Tous les articles par Vincent Debiais

Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental.

Le premier séminaire se tiendra le 19 septembre 2019 et sera consacré à la question des continuités et des ruptures dans l’affichage épigraphique du droit entre Antiquité, Antiquité tardive, Moyen Âge et Époque moderne.

À partir d’exposés sur chacune de ces périodes, et au-delà de l’aspect artificiel du découpage, il s’agira de savoir si les pratiques médiévales sont spécifiques ou originales, comment elles peuvent être comprises dans une longue histoire des pratiques écrites du droit, quels sont les principes structurels en jeu dans la publication monumentale des décisions et des normes, etc.

PROGRAMME

Frédéric F. Martin (Université de Nantes) – Formes et pratiques d’affichage du droit : la juridicité médiévale à l’épreuve

Morgane Uberti (Casa de Velázquez, Madrid) – Inscrire le droit après Rome. Questions diverses à partir des écritures juridiques (Occident tarde-antique)

Arnaud Loaec (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers) – Afficher l’édit conciliaire de 1166 : résurgence ou habitude à Byzance ?

Anne Béroujon (Université Grenoble Alpes) – Les inscriptions et le droit à l’époque moderne

Isabelle Bretthauer (Archives nationales) – Les ardoises comme support d’écriture, le cas des écrits juridiques exposés (XIVe-XVIe siècle)

 

École des hautes études en sciences sociales

54, boulevard Raspail

salle A4-47

19 septembre 2019 – 14h-18h

renseignements : vincent.debiais@ehess.fr

Afficher le droit au Moyen Âge : les chartes lapidaires en discussion

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche. Premier rendez-vous le 19 septembre prochain !

Montélimar (26), église Sainte-Croix. Charte lapidaire (1198)

La réflexion sur la question de l’affichage épigraphique du droit au Moyen Âge prend pour point de départ la notion de « charte lapidaire » qui conjoint dans un même syntagme une catégorie diplomatique et un matériau dur et durable, et qui désigne une grande variété d’inscriptions présentant des similitudes – qu’il conviendra de lister et de qualifier – avec la documentation diplomatique médiévale. En arrière-plan, elle interroge la capacité de la pratique épigraphique à fonder, affirmer et transmettre le droit, et soulève donc un grand nombre de questions : le geste de communication qui consiste, par exemple, à apposer une inscription dans la ville est-il de nature juridique ? Comment penser ce geste d’exposition dans le scénario diplomatique ? L’effet produit par l’affichage épigraphique acquiert-il dans les moyens mobilisés (localisation, forme, graphie) une réalité symbolique, pragmatique, voire performative ? Si tel est le cas, comment passe-t-on d’un acte diplomatique à l’exposition de son contenu ?

Le programme de recherche Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires a pour intention de revenir sur l’ensemble de ces questions dans une perspective anthropologique, celle du lien entre action juridique et geste graphique, et dans le contexte de l’écriture exposée. 

Le contexte chronologique envisagé est celui d’un très long Moyen Âge central allant du XIe au XIVe siècle et l’inventaire concerne l’Europe occidentale, sans s’interdire cependant des incursions en-deçà et au-delà de ces repères chronologiques et géographiques car ce sont bien les phénomènes de structure, de permanence ou au contraire de transformation, qui permettront, en dialogue avec l’unicité de chaque document, de déceler les enjeux graphiques et langagiers de ces objets complexes.

Le programme de recherche est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique. Dans ces actions, il réunit autour d’objets concrets des spécialistes de diplomatique, de paléographie, d’épigraphie et d’histoire du droit pour approcher de façon globale chaque geste d’écriture exposée, dans une entreprise qui cherchera à dépasser le clivage entre fonction diplomatique et fonction symbolique en explorant les notions de trace, d’empreinte, d’image ou encore d’écho.

Cheffes (49), église Notre-Dame. Inscription mentionnant la fondation et la consécration de l’église (1167)

Le projet est porté par l’École des hautes études en sciences sociales, au sein du Centre de recherches historiques et du groupe de recherche Anthropologie historique du long Moyen Âge. Il est organisé en étroite collaboration avec Sébastien Barret (Institut de recherche et d’histoire des textes), Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes), Laurent Morelle (École pratique des hautes études) et Marc Smith (École nationale des chartes/École pratique des hautes études).

Les quatre établissements réunissent à cette occasion leurs expertises respectives dans les différents domaines de la culture écrite médiévale et dans les disciplines de l’érudition (paléographie, diplomatique, épigraphie) en les concentrant, de façon originale, autour des objets épigraphiques, généralement laissés à la marge de ces questionnements. Il s’agit donc par cette réflexion collective de proposer une approche globale du phénomène graphique pour comprendre son impact dans l’histoire des pratiques écrites. Plutôt que d’envisager une approche interdisciplinaire, il s’agira de mesurer la capacité des formes et des contenus à passer d’un support ou d’un objet à l’autre, et de signaler ainsi la porosité des frontières disciplinaires et la nécessité de les dépasser.

Les deux premières séances se tiendront les jeudis 19 septembre et 5 décembre à l’École des hautes études en sciences sociales (54, boulevard Raspail, salle A4-47) de 14h à 18h.

Elles seront consacrées aux sujets suivants : (1) « Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne » (19 septembre 2019) ; (2) « Questions de forme, questions de format ou comment faire charte » ( 5 décembre 2019) ; le programme détaillé des séminaires sera disponible dès la rentrée.

Les deux séances au premier semestre 2020 poursuivront la réflexion avec les thèmes (3) « Documents écrits et documents figurés : les liens avec l’image » et (4) « Réseaux d’écriture et intertextualité : les chartes en absence ».

Les séances sont ouvertes à tous et feront l’objet de comptes rendus systématiques des présentations et des discussions. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais. 

Inauguration de l’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS

Le 9 mai dernier s’est tenue à Madrid l’inauguration de l’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS. Retour sur le coup d’envoi d’un objet scientifique et artistique original autour de la culture écrite tardo-antique et médiévale et de sa réinterprétation contemporaine.

Dialoguer. Échanger. Créer. Les espaces s’y prêtent, les occasions sont nombreuses, les projets de chacun y invitent. La Casa de Velázquez, en mêlant science et art, est un lieu de recherche et de création. Elle invite à dépasser les frontières entre disciplines et entre pratiques créatives ; celles du chercheur et de l’artiste se rapprochent et entrent en résonance. Plus qu’un lieu, la Casa est un processus.

L’exposition SENDAS EPIGRÁFICAS est le produit d’un tel processus de création entre les historiens des cultures écrites tardo-antiques et médiévales au sein de l’École des hautes études hispaniques et ibériques d’une part, et les artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid d’autre part. Pensée comme le colophon et la prolongation du projet de recherche LIMITS consacré aux inscriptions tracées sur le bois, la pierre ou le métal, les monuments et les objets de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, l’exposition met en scène des reproductions d’objets épigraphiques anciens et les échos qu’ils ont suscités chez les artistes contemporains, graveurs, plasticiens, sculpteurs, vidéastes ou compositeurs.

 

 

 

 

 

 

 

La diversité des œuvres créées à l’occasion du dialogue entre chercheurs et artistes pendant près d’une année répond à la variété des supports, des techniques et des fonctions de l’écriture aux périodes anciennes. Laissant libre cours à leur appréhension de ces pièces historiques, les artistes ont rendu hommage et prolongé la créativité des scripteurs antiques et médiévaux. Comme eux, ils ont joué sur la plasticité, l’esthétique et la tonalité de l’écriture pour transmettre un message et une émotion visuelle, sensible, sonore. Au long du parcours scénographique, on mesure la richesse graphique de périodes encore trop souvent pensées comme peu ou mal alphabétisées, et dont le recours à l’écriture ne saurait être autre que pratique. C’était toute l’ambition de ce projet que d’inventer cette dimension des inscriptions aux yeux du public contemporain, entre distance et permanence, familiarité et surprise, entre la sécheresse apparente de ces fragments d’histoire et leur véritable beauté.

Pour cela, il fallait révéler les trois composantes essentielles de l’inscription : le matériau, le signe et le temps. La matière accorde à l’objet épigraphique une forme, une étendue, un rapport au lieu. C’est parce que l’inscription est matière qu’elle peut être là ou ailleurs, lointaine ou proche, visible ou cachée. Dans cette texture s’incarnent les signes du texte : lettres, ponctuation, abréviations, caractères intelligibles, les produits d’une articulation entre le sonore, le visible et le lisible. C’est dans leur capacité à poser une relation particulière au temps, entre instant, permanence et réactualisation que texture et texte façonnent une communauté étendue et durable de lecteurs, témoins d’une écriture qu’ils reconnaissent, ignorent, transforment ou détruisent.

Placées sur les murs des galeries de la Casa de Velázquez, les inscriptions tardo-antiques et médiévales s’imposent en tant que témoins d’histoire, traces d’un passé graphique qui peuple encore les villes, les monuments, les musées, parfois aussi l’imaginaire d’une écriture ancienne, autre, étrangère. Les œuvres des artistes transforment les traces en acteurs, leur donnent une présence culturelle et esthétique réelle. En dialogue, les unes et les autres construisent un objet en soi, par accumulation, par juxtaposition, par contradiction, par défi. Passé et présent se rejoignent dans l’inscription unique formée par le parcours de SENDAS EPIGRÁFICAS, trace éphémère et durable à la fois d’une recherche scientifique et artistique. 

