Corpus des inscriptions de la France médiévale 26

cifm26_1re-de-couvertureCe vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry et plus largement du Centre de la France, entreprise débutée dans le volume précédent rassemblant les textes inscrits, gravés ou peints dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Un seul département est publié dans ce nouveau tome, le Cher, tant la documentation y est riche en qualité et en variété. Les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIIe siècle éditées ici sont réparties sur 31 communes, la plupart situées dans la moitié sud du département.

La ville de Bourges est en tête grâce à la collection d’inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté,

de
Inscription funéraire pour Amalgarius (fin VIIIe-début IXe s.), Musée du Berry à Bourges : Hic requiescit Amalgarius bone memoriae qui studuit vitam semp(er) abere piam. Obiit XV k(a)l(endas) apr(i)l(is).
Vitrail de Lazare et du mauvais riche (vers 1205-1214), cathédrale de Bourges : Hic est dives.

et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume est caractérisé par des phénomènes de séries, ce qui est rare dans de telles proportions. Il donne ainsi l’opportunité d’étudier les aspects formulaires, les reprises ou les écarts, la composition de ces textes au Moyen Âge. Le calendrier de pierre (obituaire) donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, rejoint les séries berruyères de la cathédrale et du Musée.

de
Inscription obituaire pour Arnoul, église de Plaimpied-Givaudins (milieu XIIe s.) : IIII k(a)l(endas) augusti obiit Arnulfus sac(er)dos et canonic(us) S(ancti) Martini.

La mémoire des chanoines Sulpice, Umbert, Raoul, Étienne, Gui, Guillaume, Arnoul ou encore Giraud, est mise au cœur de l’espace communautaire et du temps liturgique.  Ces documents nécrologiques présentent à Plaimpied-Givaudins des particularités graphiques, l’écriture se compose de points qu’il faut, par jeu ou comme exercice d’apprentissage, relier pour former les lettres. Aux XIIIe-XIVe siècles, c’est dans la salle du chapitre que les moines cisterciens de Noirlac accueillent nombre de tombes d’abbés, mais aussi de fondateurs et membres de l’aristocratie laïque, bienfaiteurs de l’abbaye. En inhumant les donateurs au cœur de l’espace communautaire, les moines blancs manifestent l’importance de certaines familles et leur assurent une mémoire privilégiée. A ces séries funéraires, il faut ajouter, les sept textes poétiques composés par Baudri de Bourgueil à la mort de son ami l’archevêque de Bourges et abbé de Déols, Audebert, disparu en 1097. La poésie médiévale trouve aussi place dans l’écriture exposée.

de
Scène du Repas chez Simon le pharisien, peintures de l’église de Vallenay (milieu XIIIe s.) : Simon abeo tibi aliquid dicere (Lc VII, 40).

Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, ou Charly sont également remarquables. Les inscriptions de l’église de Vallenay jusque-là inédites – les peintures ont été dégagées et restaurées en 2014 – offre une citation biblique encore jamais relevée dans la documentation épigraphique.

135b-copie
Inscription de la cloche de l’église de La Celle-Condé (XIIIe-XIVe s.) : sono (je sonne).

Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles.

Signes des relations et du rôle de cet intermédiaire entre Dieu et les hommes, les inscriptions évoquent la fonction d’appel, l’invitation au repas des moines et la protection par la citation d’une antienne liturgique. La variété de l’épigraphie campanaire témoigne de la complexité des fonctions cet instrument dans la société du Moyen Âge.

97c
Poème sur la mort de la Vierge, tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, Musée du Berry à Bourges (XIIe s.)

Ces phénomènes sériels ne doivent pas faire perdre de vue le caractère souvent unique des œuvres qui nous sont parvenues, soit par leur caractère propre, soit à cause des aléas et des choix de conservation. Le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles.

Les textes inscrits sur des matières aussi variées que la pierre, le métal, l’enduit ou le verre, permettent de mieux cerner la diversité des inscriptions médiévales et de les envisager non pas comme un type d’écrit isolé, mais au contraire comme partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture écrite et visuelle du Moyen Âge. Vies de saints, nécrologes, rouleaux des morts, obituaires, homélies ou encore documents diplomatiques sont autant de modes d’expression à mettre en lien avec les inscriptions des vitraux, des tombes ou des objets liturgiques.

Sont regroupées en fin de volume 18 inscriptions considérées comme tardives, les textes épigraphiques des XIVe et XVe siècles ne faisant pas encore l’objet d’une publication (ils sont néanmoins inventoriés et consultables au CESCM de Poitiers).

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux explorer les multiples dimensions des inscriptions du Moyen Âge.

Commande en ligne sur le site de CNRS éditions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *