Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

Portrait de chercheuse à la Maison de l’épigraphie : Sara Tucci

1) Bonjour Sara, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Mon parcours académique n’est pas conventionnel, je n’ai découvert l’épigraphie qu’au cours de mon master. J’ai suivi une formation à l’Université Ca’ Foscari de Venise, d’abord avec un diplôme de trois ans en langue et culture japonaises, puis j’ai redécouvert ma principale passion pour les études médiévales. Au cours de ma maîtrise, je me suis spécialisée dans l’épigraphie et la paléographie médiévales. J’ai ensuite poursuivi avec un doctorat, que je suis sur le point de terminer, à l’Université de Vienne.

2) Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Mon projet de recherche doctorale porte sur l’étude du matériel épigraphique des régions de la Vénétie, du Frioul-Vénétie Julienne et de l’État de Croatie – ainsi que de certaines parties de la Bosnie-Herzégovine et du Monténégro – entre le VIIe et le XIe siècle. Mon projet consiste à cataloguer l’ensemble du corpus d’inscriptions de ces régions, puis à analyser l’écriture épigraphique. Le but de mon projet est donc de recataloguer le matériel, ce qui permettra une consultation plus aisée par les chercheurs, qu’ils soient épigraphistes ou non, ainsi que, bien sûr, une étude du système d’écriture de ces régions au cours du Haut Moyen Âge. Le matériel épigraphique que j’étudie s’est avéré très intéressant d’un point de vue épigraphique et pour ses implications culturelles, et j’ai été très impliquée dans la recherche. La meilleure partie a sans aucun doute été le travail sur le terrain: j’ai voyagé dans tout le Frioul et dans une partie de la Vénétie pour photographier et mesurer personnellement les inscriptions, ce qui m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience utile.

3) Comment êtes-vous venue à l’épigraphie ?

J’ai découvert l’épigraphie au cours de mes études universitaires. J’ai suivi les cours des professeurs Flavia De Rubeis et Stefano Riccioni et j’ai tout de suite aimé le sujet. J’ai été particulièrement attirée par la production du haut Moyen Âge de ma région natale, le Frioul, où malheureusement les études dans ce domaine sont rares et datées. Il y a donc beaucoup de travail à faire et le fait de pouvoir redécouvrir une partie de l’histoire écrite de ma région est passionnant. J’aime étudier les systèmes d’écriture qui se sont développés au fil des siècles et la façon dont ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les personnes qui les utilisaient, leur culture, leur éducation, leur environnement social et bien d’autres choses encore.

4) Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Mon séjour à Poitiers me permettra d’ajouter une pièce importante à ma formation d’épigraphiste. La quantité de matériel du CESCM représente certainement une incroyable possibilité d’enrichissement académique pour moi : en effet, la collection comprend de nombreux volumes du corpus français et autrichien, ainsi que de nombreuses autres publications importantes pour les épigraphistes. Mon objectif est clairement d’en apprendre le plus possible sur la production carolingienne, qui a également marqué un tournant dans la production épigraphique des régions qui m’intéressent. Un autre aspect important qui m’a amené à Poitiers est la possibilité de me comparer à d’autres chercheurs dans le domaine et d’apprendre d’autres points de vue et méthodes d’étude.

5) Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Je crois que le fait d’aborder les études humanistes aujourd’hui permet de vivre des expériences formidables. Il existe de nombreuses publications récentes sur le monde des styles d’écriture et de la paléographie qui fascinent même ceux qui n’ont pas encore découvert ces domaines académiques. La chose la plus importante à mon avis est bien sûr la curiosité: en tant que personne et ensuite en tant que chercheur, je suis très curieuse et j’aime découvrir de nouvelles choses, et l’épigraphie est un monde qui a encore beaucoup de choses à clarifier. Je pense donc qu’une nature curieuse et ouverte aux découvertes est la base parfaite pour aimer la paléographie et l’épigraphie. De plus, les applications récentes des technologies 3D et de numérisation permettent à ceux qui veulent s’initier à ce sujet de découvrir des inscriptions et des objets à l’aide d’un simple ordinateur, ce qui rend la recherche durable et abordable pour tout le monde.

Merci beaucoup, Sara, et bon séjour !

Portrait de chercheur à la Maison de l’épigraphie : Willum Westenholz

– Bonjour Willum, vous êtes à la Maison de l’épigraphie pour un mois, pourriez-vous nous présenter votre parcours académique ?

Je suis un latiniste littéraire de formation et de métier qui s’intéresse à toutes les époques. Mon travail porte principalement sur l’épistolographie et l’historiographie. Ma carrière a commencé par un diplôme en lettres classiques à l’université de Copenhague, s’est poursuivie par un master en études de la Renaissance à l’université de Warwick, un autre master en latin médiéval à l’université de Copenhague, et enfin un doctorat en latin à l’université de Vienne avec une thèse sur les lettres de Sidoine Apollinaire. Actuellement, je m’intéresse de plus en plus au Moyen Âge central et je participe à un projet visant à produire une traduction en anglais de l’historien polonais Vincent de Cracovie.

– Quel est votre projet de recherche actuellement ?

