L’épigraphie latine dans l’Orient médiéval : l’ERC GRAPH-EAST

L’épigraphie médiévale de l’Orient latin « ressemble à un désert scientifique » (C. Treffort, 2011). Ce constat est toujours vrai : les inscriptions de cet espace sont mal connues et très peu étudiées. Mis à part l’ouvrage sur les épitaphes de la colonie génoise de Constantinople (Dallegio d’Alessio, 1942), l’édition des inscriptions de Terre Sainte (De Sandoli, 1974) et le catalogue des pierres tombales chypriotes (Imhaus, 2004), ces textes sont abordés de manière fragmentaire et circonstancielle, dans des monographies ou dans le cadre d’études plus générales (par ex. Ivison, 1996, Pringle 1997-2009, Claverie 2013). L’ensemble des informations pour étudier cette documentation est incomplet, éparpillé, parfois difficile d’accès. Les pièces publiées n’ont pas de protocole commun, et nombreux sont les inédits. Or, si ce champ n’existe pas encore, deux raisons font penser que le terreau est désormais fertile pour le créer.

C’est tout le projet de l’ERC Starting grant GRAPH-EAST – Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ – mais en changeant d’échelle et de paradigme afin de voir cette écriture en alphabet latin autrement. Il faut sortir de la focalisation des croisades et des entités politiques qui en sont issues, avec leur périmètre restreint tant chronologique que géographique, pour adopter une perspective plus large, adaptée à la présence latine elle-même, liée aussi largement aux échanges commerciaux – que l’on pense aux colonies installées par les républiques maritimes italiennes que sont Amalfi, Pise, Gênes et Venise, ou à la présence des Catalans – et aux pèlerinages, jusqu’à l’occupation ottomane, soit du VIIe au XVIe s. Un changement d’échelle spatiale s’impose aussi en pensant l’ « Outremer », pour reprendre le terme employé par les médiévaux eux-mêmes, ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la mer Noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays, de Corfou à Alep, du delta du Nil à la presqu’île de Crimée.

Ce premier changement a pour conséquence de faire entrer en scène les autres écritures et réévaluer le statut du système graphique latin, ce qui entraine le second changement, celui de paradigme. La notion d’ « Orient latin » pourrait laisser croire à une latinisation lisse et uniforme, confondant dans l’adjectif « latin » les questions d’écriture, de langue, de culture et de rite religieux, et se réduisant souvent aux deux siècles de croisades. Le terme « latin », synonyme d’occidental, voile, de plus, une diversité des communautés qui sont loin de former un ensemble homogène par leurs origines, leurs langues, leurs statuts et rôles politiques, rassemblées autour de trois grandes activités : le commerce, la guerre, les pèlerinages, voire les voyages de découverte.

GRAPH-EAST entend relever 3 défis pour décloisonner et proposer une vision dynamique de l’épigraphie. 1) Réunifier inscriptions et graffiti, 2) Élargir l’environnement graphique : les écritures en contact, 3) Penser l’épigraphie en mouvement.

Le cas de Bethléem résume l’ensemble de cette approche. L’achèvement en 2019 des restaurations de l’église de la Nativité, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Christ, a fait ressurgir une vraie symphonie – parfois cacophonie – graphique. Les inscriptions latines, grecques (1, 5, 6) et syriaque (4) du XIIe sur les mosaïques murales et les colonnes de marbre peintes sont un cas presque unique montrant la coopération étroite entre le pouvoir byzantin, la domination latine et l’épiscopat de Bethléem, reflet de la recherche d’Union des Églises (G Kühnel 1988, B. et G. Kühnel 2019). Il faut y ajouter les textes en arménien (3) et en arabe (2) gravés sur les portes en bois au XIIIe s., les graffiti par centaines de pèlerins et voyageurs, en toutes langues et alphabets, du Moyen Âge à nos jours. Ce vaste palimpseste, aussi méconnu que fragile, révèle tant l’urgence patrimoniale que le potentiel scientifique et l’intérêt historique de ces sources.

Le but du projet GRAPH-EAST est, grâce à un changement d’échelles et de paradigme, de créer un nouveau champ de recherche focalisé sur l’écriture épigraphique latine de la Méditerranée orientale du long Moyen Âge, à travers 4 objectifs, en proposant une vision « écologique » de l’épigraphie. La métaphore, utilisée pour sa valeur heuristique, permet de voir l’inscription comme un organisme en interaction avec son environnement naturel, et de comprendre son écosystème.

  • Etudier la vie de l’objet épigraphique,
  • Comprendre la pratique et la représentation de l’alphabet latin en Orient,
  • Proposer une histoire connectée de l’épigraphie,
  • Analyser cette écriture migrante à travers le prisme des transferts culturels entre Occident et Orient.

Et maintenant ? Il faut passer de l’idée à la réalisation. Le projet porté par le CESCM sera lancé en février 2021, avec une équipe et des collaborateurs spécialistes des autres écritures (épigraphie byzantine, arabe, arménienne, syriaque, hébraïque, éthiopienne etc.) et dans chacun des pays de la Méditerranée orientale. Un carnet de recherche sera créé où les missions de terrain, les lectures et découvertes, les workshops et les colloques seront postés ; un webinaire régulier sera aussi mis en place, ouvert à tous.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Retrouver aussi l’interview sur le Carnet du CESCM.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.