Nouvelle mission à Roda, nouvelles découvertes

(compte rendu co-écrit par Vincent Debiais, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner, Morgane Uberti)

Profitant de l’achèvement des travaux de restauration du cloître (mai-juillet 2019), une nouvelle mission épigraphique a été organisée fin août à Roda de Isábena (Espagne, Province de Huesca, Aragon). Rappelons le caractère exceptionnel de ce site au regard de l’épigraphie en Europe et plus généralement du Moyen Âge latin : d’une part, la concentration de plus de 220 inscriptions funéraires (soit près de 8000 lettres) dans l’espace claustral, toutes réalisées entre le XIIe et le XIVe s. et présentant une réelle harmonie textuelle. D’autre part, le fait que ces inscriptions ne sont pas gravées sur des plaques préparées à l’avance et encastrées ensuite (comme dans le cloître de la cathédrale d’Elne – CIFM 11, p. 54-75 – ou à Saint-Bertrand-de-Comminges, de l’autre côté des Pyrénées – CIFM 8, p. 51-76), mais le sont directement sur les éléments architecturaux (tailloirs, chapiteaux, claveaux, moellons).

L’objectif était cette fois-ci de compléter les informations relevées sur ce vaste ensemble épigraphique lors de la première campagne de terrain réalisée en février 2018 (voir le compte rendu), en se focalisant sur un certain nombre d’aspects : la technique de gravure et l’usage de la peinture, la présence de cadre, de décor ou de réglures, les modules de lettres, l’utilisation de certains allographes tel le O pincé ou le Z pour le S, l’usage de la ponctuation (dont la forme triangulaire), l’ordre des formules, la présence d’un millésime en plus de la date calendaire. Les données réunies seront croisées afin de voir si des regroupements pertinents apparaissent et s’ils peuvent être interprétés en termes de datation, de phasage, d’identité graphique…

Avec ce travail collectif sur Roda, le premier enjeu est donc méthodologique, puisque le site permet la mise en œuvre d’une approche très globale de l’inscription, dans toutes ses composantes en tant qu’objet disposant de caractéristiques propres mais aussi dans ses interactions avec son environnement. A ce titre le projet permet de réfléchir à un protocole d’analyse de l’inscription dans son contexte. L’observation renouvelée chaque jour, pendant plusieurs heures, avec un éclairage variable et parfois de nuit, a permis de nouvelles trouvailles. Certaines inscriptions qui se présentent à l’envers ou découpées étaient déjà des indices de modifications antérieures subies par les supports et les textes au sein du cloître dont l’histoire sur le temps long est mal connue. Les datations établies jusqu’à présent (fin XIe ou milieu XIIe s. pour le cloître, et 1240-1250 pour les premières inscriptions de la main du “maître de Roda”) ne résistent pas à l’analyse des cintres des arcs, des maçonneries, des marques de taille, aux vestiges d’inscriptions effacées. Tous ces éléments sont des  preuves supplémentaires des lourdes transformations qu’a connues le lieu, sans doute dès le Moyen Âge central comme ils sont les indices d’une manipulation et d’une gestion des inscriptions au cours du temps. De fait, l’économie des inscriptions de Roda (maintien, dépose, déplacement, ré-installation, regroupements a posteriori) est à penser dans un lien direct avec l’histoire de l’ensemble claustral depuis la fin du XIe s., date supposée pour sa construction.

Cette seconde mission a donc été très fructueuse, les intuitions de départ ont trouvé confirmation et ont même été dépassées par de nouvelles découvertes. Celles-ci seront présentées dans un article de synthèse qui sera livré à l’été 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.