Actuellement, j’essaie de constituer un corpus d’inscriptions rapportées ou insérées dans des textes littéraires médiévaux. Ce qui m’intéresse en particulier, c’est la manière dont les érudits médiévaux ont interagi avec ces monuments, comment ils les ont évalués et ce qui les a motivés à les inclure dans leurs récits. Je trouve que la place d’une inscription dans l’architecture d’un texte plus large peut être aussi intéressante que sa place dans le contexte architectural d’un bâtiment, mais c’est quelque chose qui n’est pas souvent commenté. De nombreuses collections d’inscriptions médiévales ne mentionnent guère la source et l’emplacement des inscriptions qu’elles contiennent, et c’est une chose à laquelle j’aimerais remédier. Même s’il s’agit d’un spolium en quelque sorte dans son nouveau contexte littéraire, cela ne signifie pas que sa nouvelle fonction d’élément de construction soit sans valeur ou sans intérêt pour l’historien ou le spécialiste de la littérature.

– Comment en êtes-vous venu à l’épigraphie ?
En lisant un texte médiéval pour ma thèse, en particulier la Vie de St Germain de Heiric d’Auxerre, j’ai vu qu’il citait à plusieurs reprises des inscriptions dans son monastère comme preuve de ses affirmations. Peu après, je suis tombé sur des exemples similaires dans d’autres textes et cela m’a rendu curieux d’explorer la manière dont les publics médiévaux comprenaient le matériel épigraphique qui les entourait, interagissaient avec le passé qui les entourait. On pourrait parler d’études sur la réception de l ‘épigraphie. Cela nécessite naturellement non seulement une étude des textes qui contiennent des transcriptions d’inscriptions médiévales, mais aussi un sens du contexte architectural original, de leur emplacement dans le tissu urbain, de leurs conventions et ainsi de suite.
– Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

J’espère pouvoir m’entretenir avec les spécialistes qui travaillent ici et élaborer un plan de travail plus précis pour le projet. J’ai une idée approximative du matériel sur lequel je veux travailler et du type de questions auxquelles je veux répondre, mais la littérature médiévale est vaste et les questions difficiles. J’espère que les experts m’aideront à développer une méthodologie moins naïve, à poser les bonnes questions et à interpréter correctement les preuves. J’attends avec impatience les prochaines Semaines d’Études, qui me feront sans doute découvrir des textes et des approches dont j’étais à peine consciente auparavant.

– Quel message voudriez-vous faire passer aux jeunes chercheurs en épigraphie ?

Ayant travaillé sur des textes dits littéraires et des classiques, je voudrais dire que l’épigraphie est un domaine plein de promesses pour l’avenir. De nombreux textes épigraphiques ne sont pas moins littéraires ou stimulants que Horace ou Catulle, mais ils sont beaucoup moins étudiés. Il y a tant d’inscriptions qui languissent dans l’obscurité et qui n’ont jamais fait l’objet d’un bon article. Il est donc possible de faire connaître au monde un nouveau joyau ou de produire une nouvelle lecture passionnante d’un texte fascinant plutôt que de rédiger le douzième article sur le même problème textuel qui était déjà banal au XVIIe siècle. Les classicistes ont parfois tendance à l’oublier, qualifiant l’épigraphie de preuve documentaire ou, dans le cas meilleur, d’art appliqué, et certains épigraphistes peuvent faire de même et passer leur temps à discuter de la datation, de l’authenticité et de la forme des lettres, en oubliant complètement de commenter ce que le texte dit réellement. Il ne faut pas perdre le sens de la beauté et de l’appréciation des lettres que quelqu’un a pris la peine de graver dans la pierre.

Merci, Willum, et bon séjour à Poitiers !

Recrutement : ingénieur de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Pour postuler (date limite : 10 juillet à 13h heure de Paris)

lien vers le portail général : https://carrieres.cnrs.fr/concours-externes-des-ingenieurs-et-techniciens-h-f/

lien vers le concours spécifique : https://profilsdemplois.cnrs.fr/index_public_referens?destination=CE2024

guide du candidat : https://carrieres.cnrs.fr/wp-content/uploads/2024/06/guide_concours_externes_it_2024.pdf

BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur-e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur-e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Editer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.
L’ingénieur-e sera placé-e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il-Elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il-Elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il-Elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il-Elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 

Sur les traces des graffitis de Venise

L’étude des graffitis médiévaux connaît depuis quelques années un essor exceptionnel grâce à de nombreux projets de recherche. Longtemps restées dans l’ombre des inscriptions officielles, considérées comme marginales ou pollution graphique, ces marques (croix, noms, dessins, textes etc.) ont aujourd’hui acquis un réel statut patrimonial et sont désormais analysées comme de véritables objets historiques, constitutifs des monuments. 