Prenant la parole après Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, Morgane Uberti, commissaire de l’exposition revient sur les conditions intellectuelles et pratiques de la création de ce projet :

« J’ai un plaisir immense à vous accueillir ce soir pour cette inauguration qui marque la fin de plusieurs mois de travail, un travail véritablement collectif, porté par une très belle énergie, et qui a donc réuni artistes et chercheurs autour d’un objet – l’inscription – et de problématiques scientifiques en résonnance avec la recherche esthétique. C’est donc une conversation continue, entamée à l’automne 2018, entre Madrid et Stanford, entre six artistes – graveurs, compositeurs, plasticien, vidéaste – un tailleur de pierre et deux chercheurs, Vincent Debiais et moi-même qui prend forme ce 9 mai.

Giovanni Bertelli, Marie Bonnin, Carlos de Castellarneau, Sylvain Konyali, Naomi Melville, Andrés Padilla Domene se sont engagés dans ce projet avec confiance et je les remercie pour cela. Paul Vergonjeanne, étudiant et tailleur de pierre à l’ETSAM est entré dans l’équipe en cours de route enrichissant cette dynamique.

Approcher les limites d’un document, l’inscription, ainsi que celle d’une discipline historique, pour mieux penser l’objet épigraphique, tel était le pari à l’origine de l’exposition Sendas Epigráficas. Au fil des mois, de rendez-vous skype, de discussions plus informelles, s’est construit un discours poétique autour de l’inscription. Nous avions soumis au départ nos objets de recherche à la création, puis nous nous sommes retrouvés nous-même, commissaires-chercheurs, au service de la création. Veiller toujours aux échos entre chacune des œuvres et les documents, entre décalages, transformations, adaptations et cohérence. Ce va-et-vient, spontané, repose sur les questions que nous posions déjà à l’objet : celles des limites qui définissent l’inscription et la discipline épigraphique. Et nous découvrons aujourd’hui, maintenant que tout est là, matériellement là, maintenant que les limites de la discipline ont été mises en œuvres et mises en scènes, combien la rencontre avec la pratique artistique nourrit, étaye et éclaire nos propres réflexions scientifiques.

Dans le paradoxe du naturel et de la surprise, ce projet a mis en avant la communauté des processus créatifs en jeu dans la production des connaissances et dans l’invention de l’art. Voilà le défi proposé par les sciences humaines, leur intérêt, leur nécessité dans le paysage académique

Tout cela a bien sûr été possible grâce à la confiance que nous ont faite Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, Fabienne Aguado, directrice de l’Académie de France, Laurent Callegarin, directeur des études antiques et médiévales, et Isabel Velázquez, professeur de philologie latine à l’université Complutense de Madrid.

Enfin, notre petit collectif éphémère et hybride a été accompagné par une équipe à géométrie variable sans laquelle rien n’aurait été possible. Je les en remercie infiniment.

Il nous aura donc fallu 9 mois, 9 mois joyeux, extrêmement riches, inattendus. L’aventure nous a obligé à sortir de notre zone de confort, artistes comme chercheurs : une envie et une expérience qui en valait la peine. Et j’espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir cette exposition autant que nous en avons pris à la penser et à la créer.

À tous, merci beaucoup. »

Dans les semaines qui ont suivi l’inauguration, le public a eu l’occasion de faire l’expérience de toutes les dimensions de cette initiative qui se prolongera, dans les semaines qui viennent, par la mise à disposition en ligne d’une publication mixte regroupant des articles scientifiques, le témoignage des artistes, le catalogue des œuvres, des textes originaux produits par des visiteurs « experts », le tout dans une présentation dynamique intégrant vidéo, son, et image.

sendas epigráficas – l’épigraphie tardo-antique et medievale s’expose à la casa de velázquez

Du 10 au 29 mai 2019 se tiendra à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne) l’exposition intitulée Sendas epigráficas qui met en perspective les objets épigraphiques de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge avec des œuvres originales créées par six artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid. Pensée comme le colophon du programme de recherche LIMITS, l’exposition donnera lieu à une publication en ligne réunissant le catalogue et des textes originaux rendant compte de cette rencontre entre les disciplines et les pratiques.

Au cours des années 2017-2018 se sont tenues à la Casa de Velázquez à Madrid trois journées d’études consacrées aux limites chronologiques, matérielles et alphabétiques de la culture épigraphique entre Antiquité tardive et époque moderne, dans le cadre du programme bilatéral LIMITS entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, avec le soutien du CESCM. Elles ont donné lieu à de très riches discussions méthodologiques autour de la définition de l’objet épigraphique, de ses fonctions, de ses permanences sur le temps long de l’histoire de l’écriture. Elles ont également permis de mesurer l’immense créativité graphique mise en œuvre par les scripteurs médiévaux qui ont joué de la beauté plastique des signes pour créer des objets dotés d’une profondeur esthétique indéniable.

Le constat d’une beauté intrinsèque de l’inscription, en tout cas d’une capacité du matériau épigraphique à devenir le lieu d’une recherche esthétique, a conduit les coordinateurs du programme LIMITS à envisager la documentation ainsi étudiée comme un matériau à soumettre à la création artistique contemporaine. La Casa de Velázquez accueillant à la fois l’École des hautes études hispaniques et ibériques et l’Académie de France à Madrid s’est imposé comme le lieu idoine pour envisager une telle rencontre entre artistes et scientifiques. Car il s’agit bien d’une rencontre autour du matériau épigraphique, entre des spécialistes de la dimension historique et matérielle des inscriptions et des créateurs qui en ont perçu toutes les possibilités esthétiques et discursives.

Un dialogue permanent, nourri, s’est instauré entre les différents acteurs depuis le mois de septembre 2018 pour mettre en œuvre un parcours scénographique mêlant reproductions d’inscriptions (antiques, médiévales et modernes) et œuvres contemporaines, autour de trois thématiques centrales : le signe, le temps, la matière. L’exposition Sendas epigráficas multiplie donc les supports et les formes, de la gravure au dessin, de la sculpture à la création sonore, de la vidéo à l’estampage. Elle témoigne ainsi de la diversité formelle ontologique des cultures écrites pré-typographiques ; elle est aussi une invitation à penser les permanences ce ces phénomènes graphiques au moment où l’écriture se dématérialise en signaux électriques, en hologrammes, en métaphores architecturales…

Sylvain Konyali – estampe de pierre 15×20 cm encre sur papier coréen (2019)

L’exposition, qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 10 au 29 mai 2019, donnera lieu également à la production d’un objet éditorial original réunissant le catalogue des œuvres exposées à Madrid, des entretiens avec les artistes, des comptes rendus de visiteurs experts, des communications prononcées au cours des trois journées d’études du programme LIMITS. Avec ce projet ambitieux, mené dans un véritable esprit de partage, d’ouverture et de dialogue entre science et art, les commissaires de l’exposition entendent attirer l’attention d’un large public sur l’intérêt historique, culturel et artistique de cette documentation qui habitent encore avec prégnance les espaces urbains, réels ou fictifs, du monde contemporain.

Pour plus d’information, voir l’annonce de l’exposition sur le site de la Casa de Velázquez ou contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr) ou Morgane Uberti (morgane.uberti@hotmail.fr).

L’inscription signe et image : définitions et perspectives

Retour sur la dernière journée du programme LIMITS (Casa de Velázquez-Université Complutense Madrid) consacrée aux limites alphabétiques des inscriptions entre Antiquité tardive et Renaissance ; et dernier compte rendu pour cette belle aventure intellectuelle et amicale.

Le vendredi 19 octobre dernier s’est tenu à Madrid la troisième journée d’étude du programme LIMITS, refermant ainsi le cycle d’ateliers de travail autour des limites des pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance. Comme l’a rappelé Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, dans ses mots de bienvenue, le programme LIMITS est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, et a permis d’installer les recherches épigraphiques dans un cadre institutionnel favorable à l’échange d’idées et à l’avancée des connaissances dans un domaine qui reste, en France comme en Espagne, encore largement à explorer.

Prenant la suite de Michel Bertrand, Morgane Uberti (Casa de Velázquez) poursuit la présentation de la journée en revenant sur le positionnement et les enjeux du programme LIMITS. Celui-ci faisait le pari d’une approche venant soustraire l’inscription à sa relativité (celle de ces formes, de ses usages, de ses agents, de ses acteurs) pour l’object-iver. LIMITS s’est ainsi construit comme un parcours épistémologique et réflexif autour de trois éléments définitoires – la périodisation, le matériau, l’écriture – convoqués par une discipline : l’épigraphie médiévale. Partant de là, il s’agissait d’envisager les limites de ces qualités (qui permettraient a priori de définir un champ disciplinaire) pour questionner la définition même de l’épigraphie et de son objet.

En manière d’écho, Isabel Velázquez (Université Complutense de Madrid) signalera d’ailleurs dans ses propos introductifs combien il est difficile de parvenir à des définitions satisfaisantes pour les grands concepts qui animent l’épigraphie. Qu’est-ce que l’épigraphie, en tant que pratique et en tant que discipline ? Qu’est-ce qui fait épigraphie ? Qu’est-ce qu’une inscription ? Comment décrire et caractériser l’écriture en jeu dans les inscriptions ? Comment établir la liste des supports épigraphiques ? Comme l’ont montré ses études fondatrices sur les ardoises inscrites du haut Moyen Âge, il est parfois hasardeux de séparer documents épigraphiques, diplomatiques, comptables, épistolaires (à quel champ disciplinaire, par exemple, appartiennent les ostraka ?).

