Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne : Archives, Instrumentum

Auteurs : Cheyenne Noel et Morgane Uberti

L’obtention en 2018 de fonds de la Fondation Vauchez-Balzan (Académie des inscriptions et belles lettres) pour un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne a permis le classement des archives de deux éminentes chercheuses – Nancy Gauthier et Luce Pietri – membres actives de l’équipe engagée dans la publication des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la renaissance carolingienne (RICG). Ce projet lancé aux débuts des années 1970 par Henri-Irénée Marrou et financé par le CNRS avait donné lieu à l’édition des inscriptions de trois provinces gauloises entre 1975 et 1997 (Viennoise du nord, Belgique première, Aquitaine première).

Fonds Luce Pietri. Fragment d’une notice d’une inscription funéraire provenant de Lyonnaise

La documentation laissée au CESCM par Nancy Gauthier et Luce Pietri rassemble recherches, photographies, notices d’inscriptions non publiées. Dans le même mouvement a été initié un travail de recension des inscriptions données comme tardo-antiques et alto-médiévales mentionnées dans ces fonds. Le récolement s’est accompagné de l’élaboration d’un outil de pré-inventaire permettant à terme, l’exploitation de ces données.

Dans la continuité du travail d’archivage et de pré-inventaire des inscriptions tardo-antiques de Gaule engagé par Morgane Uberti entre mai et juillet 2018, la mission de Cheyenne Noel, en décembre 2018, a permis de clore le classement des archives documentaires léguées par Luce Pietri et Nancy Gauthier au printemps 2018 et d’enrichir l’inventaire de 186 inscriptions pour la seule Germanie. Cheyenne Noel, intégrée au projet en raison de son travail de doctorat sur le mobilier liturgique tardo-antique et médiéval avait également pour mission le recensement de ce matériel en tant qu’il était épigraphique.

Face à la difficile identification de la fonction des documents rencontrés, à l’indétermination des contextes, sa mission est allée bien au-delà de l’établissement d’un corpus d’une catégorie d’objet. La mission de Cheyenne Noel a été aussi l’occasion de lancer et penser le recensement et l’intégration à l’outil de pré-inventaire du petit mobilier inscrit, quel qu’il soit.

Plat dit de « Montbellet », IVe/Ve siècle, Musée Denon
Détail de l’attache du plat dit de « Montbellet »

La collecte a donc porté plus largement sur tout type de « petit » mobilier inscrit afin de dresser un premier bilan d’une documentation finalement peu connue et mal référencée. Après un premier dépouillement des corpus existants (Le Blant, E., Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe s., I-II, Paris, 1856-1865 ; ibid. Nouveau Recueil, Paris, 1892), ce sont les archives de Nancy Gauthier relatives aux inscriptions provenant de Germanie Première (Mayence, Andernach, Worms, Bingen et environs) qui ont été consultées. Cette première exploration a permis l’enregistrement de 61 inscriptions « mineures » dans l’outil de pré-inventaire ; les volumes d’Edmond Le Blant n’en référençaient que 34 pour l’ensemble de la Gaule.

Gourde de Concevreux, VIe siècle, Musée des Beaux-Arts de Cambrai

Ces inscriptions montrent la très grande diversité des objets portant un écrit, des matériaux, des messages qui y sont inscrits mais aussi des contextes d’utilisation ou, pour le moins, ceux supposés. Aussi trouve-t-on une ‘gourde’ en bronze, des stylets en bronze, des cuillères d’argent, des anneaux, des fibules, une lance, entre autres…

Se constitue ainsi un vaste corpus documentaire qui soulève nombre de questions sur les modalités d’usage(s) de ces objets, sur la valeur de l’écriture dans la détermination d’une fonction tout interrogeant nos propres pratiques lorsqu’il s’agit d’identifier et classer ces objets. Cet inventaire rendra compte, à terme, de la richesse et de la variété du phénomène épigraphique dans la Gaule tardo-antique et alto-médiévale.

C’est donc un travail de très longue haleine qui s’est engagé en 2018, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers. Le soutien financier de la fondation Vauchez-Balzan, la confiance de Luce Pietri et Nancy Gauthier ont permis de poser les premières pierres d’un projet qui ne peut être pensé que sur le long terme, dans le partenariat et la mutualisation des efforts et des savoirs. La confiance de la fondation Vauchez-Balzan, reconduite pour l’année 2019, permet d’avancer un peu plus ce travail de recensement et d’engager une réflexion sur les modalités de sa pérennisation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.