Archives par mot-clé : photo

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, « Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales »

Clément Dussart, « Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique »

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Manon Durier, « Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine »

Fausta Lastella, « L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie) »

Estelle Ingrand-Varenne, « Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives »

sendas epigráficas – l’épigraphie tardo-antique et medievale s’expose à la casa de velázquez

Du 10 au 29 mai 2019 se tiendra à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne) l’exposition intitulée Sendas epigráficas qui met en perspective les objets épigraphiques de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge avec des œuvres originales créées par six artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid. Pensée comme le colophon du programme de recherche LIMITS, l’exposition donnera lieu à une publication en ligne réunissant le catalogue et des textes originaux rendant compte de cette rencontre entre les disciplines et les pratiques.

Au cours des années 2017-2018 se sont tenues à la Casa de Velázquez à Madrid trois journées d’études consacrées aux limites chronologiques, matérielles et alphabétiques de la culture épigraphique entre Antiquité tardive et époque moderne, dans le cadre du programme bilatéral LIMITS entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, avec le soutien du CESCM. Elles ont donné lieu à de très riches discussions méthodologiques autour de la définition de l’objet épigraphique, de ses fonctions, de ses permanences sur le temps long de l’histoire de l’écriture. Elles ont également permis de mesurer l’immense créativité graphique mise en œuvre par les scripteurs médiévaux qui ont joué de la beauté plastique des signes pour créer des objets dotés d’une profondeur esthétique indéniable.

Le constat d’une beauté intrinsèque de l’inscription, en tout cas d’une capacité du matériau épigraphique à devenir le lieu d’une recherche esthétique, a conduit les coordinateurs du programme LIMITS à envisager la documentation ainsi étudiée comme un matériau à soumettre à la création artistique contemporaine. La Casa de Velázquez accueillant à la fois l’École des hautes études hispaniques et ibériques et l’Académie de France à Madrid s’est imposé comme le lieu idoine pour envisager une telle rencontre entre artistes et scientifiques. Car il s’agit bien d’une rencontre autour du matériau épigraphique, entre des spécialistes de la dimension historique et matérielle des inscriptions et des créateurs qui en ont perçu toutes les possibilités esthétiques et discursives.

Un dialogue permanent, nourri, s’est instauré entre les différents acteurs depuis le mois de septembre 2018 pour mettre en œuvre un parcours scénographique mêlant reproductions d’inscriptions (antiques, médiévales et modernes) et œuvres contemporaines, autour de trois thématiques centrales : le signe, le temps, la matière. L’exposition Sendas epigráficas multiplie donc les supports et les formes, de la gravure au dessin, de la sculpture à la création sonore, de la vidéo à l’estampage. Elle témoigne ainsi de la diversité formelle ontologique des cultures écrites pré-typographiques ; elle est aussi une invitation à penser les permanences ce ces phénomènes graphiques au moment où l’écriture se dématérialise en signaux électriques, en hologrammes, en métaphores architecturales…

Sylvain Konyali – estampe de pierre 15×20 cm encre sur papier coréen (2019)

L’exposition, qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 10 au 29 mai 2019, donnera lieu également à la production d’un objet éditorial original réunissant le catalogue des œuvres exposées à Madrid, des entretiens avec les artistes, des comptes rendus de visiteurs experts, des communications prononcées au cours des trois journées d’études du programme LIMITS. Avec ce projet ambitieux, mené dans un véritable esprit de partage, d’ouverture et de dialogue entre science et art, les commissaires de l’exposition entendent attirer l’attention d’un large public sur l’intérêt historique, culturel et artistique de cette documentation qui habitent encore avec prégnance les espaces urbains, réels ou fictifs, du monde contemporain.

Pour plus d’information, voir l’annonce de l’exposition sur le site de la Casa de Velázquez ou contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr) ou Morgane Uberti (morgane.uberti@hotmail.fr).

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

Corpus des inscriptions et école biblique

La Bible est omniprésente dans les inscriptions du Moyen Âge tout comme dans bien d’autres écrits médiévaux. La dimension visuelle et matérielle, tout autant que verbale, de ces textes gravés dans la pierre, le bois ou le métal, amène à analyser l’ « exégèse épigraphique » au sein de la trame monumentale ou objectale de leurs supports, et plus largement comme partie prenante de l’ « exégèse architecturale » de l’édifice ecclésial. C’est à l’issue des deux colloques intitulés Mise(s) en œuvre(s) des Écritures, co-organisés avec le CESCM en 2016 et 2017, qu’un partenariat s’est monté entre le programme Bible en ses traditions et le Corpus des inscriptions.

