Archives par mot-clé : photo

Inauguration de l’ERC GRAPH-EAST

Le 1er février 2021, 14h-18h, sera lancée le programme ERC sur les inscriptions et graffitis en alphabet latin de la Méditerranée orientale, du VIIe au XVIe siècle.

Ce lancement se déroulera en anglais, depuis le Centre de recherche français à Jérusalem, et est d’accès libre. Vous êtes tous les bienvenus.

Programme :


Lien Zoom :

 
ID de réunion : 894 6666 9326
Code secret : 272609

 

Pour suivre le projet durant les 5 ans à venir, voir le nouveau carnet de recherche dédié : https://grapheast.hypotheses.org/ 

Au-delà du CIFM : l’enrichissement de la documentation épigraphique après publication

Depuis cinquante ans, le Corpus des inscriptions de la France médiévale assure l’édition aussi exhaustive que possible des textes épigraphiques attribués aux VIIIe-XIIIe siècle. En 26 numéros (hors nouvelle série thématique), ce sont 66 départements qui ont ainsi été couverts, et plus de 4 000 inscriptions publiées. Ces volumes papier (ou leur avatar numérisé accessible gratuitement sur Persée) constituent autant d’outils indispensables aux médiévistes. En apparence figées par le format de publication, les inscriptions font cependant l’objet d’un suivi attentif et injustement méconnu.

Fenêtre sur un contrat de 3 mois dédié à la gestion des supplementa.

Une documentation en perpétuelle évolution

L’actualisation du corpus édité répond à trois nécessités :

  • Des inscriptions médiévales sont ponctuellement découvertes lors de chantiers de restauration de peintures murales ou de fouilles archéologiques.
  • Certaines inscriptions disparaissent ou sont détruites, mais d’autres, réputées perdues lors de leur publication par le CIFM, sont retrouvées.
  • La recherche progresse : il faut mettre à jour la bibliographie, documenter les nouvelles campagnes photographiques, archiver les relevés…

L’enrichissement permanent de la documentation bénéficie d’un vaste travail de collaboration entre la petite équipe d’épigraphie, différents acteurs du patrimoine à la recherche d’informations sur une inscription particulière, ainsi qu’un réseau de collègues partageant leur connaissance pointue de leur région de prédilection. Ces échanges scientifiques sont l’occasion d’expertises inédites, plus ou moins développées, qui viennent compléter nos dossiers.

Correspondance de Robert Favreau sur les inscriptions du prieuré Saint-Promasse

Parallèlement, les dépouillements bibliographiques continuent. Certaines revues scientifiques (Bulletin monumental, Bulletin de la Société archéologique du midi de la France…), de même que certaines collections (Congrès archéologiques de la France, Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa…) sont systématiquement compulsées. Les moyens humains ne permettent pas de couvrir l’ensemble de la bibliographie intéressante pour l’épigraphie médiévale, mais des recherches ciblées donnent lieu à des ajouts ponctuels.

Exemple de diversité de la documentation traitée (à gauche, cliché de la copie d’une épitaphe du XIIe siècle dans un manuscrit du XVIIe s. ; à droite, fiche de dépouillement bibliographique)

La documentation du CIFM a d’abord été gérée sous format papier, avec un important répertoire par la suite complété par des classeurs de suppléments. Ce système a longtemps répondu aux attentes d’une petite équipe réunie en un même bureau et ayant principalement besoin de rechercher les inscriptions d’après leur localisation pour assurer sa mission d’édition. Depuis vingt ans, l’évolution informatique, mais aussi le renouvellement puis l’élargissement et la grande mobilité de l’équipe ont cependant créé de nouveaux usages : la documentation s’en ait trouvée considérablement enrichie mais aussi dispersée dans divers ordinateurs. Des problèmes d’accessibilité sont ainsi apparus, rendant nécessaire la mise en place d’un nouveau système de centralisation de la documentation.

Les défis d’une base de données collective

On peut s’étonner que le CIFM ait été structuré autour d’une base de données « papier » et non numérique. En réalité, le CIFM a été pionnier en informatique avec la mise en place dès 1974 d’un système de concordance pour étudier le vocabulaire et les formules des inscriptions médiévales. L’université de Poitiers avait d’ailleurs reçu les honneurs du premier numéro de la revue Le médiéviste et l’ordinateur pour ses projets précurseurs en informatique.

Page de l’un des classeurs de concordance des carmina epigraphica

Les difficultés techniques, avec leur coût humain et financier, ont eu raison de cet enthousiasme initial au CIFM comme dans la majorité des programmes en sciences humaines. Et comme ailleurs, des projets de bases de données ont réapparu dès les années 2000. Quoique très abouties, ces conceptualisations n’avaient jusqu’à maintenant pas été concrétisées du fait de plusieurs difficultés majeures :

  • Une masse documentaire importante : traiter plusieurs milliers d’inscriptions suppose un investissement humain extrêmement chronophage.
  • Des besoins contradictoires : la mission première du CIFM est l’édition d’un vaste corpus, mais les membres et collaborateurs de l’équipe mènent en parallèle une activité scientifique imposant de traiter plus en détail des corpus restreints.
  • La multiplication des orientations de recherche : si les premiers éditeurs ont privilégié une orientation historique et linguistique, les thèses récentes développent également les aspects archéologiques et techniques. Pour une base de données collective, cette ouverture des problématiques impose non seulement une multiplication des champs, mais aussi des compétences nécessaires pour la renseigner.
  • Le risque d’une obsolescence de l’outil : jusqu’à présent, le choix du système de gestion de base de données posait deux problèmes de pérennité. Les solutions logicielles libres (MySQL, PostgreSQL) sont durables, mais leur complexité impose de recourir à un prestataire pour le développement, avec comme résultat une base de données statistique soumise aux aléas des financements pour sa mise à jour. Quant aux logiciels commerciaux (FileMaker, Microsoft Access…), ils sont suffisamment simples pour créer et modifier une base de données en interne, mais le format propriétaire qu’ils ajoutent aux données les rend périssables à long terme.

L’ensemble de ces contraintes ont conduit à abandonner le mirage d’une base de données exhaustive pour le CIFM. D’autres projets numériques ont vu le jour en parallèle, en particulier l’édition numérique Titulus. La mise en place d’une nouvelle gestion de la documentation des supplementa a cependant été l’occasion pour Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort de réorienter le projet de base de données vers un outil principalement documentaire : l’objectif n’est plus d’analyser chaque inscription, mais de les identifier individuellement pour renvoyer à toutes les ressources les concernant (expertises inédites, bibliographie, reproductions…).

Ma mission était centrée sur la conception de la base de données documentaire, avec comme principale contrainte la réduction maximale du temps de saisie. La solution retenue a permis de traiter près de 400 inscriptions en 2 mois environ. Pour ce faire, les informations descriptives ont drastiquement été limitées au titre de l’inscription, au type de support et à la technique d’écriture. Les informations de localisation (ancienne et actuelle), de conservation, de datation (par siècle et année) ainsi bien sûr que le texte ont été maintenues. Les types de reproduction sont détaillés (photographies, photogrammétrie, relevés archéologiques, moulages…), la documentation disponible au CESCM également, ainsi que la bibliographie. Une attention particulière est portée à la traçabilité de la notice ainsi obtenue, de l’identification de la personne ayant signalé l’inscription au CIFM jusqu’au nom de celle ayant créée voire modifié la notice.

Formulaire de saisie des inscriptions, organisé en onglets thématiques, dans la nouvelle base de données Heurist

Bien qu’il n’était pas initialement prévu de mettre en pratique le modèle de données durant le temps réduit du contrat, les possibilités offertes par la solution Heurist ont motivé la mise en place d’un test qui s’est rapidement révélé concluant. Heurist est une application pensée pour permettre aux chercheurs en Sciences humaines et sociales de faire (et de faire évoluer) leur base de données de recherche sans l’intermédiaire d’un informaticien : créée à l’université de Sydney par le préhistorien Ian Johnson, hébergée en France par Huma-Num, codée à partir de technologies libres (MySQL) et structurée sur des grands principes d’interopérabilité, Heurist propose un environnement de bases de données parfaitement adapté aux projets en histoire et en archéologie. La version 6 actuellement en phase de test (version stable prévue pour début 2021) a dépassé toutes nos attentes concernant l’ergonomie, les possibilités de mise en forme de l’information (menus déroulants à deux niveaux, possibilités de gestion de périodes d’incertitude pour la datation…), les paramétrages de requêtes (visualisation des résultats avec ou sans vignette, filtres enregistrables, recherches facettées…), mais aussi exports possibles (vers QGIS, Gephi…).

