Les inscriptions de Poitiers, fin VIIe-début XVIe s.

Alors que l’épigraphie médiévale française va bientôt fêter ses cinquante ans, ce volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale rédigé par Robert Favreau et consacré à la ville de Poitiers inaugure les Hors-Série. Premier terrain d’investigation des épigraphistes en 1974, Poitiers offre un patrimoine inscrit abondant, sans cesse enrichi par les récentes découvertes, à l’instar des peintures murales de la cathédrale Saint-Pierre ou de l’église Sainte-Radegonde.

La nouveauté de ce volume réside surtout dans l’élargissement chronologique, incluant désormais les derniers siècles du Moyen Âge, non édités jusqu’alors. Le XVe siècle représente à lui seul un quart de la documentation.

Cliché : Eva Avril.

C’est l’époque où la ville est capitale de l’apanage du duc Jean de Berry, puis capitale judiciaire de Charles VII, époque également où est créée l’Université dont témoigne l’inscription de la cloche, datée de 1451, installée au clocher de l’église Saint-Porchaire. De nouveaux types de textes apparaissent : les fondations pieuses, témoins du changement d’attitude devant la mort.

Toutefois, ce sont les XIe-XIIe siècles, période des grands chantiers poitevins, qui offrent le plus grand nombre de documents épigraphiques. La construction et les rénovations d’un certain nombre d’églises comme Sainte-Radegonde, Saint-Porchaire, Saint-Jean-de-Montierneuf, Saint-Hilaire, Notre-Dame-la-Grande ou, le baptistère Saint-Jean offrent l’occasion de réaliser de vastes décors sur les façades, les voûtes, les piliers inspirés de la Bible, de sermons et des vies de saints.

Saint Martin partage son manteau (fin XIe s.), peinture de l’église Saint-Hilaire. Cliché : Photothèque-CESCM.

Classés par lieux, ces 241 textes gravés dans la pierre, peints sur les vitraux ou l’enduit des murs, incisés dans le métal, lisibles encore sur des broderies, des émaux, une reliure et un tableau, proposent une promenade dans la ville dont ils racontent l’histoire à leur manière sur près de huit siècles.

Ce volume offre aussi une plongée dans le monde manuscrit à travers la réception et la transmission des inscriptions, recopiées ou dessinées du XVIIe au XIXe siècle. L’apport le plus important pour le relevé d’inscriptions poitevines est celui de François-Roger de Gaignères (1642-1715) qui a fait reproduire, par son dessinateur Louis Boudan, 23 tombeaux des églises de Poitiers, aujourd’hui disparus.

Grâce à la riche introduction qui les met en perspective, le lecteur trouvera dans l’ensemble de ces textes un  apport désormais essentiel pour l’histoire de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge, mais aussi pour l’histoire urbaine et sociale toujours à explorer.

Inscription sur une mesure à grain de la fin du XVe s. Musée Sainte-Croix. Cliché : Christian Vignaud.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *