EPIMED : le projet

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017. Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.

L’inscription signe et image : définitions et perspectives

Retour sur la dernière journée du programme LIMITS (Casa de Velázquez-Université Complutense Madrid) consacrée aux limites alphabétiques des inscriptions entre Antiquité tardive et Renaissance ; et dernier compte rendu pour cette belle aventure intellectuelle et amicale.

Le vendredi 19 octobre dernier s’est tenu à Madrid la troisième journée d’étude du programme LIMITS, refermant ainsi le cycle d’ateliers de travail autour des limites des pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance. Comme l’a rappelé Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, dans ses mots de bienvenue, le programme LIMITS est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, et a permis d’installer les recherches épigraphiques dans un cadre institutionnel favorable à l’échange d’idées et à l’avancée des connaissances dans un domaine qui reste, en France comme en Espagne, encore largement à explorer.

Prenant la suite de Michel Bertrand, Morgane Uberti (Casa de Velázquez) poursuit la présentation de la journée en revenant sur le positionnement et les enjeux du programme LIMITS. Celui-ci faisait le pari d’une approche venant soustraire l’inscription à sa relativité (celle de ces formes, de ses usages, de ses agents, de ses acteurs) pour l’object-iver. LIMITS s’est ainsi construit comme un parcours épistémologique et réflexif autour de trois éléments définitoires – la périodisation, le matériau, l’écriture – convoqués par une discipline : l’épigraphie médiévale. Partant de là, il s’agissait d’envisager les limites de ces qualités (qui permettraient a priori de définir un champ disciplinaire) pour questionner la définition même de l’épigraphie et de son objet.

En manière d’écho, Isabel Velázquez (Université Complutense de Madrid) signalera d’ailleurs dans ses propos introductifs combien il est difficile de parvenir à des définitions satisfaisantes pour les grands concepts qui animent l’épigraphie. Qu’est-ce que l’épigraphie, en tant que pratique et en tant que discipline ? Qu’est-ce qui fait épigraphie ? Qu’est-ce qu’une inscription ? Comment décrire et caractériser l’écriture en jeu dans les inscriptions ? Comment établir la liste des supports épigraphiques ? Comme l’ont montré ses études fondatrices sur les ardoises inscrites du haut Moyen Âge, il est parfois hasardeux de séparer documents épigraphiques, diplomatiques, comptables, épistolaires (à quel champ disciplinaire, par exemple, appartiennent les ostraka ?).

Après être revenue brièvement sur les idées fortes ayant surgit lors des journées précédentes – la nécessité de repenser les transformations de la pratique épigraphique dans leur multiplicité et leur arythmie, la notion de « rencontre » entre écriture et matériau pour aborder une « matière » épi-graphique – Morgane Uberti annonce le cadre d’une journée consacrée aux limites alphabétiques et à la visualité de l’écriture épigraphique. Pêle-mêle : les lieux (la lettre, le con-texte, le para-texte) et les conditions d’une visualité de l’inscription ; la possibilité d’une iconicité de l’écriture épigraphique ; la tension entre iconicité et processus d’iconisation. Les communications de la journée montrent que la thématique se place d’emblée aux frontières de la discipline épigraphique. Si elle engage le statut de l’inscription, de sa perception, de sa valeur en tant qu’outil de communication, c’est avant tout pour les liens qu’elle implique entre culture écrite et culture visuelle qu’elle entre dans le champ du programme LIMITS, à deux échelles : celle d’une discipline toujours plus difficile à définir, et celle d’un objet. Le sujet mérite donc de dépasser une approche strictement technique ou disciplinaire de la documentation pour s’engager au contraire dans une anthropologie des pratiques écrites pré-typographiques.

Lugo, cathédrale, portail nord

C’est précisément la voie empruntée par la très belle conférence inaugurale de Brigitte Bedos-Rezak (New York University) qui s’est attachée, dans les livres et dans les documents, à signaler les connexions entre pratique de l’écrit et pratique de l’image (dans toute l’épaisseur médiévale du terme imago), en partant du principe que le Moyen Âge ignore le « degré zéro du graphisme alphabétique ». Le chemin qu’elle propose explore les degrés d’iconicité de l’écriture alphabétique médiévale, dans toutes ses formes, ses dimensions (créations, relations, contextes), ses manières, en posant en filigrane le rôle de cette iconicité dans une éventuelle agentivité de la lettre et de l’écriture.

S’emparant de la lettre imagée, Brigitte Bedos-Rezak revient sur les phénomènes d’ornement, les initiales, les enluminures, les lettres-rébus. Tous ces phénomènes signalent la nature iconique de la lettre, sa capacité à être image. Plus encore, la lettre imagée incarne au plus près la relation texte-image parce qu’elle les lie dans une même forme. C’est dans les transformations successives du signe, via le recours nécessaire et systématique au « non-graphique », que s’établissent les liens complexes entre visuel et lisible, écriture et image.

Suivant cette perspective, peut-on dire que l’alphabet se suffit à lui-même ou doit-il s’incorporer dans une pratique de l’image pour transmettre ? Comme élément de réponse, Brigitte Bedos-Rezak signale que « l’itinéraire des lettres », le parcours visuel qu’elles suggèrent, dans ses références multiples, sont le recours privilégié de l’iconicité de l’écriture, soit le lien entre ce que l’on voit et ce qu’il faut lire. Dans le paradoxe d’une lettre embellie qui signale autant qu’elle égare se pose la question du visuel comme condition de la réalisation de l’écriture médiévale.

Au-delà du visuel, la lettre engage aussi le sensuel, le tactile ; elle invite à maintenir, posséder, incarner, ressentir la dimension alphabétique du texte. Brigitte Bedos-Rezak insiste sur l’écriture en tant que « marque » et « figure », qui remplit un « espace ». Dans bien des cas, le geste qui consiste à porter la lettre sur/dans le support est celui de l’empreinte et du marquage ; le caractère gagne alors en consistance, en dynamisme et désigne plus que ce qu’il donne à voir. En raison des conditions de sa mise en œuvre qui relèvent surtout du dessin, l’écriture se confondrait donc avec la calligraphie et acquiert une dimension sensible, sans doute irréductible.

Suivant la voie du sensible, Brigitte Bedos-Rezak distingue les deux actions d’écrire « dans » et d’écrire « sur », soit la différence entre la « trace » et la « marque », invitant à considérer les réactions du corps, et en particulier de la main, dans l’action d’écrire. À partir d’exemples manuscrits, notamment le folio 18r du sacramentaire de Gellone (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 12048), elle signale le désir de « capturer le geste et le corps dans l’écriture » ainsi déposée sur la peau. La matérialité assimile ainsi une présence et la page lieu de cette im-pression de la main (et partant de la marque) devient un « reliquaire graphique ».

Paris, BNF, ms. lat. 12048, fol 18 ; source : Gallica.bnf.fr

Il s’agit dans tous les cas de brouiller les frontières entre ce qui relève de l’écriture et ce qui relève du dessin – il faut créer une image, quelle que soit la technique, quel que soit le matériau. En s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin, Brigitte Bedos-Rezak signale que la lettre imagée crée un espace de sens qui est le sien : « la lettre est auteur de sens ». L’alphabet est ainsi en relation à la langue et à l’image, et la lettre imagée est une élaboration théorique de l’écriture. Il n’y a donc plus d’opposition entre visuel et graphique, entre écrit et oral. Enfin, le visuel conduit au tactile, l’écriture attire l’œil et la main ; la lettre indice d’un geste, d’un corps, est dramatique et agissante.

