Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.