Après être revenue brièvement sur les idées fortes ayant surgit lors des journées précédentes – la nécessité de repenser les transformations de la pratique épigraphique dans leur multiplicité et leur arythmie, la notion de « rencontre » entre écriture et matériau pour aborder une « matière » épi-graphique – Morgane Uberti annonce le cadre d’une journée consacrée aux limites alphabétiques et à la visualité de l’écriture épigraphique. Pêle-mêle : les lieux (la lettre, le con-texte, le para-texte) et les conditions d’une visualité de l’inscription ; la possibilité d’une iconicité de l’écriture épigraphique ; la tension entre iconicité et processus d’iconisation. Les communications de la journée montrent que la thématique se place d’emblée aux frontières de la discipline épigraphique. Si elle engage le statut de l’inscription, de sa perception, de sa valeur en tant qu’outil de communication, c’est avant tout pour les liens qu’elle implique entre culture écrite et culture visuelle qu’elle entre dans le champ du programme LIMITS, à deux échelles : celle d’une discipline toujours plus difficile à définir, et celle d’un objet. Le sujet mérite donc de dépasser une approche strictement technique ou disciplinaire de la documentation pour s’engager au contraire dans une anthropologie des pratiques écrites pré-typographiques.

Lugo, cathédrale, portail nord

C’est précisément la voie empruntée par la très belle conférence inaugurale de Brigitte Bedos-Rezak (New York University) qui s’est attachée, dans les livres et dans les documents, à signaler les connexions entre pratique de l’écrit et pratique de l’image (dans toute l’épaisseur médiévale du terme imago), en partant du principe que le Moyen Âge ignore le « degré zéro du graphisme alphabétique ». Le chemin qu’elle propose explore les degrés d’iconicité de l’écriture alphabétique médiévale, dans toutes ses formes, ses dimensions (créations, relations, contextes), ses manières, en posant en filigrane le rôle de cette iconicité dans une éventuelle agentivité de la lettre et de l’écriture.

S’emparant de la lettre imagée, Brigitte Bedos-Rezak revient sur les phénomènes d’ornement, les initiales, les enluminures, les lettres-rébus. Tous ces phénomènes signalent la nature iconique de la lettre, sa capacité à être image. Plus encore, la lettre imagée incarne au plus près la relation texte-image parce qu’elle les lie dans une même forme. C’est dans les transformations successives du signe, via le recours nécessaire et systématique au « non-graphique », que s’établissent les liens complexes entre visuel et lisible, écriture et image.

Suivant cette perspective, peut-on dire que l’alphabet se suffit à lui-même ou doit-il s’incorporer dans une pratique de l’image pour transmettre ? Comme élément de réponse, Brigitte Bedos-Rezak signale que « l’itinéraire des lettres », le parcours visuel qu’elles suggèrent, dans ses références multiples, sont le recours privilégié de l’iconicité de l’écriture, soit le lien entre ce que l’on voit et ce qu’il faut lire. Dans le paradoxe d’une lettre embellie qui signale autant qu’elle égare se pose la question du visuel comme condition de la réalisation de l’écriture médiévale.

Au-delà du visuel, la lettre engage aussi le sensuel, le tactile ; elle invite à maintenir, posséder, incarner, ressentir la dimension alphabétique du texte. Brigitte Bedos-Rezak insiste sur l’écriture en tant que « marque » et « figure », qui remplit un « espace ». Dans bien des cas, le geste qui consiste à porter la lettre sur/dans le support est celui de l’empreinte et du marquage ; le caractère gagne alors en consistance, en dynamisme et désigne plus que ce qu’il donne à voir. En raison des conditions de sa mise en œuvre qui relèvent surtout du dessin, l’écriture se confondrait donc avec la calligraphie et acquiert une dimension sensible, sans doute irréductible.

Suivant la voie du sensible, Brigitte Bedos-Rezak distingue les deux actions d’écrire « dans » et d’écrire « sur », soit la différence entre la « trace » et la « marque », invitant à considérer les réactions du corps, et en particulier de la main, dans l’action d’écrire. À partir d’exemples manuscrits, notamment le folio 18r du sacramentaire de Gellone (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 12048), elle signale le désir de « capturer le geste et le corps dans l’écriture » ainsi déposée sur la peau. La matérialité assimile ainsi une présence et la page lieu de cette im-pression de la main (et partant de la marque) devient un « reliquaire graphique ».

Paris, BNF, ms. lat. 12048, fol 18 ; source : Gallica.bnf.fr

Il s’agit dans tous les cas de brouiller les frontières entre ce qui relève de l’écriture et ce qui relève du dessin – il faut créer une image, quelle que soit la technique, quel que soit le matériau. En s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin, Brigitte Bedos-Rezak signale que la lettre imagée crée un espace de sens qui est le sien : « la lettre est auteur de sens ». L’alphabet est ainsi en relation à la langue et à l’image, et la lettre imagée est une élaboration théorique de l’écriture. Il n’y a donc plus d’opposition entre visuel et graphique, entre écrit et oral. Enfin, le visuel conduit au tactile, l’écriture attire l’œil et la main ; la lettre indice d’un geste, d’un corps, est dramatique et agissante.

La communication de Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM) consacrée aux incipit dans les livres d’évangiles carolingiens s’inscrit pleinement dans les réflexions ouvertes par la conférence de Brigitte Bedos Rezak : de l’impossible distinction écriture-image à la lettre dotée d’une vie. Dans ces manuscrits, les mises en œuvre, en jeux, en couleur, en fond, en résonance des lettres rendent compte des possibilités de l’écriture comme image, architecture et signe dans l’élaboration, l’illustration et la réalisation d’un discours théologique, ecclésiologique et christologique. La pratique de la lettre est donc ici aussi l’indice d’une réflexion portant sur la parole divine quand cette même parole, à l’origine de toute vie, est aussi à l’origine de la lettre. L’élaboration visuelle de ces initiales contenant des images et de l’ornement peut se comprendre comme écrin et métaphore de la Révélation, le livre agissant comme le contenu et le contenant de la voix et de la parole divine. Les composantes graphiques agissent en effet pleinement dans la transformation du livre en reliquaire des mots de Dieu, par l’évocation des métaux précieux, des pierreries, des éléments orfévrés.

En se livrant à une analyse très pointue de la page de l’incipit de de Jean dans les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 8850), Cécile Voyer montre que la question de la relation entre la lettre et le fond de l’image est essentielle pour comprendre l’amplitude du discours théologique à l’œuvre dans cette peinture. L’interprétation de la « lettre-colonne » montre que l’écriture possède, dans son iconicité, une fonction narrative, au-delà de l’ornement. La lettre s’anime et anime à son tour l’image et, à la suite de Brigitte Bedos-Rezak, Cécile Voyer revient  sur la vitalité de la lettre : une lettre qui « insuffle la vie » en tant qu’elle est matière abritant le divin. Enfin, elle insiste sur le fait que le manuscrit entendu comme « lieu » et comme métaphore architecturale est essentiel à la projection de l’écriture et de l’image. La lettre est donc tout à la fois lettre et image complètement, indice d’une élaboration intellectuelle quant à la capacité de dire en signes l’infinité de Dieu.

Paris, BNF, ms. lat. 8850, fol. 181 ; source : mandragore.bnf.fr

L’analyse de la lettre, ses formes, sa polysémie se poursuit hors du feuillet, hors de l’Occident latin.  Ida Toth (Oxford University) nous fait entrer dans le domaine des monogrammes byzantins. Après une présentation bienvenue de l’état de l’art de l’épigraphie byzantine et des recherches en cours, elle signale le fait que les monogrammes restent, en Orient comme en Occident, un objet encore à traiter. Elle définit d’abord le monogramme comme une figure ou un caractère qui remplace un nom, un mot ou une phrase dans un type d’écriture donnée ; une définition ouverte donc pour un signe qui s’établit dans la rencontre et l’union des lettres entre elles, mais aussi des lettres et de signes non alphabétiques (la croix, par exemple), le tout formant image. Sur les sceaux, sur les monnaies, sur les poids, dans le domaine monumental, les monogrammes ont d’abord une fonction normative : ils donnent le nom d’une autorité en acte qui se manifeste dans un signe complexe, souvent difficile à développer alphabétiquement, mais « reconnaissable » en tant qu’image. Aussi les contenus visuels et verbaux se superposent-ils toujours et cette tractation du lisible et du visible met une fois de plus en échec toutes nos tentatives de catégorisation. Les monogrammes ont également une fonction commémorative et prennent place dans le monde funéraire où l’on peut suivre une lente transition vers les armes et l’héraldique comme moyen de communiquer et d’afficher une identité. Dans le domaine artistique, le monogramme permet de signaler le patronage ou la commande, avec l’emploi fréquent ici de spolia, pour inscrire par le signe monogrammatique un lieu ou un objet dans une tradition qu’il faut, encore une fois, connaître et reconnaître dans la conjonction des lettres. Ida Toth signale pour terminer que cette question de la restitution du monogramme doit en grande partie être repensée au prisme justement de son impossibilité. Au-delà d’une classification des fonctions, des formes, des usages, ces signes seraient l’indice d’une promotion de l’anonymat comme force d’existence au monde. Une écriture qui ne communiquerait plus vraiment parce qu’elle se déroberait au verbal, mais qui permet dans le geste de sa matérialisation d’être en un temps et un lieu.

