Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, retour aux sources : Paris, Berlin

Travis : « It’s a kind of a long story »,
Jane : « I got plenty of time »
Scène de la cabine de peepshow, Paris-Texas, 1984.

W. Wenders, R. Muller, Paris, Texas, 1984 ET R. Rossellini, R. Juillard, Germania, anno zero, 1948

Si Paris n’est pas ‘à’ Berlin, si Berlin n’est pas le Texas, l’épigraphiste, quelle que soit sa période de prédilection, pourrait s’y rendre (Paris et Berlin…) comme il se rendrait sur les lieux d’une conception. Il y retrouve les traces d’une génération, quand l’érudition épigraphique s’est muée en discipline, avec ses principes éditoriaux nécessaires à la mise en œuvre de recueils d’inscriptions aux ambitions d’exhaustivité, en temps, en lieux.

Et si suggérer que l’épigraphie de la Gaule chrétienne relève d’un paysage aussi désolant que celui d’une ville après-guerre est aussi indélicat que galvaudé, il faut bien convenir que ce champ de la recherche reste aujourd’hui largement à réédifier pour le moins à l’échelle du panorama académique français. Se rendre à Paris ou encore à Berlin pour explorer des notes laissées par des savants portés par une intention commune – l’établissement de corpus comptant de manière plus ou moins détournées des inscriptions tardo-antiques – comptait comme un pas nécessaire pour poursuivre à nouveau un chemin déjà emprunté. 

Les documents qu’il s’agissait d’explorer à Paris et à Berlin constituent en effet les traces d’un tournant dans la constitution de l’épigraphie en tant que discipline. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’épigraphie latine est marquée par la première véritable entreprise éditoriale, organisée et structurée, dédiée aux inscriptions : celle du Corpus Inscriptionum Latinorum hébergé par l’Académie des sciences berlinoise et porté par Th. Mommsen. Il est nécessaire de rappeler là que le CIL, s’il est d’abord connu comme le corpus des inscriptions latines de la Rome classique, intégrait et intègre toujours des inscriptions au-delà du temps de l’Imperium Romanum. Suivant les mêmes principes qu’un projet français porté par le ministre de l’instruction publique, M. Villemain (1843-1846 : le projet n’a pas abouti), la collection allemande incluait les inscriptions allant jusqu’au VIe s. La marge de tolérance chronologique était néanmoins laissée à la responsabilité de l’éditeur du volume, en fonction du matériel rencontré. Enfin, nous le savons, il est bien difficile de dater avec précision les inscriptions en allant vers le Moyen Âge… Le principe était donc celui d’une intégration prudente plutôt que celui de l’exclusion, suivant les degrés de romanité que l’éditeur reconnaissait à l’objet. Aujourd’hui, il apparaît que certaines inscriptions qui y ont été intégrées sont certainement bien plus tardives que le VIe s. A côté de cette entreprise plutôt englobante, dans un même mouvement, et/ou à la faveur de cet élan, l’épigraphie chrétienne gagnait sa dignité épistémologique grâce aux travaux d’E. Le Blant en France ou encore G. B. De Rossi en Italie (ICVR), aussi et surtout grâce aux soutiens apportés par des instances fédératrices et structurantes : l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en France et la Commission d’archéologie sacrée à Rome. Les champs d’une érudition « scientifique » ne s’établissent et ne se consolident (hélas ?) qu’avec une reconnaissance institutionnelle, un espace désigné, hier comme aujourd’hui. 

En fin d’année 2019, les financements obtenus de la part de la fondation Vauchez ont conduit à deux courtes missions de recherche en archives, l’une à Paris, à la bibliothèque de l’Institut de France, la seconde à Berlin, à l’Académie des Sciences et Humanités Berlin-Brandenburg (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften) au sein du centre de recherche du Corpus Inscriptionum Latinorum. Le centre rassemble les archives des chercheurs ayant travaillé à la publication des différents volumes du CIL depuis sa prise en charge par Th. Mommsen en 1852 au sein de l’Académie. Ces volumes avaient pour ambition le rassemblement exhaustif et l’édition des inscriptions de l’Empire romain, de manière géographique et thématique.

