écritures éphémères ? CR I

Peut-on vraiment parler des inscriptions comme d’une écriture éphémère ? C’est cette interrogation, mêlant provocation et paradoxe en prenant à contre-pied un des éléments de la définition même de l’épigraphie, la durabilité, qui a été explorée lors de la première séance de séminaire. L’adjectif « éphémère » – étymologiquement qui ne dure qu’un jour – évoque le transitoire, le périssable, le fragile et le non répétable, et fait surgir des images de doigts traçant un message sur la buée d’une vitre, sur le sable, ou de reconnaissance de formes de lettres dans les nuages. Tracés plus que traces en réalité. L’écriture, à l’inverse, permet la répétition, assure la stabilité, tant temporelle que spatiale, rend permanent et durable un discours qui sinon s’évanouirait. Alors que l’éphémère semble échapper à tout type de média, les inscriptions permettent au contraire de transcender le temps et la matière, en particulier l’éphémère de la vie, du corps qui redevient poussière. À travers la question « écritures éphémères ? », c’est le rapport entre temps/temporalité et inscription qui est mis sous le feu des projecteurs. Cette question déjà largement abordée n’est pourtant pas épuisée, il reste des angles morts, notamment ceux concernant la temporalité propre de l’objet épigraphique, sa durée de vie, sa labilité, la pertinence ou l’obsolescence du message contenu sur la longue durée, la résistance du matériau, le temps de l’effacement pour ne donner que quelques pistes. Il s’agit donc de soumettre les quatre dimensions de l’inscription (matérielle, textuelle, contextuelle et fonctionnelle) au crible du temps long.

 

Pierres de différente dureté

Graver dans la pierre pour l’éternité ? A partir des inscriptions du cloître de Roda de Isabena en Espagne, Thierry Gregor explique les différents aléas qui peuvent altérer la pierre, car si le matériau brut semble pérenne et indestructible, les conditions réelles d’utilisation en modifient les qualités : le remploi et l’usure voire la désagrégation, à travers la patine, le chaulage, les maladies. Au début du processus, lorsque le bloc de calcaire est extrait de la carrière, il perd son eau de carrière ; puis, lors de la migration des sels minéraux entre l’intérieur et le parement de la pierre, se forme en surface une « peau » superficielle appelée le calcin. Deux mêmes blocs de pierre, suivant leur place dans un monument, ne subissent pas les mêmes contraintes et peuvent évoluer différemment : face au soleil, dans un endroit sujet au gel, positionnés en bas de structure, ou encore dans une étable où ils sont sujets à l’attaque du salpêtre. Les pierres environnantes jouent également un rôle, suivant la différence de dureté : la migration de l’eau est stoppée par une pierre plus dure et les échanges lors de cycles de gel, pluie, se font par la partie inférieure des blocs ce qui dissout la pierre. Les conditions environnementales, l’eau, les sels, les altérations biologiques et la pollution agissent sur la désagrégation des pierres. S’ajoute le rôle de l’homme : défauts de mise en œuvre, usage et changement d’usage, manque d’entretien, traitements inadaptés, fréquentation excessive et vandalisme. Que les problèmes soient d’ordre mécanique, physique ou biologique, ils entraînent des pathologies. 

Desquamation

La pierre peut perdre de la matière, connaître une altération chromatique ou des dépôts, comme encroûtement ou l’efflorescence, avoir une colonisation biologique par des algues, lichen, mousse ou moisissure etc. Plus de 70 pathologies existent et sont parfois concomitantes. Les centaines d’inscriptions du cloître de Roda, de l’incision à la gravure profonde, montrent les différents stades et états de conservation des pierres, certaines ayant subi des désordres allant de la simple usure à l’effacement quasi total. Une telle étude fine de la vie de la pierre apporte un éclairage nouveau sur l’histoire du cloître, ses démontages et remontages, subodorés lors de la dernière mission de terrain.