BEST (la Bible en ses Traditions) de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, lancé en 2010, élabore un nouveau type de bible annotée, qui met en dialogue l’étude historique des Écritures avec la richesse de leurs interprétations au fil des siècles. Le but est de restituer la polyphonie du texte biblique qui n’a jamais été figé, en l’accompagnant de la caisse de résonance qu’est l’histoire de sa réception (la liturgie, la littérature, la musique, les arts visuels, le théâtre, la danse et le cinéma etc.). BEST est une plateforme collaborative internationale sur internet, regroupant biblistes et spécialistes des disciplines liées aux vingt-neuf rubriques d’annotation.

De son côté, le Corpus des inscriptions possède deux répertoires sur la présence scripturaire dans les inscriptions du Moyen Âge, mais peu exploités. Réalisés et régulièrement mis à jour par Robert Favreau, le premier porte sur les citations et allusions bibliques, le second sur les personnages de la Bible. Uniquement sous format papier, ils sont tous deux consultables à l’inscripthèque du CESCM. Pour les constituer, R. Favreau a dépouillé l’ensemble des éditions des inscriptions à l’échelle européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark Espagne, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Suisse) et de la Terre Sainte. Dans le cas d’inscriptions n’étant pas encore publiées par ces grandes entreprises éditoriales, le renvoi bibliographique est fait à d’autres collections (par exemple les volumes de Catalunya romànica) ou à des études spécifiques.

Baptistère Saint-Jean, Poitiers, XIIe s. : Vir[i G]a[lile]i [q]ui {s}ta[tis aspicient]es in celum. Hic Jh(esu)s qui asumtus est a vobis (Actes I, 11).

Un double objectif anime ce partenariat : d’une part de rendre accessible via le numérique ce premier inventaire, d’autre part amener à l’étude fine de cette présence scripturaire en trois dimensions dans l’épigraphie, tout en bénéficiant de l’éclairage de plus de 300 autres collaborateurs du programme BEST. La Bible digitale sera reliée aux plateformes numériques du CESCM : TITULUS, édition électronique des inscriptions médiévales, et la base ROMANE. La première phase est lancée grâce à la participation active d’étudiants et volontaire : Marie Barreau (Master CESCM, 2017-2018), Louis-Nobi Georgel (volontaire du service civique au CECSM 2018-2019), et bientôt une stagiaire ERASMUS (Université de Chieti, Italie).

Cette collaboration va s’étendre aux inscriptions de l’Antiquité chrétienne, non seulement grâce à la relance du Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule au CESCM grâce au soutien de la Fondation Vauchez-Balzan, mais également par à un partenariat qui se met en place avec le professeur Antonio Felle (Università degli Studi di Bari « Aldo Moro »), auteur de Biblia Epigraphica : la sacra scrittura nella documentazione epigrafica dell’Orbis Christianvs (III-VIII secolo), Bari : Edipuglia, 2006.

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Nouveautés de l’inscripthèque

L’inscripthèque est constituée de ressources documentaires en épigraphie médiévale (articles, ouvrages, images, archives). Ce secteur spécialisé rassemble notamment la documentation qui depuis 40 ans sert à l’élaboration du Corpus des inscriptions de la France médiévale ; il est enrichi très régulièrement.

Articles

Cannata Nadia, « Scrivere per tutti. Il volgare esposto in Italia (secc. IX-XV) », Critica del testot, XXI/1, 2018, p. 43-76.

Curzi Gaetano, Tedeschi Carlo, « Il Medioevo di una tomba etrusca. Graffiti templari a Tarquinia », Eredità etrusca. Intorno al singolare caso della tomba monumentale di Grotte Scalina (Viterbo), a cura di Maria Pia Donato, Vincent Jolivet, Rome, p. 85-102.

D’Achille Anna Maria, « Iubet hoc fieri pavimentum. Iscrizioni e ritratti di committenti laici nei pavimenti dell’xi-xiii secolo », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 670-677.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Une inscription inédite d’Arab-Djami », Échos d’Orient, 28, n°156, 1929, p. 407-413.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Les inscriptions latines funéraires de Constantinople en Moyen Âge », Échos d’Orient, 31, 1932, p. 188-206.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Inscriptions latines funéraires de Constantinople au Moyen Âge. 2e série », Échos d’Orient, 32, 1933, p. 340-347.