En présentant l’arrière-plan théorique de sa thèse en cours sur l’écriture des inscriptions médiévales de Toulouse, Eva Caramello (Université de Poitiers, CESCM) interroge précisément la nature sémiologique des signes que nous appelons « lettre » afin d’en comprendre les variations infinies qui s’expriment dans toute la documentation. Si elle peut être « manipulée » dans les monogrammes, c’est parce que la lettre dispose d’une « architecture » fixe et qu’elle en devient malléable à force d’iconisation. Eva Caramello présente  les différentes composantes de l’écriture dans ses liens avec la lettre en attestant l’existence simultanée de la « graphie » et de l’écriture, le « corps et l’âme » des signes, de l’unité sémantique du signe graphique tel qu’il est mis en œuvre sur la pierre, mais en reconnaissant leur caractère indissociable dans une pratique épigraphique qui met « la matérialité au premier plan » du texte. En se concentrant sur les usages de l’écriture majuscule et le caractère innombrable de ses « glyphes » comme indices de la variabilité de l’écriture en dehors de la reproduction mécanique des formes, elle s’interroge finalement, comme l’avait fait Cécile Voyer, sur la possibilité de distinguer signe alphabétique et image de la lettre. Eva Caramello termine son intervention en évoquant les implications de cette variabilité de l’écriture épigraphique sur le scénario de la communication à travers l’écriture exposée. Il s’agirait d’abord de voir les glyphes, puis de lire le texte. On en vient une fois de plus à nuancer le caractère exclusivement alphabétique de l’écriture pour mettre en exergue l’influence du contexte, du type graphique, de l’image du texte dans la pratique de l’écriture épigraphique.

  

Eugenio Luján Martínez (Université Complutense de Madrid) propose quant à lui d’interroger la composante « iconique » de la lettre à travers un panorama des écriture celtibères à l’intersection des logogrammes et des pictogrammes. Il commence par revenir sur les grandes typologies des systèmes d’écriture pour rappeler à tous que l’écriture ne commence pas en Europe occidentale avec l’alphabet latin, mais qu’elle s’exprime au contraire à travers une grande diversité de pratiques graphiques. Ces écritures, encore à déchiffrer ou à comprendre, documentées par un nombre réduit de témoignages graphiques, mélangent  ce qu’il faut considérer comme des signes liés à une réalité et des signes liés à la transcription d’un phénomène échappant à la réalité. Où commence l’écriture et où s’arrête l’image dans de tels cas ? L’iconicité est variable et influe sur la définition même de ce qu’il faut reconnaître comme écriture.

La communication de Coline Ruiz Darasse (CNRS, Ausonius) envisage la question de ces écritures non déchiffrées (inscriptions paléo-hispaniques, inscriptions levantines) sous un autre angle. En s’appuyant sur une approche linguistique, celle de Saussure, celle de Barthes et de la « théorie du texte », elle se demande où commence l’écriture et surtout si elle fondée, pour être définie comme telle, sur une reconnaissance. Est-ce que la reconnaissance de l’écriture fait l’inscription ? Elle pointe ainsi une tension permanente, pour ces systèmes graphiques anciens et peu documentés, entre texte, image, texte et image, et texte comme image. Parmi d’autres difficultés, cette « instabilité » graphique s’exprime dans les questions de la linéarité du déploiement graphique. Où commence un texte que l’on ne sait pas lire ? Dans quel sens se présente-t-il dans sa relation au matériau ? Pour résoudre certaines de ces difficultés, le chercheur a tendance à placer ce type d’écriture du côté des « pseudo-inscriptions ». Coline Ruiz Darasse s’arrête très justement sur les implications d’une telle dénomination qui déplace l’échec de l’éditeur de texte vers l’intention du scripteur de produire un texte qui « trompe », qui « réplique », qui « imite ». La prise en compte de toutes ces possibilités permet cependant de réaffirmer la « présence » visuelle de l’écriture et son lien ontologique avec le matériau. L’écriture, même quand on ne peut la lire, existe et se présente dans sa densité matérielle à nos yeux, et il faut établir les moyens de cette exposition.

Carme Barceló (Universitat de València) aborde quant à elle cette question de l’altérité graphique non plus pour repérer les inscriptions qui n’en sont peut-être pas, mais pour analyser les phénomènes de pluralité graphique et linguistique dans les inscriptions chrétiennes d’Al-Andalus. Elle commence son exposé par un inventaire des formes et des fonctions de ces inscriptions, en insistant sur les points communs et les divergences des textes rédigés en arabe et les textes latins. Elle montre cependant la porosité, la perméabilité et l’interchangeabilité des pratiques épigraphiques dès lors qu’il s’agit d’exposer des faits aussi importants que l’identité et l’appartenance à une communauté (sociale, familiale ou religieuse). La présentation de Carme Barceló met à son tour en avant la plasticité de l’écriture épigraphique qui, en creux ou en relief, produit des formes difficiles à lire, parfois difficiles à dater, toujours difficiles à rapprocher d’un contexte culturel précisément défini. Les similitudes formelles deviennent ainsi le moyen de rapprocher des individus ou des faits de mémoire d’une langue à l’autre, ou d’un moment de l’histoire à l’autre. L’écriture est autant facteur de lien que de discrimination, et c’est parce qu’elle affiche toujours une image en un lieu que l’inscription met en échec les tentatives de catégorisation qui se baseraient uniquement sur les composantes paléographiques de l’écriture exposée.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM) termine la journée en s’intéressant aux aspects non alphabétiques de l’épigraphie, à tous ces signes qui ne sont pas des lettres et qui pourtant viennent se matérialiser dans les inscriptions. En s’appuyant sur des exemples de la France médiévale et du royaume latin de Jérusalem, elle distingue trois usages particuliers : la ponctuation, l’occupation des bouts de ligne, et l’emploi de logogrammes au cœur des textes alphabétiques. Dans tous les cas, le surgissement de ces formes produit un arrêt du texte et suppose un changement cognitif : il faut s’arrêter de lire, ou lire autrement, pour « composer » lettres et signes au sein de la page épigraphique. Entre équilibre et balancement, fluidité et rupture, linéarité et chaos, les signes non-alphabétiques proposent une image enrichie de l’écriture, un surplus de sens qui permet aux inscriptions de dire autrement, de dire autre chose, parfois au-delà de toute lecture réelle du texte. La substitution du mot « cœur » par l’image d’un cœur dans certaines inscriptions tardo-médiévales permet ainsi de déclencher de nouveaux chemins de significations, ces « itinéraires de la lettre » qu’avait pointés Brigitte Bedos-Rezak dans sa conférence inaugurale.

  

La troisième journée du programme LIMITS a été très riche grâce à la diversité des objets analysés, à la variété de leur provenance et de leur chronologie, à la qualité de leur présentation, à l’enthousiasme des discussions et à la densité des questions abordées. Les organisateurs avaient envisagé de discuter le point de rencontre entre écriture et image, et les communications et les débats ont finalement montré l’omniprésence de ce questionnement dans toutes les cultures graphiques. La lettre a ainsi été envisagée comme un objet dont il faut encore et toujours préciser la définition, et comme un mouvement dont il faut penser les implications formelles et fonctionnelles, entre fixité arbitraire, altération inévitable et variation recherchée au sein des cultures pré-typographiques qui la considèrent toujours dans le spectre de ces modifications possibles. Les présentations ont montré la plasticité inaliénable du signe qui, dans son rapport avec la matière et le lieu de sa mise en œuvre – ce fond de l’écriture, réel comme la pierre, mis en scène par la couleur, imaginé par la poésie – invite à penser la lettre avant tout comme une forme. Celle-ci intervient dans toutes les dimensions de la pratique épigraphique : la lettre, le mot, la page ; la langue, la syllabe, le vers, le son. À la manière d’un carottage, il faut percevoir simultanément toutes les « couches » de cette pratique pour déceler la profonde réflexivité du geste d’écriture qui interroge constamment la capacité d’abord, les modalités ensuite, du signe à dire et rendre présent. Entre connaissance et reconnaissance, modèle et empreinte, norme et illusion, l’écriture est toujours affaire d’engagement : celui du scribe dans la sensibilité de son geste ; celui du regardeur dans sa rencontre avec l’inscription ; celui du lecteur, dans le déclenchement de l’imagination. Les questions cognitives sont ainsi inséparables de ce que représente le fait graphique entre Antiquité tardive et Renaissance, ce geste de notation et de dénotation qui choisit, trie, sélectionne ce qu’il rend visible et lisible. Dans cette vitalité constante de l’écriture, la lettre n’est pas figée ; elle est dotée d’un comportement, d’une agentivité, d’une performativité qui se situe précisément entre l’état d’iconicité et le processus d’iconisation, dans cette relève de l’alphabétique par le visuel.

Comme les deux journées d’étude précédentes, le dernier atelier du programme LIMITS a montré la richesse des questions qu’il reste à poser aux inscriptions. Il a aussi montré toutes les implications intellectuelles d’un tel questionnement qui secoue le chercheur dans sa propre pratique, écrivant comme il le fait sur le fait « écriture ». Il a enfin permis de mesurer la beauté objective de la plupart de ces dispositions graphiques qui contiennent plus souvent qu’on ne l’imagine une ambition esthétique, celle de la création d’une forme stable et pleine. Il reste des milliers de questions à poser aux inscriptions sur la longue durée et l’on ne peut qu’espérer que le programme LIMITS est au point de départ de nouvelles initiatives de recherche en épigraphie et plus généralement sur la culture écrite des sociétés pré-typographiques.

Le nom dans la culture graphique au Moyen Âge – le livre

Le projet de collaboration entre le CESCM et l’Université d’Utrecht MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture graphique médiévale a été renouvelé pour l’année 2018. Celle-ci sera consacrée à l’écriture collective d’un essai sur cette question.