Le projet VeLA (Venezia Libro Aperto) lancé en 2019 par Flavia De Rubeis, professeure de paléographie à l’Università Ca’ Foscari de Venise, en est un magnifique exemple. L’approche est foncièrement interdisciplinaire : paléographique, historique, et linguistique, exploitant plusieurs technologies numériques, afin de recenser l’ensemble des traces graphiques laissées au fil des siècles dans la cité des Doges. C’est pourquoi le projet a reçu plusieurs financements à l’échelle nationale et européenne (PRIN, Clarin-IT  = Infrastructure Commune Italienne pour les Ressources Linguistiques et les Technologies du MUR; Equipex+ Biblissima+ en France), et travaille en étroite collaboration avec l’Université IUAV de Venise spécialisée dans l’architecture.  Outre la responsable de projet, l’équipe est composée de 13 membres, dont l’épigraphiste Giulia Frambusto, la paléographe Debora Pasquariello et l’archéologue Francesco Masiero, qui chaque jour sillonnent les ruelles vénitiennes pour relever les traces, quartier par quartier, selon trois grands ensembles : 1) VeLA Urbana, 2) VeLA Palazzo ducale (qui comprend le Palais des Doges et la basilique San Marco, ces deux édifices contenant à eux seuls autant de graffitis que l’ensemble de la ville), 3) VeLA Monastico. 20 000 graffitis ont déjà été identifiés et 9 000 sont déjà étudiés.

Un des objectifs du projet, à plus long terme, est de rendre accessible ce patrimoine graphique au grand public. Un programme de lecture audio sera développé pour une sélection de graffitis, en particulier pour les personnes souffrant d’un handicap visuel ou auditif. Grâce à l’utilisation de balises, l’utilisateur recevra un signal via une application dédiée, proposant un contenu visuel et une description audio.

Pour suivre le projet :  https://www.facebook.com/VeLAgraffitivenezia/  ou Instagram @vela_graffitivenezia. 

Du 3 au 7 juin 2024 s’est tenu à Venise un workshop sur l’approche archéologique, technique et méthodologique des graffitis, grâce au soutien de Biblissima+, occasion d’une rencontre entre l’équipe VeLA et l’équipe d’épigraphie de Poitiers (également engagée dans le cluster 5a de l’Equipex+ Biblissima+ consacré à l’épigraphie et la TEI), ainsi que d’une formation pour les étudiants italiens.

Au cours de la semaine, les présentations se sont focalisées sur la diversité des techniques permettant d’enregistrer et révéler les graffitis : image multispectrale, photogrammétrie, RTI, scanner laser (à Venise, il y a aussi nécessité d’adaptation aux milieux humide et subaquatique), géomatique, topographie, géoréférencement, analyse spatiale, mais aussi sur l’importance d’éduquer le regard pour repérer et interpréter les traces d’outils, ainsi que sur l’apport de l’archéologie expérimentale.

Une des questions fondamentales est l’adaptation des méthodes et techniques d’acquisition des données aux contextes (monumental et matériel), à l’accessibilité (avec la foule des touristes, dans des lieux servant au culte ou au contraire dans les demeures privées), au temps imparti et surtout aux problématiques de recherche. Pour une recherche individuelle ou un projet collectif, la question d’investissement dans le matériel et l’acquisition de compétences doit également être prise en compte.

Des essais de relevés de terrain sur papier transparent par frottis, ou avec feutres, ont été proposés aux étudiants, ainsi que les relevés numériques. Ces relevés “révèlent” véritablement le texte ou la figure et permettent à tout lecteur de voir le graffito, quand cela n’est pas possible sur l’image elle-même ; ils ont également l’avantage de pouvoir être publié facilement, quand les clichés photographiques demandent des autorisations. 

L’ensemble des ces approches et les études en cours vont permettre de mieux appréhender ce phénomène graphique, dont les frontières restent floues et évolutives en fonction des périodes, les typologies souvent réductrices et les fonctions encore mal connues. Dans le cas de Venise, la superposition avec des cartes anciennes a pu expliquer la concentration à des endroits où les édifices anciens avaient disparu. Les graffitis fournissent aussi de nombreux indices pour l’étude du climat et de l’environnement, en particulier l’évolution de l’ “Acqua Alta”.

En parallèle et de manière complémentaire, les graffitis de Venise sont au cœur d’un projet de vulgarisation nommé “Urbs Scripta”, mené par Desi Marangon et Alberto Toso Fei, afin de sensibiliser à ce patrimoine, faire entendre les voix de la ville et interagir avec le public. Des visites nocturnes, des expériences tactiles et sensorielles sont proposées notamment lors d’un festival organisé en mai. Deux ouvrages sont déjà parus sous forme de promenade épigraphique dans la cité.

Pour d’autres projets sur les graffitis médiévaux et modernes, voir en particulier :

Du neuf à l’inscripthèque

Articles

Blanchard Marianne,« Nomina Inserere Voluerint, Non Prohibeatur. Nominal Inscriptions Inside the Altar in the North-East of the Iberic Peninsula (9th-13th Centuries) », Fenestella 3, 2022, p. 1-43.

Blennow Anna, Palumbo Alessandro, « At the Crossroads between Script Cultures The Runic and Latin Epigraphic Areas of Västergötland », The Meaning of Media: Texts and Materiality in Medieval Scandinavia, 2021, p. 39-69.

Debiais Vincent, « Allusion and elusion: writing on the Cloisters Cross », Word & Image, 39:1, 2023, p. 33-42.

Debiais Vincent, « Le territoire graphique de l’eucharistie. Inscriptions et autel dans l’église médiévale », L’église microcosme. Architecture, objets et images au Moyen Âge, éd. Ph. Plagnieux, A.-O. Poilpré, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2023 (Histo.Art 15), p. 105-127. 

