Archives de catégorie : Articles

Un seminaire, Un livre – L’épigraphie à l’unviersité complutense de madrid

Malgré les temps difficiles que nous traversons, la recherche ne saurait s’arrêter et il faut saluer chacune des initiatives qui permettent de garder le contact et d’engager le dialogue sur les questions d’épigraphie médiévale. C’est le cas avec deux nouveautés en provenance de l’Université Complutense de Madrid : la publication d’un ouvrage collectif et la tenue récente d’un séminaire doctoral consacré aux « objets écrits ».

Commençons par le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo, publié sous la direction d’Isabel Velázquez Soriano et Sonia Madrid Medrano. Il regroupe une vingtaine de contributions consacrées, comme l’indique le titre de l’ouvrage, aux inscriptions édilitaires ; soit les textes épigraphiques relatifs à l’édification des monuments publics et privés, mentionnant les circonstances, les acteurs, les fonctions et le statut de ces bâtiments. Les textes couvrent une très large période, de l’Antiquité classique à la Renaissance, et un vaste espace géographique, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient. Cette variété documentaire, fruit d’une approche « globale » de l’histoire, et d’une tendance à la longue durée qui fait éclater – pour le meilleur et pour le pire – toute forme de périodisation, invite nécessairement au comparatisme et à la mise en perspectives des pratiques d’écriture à l’échelle du globe. Elle permet aussi de belles découvertes et l’appréhension des enjeux anthropologiques de l’écriture épigraphique. Le volume, très bien présenté et illustré, constitue donc une initiative éditoriale heureuse.

Le très court prologue, de la plume des éditrices, qui ouvre le livre, revient sur la définition de l’inscription édilitaire pour constater la diversité de ses formes et de ses contenus. Le « lien » avec le monument peut être lâche, implicite, tu ou perdu, et l’attribution d’une fonction édilitaire à l’inscription relève souvent du geste de l’éditeur qui invente cette relation de sens en fonction des éléments dont il dispose dans le texte ou le contexte de l’inscription. Cette introduction aurait pu être l’occasion de s’interroger précisément sur l’attribution de l’adjectif unique « édilitaire » à des inscriptions qui se comprennent dans des contextes historiques, géographiques, intellectuels et religieux très différents ; de façon générale, sur la pertinence et l’effet de la taxinomie quand elle s’étend sur un vaste domaine documentaire ; et de façon peut-être plus profonde, sur ce que fait l’éditeur au texte quand il cherche à lui attribuer une étiquette forgée sciemment dans l’anachronisme.

Ces questions dépassent largement le propos de l’introduction, c’est évident, mais en feuilletant les très bons articles du volume, on ne peut s’empêcher de constater leur poids sur la réflexion épigraphique, au moment où l’on cherche à mettre en lien une documentation « qui s’ignore ». Les textes adoptent des postures très variées : présentations de dossiers, études de cas, synthèses historiques, plans de recherche. Quelques interrogations semblent traverser pourtant les contributions. Quel est le lien (langagier et spatial) entre le texte et le monument ? Qu’induit la position de l’inscription édilitaire sur son « public » ? Sous quelle forme apparaissent les promoteurs des travaux rapportés dans le texte ? Comment est pensée la relation entre le moment de la construction et la durée de l’exposition du message épigraphique ? La catégorie « édilitiare » est-elle fondée sur une constante dans le contenu, la forme, la localisation ou le formulaire des inscriptions ? Autant de questions passionnantes qu’il est bien difficile de poser à l’échelle du livre tant les articles portent l’empreinte bien contraignante – et passablement agaçante – de terminologies non partagées. Les mêmes inscriptions sont ainsi désignées par des termes différents en fonction de la nationalité de l’auteur, de la période envisagée ou de l’approche retenue… L’ambition globalisante du titre et de l’introduction se trouve ainsi limitée par une étanchéité des méthodes et des documentations. Il y a bien des épigraphies, et il faut multiplier les rencontres et les occasions de dialogue, quand les circonstances le permettront, pour s’entendre sur les mots que l’on emploie et dur les notions que l’on manie.