La communication de Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM) consacrée aux incipit dans les livres d’évangiles carolingiens s’inscrit pleinement dans les réflexions ouvertes par la conférence de Brigitte Bedos Rezak : de l’impossible distinction écriture-image à la lettre dotée d’une vie. Dans ces manuscrits, les mises en œuvre, en jeux, en couleur, en fond, en résonance des lettres rendent compte des possibilités de l’écriture comme image, architecture et signe dans l’élaboration, l’illustration et la réalisation d’un discours théologique, ecclésiologique et christologique. La pratique de la lettre est donc ici aussi l’indice d’une réflexion portant sur la parole divine quand cette même parole, à l’origine de toute vie, est aussi à l’origine de la lettre. L’élaboration visuelle de ces initiales contenant des images et de l’ornement peut se comprendre comme écrin et métaphore de la Révélation, le livre agissant comme le contenu et le contenant de la voix et de la parole divine. Les composantes graphiques agissent en effet pleinement dans la transformation du livre en reliquaire des mots de Dieu, par l’évocation des métaux précieux, des pierreries, des éléments orfévrés.

En se livrant à une analyse très pointue de la page de l’incipit de de Jean dans les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 8850), Cécile Voyer montre que la question de la relation entre la lettre et le fond de l’image est essentielle pour comprendre l’amplitude du discours théologique à l’œuvre dans cette peinture. L’interprétation de la « lettre-colonne » montre que l’écriture possède, dans son iconicité, une fonction narrative, au-delà de l’ornement. La lettre s’anime et anime à son tour l’image et, à la suite de Brigitte Bedos-Rezak, Cécile Voyer revient  sur la vitalité de la lettre : une lettre qui « insuffle la vie » en tant qu’elle est matière abritant le divin. Enfin, elle insiste sur le fait que le manuscrit entendu comme « lieu » et comme métaphore architecturale est essentiel à la projection de l’écriture et de l’image. La lettre est donc tout à la fois lettre et image complètement, indice d’une élaboration intellectuelle quant à la capacité de dire en signes l’infinité de Dieu.

Paris, BNF, ms. lat. 8850, fol. 181 ; source : mandragore.bnf.fr

L’analyse de la lettre, ses formes, sa polysémie se poursuit hors du feuillet, hors de l’Occident latin.  Ida Toth (Oxford University) nous fait entrer dans le domaine des monogrammes byzantins. Après une présentation bienvenue de l’état de l’art de l’épigraphie byzantine et des recherches en cours, elle signale le fait que les monogrammes restent, en Orient comme en Occident, un objet encore à traiter. Elle définit d’abord le monogramme comme une figure ou un caractère qui remplace un nom, un mot ou une phrase dans un type d’écriture donnée ; une définition ouverte donc pour un signe qui s’établit dans la rencontre et l’union des lettres entre elles, mais aussi des lettres et de signes non alphabétiques (la croix, par exemple), le tout formant image. Sur les sceaux, sur les monnaies, sur les poids, dans le domaine monumental, les monogrammes ont d’abord une fonction normative : ils donnent le nom d’une autorité en acte qui se manifeste dans un signe complexe, souvent difficile à développer alphabétiquement, mais « reconnaissable » en tant qu’image. Aussi les contenus visuels et verbaux se superposent-ils toujours et cette tractation du lisible et du visible met une fois de plus en échec toutes nos tentatives de catégorisation. Les monogrammes ont également une fonction commémorative et prennent place dans le monde funéraire où l’on peut suivre une lente transition vers les armes et l’héraldique comme moyen de communiquer et d’afficher une identité. Dans le domaine artistique, le monogramme permet de signaler le patronage ou la commande, avec l’emploi fréquent ici de spolia, pour inscrire par le signe monogrammatique un lieu ou un objet dans une tradition qu’il faut, encore une fois, connaître et reconnaître dans la conjonction des lettres. Ida Toth signale pour terminer que cette question de la restitution du monogramme doit en grande partie être repensée au prisme justement de son impossibilité. Au-delà d’une classification des fonctions, des formes, des usages, ces signes seraient l’indice d’une promotion de l’anonymat comme force d’existence au monde. Une écriture qui ne communiquerait plus vraiment parce qu’elle se déroberait au verbal, mais qui permet dans le geste de sa matérialisation d’être en un temps et un lieu.

En présentant l’arrière-plan théorique de sa thèse en cours sur l’écriture des inscriptions médiévales de Toulouse, Eva Caramello (Université de Poitiers, CESCM) interroge précisément la nature sémiologique des signes que nous appelons « lettre » afin d’en comprendre les variations infinies qui s’expriment dans toute la documentation. Si elle peut être « manipulée » dans les monogrammes, c’est parce que la lettre dispose d’une « architecture » fixe et qu’elle en devient malléable à force d’iconisation. Eva Caramello présente  les différentes composantes de l’écriture dans ses liens avec la lettre en attestant l’existence simultanée de la « graphie » et de l’écriture, le « corps et l’âme » des signes, de l’unité sémantique du signe graphique tel qu’il est mis en œuvre sur la pierre, mais en reconnaissant leur caractère indissociable dans une pratique épigraphique qui met « la matérialité au premier plan » du texte. En se concentrant sur les usages de l’écriture majuscule et le caractère innombrable de ses « glyphes » comme indices de la variabilité de l’écriture en dehors de la reproduction mécanique des formes, elle s’interroge finalement, comme l’avait fait Cécile Voyer, sur la possibilité de distinguer signe alphabétique et image de la lettre. Eva Caramello termine son intervention en évoquant les implications de cette variabilité de l’écriture épigraphique sur le scénario de la communication à travers l’écriture exposée. Il s’agirait d’abord de voir les glyphes, puis de lire le texte. On en vient une fois de plus à nuancer le caractère exclusivement alphabétique de l’écriture pour mettre en exergue l’influence du contexte, du type graphique, de l’image du texte dans la pratique de l’écriture épigraphique.

  

Eugenio Luján Martínez (Université Complutense de Madrid) propose quant à lui d’interroger la composante « iconique » de la lettre à travers un panorama des écriture celtibères à l’intersection des logogrammes et des pictogrammes. Il commence par revenir sur les grandes typologies des systèmes d’écriture pour rappeler à tous que l’écriture ne commence pas en Europe occidentale avec l’alphabet latin, mais qu’elle s’exprime au contraire à travers une grande diversité de pratiques graphiques. Ces écritures, encore à déchiffrer ou à comprendre, documentées par un nombre réduit de témoignages graphiques, mélangent  ce qu’il faut considérer comme des signes liés à une réalité et des signes liés à la transcription d’un phénomène échappant à la réalité. Où commence l’écriture et où s’arrête l’image dans de tels cas ? L’iconicité est variable et influe sur la définition même de ce qu’il faut reconnaître comme écriture.

La communication de Coline Ruiz Darasse (CNRS, Ausonius) envisage la question de ces écritures non déchiffrées (inscriptions paléo-hispaniques, inscriptions levantines) sous un autre angle. En s’appuyant sur une approche linguistique, celle de Saussure, celle de Barthes et de la « théorie du texte », elle se demande où commence l’écriture et surtout si elle fondée, pour être définie comme telle, sur une reconnaissance. Est-ce que la reconnaissance de l’écriture fait l’inscription ? Elle pointe ainsi une tension permanente, pour ces systèmes graphiques anciens et peu documentés, entre texte, image, texte et image, et texte comme image. Parmi d’autres difficultés, cette « instabilité » graphique s’exprime dans les questions de la linéarité du déploiement graphique. Où commence un texte que l’on ne sait pas lire ? Dans quel sens se présente-t-il dans sa relation au matériau ? Pour résoudre certaines de ces difficultés, le chercheur a tendance à placer ce type d’écriture du côté des « pseudo-inscriptions ». Coline Ruiz Darasse s’arrête très justement sur les implications d’une telle dénomination qui déplace l’échec de l’éditeur de texte vers l’intention du scripteur de produire un texte qui « trompe », qui « réplique », qui « imite ». La prise en compte de toutes ces possibilités permet cependant de réaffirmer la « présence » visuelle de l’écriture et son lien ontologique avec le matériau. L’écriture, même quand on ne peut la lire, existe et se présente dans sa densité matérielle à nos yeux, et il faut établir les moyens de cette exposition.