Debiais Vincent, « Par-delà lecture et culture. Notes sur la notion de communication en épigraphie médiévale », Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, Isabel Veláquez Soriano, Sara López-MarotoQuiñones (éds), Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 475-494.

Debiais Vincent, « Verse Epitaphs and Funerary Narratives. A Complex Inscription from the Cathedral in Girona (14th century) », Writing on Tombs in Medieval and Early Modern Times, Vinni Lucherini; Tanja Michalsky; Diego Carnevale eds, Viela, p. 215-230.

Debiais Vincent, Lamouille Stéphane, « Note sur une inscription inédite de l’abbaye de Lahonce », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=570

Dussart Clément, « Christian Graffiti on a Reused Lintel fromMamluk-Period Ramla: A Glimpse from the East into Western Medieval Society », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 283-299.

Favreau Robert, « Quatre épitaphes parisiennes concernant le Poitou (fin XIIIe siècle-XIVe fin siècle) », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 169-174.

Favreau Robert, « La mort de Jean Talbot à la dernière bataille de la guerre de Cent Ans », Revue historique du Centre-Ouest, t. XXI, 2022, p. 175-176.

García Morilla Alejandro, « Escritura publicitaria en el tránsito entre el medievo y la modernidad. Los retablos de Santo Tomás y Cristo de Caparroso de la Catedral de Pamplona. Estudio paleográfico », Medievalista Nº 35 | Janeiro – Junho 2024, p. 221-247.

Gay Françoise, « La notion de programme à travers les textes prophétiques », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=595

Ingrand-Varenne Estelle, « French Inscriptions in the Latin Kingdom of Jerusalem: from Word to Museum », Atiqot – special issue Inscriptions and Writing, 110 (The Ancient Written Wor(l)d), 2023, p. 241-262.

Ingrand-Varenne Estelle, « Incorporating a Name in an Image and an Image in a Name. Comparison between Byzantine and Latin Inscriptions », Studies in Byzantine Epigraphy, Ida Toth and Adreas Rhoby dir., Turnhout :Brepols, p. 93-111.

Ingrand-Varenne Estelle, Agrigoroaei Vladimir, « Cum manus his Efrem fertur fecisse tu autem (1169). The transfer of a formula in the mosaics of the Nativity Church in Bethlehem », Translation Automatisms in the Vernacular Texts of the Middle Ages and Early Modern Period, dir. Vladimir Agrigoroaei, Ileana Sasu, Turnout, Brepols, 2023, p. 430-436.
 
Ingrand-Varenne Estelle, « Chiselled in rock, printed on paper: Francesco Quaresmio and the epigraphy of the Holy Land»,  Mediterranean Historical Review, 2023, 38 (2), p. 273-290.
 

Kroiss Daniel, « Die ältestedatierte Inschrift in deutscher Sprache », Zeitschrift für deutsches Altertum un deutsche Literatur, 146, 2017/1, p. 41-53.

Kumler Aden, « Writing on the world beyond the page: medieval inscriptions as facta and ficta” », Deutsche Viertel jahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 97 (2023), p.447-484.

Macián FerrandisJulio, « De epigraphia pictorica. The case of Valencia (13th-16th century) », In-Scription. Revue en ligne d’études épigraphiques, 5e livraison, 2023 : https://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=579

Marcoux Robert, « Breaking the Silence of the Grave. The Agency of Speech Scrolls on Late Medieval French Tombs », Early Music 48, 2020, p. 465-478.

Palumbo Alessandro, « Analysing bilingualism and biscriptality in medieval Scandinavian epigraphic sources: a sociolinguistic approach », Journal of Historical Sociolinguistics 2023; 9(1), p. 69-96.

Rico Daniel, « Culmina qui feci  carmina qui cecini. El programa epigráfico de Angilberto en Centula/Saint-Riquier », I. Velázquez Soriano y S. López-MarotoQuiñones (eds.), Praxis epigráfica. Desarrollo en el tiempo y en el espacio, col. Epigraphica Complutense, Madrid, Guillermo Escolar Editor, 2023, p. 409-445.

Rodríguez Suárez Natalia, « La permeabilidad entre los profesionales de la escrituraen la Edad Media. Evidencias de un rogatarioúnicopara documentos, códices e inscripciones », Monumentum, Documentum. L’epigrafia come documentazione medievale, a cura di Leonardo Magionamie María Encarnación Martín López, Spolète, 2023, p. 158-170.

Uberti Morgane, « Les épitaphes en leur “milieu”. Remarques à partir du matériel épigraphique de l’Aquitaine tardo-antique et alto-médiévale », in: Ardeleanu, Stefan und Cubas Díaz, Jon C. (Hrsg.): Funerary Landscapes of the Late Antique “oecumene”: Contextualizing Epigraphic and Archeological Evidence of Mortuary Practices. Proceedings of an International Conference in Heidelberg, May 30–June 1, 2019, Heidelberg: Heidelberg University Publishing, 2023 (Kulturelles Erbe: Materialität – Text – Edition (KEMTE), Band 3), p. 529-564.