À la rentrée 2018, les membres du projet MEDNAME financé par Campus France (appel à projet PHC Van Gogh 2017) entament l’écriture d’un essai sur la question du nom dans la culture graphique médiévale, question qui a fait l’objet de plusieurs ateliers de travail à Poitiers et à Utrecht au cours de l’année 2017 et du premier semestre 2018. Ce livre est pensé à la fois comme la conclusion des travaux des équipes française et néerlandaise et comme le point de départ pour de nouvelles recherches sur cette même question.

Aulnay, église Saint-Pierre. Chapiteau du meurtre d’Abel

Le livre sera divisé en quatre parties. Le premier chapitre est consacré à la définition du statut grammatical et théologique du nom dans le contexte de la culture chrétienne médiévale. Le deuxième chapitre dresse l’inventaire des noms en jeu dans la documentation épigraphique et cherche à savoir quels sont les individus ou les groupes nommés dans les inscriptions. Le troisième chapitre analyse les conditions techniques, intellectuelles et matérielles de l’écriture du nom. Le quatrième et dernier chapitre envisage quant à lui les fonctions des inscriptions nominales dans le lieu et le temps de leur exposition, de l’écriture du nom à sa disparition ou à son effacement.

Le rendu du livre à l’éditeur est prévu pour l’été 2019. Des nouvelles de l’écriture seront publiées sur ce site.

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur privé = 600 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 25 avril 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Questions d’écriture pour le premier séminaire SEMPER

Pour la deuxième année, le séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit s’est réuni à Poitiers le 19 octobre dernier pour sa première séance. Il est guidé par les mêmes principes d’une réflexion collective sur un thème particulier en jeu dans l’analyse des documents épigraphiques du Moyen Âge. Pour l’année universitaire 2017-2018, le thème retenu est celui de l’écriture, des moyens graphiques mis en œuvre pour la réalisation d’une inscription. Les prochaines séances auront lieu les 9 février et 18 mai 2018.

Après un rapide tour de table et quelques annonces concernant les colloques, les projets, les nouveautés bibliographiques et les activités du Corpus des inscriptions de la France médiévale, Vincent Debiais introduit la thématique de l’année, celle de l’écriture proprement dite, des lettres et de l’ensemble des dispositifs graphiques qui mettent en œuvre la trace écrite sur le matériau (comme la ponctuation, par exemple). On pourrait à ce titre se demander si les cadres, le décor, la réglure et la justification font partie de la matière graphique et, de façon générale, si la disposition du texte, la gestion de la ligne, des colonnes sont de l’ordre du graphique dans l’inscription. Doit-on considérer que toute intervention de l’outil sur le support est « graphique » ? Qu’en est-il alors de la préparation du support, de la délimitation d’un espace qui peut devenir « graphique » ? In fine, qu’est-ce qui relève de l’écriture, au sens restreint ou au sens large ? Au-delà des questions de périmètre, c’est bien la caractérisation d’une intervention mécanique qui est en jeu : le geste d’écrire doit-il prendre en compte toutes les étapes permettant de passer d’une surface anépigraphe à l’objet inscrit ? Ces questions se font jour dès que l’on cherche à savoir qui a écrit, mais aussi comment, pourquoi, avec quel savoir-faire, avec quels moyens, dans quel but, etc.

Cathédrale d’Otrante – la sirène

On pourrait penser que devant l’évidence du fait – une inscription est le produit d’un geste d’écriture – toutes ces questions ont été réglées depuis longtemps, ou du moins qu’elles ont fait l’objet d’études de fond, en première intention, depuis que l’on étudie le phénomène épigraphique ; et ce d’autant plus que l’épigraphie est « comprise » (dans tous les sens du terme) dans le faisceau des disciplines de l’érudition et qu’elle entretient de fait et par tradition des liens avec la paléographie en particulier. Ce n’est en réalité pas le cas et force est de constater que les questions paléographiques proprement dites ne sont pas du tout réglées, qu’elles n’ont jamais fait l’objet d’études spécifiques ou presque, et qu’on ignore beaucoup de choses quant à ce qu’écrire une inscription signifie. On voit, dans la bibliographie rassemblée par Robert Favreau en 1995, que les références bibliographiques sont assez anciennes, et qu’il s’agit, pour la plupart des titres, d’un catalogue des formes, de l’explication de leur genèse (date de leur apparition, formes connexes et dérivées), de leur regroupement en famille(s) ou en type(s) – l’exemple paradigmatique de cette approche étant l’ouvrage de Paul Deschamps Paléographie des inscriptions lapidaires en 1929, extrait de la publication du même titre dans le Bulletin Monumental. Depuis la publication de Robert Favreau, il y a assez peu de choses à signaler spécifiquement sur l’écriture des inscriptions en dehors de l’article « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques » dans la Bibliothèque de l’école des chartes en 2007 appelant à une étude plus générale de l’écriture épigraphique, et de l’ouvrage de synthèse de Walter Koch sur la paléographie lapidaire du Moyen Âge occidental. On trouverait en revanche parmi la bibliographie des choses ponctuelles sur un type d’écriture donnée ou sur un lieu, un monument.

Face à la diversité des formes et des fonctions des inscriptions médiévales, il est nécessaire de trouver des éléments communs, des dénominateurs dans les pratiques, depuis l’inscription informelle ou graffitée jusqu’au texte plus solennel avec mise en page élaborée et préparation d’une « page épigraphique ». L’écriture est quelque chose que l’on voit – signe visuel – et que l’on distingue de son environnement. C’est à la fois une trace (marque laissée par une action quelconque) et un tracé (représentation par une ligne d’un dessin) ; soit le produit d’une action mécanique et d’une perception sensorielle. L’écriture est à la fois l’action de représenter le langage par un système de signes, le produit de cette action et ses caractéristiques formelles. L’objet épigraphique envisage l’écriture sous ces trois aspects (action, produit, forme), et invite à distinguer ce qui relève de l’écriture et ce qui n’en est pas à proprement parler, mais qui peut intervenir dans la mise en place de l’écriture, qui peut faire signe et sens, mais qui n’est pas de l’ordre de la trace du langage (l’écriture en tant que signal par son image, sa disposition, sa forme…).

L’une des caractéristiques les plus marquantes de l’écriture épigraphique réside dans l’emploi de la majuscule, ou plus exactement d’une hauteur de lettres, d’un système à une hiérarchie connu sous les différentes appellations d’écriture monumentale, solennelle, d’apparat ou de distinction. Dans les textes en minuscules se pose la question de la qualification de ce type d’écriture. Le changement dans le module, l’allongement des formes, l’espacement des caractères n’entraînent-ils pas la création d’un type graphique particulier en fonction des implications techniques, du support, de la fonction ? De façon générale se pose la question d’une comparaison possible entre écriture épigraphique et écriture manuscrite, deux systèmes d’écriture analogues qui s’expriment au sein d’une même culture graphique. Il ne s’agit donc pas tant de comparer les formes entre inscription et manuscrit, mais plutôt de comprendre comment elles ont été utilisées sur les deux supports. Les conditions techniques ont-elles une influence telle qu’on produit nécessairement des écritures différentes d’un support à l’autre ? On peut légitimement en douter dans la mesure où les scripteurs produisent la forme qu’ils veulent là où ils veulent en fonction de leurs intentions, des objectifs et des moyens (techniques, économiques, savoir-faire). Est-ce à dire alors et a contrario que les méthodes de la paléographie traditionnelles sont tout à fait valides pour l’épigraphie ? On peut en douter également dans la mesure où l’analyse des formes et de la morphologie de l’écriture manuscrite est liée au geste qui l’a produit (avec la notion de « ductus » comme paradigme), et que ce geste diffère entre inscriptions et manuscrit.

Musée de Dreux – Inscription de fondation

On pourrait aborder cette question du rapport entre le geste et l’écriture – entre la lettre et le corps, pour le dire autrement – de bien des manières. Le contenu des colophons dans lesquels les scribes décrivent les souffrances endurées pendant la copie, la douleur de leurs muscles, les fatigues de leur corps, constitue une entrée possible. La forme de la lettre résulte de la trace laissée par le mouvement de l’instrument d’écriture, dans une relation kinésique entre la surface et l’acteur, une élaboration chorégraphique du langage. Le ductus de la lettre, soit l’ordre et le sens de tracé de chaque partie du signe, est l’indice de ce mouvement et réunit dans la forme le produit, l’acteur et le processus de l’écriture. Cette dimension créatrice et ordonnatrice de l’écriture fait qu’elle échappe aux limites des disciplines de l’érudition et qu’elle est véritablement un objet d’histoire.

Le paléographe français Jean Mallon, mort en 1982, a été le principal promoteur de l’attention à porter au ductus comme résultante fondamentale du geste d’écriture. En complément de son immense production bibliographique, il réalisa deux documentaires : La Lettre en 1937, une réflexion visionnaire sur l’évolution de l’écriture à travers le corps et les gestes du scribe ; Ductus en 1976, une sorte de testament synthétisant l’ensemble de ses réflexions sur le sujet. Si dans La Lettre, la trace écrite est ontologiquement liée à la main qui la produit, Ductus propose une vie de la lettre dans laquelle celle-ci est autonome, indépendante du support et du geste. Elle devient un objet pur que le cinéma anime à son tour. Il y a un basculement esthétique indéniable qui échappe en grande partie à la discipline paléographique. La lettre produit de l’ars ancien, objet d’histoire, retourne à la dimension artistique parce qu’elle est forme produite dans le matériau : le parchemin ou la pierre pour le Moyen Âge, la pellicule pour le film de Jean Mallon. Dans ce basculement, qui s’apparente en réalité à une restitution de l’essence sémiologique de la lettre, l’écriture perdure en tant qu’œuvre visuelle. La paléographie, elle, disparaît en tant que justification ; elle n’est plus qu’un outil. Dans la préface publiée en tête du recueil d’articles de Jean Mallon paru en 1982, quelques mois avant sa mort, il appelle à la création d’une science globale de l’écriture non pour s’ajouter à la paléographie mais pour la remplacer parce que tous ces objets, toutes ces lettres sont « pure histoire ».