Carme Barceló (Universitat de València) aborde quant à elle cette question de l’altérité graphique non plus pour repérer les inscriptions qui n’en sont peut-être pas, mais pour analyser les phénomènes de pluralité graphique et linguistique dans les inscriptions chrétiennes d’Al-Andalus. Elle commence son exposé par un inventaire des formes et des fonctions de ces inscriptions, en insistant sur les points communs et les divergences des textes rédigés en arabe et les textes latins. Elle montre cependant la porosité, la perméabilité et l’interchangeabilité des pratiques épigraphiques dès lors qu’il s’agit d’exposer des faits aussi importants que l’identité et l’appartenance à une communauté (sociale, familiale ou religieuse). La présentation de Carme Barceló met à son tour en avant la plasticité de l’écriture épigraphique qui, en creux ou en relief, produit des formes difficiles à lire, parfois difficiles à dater, toujours difficiles à rapprocher d’un contexte culturel précisément défini. Les similitudes formelles deviennent ainsi le moyen de rapprocher des individus ou des faits de mémoire d’une langue à l’autre, ou d’un moment de l’histoire à l’autre. L’écriture est autant facteur de lien que de discrimination, et c’est parce qu’elle affiche toujours une image en un lieu que l’inscription met en échec les tentatives de catégorisation qui se baseraient uniquement sur les composantes paléographiques de l’écriture exposée.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM) termine la journée en s’intéressant aux aspects non alphabétiques de l’épigraphie, à tous ces signes qui ne sont pas des lettres et qui pourtant viennent se matérialiser dans les inscriptions. En s’appuyant sur des exemples de la France médiévale et du royaume latin de Jérusalem, elle distingue trois usages particuliers : la ponctuation, l’occupation des bouts de ligne, et l’emploi de logogrammes au cœur des textes alphabétiques. Dans tous les cas, le surgissement de ces formes produit un arrêt du texte et suppose un changement cognitif : il faut s’arrêter de lire, ou lire autrement, pour « composer » lettres et signes au sein de la page épigraphique. Entre équilibre et balancement, fluidité et rupture, linéarité et chaos, les signes non-alphabétiques proposent une image enrichie de l’écriture, un surplus de sens qui permet aux inscriptions de dire autrement, de dire autre chose, parfois au-delà de toute lecture réelle du texte. La substitution du mot « cœur » par l’image d’un cœur dans certaines inscriptions tardo-médiévales permet ainsi de déclencher de nouveaux chemins de significations, ces « itinéraires de la lettre » qu’avait pointés Brigitte Bedos-Rezak dans sa conférence inaugurale.

  

La troisième journée du programme LIMITS a été très riche grâce à la diversité des objets analysés, à la variété de leur provenance et de leur chronologie, à la qualité de leur présentation, à l’enthousiasme des discussions et à la densité des questions abordées. Les organisateurs avaient envisagé de discuter le point de rencontre entre écriture et image, et les communications et les débats ont finalement montré l’omniprésence de ce questionnement dans toutes les cultures graphiques. La lettre a ainsi été envisagée comme un objet dont il faut encore et toujours préciser la définition, et comme un mouvement dont il faut penser les implications formelles et fonctionnelles, entre fixité arbitraire, altération inévitable et variation recherchée au sein des cultures pré-typographiques qui la considèrent toujours dans le spectre de ces modifications possibles. Les présentations ont montré la plasticité inaliénable du signe qui, dans son rapport avec la matière et le lieu de sa mise en œuvre – ce fond de l’écriture, réel comme la pierre, mis en scène par la couleur, imaginé par la poésie – invite à penser la lettre avant tout comme une forme. Celle-ci intervient dans toutes les dimensions de la pratique épigraphique : la lettre, le mot, la page ; la langue, la syllabe, le vers, le son. À la manière d’un carottage, il faut percevoir simultanément toutes les « couches » de cette pratique pour déceler la profonde réflexivité du geste d’écriture qui interroge constamment la capacité d’abord, les modalités ensuite, du signe à dire et rendre présent. Entre connaissance et reconnaissance, modèle et empreinte, norme et illusion, l’écriture est toujours affaire d’engagement : celui du scribe dans la sensibilité de son geste ; celui du regardeur dans sa rencontre avec l’inscription ; celui du lecteur, dans le déclenchement de l’imagination. Les questions cognitives sont ainsi inséparables de ce que représente le fait graphique entre Antiquité tardive et Renaissance, ce geste de notation et de dénotation qui choisit, trie, sélectionne ce qu’il rend visible et lisible. Dans cette vitalité constante de l’écriture, la lettre n’est pas figée ; elle est dotée d’un comportement, d’une agentivité, d’une performativité qui se situe précisément entre l’état d’iconicité et le processus d’iconisation, dans cette relève de l’alphabétique par le visuel.

Comme les deux journées d’étude précédentes, le dernier atelier du programme LIMITS a montré la richesse des questions qu’il reste à poser aux inscriptions. Il a aussi montré toutes les implications intellectuelles d’un tel questionnement qui secoue le chercheur dans sa propre pratique, écrivant comme il le fait sur le fait « écriture ». Il a enfin permis de mesurer la beauté objective de la plupart de ces dispositions graphiques qui contiennent plus souvent qu’on ne l’imagine une ambition esthétique, celle de la création d’une forme stable et pleine. Il reste des milliers de questions à poser aux inscriptions sur la longue durée et l’on ne peut qu’espérer que le programme LIMITS est au point de départ de nouvelles initiatives de recherche en épigraphie et plus généralement sur la culture écrite des sociétés pré-typographiques.

Le corpus épigraphique bourguignon (VIIIe-XVe s.): Des catalogues aux applications numériques.

Journée d’études : 23 octobre 2018, 10h-17h

Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design), 1er étage – porte 133, 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e

Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3)

Dans le cadre de la collaboration établie par les programmes consolidés des CIFM (Corpus des Inscriptions de la France Médiévale  – CESCM-Poitiers) et CBMA (Corpus Burgundiae Medii Aevi  – LaMOP – Paris), leurs équipes ont constitué un corpus de plus de 1400 inscriptions bourguignonnes du VIIIe au XVe siècle, publiées ou inédites, écrites en différentes langues, latin et ancien français en particulier.

Le propos de cette journée d’études est de revenir sur le processus d’acquisition et de structuration des données du corpus et d’évaluer son potentiel d’exploitation pour la recherche historique au regard des différents traitements informatiques possibles, linguistiques et spatiaux. Il s’agit de discuter, sur la base des différentes expériences réalisées, aussi bien des caractéristiques propres du matériel linguistique des inscriptions que de leurs usages dans l’espace et dans le temps.

Cette journée d’études est ouverte à tous les intéressés. En vue de l’organisation matérielle, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 08 octobre 2018 : cbma.project@gmail.com

Porté par le LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589) et le CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302), ce projet bénéficie du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux) et du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).