C’est exactement ce qu’a montré la belle manifestation organisée par les doctorants du Département des sciences et techniques historiographiques de l’Université Complutense de Madrid, les 24-25 septembre dernier. Ce séminaire a réuni, sur un campus désert et confiné, une vingtaine de jeunes chercheurs en épigraphie, numismatique, diplomatique et codicologie pour des exposés brefs sur le thèmes des « objets inscrits ». On a vu défiler sur l’écran des documents castillans du XIIe siècle, des monnaies philippines, des épitaphes romaines, des peintures sur chevalet de la fin du Moyen Âge, des livres de comptes… Une belle occasion pour tous de découvrir de nouveaux sujets et, une nouvelle fois, une immense variété documentaire.

Les questions de terminologie ont occupé la plus grande partie des présentations et des débats, et ont laissé dans l’obscurité, ou du moins dans l’ombre, les grandes problématiques historiques des pratiques de l’écriture. Plutôt que de se demander si l’inscription placée sur le phylactère tenu par la Vierge dans une Annonciation appartient à telle ou telle catégorie éditoriale, ne convient-il pas davantage de s’interroger sur ce que le texte peint produit dans la narration en images ? Plutôt que de reconstruire une inscription peinte lacunaire à partir de formulaires (que l’on considère à tord comme inaltérables), ne faut-il pas se demander si le texte a été inscrit par le peintre lui-même ou a posteriori ? Plutôt que de se demander si la forme épigraphique de la lettre M appartient à telle ou telle catégorie paléographique établie sur des documents manuscrits, ne peut-on pas interroger les conditions matérielles et physiques dans lesquelles le scripteur a dû tracer le texte ? Il ne s’agit pas simplement de constater des divergences méthodologiques – on vit finalement très bien quand on reconnait nos différences et qu’on les expose clairement. Il s’agit de s’interroger en revanche sur la façon dont l’épigraphie intègre la pratique de l’histoire. Peut-on espérer refléter dans la médiévistique la place qu’on eut les inscriptions au Moyen Âge si on ne cherche pas à comprendre aussi ce que signifie écrire dans la pierre, le métal, le bois ou la peinture ? L’erreur qui consisterait à opposer érudition, édition et anthropologie dans l’étude des inscriptions conduirait à isoler l’épigraphie dans le champ des sciences auxiliaires de la médiévistique ; et on peut se demander si de telles rencontres scientifiques ne gagneraient pas en perspective en confiant les débats et les discussions à des historiens non spécialistes de l’épigraphie ou de la diplomatique. Non pas parce qu’il manque quoi que ce soit aux sciences auxiliaires, mais parce qu’elles offrent justement de nouvelles portes d’entrée dans nos connaissances sur le Moyen Âge.

Avec le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo et les journées d’études Objetos escritos, l’équipe très dynamique de l’Université Complutense de Madrid nous invite à réfléchir sur ces questions de méthode et à penser la documentation au-delà des catégories et de l’épistémologie.

L’épigraphie latine dans l’Orient médiéval : l’ERC GRAPH-EAST

L’épigraphie médiévale de l’Orient latin « ressemble à un désert scientifique » (C. Treffort, 2011). Ce constat est toujours vrai : les inscriptions de cet espace sont mal connues et très peu étudiées. Mis à part l’ouvrage sur les épitaphes de la colonie génoise de Constantinople (Dallegio d’Alessio, 1942), l’édition des inscriptions de Terre Sainte (De Sandoli, 1974) et le catalogue des pierres tombales chypriotes (Imhaus, 2004), ces textes sont abordés de manière fragmentaire et circonstancielle, dans des monographies ou dans le cadre d’études plus générales (par ex. Ivison, 1996, Pringle 1997-2009, Claverie 2013). L’ensemble des informations pour étudier cette documentation est incomplet, éparpillé, parfois difficile d’accès. Les pièces publiées n’ont pas de protocole commun, et nombreux sont les inédits. Or, si ce champ n’existe pas encore, deux raisons font penser que le terreau est désormais fertile pour le créer.