La réussite de la création d’une base de données documentaire pour le CIFM offre de nouvelles perspectives pour d’autres corpus. Dès le printemps 2021, elle sera élargie pour accueillir les inscriptions latines de l’orient médiéval éditées dans le cadre du  projet ERC GRAPH-EAST ainsi que celles de la Gaule durant l’Antiquité tardive du projet IGAMA.

Un grand merci à Ian Johnson, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Morgane Uberti pour leur disponibilité.

Merci également à Alix Chagué de m’avoir fait découvrir Heurist.

Contact : cifm.cescm@univ-poitiers.fr

Idées de lecture

Quelques suggestions de lectures épigraphiques … Voici les acquisitions de l’inscripthèque pour le second semestre 2020 : 

Articles

  • Debiais Vincent & Senra José Luis, « Memoria, panegírico y epigrafía: la condesa Teresa Peláez de Carrión (ob. 1093) », Journal of Medieval Iberian Studies, 12:3, 2020, p. 293-316.
  • Felle Antonio. E., « Examples of ‘in-group’ epigraphic language: the very first inscriptions by Christians », The Journal of Epigraphic Studies, 3, 2020, p. 131-147.
  • Felle Antonio. E., « Non-exposed Funerary Inscriptions and the Cult of the Cross between Italy and Byzantium, 6th – 9th centuries », in M.D. Lauxtermann – I. Toth (eds), Inscribing Texts in Byzantium. Continuities and Transformations, Routledge, Abingdon-New York 2020, p. 122-143.
  • Felle Antonio. E., Fioretti Paulo, « Epigrafi latine in Puglia nell’età normanno-sveva. Contesti, testi, scritture », in: Oltre l’Alto Medioevo: etnie, vicende, culture nella Puglia normanno-sveva. XXII Congresso Internazionale di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo (Savelletri di Fasano (BR), 21-24 novembre 2019), Spoleto 2020, p. 419-471.
  • García García Francisco de Asís, « Épigraphie et création artistique à l’époque romane: Le paysage monumental du Haut-Aragon autour de 1100 », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 285-306.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Peur du vide ? L’économie graphique dans les inscriptions médiévales », Viator, 50.1, 2019, p. 107-136.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Nommer, couper, incorporer : Quand le nom rencontre le corps de l’image », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 209-228.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « The inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem. New corpus and perspectives », Crusading and Archaeology. Some Archaeological Approaches to the Crusades, Vardit R. Shotten-Hallel, Rosie Weetch ed., Routledge, 2020, p. 328-344.
  • Menudier Aurore, « Le corpus épigraphique provençal : premier bilan et comparaison avec le corpus bourguignon », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [Online], Collection CBMA, Les journées d’études, Online since 19 May 2020, connection on 23 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/cem/17076
  • Petutschnig Anna, Schmitz-Esser Romedio, Tangerner Elisabeth, « Übersehene Botschaften aus der Vergangenheit », Akademie Aktuell, 2. 2020, p. 20-22.
  • Rico Camps Daniel, Lorenzo José Miguel, « Reliquias del Arca de la Alianza en la iglesia de San Salvador de Carcena (Soria), según una inscripción inédita del siglo XIII », Boletín del Archivo Epigráfico, n°6, juin 2020, p. 33-50.
  • Rico Camps Daniel, « Los versos del plano de Saint-Gall », Pyrenae. Revista de prehistòria i antiguitat de la Mediterrania occidental. Journal of Western Mediterranean prehistory and Antiquity, 2020, vol. 51 n°2, p. 141-158.
  • Schärli Caroline, « Encircling Inscriptions in Early Byzantine and Carolingian Sacral Buildings », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 253-284.
  • Uberti Morgane, « Un règne sans roi: Le non-dit du temps dans quelques inscriptions de la Gaule du haut Moyen Âge », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 181-208.
  • Widmaier Jörg, « Between Written and Spoken Words: The Use and Function of Inscriptions on Medieval Baptismal Fonts », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 307-328.

Ouvrage :

  • Giersiepen Helga, Stieldorf Andrea éd., Über Grenzen hinweg – Inschriften als Zeugnisse kulturellen Austauschs. Beiträge zur 14. Internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik, Düsseldorf 2016, Paderborn : Brill/Ferdinand Schöningh, 2020.

SEMPER 26/11: Les graffitis, approche technique

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) reprend en cette rentrée 2020 pour une cinquième saison et poursuivra cette année le questionnement  lancé l’an dernier sur les « écritures éphémères? » et stoppé par le confinement.

La première séance, organisée conjointement entre le CESCM de Poitiers et le CRFJ de Jérusalem sera consacrée aux graffitis médiévaux. On classe volontiers les graffitis parmi ces écritures non destinées à durer, mais leur survivance jusqu’à aujourd’hui est sans doute la preuve du contraire. La première difficulté de ce type d’écrits est d’abord de les repérer et de les relever afin de les étudier, c’est pourquoi ce premier séminaire sera consacré aux questions techniques. Différentes expériences et expérimentations de terrain liées à l’imagerie seront présentées et croisées.

La séance aura lieu jeudi 26 novembre, de 14h à 16h (heure française), sous forme de webinaire via Zoom, ouvert à tous. 

Comme les années précédentes, ce séminaire/webinaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée aussi experte que bienveillante.

Lien :  https://us02web.zoom.us/j/89493005090?pwd=TzNSZGlwUi9XUE5VV1g4aHlsUlo5dz09

ID de réunion : 894 9300 5090
Code secret : 783474

Programme : 

  • Jacques Baillargeat (CNRS/Institut PPRIME), Hervé Arlaud (CNRS/Institut PPRIME), « Transfert des techniques d’imagerie utilisées en mécanique des fluides aux prises de vues de graffitis » 
  • Nicolas Mélard (Musée d’Histoire Naturelle de Lille), « Art rupestre médiéval – Archéologie des gravures et graffitis du château de Selles à Cambrai »
  • Discussion
  • Antoine Cazin (La Fabrique des patrimoines de Normandie), « Évaluation de deux méthodes de relevés photographiques de graffitis – RTI et photogrammétrie »
  • Daniel Morleghem (Citeres-LAT), Clément Dussart (CESCM/CRFJ), « Numérisation photographique de graffitis : enjeux, méthodes et applications »
  • Discussion
Essai lumière laser, église Saint-Hilaire, Poitiers, déc. 2019. Photo: Lisa Oriane Crosland.

Pour tout renseignement, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) 

Pour (re)découvrir la vidéo du webinaire :  partie 1  ;  partie 2 

Séminaire international d’épigraphie médiévale – Appel À contribution

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) lancent un appel à contribution destiné aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. Les candidats retenus sont invités à présenter leur sujet de recherche dans le cadre d’un séminaire international de trois jours destiné à favoriser le dialogue et l’échange des idées dans le domaine de l’épigraphie médiévale.

Malgré le dynamisme des entreprises éditoriales en Europe et l’intérêt sans cesse renouvelé des recherches sur la culture écrite au Moyen Âge, les travaux sur l’épigraphie médiévale bénéficient aujourd’hui encore trop souvent d’une faible diffusion dans le panorama de la médiévistique. Les rencontres internationales sur le sujet sont très rares et n’accordent qu’une faible place à la présentation des travaux en cours consacrés aux inscriptions du Moyen Âge, notamment de la part des doctorants et des jeunes chercheurs.