Organisation et coordination scientifique :
Eliana Magnani, CNRS – LAMOP UMR 8589 eliana.magnani@univ-paris1.fr
Estelle Ingrand-Varenne, CNRS – CESCM UMR 7302
estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

Acquisition et traitements

 10h – Introduction. Autour du corpus épigraphique bourguignon : chiffres, chronologie, langues – Eliana Magnani (CNRS, Lamop) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM)

10h40 – De l’OCR à Philologic. Un parcours informatique – Pierre Brochard (CNRS, Lamop)

11h20 – Le matériel épigraphique révisé et complété. Le traitement des inscriptions de la fin des années 1990 à aujourd’hui – Aurore Menudier (CESCM) 12h-12h30 – Discussions

 Exploitations 

14h – La lemmatisation des inscriptions est-elle possible ? – Nicolas Perreaux (Université de Francfort)

14h40 – Les inscriptions d’après des expériences en SIG – Davide Gherdevich (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), Thomas Lienhard (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

15h30 – Pause

16h – Discussions et tour de table conclusif

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Compte rendu de l’école thématique en épigraphie

Par Anne Rauner et Florentin Briffaz, avec l’aimable relecture de Maria Aimé Villano, Priscilla Mourgues et de Philippe Jacquet. En remerciant également chaleureusement Maria Aimé Villano et Philippe Jacquet pour la mise à disposition de leurs clichés.

Du lundi 28 mai 2018 au vendredi 1er juin 2018 s’est tenue pour la première fois une école thématique CNRS consacrée à l’épigraphie médiévale au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) à Poitiers. Organisée avec sérieux et convivialité par Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort, la formation a rassemblé huit participants venus de diverses disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, littérature) et de lieux différents (Bordeaux, Caen, Limoges, Lyon, Princeton, São Paulo, Strasbourg et Venise). Alternant conférences plénières, travaux pratiques et temps d’échanges, la formation visait à l’acquisition des principales théories et techniques de l’épigraphie et à replacer les inscriptions dans la culture médiévale de l’écrit. L’épigraphie médiévale ne saurait en effet être pensée, pratiquée de façon isolée par rapport aux autres disciplines de l’érudition. Vincent Debiais a d’ailleurs fortement insisté dès son introduction sur le caractère essentiel de la démarche d’érudition (savoir lire, savoir traduire, savoir dater) qui part de l’objet et de son contexte pour mener à une ou des interprétation(s).

Inscription en langue romane du baptistère Saint-Jean. Cliché : Photohèque CESCM.

Le panorama historiographique et épistémologique proposé par Robert Favreau et Cécile Treffort a mis en évidence la naissance d’une science des inscriptions dans les années 1970 et son développement, ses convergences et divergences avec les autres programmes européens, ses avancées, ses questionnements (notamment autour des problèmes posés par les graffitis). Comprendre une inscription médiévale, c’est d’abord avoir en mémoire son triple statut : comme toute autre source, les inscriptions sont pour l’historien à la fois « une fin en soi », « un réservoir d’informations » et « un objet culturel » (C. Treffort). Une réflexion sur le discours de l’inscription est donc nécessaire. Estelle Ingrand-Varenne a évoqué l’apparition et le développement de la langue vernaculaire et la persistance d’une certaine forme de bilinguisme, la brièveté des formules, les moyens poétiques et stylistiques mis en œuvre.

Cécile Treffort a mis en lumière le second enjeu majeur, celui de la datation qui doit s’appuyer sur la forme des lettres, l’identification de l’objet, le réinvestissement d’une même inscription à des époques et dans des logiques différentes. Vincent Debiais a présenté les autres problématiques auxquelles l’historien est confronté lorsqu’il étudie les inscriptions : leur diversité, l’importance de la mise en page, de la mise en contexte du texte épigraphique – en particulier leur contexte topographique, à l’extérieur ou à l’intérieur d’un bâtiment, sur les murs d’un édifice religieux ou civil –, le rapport du texte de l’inscription avec le programme iconographique dans lequel elle s’insère.

L’école thématique a aussi été l’occasion de découvrir les ressources indispensables à l’épigraphiste. Celui-ci peut ainsi s’appuyer sur le fonds exceptionnel de la photothèque qui conserve plus de 200 000 clichés concernant l’art roman, sur l’inscripthèque qui rassemble le fichier général des inscriptions médiévales françaises du VIIIe siècle à 1500 (25 000 fiches classées par département puis par ordre alphabétique de localité) ainsi que les références bibliographiques. La bibliothèque du CESCM met aussi à disposition des lecteurs les grands corpus épigraphiques européens, les principales synthèses, les divers outils de travail et les bases de données qui ont fait l’objet d’une présentation critique. L’étude de quelques volumes de la collection de relevés de Dom Fonteneau (XVIIIe siècle) conservée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers a par ailleurs souligné leur intérêt dans la constitution des corpus et a nourri la réflexion sur les problèmes de lecture, d’identification des différentes mains, mais également de fidélité à l’égard des inscriptions encore conservées.

Les formateurs ont passé en revue les différentes techniques de l’épigraphiste, à commencer par les techniques de relevés qui ont fait l’objet de travaux pratiques dans les locaux de la Société des Antiquaires de l’Ouest (estampage, relevé sur papier transparent, frottis au crayon). L’œil est de fait le premier assistant de l’épigraphiste. C’est ce qu’a mis en avant Carolina Sarrade dans sa présentation du travail de l’archéographe qui cherche à déterminer les différentes strates de peinture. Les formateurs ont rappelé l’importance du regard dans ce type de travail, invitant à ne pas mésestimer le rôle de la photographie dans la constitution de l’information. En vertu de cette règle trop souvent oubliée, Isabelle Fortuné a dispensé un cours pratique d’initiation à la photographie, adaptée aux usages épigraphistes et montré l’impact de la photographie sur la production de données. Enfin, a été présenté le travail d’édition des inscriptions, sur support papier et en format numérique, qui doit donner à voir l’inscription dans sa réalité médiévale et l’interprétation qu’en fait l’historien.

L’école thématique ne s’est pas contentée d’offrir une formation théorique décontextualisée, elle a aussi confronté les stagiaires à la réalité du terrain. Les thématiques ont alors été abordées concrètement lors d’une promenade épigraphique dans Poitiers. Les inscriptions ont ainsi pu être analysées et interprétées dans leur contexte originel (à la cathédrale, au baptistère Saint-Jean, dans les églises Saint-Hilaire le Grand et Saint-Porchaire) ou dans le contexte modifié du musée qui pose le problème de la muséographie (par exemple, les inscriptions de l’hypogée des Dunes au musée Sainte-Croix). Chaque participant a également eu l’opportunité de présenter une étude de cas relevant de ses propres recherches. Les exemples donnés ont illustré la variété du champ épigraphique (inscriptions dans des enluminures de manuscrits, sur des plates-tombes, sur des sceaux, des colonnes, etc…). Ce temps de discussion fut l’occasion de nombreux échanges, de nombreux questionnements autour notamment de documents très difficiles à interpréter.