C’est tout le projet de l’ERC Starting grant GRAPH-EAST – Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ – mais en changeant d’échelle et de paradigme afin de voir cette écriture en alphabet latin autrement. Il faut sortir de la focalisation des croisades et des entités politiques qui en sont issues, avec leur périmètre restreint tant chronologique que géographique, pour adopter une perspective plus large, adaptée à la présence latine elle-même, liée aussi largement aux échanges commerciaux – que l’on pense aux colonies installées par les républiques maritimes italiennes que sont Amalfi, Pise, Gênes et Venise, ou à la présence des Catalans – et aux pèlerinages, jusqu’à l’occupation ottomane, soit du VIIe au XVIe s. Un changement d’échelle spatiale s’impose aussi en pensant l’ « Outremer », pour reprendre le terme employé par les médiévaux eux-mêmes, ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la mer Noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays, de Corfou à Alep, du delta du Nil à la presqu’île de Crimée.

Ce premier changement a pour conséquence de faire entrer en scène les autres écritures et réévaluer le statut du système graphique latin, ce qui entraine le second changement, celui de paradigme. La notion d’ « Orient latin » pourrait laisser croire à une latinisation lisse et uniforme, confondant dans l’adjectif « latin » les questions d’écriture, de langue, de culture et de rite religieux, et se réduisant souvent aux deux siècles de croisades. Le terme « latin », synonyme d’occidental, voile, de plus, une diversité des communautés qui sont loin de former un ensemble homogène par leurs origines, leurs langues, leurs statuts et rôles politiques, rassemblées autour de trois grandes activités : le commerce, la guerre, les pèlerinages, voire les voyages de découverte.

GRAPH-EAST entend relever 3 défis pour décloisonner et proposer une vision dynamique de l’épigraphie. 1) Réunifier inscriptions et graffiti, 2) Élargir l’environnement graphique : les écritures en contact, 3) Penser l’épigraphie en mouvement.

Le cas de Bethléem résume l’ensemble de cette approche. L’achèvement en 2019 des restaurations de l’église de la Nativité, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Christ, a fait ressurgir une vraie symphonie – parfois cacophonie – graphique. Les inscriptions latines, grecques (1, 5, 6) et syriaque (4) du XIIe sur les mosaïques murales et les colonnes de marbre peintes sont un cas presque unique montrant la coopération étroite entre le pouvoir byzantin, la domination latine et l’épiscopat de Bethléem, reflet de la recherche d’Union des Églises (G Kühnel 1988, B. et G. Kühnel 2019). Il faut y ajouter les textes en arménien (3) et en arabe (2) gravés sur les portes en bois au XIIIe s., les graffiti par centaines de pèlerins et voyageurs, en toutes langues et alphabets, du Moyen Âge à nos jours. Ce vaste palimpseste, aussi méconnu que fragile, révèle tant l’urgence patrimoniale que le potentiel scientifique et l’intérêt historique de ces sources.

Le but du projet GRAPH-EAST est, grâce à un changement d’échelles et de paradigme, de créer un nouveau champ de recherche focalisé sur l’écriture épigraphique latine de la Méditerranée orientale du long Moyen Âge, à travers 4 objectifs, en proposant une vision « écologique » de l’épigraphie. La métaphore, utilisée pour sa valeur heuristique, permet de voir l’inscription comme un organisme en interaction avec son environnement naturel, et de comprendre son écosystème.

  • Etudier la vie de l’objet épigraphique,
  • Comprendre la pratique et la représentation de l’alphabet latin en Orient,
  • Proposer une histoire connectée de l’épigraphie,
  • Analyser cette écriture migrante à travers le prisme des transferts culturels entre Occident et Orient.

Et maintenant ? Il faut passer de l’idée à la réalisation. Le projet porté par le CESCM sera lancé en février 2021, avec une équipe et des collaborateurs spécialistes des autres écritures (épigraphie byzantine, arabe, arménienne, syriaque, hébraïque, éthiopienne etc.) et dans chacun des pays de la Méditerranée orientale. Un carnet de recherche sera créé où les missions de terrain, les lectures et découvertes, les workshops et les colloques seront postés ; un webinaire régulier sera aussi mis en place, ouvert à tous.