Avec l’organisation de cette première édition des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale en 2021, il s’agit de remédier à cette situation et de créer l’occasion pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux, et d’échanger autour de leur problématique et des questions méthodologiques liées à l’analyse des sources épigraphiques. Pour garantir cet espace de discussion, le format retenu pour ces rencontres s’éloigne de celui du colloque, peu propice aux échanges et aux débats constructifs. Les Rencontres réuniront donc une communauté de douze jeunes chercheurs, accompagnés de quatre experts internationaux de la culture écrite médiévale, pour un séminaire de trois jours, selon un format étendu (une heure de présentation suivie d’une heure d’échange). Seul le résumé des travaux est publié en ligne pour assurer la diffusion des recherches. L’attention des participants et des organisateurs pourra ainsi se concentrer sur le débat intellectuel, la confrontation des expériences, le partage des méthodes et l’approfondissement des questions historiques nées de l’analyse des inscriptions.

Cet appel à propositions s’adresse à tous les jeunes chercheurs (masters, doctorants, post-doctorants, ECR ayant soutenu leur thèse après 2014) engagés dans une recherche sur les inscriptions médiévales quelle que soit la thématique ou l’approche (paléographie, technique, linguistique, analyse des textes, prosopographie, iconographie, liturgie, littérature, archéologie, etc.). Pour produire les conditions du débat et pour contribuer à une meilleure connaissance de la culture écrite du Moyen Âge, on s’attachera aux questions méthodologiques et à la dimension anthropologique des recherches en épigraphie médiévale.

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale se dérouleront à Roda de Isábena, petit village médiéval des montagnes aragonaise qui abrite la plus grande collection d’inscriptions médiévales conservée en Europe (avec 231 textes funéraires). C’est au cœur du village que les participants vivront une expérience collective de partage intellectuel ponctuée de visites et de manifestations scientifiques, à Roda et dans les villages alentours.

Pour participer aux Rencontres internationales d’épigraphie médiévale, les candidats doivent soumettre (en anglais, en français ou en espagnol) avant le 15 janvier 2021 à l’adresse électronique indiquée dans le PDF au bas de ce billet : une lettre de motivation décrivant brièvement leurs recherches en cours, un curriculum vitae (une page maximum), un projet de présentation pour le séminaire (500 mots maximum). Les dossiers seront examinés par le Comité scientifique des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale et les candidats seront informés des résultats avant le 1er février 2021.

L’organisation des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale prend en charge les frais de déplacements des candidats (à hauteur de 250 euros), l’hébergement sur place, les repas et les trajets entre les sites. Les candidats retenus s’engagent à participer activement aux débats et aux échanges sur place, et à fournir en amont de la rencontre un résumé étendu de leur intervention. Le séminaire fera l’objet d’un enregistrement vidéo. Les séances se tiendront en anglais.

Cette manifestation est organisée dans le cadre du projet SCRIPTA-PSL « Programmes épigraphiques et réseaux d’inscriptions » porté par l’École des hautes études en sciences sociales (CRH-AHLoMA, Paris), avec la participation et le soutien de la Direction générale du patrimoine en Aragon, de la Délégation provinciale de Huesca, de l’arrondissement de Ribagorza, de la commune de Roda de Isábena, de l’Évêché de Barbastro-Monzón, de la Real Academia de Nobles y Bellas Artes de San Luis, du groupe de recherche TEMPLA, et de l’association culturelle « Amigos de la catedral de Roda ».

Pour toute information, contacter Vincent Debiais.

Un seminaire, Un livre – L’épigraphie à l’unviersité complutense de madrid

Malgré les temps difficiles que nous traversons, la recherche ne saurait s’arrêter et il faut saluer chacune des initiatives qui permettent de garder le contact et d’engager le dialogue sur les questions d’épigraphie médiévale. C’est le cas avec deux nouveautés en provenance de l’Université Complutense de Madrid : la publication d’un ouvrage collectif et la tenue récente d’un séminaire doctoral consacré aux « objets écrits ».

Commençons par le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo, publié sous la direction d’Isabel Velázquez Soriano et Sonia Madrid Medrano. Il regroupe une vingtaine de contributions consacrées, comme l’indique le titre de l’ouvrage, aux inscriptions édilitaires ; soit les textes épigraphiques relatifs à l’édification des monuments publics et privés, mentionnant les circonstances, les acteurs, les fonctions et le statut de ces bâtiments. Les textes couvrent une très large période, de l’Antiquité classique à la Renaissance, et un vaste espace géographique, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient. Cette variété documentaire, fruit d’une approche « globale » de l’histoire, et d’une tendance à la longue durée qui fait éclater – pour le meilleur et pour le pire – toute forme de périodisation, invite nécessairement au comparatisme et à la mise en perspectives des pratiques d’écriture à l’échelle du globe. Elle permet aussi de belles découvertes et l’appréhension des enjeux anthropologiques de l’écriture épigraphique. Le volume, très bien présenté et illustré, constitue donc une initiative éditoriale heureuse.

Le très court prologue, de la plume des éditrices, qui ouvre le livre, revient sur la définition de l’inscription édilitaire pour constater la diversité de ses formes et de ses contenus. Le « lien » avec le monument peut être lâche, implicite, tu ou perdu, et l’attribution d’une fonction édilitaire à l’inscription relève souvent du geste de l’éditeur qui invente cette relation de sens en fonction des éléments dont il dispose dans le texte ou le contexte de l’inscription. Cette introduction aurait pu être l’occasion de s’interroger précisément sur l’attribution de l’adjectif unique « édilitaire » à des inscriptions qui se comprennent dans des contextes historiques, géographiques, intellectuels et religieux très différents ; de façon générale, sur la pertinence et l’effet de la taxinomie quand elle s’étend sur un vaste domaine documentaire ; et de façon peut-être plus profonde, sur ce que fait l’éditeur au texte quand il cherche à lui attribuer une étiquette forgée sciemment dans l’anachronisme.

Ces questions dépassent largement le propos de l’introduction, c’est évident, mais en feuilletant les très bons articles du volume, on ne peut s’empêcher de constater leur poids sur la réflexion épigraphique, au moment où l’on cherche à mettre en lien une documentation « qui s’ignore ». Les textes adoptent des postures très variées : présentations de dossiers, études de cas, synthèses historiques, plans de recherche. Quelques interrogations semblent traverser pourtant les contributions. Quel est le lien (langagier et spatial) entre le texte et le monument ? Qu’induit la position de l’inscription édilitaire sur son « public » ? Sous quelle forme apparaissent les promoteurs des travaux rapportés dans le texte ? Comment est pensée la relation entre le moment de la construction et la durée de l’exposition du message épigraphique ? La catégorie « édilitiare » est-elle fondée sur une constante dans le contenu, la forme, la localisation ou le formulaire des inscriptions ? Autant de questions passionnantes qu’il est bien difficile de poser à l’échelle du livre tant les articles portent l’empreinte bien contraignante – et passablement agaçante – de terminologies non partagées. Les mêmes inscriptions sont ainsi désignées par des termes différents en fonction de la nationalité de l’auteur, de la période envisagée ou de l’approche retenue… L’ambition globalisante du titre et de l’introduction se trouve ainsi limitée par une étanchéité des méthodes et des documentations. Il y a bien des épigraphies, et il faut multiplier les rencontres et les occasions de dialogue, quand les circonstances le permettront, pour s’entendre sur les mots que l’on emploie et dur les notions que l’on manie.

C’est exactement ce qu’a montré la belle manifestation organisée par les doctorants du Département des sciences et techniques historiographiques de l’Université Complutense de Madrid, les 24-25 septembre dernier. Ce séminaire a réuni, sur un campus désert et confiné, une vingtaine de jeunes chercheurs en épigraphie, numismatique, diplomatique et codicologie pour des exposés brefs sur le thèmes des « objets inscrits ». On a vu défiler sur l’écran des documents castillans du XIIe siècle, des monnaies philippines, des épitaphes romaines, des peintures sur chevalet de la fin du Moyen Âge, des livres de comptes… Une belle occasion pour tous de découvrir de nouveaux sujets et, une nouvelle fois, une immense variété documentaire.

