Inauguration de l’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS

Le 9 mai dernier s’est tenue à Madrid l’inauguration de l’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS. Retour sur le coup d’envoi d’un objet scientifique et artistique original autour de la culture écrite tardo-antique et médiévale et de sa réinterprétation contemporaine.

Dialoguer. Échanger. Créer. Les espaces s’y prêtent, les occasions sont nombreuses, les projets de chacun y invitent. La Casa de Velázquez, en mêlant science et art, est un lieu de recherche et de création. Elle invite à dépasser les frontières entre disciplines et entre pratiques créatives ; celles du chercheur et de l’artiste se rapprochent et entrent en résonance. Plus qu’un lieu, la Casa est un processus.

L’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS est le produit d’un tel processus de création entre les historiens des cultures écrites tardo-antiques et médiévales au sein de l’École des hautes études hispaniques et ibériques d’une part, et les artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid d’autre part. Pensée comme le colophon et la prolongation du projet de recherche LIMITS consacré aux inscriptions tracées sur le bois, la pierre ou le métal, les monuments et les objets de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, l’exposition met en scène des reproductions d’objets épigraphiques anciens et les échos qu’ils ont suscités chez les artistes contemporains, graveurs, plasticiens, sculpteurs, vidéastes ou compositeurs.

 

 

 

 

 

 

 

La diversité des œuvres créées à l’occasion du dialogue entre chercheurs et artistes pendant près d’une année répond à la variété des supports, des techniques et des fonctions de l’écriture aux périodes anciennes. Laissant libre cours à leur appréhension de ces pièces historiques, les artistes ont rendu hommage et prolongé la créativité des scripteurs antiques et médiévaux. Comme eux, ils ont joué sur la plasticité, l’esthétique et la tonalité de l’écriture pour transmettre un message et une émotion visuelle, sensible, sonore. Au long du parcours scénographique, on mesure la richesse graphique de périodes encore trop souvent pensées comme peu ou mal alphabétisées, et dont le recours à l’écriture ne saurait être autre que pratique. C’était toute l’ambition de ce projet que d’inventer cette dimension des inscriptions aux yeux du public contemporain, entre distance et permanence, familiarité et surprise, entre la sécheresse apparente de ces fragments d’histoire et leur véritable beauté.

Pour cela, il fallait révéler les trois composantes essentielles de l’inscription : le matériau, le signe et le temps. La matière accorde à l’objet épigraphique une forme, une étendue, un rapport au lieu. C’est parce que l’inscription est matière qu’elle peut être là ou ailleurs, lointaine ou proche, visible ou cachée. Dans cette texture s’incarnent les signes du texte : lettres, ponctuation, abréviations, caractères intelligibles, les produits d’une articulation entre le sonore, le visible et le lisible. C’est dans leur capacité à poser une relation particulière au temps, entre instant, permanence et réactualisation que texture et texte façonnent une communauté étendue et durable de lecteurs, témoins d’une écriture qu’ils reconnaissent, ignorent, transforment ou détruisent.

Placées sur les murs des galeries de la Casa de Velázquez, les inscriptions tardo-antiques et médiévales s’imposent en tant que témoins d’histoire, traces d’un passé graphique qui peuple encore les villes, les monuments, les musées, parfois aussi l’imaginaire d’une écriture ancienne, autre, étrangère. Les œuvres des artistes transforment les traces en acteurs, leur donnent une présence culturelle et esthétique réelle. En dialogue, les unes et les autres construisent un objet en soi, par accumulation, par juxtaposition, par contradiction, par défi. Passé et présent se rejoignent dans l’inscription unique formée par le parcours de SENDAS EPIGRÁFICAS, trace éphémère et durable à la fois d’une recherche scientifique et artistique. 

Prenant la parole après Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, Morgane Uberti, commissaire de l’exposition revient sur les conditions intellectuelles et pratiques de la création de ce projet :

« J’ai un plaisir immense à vous accueillir ce soir pour cette inauguration qui marque la fin de plusieurs mois de travail, un travail véritablement collectif, porté par une très belle énergie, et qui a donc réuni artistes et chercheurs autour d’un objet – l’inscription – et de problématiques scientifiques en résonnance avec la recherche esthétique. C’est donc une conversation continue, entamée à l’automne 2018, entre Madrid et Stanford, entre six artistes – graveurs, compositeurs, plasticien, vidéaste – un tailleur de pierre et deux chercheurs, Vincent Debiais et moi-même qui prend forme ce 9 mai.

Giovanni Bertelli, Marie Bonnin, Carlos de Castellarneau, Sylvain Konyali, Naomi Melville, Andrés Padilla Domene se sont engagés dans ce projet avec confiance et je les remercie pour cela. Paul Vergonjeanne, étudiant et tailleur de pierre à l’ETSAM est entré dans l’équipe en cours de route enrichissant cette dynamique.

Approcher les limites d’un document, l’inscription, ainsi que celle d’une discipline historique, pour mieux penser l’objet épigraphique, tel était le pari à l’origine de l’exposition Sendas Epigráficas. Au fil des mois, de rendez-vous skype, de discussions plus informelles, s’est construit un discours poétique autour de l’inscription. Nous avions soumis au départ nos objets de recherche à la création, puis nous nous sommes retrouvés nous-même, commissaires-chercheurs, au service de la création. Veiller toujours aux échos entre chacune des œuvres et les documents, entre décalages, transformations, adaptations et cohérence. Ce va-et-vient, spontané, repose sur les questions que nous posions déjà à l’objet : celles des limites qui définissent l’inscription et la discipline épigraphique. Et nous découvrons aujourd’hui, maintenant que tout est là, matériellement là, maintenant que les limites de la discipline ont été mises en œuvres et mises en scènes, combien la rencontre avec la pratique artistique nourrit, étaye et éclaire nos propres réflexions scientifiques.

Dans le paradoxe du naturel et de la surprise, ce projet a mis en avant la communauté des processus créatifs en jeu dans la production des connaissances et dans l’invention de l’art. Voilà le défi proposé par les sciences humaines, leur intérêt, leur nécessité dans le paysage académique

Tout cela a bien sûr été possible grâce à la confiance que nous ont faite Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, Fabienne Aguado, directrice de l’Académie de France, Laurent Callegarin, directeur des études antiques et médiévales, et Isabel Velázquez, professeur de philologie latine à l’université Complutense de Madrid.

Enfin, notre petit collectif éphémère et hybride a été accompagné par une équipe à géométrie variable sans laquelle rien n’aurait été possible. Je les en remercie infiniment.

Il nous aura donc fallu 9 mois, 9 mois joyeux, extrêmement riches, inattendus. L’aventure nous a obligé à sortir de notre zone de confort, artistes comme chercheurs : une envie et une expérience qui en valait la peine. Et j’espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir cette exposition autant que nous en avons pris à la penser et à la créer.

À tous, merci beaucoup. »

Dans les semaines qui ont suivi l’inauguration, le public a eu l’occasion de faire l’expérience de toutes les dimensions de cette initiative qui se prolongera, dans les semaines qui viennent, par la mise à disposition en ligne d’une publication mixte regroupant des articles scientifiques, le témoignage des artistes, le catalogue des œuvres, des textes originaux produits par des visiteurs « experts », le tout dans une présentation dynamique intégrant vidéo, son, et image.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.