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Retrouver aussi l’interview sur le Carnet du CESCM.

Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, retour aux sources : Paris, Berlin

Travis : « It’s a kind of a long story »,
Jane : « I got plenty of time »
Scène de la cabine de peepshow, Paris-Texas, 1984.

W. Wenders, R. Muller, Paris, Texas, 1984 ET R. Rossellini, R. Juillard, Germania, anno zero, 1948

Si Paris n’est pas ‘à’ Berlin, si Berlin n’est pas le Texas, l’épigraphiste, quelle que soit sa période de prédilection, pourrait s’y rendre (Paris et Berlin…) comme il se rendrait sur les lieux d’une conception. Il y retrouve les traces d’une génération, quand l’érudition épigraphique s’est muée en discipline, avec ses principes éditoriaux nécessaires à la mise en œuvre de recueils d’inscriptions aux ambitions d’exhaustivité, en temps, en lieux.

Et si suggérer que l’épigraphie de la Gaule chrétienne relève d’un paysage aussi désolant que celui d’une ville après-guerre est aussi indélicat que galvaudé, il faut bien convenir que ce champ de la recherche reste aujourd’hui largement à réédifier pour le moins à l’échelle du panorama académique français. Se rendre à Paris ou encore à Berlin pour explorer des notes laissées par des savants portés par une intention commune – l’établissement de corpus comptant de manière plus ou moins détournées des inscriptions tardo-antiques – comptait comme un pas nécessaire pour poursuivre à nouveau un chemin déjà emprunté. 

Les documents qu’il s’agissait d’explorer à Paris et à Berlin constituent en effet les traces d’un tournant dans la constitution de l’épigraphie en tant que discipline. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’épigraphie latine est marquée par la première véritable entreprise éditoriale, organisée et structurée, dédiée aux inscriptions : celle du Corpus Inscriptionum Latinorum hébergé par l’Académie des sciences berlinoise et porté par Th. Mommsen. Il est nécessaire de rappeler là que le CIL, s’il est d’abord connu comme le corpus des inscriptions latines de la Rome classique, intégrait et intègre toujours des inscriptions au-delà du temps de l’Imperium Romanum. Suivant les mêmes principes qu’un projet français porté par le ministre de l’instruction publique, M. Villemain (1843-1846 : le projet n’a pas abouti), la collection allemande incluait les inscriptions allant jusqu’au VIe s. La marge de tolérance chronologique était néanmoins laissée à la responsabilité de l’éditeur du volume, en fonction du matériel rencontré. Enfin, nous le savons, il est bien difficile de dater avec précision les inscriptions en allant vers le Moyen Âge… Le principe était donc celui d’une intégration prudente plutôt que celui de l’exclusion, suivant les degrés de romanité que l’éditeur reconnaissait à l’objet. Aujourd’hui, il apparaît que certaines inscriptions qui y ont été intégrées sont certainement bien plus tardives que le VIe s. A côté de cette entreprise plutôt englobante, dans un même mouvement, et/ou à la faveur de cet élan, l’épigraphie chrétienne gagnait sa dignité épistémologique grâce aux travaux d’E. Le Blant en France ou encore G. B. De Rossi en Italie (ICVR), aussi et surtout grâce aux soutiens apportés par des instances fédératrices et structurantes : l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en France et la Commission d’archéologie sacrée à Rome. Les champs d’une érudition « scientifique » ne s’établissent et ne se consolident (hélas ?) qu’avec une reconnaissance institutionnelle, un espace désigné, hier comme aujourd’hui. 

En fin d’année 2019, les financements obtenus de la part de la fondation Vauchez ont conduit à deux courtes missions de recherche en archives, l’une à Paris, à la bibliothèque de l’Institut de France, la seconde à Berlin, à l’Académie des Sciences et Humanités Berlin-Brandenburg (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften) au sein du centre de recherche du Corpus Inscriptionum Latinorum. Le centre rassemble les archives des chercheurs ayant travaillé à la publication des différents volumes du CIL depuis sa prise en charge par Th. Mommsen en 1852 au sein de l’Académie. Ces volumes avaient pour ambition le rassemblement exhaustif et l’édition des inscriptions de l’Empire romain, de manière géographique et thématique.