Dallegio d’Alessio E., Le pietre sepolcrali di Arab Giamí (Antica Chiesa di S. Paolo a Galata, Genova, 1942.

Debiais Vincent, « La poésie dans son enveloppe », Epistola1. Écriture et genre épistolaires, Thomas Deswarte, Klaus Herbert et Hélène Sirantoine éd., Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, p. 235-245.

Debiais Vincent, « Intención documental, decisiones epigráficas. Las inscripción medieval entre el autor y su audiencia », Escritura y Sociedad: El Clero, éd. A. nMarchat, L. Barco, Grenade: Comares, 2017, p. 65-78.

Düll Siegrid, Luttrell Anthony, Keen Maurice, « Faithful unto Death: the tomb slab of Sir William Neville and Sir John Clanvowe, Constantinople 1391 », The Antiquaries Journal, vol. 71, 1991, p. 174-190.

Gottwald J., « Une inscription latine à Galata de 1418 », Échos d’Orient, 14, 1911, p. 270-272.

Handley Mark, « Epitaphs, Models and Texts : A Carolingian Collection of Late Antique Inscriptions from Burgundy », The Afterlife of Inscriptions : Reusing, Rediscovering, Reinventing and Revitalizing Ancient Inscriptions, Bulletin of the Institute of Classical Studies. Supplement, n°75, 2000, p. 47-56.

Hartmann-Virnich Andreas, « L’inscription de la foundation de l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard : réflexions sur un problème archéologique », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 140-148.

Heck Christian, « Liturgie et récits des origines dans l’art roman : les plaques émaillées d’Henri de Blois », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2014, I (janvier-mars), p.257-285.

Ivison E., « Latin Tombs Monuments in the Levant 1204-ca 1450 », The Archaeology of Medieval Greece, ed. P. Lock and G.D.R. Sanders, Oxford, 1996, p. 91-106.

Leatherbury Sean V., « Writing, Reading and Seing Between the Lines. Framing Late-Antique Inscriptions as Texts and Images », The Frame in Classical Art. A Cultural History, edited by Verity Platt and Michael Squire, Cambridge : Cambridge University Press, 2016, p. 516-552.

Merdrignac Bernard, « Épigraphie, hagiographie et généalogies durant le haut Moyen Âge. Des pouvoirs en quête de legitimation de part et d’autre de la Manche », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 871-885.

« Les graffitis de l’église de Moings (Haute-Saintonge) », s.d.

Puerta Vílchez José Miguel, « Caligramas arquitectónicos e imágines poéticas de la Alhambra », Epigrafía árabe y Arqueología medieval, Antonio Malpica Cuello, Bilal Sarr Marroco eds., Granada, 2015, p. 99-132.

Rico Camps Daniel, « La inscripción histórica del Arca Santa de Oviedo. Nueva transcripción y edición », Territorio, Sociedad y Poder, nº12, 2017, p. 39-53.

Rhoby Andreas, Schreiner Peter, « Antiquitates Constantinopolitanae im Osmanischen Reich: Johannes Malaxos und seine Aufzeichnungen im Vat. Reg. gr. 166 », Miscellanea Bibliothecae Apostolicae Vaticanae XXIV, 2018, p. 605-657.

Ševčenko Ihor, « A Byzantine Inscription from the Period of Latin Domination in Constantinople », Near Eastern Numismatics, Iconography, Epigraphy and History: Stu­dies in Honor of George C. Miles, ed. Dickran K. Kouyumjian, Beirut : American University of Beirut, 1974, p. 383-386, 2 plates.

Shagrir Iris, « Latin Inscription in the Wall Painting from the Abbey of the Virgin Mary in the Valley of Jehoshapat », Christ is Here: Archaeological Studies in Honour of Michele Piccirillo OFM, ed. L. Daniel Chrupcala, Jerusalem, Studium Biblicum Franciscanum, 2012, p. 245-246.

Steer Christian, « The Death of Achilles: The Funerary Brass of Sir Humphrey Bourchier », Transactions of the Monumental Brass Society, Volume XIX/5, 2018, p. 425-444.

Tedeschi Carlo et al., « San Valentino (Soriano nel Cimino – Viterbo). Primi risultati delle indagini archeologiche (campagne 2015-2017) », Fasti Online Documents & Research, 422, 2018.