“La lettre” de Jean Mallon (capture d’écran)

L’enjeu, dans l’attention aux formes de l’écriture épigraphique, est donc de rendre compte des spécificités éventuelles du geste et des formes produites, mais toujours dans le contexte médiologique de la communication médiévale. Si on doit envisager une histoire globale de ces phénomènes, une lecture des changements dans les formes de l’écriture, voire une évolution de l’écriture mérovingienne portant les traces de la cursive romaine à l’écriture minuscule gothique ou majuscule humanistique de la fin du Moyen Âge, il faut toujours prendre l’écriture dans le contexte de l’objet épigraphique envisagé lors du séminaire 2016-2017. L’écriture cursive minuscule sur une plaque de plomb pour une formule d’absolution, sur un objet soustrait à la vue et à la lecture des hommes, ne peut pas être envisagée de la même façon qu’un texte en majuscule sur une plaque de marbre insérée à la façade d’un édifice public. Deux gestes, deux objets, deux écritures, deux intentions de communication, deux mises en accord des moyens et des objectifs.

Ce postulat empêche une approche basée sur l’appréciation de la qualité de l’écriture qui, même tacitement, suppose une référence, un standard, une forme canonique… Or, tout cela est très difficile à établir sans produire non plus un discours objectif et explicite sur la forme, mais une construction heuristique sur des éléments qui échappent à une appréhension historique du phénomène graphique. Dans tous les cas, l’écriture, dans son résultat, en ce qu’il est soumis à l’expertise de l’épigraphiste ou du paléographe, est une équation à inconnues multiples ; et il faut admettre que plusieurs d’entre elles resteront inconnues, presque inaccessibles en dehors d’une extrapolation à partir de la forme. La question corollaire est celle de la description de ces phénomènes par le langage, et donc l’établissement d’un vocabulaire ou d’un lexique permettant de parler de l’écriture. Cet outil manque aujourd’hui pour l’épigraphie. Comment faire pour décrire l’écriture, pour passer de ce qui a été tracé, à ce que l’on voit, à ce que l’on étudie ? Les bases de données ne résolvent pas le problème puisqu’elles ne lèvent pas l’ambiguïté de la taxonomie, y compris quand elles fonctionnent sur le principe du thésaurus (qui est déjà une mise en boîte de l’écriture, et qui produit un système qui n’en est pas un…). L’idéal serait de se passer de la description par le langage, et de se baser sur une reconnaissance automatique et objective des caractères formels de l’écriture. Il semble que les résultats sont timides pour le moment, mais c’est déjà un résultat ! Qu’est-ce qui fait que l’écriture épigraphique possède ce caractère indomptable, au-delà des questions strictement techniques ? C’est ce que le séminaire de l’année 2017-2018 essaiera d’envisager au cours des trois séances de SEMPER.

Musée Sainte-Croix de Poitiers – Rodbertus

Au cours de la journée du 19 octobre, les différentes présentations ont permis d’aborder certaines de ces questions. Robert Favreau a ainsi retracé l’histoire de la paléographie épigraphique en constatant combien les travaux étaient encore partiels et en expliquant pourquoi les tentatives de systématisation avaient jusqu’alors échoué. Il a appelé, comme condition à une telle entreprise, à l’achèvement et à la mise en commun des corpus à l’échelle européenne afin de produire un panorama complet des pratiques graphiques dans les inscriptions. Thierry Grégor a quant à lui transposé les questions paléographiques du côté des aspects techniques et des liens entre l’outil et la forme. Il a ainsi avancé l’idée d’une pratique « canonique » de l’écriture épigraphique, mise en résonnance au Moyen Âge avec des formes innovantes de la gravure (nouveaux outils, nouveaux usages). Le lapicide sait s’adapter aux matériaux et produire, en fonction de ses besoins, la graphie qu’il convient. Estelle Ingrand-Varenne a consacré sa présentation à l’examen des bouts de ligne et à la gestion de l’espace graphique dans les inscriptions, en accordant du sens aux signes inscrits en fin de texte ou en de ligne. Elle a ainsi proposé de porter un nouveau regard sur des lieux graphiques qui échappent trop souvent à l’examen des épigraphistes. Arnaud Loaec a attiré notre attention sur les inscriptions monumentales des murailles de Constantinople. Ces textes byzantins sont faits de lettres grecques composées à partir de briques enchâssées dans les murs de la ville pour former des textes apotropaïques. Ils invitent à agrandir le spectre des pratiques graphiques avec cette écriture faite d’une juxtaposition de matériaux. C’est également ce qu’a envisagé Cécile Treffort avec deux lettres « inédites » dans la mosaïque de Gemigny-des-Prés. S’il est encore très difficile d’accorder une qualité à ces signes (s’agit-il vraiment de lettres ?) et encore plus de leur attribuer un sens, sa présentation a montré à quel point inscriptions et décor se mêlent pour former un objet complexe à la voûte de l’abside. L’écriture et l’image sont également combinées dans l’exemple des tissus à inscription coufique ou pseudo-coufique présentes dans les images de la reine Esther évoquées par Pamela Nourrigeon. L’emploi d’une graphie « étrangère », « inconnue » ou « exotique » permet, au-delà de son caractère illisible, de connoter la figure d’Esther d’une altérité au service d’un discours religieux ou spirituel original.

La prochaine séance, qui permettra de prolonger ces réflexions, sera consacrée à « l’économie graphique » entendue comme organisation, relation ou articulation entre les différents éléments de l’écriture des inscriptions. On questionnera ainsi la linéarité et la tabularité, la direction du vecteur de l’écriture et le sens des lettres, les emboîtements, la gestion des signes et de l’espace… Rendez-vous donc en février 2018 !

 

Troisième atelier du projet MEDNAME – Poitiers, 8-9 novembre 2017

Dans le cadre du programme PHC Van Gogh MEDNAME entre l’Université de Poitiers et l’Université d’Utrecht (Pays-Bas), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale accueille le troisième atelier de travail sur l’écriture du nom dans la culture du Moyen Âge les 8-9 novembre 2017.

Ce workshop est conçu comme un espace d’échange sur les questions graphiques, sociales et anthropologiques  posées par la manifestation écrite des noms propres et des noms communs dans le monde manuscrit et dans la culture épigraphique. Les premières séances de travail tenu à Utrecht au printemps et à Poitiers au début de l’été 2017 ont révélé l’étendue des enjeux historiques de cette question, et les ont mis à l’épreuve des noms inscrits, gravés ou peints, à Saint-Savin-sur-Gartempe et à Chauvigny.

Broderie de la Création de Gérone

Ce troisième et dernier atelier de travail est organisé en deux parties. La journée du 8 novembre sera l’occasion de présenter des communications et des études de cas (Estelle Ingrand-Varenne, Thierry Grégor, Vincent Debiais pour Poitiers ; Elisa Pallottini, Jelle Visser pour Utrecht), et de s’interroger collectivement sur ce que veut dire “écrire son nom” au Moyen Âge. La matinée du 9 novembre accueillera une réunion de travail pour mettre au point la structure, le sommaire et la liste des contributeurs de l’ouvrage à paraître en 2018 comme résultat du projet MEDNAME.

Pour assister à ces journées et pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

LIMITS – les frontières de la culture épigraphique médiévale

Le projet LIMITS entre la Casa de Veláquez et l’Université Complutense de Madrid est consacré aux frontières chronologiques, géographiques et méthodologiques de la culture épigraphique médiévale, et entend explorer les inscriptions aux marges du Moyen Âge, entre Antiquité tardive et Renaissance. Trois rencontres sont prévues à Madrid entre octobre 2017 et novembre 2018.

Dans le cadre de la programmation 2016-2019 de la Casa de Velázquez, le programme LIMITS compte approcher les « limites » de la culture écrite médiévale en dehors du monde manuscrit afin de mettre en lumière la diversité des pratiques graphiques dans leurs formes, fonctions, localisations et temporalités. Il est dirigé par Vincent Debiais et Morgane Uberti pour la Casa de Velázquez, et par Isabel Velázquez Soriano pour l’Université Complutense de Madrid.

Par « limites », le projet entend explorer les lisières chronologiques du Moyen Âge et étudier les inscriptions produites entre Antiquité tardive et Moyen Âge, et Moyen Âge et époque moderne, afin de déceler éventuellement les caractéristiques spécifiquement « médiévales » des pratiques graphiques. Le franchissement des frontières s’exercera aussi à l’échelle disciplinaire, puisque le projet sera l’occasion d’une étude des pratiques graphiques quelles que soient la nature et la fonction des objets : sceaux, devises, monnaies, mobilier de parure. Il entend analyser les spécificités formelles ou linguistiques des objets inscrits produits dans des contextes culturels de frontière, de conflit, de rencontre, de dialogue, de syncrétisme… Il se propose enfin d’étudier les phénomènes graphiques aux limites de l’écriture : signes non alphabétiques, pseudo-écriture, ornement, etc.