Ces recherches, à Paris et à Berlin, avait pour objectif d’estimer la richesse des fonds érudits ainsi que leur pertinence dans la construction d’un projet dédié aux Inscriptions de la Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (projet IGAMA, en cours de montage). Peut-on retrouver le fil d’inscriptions perdues ? Peut-on espérer consolider certains dossiers épigraphiques anciens ? Enfin, en termes d’histoire de la recherche, la consultation de ces fonds aide-t-elle à comprendre les modalités de constitution d’une discipline, la construction de son identité et avec elle celle de son objet : l’inscription chrétienne/tardo-antique/alto-médiévale ? C’est avec toutes ces questions que les seuils des deux Académies ont été franchis.

Après un très bref passage à Paris, où l’accès à la bibliothèque de l’Institut a été facilité par la recommandation d’André Vauchez (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), la résidence berlinoise fût une belle occasion de rencontrer les collègues du Corpus Incriptionum Latinorum, en particulier sa directrice Ulrike Ehmig ainsi que Beate Zielke. Je les remercie ici chaleureusement pour leur accueil et leur disponibilité lors de mon séjour. Les deux missions ont été l’occasion d’un premier sondage dans des fonds choisis, ceux d’E. Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France, notamment sa correspondance (ms. 1707 : correspondance), et ceux d’O. Hirschfeld alors responsable du volume XIII du CIL, consacré aux inscriptions de Gaule et de Germanie.

Au CIL, le dépouillement concernait les fonds réunissant les notes de travail d’O. Hirschfeld, en particulier celles relatives aux inscriptions tardo-antiques dans les provinces d’Aquitaine et de Belgique. Les boîtes non relatives à un volume, mais indiquant falsae (qu’est-ce qu’un éditeur du CIL écarte ? Et pourquoi ?), varia ou encore Fotographien ont également été ouvertes, elles ont été sans doute les plus riches de surprises (nulle photo par exemple dans la boîte Fotographien…). Le travail reste néanmoins à mener pour les autres provinces de Gaule ainsi que pour la Narbonnaise.

Certains dossiers d’inscriptions tardo-antiques aujourd’hui disparues se sont donc étoffés d’autres représentations de l’objet, de notes d’acteurs oubliés, de lectures inattendues parfois, mais les tris réalisés par l’éditeur en vue de la notice finale ne sont pas à discuter.

Les six boîtes ouvertes à l’Académie offrent d’abord un terrain d’étude pour qui s’intéresserait à la génétique textuelle d’un épigraphiste berlinois dans la seconde moitié du XIXes. (des premières fiches d’inventaires, en passant par la notice circonstanciée, puis des brouillons aux notices jusqu’aux premières épreuves raturées).

 

Elles rendent compte d’un regard sur ce qu’est ou devrait être une inscription tardo-antique ainsi qu’une inscription médiévale pour au moins l’un des éditeurs du CIL. C’est ainsi avec surprise que l’on découvre qu’un lot d’inscriptions mérovingiennes provenant de France (Neuvicq-Monguyon, Charente) et dont l’authenticité est tout à fait hors de cause aujourd’hui a été mis au rebut, ces inscriptions étant classées dans une boîte rassemblant les prétendus faux… Une attention méticuleuse portée à ces inscriptions montre ainsi plusieurs cas qui a priori médiévaux, qui a priori faux, qui a priori douteux évidemment non retenus dans la publication définitive du volume. Il resterait aujourd’hui à examiner ces dossiers plus en détail, à retrouver leur trace peut-être ailleurs, à moins que cette discrimination éditoriale et autoritaire ait suffit à décider de leur sort, autrement dit de leur perte.

Ce premier travail exploratoire mené entre Paris et Berlin a d’abord montré la force des sociabilités savantes dans le champ de l’épigraphie, dans le dernier quart du XIXe siècle : ces sociabilités sont bien vivantes entre France, Allemagne et Italie.