Ces recherches, à Paris et à Berlin, avait pour objectif d’estimer la richesse des fonds érudits ainsi que leur pertinence dans la construction d’un projet dédié aux Inscriptions de la Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (projet IGAMA, en cours de montage). Peut-on retrouver le fil d’inscriptions perdues ? Peut-on espérer consolider certains dossiers épigraphiques anciens ? Enfin, en termes d’histoire de la recherche, la consultation de ces fonds aide-t-elle à comprendre les modalités de constitution d’une discipline, la construction de son identité et avec elle celle de son objet : l’inscription chrétienne/tardo-antique/alto-médiévale ? C’est avec toutes ces questions que les seuils des deux Académies ont été franchis.

Après un très bref passage à Paris, où l’accès à la bibliothèque de l’Institut a été facilité par la recommandation d’André Vauchez (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), la résidence berlinoise fût une belle occasion de rencontrer les collègues du Corpus Incriptionum Latinorum, en particulier sa directrice Ulrike Ehmig ainsi que Beate Zielke. Je les remercie ici chaleureusement pour leur accueil et leur disponibilité lors de mon séjour. Les deux missions ont été l’occasion d’un premier sondage dans des fonds choisis, ceux d’E. Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France, notamment sa correspondance (ms. 1707 : correspondance), et ceux d’O. Hirschfeld alors responsable du volume XIII du CIL, consacré aux inscriptions de Gaule et de Germanie.

Au CIL, le dépouillement concernait les fonds réunissant les notes de travail d’O. Hirschfeld, en particulier celles relatives aux inscriptions tardo-antiques dans les provinces d’Aquitaine et de Belgique. Les boîtes non relatives à un volume, mais indiquant falsae (qu’est-ce qu’un éditeur du CIL écarte ? Et pourquoi ?), varia ou encore Fotographien ont également été ouvertes, elles ont été sans doute les plus riches de surprises (nulle photo par exemple dans la boîte Fotographien…). Le travail reste néanmoins à mener pour les autres provinces de Gaule ainsi que pour la Narbonnaise.

Certains dossiers d’inscriptions tardo-antiques aujourd’hui disparues se sont donc étoffés d’autres représentations de l’objet, de notes d’acteurs oubliés, de lectures inattendues parfois, mais les tris réalisés par l’éditeur en vue de la notice finale ne sont pas à discuter.

Les six boîtes ouvertes à l’Académie offrent d’abord un terrain d’étude pour qui s’intéresserait à la génétique textuelle d’un épigraphiste berlinois dans la seconde moitié du XIXes. (des premières fiches d’inventaires, en passant par la notice circonstanciée, puis des brouillons aux notices jusqu’aux premières épreuves raturées).

 

Elles rendent compte d’un regard sur ce qu’est ou devrait être une inscription tardo-antique ainsi qu’une inscription médiévale pour au moins l’un des éditeurs du CIL. C’est ainsi avec surprise que l’on découvre qu’un lot d’inscriptions mérovingiennes provenant de France (Neuvicq-Monguyon, Charente) et dont l’authenticité est tout à fait hors de cause aujourd’hui a été mis au rebut, ces inscriptions étant classées dans une boîte rassemblant les prétendus faux… Une attention méticuleuse portée à ces inscriptions montre ainsi plusieurs cas qui a priori médiévaux, qui a priori faux, qui a priori douteux évidemment non retenus dans la publication définitive du volume. Il resterait aujourd’hui à examiner ces dossiers plus en détail, à retrouver leur trace peut-être ailleurs, à moins que cette discrimination éditoriale et autoritaire ait suffit à décider de leur sort, autrement dit de leur perte.

Ce premier travail exploratoire mené entre Paris et Berlin a d’abord montré la force des sociabilités savantes dans le champ de l’épigraphie, dans le dernier quart du XIXe siècle : ces sociabilités sont bien vivantes entre France, Allemagne et Italie.