Conçu comme un espace de discussion, le programme LIMITS rassemblera ainsi pendant une longue année des spécialistes de formation et de profession différentes (épigraphistes, paléographes, numismates, historiens de l’art, archéologues) afin de mettre en évidence les structures communes des pratiques graphiques entre Antiquité tardive et Renaissance, de définir leurs implications anthropologiques, d’analyser les circonstances historiques de leur production, et d’entrevoir les conditions socio-culturelles de leurs usages. In fine, le projet a pour ambition de jeter les bases d’une approche globale de l’écriture dans les sociétés anciennes au-delà des limites traditionnelles imposées par les pratiques académiques.

La première réunion se tiendra à la Casa de Velázquez à Madrid le 25 octobre prochain. Elle abordera la datation et la gestion d’une épigraphie des limites et son incidence sur la représentativité de la documentation épigraphique entre Antiquité et Renaissance. Après quoi, il s’agira d’expliciter les découpages ecdotiques, non pas dans la perspective d’une exégèse des conditions de l’édition des inscriptions, mais dans celle d’une heuristique des phénomènes épigraphiques du Moyen Âge, dans la mesure où ces choix éditoriaux dessinent depuis un demi-siècle le paysage épigraphique médiéval tout en laissant dans l’ombre des pans entiers de la documentation. En quoi une inscription de 700 est-elle « plus » médiévale qu’un texte date de 600 ? Une inscription de 1450 est-elle différente d’un texte de 1550 ?

Le programme et l’affiche de cette première journée sont disponibles ci-dessous. Un résumé des travaux sera publié sur le carnet de recherche EPIMED début novembre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

DIPTICO LIMITS

CARTEL LIMITS

SEMPER, saison 2 – La matière graphique des inscriptions médiévales

Pour sa deuxième saison, le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) se concentrera au cours de l’année 2017-2018 sur les questions paléographiques et l’étude des lettres composant les inscriptions du Moyen Âge. Il se réunira pour la première séance le jeudi 19 octobre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers.

Qu’est-ce que l’écriture épigraphique ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Peut-on la distinguer systématiquement des pratiques manuscrites ? Y a-t-il une “écriture des inscriptions” ? La paléographie et ses méthodes peuvent-elles répondre aux questions de formes et d’évolution de l’écriture épigraphique ? La liste des interrogations quant aux moyens graphiques à l’œuvre dans les inscriptions médiévales est fort longue, et on ne peut qu’être surpris par la quantité d’inconnues qui subsistent aujourd’hui encore dans notre connaissance de l’écriture épigraphique…

Si la forme des lettres a  bénéficié d’une attention particulière, et ce depuis le début du XXe siècle, principalement dans le but de classer l’écriture pour dater les textes, les propriétés plastiques de l’écriture épigraphique restent encore très largement à décrire, à qualifier et à comprendre. Y a-t-il un lien entre le contenu du texte et la graphie employée dans l’inscription ? Les changements dans les formes de l’écriture sont-ils à mettre en relation avec une évolution générale des manières d’écrire au Moyen Âge ? Par-delà une approche exclusivement technique, indispensable dans tous les cas, de la matière graphique, on interroge l’histoire sociale et intellectuelle des pratiques écrites : qui écrit l’inscription ? Écrit-on une inscription comme on écrit un texte ? Comment apprend-on à tracer un texte sur la pierre ou le métal ? Il s’agira donc, au cours de l’année universitaire 2017-2018, de reposer les questions concernant l’écriture des inscriptions dans le cadre plus large de la culture écrite médiévale en analysant tous les aspects constitutifs de la lettre : sa forme, son ductus, sa mise en œuvre dans ou sur le matériau, son statut dans la perception de l’objet inscrit…

Comme lors de la première saison de SEMPER, le fonctionnement du séminaire repose sur l’adhésion volontaire des chercheurs intéressés par les questions relatives aux pratiques de l’écriture exposée (spécialistes ou curieux, quels que soient leur provenance, leur statut, leur diplôme, leur affiliation), et leur participation à des sessions ouvertes hébergées par le CESCM. Le séminaire est donc conçu comme un lieu et un temps de réflexion collective sur un thème, un corpus, une inscription, etc.

La première séance, consacrée aux aspects méthodologiques et aux liens entre paléographie et épigraphie,  se déroulera le 19 octobre prochain au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/). Afin de faciliter les déplacements de tous, l’accueil au CESCM se fera à partir de 9h30 et les travaux commenceront à 10h. Pour les mêmes raisons de déplacement, la journée s’achèvera avant 17h30. Le programme de la journée est disponible au bas de ce billet.

Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

programme 19 octobre

Dernière séance du séminaire SEMPER – Inscriptions et obituaires

Les deux premières séances du séminaire sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit portaient sur les notions de « support » et de « page », soit les deux éléments qui permettent au texte d’exister dans un lieu et dans une forme, d’acquérir une présence matérielle. Nous avons à cette occasion insister sur la dimension physique de l’écriture, sur son extension, sa relation avec un environnement matériel et avec les objets. D’une certaine façon, les questions qui ont émergé ont permis un retour aux fondements de l’épigraphie – cette écriture particulière parce que tout à fait matérielle – et simultanément un dépassement de la discipline, une attention plus grande à ce qu’implique cette matérialité en termes de sens. Qu’est-ce qu’écrire sur la pierre ? S’agit-il d’un geste graphique singulier ? Qu’est-ce qu’une ligne, qu’est-ce qu’un cadre ? Un retour donc au sens du geste d’écriture, dans tous les aspects de la production du signe dans le matériau. L’épigraphie apparaît ainsi comme l’étude d’une technologie particulière, celle de l’écriture dans le matériau, de ses outils, de ses savoir-faire, de ses implications anthropologiques. Penser une technologie, c’est penser l’objet, le sens et l’acteur à la fois, plutôt que la discipline ; c’est penser l’inscription dans l’histoire (sur la technologie et son implication dans l’humain, voir le beau livre de Jean-Claude Baudet, Le signe de l’humain. Une philosophie de la technologie, Paris, 2005).

Pour cette dernière séance de l’année, il fallait mettre toutes ces réflexions en perspective avec un type d’inscription, avec un domaine,  un champ de l’épigraphie, et ce non pas pour leur donner un ancrage documentaire particulier, mais plutôt pour mesurer comment les perméabilités observées d’un support à l’autre, d’une technique à l’autre, d’un contenu à l’autre, s’incarnent dans les objets graphiques.

La séance du vendredi 2 juin portait donc sur le domaine funéraire. La diversité de ce que l’entend par « funéraire » dans le domaine de l’épigraphie permet de mesurer l’étendue de cette « technologie ». On aurait pu choisir des domaines plus spécifiques, avec des inscriptions moins nombreuses, mais cette diversité permet d’envisager toutes ces perméabilités entre les différentes pratiques graphiques. Le domaine funéraire permet également de penser les différents aspects vus dans les autres séances : le matériau : sa présence avec la tombe, l’endotaphe, l’extension du texte, la mise en œuvre de l’écriture ou au contraire l’absence de matériau : l’épigraphie du manuscrit, la circulation des épitaphes, les compositions poétiques ; le lieu : lieu du corps, lieu de la mort et de l’inhumation, l’environnement funéraire, la topographie des textes, ce que les deux premières séances avaient mis en exergue avec la notion de « topologie de l’écriture » ; 3) à la confluence de ces deux notions, l’objet : la mise en œuvre d’un artefact pour la commémoration, l’établissement d’un objet, d’un marqueur dans l’espace, d’un signe, indice d’une absence et d’une présence à la fois.

L’écriture dans le domaine funéraire interroge aussi d’autres notions, ou plutôt d’autres relations :

  • l’écriture et le corps ;
  • l’écriture et le temps : celui de la mort et de sa mémoire, temps de la commémoration, entre actualité et éternité. L’écriture épigraphique est ainsi abordée dans sa capacité à durer, dans un inversement du paradigme de l’épigraphie : la raison du matériau dur et durable devient une mise en résonance des temps de l’écriture et de la mémoire. Livrer le souvenir au matériau, c’est le faire apparaître et le faire durer.
  • l’écriture et la présence : la capacité de l’écriture en tant que produit d’une technologie à contenir et faire apparaître ce qu’elle désigne, dans sa forme et dans son sens.

Le champ des questions posées est donc considérable. La journée a surtout permis d’aborder l’inscription funéraire dans ses liens ou ses relations avec l’obituaire, ce document contenant le nom des défunts et la date de la célébration de leur décès. Il peut prendre diverses mais il articule a minima ces deux notions : le nom et la date. La rencontre de l’écriture et du matériau permet une mise en ordre des informations, une pensée rationnelle du monde funéraire, souvent sous forme de listes organisées selon le déroulement du temps liturgique. Anne Rauner a montré dans sa présentation la diversité de ces livres, entre liturgie et comptabilité, mais elle a aussi pu établir des liens entre le livre et l’inscription funéraire, sous forme de renvoi graphique d’un support à l’autre. Marie Charbonnel, avec l’exemple de l’église des Dominicains du Puy, a donné un aperçu de cette mise en liste des mentions obituaires à l’échelle monumentale et sur le temps long ; les noms des défunts, organisés dans l’espace et dans le temps, proposent grâce à l’inscription une image du lignage dans le contexte de sa commémoration. C’est la même attention à l’environnement et à la spatialisation de la mémoire qui a guidé la présentation de Bénédicte Palazzo consacrée à l’Hypogée des Dunes, à son archéologie et à la mise en place des différentes inscriptions au cours du temps. Notion fondamentale quand il s’agit d’analyser les inscriptions funéraires, le « temps » a fait l’objet d’une étude originale de la part de Morgane Uberti à partir de la documentation aquitaine et hispanique de l’Antiquité tardive. Les formules de datation peuvent être appréhendées comme des outils de l’écriture épigraphique chargées de donner la date et d’inscrire le texte et son contenu dans un calendrier, mais aussi comme les indices d’une certaine conception du temps, d’une relation particulière de l’homme au système temporel dans lequel il vit. Le temps est toujours une affaire de choix et d’organisation dans l’écriture médiévale, et la série des épitaphes des prieurs de Grandmont étudiée par Manon Durier montre que les rédacteurs d’inscriptions ont manipulé et mis en forme ce temps pour produire une histoire de l’institution. Ces différentes présentations sont venues éclairer les propos introductifs de Cécile Treffort de toute la diversité des pratiques épigraphiques, et ont montré combien il restait encore à faire dans ce domaine. Dans tous les cas, on a pu constater que l’on bute aisément sur la notion d’usage : à quoi sert, du point de vue de l’information, ou de la communication, l’inscription obituaire ? Est-ce qu’on peut lui assigner une fonction ? Possède-t-on les moyens heuristique de parvenir à cette fonction ? C’est une question qui dépasse très largement la documentation funéraire, et qui invite à prolonger les réflexions.

