Découverte d’une nouvelle inscription dans l’Indre, à Saint-Marcel (36200)

Billet rédigé par Claire Boisseau (chargée de recherche CNRS au Centre André Chastel, UMR 8150). Les clichés sont de Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM.

Du 28 août au 03 septembre dernier, une campagne photographique de peintures murales fut organisée dans le Cher et l’Indre pour le compte de la photothèque du CESCM. À l’occasion d’un détour près d’Argenton-sur-Creuse, dans la commune de Saint-Marcel, les portes de l’ancien prieuré Saint-Marin furent ouvertes à Lisa-Oriane Crosland et Claire Boisseau1.

La chapelle, érigée au XIIe siècle, est d’humbles proportions. La courte nef à vaisseau unique débouche sur un transept saillant dont les deux bras sont dotés chacun d’une très petite absidiole. Le chevet plat est voûté en plein ceintre et percé d’une simple baie axiale. L’ensemble a connu des remaniements au fil des siècles, notamment la croisée du transept qui est maintenant voûtée d’ogives. Les murs sont recouverts d’un badigeon blanc qui laisse apparaître par endroit des traces de polychromies anciennes sous-jacentes2.

À proximité de l’autel actuel, l’inscription suivante apparait sur le mur nord, à hauteur de visage :

L’état du mur, qui a souffert de l’humidité, ne permet pas d’affirmer avec certitude s’il s’agit d’un réemploi ou non.

L’autel évoqué par l’inscription a disparu. La dédicace associe la Vierge à saint Marin, qu’il est possible d’identifier à saint Marin de Maurienne, moine, ermite, martyr et céphalophore, vénéré dans la chapelle axiale de l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe, à une cinquantaine de kilomètres3. Le prieuré Saint-Marin était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin (première mention en 1226). L’Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL5537) rapporte la découverte de ses reliques sous le sol de l’abbatiale de Saint-Savin au début du XIe siècle4.

La chapelle, située sur un terrain privé, est propriété de la commune depuis 1825. Elle n’est ouverte qu’en de rares occasions. Une cérémonie religieuse en l’honneur de saint Marin, héritière du pèlerinage des rechignoux qui se pratiquait encore au XIXe siècle, s’y déroule chaque année le premier samedi de septembre5.

Prochainement une analyse complète de l’inscription paraitra dans un article d’Annick Gagné pour la revue In-Scription. En attendant sa parution, se reporter à sa thèse de doctorat, soutenue en 2019, sous la direction de Cécile Treffort et Didier Méhu et intitulée : 3 kalendas junii dedicacio sancti Petri. Les inscriptions de dédicaces d’église en France du IVe au XIIe siècle : analyse des formes brèves.

 

1 La chapelle est localisée le long de la Creuse, au lieu-dit Le Champ du Moulin, Saint-Marin, 36200 Saint-Marcel.

2 La chapelle, référencée sur Monumentum et la plateforme ouverte du patrimoine (POP) est partiellement inscrite aux Monuments Historiques depuis 2003. En 2015, la restauration de la charpente a bénéficié d’un soutien financier de la Fondation pour la Sauvegarde de l’art français.

3 D’après un calendrier de Saint-Savin datant du XVIIIe siècle et conservé aux archives départementales de la Vienne (cote 1H7/9), saint Marin était fêté le 24 novembre, l’inventio de ses reliques le 11 mai et sa translatio en mars.

4 Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL 5537) AA SS OSB, J. MABILLON (ed.) ; Robert FAVREAU, « Les inscriptions de l’église de Saint-Savin-sur-Gartempe », Cahiers de civilisation médiévale, n°73, Janvier-mars 1976. pp. 9-37 ; Claire BOISSEAU, « Les peintures de la chapelle axiale de Saint-Savin-sur-Gartempe. Les résultats de l’approche archéographique », Revue Historique du Centre Ouest, t. 16, Poitiers, 2018, p. 7-25.

5 La chapelle est également ouverte lors des journées européennes du patrimoine. En dehors de ces deux ouvertures exceptionnelles, s’adresser à la commune.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Ingrand-Varenne (17 octobre 2023). Découverte d’une nouvelle inscription dans l’Indre, à Saint-Marcel (36200). LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogej


Une réflexion sur « Découverte d’une nouvelle inscription dans l’Indre, à Saint-Marcel (36200) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.