Le décloisonnement de l’épigraphie médiévale est l’un des grands enjeux de la discipline. L’école thématique a ainsi été l’occasion d’une ouverture vers l’épigraphie antique et l’épigraphie tardo-antique. Alexandre Vincent, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Poitiers, est revenu sur l’importance de l’épigraphie dans la connaissance des sociétés antiques, et sur les deux principales difficultés de cette approche : la distinction parfois difficile du vrai et du faux, le caractère restreint de la « population épigraphique » dont sont exclues les couches inférieures de la société. Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive participant à l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, a souligné toute la complexité et parfois le manque de pertinence du découpage entre Antiquité et Moyen-Âge, ainsi que les problèmes de la privatisation de l’épigraphie et de la définition d’une épigraphie considérée comme chrétienne. Enfin, la conférence de clôture de Dominique Stutzmann, chargé de recherches à l’IRHT en section de paléographie latine, a mis en lumière les liens entre étude des productions manuscrites et des inscriptions : leurs questionnements communs, leur travail commun sur la morphologie des lettres, la circulation des écrits du manuscrit vers la pierre, de la pierre vers le manuscrit.

Cette semaine intense rondement menée a donc été l’occasion de faire un tour d’horizon complet de l’épigraphie médiévale, d’en comprendre les enjeux techniques et heuristiques, de prendre toute la mesure de l’indispensable apport d’un corpus épigraphique si l’on veut comprendre le Moyen Âge. Elle a constitué un moment fort appréciable d’apprentissage, d’échanges et de convivialité.

Ecole thématique CNRS en épigraphie

EPI-MED

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

CESCM, Poitiers – 28 mai-1er juin 2018

Lundi 28 mai

9h    Accueil des participants et remise du matériel pédagogique

9h30   Présentation générale de l’école thématique

10h   Introduction générale : « Un regard rétrospectif sur l’épigraphie médiévale » (Robert Favreau) ; « L’épigraphie, histoire et recherche » (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Visite au Musée Sainte-Croix. « Conserver et mettre en valeur les inscriptions médiévales) ; visite au baptistère Saint-Jean ; séance de questions/réponses face aux inscriptions

Mardi 29 mai

9h   Accueil et visite du pôle documentaire Berthelot

9h30   Présentation des grandes collections épigraphiques, de la bibliographie, des outils de travail (Estelle Ingrand-Varenne, Vincent Debiais)

11h Mise en perspective de l’épigraphie médiévale avec l’épigraphie antique et l’épigraphie chrétienne (Alexandre Vincent, Morgane Uberti)

12h30   Déjeuner

14h   Travaux pratiques à la Société des antiquaires de l’Ouest : lecture, relevés (photographie, dessin, estampage) et techniques

Mercredi 30 mai

9h   Edition des inscriptions : méthode traditionnelle et encodage numérique (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Rédaction des notices (Vincent Debiais) et exploitation des corpus (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Promenade épigraphique dans Poitiers : Notre-Dame-la-Grande, Îlot des Cordeliers, Saint-Hilaire : lecture, mise en contexte monumentale, relations texte/image (Vincent Debiais)

17h30   Remise des exercices et des lectures à préparer pour le lendemain

Jeudi 31 mai

9h   Les aspects langagiers et linguistiques des inscriptions (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Les questions de datation (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Panorama des objets épigraphiques (Vincent Debiais)

16h   TD et TP d’édition, individuels et en groupe (Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort)

18h   Entretiens individuels avec les stagiaires

Vendredi 1er mai

9h   Présentation des relevés et des copies modernes à la Médiathèque de Poitiers

11h   Table-ronde : présentation d’études de cas en lien avec les centres d’intérêt des stagiaires

12h30   Déjeuner

14h   Récapitulation chronologie, paléographie, langue, formes (Vincent Debiais)

16h30   Conférence de clôture : « L’épigraphie dans la perspective des productions écrites médiévales » (Dominique Stutzmann)

18h   Clôture de l’école thématique

Contacts :

  • Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr),
  • Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.

En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.

Inscripthèque – nouveautés

L’inscripthèque est le fonds documentaire multisupport d’épigraphie médiévale du CESCM, rassemblant images, ouvrages, fichier des inscriptions par département du VIIIe s. à 1500,  répertoires des formules et des références bibliques et archives de Robert Favreau.

La liste des nouveautés paraît tous les six mois. Voici celle du premier semestre 2018. L’ensemble de tirés-à-part, thèses et mémoires en épigraphie est consultable sur la page de l’inscripthèque du site du CESCM.

Articles

  • Barroca Mário Jorge, « A Medieval Prayer Finger Ring from São João de Tarouca (Portugal) », The Archaeology of Medieval Europe, Martin Carver, Jan Klápště ed., 2011, p. 432-433.
  • Barroca Mário Jorge, « Epígrafia e Heráldica no Portugal Medievo », Casa Nobre : Um património para o futuro: 2º Congresso Internacional, Arcos de Valdevez, 2011, p. 415-431.
  • Barroca Mário Jorge e Varela Fernandes Carla, « Uma imagem de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto nos anos do românico », Imagens e Liturgia na Idade Média, Bens Culturais da Igreja, n°4, 2015, p. 89-108.
  • Béroujon Anne, « La présence scripturaire des morts. La diffusion de l’épitaphe à Lyon entre xiiie et xviie siècles », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 30 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/271 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.271
  • Billen Claire, « Dire le Bien Commun dans l’espace public. Matérialité épigraphique et monumentale du bien commun dans les villes des Pays-Bas, à la fin du Moyen Âge », De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.)/Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (XIIIe au XVIe siècle), É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene (eds.), Turnhout, Brepols, 2010, p. 71-88.
  • Bush Olga, « Poetic Inscriptions and Gift Exchange in the Medieval Islamic World », Gesta 56, 2, 2017, p. 179-197.
  • Debiais Vincent, « Essay on a Visual Perspective of Medieval Writing », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 129-150.
  • Felle Antonio Enrico, « Words and Images in Early Christian Inscriptions (3rd-7th Century) », Byzantine and Post-Byzantine Art : Crossing Borders, Emmanuel Moutafov, Ida Toth, Sofia, 2018, p. 39-67.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Inscriptions encadrées/encadrantes. De l’usage du cadre dans les inscriptions », Apta compositio. Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance, ed. Christiane Deloince-Louette, Martine Furno et Valérie Méot-Bourquin, Genève : Droz, 2017, p. 69-90.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Parcelles de mots et de lieux saints. La croix-reliquaire de Brageac », Museikon, Alba Iulia, 1, 2017, p. 19-24.
  • Jacob André, « L’invocation de Léonce », Rivista di studi bizantini e neoellenici, 53, 2016, p. 137-150.
  • Jacob André, « I graffiti latini nella cappella di San Nicola di Celsorizzo ad Acquarica del Capo e la riapertura del santuario nel Cinquecento », Bollettino Diocesano. S. Maria de Finibus Terrae, 2017, p. 321-330.
  • Jourd’heuil Jean-Vincent, « Une pierre funéraire faussement attribuée à saint Guillaume de Donjon, archevêque de Bourges (+ 1209) », Cathédrale de Bourges, I. Jourd’heuil, S. Marchant, M.-H. Priet ed., Tours, PUFR, 2017, p. 109-146.
  • Marek Lech, « The Blessing of Swords. A New Look into Inscriptions of the benedictus-Type », Acta Militaria Mediaevalia, vol. 10, 2014, p. 9-20.
  • Mineo Émilie, « L’artiste lettré ? Compétence graphique et textuelle de l’artiste roman à travers les signatures épigraphiques », Entre la letra y el pincel : el artista medieval. Leyenda, identidad y estatus, dir. M. Castiñeiras, El Ejido (Almería) : Círculo Rojo, 2017, p. 77-91.
  • Mineo Émilie, « La firma d’artista nella Francia romanica. Problemi, forme, funzioni », Venezia arti, 26 (numéro spécial : La “firma” nell’arte. Autorialità, autocoscienza, identità e pubblicità degli artisti, dir. G. M. Fara, S. Riccioni, N. Stringa), 2017, p. 49-64 [disponible également en ligne : http://doi.org/10.14277/2385-2720/VA-26-17-3].
  • Mineo Émilie, « Le vocabulaire de la création artistique dans les signatures épigraphiques du Moyen Âge central », Créer. Créateurs, créations, créatures au Moyen Âge, actes des journées d’étude du groupe Questes, dir. E. Banjenec et al. Paris : PUPS, [accepté, à paraître].
  • Pierno Marida, « Culti ed epigrafi : la produzione epigrafica durante il pontificato di Pasquale (1099-1118), Temporis Signa. Rivista del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo di Spoleto, IX, 2014, p. 145-162.
  • Pringle Denys, « Notes on Some Inscriptions from Crusader Acre », In laudem hierosolymitani. Studies in crusades and medieval culture in honour of Benjamin Z.Kedar, Iris Shagrir, Ronnie Ellenblum and Jonathan Riley-Smith ed., 2007, p. 191-209.
  • Pringle Denys, « King Richard I and the walls of Ascalon », Palestine Exploration Quarterly, 116, 1984, issue 2, p. 133-147.
  • Rhoby Andreas, « “When the year ran through six times of thousands …”: The Date in (Inscriptional) Byzantine Epigrams », “Pour une poétique de Byzance”. Hommage à Vassilis Katsaros (Dossiers byzantins 16), St. Efthymiadis et al. (eds.), Paris, 2015, p. 223–242.
  • Toth Ida, « Reflections on a period of transformation in early Byzantine epigraphic culture » in: C. Stavrakos, ed., Inscriptions in Byzantine and Post-Byzantine History and History of Art, Wiesbaden 2016, p. 17-40.
  • Treffort Cécile, « Une nouvelle inscription d’époque franque découverte à Tyr », Sources de l’histoire de Tyr. II. Textes et images de l’Antiquité au Moyen Âge, Pierre-Louis Gatier, Julien Aliquot et Lévon Nordiguian éd., Beyrouth, Presses de l’Université Saint-joseph et Presses de l’Ifpo, 2017, p. 131-133.
  • Zozaya Montes Leonor, « Epiteca : una ludoteca virtual para reforzar conocimientos de epigrfía romana », VII Jornadas Nacionales de Ludotecas. Ponencias y comunicaciones, coord. Pedro J. Lavado Paradinas, Victor Manuel Lacambra Gambau, 2014, p. 155-170.