Villano Maria Aimé, « Un épitaphier della Biblioteca Comunale Passerini-Landi di Piacenza per lo studio dei monumenti funerari ciprioti », Repenser l’histoire de l’art médiéval en 2022. Recueil d’études offertes à Xavier Barral i Altet, Miljenko Jurković, Elisabetta Scirocco, Arnaud Timbert (eds), Turnhout : Brepols, 2023, p. 833-844.

Livres

Writing Names in Medieval Inscriptions, Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallottini, Janneke Raaijmakers (†) dir., Turnhout :Brepols, 2023.

Ferguson Ronnie, Venetian Inscriptions. Vernacular Writing for Public Display in Medieval and Renaissance Venice, Modern Humanities Research Association, 2021.

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Ecole nationale des chartes), “La poésie de Théodulf d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Mardi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

Séminaire SEMPER : 14/12 le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité matérielle

La prochaine séance du séminaire SEMPER sur le thème “Epigraphie… ou pas ?” aura lieu jeudi 14 décembre 2023 au CESCM (Salle Crozet), et portera sur le poème épigraphique, entre manuscrit et réalité, dans le cadre du projet IUF CARMECA.

Ce séminaire est ouvert à tous et il sera aussi accessible à distance à ce lien : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

Pour toute information complémentaire, contactez CécileTreffort : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

Programme de la journée :

9h30 : accueil des participants (café)

10h00 : introduction à la journée

10h30 : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM), Foucher de Chartres, poète et auteur d’inscriptions en Orient ? Le cas de l’épitaphe de Baudouin Ier

11h30 : pause

11h45 : Jérémy Delmulle (CNRS-IRHT), Six poèmes carolingiens inédits : un cycle épigraphique ?

12h45 : déjeuner

14h15 : Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard (Université d’Aix-Marseille), Comment évaluer la réception de Paulin de Nole pendant la période carolingienne ? 

15h15 : pause

15h30 : Cécile Treffort (Université de Poitiers / IUF), Les poèmes épigraphiques de Raban Maur pour l’abbatiale de Fulda

16h30 : discussion générale

17h00 : fin du séminaire

Parution : Inscriptions, une matière en toutes lettres

Dirigé par Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon, les actes du colloque “Inscriptions : une matière en toutes lettres” viennent de paraître aux Presses Sorbonne Nouvelle (Collection « Littérature française et comparée ») , 2023, avant d’être bientôt mis en ligne.

       

« Une matière en toutes lettres » est une formule réversible – de la matière devenue inscription à la lettre, objet matériel – qui cherche à se tenir, en toute humilité, à l’intersection de deux immenses terrains d’études marqués par un fort dynamisme ces dernières décennies, la scripturalité au Moyen Âge et la question de la matérialité en sciences humaines et sociales, qui a partie liée avec la culture matérielle ». En invitant à penser toutes les facettes de leur articulation à partir du prisme de l’inscription, elle suppose a priori que l’on envisage le texte en lien avec son mode d’existence matérielle, ce que la période médiévale incite naturellement à faire. [extrait de l’introduction]

Table des matières :

En guise d’exergue (Sandrine Hériché Pradeau et Maud Pérez-Simon), p. 7

1re partie : Textes

  • Image pré/texte, image alibi. Hypothèses épigraphiques dans la poésie latine des XIe-XIIe siècles (Vincent Debiais), p. 27
  • Entre ekphrasis et matière. Les poèmes épigraphiques
    de Suger à Saint-Denis (Émilie Mineo), p. 45
  • Les fables d’Ésope à Fleury : du manuscrit aux peintures du réfectoire, et retour (Estelle Ingrand-Varenne), p. 67
  • Parler à travers le temps : le pouvoir des inscriptions dans La Queste del saint Graal (Carine Giovénal), p. 85
  • Les Inscriptions d’Hercule, des chroniques alphonsines
    au Recoeil des Histoires de Troyes de Raoul Lefèvre (XIIIe
    -XVe siècles) (Florence Tanniou), p. 101

2e partie : Images

  • Des inscriptions en représentation dans l’Estoire del Saint Graal (Sandrine Hériché Pradeau), p. 121
  • Le phylactère-volumen, des manuscrits médiévaux aux bandes dessinées médiévalistes (Clara de Raigniac), p. 149

3e partie : Artefacts

  • Historiographie de la taille de pierre (Thierry Gregor), p. 169
  • Le chapiteau inscrit comme objet performatif dans le cloître de Saint-Pierre de Moissac (Kristine Tanton), p. 185
  • De la sagesse antique à la morale chrétienne. Les stalles de la cathédrale d’Ulm (Séverine Chassagne), p. 203
  • « Deviser le fait de l’estoire » : présence et absence d’inscriptions
    dans les décors peints des maisons médiévales (Térence Le Deschault de Monredon), p. 223
  • Matérialités de l’inscription dans l’espace domestique. Le plafond peint du Plessis-Bourré (Cécile Bulté), p. 245
  • Les inscriptions sur les plafonds peints, entre « fonction d’ancrage » et « fonction relais » (R. Barthes) (Maud Pérez-Simon), p. 271

Liste des illustrations, p. 291

Index, p. 299

Inscriptions bizarres ? Le séminaire de Marc Smith à l’EPHE

Chaque mercredi de l’année 2023-2024, Marc Smith propose de réfléchir à l’épigraphie et ses marges, de l’Antiquité romaine à la Renaissance : matériaux et formes, (in)compétence et créativité graphiques

Les séances ont lieu à l’EPHE, mais un lien pour suivre le séminaire à distance peut être envoyé sur demande (contact : marc.smith@ephe.psl.eu).
Toutes les informations sont ici :  

Découverte d’une nouvelle inscription dans l’Indre, à Saint-Marcel (36200)

Billet rédigé par Claire Boisseau (chargée de recherche CNRS au Centre André Chastel, UMR 8150). Les clichés sont de Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM.

