Le 1er Summer Camp de Roda: un incubateur

Dix-huit mois : c’est le temps écoulé depuis la dernière participation à un colloque ou une journée d’étude pour la plupart des jeunes chercheurs réunis lors de cette rencontre internationale d’épigraphie. Douze mois : c’est le temps qu’il a fallu pour lancer et relever le défi pour Vincent Debiais, (EHESS), à l’initiative de ce Summer Camp, particulièrement attentif à la situation difficile, d’isolement et solitude, des doctorants pendant la Covid-19. Ces trois jours de rencontre et d’échange à Roda étaient donc attendus, comme une bouffée d’air revigorante avant de s’embarquer pour une nouvelle année ! Un lieu s’imposait pour un tel challenge : le petit village Roda de Isábena en Espagne, piton rocheux surplombant un paysage de montagne époustouflant, et laboratoire épigraphique à ciel ouvert avec les quelques 230 inscriptions de son cloître. L’accueil est à la hauteur – grâce aux nombreux acteurs locaux – et propice à l’élévation des esprits.

 

Venus du Québec et des Etats-Unis, d’Italie, de France et d’Espagne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Norvège et de Croatie, avec des bagages différents en Sciences humaines et sociales, les quinze participants issus de 14 institutions présentent leurs recherches doctorales ou postdoctorales, confrontent leurs hypothèses, et questionnent tous un même objet : l’inscription au Moyen Âge. 

Une constellation de thématiques surgit donnant un vaste panorama des recherches actuelles en épigraphie : des lipsanothèques (Marianne Blanchard) aux objets d’orfèvrerie signés ou en géorgien (Mandy Telle, Bella Radenovic), des tombes angevines à Naples (Nunzia Tota) aux chartes lapidaires italiennes (Arianna Nastasi), des peintures de Valence et charpentes peintes domestiques en Occident (Julio Macían Ferrandis, Hugo Chatevaire) aux représentations d’inscriptions dans les premiers imprimés (Rachel Carlisle), des traces inscrites de l’histoire intellectuelle de Ravenne (Antonin Charrié-Benoist) aux poèmes épigraphiques de Venance Fortunat et Eugène de Tolède (Silvia Gómez Jiménez), de la croix de Ruthwell (Kerstin Majewski) aux objets de dévotion dans l’Adriatique (Matko Marušić), des mises en scènes et jeux d’écritures runique et latine en Scandinavie (Johan Bollaert, Alessandro Palumbo) au blanc/vide dans les épitaphes tardo-antiques (Becca Grosse).

Cette énumération, qui donne une vision kaléidoscopique, révèle surtout un Moyen Âge épigraphique dans lequel une même culture graphique se déploie, dépassant les supports, langues et frontières. Des questions communes à tous sont apparues : Qui écrit ces textes ? Pourquoi ? Quelle relation l’écriture exposée ou cachée noue-t-elle avec son environnement ? Quelle communication est à l’œuvre pour quel public, avec quel niveau de littéracie ? Quelles méthodologies utiliser pour l’analyse et comment les combiner ? Comment ne pas se laisser enfermer dans des catégories de pensée ou ne pas tomber dans le placage anachronique de modèle ? Un des moyens pour répondre à ces multiples interrogations est un des paris du projet : prendre son temps. Le format long des présentations permet à chacun d’aborder les dossiers avec lenteur et profondeur, et de provoquer chez les auditeurs une vraie stimulation intellectuelle. On réapprend et savoure d’autant plus le fait de pouvoir discuter à bâton rompu, après ce long temps de confinement, de distance, d’écran, de virtuel. L’échange s’installe dans la bienveillance, comme un accompagnement de la part des répondants issus tant de l’histoire de l’art avec Stefano Riccioni, Gerardo Botto et Maria Villano, que de l’histoire de l’écrit avec Paul Bertrand, Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne

Ecouter, croiser, accompagner donc, mais aussi faire communauté : dans ce huis-clos aragonais, au fil des présentations, des café et des repas, les liens se tissent et petit à petit se crée une communauté de jeunes chercheurs à l’échelle de l’Europe. L’enjeu est aussi là, car l’épigraphie est une discipline parfois isolée dans certains laboratoires et nombre de doctorants n’ont pas toujours avec qui échanger. Si la rencontre a été le point culminant, elle était largement préparée en amont par des vidéos égrainées durant l’hiver et le printemps, où chaque voix – celle des communiquants et des répondants – a participé (à retrouver ici); belle manière de fédérer peu à peu le petit groupe et de donner un avant goût alléchant.

Un dernier verbe doit être ajouté pour retranscrire au mieux cette expérience rodannienne: transmettre. La rencontre se passait dans l’intimité d’une ancienne glacière, sans auditeurs extérieurs, pourtant le grand public ne fut pas oublié. Trois conférences dans les villes environnantes (Thierry Grégor à Benabarre ; Gerardo Botto Varela à Graus ; Vincent Debiais à Barbastro) ont rythmé les soirées, ainsi que la visite du Musée de Barbastro avec son église-cathédrale et du cloître de Roda. L’espace claustral chargé en écriture est l’objet d’une étude collective en cours d’achèvement, dirigée par Vincent Debiais, qui paraîtra bientôt dans la revue In-Scription. Cette transmission fut aussi celle des compétences d’un expert en taille de pierre, Thierry Grégor, présentant les outils des lapicides, les gestes des artisans et les traces laissées dans le calcaire des arcades et chapiteaux lors d’une visite nocturne et un éclairage rasant.  

Se confronter au terrain et à la matière, à l’objet et aux idées, tel pourrait être le récapitulatif lapidaire de cette première rencontre, avec le vœu qu’elle soit suivie d’autres aussi riches et fécondes.   

   

Pour un compte-rendu plus détaillé: https://devisu.hypotheses.org/1575 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.