Ouvrages

  • Favreau Robert, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Hors-Série : Poitiers VIIIe-XIIIe s., Paris, CNRS éditions, 2017.
  • Ingrand-Varenne Estelle, Langues de bois, de pierre et de verre. Français et latin dans les inscriptions, Paris, Classiques Garnier, 2017.
  • Swift Helen J., Representing the Dead. Epitaphs Fiction in Late-Medieval France, Cambridge, Brewer, 2016.

Séminaire SEMPER : la création graphique

La troisième séance et dernière du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2017-2018 se tiendra le vendredi 18 mai au CESCM (salle Crozet). 

Alors que les auteurs médiévaux ont davantage pensé la « création » d’un point de vue théologique, Dieu en étant le sujet, il s’agira ici d’utiliser ce terme dans son sens contemporain pour comprendre la capacité de l’écriture médiévale à générer et créer des forme et du sens, à montrer sa créativité, sans chercher à retrouver une intention créatrice. Tous les aspects graphiques peuvent être abordés : la création de nouvelles lettres ou de nouveaux alphabets, les assemblages de caractères dans les jeux de lettres recréant sans cesse l’image du mot, les nouvelles formes d’abréviations et les formules graphiques, jusqu’aux mises en scène originales du texte et agencements syntaxiques textes et images, entre gammes de variations et surgissement du neuf, combinatoires de variantes et re-création.

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

11h : Premier dossier

  • Eva Caramello (Création ou transformation ? L’évolution des graphies gravées à partir des exemples toulousains)

Déjeuner

13h30-17h : Suite de la présentation des dossiers

  • Arnaud Loaec (Création graphique et topographie à Constantinople aux IXe et Xe siècles)
  • Maria Villano (Les inscriptions des colonnes du ciborium de Saint-Marc à Venise)
  • Clément Dussart (Les graffitis)
  • Thierry Grégor (Épigraphie expérimentale : évolution de l’écriture et de la technique)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Le cloître de Roda, un gigantesque obituaire lapidaire

Article co-rédigé par Vincent Debiais, Marie Fontaine-Gastan, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner et Morgane Uberti

Répondant à l’appel lancé par Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », lors de sa venue au CESCM au printemps 2017 (http://epimed.hypotheses.org/483), l’équipe d’épigraphie de Poitiers avec le renfort de plusieurs experts a organisé une mission de terrain à Roda de Isábena du 13 au 15 février 2018. Trois jours pour localiser, identifier, mesurer et photographier pas moins de 215 inscriptions dans le gigantesque obituaire lapidaire que constitue ce cloître roman. À vrai dire, le nombre exact de textes n’est pas encore clairement établi, de nouvelles découvertes ayant été faites lors de différentes campagnes de restauration, notamment en 2016 et 2017. Les inscriptions des galeries nord, est et ouest, ont pu ainsi être nettoyées et préservées grâce aux travaux financés par le gouvernement d’Aragon qui en a compris les enjeux patrimoniaux.

Un ensemble épigraphique d’une telle ampleur et d’une telle qualité est en effet sans équivalent en Europe : pendant trois siècles (XIIe-XIVe s.), la communauté de chanoines de la cathédrale a voulu inscrire la mémoire d’un groupe de défunts dans le cloître. Nul hasard dans le choix de cet espace qui est lieu de passage entre les différents bâtiments ecclésiaux et communautaires, mais aussi lieu d’enseignement et de méditation et évocation du jardin du paradis. Cet ensemble ne connaît jusqu’ici que peu d’études approfondies. Le travail fondateur d’Antonio Durán Gudiol paru en 1967 (« Las inscripciones medievales de la provincia de Huesca », Estudios de Edad Media de la corona de Aragón 8, p. 45-153) demande à être complété, voire corrigé, grâce aux avancées de la discipline épigraphique et à la meilleure connaissance de l’histoire de la région et de ses pratiques graphiques. C’est bien l’enjeu de ce programme de recherche.

Armée de mires, de mètres, de lampes torches et d’appareils photo, l’équipe s’est répartie le travail dans les quatre galeries du cloître. Les quelques inscriptions du réfectoire et de l’église ne seront, quant à elles,  étudiées que dans un second temps. L’objectif était d’établir une fiche de terrain pour toutes les inscriptions, même les plus effacées ou celles ne comportant qu’une lettre. Chaque texte a donc été identifié par un numéro et localisé précisément sur un plan du site, même s’il ne se trouve plus nécessairement à son emplacement originel. Un schéma de chaque pierre avec son état de conservation, ses différentes dimensions (support, champ épigraphique, réglures, lettres) et le relevé de détails formels, techniques, chromatiques viennent compléter la fiche de mission. Le type de pierre, la préparation de la surface, la présence de traces d’outils, la technique de taille et les restes de peinture (bleu, ocre jaune et ocre brun) sont précisément notés. Sont ensuite mesurés les divers lignes et interlignes tracés pour orienter et réguler le déroulement de l’écriture. Les nombreux décors géométriques, végétaux ou animaux, dans les cadres ou au pourtour des textes, font aussi partie de l’analyse. La lecture elle-même et la transcription seront faites au laboratoire à partir des nombreux clichés et des données recueillies.