Du 28 août au 03 septembre dernier, une campagne photographique de peintures murales fut organisée dans le Cher et l’Indre pour le compte de la photothèque du CESCM. À l’occasion d’un détour près d’Argenton-sur-Creuse, dans la commune de Saint-Marcel, les portes de l’ancien prieuré Saint-Marin furent ouvertes à Lisa-Oriane Crosland et Claire Boisseau1.

La chapelle, érigée au XIIe siècle, est d’humbles proportions. La courte nef à vaisseau unique débouche sur un transept saillant dont les deux bras sont dotés chacun d’une très petite absidiole. Le chevet plat est voûté en plein ceintre et percé d’une simple baie axiale. L’ensemble a connu des remaniements au fil des siècles, notamment la croisée du transept qui est maintenant voûtée d’ogives. Les murs sont recouverts d’un badigeon blanc qui laisse apparaître par endroit des traces de polychromies anciennes sous-jacentes2.

À proximité de l’autel actuel, l’inscription suivante apparait sur le mur nord, à hauteur de visage :

L’état du mur, qui a souffert de l’humidité, ne permet pas d’affirmer avec certitude s’il s’agit d’un réemploi ou non.

L’autel évoqué par l’inscription a disparu. La dédicace associe la Vierge à saint Marin, qu’il est possible d’identifier à saint Marin de Maurienne, moine, ermite, martyr et céphalophore, vénéré dans la chapelle axiale de l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe, à une cinquantaine de kilomètres3. Le prieuré Saint-Marin était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin (première mention en 1226). L’Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL5537) rapporte la découverte de ses reliques sous le sol de l’abbatiale de Saint-Savin au début du XIe siècle4.

La chapelle, située sur un terrain privé, est propriété de la commune depuis 1825. Elle n’est ouverte qu’en de rares occasions. Une cérémonie religieuse en l’honneur de saint Marin, héritière du pèlerinage des rechignoux qui se pratiquait encore au XIXe siècle, s’y déroule chaque année le premier samedi de septembre5.

Prochainement une analyse complète de l’inscription paraitra dans un article d’Annick Gagné pour la revue In-Scription. En attendant sa parution, se reporter à sa thèse de doctorat, soutenue en 2019, sous la direction de Cécile Treffort et Didier Méhu et intitulée : 3 kalendas junii dedicacio sancti Petri. Les inscriptions de dédicaces d’église en France du IVe au XIIe siècle : analyse des formes brèves.

 

1 La chapelle est localisée le long de la Creuse, au lieu-dit Le Champ du Moulin, Saint-Marin, 36200 Saint-Marcel.

2 La chapelle, référencée sur Monumentum et la plateforme ouverte du patrimoine (POP) est partiellement inscrite aux Monuments Historiques depuis 2003. En 2015, la restauration de la charpente a bénéficié d’un soutien financier de la Fondation pour la Sauvegarde de l’art français.

3 D’après un calendrier de Saint-Savin datant du XVIIIe siècle et conservé aux archives départementales de la Vienne (cote 1H7/9), saint Marin était fêté le 24 novembre, l’inventio de ses reliques le 11 mai et sa translatio en mars.

4 Inventio reliquiarum sancti Marini (BHL 5537) AA SS OSB, J. MABILLON (ed.) ; Robert FAVREAU, « Les inscriptions de l’église de Saint-Savin-sur-Gartempe », Cahiers de civilisation médiévale, n°73, Janvier-mars 1976. pp. 9-37 ; Claire BOISSEAU, « Les peintures de la chapelle axiale de Saint-Savin-sur-Gartempe. Les résultats de l’approche archéographique », Revue Historique du Centre Ouest, t. 16, Poitiers, 2018, p. 7-25.

5 La chapelle est également ouverte lors des journées européennes du patrimoine. En dehors de ces deux ouvertures exceptionnelles, s’adresser à la commune.

Recrutement : Ingénieur(e) de recherche en Humanités numériques

Dans le cadre de l’Equipex + Biblissima +, l’équipe d’épigraphie du CESCM recrute un(e) ingénieur(e) de recherche en Humanités numériques (CDD 2 ans). L’agent sera responsable de l’agrégation des données épigraphiques du Moyen Âge dans le portail Biblissima via les référentiels Biblissima, au sein du Cluster 5 – Édition de sources en TEI et de l’équipe d’épigraphie du CESCM.

