Morgane Uberti et l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne (Antiquité tardive – haut Moyen Âge)

Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive, travaillera au CESCM durant 3 mois. Sa mission s’inscrit dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne, projet rendu possible grâce au financement de la Fondation Vauchez-Balzan pour le développement des recherches en histoire religieuse du Moyen Âge.

Morgane, comment cette mission d’inventaire s’articule-t-elle avec votre parcours de chercheuse ?

J’ai soutenu en 2014 une thèse portant sur l’apport des inscriptions funéraire tardo-antiques et alto-médiévale des provinces d’Aquitaine Seconde et Novempopulanie, c’est-à-dire le sud-ouest de la Gaule, pour la connaissance de la culture écrite tardo-antique. Au côté de l’édition de la documentation funéraire, cette thèse a été l’occasion d’un rassemblement de toutes les inscriptions connues pour cette période dans la région. Cette mission fait bien sûr écho avec ce que j’ai déjà pu faire dans le cadre de la thèse, notamment la constitution du corpus.

J’ai continué à travailler sur la documentation épigraphique tardo-antique depuis, et je démarre aujourd’hui un projet sur les modalités d’expression du temps dans les inscriptions. Travailler sur ce pré-inventaire va me permettre de disposer d’une vision très globale de la documentation épigraphique tardo-antique et d’y trouver peut-être des éléments pour alimenter mes projets personnels.

Pourquoi réaliser un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne ?

Il n’existe plus aujourd’hui en France d’entreprise éditoriale un peu centralisatrice portant sur les inscriptions tardo-antiques et alto-médiévale des Gaules. La recherche continue de se faire mais elle se fait finalement de manière éclatée et nous ne disposons pas de vision très précise de l’état de la documentation.

http://plaques-boucles.chez-alice.fr/christ.html

Ce pré-inventaire des inscriptions permettra donc d’avoir une idée bien plus claire de la répartition de ce matériel épigraphique, en temps, en lieu mais aussi en termes de nature. L’intention est bien d’enregistrer tous les types d’objets épigraphiques : les inscriptions lapidaires, la vaisselle précieuse, les bagues, les plaques-boucles et j’en oublie sans doute !

Nous disposerons ainsi d’une première base qui rendra compte de la richesse et de l’extrême variété de la pratique épigraphique pour l’Antiquité Tardive et le haut Moyen Age. C’est un outil qui permettra aussi, je l’espère du moins, d’orienter les recherches futures.

Châsse Mumma, abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Cliché : CIFM/CESCM.
En quoi va consister votre travail ?

Les choses s’organisent sur quatre plans :

Établir un état de l’art bien sûr qui permettra d’une part d’établir de manière très précise le panorama disciplinaire, ses principaux acteurs et d’autres part de contribuer à l’établissement d’une trajectoire pour ce pré-inventaire.

Récupérer, trier et classer la documentation des chercheurs qui ont travaillé sur des corpus épigraphiques dans le cadre du Recueil des Inscriptions Chrétiennes de la Gaule. L’entreprise est en effet restée inachevée et les « anciens » ont accepté avec générosités de mettre à disposition leur fonds. C’est une mission de sauvegarde en quelque sorte.

Mettre en place l’outil de pré-inventaire et l’alimenter avec ce qui aura été trouvé dans les archives mais aussi à partir de mon corpus de thèse, ou encore des inscriptions inédites que les collègues archéologues nous transmettent. Il y a beaucoup à faire et les trois mois vont passer très vite mais il faut lancer les choses et pour le moins, les planifier d’emblée.

Je serai moi-même très occupée par un projet post-doctoral à partir de la rentrée à la Casa de Velázquez à Madrid, il faut donc préparer la possibilité que d’autres que moi puissent poursuivre ce pré-inventaire.  Il faut pour cela que les choses soient tout à fait en place et rendues efficaces au moment de mon départ.  A l’issue de la mission, une réunion de fin d’étape rassemblera les acteurs de l’épigraphie tardo-antique des Gaules ; il s’agit finalement de mettre en place les conditions d’un réseau de chercheurs autour de la question de l’épigraphie tardo-antique et alto-médiévale en France.

Qu’est-ce qu’une tardo-antiquisante vient faire au CESCM ?

Mes liens avec le CESCM remontent aux premières années de ma thèse. Lorsqu’une tardo-antiquisante s’engage dans la discipline épigraphique, le CESCM apparaît comme un centre tout à fait fréquentable ! J’y ai trouvé beaucoup d’appui et une vraie richesse intellectuelle, auprès de toute l’équipe d’épigraphistes, si médiévistes soient-ils. Cécile Treffort m’a bien sûr mis le pied à l’étrier lors de mes premières années et les relations avec le CESCM n’ont cessé de se consolider au fil des années, dans le cadre de participation à des séminaires, des formations, des projets aussi. L’épigraphie de l’Antiquité tardive a toute sa place au CESCM et porter ce projet dans un environnement qui m’est devenu familier a vraiment du sens, tant humainement que scientifiquement. Enfin, je ne peux pas non plus taire le fait que je passerai une partie de mon temps de travail, en mission évidemment, mais aussi à Bordeaux et au laboratoire Ausonius, autre centre dédié à l’épigraphie, antique cette fois-ci.  D’une certaine manière, ce petit écart géographique entre un pôle bordelais et un pôle poitevin, entre Antiquité et Moyen Âge est presque métaphorique de la place qu’il reste à trouver à l’épigraphie tardo-antique. Plus sérieusement, je crois que cela est le signe de la nécessaire prise en compte de la pratique épigraphique sur un temps long : antique, tardo-antique, médiéval. S’il existe une épigraphie tardo-antique, elle ne peut être pensée indépendamment de ce qui la précède et lui succède et c’est peut-être tout le sens du développement d’un tel projet au CESCM.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.