Compte tenu du contexte monumental dans lequel prennent place ces inscriptions (le cloître et ses divers réaménagements), la mission a été l’occasion de démarrer un premier travail  permettant de réfléchir au corpus documentaire dans son environnement. L’objectif oblige à la reprise du plan du cloître et à une couverture photographique permettant de disposer de vues générales du dispositif épigraphique pris cette fois-ci comme « ensemble ». Dans cette perspective, il a été procédé à une reprise très générale des mesures qui permettra de préciser le seul plan disponible aujourd’hui. Les photographies (notamment pour le mur nord) vont être l’objet d’un travail photogrammétrique réalisé avec la cellule de géomatique du laboratoire Ausonius (Florent Comte). L’articulation entre les données photogrammétriques (dont l’intérêt premier réside ici dans la mise en voir des élévations) et planimétriques complète l’étude strictement épigraphique des inscriptions, en précisant le phasage de leur installation tout en réfléchissant sur l’expérience d’un espace épigraphique sur le temps long. Il s’agit, en d’autres termes de réfléchir à la contextualisation de ces inscriptions dans un espace donné ; cette contextualisation étant mise à l’épreuve du temps.

De nombreuses questions se posent à travers ce premier travail de terrain : la fonction, l’usage, le rôle d’un tel ensemble ; les choix formels et textuels ; les liens entre le texte et son emplacement ; l’articulation des textes entre eux. Situées sur les piliers, les colonnes, les chapiteaux et les murs, toutes ces inscriptions participent tant matériellement (par leur support) que spirituellement à construire la communauté des vivants et des morts de Roda.

L’objectif du projet est de proposer des essais d’édition en ligne de cette collection, sur la plateforme TITULUS, développé par le CESCM. L’édition adoptera donc le même protocole que la collection du Corpus des inscriptions de la France médiévale, développée à Poitiers pour couvrir l’ensemble du territoire français. Elle permettra de mettre en valeur les aspects graphiques et visuels de chacun des textes (allographes, ponctuation, gestion des espaces etc.). À ce travail essentiel s’ajoute une réflexion d’ensemble à l’échelle du site et sur une chronologie longue, portant par exemple sur la préparation technique, la paléographie, les liens avec les obituaires manuscrits, le formulaire d’annonce du décès ou de datation, le statut des défunts, les aspects linguistiques et syntaxiques, ainsi que les pratiques et les usages de l’espace épigraphique. C’est donc un vaste chantier qui s’ouvre.

 

L’économie graphique – retour sur SEMPER II

Après une première plongée dans la matière graphique lors du séminaire d’automne, la deuxième séance tenue le 9 février s’est concentrée sur « l’économie graphique », intitulé générique qui recouvre des pratiques diverses de la pratique écrite. Entre présentation générales et études de cas, la journée a soulevé de nombreuses questions méthodologiques.

Dans son introduction, Estelle Ingrand-Varenne rappelle que penser l’économie graphique, au sens de l’étymologie grecque, c’est d’abord penser l’écriture comme relation, comme articulation, comme circulation, traversée par différentes dynamiques et établissant une complicité dans la relation entre les signes et l’espace. Cette gestion peut aussi s’entendre comme une réduction, à laquelle les jeux de lettres et la brièveté des textes participent. L’économie graphique n’est pas autonome et a parti lié avec l’économie linguistique, technique et gestuelle, et sans doute avec l’économie de l’image. Dans cette acception large, l’expression « économie graphique » est donc proche de ce qu’Anne-Marie Christin a appelé « une grammatologie de l’espace inscrit ».

L’écriture telle qu’elle est envisagée ici est l’écriture alphabétique, guidée par une loi spatiale impérative : celle de la successivité des lettres, donc de la linéarité. Elle forme une ligne, qu’elle soit horizontale, verticale, ou diagonale, et assumant potentiellement toutes les formes. La difficulté des monogrammes est bien de retrouver l’ordre des signes. Plus qu’une ligne, cette successivité est en réalité un vecteur, un segment de droite orienté, avec un point de départ et une direction, ou plutôt d’une combinaison de deux directions : gauche à droite, droite à gauche, et de haut en bas et de bas en haut. Ces lignes virtuelles peuvent être soutenues graphiquement par des traits : les réglures. De simples tracés au vrai quadrillage, le soin dont elles bénéficient montre que leur rôle ne peut être réduit à celui d’auxiliaire, mais qu’elles sont la mise en voir de l’ordonnancement des lettres, une mise en voir destinée à produire du sens. La ligne fait aussi surgir l’interligne où peuvent se glisser des compléments patronymiques et des ajouts.

Inscription de dédicace et de fondation d’anniversaire, église de Cheffes (Maine-et-Loire), 1167. Cliché : Jean Michaud CIFM/CESCM.

S’intéresser à l’économie graphique des inscriptions permet de voir l’émergence de nouvelles entités : le mot, avec sa double facette intellectuelle et matérielle. Au moment où les autres sources écrites privilégient l’espace blanc, les inscriptions délimitent les frontières des mots ou des séquences graphiques grâce à des points. L’économie textuelle est aussi questionnée par certains textes composés de phrases dont l’articulation n’est parfois pas évidente, ni sur le plan linguistique, ni sur le plan graphique, car l’inscription ne montre pas visuellement son organisation en proposition, phrase ou paragraphe. Une des manières de faire voir le texte pourrait être le cadre, par son caractère de clôture. Or, le cadre en ce sens est une construction historique tardive. Au Moyen Âge, il n’est pas étranger au support, il ne vient pas en sus, il en fait partie. Réalisé dans la même matière et en même temps, il est avant le texte, il le programme à l’instar des réglures. On comprend mieux alors ce jeu entre extérieur et intérieur, et les marges qu’il permet de faire exister. Enfin, l’économie doit aussi prendre en compte les ratures, les biffures, les erreurs – comment gérer l’erreur, notamment dans la sculpture ? – et l’inachèvement, qui semble rendre caduc ce qui avait été préparé. À cette économie générale, la poésie apporte ses propres règles.

C’est sur l’économie textuelle des inscriptions de consécration qu’Annick Gagné a porté la focale en s’intéressant à l’écriture sur ou hors de la bordure périphérique de ce type de textes. Comment se joue l’articulation entre le texte gravé à l’intérieur et celui en périphérie ? Les exemples de Montflans, Saint-Eulalie-d’Olt, Cheffes, Belpech ou Montierneuf à Poitiers offrent des cas de figure différents, suivant qu’il s’agit du même texte ou d’un ajout tardif qui, en venant se greffer, cherche à s’attribuer quelque chose de la première inscription. Porosité des frontières, relations centre/périphérie, enjeux sémantiques tout autant que graphiques de la notion de cadre, telles sont les questions que pose ce dispositif ni accidentel, ni anecdotique, mais permettant aux membres de la communauté de se mettre en relation avec l’événement fondateur de leur église.

Après l’économie textuelle, Marie Fontaine-Gastan est passée à une échelle plus vaste et a proposé de questionner la pertinence d’un corpus à travers la question de l’économie graphique. En passant au crible toutes les informations concernant la figuration funéraire dans l’église des Franciscains de Rothenburg (1285-1582) en Franconie (matériau, présence ou non d’un blason, d’une figuration, formulaire, type d’abréviation, ponctuation, langue employée, statut du défunt etc.), les éléments de sens peuvent ainsi être isolés et mis en relief pour l’ensemble du corpus.