Activités

  • Gérer la numérisation des inscriptions médiévales à travers les bases de données et éditions numériques créées au CESCM
  • Assurer la FAIRisation des données, l’interopérabilité de ressources numériques hétérogènes totalement open source
  • Participer à la méta-bibliothèque numérique sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident
  • Participer à la réflexion sur et l’enrichissement des référentiels data.biblissima,
  • Agréger les corpus épigraphiques médiévaux (CIFM sur Persée et TITULUS, GRAPH-EAST sur HEURIST et les autres corpus à venir) au portail Biblissima
  • Assurer la maintenance et l’évolution des bases TITULUS et HEURIST pour les inscriptions médiévales (de France, de Gaule, et de Méditerranée orientale)
  • Gérer l’acquisition d’images 3D, des inscriptions en lien avec le laboratoire photo du CESCM
  • Participer au pôle de compétence en épigraphie (antique, médiévale, renaissance)
  • Participer aux activités de recherche en épigraphie au CESCM
  • Participer activement à la gestion du projet (soutenir l’organisation d’événements et d’activités liés au projet, contribuer aux tâches administratives)
  • Publier les résultats de la recherche au plus haut niveau scientifique
  • Participer à la médiation du projet (site EPIMED-Maison de l’épigraphie, présentation etc.)

Plus de détails dans la fiche de poste complète sur le site du CNRS.

Pour candidater : déposez votre candidature sur l’espace candidat du CNRS.

Date limite de candidature : 9 octobre 2023.

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

13/10 : Journée sur les graffitis médiévaux : de Marmande à Bethléem

Graffitis médiévaux : de Marmande à Bethléem, restaurer, étudier, valoriser

Journée d’études organisée par Clément Dussart, Estelle Ingrand-Varenne et Véronique Kleiner

Vendredi 13 octobre 2023

Salle des Actes – UFR SHA (Hôtel Fumé), 9h-17h30

1er séminaire SEMPER 2023-24.

Thème d’année : « Épigraphie… ou pas ? »

Accessible en ligne : https://cnrs.zoom.us/j/93710741009?pwd=VlVHVlpJYkJZbmxWQkdOL1RhZzdCUT09

ID de réunion: 937 1074 1009 ; Code secret: 82FN7G

Programme :

9h Accueil et café

9h30 : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM/GRAPH-EAST), Introduction du thème d’année et lancement de la Maison de l’épigraphie

9h45 : Béatrice Fraenkel (EHESS, Centre Maurice Halbwachs), « Graffitis Hic et Nunc »

10h45 : Pause

11h : Focus sur un 1er ensemble : Les graffitis du château de Marmande, un laboratoire pour créer une méthodologie de traitement des graffitis

  • Véronique Kleiner (Association La Tour de Marmande), « Présentation du site de Marmande et du projet d’étude des graffitis »
  • Clément Dussart (Université de Poitiers-CESCM), « Quelques conclusions de l’étude des graffiti : espaces et usages ».
  • Aymeric Gaubert (CESR), « L’étude des graffitis iconographiques »
  • Thierry Pasquier (Chargé de projet « numérique culturel », Espace Mendès France, Poitiers) et Rémi Bonnin (Chargé du projet Graffithèque, diplômé du Master d’Humanités Numériques, CESR Tours) : « Graffithèque – un commun numérique des graffitis médiévaux basé sur Omeka S et IIIF. Problématique et mise en œuvre d’une bibliothèque virtuelle »
  • Daniel Morleghem (UMR 7324 Citeres-LAT) : « Deux outils numériques pour la lecture et le relevé de graffitis : la photogrammétrie et la RTI »

13h : Pause déjeuner (buffet au CESCM)

14h30 : Focus sur 2nd ensemble : Les signes graphiques de la basilique de la Nativité de Bethléem

  • Marcello Piacenti (Project manager Nativity Church project), « Découverte et restauration des signes graphiques de la Basilique de la Nativité de Bethléem »
  • Alessandro Fichera (Archéologue Piacenti Spa et conservateur de l’exposition Bethlehem Reborn), « Les merveilles de la Nativité. Histoire d’une exposition itinérante »
  • Elisa Frosini (Archéologue Piacenti Spa), « 7 ans de vie à Bethlehem. Le projet de restauration »

16h30 : Estelle Ingrand-Varenne, « Symphonie ou cacophonie graphique ? Les écritures en contact à la Nativité de Bethléem »

17h-17h30 : Clôture de la journée

 

Dans le cadre de la Fête de la science, une exposition sur les restaurations de la basilique de la Nativité de Bethléem et ses graffitis médiévaux, sera proposée au CESCM et commentée par l’équipe des restaurateurs : samedi 14 octobre et dimanche 15 octobre, 14h-18h, CESCM (24 rue de la Chaîne, Poitiers), salle Crozet.

 

Bourses de mobilité de la Maison de l’épigraphie

Dans le cadre de la mise en place de la « Maison de l’épigraphie » au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, Université de Poitiers/CNRS, UMR 7302) de Poitiers, un appel à candidatures pour des bourses de mobilité 2023-2024 est ouvert (dépôt des candidatures jusqu’au 15 octobre inclus).