Les questions de terminologie ont occupé la plus grande partie des présentations et des débats, et ont laissé dans l’obscurité, ou du moins dans l’ombre, les grandes problématiques historiques des pratiques de l’écriture. Plutôt que de se demander si l’inscription placée sur le phylactère tenu par la Vierge dans une Annonciation appartient à telle ou telle catégorie éditoriale, ne convient-il pas davantage de s’interroger sur ce que le texte peint produit dans la narration en images ? Plutôt que de reconstruire une inscription peinte lacunaire à partir de formulaires (que l’on considère à tord comme inaltérables), ne faut-il pas se demander si le texte a été inscrit par le peintre lui-même ou a posteriori ? Plutôt que de se demander si la forme épigraphique de la lettre M appartient à telle ou telle catégorie paléographique établie sur des documents manuscrits, ne peut-on pas interroger les conditions matérielles et physiques dans lesquelles le scripteur a dû tracer le texte ? Il ne s’agit pas simplement de constater des divergences méthodologiques – on vit finalement très bien quand on reconnait nos différences et qu’on les expose clairement. Il s’agit de s’interroger en revanche sur la façon dont l’épigraphie intègre la pratique de l’histoire. Peut-on espérer refléter dans la médiévistique la place qu’on eut les inscriptions au Moyen Âge si on ne cherche pas à comprendre aussi ce que signifie écrire dans la pierre, le métal, le bois ou la peinture ? L’erreur qui consisterait à opposer érudition, édition et anthropologie dans l’étude des inscriptions conduirait à isoler l’épigraphie dans le champ des sciences auxiliaires de la médiévistique ; et on peut se demander si de telles rencontres scientifiques ne gagneraient pas en perspective en confiant les débats et les discussions à des historiens non spécialistes de l’épigraphie ou de la diplomatique. Non pas parce qu’il manque quoi que ce soit aux sciences auxiliaires, mais parce qu’elles offrent justement de nouvelles portes d’entrée dans nos connaissances sur le Moyen Âge.

Avec le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo et les journées d’études Objetos escritos, l’équipe très dynamique de l’Université Complutense de Madrid nous invite à réfléchir sur ces questions de méthode et à penser la documentation au-delà des catégories et de l’épistémologie.

TITULUS se renouvelle

 

(par Clara Renedo, doctorante à l’École nationale des chartes / Université Paris 3, co-responsable de TITULUS)


Le projet TITULUS, qui est en ligne depuis bientôt 4 ans, a connu plusieurs évolutions pendant ces derniers mois, grâce au soutien du Consortium des sources médiévales COSME 2.

À côté du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM), le site accueille désormais un nouveau corpus dédié aux inscriptions du Royaume latin de Jérusalem, dans le cadre du projet mené par Estelle Ingrand-Varenne. Une description du corpus et une sélection de notices sont déjà disponibles sur le site en cliquant ici

D’autre part, de nouvelles notices des derniers volumes du CIFM ont été encodées et incorporées à la base de données. Les volumes 26 et hors-série I sont désormais entièrement accessibles, ainsi que les premières notices du volume 25 (ici). 

Parallèlement, nous avons mis au point une nouvelle version du manuel d’encodage, qui est téléchargeable depuis l’onglet “Projet”. Les ajouts sont principalement des solutions à des phénomènes qui n’avaient pas encore été prévus dans les versions précédentes du manuel et n’impliquent dans aucun cas la modification des règles déjà existantes.

Enfin, du point de vue technique, la base de données a migré dans la version la plus récente du logiciel eXist-db, grâce à la collaboration avec l’équipe du consortium Huma-Num. Le langage PHP et la bibliothèque Bootstrap ont également été mis à jour.

L’épigraphie latine dans l’Orient médiéval : l’ERC GRAPH-EAST

L’épigraphie médiévale de l’Orient latin « ressemble à un désert scientifique » (C. Treffort, 2011). Ce constat est toujours vrai : les inscriptions de cet espace sont mal connues et très peu étudiées. Mis à part l’ouvrage sur les épitaphes de la colonie génoise de Constantinople (Dallegio d’Alessio, 1942), l’édition des inscriptions de Terre Sainte (De Sandoli, 1974) et le catalogue des pierres tombales chypriotes (Imhaus, 2004), ces textes sont abordés de manière fragmentaire et circonstancielle, dans des monographies ou dans le cadre d’études plus générales (par ex. Ivison, 1996, Pringle 1997-2009, Claverie 2013). L’ensemble des informations pour étudier cette documentation est incomplet, éparpillé, parfois difficile d’accès. Les pièces publiées n’ont pas de protocole commun, et nombreux sont les inédits. Or, si ce champ n’existe pas encore, deux raisons font penser que le terreau est désormais fertile pour le créer.

C’est tout le projet de l’ERC Starting grant GRAPH-EAST – Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ – mais en changeant d’échelle et de paradigme afin de voir cette écriture en alphabet latin autrement. Il faut sortir de la focalisation des croisades et des entités politiques qui en sont issues, avec leur périmètre restreint tant chronologique que géographique, pour adopter une perspective plus large, adaptée à la présence latine elle-même, liée aussi largement aux échanges commerciaux – que l’on pense aux colonies installées par les républiques maritimes italiennes que sont Amalfi, Pise, Gênes et Venise, ou à la présence des Catalans – et aux pèlerinages, jusqu’à l’occupation ottomane, soit du VIIe au XVIe s. Un changement d’échelle spatiale s’impose aussi en pensant l’ « Outremer », pour reprendre le terme employé par les médiévaux eux-mêmes, ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la mer Noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays, de Corfou à Alep, du delta du Nil à la presqu’île de Crimée.

Ce premier changement a pour conséquence de faire entrer en scène les autres écritures et réévaluer le statut du système graphique latin, ce qui entraine le second changement, celui de paradigme. La notion d’ « Orient latin » pourrait laisser croire à une latinisation lisse et uniforme, confondant dans l’adjectif « latin » les questions d’écriture, de langue, de culture et de rite religieux, et se réduisant souvent aux deux siècles de croisades. Le terme « latin », synonyme d’occidental, voile, de plus, une diversité des communautés qui sont loin de former un ensemble homogène par leurs origines, leurs langues, leurs statuts et rôles politiques, rassemblées autour de trois grandes activités : le commerce, la guerre, les pèlerinages, voire les voyages de découverte.

GRAPH-EAST entend relever 3 défis pour décloisonner et proposer une vision dynamique de l’épigraphie. 1) Réunifier inscriptions et graffiti, 2) Élargir l’environnement graphique : les écritures en contact, 3) Penser l’épigraphie en mouvement.

Le cas de Bethléem résume l’ensemble de cette approche. L’achèvement en 2019 des restaurations de l’église de la Nativité, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Christ, a fait ressurgir une vraie symphonie – parfois cacophonie – graphique. Les inscriptions latines, grecques (1, 5, 6) et syriaque (4) du XIIe sur les mosaïques murales et les colonnes de marbre peintes sont un cas presque unique montrant la coopération étroite entre le pouvoir byzantin, la domination latine et l’épiscopat de Bethléem, reflet de la recherche d’Union des Églises (G Kühnel 1988, B. et G. Kühnel 2019). Il faut y ajouter les textes en arménien (3) et en arabe (2) gravés sur les portes en bois au XIIIe s., les graffiti par centaines de pèlerins et voyageurs, en toutes langues et alphabets, du Moyen Âge à nos jours. Ce vaste palimpseste, aussi méconnu que fragile, révèle tant l’urgence patrimoniale que le potentiel scientifique et l’intérêt historique de ces sources.

Le but du projet GRAPH-EAST est, grâce à un changement d’échelles et de paradigme, de créer un nouveau champ de recherche focalisé sur l’écriture épigraphique latine de la Méditerranée orientale du long Moyen Âge, à travers 4 objectifs, en proposant une vision « écologique » de l’épigraphie. La métaphore, utilisée pour sa valeur heuristique, permet de voir l’inscription comme un organisme en interaction avec son environnement naturel, et de comprendre son écosystème.

  • Etudier la vie de l’objet épigraphique,
  • Comprendre la pratique et la représentation de l’alphabet latin en Orient,
  • Proposer une histoire connectée de l’épigraphie,
  • Analyser cette écriture migrante à travers le prisme des transferts culturels entre Occident et Orient.

Et maintenant ? Il faut passer de l’idée à la réalisation. Le projet porté par le CESCM sera lancé en février 2021, avec une équipe et des collaborateurs spécialistes des autres écritures (épigraphie byzantine, arabe, arménienne, syriaque, hébraïque, éthiopienne etc.) et dans chacun des pays de la Méditerranée orientale. Un carnet de recherche sera créé où les missions de terrain, les lectures et découvertes, les workshops et les colloques seront postés ; un webinaire régulier sera aussi mis en place, ouvert à tous.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Retrouver aussi l’interview sur le Carnet du CESCM.

