Compte rendu de l’école thématique en épigraphie

Par Anne Rauner et Florentin Briffaz, avec l’aimable relecture de Maria Aimé Villano, Priscilla Mourgues et de Philippe Jacquet. En remerciant également chaleureusement Maria Aimé Villano et Philippe Jacquet pour la mise à disposition de leurs clichés.

Du lundi 28 mai 2018 au vendredi 1er juin 2018 s’est tenue pour la première fois une école thématique CNRS consacrée à l’épigraphie médiévale au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) à Poitiers. Organisée avec sérieux et convivialité par Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort, la formation a rassemblé huit participants venus de diverses disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, littérature) et de lieux différents (Bordeaux, Caen, Limoges, Lyon, Princeton, São Paulo, Strasbourg et Venise). Alternant conférences plénières, travaux pratiques et temps d’échanges, la formation visait à l’acquisition des principales théories et techniques de l’épigraphie et à replacer les inscriptions dans la culture médiévale de l’écrit. L’épigraphie médiévale ne saurait en effet être pensée, pratiquée de façon isolée par rapport aux autres disciplines de l’érudition. Vincent Debiais a d’ailleurs fortement insisté dès son introduction sur le caractère essentiel de la démarche d’érudition (savoir lire, savoir traduire, savoir dater) qui part de l’objet et de son contexte pour mener à une ou des interprétation(s).

Inscription en langue romane du baptistère Saint-Jean. Cliché : Photohèque CESCM.

Le panorama historiographique et épistémologique proposé par Robert Favreau et Cécile Treffort a mis en évidence la naissance d’une science des inscriptions dans les années 1970 et son développement, ses convergences et divergences avec les autres programmes européens, ses avancées, ses questionnements (notamment autour des problèmes posés par les graffitis). Comprendre une inscription médiévale, c’est d’abord avoir en mémoire son triple statut : comme toute autre source, les inscriptions sont pour l’historien à la fois « une fin en soi », « un réservoir d’informations » et « un objet culturel » (C. Treffort). Une réflexion sur le discours de l’inscription est donc nécessaire. Estelle Ingrand-Varenne a évoqué l’apparition et le développement de la langue vernaculaire et la persistance d’une certaine forme de bilinguisme, la brièveté des formules, les moyens poétiques et stylistiques mis en œuvre.

Cécile Treffort a mis en lumière le second enjeu majeur, celui de la datation qui doit s’appuyer sur la forme des lettres, l’identification de l’objet, le réinvestissement d’une même inscription à des époques et dans des logiques différentes. Vincent Debiais a présenté les autres problématiques auxquelles l’historien est confronté lorsqu’il étudie les inscriptions : leur diversité, l’importance de la mise en page, de la mise en contexte du texte épigraphique – en particulier leur contexte topographique, à l’extérieur ou à l’intérieur d’un bâtiment, sur les murs d’un édifice religieux ou civil –, le rapport du texte de l’inscription avec le programme iconographique dans lequel elle s’insère.

L’école thématique a aussi été l’occasion de découvrir les ressources indispensables à l’épigraphiste. Celui-ci peut ainsi s’appuyer sur le fonds exceptionnel de la photothèque qui conserve plus de 200 000 clichés concernant l’art roman, sur l’inscripthèque qui rassemble le fichier général des inscriptions médiévales françaises du VIIIe siècle à 1500 (25 000 fiches classées par département puis par ordre alphabétique de localité) ainsi que les références bibliographiques. La bibliothèque du CESCM met aussi à disposition des lecteurs les grands corpus épigraphiques européens, les principales synthèses, les divers outils de travail et les bases de données qui ont fait l’objet d’une présentation critique. L’étude de quelques volumes de la collection de relevés de Dom Fonteneau (XVIIIe siècle) conservée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers a par ailleurs souligné leur intérêt dans la constitution des corpus et a nourri la réflexion sur les problèmes de lecture, d’identification des différentes mains, mais également de fidélité à l’égard des inscriptions encore conservées.

Les formateurs ont passé en revue les différentes techniques de l’épigraphiste, à commencer par les techniques de relevés qui ont fait l’objet de travaux pratiques dans les locaux de la Société des Antiquaires de l’Ouest (estampage, relevé sur papier transparent, frottis au crayon). L’œil est de fait le premier assistant de l’épigraphiste. C’est ce qu’a mis en avant Carolina Sarrade dans sa présentation du travail de l’archéographe qui cherche à déterminer les différentes strates de peinture. Les formateurs ont rappelé l’importance du regard dans ce type de travail, invitant à ne pas mésestimer le rôle de la photographie dans la constitution de l’information. En vertu de cette règle trop souvent oubliée, Isabelle Fortuné a dispensé un cours pratique d’initiation à la photographie, adaptée aux usages épigraphistes et montré l’impact de la photographie sur la production de données. Enfin, a été présenté le travail d’édition des inscriptions, sur support papier et en format numérique, qui doit donner à voir l’inscription dans sa réalité médiévale et l’interprétation qu’en fait l’historien.

L’école thématique ne s’est pas contentée d’offrir une formation théorique décontextualisée, elle a aussi confronté les stagiaires à la réalité du terrain. Les thématiques ont alors été abordées concrètement lors d’une promenade épigraphique dans Poitiers. Les inscriptions ont ainsi pu être analysées et interprétées dans leur contexte originel (à la cathédrale, au baptistère Saint-Jean, dans les églises Saint-Hilaire le Grand et Saint-Porchaire) ou dans le contexte modifié du musée qui pose le problème de la muséographie (par exemple, les inscriptions de l’hypogée des Dunes au musée Sainte-Croix). Chaque participant a également eu l’opportunité de présenter une étude de cas relevant de ses propres recherches. Les exemples donnés ont illustré la variété du champ épigraphique (inscriptions dans des enluminures de manuscrits, sur des plates-tombes, sur des sceaux, des colonnes, etc…). Ce temps de discussion fut l’occasion de nombreux échanges, de nombreux questionnements autour notamment de documents très difficiles à interpréter.

Le décloisonnement de l’épigraphie médiévale est l’un des grands enjeux de la discipline. L’école thématique a ainsi été l’occasion d’une ouverture vers l’épigraphie antique et l’épigraphie tardo-antique. Alexandre Vincent, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Poitiers, est revenu sur l’importance de l’épigraphie dans la connaissance des sociétés antiques, et sur les deux principales difficultés de cette approche : la distinction parfois difficile du vrai et du faux, le caractère restreint de la « population épigraphique » dont sont exclues les couches inférieures de la société. Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive participant à l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, a souligné toute la complexité et parfois le manque de pertinence du découpage entre Antiquité et Moyen-Âge, ainsi que les problèmes de la privatisation de l’épigraphie et de la définition d’une épigraphie considérée comme chrétienne. Enfin, la conférence de clôture de Dominique Stutzmann, chargé de recherches à l’IRHT en section de paléographie latine, a mis en lumière les liens entre étude des productions manuscrites et des inscriptions : leurs questionnements communs, leur travail commun sur la morphologie des lettres, la circulation des écrits du manuscrit vers la pierre, de la pierre vers le manuscrit.

Cette semaine intense rondement menée a donc été l’occasion de faire un tour d’horizon complet de l’épigraphie médiévale, d’en comprendre les enjeux techniques et heuristiques, de prendre toute la mesure de l’indispensable apport d’un corpus épigraphique si l’on veut comprendre le Moyen Âge. Elle a constitué un moment fort appréciable d’apprentissage, d’échanges et de convivialité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.