 

C’est un autre matériau que Marie Charbonnel a mis sur la table : la peinture monumentale, se demandant si ce médium devait être considéré comme moins durable que la sculpture. Contrairement à cette dernière, l’écriture ne prend pas forme par l’enlèvement de matière, mais par un ajout, de nature différente, sur une surface préparée à la recevoir. Les sépultures des grands prieurs de la commanderie hospitalière de Saint-Jean de Montbrison, siège de la langue d’Auvergne, montrent une cohabitation des messages gravés et peints, pensés comme un tout à la fin du XIIe et au XIIIe siècle. Ils n’étaient donc pas considérés comme différents dans leur rapport au temps. Il en va de même pour l’ensemble mémoriel d’Isabeau d’Arcourt comprenant peintures murales et plaque inscrite au XIVe siècle. Confie-t-on cependant le même message à l’un et l’autre médium ? Une inscription lapidaire peut d’ailleurs avoir recours à la peinture et la polychromie pour amplifier sa lisibilité. La plaque de fondation de Barthélémy Buyer, imprimeur, dans l’église Saint-Nizier à Lyon, a été réalisée au milieu du XVe siècle, et les lettres sculptées ont été remplies d’un enduit noir. La peinture peut surtout être recouverte par une autre couche de peinture qui vient par exemple remettre au goût du jour un thème iconographique comme au prieuré de Notre-Dame à Cloyes-sur-le-Loir, un premier Christ en majesté des XIe-XIIe s. est recouvert d’un second au tournant des XIIIe-XIVe s. Le degré d’épaisseur du palimpseste dépend surtout du degré d’occupation du monument. La peinture n’entraîne pas une logique d’effacement, mais de recouvrement partiel ou total ; elle permet justement les retouches, les reprises, et en ce sens peut être en permanence actualisée.

La cire est le troisième matériau traité grâce à l’intervention de Philippe Jacquet, « une écriture fragile pour le temps, le quotidien d’un restaurateur de sceaux ». La cire d’abeille est composée d’éléments organiques qui se détériorent facilement. Matériau de couleur jaune, elle est hydrophobe, et sa densité lui permet de flotter. Suivant la température, elle est solide, malléable ou liquide.

Sceau de Pierre de la Chatre, patriarche de Bourges

C’est une matière ductile. Pour réaliser les sceaux, elle ne s’emploie pas pure mais avec des pigments (terre colorée, minium, cinabre, vert de gris) qui viennent modifier son comportement. On y ajoute aussi des corps gras (suif de mouton), facilitant la mise en place du sceau.

Ces additifs modifient toutefois le vieillissement de la cire avec la perte des composants volatiles qui la rendent encore plus cassante. Les zones de vieillissements des sceaux peuvent varier, notamment autour des liens (lacs de soie, rubans tissés, cordelettes de chanvre, bandes de parchemins etc.), mais les légendes, étant habituellement une écriture périphérique, sont les plus souvent atteintes par la dégradation, que ce soit l’effritement, la perte de substance ou à cause d’un choc reçu. Les altérations peuvent donc être physiques, biologiques ou encore chimiques. La question de la fragilité et de l’altération du sceau n’est pas nouvelle et s’est posée dès le Xe siècle. Un sceau cassé, par exemple, met un jeu sa propre validité et en conséquence celle du document, l’un et l’autre faisant partie du même système. Témoignent de cette préoccupation de bonne conservation du sceau la nécessité de renforcer les inscriptions sur le contre-sceau, ou encore l’existence de petites boîtes en bois et de petits sacs de parchemins garnis d’étoupe.

            La seconde partie de la journée a porté sur l’actualité de la recherche en épigraphie. Annick Gagné a présenté les résultats de sa thèse de doctorat en cotutelle entre l’Université Laval à Québec et l’Université de Poitiers (soutenue le 18 décembre 2019 au CESCM), insistant sur les inscriptions de dédicace et la restauration sociale et matérielle de l’Église. Ces textes gardent la trace épigraphique du rituel qui opère une transmutation de l’espace, la maison de pierre bâtie par les hommes devenant Maison de Dieu. Une nouvelle typologie à partir de l’étude du formulaire de ces inscriptions liées à la consécration (environ 245 pour toute la France) a fait émerger les inscriptions « brèves » de dédicace, qui sont concentrées dans le sud de la France entre le IXe et le XIIs. (63 textes). Les éléments textuels fondamentaux – la date, le verbe de consécration, le nom du saint patron – sont similaires à l’ordre des informations du calendrier liturgique.