Inscripthèque: acquisitions 1er semestre 2020

L’inscripthèque rassemble les articles, ouvrages et images en épigraphie médiévale. Les nouvelles acquisitions sont indiquées tous les six mois. N’hésitez pas à faire part de vos publications. Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Articles

Bornschlegel Franz-Albrecht, « Die Epigraphik des Mittelalters  und der Frühen Neuzeit », Archiv für Diplomatik Schriftgeschichte Siegel- und Wappenkunde Begründet durch Edmund E. Stengel, Herausgegeben von Irmgard Fees und Andrea Stieldorf, 65. Band, 2019, p. 237-266.

Bornschlegel Franz-Albrecht, « Urkundeninschriften und Urkunden imitierende Inschriften. Gestaltungsformen und Gestaltungsmöglichkeiten », Stieldorf, Andrea (ed.) : Die Urkunde : Text – Bild – Objekt. Das Mittelalter. Beihefte, Vol. 12. Berlin: De Gruyter, 2019, p. 331-361.

Debiais Vincent, « Les structures rhizomiques de l’épigraphie funéraire », La memoria post mortem dall’Antichità al Medioevo, Rome : Viella, 2020, p. 149-165.

Debiais Vincent, « Espaces libérés du sens et de l’imagination. Quelques éléments de réflexion dans les inscriptions médiévales (VIIIe-XIVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome -Moyen Âge, 132-1, 2020.

Debiais Vincent, Uberti Morgane, « Exposition Sendas epigraficas à la Casa de Velázquez (Madrid). Une rencontre entre pratique de l’histoire et création contemporaine », Polygraphe(s) – approches métissées des actes graphiques, 2, temporalités de et dans l’acte graphique, MSHS, Paris, 202, p. 87-89.

Durier Manon, « Affirmer la mémoire d’une communauté religieuse.», In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques [En ligne], Livraisons, Troisième livraison, mis à jour le : 04/11/2019, URL : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr:443/in-scription/index.php?id=368.

Fontaine Dominique, Labaune-Jean Françoise et Le Cloirec Gaétan, « Renaissance musicale », Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed. 24758

Galmiche Thierry, Buccio Vincent, « Les ardoises gravées de l’abbaye de Prémontré (Aisne), un support de notation musicale aux XVe-XVIe siècles », Archéologie Médiévale, CRAHAM, 2016, p.123-133.

Hostetler Brad, « Towards a typology for the placement of names on works of art », Inscribing Texts in Byzantium: Continuities and Transformations, éd. Marc D. Lauxtermann, Ida Toth, Routledge, 2020, p. 267-290.

Ingrand-Varenne Estelle, « Beyond Graphical Boundaries: Arabic Writing and Poem to the Virgin Mary inscribed in the Tympanum of Saint-Pierre-le-Puellier of Bourges », Über Grenzen hinweg – Inschriften als Zeugnisse kulturellen Austauschs. Beiträge zur 14. Internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik, Düsseldorf 2016, éd. Helga Giersiepen, Andrea Stieldorf, Paderborn : Brill/Ferdinand Schöningh, 2020, p. 137-158.

Ingrand-Varenne Estelle, « BOOK REVIEW: Alessia Bauer, Elise Kleivane and Terje Spurkland ed., Epigraphy in an Intermedial Context (Portland: Four Courts Press, 2018) », Peregrinations: Journal of Medieval Art and Architecture, Volume 7, Issue 1, 2019, p. 148-154.

Ingrand-Varenne Estelle, « Medieval Latin Inscriptions in Constantinople », Materials for the Study of Late Antique and Medieval Greek and Latin Inscriptions in Istanbul. A Revised and Expanded Booklet, Prepared by I. Toth and A. Rhoby, Oxford and Vienna, 2020, p. 97-106.

Ingrand-Varenne Estelle, Shotten-Hallel Vardit, « William of Belvoir (?). A short note on even a shorter inscription », Crusades, 2020, p. 21-24.

Loaëc Arnaud, « L’inscription de la tour 37 du rempart terrestre de Constantinople. Crise de l’empire et renouvellement intellectuel au début du Xe siècle », In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques [En ligne], Livraisons, Troisième livraison, mis à jour le : 22/11/2019, URL : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr:443/in-scription/index.php?id=386.

Martín López Maria Encarnación, « Las inscripciones medievales del claustro de la catedral de Roda de Isábena (Huesca). Aproximación a su taller lapidario », Espacio, Tiempo y Forma 33, 2020, p. 333-364

Marty Frédéric, « Fondre les cloches au Moyen Âge à Fos-sur-Mer : l’atelier de l’église Saint-Sauveur et la cloche de la chapelle Notre-Dame-de-la-Mer », Bulletin des Amis du Vieil Istres, 41, 2019, p. 114-134.

Nastasi Arianna, « Registrare, controllare e… eternare. Dal documento alla charta lapidaria, esempi di contratti e donazioni nel territorium di Roma e del Lazio fra VI e XII secolo », « Sicut scriptum est ». La parola scritta e i suoi molteplici valori nel millennio medievale, a cura di Francesco Cissello, Elena Corniolo, Alessia Francone, Marina Sarramia, 2020, p. 3-22.

Rhoby Andreas, « Latin Inscriptions in (Early) Byzantium », Latin in Byzantium in Late Antiquity and Beyond, ed. Alessandro Garcea, Michela Rosellini, Luigi Silvano, Turnhout, Brepols, 2019, p. 275-294.

Sánchez Santiago Domínguez, « Las fórmulas diplomáticas latinas en epigrafía », Documenta & Instrumenta, 6 (2008), p. 179-200

Santiago Javier, « Epigraphic workshops in Sigüenza Cathedral (Guadalajara, Spain) in the late middle ages », Post-Medieval Archaeology 0/0 (2020), p. 1-18.

Uberti Morgane, « Un temps nu. Dater comme acte (épi)graphique per se ? », Polygraphe(s) – approches métissées des actes graphiques, 2, temporalités de et dans l’acte graphique, 2020, MSHS, Paris, p. 47-55.

Thèses

  • Lemay Éloïse, Studies in Merovingian Latin Epigraphy and Documents, University of California, Los Angeles, dir. Professor Brent Harmon Vine, 2017.
  • Marangon Desi, Scrivere alla greca a Venezia: alfabeti ibridi e identità a confronto (secoli XI-XV), Università degli Studi di Padova, dir. Antonio Rigo, 2020.
  • Villano Maria Aimé, Le colonne del ciborio della Basilica di San Marco a Venezia [Les colonnes du Ciborium de la Basilique de Saint Marc à Venise], Université de Poitiers et l’Università Ca’ Foscari de Venise, dir. Vincent Debiais et Stefano Riccioni, 2020.

WEBINAIRE : les videos en ligne

Le webinaire d’épigraphie, lancé de façon expérimentale durant le confinement, a bénéficié de  captations vidéos qui sont désormais en ligne sur UPtube, la vidéothèque de l’Université de Poitiers ; vous trouverez les liens ci-dessous pour chaque présentation : 

  • Maria Villano (docteure  en histoire de l’art, Università Ca’ Foscari Venise/Université de Poitiers), Courts-circuits temporels: l’ajout d’inscriptions sur objets remployés. Le cas des colonnes du ciborium de San Marco à Venise  (vidéo)
  • Martin Aurell (professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, dir. CESCM), Des runes au latin : l’épée vous parle (vidéo)

  • Fabio Coden (professeur Université de Vérone), Épigraphes et dynamiques historico-artistiques dans la région vénitienne (XI-XIIe siècles) : Johannes Vidorensis et son fils Arpo, évêque de Feltre, entre achats de reliques et fondations de sanctuaires (vidéo)

  • Anna Lagaron (doctorante Aix-Marseille Université/IREMAM), Étude préliminaire des graffiti arabes de la Nativité et des routes de pèlerinages au Sinaï (vidéo)

  • Desi Marangon (docteure, Université de Padoue), Venice and Byzantium. Comparing alphabets and identities through the lens of epigraphical sources (vidéo)

Rappel du programme :  Webinaire_SEMPER_2020

Contact : Estelle Ingrand-Varenne  estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

SEMPER, du séminaire au webinaire

Le séminaire d’épigraphie SEMPER profite de ce temps de confinement (et désormais de déconfinement, mais toujours de travail à distance) pour repenser son fonctionnement et se doubler d’un webinaire. Ce nouveau séminaire en ligne, inspiré par d’autres webinaires, tel celui de Paul Betrand à l’Université de Louvain,  propose un format plus court (1h), plus souple et plus régulier. Les séances sont en deux parties : 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion.

