L’économie graphique – retour sur SEMPER II

Après une première plongée dans la matière graphique lors du séminaire d’automne, la deuxième séance tenue le 9 février s’est concentrée sur « l’économie graphique », intitulé générique qui recouvre des pratiques diverses de la pratique écrite. Entre présentation générales et études de cas, la journée a soulevé de nombreuses questions méthodologiques.

Dans son introduction, Estelle Ingrand-Varenne rappelle que penser l’économie graphique, au sens de l’étymologie grecque, c’est d’abord penser l’écriture comme relation, comme articulation, comme circulation, traversée par différentes dynamiques et établissant une complicité dans la relation entre les signes et l’espace. Cette gestion peut aussi s’entendre comme une réduction, à laquelle les jeux de lettres et la brièveté des textes participent. L’économie graphique n’est pas autonome et a parti lié avec l’économie linguistique, technique et gestuelle, et sans doute avec l’économie de l’image. Dans cette acception large, l’expression « économie graphique » est donc proche de ce qu’Anne-Marie Christin a appelé « une grammatologie de l’espace inscrit ».

L’écriture telle qu’elle est envisagée ici est l’écriture alphabétique, guidée par une loi spatiale impérative : celle de la successivité des lettres, donc de la linéarité. Elle forme une ligne, qu’elle soit horizontale, verticale, ou diagonale, et assumant potentiellement toutes les formes. La difficulté des monogrammes est bien de retrouver l’ordre des signes. Plus qu’une ligne, cette successivité est en réalité un vecteur, un segment de droite orienté, avec un point de départ et une direction, ou plutôt d’une combinaison de deux directions : gauche à droite, droite à gauche, et de haut en bas et de bas en haut. Ces lignes virtuelles peuvent être soutenues graphiquement par des traits : les réglures. De simples tracés au vrai quadrillage, le soin dont elles bénéficient montre que leur rôle ne peut être réduit à celui d’auxiliaire, mais qu’elles sont la mise en voir de l’ordonnancement des lettres, une mise en voir destinée à produire du sens. La ligne fait aussi surgir l’interligne où peuvent se glisser des compléments patronymiques et des ajouts.

Inscription de dédicace et de fondation d’anniversaire, église de Cheffes (Maine-et-Loire), 1167. Cliché : Jean Michaud CIFM/CESCM.

S’intéresser à l’économie graphique des inscriptions permet de voir l’émergence de nouvelles entités : le mot, avec sa double facette intellectuelle et matérielle. Au moment où les autres sources écrites privilégient l’espace blanc, les inscriptions délimitent les frontières des mots ou des séquences graphiques grâce à des points. L’économie textuelle est aussi questionnée par certains textes composés de phrases dont l’articulation n’est parfois pas évidente, ni sur le plan linguistique, ni sur le plan graphique, car l’inscription ne montre pas visuellement son organisation en proposition, phrase ou paragraphe. Une des manières de faire voir le texte pourrait être le cadre, par son caractère de clôture. Or, le cadre en ce sens est une construction historique tardive. Au Moyen Âge, il n’est pas étranger au support, il ne vient pas en sus, il en fait partie. Réalisé dans la même matière et en même temps, il est avant le texte, il le programme à l’instar des réglures. On comprend mieux alors ce jeu entre extérieur et intérieur, et les marges qu’il permet de faire exister. Enfin, l’économie doit aussi prendre en compte les ratures, les biffures, les erreurs – comment gérer l’erreur, notamment dans la sculpture ? – et l’inachèvement, qui semble rendre caduc ce qui avait été préparé. À cette économie générale, la poésie apporte ses propres règles.

C’est sur l’économie textuelle des inscriptions de consécration qu’Annick Gagné a porté la focale en s’intéressant à l’écriture sur ou hors de la bordure périphérique de ce type de textes. Comment se joue l’articulation entre le texte gravé à l’intérieur et celui en périphérie ? Les exemples de Montflans, Saint-Eulalie-d’Olt, Cheffes, Belpech ou Montierneuf à Poitiers offrent des cas de figure différents, suivant qu’il s’agit du même texte ou d’un ajout tardif qui, en venant se greffer, cherche à s’attribuer quelque chose de la première inscription. Porosité des frontières, relations centre/périphérie, enjeux sémantiques tout autant que graphiques de la notion de cadre, telles sont les questions que pose ce dispositif ni accidentel, ni anecdotique, mais permettant aux membres de la communauté de se mettre en relation avec l’événement fondateur de leur église.