Cette bourse s’adresse aux doctorants et post-doctorants en histoire, histoire de l’art, archéologie, philologie ou littérature médiévale, d’universités françaises ou étrangères, ayant besoin de faire des recherches en épigraphie médiévale, de profiter des ressources de l’inscripthèque, et de l’expertise des membres de l’équipe d’épigraphie du CESCM (https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-documentation/).

Cette bourse permettra au lauréat de réaliser un séjour d’un mois au cours de l’année 2024 au sein du CESCM à Poitiers. Elle comprendra les frais de déplacement et de logement. Au cours de leur séjour, les candidats/candidates participeront aux activités de l’équipe d’épigraphie (séminaires, présentation de leurs travaux de recherche, rédaction d’un billet pour le carnet de recherche de la Maison de l’épigraphie).

Calendrier :

  • Date limite du dépôt des candidatures : 15 octobre 2023
  • Publication des résultats : fin novembre 2023

Comité de sélection :

  • Vincent Debiais (CNRS/EHESS)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM)
  • Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM)
  • Cécile Voyer, directrice du CESCM (Université de Poitiers)

Pièces à fournir (en français ou en anglais)

  • Curriculum vitae ;
  • Lettre de motivation présentant la recherche menée et les objectifs du séjour ;
  • Lettre de recommandation ;
  • Deux publications jugées représentatives publiées ou à paraître pour les docteurs et une publication pour les doctorants.

Ces pièces seront adressées, avant le 15 octobre 2023, sous format pdf, dans cet ordre et au sein d’un seul et même fichier à maison.epigraphie@univ-poitiers.fr

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de renseignement : cecile.treffort@univ-poitiers.fr et estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Appel en français et en anglais :  Call_for_application_Maison_de_l’épigraphie_2024

Gloses épigraphiques : séminaire de Vincent Debiais à l’EHESS

Vincent Debiais, chargé de recherche CNRS à l’EHESS, Centre de recherches historiques AHLoMA, propose pour l’année 2023-2024 une réflexion sur les gloses et commentaires épigraphiques au cours de douze séances : 

“Les éditions critiques des inscriptions, au moment d’attribuer aux textes une fonction, se tournent souvent vers la notion de « commentaire », en particulier quand l’inscription est tracée au contact d’une image, dans la peinture murale ou la sculpture, ou d’un objet. Cette fonction de commentaire semble se distinguer de l’identification par le fait que l’inscription ne redit pas tout à fait ce qu’elle commente. Or, cette idée d’un décalage (de ce « pas tout à fait ») de sens ou de contenu entre l’inscription et l’image ou l’objet doit être analysée en détail parce qu’elle constitue une forme singulière de relation entre deux éléments, une redite qui n’en est pas une, une redondance que l’on évite, un lien structurel que l’on affirme et que l’on nie simultanément. Elle est surtout un trait définitoire de certaines formes de la pensée médiévale autour de la notion de « glose ».

Nous analyserons pour cette enquête des images et des objets, en privilégiant deux ensembles épigraphiques : le cloître de Moissac et ses chapiteaux inscrits dans lesquels la glose est, en apparence et en apparence seulement, réduite au minimum ; et les grandes châsses reliquaires mosanes pour lesquelles de longues inscriptions commentent à n’en plus finir les formes et les matériaux au point d’en détourner tout à fait la lecture. Le séminaire a donc un double objectif : identifier éventuellement les spécificités épigraphiques du commentaire, et contribuer à la connaissance de la glose dans la culture écrite et visuelle du Moyen Âge occidental.”

Le séminaire est ouvert au public. Il aura lieu le 1er et 3ème mercredi du mois, du 15 novembre 2023 au 5 juin 2024, de 10h30 à 12h30 ; Campus Condorcet – Centre de colloques (salle 3.08).

Le programme détaillé des séances est donné sur le blog De Visu.  

MULTIPAL, tutoriel interactif en paléographie

MultiPal est un tutoriel interactif en paléographie désormais accessible en ligne. Son but est d’apprendre à déchiffrer les manuscrits, documents et inscriptions originaux dans toute la gamme des écritures et langues de l’Antiquité et du Moyen Âge : latin, grec, égyptien, copte, arabe, hébreu, araméen, syriaque, chinois, sanscrit et cyrillique. Des exercices dans d’autres systèmes d’écriture seront disponibles dans quelques mois.

MultiPal a été développé par un groupe de spécialistes de l’École Pratique des Hautes Études, de l’École Nationale des Chartes et du Collège de France, dans le cadre de l’Université Paris Sciences Lettres (PSL).

La plateforme accueille quelque 80 exercices en latin et dans les langues vernaculaires d’Europe issus des séminaires de Marc Smith. Une quinzaine de dossiers, pour le moment, relève de l’épigraphie, du VIIIe au XVIIIe siècle, mais surtout des XIIIe-XVe s.

Lien direct, par ordre chronologique :
https://www.multipal.fr/fr/palaeography/documents/?search=&filter_mm_languages=&filter_mm_scripts=3&filter_fk_documentimages__difficulty=&filter_fk_type=&filter_mm_inks=&filter_mm_materials=8&filter_mm_repositories=&filter_gt_year_min=&filter_lt_year_max=&sort_by=year_min&sort_direction=