Ouvrages

Brown Peter Scott, The Riddle of Jael. The History of a Poxied Heroine in Medieval and Renaissance Art and Culture, Brill, 2018.

Bauer Alessia, Kleivane Elise, Spurkland Terje (ed), Epigraphy in an intermedial context, Four Courts Press, 2018.

Nowakowski Paweł, Inscribing the Saints in Late Antique Anatolia, The Journal of Juristic Papyrology, Supplement, vol. 34, Warsaw, 2018.

Tell me who you are: Labelling status in the Graeco-Roman world, U schyłku starożytności. Studia źródłoznawcze. XVI, 2017.

Mémoires

Fontaine-Gastan Marie, L’économie de la figuration funéraire de l’église des Franciscains de Rothenbourg-sur-Tauber (1285-1562), Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (2017-2018), Mémoire de Master 2 sous la direction de M. Joseph Morsel, (2 vol.).

Gaudin Alexandre, Réaliser une édition multi-supports du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Améliorer l’accès au domaine de l’épigraphie médiévale,Mémoire pour le diplôme de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes, 2018.

Poignand Cyrille, La monnaie à travers l’épigraphie aux XIVe et XVe siècles, Université de Poitiers, mémoire de Master II sous la direction de Cécile Treffort, 2018 (2 vol.).

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique « épigraphie en mouvement », volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle « mouvance », pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique « l’épigraphie en mouvement ».

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Les avancées de TITULUS grâce au stage d’Alexandre Gaudin

Alexandre Gaudin est élève du Master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes. Il a choisi de faire son stage de fin d’études au CESCM en participant au projet TITULUS (avril-juillet 2018).

Sa mission a été de créer une édition multi-support du Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, numérique et imprimée. La question était alors d’étudier et de modifier ces deux accès vers l’épigraphie médiévale, en automatisant la création des volumes imprimés et en accroissant l’expérience utilisateur de l’édition numérique.

Le volume Hors-Série sur les épitaphes carolingiennes du Centre Ouest de Cécile Treffort – à paraître en fin d’année 2018 chez CNRS éditions – a fourni le terrain d’expérimentation de ce stage.  Alexandre Gaudin a ainsi travaillé sur l’automatisation de la mise en page des inscriptions, mais aussi de création des index et d’une bibliographie à partir des informations encodées, et enfin d’une carte localisant les inscriptions présentes dans un même volume. L’amélioration de l’expérience utilisateur sur le site internet du projet, que ce soit par le renforcement des accès aux notices, ou par le perfectionnement de l’affichage des notices, a aussi été au cœur de sa mission.

Grâce au stage d’Alexandre Gaudin, le projet TITULUS connaît ainsi une avancée notoire, déjà visible sur le site dans l’onglet « notice« .

Il soutiendra dans quelques semaines à l’École nationale des chartes son mémoire intitulé :

RÉALISER UNE ÉDITION MULTI-SUPPORT
DU CORPUS DES INSCRIPTIONS DE LA FRANCE
MÉDIÉVALE
Améliorer l’accès au domaine de l’épigraphie médiévale

 

Une interview complète d’Alexandre Gaudin, réalisée par Manon Durier, se trouve sur le carnet du CESCM.

 

 

Le nom dans la culture graphique au Moyen Âge – le livre

Le projet de collaboration entre le CESCM et l’Université d’Utrecht MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture graphique médiévale a été renouvelé pour l’année 2018. Celle-ci sera consacrée à l’écriture collective d’un essai sur cette question.

À la rentrée 2018, les membres du projet MEDNAME financé par Campus France (appel à projet PHC Van Gogh 2017) entament l’écriture d’un essai sur la question du nom dans la culture graphique médiévale, question qui a fait l’objet de plusieurs ateliers de travail à Poitiers et à Utrecht au cours de l’année 2017 et du premier semestre 2018. Ce livre est pensé à la fois comme la conclusion des travaux des équipes française et néerlandaise et comme le point de départ pour de nouvelles recherches sur cette même question.

Aulnay, église Saint-Pierre. Chapiteau du meurtre d’Abel

Le livre sera divisé en quatre parties. Le premier chapitre est consacré à la définition du statut grammatical et théologique du nom dans le contexte de la culture chrétienne médiévale. Le deuxième chapitre dresse l’inventaire des noms en jeu dans la documentation épigraphique et cherche à savoir quels sont les individus ou les groupes nommés dans les inscriptions. Le troisième chapitre analyse les conditions techniques, intellectuelles et matérielles de l’écriture du nom. Le quatrième et dernier chapitre envisage quant à lui les fonctions des inscriptions nominales dans le lieu et le temps de leur exposition, de l’écriture du nom à sa disparition ou à son effacement.