Au-delà des corpus, le questionnement sur les modes graphiques et la gestion de l’espace avait jusque-là été peu posé par les épigraphistes byzantinistes. Arnaud Loaëc a donc proposé une histoire comparée, une histoire décalée, entre monde manuscrit et écriture épigraphique à Byzance du VIIe au XIIe siècle. L’observation de glissement des formes graphiques vers la pierre, du en partie à l’esthétique, en partie au pragmatisme, le renouvellement social de l’élite au pouvoir et de ses goûts – notamment au XIe siècle quand les bureaucrates de la chancellerie et de l’Église supplantent les militaires dans l’entourage de l’empereur – participent à l’évolution de l’écriture des inscriptions.

Sortant de l’écriture grecque et latine, la gestion de l’espace dans l’épigraphie runique a été traitée par Lucie Malbos. Cette écriture des pays nordiques, réduite au moment de la réforme carolingienne à 16 caractères (chaque graphème notant un son), peut être horizontale ou verticale. Elle est inscrite sur des supports bruts, dont la surface n’a pas été préparée. Les runes peuvent prendre place dans un dragon qui sert de ruban d’écriture. La gestion de l’espace lapidaire change avec l’insertion de multiples motifs iconographiques sur les autres faces : la pierre devient alors un grand livre ouvert, semblable à un livre enluminé, notamment par les entrelacs comme ceux que l’on trouve au même moment dans les manuscrits.

Les inscriptions des sceaux, souvent abimées par leur positionnement périphérique les rendant fragiles, ont été peu prises en compte par les sigillographes. Philippe Jacquet a proposé d’analyser l’économie de cette écriture sous l’angle de l’interférence entre texte et image et du rythme graphique. Divers éléments non alphabétiques scandent la légende et en articulent le sens : la croix placée à midi servant de point de départ, les points de la ponctuation pour montrer les séquences verbales et les mots, mais également les interférences des éléments iconographiques dans l’écriture. L’image – particulièrement dans les sceaux équestres – est de tempérament expansif : postérieur du cheval, puis épée, heaume ensuite viennent mordre sur l’espace de la légende.

L’économie graphique est aussi affaire de technique, comme le montre l’utilisation inhabituelle et pléthorique des points dans l’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, abbaye de chanoines réguliers dans le Cher, étudiée par Thierry Grégor et Estelle Ingrand-Varenne. L’observation des dix blocs de pierre inscrits au cours de la seconde moitié du XIIe siècle a permis de formuler plusieurs hypothèses : le rôle de certains points dans l’ossature des lettres par-delà la fonction d’ornementation ou de ponctuation, la mise en évidence d’un mode opératoire commun pour réaliser les inscriptions, malgré une maîtrise technique variable d’une pierre à l’autre. La technique des points pour relier les traits et former les lettres dans la pierre pouvait permettre aux scribes de se faire apprentis-graveurs, sans même connaître l’art de la sculpture.

Ce séminaire a aussi été l’occasion d’un focus sur l’article « Il a parlé par les prophètes » paru dans In-scription. Revue en ligne d’études épigraphiques. Son auteur Françoise Gay a présenté le résultat de sa recherche sur les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art du Moyen Âge occidental ; deux volets sont déjà en ligne, le troisième sera publié au cours du printemps.

Le prochain rendez-vous pour le séminaire permanent sur les écritures en dehors du monde manuscrit est fixé au vendredi 18 mai et aura pour thème « la création graphique ».

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

Les inscriptions de Poitiers, fin VIIe-début XVIe s.

Alors que l’épigraphie médiévale française va bientôt fêter ses cinquante ans, ce volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale rédigé par Robert Favreau et consacré à la ville de Poitiers inaugure les Hors-Série. Premier terrain d’investigation des épigraphistes en 1974, Poitiers offre un patrimoine inscrit abondant, sans cesse enrichi par les récentes découvertes, à l’instar des peintures murales de la cathédrale Saint-Pierre ou de l’église Sainte-Radegonde.

La nouveauté de ce volume réside surtout dans l’élargissement chronologique, incluant désormais les derniers siècles du Moyen Âge, non édités jusqu’alors. Le XVe siècle représente à lui seul un quart de la documentation.

Cliché : Eva Avril.

C’est l’époque où la ville est capitale de l’apanage du duc Jean de Berry, puis capitale judiciaire de Charles VII, époque également où est créée l’Université dont témoigne l’inscription de la cloche, datée de 1451, installée au clocher de l’église Saint-Porchaire. De nouveaux types de textes apparaissent : les fondations pieuses, témoins du changement d’attitude devant la mort.

Toutefois, ce sont les XIe-XIIe siècles, période des grands chantiers poitevins, qui offrent le plus grand nombre de documents épigraphiques. La construction et les rénovations d’un certain nombre d’églises comme Sainte-Radegonde, Saint-Porchaire, Saint-Jean-de-Montierneuf, Saint-Hilaire, Notre-Dame-la-Grande ou, le baptistère Saint-Jean offrent l’occasion de réaliser de vastes décors sur les façades, les voûtes, les piliers inspirés de la Bible, de sermons et des vies de saints.

Saint Martin partage son manteau (fin XIe s.), peinture de l’église Saint-Hilaire. Cliché : Photothèque-CESCM.

Classés par lieux, ces 241 textes gravés dans la pierre, peints sur les vitraux ou l’enduit des murs, incisés dans le métal, lisibles encore sur des broderies, des émaux, une reliure et un tableau, proposent une promenade dans la ville dont ils racontent l’histoire à leur manière sur près de huit siècles.

Ce volume offre aussi une plongée dans le monde manuscrit à travers la réception et la transmission des inscriptions, recopiées ou dessinées du XVIIe au XIXe siècle. L’apport le plus important pour le relevé d’inscriptions poitevines est celui de François-Roger de Gaignères (1642-1715) qui a fait reproduire, par son dessinateur Louis Boudan, 23 tombeaux des églises de Poitiers, aujourd’hui disparus.

Grâce à la riche introduction qui les met en perspective, le lecteur trouvera dans l’ensemble de ces textes un  apport désormais essentiel pour l’histoire de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge, mais aussi pour l’histoire urbaine et sociale toujours à explorer.

Inscription sur une mesure à grain de la fin du XVe s. Musée Sainte-Croix. Cliché : Christian Vignaud.

 

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Séminaire SEMPER, 9 février : l’économie graphique

La deuxième séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se tiendra le vendredi 9 février au CESCM (salle Crozet). 

Après une première rencontre portant sur « Déterminisme, évolution, créativité : formes et ductus des lettres dans les inscriptions », cette deuxième séance propose un changement de focale en se consacrant à l’économie graphique entendue comme organisation, relations ou articulations entre les différents éléments de l’écriture. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace…

Ce séminaire est ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h-10h20 : Introduction sur l’économie graphique des inscriptions

10h20-12h30 : Présentation de dossiers

  • Annick Gagné (L’écriture sur ou hors de la bordure de l’inscription de consécration, France Xe-XIIe s.)
  • Marie Fontaine-Gastan (Voir son corpus sous l’angle de l’économie graphique)
  • Arnaud Loaëc (Epigraphie byzantine)

Déjeuner

14h-14h45 : Focus sur l’article d’in-scription de Françoise Gay,  « Il a parlé par les prophètes »

14h45-17h30 : Suite de la présentation des dossiers

  • Lucie Malbos (Epigraphie runique)
  • Philippe Jacquet (Epigraphie sigillaire)
  • Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne (L’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, avec reproduction expérimentale d’une pierre)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) ou Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).