Après l’économie textuelle, Marie Fontaine-Gastan est passée à une échelle plus vaste et a proposé de questionner la pertinence d’un corpus à travers la question de l’économie graphique. En passant au crible toutes les informations concernant la figuration funéraire dans l’église des Franciscains de Rothenburg (1285-1582) en Franconie (matériau, présence ou non d’un blason, d’une figuration, formulaire, type d’abréviation, ponctuation, langue employée, statut du défunt etc.), les éléments de sens peuvent ainsi être isolés et mis en relief pour l’ensemble du corpus.

Au-delà des corpus, le questionnement sur les modes graphiques et la gestion de l’espace avait jusque-là été peu posé par les épigraphistes byzantinistes. Arnaud Loaëc a donc proposé une histoire comparée, une histoire décalée, entre monde manuscrit et écriture épigraphique à Byzance du VIIe au XIIe siècle. L’observation de glissement des formes graphiques vers la pierre, du en partie à l’esthétique, en partie au pragmatisme, le renouvellement social de l’élite au pouvoir et de ses goûts – notamment au XIe siècle quand les bureaucrates de la chancellerie et de l’Église supplantent les militaires dans l’entourage de l’empereur – participent à l’évolution de l’écriture des inscriptions.

Sortant de l’écriture grecque et latine, la gestion de l’espace dans l’épigraphie runique a été traitée par Lucie Malbos. Cette écriture des pays nordiques, réduite au moment de la réforme carolingienne à 16 caractères (chaque graphème notant un son), peut être horizontale ou verticale. Elle est inscrite sur des supports bruts, dont la surface n’a pas été préparée. Les runes peuvent prendre place dans un dragon qui sert de ruban d’écriture. La gestion de l’espace lapidaire change avec l’insertion de multiples motifs iconographiques sur les autres faces : la pierre devient alors un grand livre ouvert, semblable à un livre enluminé, notamment par les entrelacs comme ceux que l’on trouve au même moment dans les manuscrits.

Les inscriptions des sceaux, souvent abimées par leur positionnement périphérique les rendant fragiles, ont été peu prises en compte par les sigillographes. Philippe Jacquet a proposé d’analyser l’économie de cette écriture sous l’angle de l’interférence entre texte et image et du rythme graphique. Divers éléments non alphabétiques scandent la légende et en articulent le sens : la croix placée à midi servant de point de départ, les points de la ponctuation pour montrer les séquences verbales et les mots, mais également les interférences des éléments iconographiques dans l’écriture. L’image – particulièrement dans les sceaux équestres – est de tempérament expansif : postérieur du cheval, puis épée, heaume ensuite viennent mordre sur l’espace de la légende.

L’économie graphique est aussi affaire de technique, comme le montre l’utilisation inhabituelle et pléthorique des points dans l’obituaire lapidaire de Plaimpied-Givaudins, abbaye de chanoines réguliers dans le Cher, étudiée par Thierry Grégor et Estelle Ingrand-Varenne. L’observation des dix blocs de pierre inscrits au cours de la seconde moitié du XIIe siècle a permis de formuler plusieurs hypothèses : le rôle de certains points dans l’ossature des lettres par-delà la fonction d’ornementation ou de ponctuation, la mise en évidence d’un mode opératoire commun pour réaliser les inscriptions, malgré une maîtrise technique variable d’une pierre à l’autre. La technique des points pour relier les traits et former les lettres dans la pierre pouvait permettre aux scribes de se faire apprentis-graveurs, sans même connaître l’art de la sculpture.

Ce séminaire a aussi été l’occasion d’un focus sur l’article « Il a parlé par les prophètes » paru dans In-scription. Revue en ligne d’études épigraphiques. Son auteur Françoise Gay a présenté le résultat de sa recherche sur les inscriptions présentées par les prophètes dans l’art du Moyen Âge occidental ; deux volets sont déjà en ligne, le troisième sera publié au cours du printemps.

Le prochain rendez-vous pour le séminaire permanent sur les écritures en dehors du monde manuscrit est fixé au vendredi 18 mai et aura pour thème « la création graphique ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *