L’épigraphie “chrétienne” et médiévale au Congrès de Bordeaux

Du 29 août au 2 septembre 2022 a lieu à Bordeaux le XVIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (CIEGL).

Quelle est la situation de l’épigraphie au XXIe siècle et, par rebond, quel est le rôle de l’épigraphiste ? C’est à cette double question que cette édition du Congrès a souhaité réfléchir, grâce à des bilans thématiques, chronologiques ou géographiques, afin de faire le point sur l’avancement de nos connaissances, sur les questions méthodologiques, techniques – notamment numériques – ou éthiques que rencontre l’épigraphie contemporaine. 

Si le but est de discuter de l’épigraphie dite antique, une session parallèle a porté le regard plus loin, sur l’épigraphie « après Dioclétien », qualifiée de « chrétienne » au XIXe siècle. Se développant lentement à l’ombre de ses deux sœurs, l’épigraphie classique en amont, médiévale en aval, elle représente le point de jonction entre ces deux traditions aux méthodes, aux questionnements, aux usages éditoriaux propres.
De fait, l’étude des inscriptions de cette période difficile à qualifier (Antiquité tardive ? haut Moyen Age ?) peine parfois à se faire reconnaître et ne dispose ni de corpus de grande ampleur, ni d’outils
performants, ni d’ancrage institutionnel fort. Pourtant, produites dans un contexte de profondes mutations politiques, économiques, sociales et culturelles, ces inscriptions, anciennement traitées
dans une optique avant tout religieuse, représentent une source historique d’une richesse inégalée.

Les deux organisateurs de cette session, Adam Łajtar & Cécile Treffort, se sont emparés de l’occasion du CIEGL pour faire le point sur une historiographie plus ou moins ancienne, mais également sur une dynamique scientifique en plein essor, riche de potentialités. La session ouvre donc le champ chronologique en discutant les inscriptions de l’ancien empire romain, de Dioclétien à Charlemagne à l’Ouest et aux « siècles obscurs » à l’Est, ainsi que les legs de l’Antiquité dans le paysage épigraphique médiéval, jusqu’au XIIe siècle.

« Les traditions épigraphiques après Dioclétien », Adam Łajtar & Cécile Treffort

Part I

9.00–9.10: Cécile Treffort, Adam Łajtar, Introduction

9.10–9.30: Jean Guyon (MMSH, Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Marc Heijmans (Centre Camille Jullien, Aix-Marsaille), Morgane Uberti (Universidad Complutense de Madrid, Ausonius, Bordeaux), Du Recueil des Inscriptions Chrétiennes aux Inscriptions de la Gaule Chrétienne : héritage, filiation et renouveau de l’épigraphie de la Gaule tardo-antique et alto-médiévale (Projet IGAMA : Poitiers-Aix-Bordeaux)

9.30–9.50: Alberto Bolaños Herrera (Universidad Autónoma de Madrid), Culture littéraire et épigraphie dans l’Antiquité tardive: Virgile et la mosaïque d’Estada (Huesca)

9.50–10.10: Ilenia Gradante (Centre for the Study of Ancient Documents, Ioannou Centre of Classical and Byzantine Studies, University of Oxford), Burial and visual culture in the Christian community of Siracusa: The epigraphic evidence from the catacombs

10.10–10.30: Paweł Nowakowski (Faculty of History, University of Warsaw), The People, their Language, and their Inscriptions: Inscribing Greek in the Early Byzantine Middle East

10.30–11.50: Simeon D. Ehrlich (Hebrew University, Jerusalem), Epigraphic and Paraepigraphic Signifiers of Ecclesiastical Architecture in Late Antique Palestine

10.50–11.00: Discussion

Part II

11.30–11.50: Arkadij Avdokhin (Higher School of Economics, Moscow), Greek Pilgrims’ Inscriptions in Late Antiquity: What Difference Did Christianity Make?

11.50–12.10: Anna M. Sitz (University of Heildelberg), Contextualizing Damnatio Memoriae: Epigraphic Erasures in Late Antique Cityscapes (4th–7th c. AD)

12.10–12.30: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESM), La seconde vie des inscriptions : relecture médiévale des témoignages épigraphiques antiques

 



Citer ce billet
Estelle Ingrand-Varenne (2022, 1 septembre). L’épigraphie “chrétienne” et médiévale au Congrès de Bordeaux. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogdw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.