Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest

Le dernier volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale vient de sortir, sous la plume de Cécile Treffort, avec pour titre : Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe-fin Xe siècle). Disponible chez CNRS éditions ici

Dérogeant au principe de l’avancée géographique des volumes propre à la série classique et envisagé dans une perspective thématique, il est consacré aux inscriptions funéraires réalisées ou utilisées en Anjou, Maine, Touraine et Poitou entre le milieu du VIIIe siècle et la fin du Xe siècle. Né d’un travail plus général portant sur la forme et le rôle des épitaphes dans le monde carolingien (Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu VIIIe-XIe siècle), Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2007: en ligne ), il en a représenté le socle documentaire et espère répondre au besoin de la communauté scientifique de disposer de sources fiables et diversifiées pour analyser la société du haut Moyen Âge.

Véritables épitaphes (plates tombes, couvercle de sarcophage ou stèles placées sur les sépultures), plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe, ou encore compositions littéraires à caractère épigraphique restées manuscrites : ce sont quatre-vingt-trois inscriptions qui sont rassemblées dans ce corpus, éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées. Chaque texte est accompagné de nombreux dessins et clichés photographiques (le lecteur trouvera même tous les clichés de détails sur TITULUS dès que le volume sera en ligne). Ainsi en est-il par exemple d’une ardoise angevine commémorant le décès d’Autbertus (+ 784). Le relevé a permis de mettre en lumière les graffitis, tels les ébauches de lettres ornées au-dessus de l’inscription, le B de obiit portant un fragment de Ps 76[75], 2 ou le petit chien gravé dans le D de kalendas.

Le corpus est précédé d’une partie synthétique plus développée que dans les volumes classiques, permettant de mettre en valeur la richesse de la collection et de la replacer dans son contexte historique et d’exposer les bases méthodologiques.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. En effet, le lecteur se trouve plongé au cœur de l’histoire du regnum Francorum, que ce soit à travers les centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, les lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou des agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ébroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin (voir ci-contre le relevé réalisé par Dom Fonteneau, bénédictin du XVIIIe s. conservé à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers) et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

De multiples observations matérielles et techniques viennent en outre compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.