Inscription de Saint-Pierre-de-Bessuéjouls

Ces inscriptions ont donc une forme textuelle qui les distingue, à laquelle s’ajoute une irrégularité de l’écriture dans la plupart des cas. Certains supports et localisations ont été privilégiés pour placer ces textes, que ce soit pour leur valeur esthétique et symbolique, ou par leur association à un élément important, voire un élément pivot de la structure ecclésiale. Le support qui revient le plus souvent est la pierre d’appareil, appartenant au piédroit, au pilastre ou pilier ou au mur, mais les linteaux, les chapiteaux, les corniches et les autels sont aussi utilisés. En replaçant les objets-supports dans leur élément architectonique il est apparu clairement que ceux-ci sont liés à un lieu de passage, dont les principaux sont la porte et l’arc triomphal. Les inscriptions sur d’autres éléments, tels que le mur, une arcade aveugle ou encore la toiture, ont ensuite permis d’approfondir la signification de ce contexte. Sous le porche, sur l’arcade du mur nord, ou encore sur le mur de l’abside, elles sont toutes visibles avant de pénétrer dans l’église ou en franchissant la porte : elles s’imposent à la vue du fidèle avant ou au même moment où il aperçoit l’autel, qui contient les reliques des saints, qui ouvrent une autre porte, celle entre l’espace terrestre et l’espace céleste . Ces lieux apportent donc une charge symbolique supplémentaire – étroitement liée à la transformation et à la présence des saints dans l’édifice – à l’inscription brève de dédicace.

Morgane Uberti présente le projet Inscriptions de Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (IGAMA). L’épigraphie de cette période de transition est, en France, l’impensé des grandes entreprises éditoriales qui traitent soit de l’Antiquité classique (ILA-Inscriptions Latines d’Aquitaine, ILN-Inscriptions Latines de Narbonnaise), soit du Moyen Âge (CIFM – Corpus des inscriptions de la France médiévale). Le RICG – Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, après la publication de trois volumes, est tombé en déshérence après 1991. Depuis deux ans, grâce au financement de la Fondation Vauchez (Balzan), la documentation réunie par les chercheurs du RICG (notes, clichés, relevés), matériau riche et inédit, a commencé à être collectée et archivée au CESCM et au Centre Camille Jullian à Aix. Un pré-inventaire des inscriptions est en cours, notamment pour les petits objets jusqu’alors exclus du RICG : ce fut le travail mené par Cheyenne Noel à l’automne 2018. Un projet inter-MSHS (Poitiers, Bordeaux, Aix) a été déposé dans le but de créer les conditions du lancement d’un véritable Corpus des inscriptions du Ve au VIIIe siècle en Gaule, et de fédérer les chercheurs concernés, les spécialistes des pratiques d’écriture, et les homologues étrangers (italiens, espagnols, allemands) pour penser un projet ultérieur à échelle européenne (ANR DFG). Il ne s’agit pas de relancer le RICG en tant que tel, mais de repenser l’ensemble de la documentation de cette période en ne se limitant plus aux seules inscriptions dites chrétiennes, participant ainsi aux réflexions épistémologiques sur la discipline épigraphique (sa nature, ses limites). La vertu de cette approche englobante est de mieux rendre compte de la diversité des pratiques et/ou cultures écrites entre Antiquité et Moyen Âge tout en s’interrogeant sur l’idée – répandue – d’un déclin culturel mesuré à l’aune unique de la disparition des inscriptions monumentales. La Gaule se présente par ailleurs à cette période comme un espace de mobilité (migrations germaniques) et de pluriculturalisme (langues, croyances) propice à des phénomènes d’hybridation dans les pratiques d’écriture, dont il reste à mesurer les modalités et les degrés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.