Tous les articles par Manon Durier

I am a research engineer for the project and my goal is to build the database. I discovered the great interest in medieval inscriptions during my PhD on funerary sculpture at the University of Poitiers (CESCM), and have never been able to forget them since. I generaly work on memory and religious networks. I love open science, research methodology and database design.

Au-delà du CIFM : l’enrichissement de la documentation épigraphique après publication

Depuis cinquante ans, le Corpus des inscriptions de la France médiévale assure l’édition aussi exhaustive que possible des textes épigraphiques attribués aux VIIIe-XIIIe siècle. En 26 numéros (hors nouvelle série thématique), ce sont 66 départements qui ont ainsi été couverts, et plus de 4 000 inscriptions publiées. Ces volumes papier (ou leur avatar numérisé accessible gratuitement sur Persée) constituent autant d’outils indispensables aux médiévistes. En apparence figées par le format de publication, les inscriptions font cependant l’objet d’un suivi attentif et injustement méconnu.

Fenêtre sur un contrat de 3 mois dédié à la gestion des supplementa.

Une documentation en perpétuelle évolution

L’actualisation du corpus édité répond à trois nécessités :

  • Des inscriptions médiévales sont ponctuellement découvertes lors de chantiers de restauration de peintures murales ou de fouilles archéologiques.
  • Certaines inscriptions disparaissent ou sont détruites, mais d’autres, réputées perdues lors de leur publication par le CIFM, sont retrouvées.
  • La recherche progresse : il faut mettre à jour la bibliographie, documenter les nouvelles campagnes photographiques, archiver les relevés…

L’enrichissement permanent de la documentation bénéficie d’un vaste travail de collaboration entre la petite équipe d’épigraphie, différents acteurs du patrimoine à la recherche d’informations sur une inscription particulière, ainsi qu’un réseau de collègues partageant leur connaissance pointue de leur région de prédilection. Ces échanges scientifiques sont l’occasion d’expertises inédites, plus ou moins développées, qui viennent compléter nos dossiers.

Correspondance de Robert Favreau sur les inscriptions du prieuré Saint-Promasse

Parallèlement, les dépouillements bibliographiques continuent. Certaines revues scientifiques (Bulletin monumental, Bulletin de la Société archéologique du midi de la France…), de même que certaines collections (Congrès archéologiques de la France, Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa…) sont systématiquement compulsées. Les moyens humains ne permettent pas de couvrir l’ensemble de la bibliographie intéressante pour l’épigraphie médiévale, mais des recherches ciblées donnent lieu à des ajouts ponctuels.

Exemple de diversité de la documentation traitée (à gauche, cliché de la copie d’une épitaphe du XIIe siècle dans un manuscrit du XVIIe s. ; à droite, fiche de dépouillement bibliographique)

La documentation du CIFM a d’abord été gérée sous format papier, avec un important répertoire par la suite complété par des classeurs de suppléments. Ce système a longtemps répondu aux attentes d’une petite équipe réunie en un même bureau et ayant principalement besoin de rechercher les inscriptions d’après leur localisation pour assurer sa mission d’édition. Depuis vingt ans, l’évolution informatique, mais aussi le renouvellement puis l’élargissement et la grande mobilité de l’équipe ont cependant créé de nouveaux usages : la documentation s’en ait trouvée considérablement enrichie mais aussi dispersée dans divers ordinateurs. Des problèmes d’accessibilité sont ainsi apparus, rendant nécessaire la mise en place d’un nouveau système de centralisation de la documentation.

Les défis d’une base de données collective

On peut s’étonner que le CIFM ait été structuré autour d’une base de données « papier » et non numérique. En réalité, le CIFM a été pionnier en informatique avec la mise en place dès 1974 d’un système de concordance pour étudier le vocabulaire et les formules des inscriptions médiévales. L’université de Poitiers avait d’ailleurs reçu les honneurs du premier numéro de la revue Le médiéviste et l’ordinateur pour ses projets précurseurs en informatique.