Le rendu du livre à l’éditeur est prévu pour l’été 2019. Des nouvelles de l’écriture seront publiées sur ce site.

3e journée de formation à TITULUS – 8 février

La formation et la réflexion autour des pratiques éditoriales en épigraphie médiévale se poursuit avec une 3e journée. Alors que TITULUS n’a pas encore pris son rythme de croisière, se pose déjà la question d’une part de l’élargissement à de nouveaux corpus, hors du CIFM, et d’autre part de l’utilisation d’une partie de ce schéma pour d’autres projets.

L’objectif de cette 3e journée de formation, qui aura lieu au CESCM le jeudi 8 février 2018 (salle Berger, 10h-17h) est de :

  • réfléchir ensemble aux modifications à apporter au schéma élaboré ;
  • penser l’accueil au sein de TITULUS de différents corpus (tout corpus épigraphique, du IIIe au XVIe s., d’Occident et d’Orient, peut être soumis à la réflexion) ;
  • apprendre à encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues, grâce aux propositions d’EpiDoc.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi les 2 premières séances pour venir ; si vous êtes intéressé ou avez des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec Clara Renedo et moi-même.

Programme :

10h-12h30 : brain-storming sur l’élargissement de TITULUS (intégration des corpus de thèse et de master)

12h30-14h : déjeuner sur place

14h-17h : encoder les lacunes, lettres illisibles, ambiguës ou perdues

  • Caractère abimé mais lisible
  • Caractère ambigu
  • Caractère perdu mais restituable
  • Caractère perdu non restituable
  • Ancienne et nouvelle lecture d’un passage perdu
  • Apprécier la longueur d’un passage perdu
  • Texte inachevé à l’époque médiévale
  • Conséquences sur le mot, le lemme, la traduction etc.

Contacts :

Clara Renedo Mirambell : clararenedo@gmail.com

Estelle Ingrand-Varenne : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER, 9 février : l’économie graphique

La deuxième séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se tiendra le vendredi 9 février au CESCM (salle Crozet). 

Après une première rencontre portant sur « Déterminisme, évolution, créativité : formes et ductus des lettres dans les inscriptions », cette deuxième séance propose un changement de focale en se consacrant à l’économie graphique entendue comme organisation, relations ou articulations entre les différents éléments de l’écriture. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace…

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h-10h20 : Introduction sur l’économie graphique des inscriptions

10h20-12h30 : Présentation de dossiers

  • Annick Gagné (L’écriture sur ou hors de la bordure de l’inscription de consécration, France Xe-XIIe s.)
  • Marie Fontaine-Gastan (Voir son corpus sous l’angle de l’économie graphique)
  • Arnaud Loaëc (Epigraphie byzantine)

Déjeuner

14h-14h45 : Focus sur l’article d’in-scription de Françoise Gay,  « Il a parlé par les prophètes »

14h45-17h30 : Suite de la présentation des dossiers

  • Lucie Malbos (Epigraphie runique)
  • Philippe Jacquet (Epigraphie sigillaire)
  • Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne (L’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, avec reproduction expérimentale d’une pierre)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Inscripthèque – Nouveautés 2nd semestre 2017

Liste des nouvelles acquisitions de l’inscripthèque, fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département, répertoire des formules etc.

L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM ; tous les clichés photographiques peuvent également être consultés et utilisés sur simple demande.

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos articles en épigraphie ou à nous indiquer les références d’autres auteurs.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Articles :