Ce webinaire offre l’avantage de rejoindre et faire participer à distance les collègues français et étrangers qui n’auraient pas pu se rendre au CESCM, dans une perspective toujours interdisciplinaire. Ces premières séances sont expérimentales, mais l’enjeu est de poursuivre ce format – amélioré – l’année prochaine.  

Ce webinaire est ouvert à tous. Pour participer aux séances, il suffit de cliquer sur le lien Zoom affiché (c’est le même lien pour les 5 rencontres) : 

https://us02web.zoom.us/j/86715584326?pwd=QXlFbzRBRmswMFJzY2l0NmZCYmRJUT09

 

Programme : 

Mercredi 29 avril, 15h : Maria Villano (doctorante en histoire de l’art, Università Ca’ Foscari Venise/Université de Poitiers), Courts-circuits temporels: l’ajout d’inscriptions sur objets remployés. Le cas des colonnes du ciborium de San Marco à Venise 

Mardi 5 mai, 10h : Desi Marangon (docteure Université de Padoue), Venice and Byzantium. Comparing alphabets and identities through the lens of epigraphical sources

Mardi 12 mai, 10h : Martin Aurell (professeur d’histoire à l’Université de Poitiers, dir. CESCM), Des runes au latin : l’épée vous parle 

Vendredi 22 mai, 14h : Fabio Coden (professeur Université de Vérone), Épigraphes et dynamiques historico-artistiques dans la région vénitienne (XI-XIIe siècles) : Johannes Vidorensis et son fils Arpo, évêque de Feltre, entre achats de reliques et fondations de sanctuaires

Jeudi 28 mai, 14h : Anna Lagaron (doctorante en archéologie, Aix-Marseille Université – Iremam), Étude préliminaire des graffiti arabes de la Nativité et des routes de pèlerinages au Sinaï

Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, retour aux sources : Paris, Berlin

Travis : « It’s a kind of a long story »,
Jane : « I got plenty of time »
Scène de la cabine de peepshow, Paris-Texas, 1984.

W. Wenders, R. Muller, Paris, Texas, 1984 ET R. Rossellini, R. Juillard, Germania, anno zero, 1948

Si Paris n’est pas ‘à’ Berlin, si Berlin n’est pas le Texas, l’épigraphiste, quelle que soit sa période de prédilection, pourrait s’y rendre (Paris et Berlin…) comme il se rendrait sur les lieux d’une conception. Il y retrouve les traces d’une génération, quand l’érudition épigraphique s’est muée en discipline, avec ses principes éditoriaux nécessaires à la mise en œuvre de recueils d’inscriptions aux ambitions d’exhaustivité, en temps, en lieux.

Et si suggérer que l’épigraphie de la Gaule chrétienne relève d’un paysage aussi désolant que celui d’une ville après-guerre est aussi indélicat que galvaudé, il faut bien convenir que ce champ de la recherche reste aujourd’hui largement à réédifier pour le moins à l’échelle du panorama académique français. Se rendre à Paris ou encore à Berlin pour explorer des notes laissées par des savants portés par une intention commune – l’établissement de corpus comptant de manière plus ou moins détournées des inscriptions tardo-antiques – comptait comme un pas nécessaire pour poursuivre à nouveau un chemin déjà emprunté. 

Les documents qu’il s’agissait d’explorer à Paris et à Berlin constituent en effet les traces d’un tournant dans la constitution de l’épigraphie en tant que discipline. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’épigraphie latine est marquée par la première véritable entreprise éditoriale, organisée et structurée, dédiée aux inscriptions : celle du Corpus Inscriptionum Latinorum hébergé par l’Académie des sciences berlinoise et porté par Th. Mommsen. Il est nécessaire de rappeler là que le CIL, s’il est d’abord connu comme le corpus des inscriptions latines de la Rome classique, intégrait et intègre toujours des inscriptions au-delà du temps de l’Imperium Romanum. Suivant les mêmes principes qu’un projet français porté par le ministre de l’instruction publique, M. Villemain (1843-1846 : le projet n’a pas abouti), la collection allemande incluait les inscriptions allant jusqu’au VIe s. La marge de tolérance chronologique était néanmoins laissée à la responsabilité de l’éditeur du volume, en fonction du matériel rencontré. Enfin, nous le savons, il est bien difficile de dater avec précision les inscriptions en allant vers le Moyen Âge… Le principe était donc celui d’une intégration prudente plutôt que celui de l’exclusion, suivant les degrés de romanité que l’éditeur reconnaissait à l’objet. Aujourd’hui, il apparaît que certaines inscriptions qui y ont été intégrées sont certainement bien plus tardives que le VIe s. A côté de cette entreprise plutôt englobante, dans un même mouvement, et/ou à la faveur de cet élan, l’épigraphie chrétienne gagnait sa dignité épistémologique grâce aux travaux d’E. Le Blant en France ou encore G. B. De Rossi en Italie (ICVR), aussi et surtout grâce aux soutiens apportés par des instances fédératrices et structurantes : l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en France et la Commission d’archéologie sacrée à Rome. Les champs d’une érudition « scientifique » ne s’établissent et ne se consolident (hélas ?) qu’avec une reconnaissance institutionnelle, un espace désigné, hier comme aujourd’hui. 

En fin d’année 2019, les financements obtenus de la part de la fondation Vauchez ont conduit à deux courtes missions de recherche en archives, l’une à Paris, à la bibliothèque de l’Institut de France, la seconde à Berlin, à l’Académie des Sciences et Humanités Berlin-Brandenburg (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften) au sein du centre de recherche du Corpus Inscriptionum Latinorum. Le centre rassemble les archives des chercheurs ayant travaillé à la publication des différents volumes du CIL depuis sa prise en charge par Th. Mommsen en 1852 au sein de l’Académie. Ces volumes avaient pour ambition le rassemblement exhaustif et l’édition des inscriptions de l’Empire romain, de manière géographique et thématique.

Ces recherches, à Paris et à Berlin, avait pour objectif d’estimer la richesse des fonds érudits ainsi que leur pertinence dans la construction d’un projet dédié aux Inscriptions de la Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (projet IGAMA, en cours de montage). Peut-on retrouver le fil d’inscriptions perdues ? Peut-on espérer consolider certains dossiers épigraphiques anciens ? Enfin, en termes d’histoire de la recherche, la consultation de ces fonds aide-t-elle à comprendre les modalités de constitution d’une discipline, la construction de son identité et avec elle celle de son objet : l’inscription chrétienne/tardo-antique/alto-médiévale ? C’est avec toutes ces questions que les seuils des deux Académies ont été franchis.

Après un très bref passage à Paris, où l’accès à la bibliothèque de l’Institut a été facilité par la recommandation d’André Vauchez (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), la résidence berlinoise fût une belle occasion de rencontrer les collègues du Corpus Incriptionum Latinorum, en particulier sa directrice Ulrike Ehmig ainsi que Beate Zielke. Je les remercie ici chaleureusement pour leur accueil et leur disponibilité lors de mon séjour. Les deux missions ont été l’occasion d’un premier sondage dans des fonds choisis, ceux d’E. Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France, notamment sa correspondance (ms. 1707 : correspondance), et ceux d’O. Hirschfeld alors responsable du volume XIII du CIL, consacré aux inscriptions de Gaule et de Germanie.

Au CIL, le dépouillement concernait les fonds réunissant les notes de travail d’O. Hirschfeld, en particulier celles relatives aux inscriptions tardo-antiques dans les provinces d’Aquitaine et de Belgique. Les boîtes non relatives à un volume, mais indiquant falsae (qu’est-ce qu’un éditeur du CIL écarte ? Et pourquoi ?), varia ou encore Fotographien ont également été ouvertes, elles ont été sans doute les plus riches de surprises (nulle photo par exemple dans la boîte Fotographien…). Le travail reste néanmoins à mener pour les autres provinces de Gaule ainsi que pour la Narbonnaise.

