Les inscriptions dans la peinture valencienne

La thèse de Julio Macián Ferrandis, brillamment soutenue à l’Université de Valence (Espagne) le 15 décembre dernier, est consacrée aux inscriptions présentes dans la peinture valencienne entre 1238 et 1579. Un sujet magnifique, traité avec sérieux et application, pour des résultats nombreux et qui ouvrent des perspectives fascinantes pour la connaissance de la culture écrite et artistique de cette très longue fin du Moyen Âge. Le travail est servi par une présentation impeccable, élégante, fluide. Tout est propre et soigné dans cette thèse, jusque dans le détail des polices de caractères, des mises en page. Chacun des choix formels et stylistiques de la thèse traduit une relation passionnelle entre le doctorant et son sujet ; une relation que l’on a pourtant tendance à gommer dans l’écriture, comme si l’on devait cacher cette relation d’amour intellectuel, comme si pour paraître subitement plus “scientifique” nous devions adopter une neutralité de langage, comme si nous devions renoncer à l’implication personnelle par le langage dans la recherche ; comme s’il fallait oublier que les sciences humaines et sociales appellent au contraire à cet engagement à la fois intime et prudent avec le sujet. La thèse de Julio Macián Ferrandis consomme cette relation, et c’est tant mieux.

La thèse a un sujet clair et parfaitement exposé dans une introduction efficace : l’étude des phénomènes écrits présents dans la peinture valencienne de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Il s’agit d’étudier toutes les manifestations de l’écriture qui, avec des formes et des fonctions différentes, interagissent avec la peinture pour donner le nom d’un personnage ou d’une scène, copier un texte biblique ou liturgique, mettre en scène un dialogue entre acteurs, donner le nom du peintre ou la date du tableau, etc. Un corpus gigantesque d’inscriptions qui ne sont généralement pas étudiées pour elles-mêmes, comme s’il s’agissait de simples anecdotes dans les processus et les produits picturaux. Trop souvent, on les oublie ou, pire encore, on ne les utilise que dans la mesure où elles constituent des dépôts d’informations pour la datation, l’attribution ou la clarification de la peinture. Ce travail de doctorat change les règles du jeu et, inspiré par les perspectives magistralement ouvertes Francisco Gimeno Blay, directeur de la thèse, met les inscriptions au cœur de l’enquête. Cette thèse n’est pas une thèse d’épigraphie médiévale pour autant : c’est une véritable thèse d’histoire de la culture visuelle qui combine avec succès l’étude de la peinture valencienne et les considérations sur la culture écrite du Moyen Âge. Le doctorant a réussi à ne pas tomber dans le piège consistant à limiter son regard aux inscriptions, comme c’est le cas dans de nombreuses études déjà publiées pour lire les textes dans une perspective épigraphique sans tenir compte de ce que l’image fait à l’écriture – en ce sens, cette thèse est un véritable jalon dans l’historiographie espagnole et propose un changement de paradigme. Cela ne signifie pas qu’il manque une partie proprement « épigraphique » dans cette thèse. Au contraire, elle propose un excellent bilan historiographique sur l’étude des inscriptions médiévales, en mettant en perspective les différents courants, écoles et traditions, mais en construisant également une pensée originale, profondément enracinée dans la peinture, ses gestes, ses thèmes, ses fonctions et ses acteurs.

La thèse est divisée en trois parties. La première partie décrit tous les éléments qui constituent l’inscription peinte : disposition matérielle, écriture, prosodie, langue, source, etc. La deuxième partie replace ces éléments dans le contexte de la pratique picturale valencienne en identifiant les fonctions des textes, leurs acteurs et la dimension sociale des inscriptions. La troisième partie regroupe enfin toutes les fiches descriptives du corpus épigraphique. Elles permettent d’accéder à la documentation qui a servi de base au travail de doctorat et constituent un véritable trésor ; un musée épigraphique d’une immense qualité formelle et d’un intérêt scientifique incroyable. L’édition des textes utilise des critères simples et efficaces, sans commentaires généraux sur ce qui produit la rencontre de textes et d’images dans ces œuvres cependant.

