Portrait de chercheur à la Maison de l’épigraphie : Willum Westenholz

– Bonjour Willum, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, grâce au soutien de l’IUF (programme de Cécile Treffort), pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Je suis un latiniste littéraire de formation et de métier qui s’intéresse à toutes les époques. Mon travail porte principalement sur l’épistolographie et l’historiographie. Ma carrière a commencé par un diplôme en lettres classiques à l’université de Copenhague, s’est poursuivie par un master en études de la Renaissance à l’université de Warwick, un autre master en latin médiéval à l’université de Copenhague, et enfin un doctorat en latin à l’université de Vienne avec une thèse sur les lettres de Sidoine Apollinaire. Actuellement, je m’intéresse de plus en plus au Moyen Âge central et je participe à un projet visant à produire une traduction en anglais de l’historien polonais Vincent de Cracovie.

– Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Actuellement, j’essaie de constituer un corpus d’inscriptions rapportées ou insérées dans des textes littéraires médiévaux. Ce qui m’intéresse en particulier, c’est la manière dont les érudits médiévaux ont interagi avec ces monuments, comment ils les ont évalués et ce qui les a motivés à les inclure dans leurs récits. Je trouve que la place d’une inscription dans l’architecture d’un texte plus large peut être aussi intéressante que sa place dans le contexte architectural d’un bâtiment, mais c’est quelque chose qui n’est pas souvent commenté. De nombreuses collections d’inscriptions médiévales ne mentionnent guère la source et l’emplacement des inscriptions qu’elles contiennent, et c’est une chose à laquelle j’aimerais remédier. Même s’il s’agit d’un spolium en quelque sorte dans son nouveau contexte littéraire, cela ne signifie pas que sa nouvelle fonction d’élément de construction soit sans valeur ou sans intérêt pour l’historien ou le spécialiste de la littérature.

– Comment en êtes-vous venu à l’épigraphie ?
En lisant un texte médiéval pour ma thèse, en particulier la Vie de St Germain de Heiric d’Auxerre, j’ai vu qu’il citait à plusieurs reprises des inscriptions dans son monastère comme preuve de ses affirmations. Peu après, je suis tombé sur des exemples similaires dans d’autres textes et cela m’a rendu curieux d’explorer la manière dont les publics médiévaux comprenaient le matériel épigraphique qui les entourait, interagissaient avec le passé qui les entourait. On pourrait parler d’études sur la réception de l ‘épigraphie. Cela nécessite naturellement non seulement une étude des textes qui contiennent des transcriptions d’inscriptions médiévales, mais aussi un sens du contexte architectural original, de leur emplacement dans le tissu urbain, de leurs conventions et ainsi de suite.
– Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

J’espère pouvoir m’entretenir avec les spécialistes qui travaillent ici et élaborer un plan de travail plus précis pour le projet. J’ai une idée approximative du matériel sur lequel je veux travailler et du type de questions auxquelles je veux répondre, mais la littérature médiévale est vaste et les questions difficiles. J’espère que les experts m’aideront à développer une méthodologie moins naïve, à poser les bonnes questions et à interpréter correctement les preuves. J’attends avec impatience les prochaines Semaines d’Études, qui me feront sans doute découvrir des textes et des approches dont j’étais à peine consciente auparavant.

– Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Ayant travaillé sur des textes dits littéraires et des classiques, je voudrais dire que l’épigraphie est un domaine plein de promesses pour l’avenir. De nombreux textes épigraphiques ne sont pas moins littéraires ou stimulants que Horace ou Catulle, mais ils sont beaucoup moins étudiés. Il y a tant d’inscriptions qui languissent dans l’obscurité et qui n’ont jamais fait l’objet d’un bon article. Il est donc possible de faire connaître au monde un nouveau joyau ou de produire une nouvelle lecture passionnante d’un texte fascinant plutôt que de rédiger le douzième article sur le même problème textuel qui était déjà banal au XVIIe siècle. Les classicistes ont parfois tendance à l’oublier, qualifiant l’épigraphie de preuve documentaire ou, dans le cas meilleur, d’art appliqué, et certains épigraphistes peuvent faire de même et passer leur temps à discuter de la datation, de l’authenticité et de la forme des lettres, en oubliant complètement de commenter ce que le texte dit réellement. Il ne faut pas perdre le sens de la beauté et de l’appréciation des lettres que quelqu’un a pris la peine de graver dans la pierre.

Merci, Willum, et bon séjour à Poitiers !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Ingrand-Varenne (12 juin 2024). Portrait de chercheur à la Maison de l’épigraphie : Willum Westenholz. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11svp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.