Portrait de chercheuse à la Maison de l’épigraphie : Sara Tucci

1) Bonjour Sara, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, grâce au soutien de l’IUF (programme de Cécile Treffort), pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Mon parcours académique n’est pas conventionnel, je n’ai découvert l’épigraphie qu’au cours de mon master. J’ai suivi une formation à l’Université Ca’ Foscari de Venise, d’abord avec un diplôme de trois ans en langue et culture japonaises, puis j’ai redécouvert ma principale passion pour les études médiévales. Au cours de ma maîtrise, je me suis spécialisée dans l’épigraphie et la paléographie médiévales. J’ai ensuite poursuivi avec un doctorat, que je suis sur le point de terminer, à l’Université de Vienne.

2) Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Mon projet de recherche doctorale porte sur l’étude du matériel épigraphique des régions de la Vénétie, du Frioul-Vénétie Julienne et de l’État de Croatie – ainsi que de certaines parties de la Bosnie-Herzégovine et du Monténégro – entre le VIIe et le XIe siècle. Mon projet consiste à cataloguer l’ensemble du corpus d’inscriptions de ces régions, puis à analyser l’écriture épigraphique. Le but de mon projet est donc de recataloguer le matériel, ce qui permettra une consultation plus aisée par les chercheurs, qu’ils soient épigraphistes ou non, ainsi que, bien sûr, une étude du système d’écriture de ces régions au cours du Haut Moyen Âge. Le matériel épigraphique que j’étudie s’est avéré très intéressant d’un point de vue épigraphique et pour ses implications culturelles, et j’ai été très impliquée dans la recherche. La meilleure partie a sans aucun doute été le travail sur le terrain: j’ai voyagé dans tout le Frioul et dans une partie de la Vénétie pour photographier et mesurer personnellement les inscriptions, ce qui m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience utile.

3) Comment êtes-vous venue à l’épigraphie ?

J’ai découvert l’épigraphie au cours de mes études universitaires. J’ai suivi les cours des professeurs Flavia De Rubeis et Stefano Riccioni et j’ai tout de suite aimé le sujet. J’ai été particulièrement attirée par la production du haut Moyen Âge de ma région natale, le Frioul, où malheureusement les études dans ce domaine sont rares et datées. Il y a donc beaucoup de travail à faire et le fait de pouvoir redécouvrir une partie de l’histoire écrite de ma région est passionnant. J’aime étudier les systèmes d’écriture qui se sont développés au fil des siècles et la façon dont ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les personnes qui les utilisaient, leur culture, leur éducation, leur environnement social et bien d’autres choses encore.

4) Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Mon séjour à Poitiers me permettra d’ajouter une pièce importante à ma formation d’épigraphiste. La quantité de matériel du CESCM représente certainement une incroyable possibilité d’enrichissement académique pour moi : en effet, la collection comprend de nombreux volumes du corpus français et autrichien, ainsi que de nombreuses autres publications importantes pour les épigraphistes. Mon objectif est clairement d’en apprendre le plus possible sur la production carolingienne, qui a également marqué un tournant dans la production épigraphique des régions qui m’intéressent. Un autre aspect important qui m’a amené à Poitiers est la possibilité de me comparer à d’autres chercheurs dans le domaine et d’apprendre d’autres points de vue et méthodes d’étude.

5) Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Je crois que le fait d’aborder les études humanistes aujourd’hui permet de vivre des expériences formidables. Il existe de nombreuses publications récentes sur le monde des styles d’écriture et de la paléographie qui fascinent même ceux qui n’ont pas encore découvert ces domaines académiques. La chose la plus importante à mon avis est bien sûr la curiosité: en tant que personne et ensuite en tant que chercheur, je suis très curieuse et j’aime découvrir de nouvelles choses, et l’épigraphie est un monde qui a encore beaucoup de choses à clarifier. Je pense donc qu’une nature curieuse et ouverte aux découvertes est la base parfaite pour aimer la paléographie et l’épigraphie. De plus, les applications récentes des technologies 3D et de numérisation permettent à ceux qui veulent s’initier à ce sujet de découvrir des inscriptions et des objets à l’aide d’un simple ordinateur, ce qui rend la recherche durable et abordable pour tout le monde.

Merci beaucoup, Sara, et bon séjour !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Ingrand-Varenne (22 juin 2024). Portrait de chercheuse à la Maison de l’épigraphie : Sara Tucci. LA MAISON DE L'EPIGRAPHIE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vgq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.