Les deux premières parties de la thèse propose un travail fondamentalement taxonomique. Elle a pour objectif de faire l’inventaire de toutes les inscriptions, de clarifier et de préciser leur catégorisation formelle et fonctionnelle, afin d’encadrer cette pratique avec des critères objectifs et exclusifs qui mettent en évidence les relations particulières entre la société médiévale tardive et l’écriture à travers la peinture. Il s’agit de pouvoir attribuer à chaque inscription une série d’étiquettes pour le support, la disposition, la graphie. De même, dans la deuxième partie de la thèse, les critères de lisibilité, la description des acteurs, la fonction « réelle » des textes tendent à s’établir comme des catégories capables de distinguer différentes pratiques. La volonté de classer à tout prix produit des pages très intéressantes pour l’analyse des supports et l’utilisation des phylactères notamment (leur orientation, leur poids, leur matérialité). La partie sur le textile comme support est tout aussi intéressante que celle concernant les inscriptions « sans support ». Le classement fonctionne très bien dans l’excellente section paléographique de la thèse, notamment pour l’analyse formelle et sociale de l’apparition et du développement de la minuscule – une partie qui dépasse très largement tout ce qui avait été écrit auparavant sur le sujet parce qu’elle envisage ces formes comme des fossiles ou des imitations tout en ajoutant les critères de normativité, de mode, de goût, de citation, d’évocation. Cependant, Julio Macián n’envisage pas ou presque les aspects techniques et ne s’interroge donc pas sur l’utilisation des pinceaux, des brosses, des pigments, sur la résistance des couches, sur la texture du bois et leurs conséquences éventuelles sur la disposition, le ductus et le module des lettres. Au-delà de la thèse de Julio Macián, c’est un point qui ne cesse d’être frappant : ce déni de technique pour les inscriptions peintes, quand les catégories paléographiques mêmes sur lesquelles repose l’épigraphe sont établies sur la coupe de la plume, l’angle d’écriture, la distinction parchemin/papier… Est-ce qu’on écrit au pinceau de la même manière qu’on écrit à la plume ?

Les très bonnes pages consacrées aux documents de la pratique qui témoignent de la place de l’écriture dans la commande et la conception de la peinture sont particulièrement originales puisqu’elles documentent ce que l’on a jusqu’alors senti ou supposé : l’engagement du peintre dans le choix des textes et des graphies, le degré d’alphabétisation, la stabilité des formules graphiques, etc. On aurait pu éventuellement s’attarder dans les textes épigraphiques sur le concept de « signature » en citant les travaux épigraphiques d’Emilie Mineo, ou les études anthropologiques de Béatrice Fraenkel. On aurait pu se poser la question de ce que signifie inscrire la date d’un tableau dans l’image elle-même, en citant des études récentes de Robert Favreau sur la chronologie, ou de Morgane Uberti sur la relation entre écriture et temps dans les dates.

L’un des apports les plus intéressants de la thèse se trouve dans l’étude des « fonctions » des inscriptions, divisée en deux sections. Dans la première partie, le doctorant décrit quelles sont les fonctions « théoriques » des textes selon leur support, leur source, leur langue et leur graphie. Dans la seconde, il analyse quelles sont les fonctions « réelles » de chaque inscription en fonction de son contexte pictural et des contingences de sa réalisation. Peut-être devrait-on, par principe épigraphique, abandonner la première classification ou, du moins, la considérer comme totalement théorique, sans ancrage documentaire, de la même manière que la physique théorique doit postuler n-dimensions pour commencer à développer ses recherches – un cadre historiquement impossible, absurde anthropologiquement mais épistémologiquement nécessaire. La seconde classification répond pour sa part à la seule condition réelle d’existence de l’inscription, à l’usage et à l’effet de l’écriture au Moyen Âge. Cette distinction permettrait ainsi de confronter l’histoire et la taxonomie, et interdirait toute tentative de classifications forcées.

Julio Macián Ferrandis a pu revenir au cours de sa soutenance sur toute la richesse de son travail, et discuter avec les membres du jury des apports incontestables et des prolongations éventuelles de cette belle thèse de doctorant. Elle donne à l’épigraphie médiévale l’occasion parfaite de participer aux grandes conservations sur la culture graphique et artistique entre Moyen Âge et Renaissance. Grâce à ces premiers résultats, on peut poursuivre sereinement l’exploration artistique, esthétique et anthropologique de ce que signifie mélanger l’écriture et l’image à la fin du Moyen Âge, dans le contexte d’une culture chrétienne fondamentalement dépendante du paradigme de l’Incarnation, du Verbe fait chair, d’un Dieu fait matière. Il est nécessaire de faire connaître ce travail et le corpus sur lequel il repose pour aller plus loin encore sur ces questions passionnantes.

 



Citer ce billet
Vincent Debiais (2022, 22 décembre). Les inscriptions dans la peinture valencienne. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://epimed.hypotheses.org/2776

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.