Que l’on lise les lettres reçues par E. Le Blant ou encore celle reçues par O. Hirschfeld, c’est bien tout un réseau européen de correspondants qui se révèle et qu’il resterait donc à formaliser et analyser en termes de dynamiques. Les mêmes acteurs, parmi lesquels se comptent entre autres C. Jullian, A. Allmer, H. Dessau, A. Héron de Villefosse, E. Espérandieu, mais aussi des érudits locaux échappant aux instances académiques et universitaires écrivent à Paris, au spécialiste d’une épigraphie chrétienne, comme ils écrivent à Berlin pour aider à l’énorme entreprise ‘classique’ tenue par Th. Mommsen, comme ils ont également écrit à Rome à G. B. De Rossi (Bibliothèque Vaticane, Rome : Ms. Vat.Lat. 14263 à Ms.Vat.Lat. 14275). Il s’agit toujours d’informer d’une découverte, de demander un avis, d’émettre un doute sur l’invention épigraphique suspecte d’un collègue ; toujours de compiler et de centraliser les informations épigraphiques : c’est bien l’une des principales intentions, explicite, de ces correspondants.

À Paris comme à Berlin, dans le fatras des notes consultées, c’est d’abord un regard à l’œuvre qui se révèle ; la formation d’un regard confronté à des documents d’un entretemps – entre Antiquité et Moyen Âge – avec déjà la difficulté de les qualifier conjuguée à celle de leur prise en charge, même avec la plus scientifique des volontés. Dans l’embarras né de l’économie de ces inscriptions, qui s’accompagne d’un embarras à franchir trop vite le seuil du Moyen Âge (le VIe s. vraiment ?) se dessine en creux les caractéristiques des inscriptions entre Antiquité et Moyen Âge. Et, par ricochet, c’est donc la construction d’un regard sur une période qui ne disposait pas encore de son nom que l’on découvre et sa nécessité ; le matériel épigraphique en serait l’un des symptômes.

En 1901, une fois publiés les recueils d’ E. Le Blant et nombre des volumes du CIL, les travaux de l’école viennoise d’histoire de l’art (Riegl, A. 1901, Die spätrömische Kunstindustrie nach der Funden in Österreich­Ungarn, Vienne  traduit en français en 2014 sous le titre l’Industrie d’art romaine tardive  et Strygowski, J. 1901, Orient oder rom. beiträge zur Geschichte der spätantiken und früchristlichen Kunst, Leipzig) entérinèrent alors l’existence d’une Spätantike, soit l’Antiquité tardive comme période en soi, avec ses particularités et pour A. Riegl, une force d’invention et une pulsion créative autonome en quelque sorte. Depuis lors, la conjugaison du « concept » de Spätantike et des sources épigraphiques a pris divers chemins, plus souvent marqués d’ailleurs par la scission entre épigraphie païenne et chrétienne ; la question même d’une épigraphie tardo-antique étant finalement relativement récente (en 1986, le colloque de l’AIEGL, La terza età dell Epigrafia marque à ce titre un tournant). Mais lorsque la question est posée, la tradition Rieglienne qui lie la production artistique tardo-antique à une intentionnalité, un vouloir artistique – Kunstwollen – inhérent à la période, n’est à ma connaissance pas convoquée. Décryptée, analysée, renégociée (l’affaire est loin d’être simple d’où mon silence humble sur le sujet) par les historiens historiographes, les historiens de l’art, les théoriciens de l’histoire de l’art, elle ne semble pas avoir franchi le seuil de la discipline épigraphique. Après tout, les inscriptions n’ont jamais compté dans l’œuvre d’A. Riegl. Pourtant, la concordance de temps entre les premières discussions historiennes sur ces inscriptions de l’entre-deux et la conceptualisation d’une période qui s’est accompagnée de l’émergence de réflexions relatives à des « questions de style » et/ou  une histoire des formes autonomes (avec pour l’art de l’Antiquité tardive la mise en avant de de l’intervalle et donc l’élévation du vide/fond ou encore le passage de l’ « haptique/tactile » à l’ « optique/visuel » dans les modalités de réception) mériterait peut-être que l’on s’y arrête. Alors même que l’inscription est aujourd’hui examinée pour sa matérialité et sa visualité, revenir prudemment à l’analyse Rieglienne de la production artistique et artisanale tardo-antique pour appréhender les expériences épigraphiques entre Antiquité et Moyen Âge serait peut-être un pas à oser, histoire de voir. Mais c’est là un tout autre sujet. 

