Tous les articles par Vincent Debiais

Pour une lecture épigraphique des plates-tombes

Des ouvrages exclusivement consacrés à l’épigraphie médiévale ne paraissent pas tous les jours en France ou en Europe. Il faut bien souvent lire des livres traitant de sujets d’histoire de l’art, d’histoire sociale, d’histoire des représentations pour trouver de quoi satisfaire sa curiosité épigraphique. Il faut encore dépouiller des ouvrages traitant d’épigraphie en général pour se saisir des informations propres au Moyen Âge. Il faut aussi parcourir les travaux d’anthropologie pour y découvrir des usages inattendus de l’écriture épigraphique. Cette nécessité de lire large présente, cela va sans dire, un intérêt considérable pour générer de nouvelles questions, pour discuter les méthodes que l’on croit solidement assises sur l’historiographie et l’érudition, pour entrevoir des pistes de recherche nouvelles au sujet des inscriptions médiévales. Il se passe tout cela à la lecture de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire publié il y a quelques jours par Paul Cockerham qui, derrière l’inventaire des dalles à effigie connues pour l’ouest de la France entre le XIIIe et le XVIIe siècle, cache une mine de renseignements, d’idées, d’intuitions.  

Il faut un épigraphiste de bonne constitution pour reconnaître que l’édition des inscriptions gravées ou incisées sur les plates-tombes à effigie (qui font leur apparition dans le panorama épigraphique de la France actuelle dans la deuxième moitié du XIIIe siècle) provoque chez lui ou chez elle un enthousiaste débordant. La répétition des formats, la récurrence des formules, la similarité des dispositions, la conservation aléatoire des pièces… Il y a de quoi vouloir éviter à tout prix les grands ensembles de plates-tombes connus pour la Bourgogne, le Nord de la France, la Normandie ou les pays de l’Ouest tant l’édition peut se faire routinière, sans la surprise de la variété qu’offre la documentation épigraphique contemporaine dès lors qu’elle se développe sur un autre support, selon d’autres schémas de composition. Ajoutons à cela que, pour le Moyen Âge en France, le nombre de ces objets épigraphiques augmente de façon exponentielle jusqu’au milieu du XVe siècle au moins et que l’édition des inscriptions funéraires sur les plates-tombes représente un chantier dont il sera difficile de voir le bout. Mais l’épigraphiste tiède à l’idée de s’y lancer, s’il veut être honnête et juste, ne jettera pas la pierre à la documentation – qui n’y est pas pour grand chose, reconnaissons-le – mais s’interrogera plutôt sur les principes d’édition de ces textes qui, en se concentrant exclusivement sur le contenu, dédaignent trop souvent tout ce qui fait la plate-tombe et son intérêt historique, anthropologique et social : la forme de l’effigie, la gestion des attributs, les motifs héraldiques, les marques de prière, les déplacements du monument, les traces de modification, etc. Si l’on détache le texte de ces éléments, l’inscription est effectivement un formulaire sans originalité ; si on le replace sur la plate-tombe et la plate-tombe dans son contexte, l’inscription dit tout de suite davantage des mécanismes de commémoration, du signalement de la sépulture, des relations sociales entre les vivants et les morts. 

La publication récente de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffissaument (Donnington, 2022) est de lecture indispensable pour l’épigraphiste qui voudrait se réconcilier avec les plates-tombes, et pour tous les médiévistes qui s’intéressent aux monuments funéraires, précisément pour cette raison ; parce qu’elle propose une étude globale des dalles à effigie, des méthodes de production aux contenus épigraphiques, héraldiques et iconiques. Paul Cockerham, l’auteur de cette très belle monographie, a choisi pour cela de se limiter à une région donnée, les Pays de la Loire, et d’entrer profondément dans le matériau. Tout en reprenant certaines des méthodes et des conclusions des travaux de Robert Marcoux sur les tombeaux de la collection Gaignières et de Guillaume Grillon sur les monuments funéraires bourguignons, l’auteur ne cherche pas à produire une étude d’une envergure semblable, et il réduit donc son projet à 187 dalles à effigie datées entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XVIIe siècle. Il ne prend en compte que les dalles ( les slabs) et évacue les tombeaux et les gisants : le texte et l’image sont incisés à la surface du monuments. Ce corpus conséquent est réuni dans la deuxième partie de l’ouvrage (p. 242-270) dans un ensemble de notices, classées par département, puis par ordre alphabétique de communes. Chaque notice propose une description détaillée de la dalle (que l’auteur a confiée à l’écriture libre de petits paragraphes, ce qui rend les choses très agréables à lire), une transcription de l’inscription éventuelle, sa traduction, une description archéologique du monument et la bibliographie (ancienne et récente) mentionnant l’objet. La partie “édition épigraphique” de ces notices est parfaite et les normes suivies sont clairement détaillées p. 240 ;  en revanche, il n’y a aucun commentaire concernant les formules ou la langue, et il faut se reporter à des notes brèves ou à des renvois à la bibliographie sur ce sujet. On lira les notices en se référant à la magnifique série de planches qui referme l’ouvrage avec 213 figures en couleurs (photographies, dessins de la collection Gaignières, croquis…). L’ensemble est complété de précieux index, d’un glossaire et d’une bibliographie d’un trentaine de pages. Inutile de dire que le tout dénote une rigueur certaine et une érudition implacable, transformant ainsi The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire en un outil de référence pour quiconque s’intéresse à ces questions. 

