Sur les traces des graffitis de Venise

L’étude des graffitis médiévaux connaît depuis quelques années un essor exceptionnel grâce à de nombreux projets de recherche. Longtemps restées dans l’ombre des inscriptions officielles, considérées comme marginales ou pollution graphique, ces marques (croix, noms, dessins, textes etc.) ont aujourd’hui acquis un réel statut patrimonial et sont désormais analysées comme de véritables objets historiques, constitutifs des monuments. 

Le projet VeLA (Venezia Libro Aperto) lancé en 2019 par Flavia De Rubeis, professeure de paléographie à l’Università Ca’ Foscari de Venise, en est un magnifique exemple. L’approche est foncièrement interdisciplinaire : paléographique, historique, et linguistique, exploitant plusieurs technologies numériques, afin de recenser l’ensemble des traces graphiques laissées au fil des siècles dans la cité des Doges. C’est pourquoi le projet a reçu plusieurs financements à l’échelle nationale et européenne (PRIN, Clarin-IT  = Infrastructure Commune Italienne pour les Ressources Linguistiques et les Technologies du MUR; Equipex+ Biblissima+ en France), et travaille en étroite collaboration avec l’Université IUAV de Venise spécialisée dans l’architecture.  Outre la responsable de projet, l’équipe est composée de 13 membres, dont l’épigraphiste Giulia Frambusto, la paléographe Debora Pasquariello et l’archéologue Francesco Masiero, qui chaque jour sillonnent les ruelles vénitiennes pour relever les traces, quartier par quartier, selon trois grands ensembles : 1) VeLA Urbana, 2) VeLA Palazzo ducale (qui comprend le Palais des Doges et la basilique San Marco, ces deux édifices contenant à eux seuls autant de graffitis que l’ensemble de la ville), 3) VeLA Monastico. 20 000 graffitis ont déjà été identifiés et 9 000 sont déjà étudiés.

Un des objectifs du projet, à plus long terme, est de rendre accessible ce patrimoine graphique au grand public. Un programme de lecture audio sera développé pour une sélection de graffitis, en particulier pour les personnes souffrant d’un handicap visuel ou auditif. Grâce à l’utilisation de balises, l’utilisateur recevra un signal via une application dédiée, proposant un contenu visuel et une description audio.

Pour suivre le projet :  https://www.facebook.com/VeLAgraffitivenezia/  ou Instagram @vela_graffitivenezia. 

Du 3 au 7 juin 2024 s’est tenu à Venise un workshop sur l’approche archéologique, technique et méthodologique des graffitis, grâce au soutien de Biblissima+, occasion d’une rencontre entre l’équipe VeLA et l’équipe d’épigraphie de Poitiers (également engagée dans le cluster 5a de l’Equipex+ Biblissima+ consacré à l’épigraphie et la TEI), ainsi que d’une formation pour les étudiants italiens.

Au cours de la semaine, les présentations se sont focalisées sur la diversité des techniques permettant d’enregistrer et révéler les graffitis : image multispectrale, photogrammétrie, RTI, scanner laser (à Venise, il y a aussi nécessité d’adaptation aux milieux humide et subaquatique), géomatique, topographie, géoréférencement, analyse spatiale, mais aussi sur l’importance d’éduquer le regard pour repérer et interpréter les traces d’outils, ainsi que sur l’apport de l’archéologie expérimentale.

Une des questions fondamentales est l’adaptation des méthodes et techniques d’acquisition des données aux contextes (monumental et matériel), à l’accessibilité (avec la foule des touristes, dans des lieux servant au culte ou au contraire dans les demeures privées), au temps imparti et surtout aux problématiques de recherche. Pour une recherche individuelle ou un projet collectif, la question d’investissement dans le matériel et l’acquisition de compétences doit également être prise en compte.

Des essais de relevés de terrain sur papier transparent par frottis, ou avec feutres, ont été proposés aux étudiants, ainsi que les relevés numériques. Ces relevés “révèlent” véritablement le texte ou la figure et permettent à tout lecteur de voir le graffito, quand cela n’est pas possible sur l’image elle-même ; ils ont également l’avantage de pouvoir être publié facilement, quand les clichés photographiques demandent des autorisations. 

L’ensemble des ces approches et les études en cours vont permettre de mieux appréhender ce phénomène graphique, dont les frontières restent floues et évolutives en fonction des périodes, les typologies souvent réductrices et les fonctions encore mal connues. Dans le cas de Venise, la superposition avec des cartes anciennes a pu expliquer la concentration à des endroits où les édifices anciens avaient disparu. Les graffitis fournissent aussi de nombreux indices pour l’étude du climat et de l’environnement, en particulier l’évolution de l’ “Acqua Alta”.

En parallèle et de manière complémentaire, les graffitis de Venise sont au cœur d’un projet de vulgarisation nommé “Urbs Scripta”, mené par Desi Marangon et Alberto Toso Fei, afin de sensibiliser à ce patrimoine, faire entendre les voix de la ville et interagir avec le public. Des visites nocturnes, des expériences tactiles et sensorielles sont proposées notamment lors d’un festival organisé en mai. Deux ouvrages sont déjà parus sous forme de promenade épigraphique dans la cité.

Pour d’autres projets sur les graffitis médiévaux et modernes, voir en particulier :


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Ingrand-Varenne (6 juin 2024). Sur les traces des graffitis de Venise. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rvx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.