écritures réservées » certes, mais à qui ? Est-il question de réglementation, de prérogatives, de hiérarchie dans la réserve ? Qui devient destinataire d’une écriture réservée ? Doit-on passer par la définition préalable, réfléchie et motivée d’un lectorat ? Une telle sociologie de la communication doit alors être analysée dans les moyens mis en œuvre pour réserver l’écriture : moyens graphiques, visuels et linguistiques dans un premier temps, permettant de rendre un texte invisible, illisible ou incompréhensible ; moyens topographiques ensuite, et leur corollaire dans le contrôle des circonstances d’accès au texte. Comme l’a montré la conférence d’Elisa Pallottini à partir des authentiques de relique, la communication épigraphique en vient à programmer une ritualisation (au sens anthropologique) des conditions de la lecture et de la perception, et les espaces d’exposition deviennent une scène pour une pratique sociale de la lecture (Juan Carlos Ruiz Souza). Enfin, les communications ont donné l’occasion de s’interroger sur les raisons d’être de l’écriture réservée : quels sont les intentions et effets d’une communication relative ? Face à l’impossibilité de répondre avec certitude à cette question, on a cherché, en particulier avec les communications d’Estelle Ingrand-Varenne et de Daniel Rico Camps, à comprendre le scénario de la réserve de l’écriture épigraphique : altération, modification, effacement, disparition, destruction, déplacement. Exposer maintenant, c’est souvent réserver plus tard. L’écriture épigraphique, et l’écriture en général, est toujours à l’interface entre instant et durée, entre permanence et fugacité. Le lectorat lui-même est un groupe social mouvant, qui change dans ses définitions.

***

st-benoit-2-nbCes journées ont donc ajouté de nouvelles questions à la liste déjà conséquente des interrogations du programme EPIMED. Elles ont en revanche opéré un renversement majeur du questionnement épigraphique. Il ne s’agit plus désormais de partir d’une publicité universelle et supposément inhérente à la documentation épigraphique, mais d’essayer de mesurer sa réalité à partir des objets eux-mêmes au sein de différents environnements culturels. Si l’on a cité, à de nombreuses reprises au cours de ces deux journées, le nom des pères fondateurs de la discipline épigraphique, on a surtout cherché à mettre en perspective leurs intuitions et leurs enseignements avec les acquis de la recherche récente sur la culture écrite médiévale et avec les nouvelles pièces versées aux grandes collections épigraphiques européennes. À l’issue de ces journées, une question demeure, et fascine toujours autant qu’elle irrite les épigraphistes : pourquoi diantre réaliser une inscription qui invite à la prière dans un endroit inaccessible, dans une graphie illisible et dans une langue que personne ne connaît ? Les contributions de tous les participants et la qualité des débats énergiques du programme EPIMED permet désormais au moins de poser cette question dans des termes en accord avec la réalité de la documentation médiévale.

Un nouveau rendez-vous épigraphique annuel à Poitiers

À la rentrée 2016, se met en place au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale  un séminaire permanent sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

corpus-des-inscriptions-de-la-france-medievaleL’épigraphie médiévale avait, au moment de sa naissance en France, au milieu des années 1960, et a toujours aujourd’hui comme objectif premier la publication des inscriptions. Jusqu’à ce jour, le Corpus des inscriptions de la France médiévale articulait au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers l’édition des inscriptions, la gestion de la documentation rassemblée pour en assurer la continuité, et les activités ponctuelles de réflexion méthodologique ou de recherche. Cette articulation doit aujourd’hui être revue en raison des évolutions nécessaires que connaît l’entreprise éditoriale (avec le passage à l’édition numérique, l’élargissement de l’amplitude chronologique des textes publiés, la mise à disposition en ligne des volumes du CIFM) et en raison de la nécessité, pour les questionnements épigraphiques, de s’inscrire dans la dynamique de recherche autour des signes et de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge.