Que l’on lise les lettres reçues par E. Le Blant ou encore celle reçues par O. Hirschfeld, c’est bien tout un réseau européen de correspondants qui se révèle et qu’il resterait donc à formaliser et analyser en termes de dynamiques. Les mêmes acteurs, parmi lesquels se comptent entre autres C. Jullian, A. Allmer, H. Dessau, A. Héron de Villefosse, E. Espérandieu, mais aussi des érudits locaux échappant aux instances académiques et universitaires écrivent à Paris, au spécialiste d’une épigraphie chrétienne, comme ils écrivent à Berlin pour aider à l’énorme entreprise ‘classique’ tenue par Th. Mommsen, comme ils ont également écrit à Rome à G. B. De Rossi (Bibliothèque Vaticane, Rome : Ms. Vat.Lat. 14263 à Ms.Vat.Lat. 14275). Il s’agit toujours d’informer d’une découverte, de demander un avis, d’émettre un doute sur l’invention épigraphique suspecte d’un collègue ; toujours de compiler et de centraliser les informations épigraphiques : c’est bien l’une des principales intentions, explicite, de ces correspondants.

À Paris comme à Berlin, dans le fatras des notes consultées, c’est d’abord un regard à l’œuvre qui se révèle ; la formation d’un regard confronté à des documents d’un entretemps – entre Antiquité et Moyen Âge – avec déjà la difficulté de les qualifier conjuguée à celle de leur prise en charge, même avec la plus scientifique des volontés. Dans l’embarras né de l’économie de ces inscriptions, qui s’accompagne d’un embarras à franchir trop vite le seuil du Moyen Âge (le VIe s. vraiment ?) se dessine en creux les caractéristiques des inscriptions entre Antiquité et Moyen Âge. Et, par ricochet, c’est donc la construction d’un regard sur une période qui ne disposait pas encore de son nom que l’on découvre et sa nécessité ; le matériel épigraphique en serait l’un des symptômes.

En 1901, une fois publiés les recueils d’ E. Le Blant et nombre des volumes du CIL, les travaux de l’école viennoise d’histoire de l’art (Riegl, A. 1901, Die spätrömische Kunstindustrie nach der Funden in Österreich­Ungarn, Vienne  traduit en français en 2014 sous le titre l’Industrie d’art romaine tardive  et Strygowski, J. 1901, Orient oder rom. beiträge zur Geschichte der spätantiken und früchristlichen Kunst, Leipzig) entérinèrent alors l’existence d’une Spätantike, soit l’Antiquité tardive comme période en soi, avec ses particularités et pour A. Riegl, une force d’invention et une pulsion créative autonome en quelque sorte. Depuis lors, la conjugaison du « concept » de Spätantike et des sources épigraphiques a pris divers chemins, plus souvent marqués d’ailleurs par la scission entre épigraphie païenne et chrétienne ; la question même d’une épigraphie tardo-antique étant finalement relativement récente (en 1986, le colloque de l’AIEGL, La terza età dell Epigrafia marque à ce titre un tournant). Mais lorsque la question est posée, la tradition Rieglienne qui lie la production artistique tardo-antique à une intentionnalité, un vouloir artistique – Kunstwollen – inhérent à la période, n’est à ma connaissance pas convoquée. Décryptée, analysée, renégociée (l’affaire est loin d’être simple d’où mon silence humble sur le sujet) par les historiens historiographes, les historiens de l’art, les théoriciens de l’histoire de l’art, elle ne semble pas avoir franchi le seuil de la discipline épigraphique. Après tout, les inscriptions n’ont jamais compté dans l’œuvre d’A. Riegl. Pourtant, la concordance de temps entre les premières discussions historiennes sur ces inscriptions de l’entre-deux et la conceptualisation d’une période qui s’est accompagnée de l’émergence de réflexions relatives à des « questions de style » et/ou  une histoire des formes autonomes (avec pour l’art de l’Antiquité tardive la mise en avant de de l’intervalle et donc l’élévation du vide/fond ou encore le passage de l’ « haptique/tactile » à l’ « optique/visuel » dans les modalités de réception) mériterait peut-être que l’on s’y arrête. Alors même que l’inscription est aujourd’hui examinée pour sa matérialité et sa visualité, revenir prudemment à l’analyse Rieglienne de la production artistique et artisanale tardo-antique pour appréhender les expériences épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge serait peut-être un pas à oser, histoire de voir. Mais c’est là un tout autre sujet. 

