Monumentalité épigraphique

À première vue, le médiéviste qui s’intéresse aux inscriptions du Moyen Âge occidental restera sur sa faim à la lecture du numéro intitulé “Transposition and Monumentality in Pre-Modern Epigraphic and Manuscript Traditions”, premier volume de l’année 2022 de la très belle revue Manuscript and Text Cultures publiée par le centre de recherche du même nom à Oxford. Les six articles regroupés dans ce numéro concernent en effet des inscriptions réalisées à l’âge du bronze au Levant, l’écriture maya des XIIIe-XVe siècles, les textes monumentaux dans l’Égypte du troisième millénaire avant notre ère et les objets inscrits dans la Chine Ancienne ; seul le dernier texte, consacré aux runes et aux manuscrits insulaires du haut Moyen Âge convoque des images, des graphies et des réflexions éventuellement familières aux lecteurs et aux lectrices du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Aussi la consultation de ce numéro épigraphique provoque-t-elle d’abord un sentiment de vertige face à la diversité et la richesse des cultures épigraphiques pré-modernes dès lors qu’on les pense à l’échelle de la planète. Une fois passée cette première impression qui renverra le médiéviste à l’étendue de son ignorance (pas un seul titre cité dans les bibliographies en fin d’article ne fait partie de l’arsenal historiographique de l’épigraphie médiévale), c’est la curiosité qui prend le relais et l’envie de découvrir ces objets inscrits plus fascinants les uns que les autres : contrats commerciaux, signatures d’artisans, décrets princiers, éloges funèbres, etc. Le soin apporté à la reproduction des images et la minutie du travail éditorial contribuent à l’enthousiasme de tous ceux qui, intéressés par les pratiques graphiques, trouveront dans les 230 pages du numéro de quoi alimenter leurs réflexions et assouvir en partie leur soif de comparatisme.

Mais ce n’est pas parce qu’il sort le médiéviste de sa zone de confort que ce numéro de Manuscript and Text Cultures est important ; il l’est en réalité parce qu’il propose une réflexion sur la notion de “monumentalité” appliquée aux cultures écrites pré-modernes, et discute l’éventualité d’une “monumentalité manuscrite”. L’introduction due à Christelle Alvarez et Yegor Grebnev est tout à fait stimulante à ce sujet puisque les auteurs souhaitent approcher “une compréhension nuancée des pratiques sociales en lien avec l’acte d’écrire et de recevoir les inscriptions”. (p. 3). Quelles sont les propriétés graphiques, linguistiques et spatiales permettant à un texte d’être, de devenir ou d’apparaître comme un monument ? Parce qu’elle est très bien posée, cette question est déclinée dans tous les articles avec une même efficacité, indépendamment des variations contextuelles, souvent irréconciliables, d’un champ ou d’une discipline à l’autre. Pour les médiévistes aussi, il faut lire cette introduction qui prend le pari (risqué) de penser global autour de questions qui animent toutes les études sur la culture écrite.

On verra ainsi que la “monumentalité” est affaire de “quantité”, à condition de l’envisager sous tous les angles : quantité de texte, quantité de lecteurs, quantité d’espace sous influence graphique… Il faut prendre en compte l’échelle de l’inscription et sa relation avec ce qui l’entoure – une évidence pour l’épigraphie médiévale mais qui trouvera dans les exemples réunis dans le numéro un vocabulaire original et stimulant. Plusieurs articles discutent la monumentalité, non plus du texte ou de l’inscription, mais celle de l’écriture, identifiant dans le signe des caractères monumentaux : changement de statut, de catégorie, de condition, de registre qui vient nuancer ou contredire la question de la “taille” et de la “solennité”. C’est la disponibilité monumentale du texte qui semble traverser les articles, soit la capacité de l’inscription à acquérir la posture distinctive du monument, indépendamment de son occupation réelle – mesurable – de l’espace. On saisit mieux, arrivé au bout de la lecture, la façon dont le concept glissant d’affordance peut être productif pour l’épigraphie et l’ensemble de l’ouvrage est une invitation à lire les inscriptions anciennes à l’aide des outils de l’anthropologie de l’écriture. Enfin, on appréciera la façon dont les auteurs prennent le soin de penser l’inscription comme un système unissant le signe, le lieu de sa manifestation, les moyens de sa mise en œuvre et l’emprise sociale de son contenu ; là encore, une évidence, mais que les beaux articles publiés dans ce numéro permet de rappeler à tous.

On ne peut que recommander la consultation du volume de Manuscript and Text Cultures, disponible gratuitement en ligne ; la lecture permet un heureux pas de côté historiographique et constitue un vigoureux stimulant pour penser l’écriture pré-moderne dans toute la richesse de ses manifestations épigraphiques.

L’image de tête reproduit l’œuvre de Wenda Gu, United Nations – Babel of the Millenium dans sa version de 1999 au San Francisco Museum of Modern Art. L’image est utilisée comme vignette dans l’introduction du numéro (cliché copyright SFMOMA).



Citer ce billet
Vincent Debiais (2023, 1 octobre). Monumentalité épigraphique. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogeg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.