Certains dossiers d’inscriptions tardo-antiques aujourd’hui disparues se sont donc étoffés d’autres représentations de l’objet, de notes d’acteurs oubliés, de lectures inattendues parfois, mais les tris réalisés par l’éditeur en vue de la notice finale ne sont pas à discuter.

Les six boîtes ouvertes à l’Académie offrent d’abord un terrain d’étude pour qui s’intéresserait à la génétique textuelle d’un épigraphiste berlinois dans la seconde moitié du XIXes. (des premières fiches d’inventaires, en passant par la notice circonstanciée, puis des brouillons aux notices jusqu’aux premières épreuves raturées).

 

Elles rendent compte d’un regard sur ce qu’est ou devrait être une inscription tardo-antique ainsi qu’une inscription médiévale pour au moins l’un des éditeurs du CIL. C’est ainsi avec surprise que l’on découvre qu’un lot d’inscriptions mérovingiennes provenant de France (Neuvicq-Monguyon, Charente) et dont l’authenticité est tout à fait hors de cause aujourd’hui a été mis au rebut, ces inscriptions étant classées dans une boîte rassemblant les prétendus faux… Une attention méticuleuse portée à ces inscriptions montre ainsi plusieurs cas qui a priori médiévaux, qui a priori faux, qui a priori douteux évidemment non retenus dans la publication définitive du volume. Il resterait aujourd’hui à examiner ces dossiers plus en détail, à retrouver leur trace peut-être ailleurs, à moins que cette discrimination éditoriale et autoritaire ait suffit à décider de leur sort, autrement dit de leur perte.

Ce premier travail exploratoire mené entre Paris et Berlin a d’abord montré la force des sociabilités savantes dans le champ de l’épigraphie, dans le dernier quart du XIXe siècle : ces sociabilités sont bien vivantes entre France, Allemagne et Italie.

Que l’on lise les lettres reçues par E. Le Blant ou encore celle reçues par O. Hirschfeld, c’est bien tout un réseau européen de correspondants qui se révèle et qu’il resterait donc à formaliser et analyser en termes de dynamiques. Les mêmes acteurs, parmi lesquels se comptent entre autres C. Jullian, A. Allmer, H. Dessau, A. Héron de Villefosse, E. Espérandieu, mais aussi des érudits locaux échappant aux instances académiques et universitaires écrivent à Paris, au spécialiste d’une épigraphie chrétienne, comme ils écrivent à Berlin pour aider à l’énorme entreprise ‘classique’ tenue par Th. Mommsen, comme ils ont également écrit à Rome à G. B. De Rossi (Bibliothèque Vaticane, Rome : Ms. Vat.Lat. 14263 à Ms.Vat.Lat. 14275). Il s’agit toujours d’informer d’une découverte, de demander un avis, d’émettre un doute sur l’invention épigraphique suspecte d’un collègue ; toujours de compiler et de centraliser les informations épigraphiques : c’est bien l’une des principales intentions, explicite, de ces correspondants.

À Paris comme à Berlin, dans le fatras des notes consultées, c’est d’abord un regard à l’œuvre qui se révèle ; la formation d’un regard confronté à des documents d’un entretemps – entre Antiquité et Moyen Âge – avec déjà la difficulté de les qualifier conjuguée à celle de leur prise en charge, même avec la plus scientifique des volontés. Dans l’embarras né de l’économie de ces inscriptions, qui s’accompagne d’un embarras à franchir trop vite le seuil du Moyen Âge (le VIe s. vraiment ?) se dessine en creux les caractéristiques des inscriptions entre Antiquité et Moyen Âge. Et, par ricochet, c’est donc la construction d’un regard sur une période qui ne disposait pas encore de son nom que l’on découvre et sa nécessité ; le matériel épigraphique en serait l’un des symptômes.

En 1901, une fois publiés les recueils d’ E. Le Blant et nombre des volumes du CIL, les travaux de l’école viennoise d’histoire de l’art (Riegl, A. 1901, Die spätrömische Kunstindustrie nach der Funden in Österreich­Ungarn, Vienne  traduit en français en 2014 sous le titre l’Industrie d’art romaine tardive  et Strygowski, J. 1901, Orient oder rom. beiträge zur Geschichte der spätantiken und früchristlichen Kunst, Leipzig) entérinèrent alors l’existence d’une Spätantike, soit l’Antiquité tardive comme période en soi, avec ses particularités et pour A. Riegl, une force d’invention et une pulsion créative autonome en quelque sorte. Depuis lors, la conjugaison du « concept » de Spätantike et des sources épigraphiques a pris divers chemins, plus souvent marqués d’ailleurs par la scission entre épigraphie païenne et chrétienne ; la question même d’une épigraphie tardo-antique étant finalement relativement récente (en 1986, le colloque de l’AIEGL, La terza età dell Epigrafia marque à ce titre un tournant). Mais lorsque la question est posée, la tradition Rieglienne qui lie la production artistique tardo-antique à une intentionnalité, un vouloir artistique – Kunstwollen – inhérent à la période, n’est à ma connaissance pas convoquée. Décryptée, analysée, renégociée (l’affaire est loin d’être simple d’où mon silence humble sur le sujet) par les historiens historiographes, les historiens de l’art, les théoriciens de l’histoire de l’art, elle ne semble pas avoir franchi le seuil de la discipline épigraphique. Après tout, les inscriptions n’ont jamais compté dans l’œuvre d’A. Riegl. Pourtant, la concordance de temps entre les premières discussions historiennes sur ces inscriptions de l’entre-deux et la conceptualisation d’une période qui s’est accompagnée de l’émergence de réflexions relatives à des « questions de style » et/ou  une histoire des formes autonomes (avec pour l’art de l’Antiquité tardive la mise en avant de de l’intervalle et donc l’élévation du vide/fond ou encore le passage de l’ « haptique/tactile » à l’ « optique/visuel » dans les modalités de réception) mériterait peut-être que l’on s’y arrête. Alors même que l’inscription est aujourd’hui examinée pour sa matérialité et sa visualité, revenir prudemment à l’analyse Rieglienne de la production artistique et artisanale tardo-antique pour appréhender les expériences épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge serait peut-être un pas à oser, histoire de voir. Mais c’est là un tout autre sujet. 

Plus directement et plus concrètement, l’exploration de ces archives révèlent des manières de travailler. Ces pratiques témoignent d’une véritable structuration de la recherche épigraphique à cette date : sa solidité et sa vitalité repose sur les liens entre correspondants locaux et personnalités centralisatrices, dont les visites in situ (et les examens de visu !) sont loin d’avoir été systématiques. La construction d’une érudition « disciplinée » et « disciplinaire» passe aussi par la systématisation d’une méthode éditoriale et il est intéressant de voir ici que les auteurs contemporains des recueils d’inscriptions dites chrétiennes ne s’en sont finalement nourris qu’en partie (question de formation ?), alors même que la méthode historique allemande, qu’elle concerne les sources classiques ou médiévales, a bien marqué les pratiques érudites pour les périodes afférentes, suivant des rythmes différents bien sûr, suivant des dynamiques variables, entre collaboration et émulation, suivant des modalités d’institutionnalisation diverses aussi.

Les archives berlinoises ont souffert de l’histoire et ce qu’elles offrent aujourd’hui est à l’image de ce qu’il reste à faire : restructurer, réorganiser, réinterroger la place de l’inscription tardo-antique et alto-médiévale dans notre paysage disciplinaire, a fortiori en France, avec pour première tâche, la plus ingrate, sans conteste la moins « bankable » : la compilation de nos sources.              Assurément, l’entreprise est lancée, sur le modèle d’une sociabilité savante dite 2.0, grâce au soutien de quelques-uns, au premier rang desquels on trouve le CESM et la fondation Vauchez, grâce à l’engagement généreux, parfois gracieux (parce qu’il faut dire ce qui est), de quelques irréductibles fidèles.                                                         

Mais à l’égal de Travis, l’entreprise porte souvent une casquette rouge et chemine avec une vieille paire de chaussures, à l’affût des appels à projets. Sa pérennité dépend pourtant d’une véritable reconnaissance institutionnelle, exactement ce qui, au XIXe s., a permis d’élever l’épigraphie, jusqu’alors lubie d’antiquaires, au rang de discipline de la connaissance historique, scientifique. Sa pérennité dépend plus encore d’un espace intellectuel et institutionnel dédié et stable, un lieu rendu indéfectible en quelque sorte qui laisserait le temps à la construction des savoirs et à leur transmission (de la collection à la réflexion). Alors seulement, nous pourrons entamer une année 1 dans l’épigraphie tardo-antique des Gaules en France. Et il est peut-être temps d’y aller.

