L’épigraphie médiévale de Norvège

Johan Bollaert a soutenu le 2 septembre 2022 une thèse de doctorat à l’Université d’Oslo (Department of Linguistics and Scandinavian Studies) intitulée Visuality and Literacy in the Medieval Epigraphy of Norway. Elle est consacrée à l’étude des inscriptions médiévales de Norvège. 

Alors que la plupart des Norvégiens n’utilisent aujourd’hui qu’un seul alphabet, deux alphabets étaient utilisés dans la Norvège médiévale : l’alphabet runique et l’alphabet romain. Dans sa thèse, Johan Bollaert explore ce que l’utilisation de ces deux alphabets peut nous apprendre sur la façon dont les Norvégiens médiévaux abordaient l’écriture, notamment en ce qui concerne l’aspect visuel des inscriptions publiques. Il montre que l’épigraphie en alphabet latin est plus standardisée et conventionnelle, tandis que l’épigraphie runique est plus variée. Il affirme que ce n’est pas parce que les sculpteurs runiques étaient moins habiles à écrire, mais parce qu’ils étaient moins liés par des normes. L’épigraphie de l’alphabet latin était au contraire très institutionnalisée et organisée. Il se peut également que la connaissance de l’alphabet runique ait été plus répandue dans la société que celle de l’alphabet romain, comme l’indique la multitude de graffitis runiques.

En fait, alors que l’écriture runique est souvent associée à un faible taux d’alphabétisation, de nombreuses inscriptions en alphabet romain semblent destinées à un public analphabète. Elles se concentrent souvent sur les images d’accompagnement et l’aspect visuel. Les inscriptions runiques, au contraire, ont tendance à être plus sobres, et ne pouvaient être appréciées et comprises que par ceux qui savaient lire. Ces résultats indiquent qu’il ne faut pas sous-estimer le niveau d’alphabétisation des auteurs runiques médiévaux, ni l’accessibilité de l’écriture en Norvège médiévale, avant même la véritable montée en puissance de la production d’alphabets latins.

Pour en savoir plus, retrouvez le billet de Vincent Debiais, membre du jury de soutenance de J. Bollaert : https://devisu.hypotheses.org/1873 



Citer ce billet
Estelle Ingrand-Varenne (2022, 5 septembre). L’épigraphie médiévale de Norvège. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogdx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.