Les inscriptions romanesques dans la prose arthurienne

Inscriptions et littérature, inscriptions comme littérature, tel était  le thème original du colloque co-organisé octobre 2019 par Sandrine Hériché-Pradeau, maître de conférences en Langue médiévale à la Sorbonne-Université (avec Maud Pérez-Simon). Il s’agissait en réalité d’une réflexion au long cours menée par S. Hériché Pradeau puisqu’elle avait l’objet de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 2014, « Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres », qui vient de sortir début mars 2020 en librairie.

De fait, la prose romanesque arthurienne (XIIIe-XVe siècle) fait volontiers référence, au détour du récit, à des inscriptions qu’il est donné de lire à un lecteur fictif, le plus souvent un chevalier errant en quête de sens. Elles constituent même un motif récurrent et un outil narratif.

A partir d’un corpus impressionnant – Lancelot-Graal, Suite du Roman de Merlin, Prophesies de Merlin, Tristan en prose, Roman de Meliadus et de Guiron le Courtois, Perceforest, le Livre du Cuer d’Amor espris de René d’Anjou -, l’auteur analyse ces inscriptions dans des perspectives littéraires, poétiques, linguistiques et historiques, en ayant aussi recours à la pragmatique avec l’oralité, la narratologie, la théorie de l’image, la magie et l’intertextualité.
Comment l’inscription questionne-t-elle les notions d’autorité, d’espace, d’oralité et de mémoire ? En tant qu’elle est écriture, et donc image, dans quelle mesure peut-elle être perçue comme une imago, mentale ou matérielle ? Dès lors qu’elle manifeste le double caractère sacramentel/saint et magique/diabolique de l’écriture, l’inscription participe aussi fréquemment de pratiques magiques et prophétiques, que les romanciers se plaisent à mettre en scène.
Galaad et la nef inscrite du roi Salomon: Le Roman de Tristan (15e siècle) Bibliothèque de Dijon, ms 527, f. 115

En prose mais également en vers, anonyme ou signée, brève ou prolixe, mouvante, illisible ou monumentale, reposant sur le métal, la pierre, le bois ou la chair, l’inscription romanesque possède de multiples facettes, qui en disent long sur le pouvoir de l’écrit au Moyen Age. Son caractère énigmatique et le déchiffrement qu’elle demande, son caractère prophétique annonçant l’avenir, son caractère d’intervalle enfin sont autant d’aspects mettant à l’épreuve le sens, le temps et l’espace dans le récit.

C’est une véritable poétique de l’inscription que fonde cet ouvrage, où l’érudition se marie avec bonheur avec l’élégance et la fluidité du style. L’épigraphie devient un outil littéraire, tandis que la littérature permet de comprendre comment l’imaginaire médiéval a perçu et joué avec cette source écrite et matérielle. Nul doute que le vaste champ qui s’ouvre ici à la croisée des disciplines sera riche et fructueux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.