Plus directement et plus concrètement, l’exploration de ces archives révèlent des manières de travailler. Ces pratiques témoignent d’une véritable structuration de la recherche épigraphique à cette date : sa solidité et sa vitalité repose sur les liens entre correspondants locaux et personnalités centralisatrices, dont les visites in situ (et les examens de visu !) sont loin d’avoir été systématiques. La construction d’une érudition « disciplinée » et « disciplinaire» passe aussi par la systématisation d’une méthode éditoriale et il est intéressant de voir ici que les auteurs contemporains des recueils d’inscriptions dites chrétiennes ne s’en sont finalement nourris qu’en partie (question de formation ?), alors même que la méthode historique allemande, qu’elle concerne les sources classiques ou médiévales, a bien marqué les pratiques érudites pour les périodes afférentes, suivant des rythmes différents bien sûr, suivant des dynamiques variables, entre collaboration et émulation, suivant des modalités d’institutionnalisation diverses aussi.

Les archives berlinoises ont souffert de l’histoire et ce qu’elles offrent aujourd’hui est à l’image de ce qu’il reste à faire : restructurer, réorganiser, réinterroger la place de l’inscription tardo-antique et alto-médiévale dans notre paysage disciplinaire, a fortiori en France, avec pour première tâche, la plus ingrate, sans conteste la moins « bankable » : la compilation de nos sources.              Assurément, l’entreprise est lancée, sur le modèle d’une sociabilité savante dite 2.0, grâce au soutien de quelques-uns, au premier rang desquels on trouve le CESM et la fondation Vauchez, grâce à l’engagement généreux, parfois gracieux (parce qu’il faut dire ce qui est), de quelques irréductibles fidèles.                                                         

Mais à l’égal de Travis, l’entreprise porte souvent une casquette rouge et chemine avec une vieille paire de chaussures, à l’affût des appels à projets. Sa pérennité dépend pourtant d’une véritable reconnaissance institutionnelle, exactement ce qui, au XIXe s., a permis d’élever l’épigraphie, jusqu’alors lubie d’antiquaires, au rang de discipline de la connaissance historique, scientifique. Sa pérennité dépend plus encore d’un espace intellectuel et institutionnel dédié et stable, un lieu rendu indéfectible en quelque sorte qui laisserait le temps à la construction des savoirs et à leur transmission (de la collection à la réflexion). Alors seulement, nous pourrons entamer une année 1 dans l’épigraphie tardo-antique des Gaules en France. Et il est peut-être temps d’y aller.

W.Wenders, R. Muller, Paris, Texas, scène finale.

Quelques suggestions de lectures :

Boll, K., Machado, C., Chr. Witschel, 2017 : « Defining the Field : The Epigraphic cultures in Late Antiquity », The Epigraphic Cultures of Late Antiquity, Stuttgart, 15-30.  

Inglebert, H. : « De l’Antiquité au Moyen Âge : de quoi l’Antiquité tardive est-elle le nom », Découper le temps-Actualité de la périodisation en histoire, Atala 17, 117-131.

Caillet, J.-P. 2009 : « Alois Riegl et le fait social dans l’art de l’Antiquité tardive », La démocratisation de la culture dans l’Antiquité tardive, Antiquité tardive, 9, Turnhout, 47-51.  

Tantillo, I. 2017 :  «Defining Late Antiquity through Epigraphy ? » in : R. L. Testa ed., Late Antiquity in Contemporary Debate, Cambridge, 57-77.