Le séminaire SEMPER se réunira au cours de l’année universitaire 2017-2018, selon le même format et la même fréquence, pour se consacrer aux aspects graphiques et aux signes en présence dans l’écriture en dehors du monde manuscrit. Les séances se tiendront au CESCM le 19 octobre 2017, le 9 février 2018 et le 18 mai 2018.

 

Une collection épigraphique à redécouvrir : Roda de Isábena

Pedro Quibus, président de l’association « Amigos de la catedral de Roda », est de passage à Poitiers en ce début du mois de juin. Il nous parle de Roda et de sa collection épigraphique exceptionnelle.

Comment avez-vous perçu l’importance du site de Roda ?

Par intuition ! Il y avait, à Roda, quelque chose que je ne saisissais pas. Il y avait trop de trésors inconnus. Les visites du site n’étaient pas à la hauteur de la qualité des pièces conservées sur place ; le sarcophage de Roda par exemple, exceptionnel à de nombreux égards, était passé sous silence. Il faudrait également mentionner la collection de textiles (les vêtements liturgiques de l’évêque saint Raymond datent du xiie siècle), le « siège » de saint Raymond (un des rares témoignages mobiliers romans), les deux programmes de peintures murales… Il fallait changer les choses. À la suite d’une journée d’étude organisée sur place en septembre 2013, j’ai su qu’il fallait donner l’impulsion que le site méritait.

Parlez-nous du site de Roda.

Roda de Isábena est cathédrale depuis 956 d’après la documentation. L’histoire avant cette date est confuse, mais il pourrait y avoir une installation antérieure. Le fait est que l’établissement semble répondre à une volonté d’isolement dans les montagnes aragonaises, ou bien face à la pression musulmane, ou bien face aux conflits temporels au Nord de la Péninsule. Aujourd’hui, Roda est un petit village de 40 habitants au sommet d’une colline, organisé autour du complexe cathédral et à l’intérieur d’une muraille monumentale. La partie la plus ancienne de l’église, à savoir les fondations de l’abside, daterait des alentours de l’an mil ; l’église quant à elle est construite à partir de 1030-1035. Le cloître aurait été construit à partir de 1135, d’après ce que l’on sait aujourd’hui.

Pour les épigraphistes, le cloître de Roda est un monument exceptionnel. Pourquoi ?

En effet, le cloître contient un nombre impressionnant d’inscriptions médiévales : 212 textes répartis dans toutes les galeries du cloître, sur les arcs, sur les piliers, sur les murs. Ces inscriptions ont été répertoriées et lues à partir des dernières observations, et on a pu rectifier un certain nombre de lectures anciennes. À la différence d’autres espaces claustraux en Europe, Roda n’est pas une galerie épigraphique, un musée lapidaire rassemblant les inscriptions de la cathédrale. Les inscriptions aujourd’hui visibles dans le cloître de Roda ont été faites dans le cloître et pour le cloître. La qualité de l’écriture et les différentes mises en page sont d’un grand intérêt pour l’histoire de l’écriture.

Vous avez commencé un travail de valorisation de ce patrimoine épigraphique. En quoi consiste-t-il ?

Il fallait d’abord modifier la visite du site. En 2015, nous avons réalisé un synopsis pour les guides afin d’attirer l’attention des visiteurs sur les inscriptions. Nous avons installé ensuite des cartels dans le cloître : le premier, général, donne une vue d’ensemble du groupe des inscriptions de Roda ; d’autres, plus petits, expliquent certaines des inscriptions, en donnent la lecture, la traduction et un commentaire. À l’avenir, nous avons besoin d’une étude complète du cloître ! Pour le reste du complexe cathédral, nous avons convaincu les autorités de prendre en compte le patrimoine de Roda : le sarcophage, les peintures murales, les chapiteaux du portail occidental. Pour tout cela, nous voulons également développer des études de fond. Nous avons d’autre part des contacts avec l’École de restauration de Huesca (Escuela Superior de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Aragón), notamment pour la polychromie du sarcophage. Nous voulons aussi provoquer l’intérêt du monde académique pour l’histoire et le patrimoine de Roda. C’est pourquoi nous avons créé en novembre 2016 l’association « Amigos de la catedral de Roda » et mis en ligne une page web donnant toutes les informations aux visiteurs et aux touristes ; mais il s’agit aussi – et c’est l’idée de départ – de montrer qu’il existe à Roda un patrimoine encore à étudier et qu’il faut donc mettre à disposition.

Le cloître est actuellement en cours de restauration.

Le cloître a déjà connu de nombreuses restaurations, partielles ou ponctuelles. En 2012, la couverture des galeries a été refaite. En 2016, les inscriptions et les murs de la galerie nord ont été nettoyés et débarrassés du ciment du début du xxe siècle. En 2017, la même opération va être menée dans les galeries est et ouest, et en 2018 dans la galerie sud. Dans tous les cas, les inscriptions sont fixées et sécurisées. On a retrouvé à l’occasion de ce nettoyage les restes de peinture originale dans le creux des lettres de certaines inscriptions. Ces travaux ont été financées par le gouvernement d’Aragon (Diputación General de Aragon) qui a perçu l’intérêt du site et qui appuie sa valorisation et sa conservation.

Dans quelle direction pourrait-on mener une étude épigraphique approfondie sur Roda ?

Il faudrait commencer par une nouvelle édition de toutes les inscriptions en prenant en compte des critères scientifiques exigeants. Pour cela, il faut reprendre toutes les données anciennes, et c’est un travail important. Cette édition pourrait être mise en ligne sur le site de l’association. Il faut ensuite comprendre pourquoi on a mis cet obituaire à l’échelle du cloître. Qui sont les défunts mentionnés dans les textes ? Pourquoi a-t-on à Roda des formes graphiques aussi originales ? Quels sont les liens entre les inscriptions et le scriptorium ? Beaucoup de recherches en perspectives donc…

Suivez les dernières nouvelles de la collection épigraphique de Roda sur la page Facebook de l’association.

Inscriptions et obituaire – CESCM, 2 juin 2017

La prochaine séance du séminaire permanent sur les écritures médiévales en dehors du monde manuscrit se tiendra au CESCM (hôtel Berthelot, salle Crozet) à Poitiers le vendredi 2 juin prochain de 9h30 à 17h15.

Cette dernière séance de l’année universitaire sera consacrée au monde funéraire, et plus précisément à la thématique de l’obituaire, dans la mesure où elle recoupe l’ensemble des notions abordées au cours des deux séances précédentes : la page, le matériau, l’objet, la circulation des formules d’un support à l’autre. Le mot « obituaire » désigne pour le Moyen Âge un document manuscrit sur lequel on a porté la date de décès des défunts pour lesquels une communauté donnée doit prier ; elle conserve l’obituaire parmi les livres les plus fréquemment consultés et l’utilise pendant les célébrations liturgiques. On désigne aussi par « obituaire » les documents épigraphiques qui affichent au contact de la tombe ou dans un édifice le souvenir du décès d’un défunt ou d’un groupe de défunts. La présence au sein de ces deux types documentaires de formules identiques, construites pour la plupart autour du verbe latin obiit, et la similitude des dispositions de l’écriture dans la page manuscrite et épigraphique sont les indices d’un usage spécifique de l’écriture en lien avec l’annonce, l’affichage, la pérennité et l’actualisation de la mort, et ce indépendamment ou presque du support graphique. En approchant les pratiques de l’obituaire au-delà des frontières des disciplines de la médiévistique, cette journée sera l’occasion d’explorer le sens et la fonction de ces gestes d’écriture entre conservation et performance, mémoire et actualité, et de nous interroger de nouveau sur les pratiques de l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit.

Cette séance se déroulera selon le même principe que les deux rencontres précédentes, avec de nombreux temps de discussions et d’échanges. La matinée sera consacrée à une introduction construite autour de l’obituaire lapidaire de la cathédrale de Roda de Isábena. Cécile Treffort aura ensuite carte blanche pour faire part de ses réflexions entre l’écriture et la mort au Moyen Âge. Au cours de l’après-midi, plusieurs études de cas permettront d’aborder la diversité des pratiques épigraphiques en lien avec l’affichage et la commémoration des défunts (programme ci-dessous).

Ouvert à tous, étudiants, chercheurs et enseignants, le séminaire est également accessible à distance par Skype. Il se déroule de 9h30 à 17h15 au CESCM, 24 rue de la Chaîne à Poitiers (salle Crozet). Pour tout renseignement, ne pas hésiter à contacter Vincent Debiais.

programme 2 juin