L’ouvrage de Paul Cockerham n’est pas seulement un catalogue, cependant. Les 240 premières pages de son livre présent en effet une synthèse très riche établie à la suite du recensement des dalles à effigie. Les chapitres suivent le découpage chronologique que l’auteur a identifié dans la documentation. Cette organisation est évidemment très pratique, mais elle correspond surtout à la grande question de recherche posée dans la très bonne introduction de l’ouvrage et qui concerne, pour faire simple, les raisons de l’apparition soudaine et de la disparition non moins soudaine de ces dalles à effigie. Plutôt que de chercher à repérer des causes à grande échelle ou sur les grands nombres – comme avait pu le faire Robert Marcoux, par exemple – Paul Cockerham s’intéresse avant tout aux raisons locales de cette émergence et ancre le phénomène dans ce qu’il désigne comme le micro-paysage monumental. C’est l’église-bâtiment comme lieu de sépulture et d’affichage de l’effigie qui est au coeur de ses réflexions en ce qu’elle cristallise toutes les dynamiques sociales de représentation entre clercs et laïcs, puissants et dominés. Les cinq chapitres centraux ne sont donc pas répétitifs puisqu’ils ne dessinent pas une “évolution” à proprement parler, mais les circonstances matérielles et sociales qui expliquent l’existence, la forme et les variations de ces dalles

Le deuxième chapitre est consacré aux “earliest slabs” et s’interrompt vers 1350. En s’arrêtant en particulier sur les dalles des anciennes abbayes d’Asnières (49) et de Villeneuve (44), l’auteur pose deux notions fortes pour ces monuments : le seuil et le mausolée ; dans les deux cas, la dalle est là pour signaler, marquer et afficher l’effigie ou bien pour distinguer deux lieux au sein de l’espace sacré, ou bien pour réunir par juxtaposition des images et des tombes les membres d’un même entourage. Dans le troisième chapitre consacré à ce qu’il reste du XIVe siècle, Paul Cockerham s’intéresse principalement à la place plus importante des seigneurs locaux qui semblent s’emparer de cette forme monumentale pour afficher leurs réseaux de commémoration. C’est le moment où apparaissent les tombeaux doubles réunissant dans la pierre le mari et l’épouse, le parent et l’enfant. Le quatrième chapitre concerne le XVe siècle et se concentre sur les formes de commémoration en distinguant les laïcs des clercs, et en pistant d’éventuelles singularités épigraphiques dans les épitaphes. Les dalles à effigie de la ville du Mans sont à l’honneur dans ce chapitre qui constate l’apogée du phénomène monumental dans l’ouest de la France. Le chapitre suivant, le plus long, a pour sujet le XVIe siècle et la production “en série” des dalles à effigie – une question débattue et qui ne peut être résolue qu’en pensant “local” comme le fait Paul Cockerham. Il piste les traces laissées par la production spécialisée d’ateliers qui marquent de leur empreinte, de leur “patte”, les grands centres d’inhumation. C’est là que sont posées les questions de format, de mode, de tendance, de modèle. Dans le chapitre 6, l’auteur s’intéresse aux variations nombreuses qui affectent le modèle en apparence “standard” de la plate-tombe au cours du XVIe siècle et qui conduisent, en partie, à la disparition du monument. Quel que soit l’approche retenue dans ces chapitres, les réflexions sont transversales et le spécialiste de la sculpture, de l’image, de l’inscription ou de l’héraldique trouvera de quoi alimenter sa réflexion à toutes les pages. Les exemples sont finement analysés et, plus qu’à une synthèse, on assiste au développement d’un essai passionnant sur les usages funéraires sur le temps du long Moyen Âge

La conclusion remarquable qui referme la première partie de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire propose des réflexions essentielles pour comprendre l’apparition et la disparition de ce format funéraire, autour de l’adéquation entre marquage de la sépulture et pratiques de commémoration. Paul Cockerham replace également la production de ces monuments dans une longue histoire de la commande funéraire et des techniques de construction, éléments trop souvent négligés pour saisir l’effet produit par l’incongruité, la singularité, la virtuosité ou au contraire par la banalité, la récurrence, la médiocrité d’une plate-tombe dans un contexte donné

Cette très belle publication, soignée jusque dans ses moindres détails, vient compléter le volume 23 du Corpus des inscriptions de la France médiévale pour les objets épigraphiques postérieures à 1300. Elle apporte également quelques corrections importantes au sujet de la tradition manuscrite de certaines dalles. Elle montre aussi la véritable diversité formelle qui se cache derrière la très juste expression d’incision et qui permet de regrouper les plates-tombes bien-sûr, mais aussi toutes ces dalles en apparence autonomes mais scellées dans les murs près des tombeaux. Ce livre n’est pas une pierre de plus à l’édifice auquel ont contribué les travaux de F.A Greenhill pour la chrétienté médiévale, de R. Marcoux pour les dessins de la collection Gaignières, de G. Grillon pour l’espace bourguignon, de B. Imhaus pour Chypre – entre autres. The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire pourrait bien devenir la fondation en sous-oeuvre, tant pour sa méthode que pour ses enjeux historiques et anthropologiques, des futurs recherches sur les monuments funéraires médiévaux

Paul Cockerham, The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffisaument, Donington, 2022, 426 p. (ISBN=978-1-907730-95-5)