  • Bock Nicolas, « La cour en miroir. La noblesse angevine et ses monuments funéraires », Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 55, 2017, p. 249-277.
  • Bornschlegel Franz-Albrecht, « Blutgetränkte Buchstaben ? Inschriften auf Schwertern, Degen und Dolchen », Die Kunst des Fechtens, Elisabeth Vavra, Matthias Johannes Bauer dir., Heidelberg, 2017, p. 285-318.
  • Brown Peter Scott, « The Chrismon and the Liturgy of Dedication in Romanesque Sculpture », Gesta 56, 2, 2017, p. 199-223.
  • Chabrot Daniel, « Chrisme de dédicace déposé dans l’église abbatiale Saint-Pierre de Clairac », Revue des travaux de l’Académie d’Agen, 3e série, t. X, 2016, p. 71-76.
  • Chancel-Bardelot Béatrice (de), « Compte rendu : Corpus des inscriptions de la France médiévale. VIIIe-XIIIe siècle. Volume 26 », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 212, mars 2017, p. 73-73.
  • Claverie Pierre-Vincent, « Les difficultés de l’épigraphie franque de Terre sainte aux xiie et xiiie siècles », Crusades, XII, 2013, p. 67-89.
  • Debiais Vincent, « Writing on Medieval Doors : The Surveyor Angel on the Moissac Capital (ca. 1100) », Writing Matters. Presenting and Perceiving Monumental Inscriptions in Antiquity and Middle Ages, ed. by Irene Berti, Katharina Bolle, Fanny Opdenhoff and Fabian Stroth, De Gruyter, p. 286-307.
  • Favreau Robert, « De l’éloge religieux à l’exhortation morale et à l’affirmation de l’état social dans les épitaphes », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 2017, p. 225-246.
  • Favreau Robert, « Les peintures murales du rond-point à Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : un programme iconographique et épigraphique très élaboré », Cahiers de civilisation médiévale, 60, 2017, p. 139-154.
  • Felle Antonio Enrico, « Esporre la Scrittura. L’uso di testi biblici in epigrafi d’ambito pubblico fra Tarda Antichità e prima età bizantina (secoli IV-VIII) », Antiquité Tardive. Revue Internationale d’Histoire et d’Archéologie (ive-viie siècle), 23, 2015, p. 353-370.
  • Felle Antonio Enrico, « Casi di epigrafi ‘non esposte’: alcune considerazioni », Studi Medievali, Serie terza, Anno LVIII – Fasc. II, 2017, p. 579-606.
  • Ferguson Ronnie, « Dating the Vernacular Inscription on the Wall of St Mark’s Treasury in Venice. A Case Study in Medieval Epigraphic Philology », Italian Studies, 2017 (en ligne).
  • Gay Françoise, « Il a parlé par les prophètes. Les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art de l’Occident médiéval », In-Scription, Première livraison, 2017 (en ligne).
  • Hoyo Calleja Javier (del), « Panorama de la epigrafía medieval hispana. Dificultades y propuestas », Latinidad medieval hispánica, ed. Juan Francisco Mesa Sanz, Firenze, Sismel, 2017, p. 399-414.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Des inscriptions sans matière ? Foulcoie de Bauvais et Baudri de Bourgueil, le paradoxe de la poésie à caractère épigraphique », Matières à débat. La notion de matiere littéraire dans la littérature médiévale, Christine Ferlampin-Acher et Catalina Girbea (dir.), Rennes, PUR, 2017, p. 179-192.
  • Marcoux Robert, « Le souvenir et le devenir du défunt. Réflexions sur quelques tombeaux de l’abbatiale Saint-Père-en-Vallée à Chartres », Art sacré : cahiers de Rencontre avec le patrimoine religieux, n°32, 2017, p. 7-17.
  • Milanesi Giorgio, « La cathédrale d’Angoulême et le schisme de 1130-1138. Le déchiffrement des caractères cryptographiques », Bulletin Monumental, t. 175-2, 2017, p. 155-156.
  • Rhoby Andreas, « Text as Art ? Byzantine Inscriptions and Their Display », Writing Matters. Presenting and Perceiving Monumental Inscriptions in Antiquity and Middle Ages, ed. by Irene Berti, Katharina Bolle, Fanny Opdenhoff and Fabian Stroth, De Gruyter, p. 265-283.
  • Rochebouet Anne, « Épitaphes et espace funéraire dans les récits de la chute de Troie. Entre « effet de vérité » et construction d’un univers de fiction », L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, Étienne Anheim, Pierre Chastang, Francine Mora-Lebrun, Anne-Rochebouet, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 115-129.
  • Sitz Anna, « « Great Fear » : Epigraphy and Orality in Byzantine Apse in Cappadocia », Gesta, vol. 56, n°1, 2017, p. 5-26.

Thèse :

Loaëc Arnaud, L’empereur dans les inscriptions byzantines (641-1204), thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction de Jean-Claude Cheynet, à l’Université Paris IV – Sorbonne, 2016 (version électronique).

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

EPIMED : le projet

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017. Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.