Parce qu’il reste bien des questions fondamentales auxquelles répondre (qu’est-ce qu’une inscription ? En quoi une inscription se distingue-t-elle d’une autre forme écrite ? À quoi sert une inscription ?),  il convient de s’attacher à la définition des « objets épigraphiques », à leur matérialité et à leur forme, sans séparer l’appréhension du support de celle de la graphie ou du contenu ; en d’autres termes, d’interroger les pratiques graphiques en dehors du monde manuscrit et d’envisager les conditions matérielles de leur réalisation, les implications techniques de leur mise en œuvre, les formes de l’écriture mobilisée dans le matériau, les interactions avec leur environnement lors de leur exposition et/ou utilisation. Cette réflexion s’inscrit d’abord dans la dynamique du material turn, à l’œuvre dans tous les domaines de la médiévistique, et qui permet de remonter à la source des productions médiévales (la pierre avant l’épitaphe, le bronze avant la porte, l’or avant le reliquaire) ; elle s’inscrit aussi dans une conception élargie de la paléographie médiévale qui ne s’arrête plus désormais aux frontières épistémologiques entre épigraphie, sigillographie, et diplomatique pour embrasser l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge ; enfin, elle met en lumière les connexions médiévales entre pratique graphique et pratique artistique, entre pensée écrite et pensée plastique, entre recours à l’écriture et théologie de l’image.

Pour répondre en partie au moins à ces questions de façon collective et formuler ensemble un certain nombre d’hypothèses, le CESCM met en place à partir de la rentrée de septembre 2016 un « séminaire permanent » sur les écritures non manuscrites du Moyen Âge. L’année 2016-2017 sera consacrée à la thématique « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi– dans épigraphie) », avec trois sessions les 23 novembre, 3 février et 2 juin.

Le fonctionnement d’un tel programme repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. L’articulation n’est donc pas celle d’une équipe ou d’une unité, encore moins celle d’une structure figée, mais celle d’un lieu et d’un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

Le séminaire permanent de recherche sur les écritures non manuscrites médiévales entend se réunir sur une journée trois à quatre fois par an au CESCM. La ou les session(s) de printemps et d’automne sont thématiques et proposent l’exploration collective d’un sujet lié à la problématique « Matières et formes des objets épigraphiques ». La session d’été est consacrée aux actualités de la recherche sur les écritures exposées (sujets de thèses, compte rendus de colloques ou de soutenances, chantiers, découvertes, projets collaboratifs) ; la session d’hiver est consacrée à la bibliographie (lecture collective d’un ouvrage en amont et discussion lors de la session).

À titre indicatif, les sessions thématiques pourraient porter sur les sujets suivants : « Fixité, mobilité, mutation des supports : autour de la notion de ‘contexte’ » ; « Élégance, régularité, variations : autour de l’appréciation de la ‘qualité’ des objets épigraphiques » ; « Fers à hostie, pyxides, enseignes, dés… : autour de ces ‘objets’ inscrits dont on ne sait quoi faire » ; « La lettre en son lieu : pour une étude ‘incarnée’ de l’écriture exposée ». Les sessions bibliographiques seront prévues au fil de l’eau en fonction des actualités éditoriales. Pour les premières sessions, quelques ouvrages fondamentaux mériteraient sans doute une (re)lecture collective : Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, 1993 ; Kendall C.B., The Allegory of the Church. Romanesque Portals and Their Verse Inscriptions, Toronto, 1998 ; Mallon J., De l’écriture. Recueil d’études publiées de 1937 à 1981, Paris, 1982 ; Koch W., Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit, Vienne, 2007.

Afin d’assurer la diffusion des informations quant à ce séminaire, on pourrait utiliser le carnet de recherche Hypothèses créé à l’occasion du programme EPIMED et le faire évoluer vers une véritable plateforme collaborative pour échanger informations, clichés, bibliographie…

Pour tout renseignement à ce sujet et pour recevoir des informations plus précises, contacter Vincent Debiais.