W.Wenders, R. Muller, Paris, Texas, scène finale.

Quelques suggestions de lectures :

Boll, K., Machado, C., Chr. Witschel, 2017 : « Defining the Field : The Epigraphic cultures in Late Antiquity », The Epigraphic Cultures of Late Antiquity, Stuttgart, 15-30.  

Inglebert, H. : « De l’Antiquité au Moyen Âge : de quoi l’Antiquité tardive est-elle le nom », Découper le temps-Actualité de la périodisation en histoire, Atala 17, 117-131.

Caillet, J.-P. 2009 : « Alois Riegl et le fait social dans l’art de l’Antiquité tardive », La démocratisation de la culture dans l’Antiquité tardive, Antiquité tardive, 9, Turnhout, 47-51.  

Tantillo, I. 2017 :  «Defining Late Antiquity through Epigraphy ? » in : R. L. Testa ed., Late Antiquity in Contemporary Debate, Cambridge, 57-77.

Et enfin, un exemple bien qu’a priori très loin de l’épigraphie (encore que) sur ce que « peut » Riegl :

Carbonni M., 2012 : « Ornement et Kunstwollen », Inactualités de l’ornement. Images re-vues, 2012 [en ligne : consulté le 18 avril 2020].

Morgane Uberti, membre associée au laboratoire Ausonius, Bordeaux. (c) Uberti, sauf mention contraire.

 

La numérisation photographique au service de l’épigraphie

L’usage des technologies 3D (lasergrammétrie, photogrammétrie, RTI, visites virtuelles, etc.) connaît un fort développement depuis plus d’une dizaine d’années maintenant dans le domaine de l’archéologie. De la pièce de monnaie au bâtiment, du simple relevé à l’étude tracéologique, les éléments concernés et les applications sont nombreux. Si ces outils et techniques sont assez couramment employés en épigraphie antique et particulièrement dans le monde méditerranéen, cela ne semble pas encore être le cas en épigraphie médiévale. Les applications potentielles sont pourtant nombreuses pour des inscriptions gravées ou peintes caractérisées par un relief négatif ou positif aussi infime soit-il.

Nous présentons ici quelques essais de numérisation d’inscriptions lapidaires par photogrammétrie et Reflectance Transformation Imaging (RTI) réalisés dans le cadre d’une présentation de ces outils à des chercheurs du CESCM, mais aussi d’une réflexion autour de leurs apports et limites, ainsi que de la pertinence de leur mise en œuvre dans la chaîne opératoire épigraphique.

Continuer la lecture de La numérisation photographique au service de l’épigraphie

Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest

Le dernier volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale vient de sortir, sous la plume de Cécile Treffort, avec pour titre : Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe-fin Xe siècle). Disponible chez CNRS éditions ici

Dérogeant au principe de l’avancée géographique des volumes propre à la série classique et envisagé dans une perspective thématique, il est consacré aux inscriptions funéraires réalisées ou utilisées en Anjou, Maine, Touraine et Poitou entre le milieu du VIIIe siècle et la fin du Xe siècle. Né d’un travail plus général portant sur la forme et le rôle des épitaphes dans le monde carolingien (Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu VIIIe-XIe siècle), Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2007: en ligne ), il en a représenté le socle documentaire et espère répondre au besoin de la communauté scientifique de disposer de sources fiables et diversifiées pour analyser la société du haut Moyen Âge.

Véritables épitaphes (plates tombes, couvercle de sarcophage ou stèles placées sur les sépultures), plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe, ou encore compositions littéraires à caractère épigraphique restées manuscrites : ce sont quatre-vingt-trois inscriptions qui sont rassemblées dans ce corpus, éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées. Chaque texte est accompagné de nombreux dessins et clichés photographiques (le lecteur trouvera même tous les clichés de détails sur TITULUS dès que le volume sera en ligne). Ainsi en est-il par exemple d’une ardoise angevine commémorant le décès d’Autbertus (+ 784). Le relevé a permis de mettre en lumière les graffitis, tels les ébauches de lettres ornées au-dessus de l’inscription, le B de obiit portant un fragment de Ps 76[75], 2 ou le petit chien gravé dans le D de kalendas.

Le corpus est précédé d’une partie synthétique plus développée que dans les volumes classiques, permettant de mettre en valeur la richesse de la collection et de la replacer dans son contexte historique et d’exposer les bases méthodologiques.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. En effet, le lecteur se trouve plongé au cœur de l’histoire du regnum Francorum, que ce soit à travers les centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, les lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou des agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ébroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin (voir ci-contre le relevé réalisé par Dom Fonteneau, bénédictin du XVIIIe s. conservé à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers) et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

De multiples observations matérielles et techniques viennent en outre compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques.

Les inscriptions romanesques dans la prose arthurienne

Inscriptions et littérature, inscriptions comme littérature, tel était  le thème original du colloque co-organisé octobre 2019 par Sandrine Hériché-Pradeau, maître de conférences en Langue médiévale à la Sorbonne-Université (avec Maud Pérez-Simon). Il s’agissait en réalité d’une réflexion au long cours menée par S. Hériché Pradeau puisqu’elle avait l’objet de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 2014, « Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres », qui vient de sortir début mars 2020 en librairie.

De fait, la prose romanesque arthurienne (XIIIe-XVe siècle) fait volontiers référence, au détour du récit, à des inscriptions qu’il est donné de lire à un lecteur fictif, le plus souvent un chevalier errant en quête de sens. Elles constituent même un motif récurrent et un outil narratif.

A partir d’un corpus impressionnant – Lancelot-Graal, Suite du Roman de Merlin, Prophesies de Merlin, Tristan en prose, Roman de Meliadus et de Guiron le Courtois, Perceforest, le Livre du Cuer d’Amor espris de René d’Anjou -, l’auteur analyse ces inscriptions dans des perspectives littéraires, poétiques, linguistiques et historiques, en ayant aussi recours à la pragmatique avec l’oralité, la narratologie, la théorie de l’image, la magie et l’intertextualité.
Comment l’inscription questionne-t-elle les notions d’autorité, d’espace, d’oralité et de mémoire ? En tant qu’elle est écriture, et donc image, dans quelle mesure peut-elle être perçue comme une imago, mentale ou matérielle ? Dès lors qu’elle manifeste le double caractère sacramentel/saint et magique/diabolique de l’écriture, l’inscription participe aussi fréquemment de pratiques magiques et prophétiques, que les romanciers se plaisent à mettre en scène.

Galaad et la nef inscrite du roi Salomon: Le Roman de Tristan (15e siècle) Bibliothèque de Dijon, ms 527, f. 115

En prose mais également en vers, anonyme ou signée, brève ou prolixe, mouvante, illisible ou monumentale, reposant sur le métal, la pierre, le bois ou la chair, l’inscription romanesque possède de multiples facettes, qui en disent long sur le pouvoir de l’écrit au Moyen Age. Son caractère énigmatique et le déchiffrement qu’elle demande, son caractère prophétique annonçant l’avenir, son caractère d’intervalle enfin sont autant d’aspects mettant à l’épreuve le sens, le temps et l’espace dans le récit.

C’est une véritable poétique de l’inscription que fonde cet ouvrage, où l’érudition se marie avec bonheur avec l’élégance et la fluidité du style. L’épigraphie devient un outil littéraire, tandis que la littérature permet de comprendre comment l’imaginaire médiéval a perçu et joué avec cette source écrite et matérielle. Nul doute que le vaste champ qui s’ouvre ici à la croisée des disciplines sera riche et fructueux.