Plus directement et plus concrètement, l’exploration de ces archives révèlent des manières de travailler. Ces pratiques témoignent d’une véritable structuration de la recherche épigraphique à cette date : sa solidité et sa vitalité repose sur les liens entre correspondants locaux et personnalités centralisatrices, dont les visites in situ (et les examens de visu !) sont loin d’avoir été systématiques. La construction d’une érudition « disciplinée » et « disciplinaire» passe aussi par la systématisation d’une méthode éditoriale et il est intéressant de voir ici que les auteurs contemporains des recueils d’inscriptions dites chrétiennes ne s’en sont finalement nourris qu’en partie (question de formation ?), alors même que la méthode historique allemande, qu’elle concerne les sources classiques ou médiévales, a bien marqué les pratiques érudites pour les périodes afférentes, suivant des rythmes différents bien sûr, suivant des dynamiques variables, entre collaboration et émulation, suivant des modalités d’institutionnalisation diverses aussi.

Les archives berlinoises ont souffert de l’histoire et ce qu’elles offrent aujourd’hui est à l’image de ce qu’il reste à faire : restructurer, réorganiser, réinterroger la place de l’inscription tardo-antique et alto-médiévale dans notre paysage disciplinaire, a fortiori en France, avec pour première tâche, la plus ingrate, sans conteste la moins « bankable » : la compilation de nos sources.              Assurément, l’entreprise est lancée, sur le modèle d’une sociabilité savante dite 2.0, grâce au soutien de quelques-uns, au premier rang desquels on trouve le CESM et la fondation Vauchez, grâce à l’engagement généreux, parfois gracieux (parce qu’il faut dire ce qui est), de quelques irréductibles fidèles.                                                         

Mais à l’égal de Travis, l’entreprise porte souvent une casquette rouge et chemine avec une vieille paire de chaussures, à l’affût des appels à projets. Sa pérennité dépend pourtant d’une véritable reconnaissance institutionnelle, exactement ce qui, au XIXe s., a permis d’élever l’épigraphie, jusqu’alors lubie d’antiquaires, au rang de discipline de la connaissance historique, scientifique. Sa pérennité dépend plus encore d’un espace intellectuel et institutionnel dédié et stable, un lieu rendu indéfectible en quelque sorte qui laisserait le temps à la construction des savoirs et à leur transmission (de la collection à la réflexion). Alors seulement, nous pourrons entamer une année 1 dans l’épigraphie tardo-antique des Gaules en France. Et il est peut-être temps d’y aller.

W.Wenders, R. Muller, Paris, Texas, scène finale.

Quelques suggestions de lectures :

Boll, K., Machado, C., Chr. Witschel, 2017 : « Defining the Field : The Epigraphic cultures in Late Antiquity », The Epigraphic Cultures of Late Antiquity, Stuttgart, 15-30.  

Inglebert, H. : « De l’Antiquité au Moyen Âge : de quoi l’Antiquité tardive est-elle le nom », Découper le temps-Actualité de la périodisation en histoire, Atala 17, 117-131.

Caillet, J.-P. 2009 : « Alois Riegl et le fait social dans l’art de l’Antiquité tardive », La démocratisation de la culture dans l’Antiquité tardive, Antiquité tardive, 9, Turnhout, 47-51.  

Tantillo, I. 2017 :  «Defining Late Antiquity through Epigraphy ? » in : R. L. Testa ed., Late Antiquity in Contemporary Debate, Cambridge, 57-77.

Et enfin, un exemple bien qu’a priori très loin de l’épigraphie (encore que) sur ce que « peut » Riegl :

Carbonni M., 2012 : « Ornement et Kunstwollen », Inactualités de l’ornement. Images re-vues, 2012 [en ligne : consulté le 18 avril 2020].

Morgane Uberti, membre associée au laboratoire Ausonius, Bordeaux. (c) Uberti, sauf mention contraire.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.