Page de l’un des classeurs de concordance des carmina epigraphica

Les difficultés techniques, avec leur coût humain et financier, ont eu raison de cet enthousiasme initial au CIFM comme dans la majorité des programmes en sciences humaines. Et comme ailleurs, des projets de bases de données ont réapparu dès les années 2000. Quoique très abouties, ces conceptualisations n’avaient jusqu’à maintenant pas été concrétisées du fait de plusieurs difficultés majeures :

  • Une masse documentaire importante : traiter plusieurs milliers d’inscriptions suppose un investissement humain extrêmement chronophage.
  • Des besoins contradictoires : la mission première du CIFM est l’édition d’un vaste corpus, mais les membres et collaborateurs de l’équipe mènent en parallèle une activité scientifique imposant de traiter plus en détail des corpus restreints.
  • La multiplication des orientations de recherche : si les premiers éditeurs ont privilégié une orientation historique et linguistique, les thèses récentes développent également les aspects archéologiques et techniques. Pour une base de données collective, cette ouverture des problématiques impose non seulement une multiplication des champs, mais aussi des compétences nécessaires pour la renseigner.
  • Le risque d’une obsolescence de l’outil : jusqu’à présent, le choix du système de gestion de base de données posait deux problèmes de pérennité. Les solutions logicielles libres (MySQL, PostgreSQL) sont durables, mais leur complexité impose de recourir à un prestataire pour le développement, avec comme résultat une base de données statistique soumise aux aléas des financements pour sa mise à jour. Quant aux logiciels commerciaux (FileMaker, Microsoft Access…), ils sont suffisamment simples pour créer et modifier une base de données en interne, mais le format propriétaire qu’ils ajoutent aux données les rend périssables à long terme.

L’ensemble de ces contraintes ont conduit à abandonner le mirage d’une base de données exhaustive pour le CIFM. D’autres projets numériques ont vu le jour en parallèle, en particulier l’édition numérique Titulus. La mise en place d’une nouvelle gestion de la documentation des supplementa a cependant été l’occasion pour Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort de réorienter le projet de base de données vers un outil principalement documentaire : l’objectif n’est plus d’analyser chaque inscription, mais de les identifier individuellement pour renvoyer à toutes les ressources les concernant (expertises inédites, bibliographie, reproductions…).

Ma mission était centrée sur la conception de la base de données documentaire, avec comme principale contrainte la réduction maximale du temps de saisie. La solution retenue a permis de traiter près de 400 inscriptions en 2 mois environ. Pour ce faire, les informations descriptives ont drastiquement été limitées au titre de l’inscription, au type de support et à la technique d’écriture. Les informations de localisation (ancienne et actuelle), de conservation, de datation (par siècle et année) ainsi bien sûr que le texte ont été maintenues. Les types de reproduction sont détaillés (photographies, photogrammétrie, relevés archéologiques, moulages…), la documentation disponible au CESCM également, ainsi que la bibliographie. Une attention particulière est portée à la traçabilité de la notice ainsi obtenue, de l’identification de la personne ayant signalé l’inscription au CIFM jusqu’au nom de celle ayant créée voire modifié la notice.

Formulaire de saisie des inscriptions, organisé en onglets thématiques, dans la nouvelle base de données Heurist

Bien qu’il n’était pas initialement prévu de mettre en pratique le modèle de données durant le temps réduit du contrat, les possibilités offertes par la solution Heurist ont motivé la mise en place d’un test qui s’est rapidement révélé concluant. Heurist est une application pensée pour permettre aux chercheurs en Sciences humaines et sociales de faire (et de faire évoluer) leur base de données de recherche sans l’intermédiaire d’un informaticien : créée à l’université de Sydney par le préhistorien Ian Johnson, hébergée en France par Huma-Num, codée à partir de technologies libres (MySQL) et structurée sur des grands principes d’interopérabilité, Heurist propose un environnement de bases de données parfaitement adapté aux projets en histoire et en archéologie. La version 6 actuellement en phase de test (version stable prévue pour début 2021) a dépassé toutes nos attentes concernant l’ergonomie, les possibilités de mise en forme de l’information (menus déroulants à deux niveaux, possibilités de gestion de périodes d’incertitude pour la datation…), les paramétrages de requêtes (visualisation des résultats avec ou sans vignette, filtres enregistrables, recherches facettées…), mais aussi exports possibles (vers QGIS, Gephi…).

La réussite de la création d’une base de données documentaire pour le CIFM offre de nouvelles perspectives pour d’autres corpus. Dès le printemps 2021, elle sera élargie pour accueillir les inscriptions latines de l’orient médiéval éditées dans le cadre du  projet ERC GRAPH-EAST ainsi que celles de la Gaule durant l’Antiquité tardive du projet IGAMA.

Un grand merci à Ian Johnson, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Morgane Uberti pour leur disponibilité.

Merci également à Alix Chagué de m’avoir fait découvrir Heurist.

Contact : cifm.cescm@univ-poitiers.fr