Et enfin, un exemple bien qu’a priori très loin de l’épigraphie (encore que) sur ce que « peut » Riegl :

Carbonni M., 2012 : « Ornement et Kunstwollen », Inactualités de l’ornement. Images re-vues, 2012 [en ligne : consulté le 18 avril 2020].

Morgane Uberti, membre associée au laboratoire Ausonius, Bordeaux. (c) Uberti, sauf mention contraire.

 

La numérisation photographique au service de l’épigraphie

L’usage des technologies 3D (lasergrammétrie, photogrammétrie, RTI, visites virtuelles, etc.) connaît un fort développement depuis plus d’une dizaine d’années maintenant dans le domaine de l’archéologie. De la pièce de monnaie au bâtiment, du simple relevé à l’étude tracéologique, les éléments concernés et les applications sont nombreux. Si ces outils et techniques sont assez couramment employés en épigraphie antique et particulièrement dans le monde méditerranéen, cela ne semble pas encore être le cas en épigraphie médiévale. Les applications potentielles sont pourtant nombreuses pour des inscriptions gravées ou peintes caractérisées par un relief négatif ou positif aussi infime soit-il.

Nous présentons ici quelques essais de numérisation d’inscriptions lapidaires par photogrammétrie et Reflectance Transformation Imaging (RTI) réalisés dans le cadre d’une présentation de ces outils à des chercheurs du CESCM, mais aussi d’une réflexion autour de leurs apports et limites, ainsi que de la pertinence de leur mise en œuvre dans la chaîne opératoire épigraphique.

Continuer la lecture de La numérisation photographique au service de l’épigraphie

Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest

Le dernier volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale vient de sortir, sous la plume de Cécile Treffort, avec pour titre : Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe-fin Xe siècle). Disponible chez CNRS éditions ici

Dérogeant au principe de l’avancée géographique des volumes propre à la série classique et envisagé dans une perspective thématique, il est consacré aux inscriptions funéraires réalisées ou utilisées en Anjou, Maine, Touraine et Poitou entre le milieu du VIIIe siècle et la fin du Xe siècle. Né d’un travail plus général portant sur la forme et le rôle des épitaphes dans le monde carolingien (Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu VIIIe-XIe siècle), Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2007: en ligne ), il en a représenté le socle documentaire et espère répondre au besoin de la communauté scientifique de disposer de sources fiables et diversifiées pour analyser la société du haut Moyen Âge.

Véritables épitaphes (plates tombes, couvercle de sarcophage ou stèles placées sur les sépultures), plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe, ou encore compositions littéraires à caractère épigraphique restées manuscrites : ce sont quatre-vingt-trois inscriptions qui sont rassemblées dans ce corpus, éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées. Chaque texte est accompagné de nombreux dessins et clichés photographiques (le lecteur trouvera même tous les clichés de détails sur TITULUS dès que le volume sera en ligne). Ainsi en est-il par exemple d’une ardoise angevine commémorant le décès d’Autbertus (+ 784). Le relevé a permis de mettre en lumière les graffitis, tels les ébauches de lettres ornées au-dessus de l’inscription, le B de obiit portant un fragment de Ps 76[75], 2 ou le petit chien gravé dans le D de kalendas.

Le corpus est précédé d’une partie synthétique plus développée que dans les volumes classiques, permettant de mettre en valeur la richesse de la collection et de la replacer dans son contexte historique et d’exposer les bases méthodologiques.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. En effet, le lecteur se trouve plongé au cœur de l’histoire du regnum Francorum, que ce soit à travers les centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, les lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou des agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ébroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin (voir ci-contre le relevé réalisé par Dom Fonteneau, bénédictin du XVIIIe s. conservé à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers) et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

De multiples observations matérielles et techniques viennent en outre compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques.

Les inscriptions romanesques dans la prose arthurienne

Inscriptions et littérature, inscriptions comme littérature, tel était  le thème original du colloque co-organisé octobre 2019 par Sandrine Hériché-Pradeau, maître de conférences en Langue médiévale à la Sorbonne-Université (avec Maud Pérez-Simon). Il s’agissait en réalité d’une réflexion au long cours menée par S. Hériché Pradeau puisqu’elle avait l’objet de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 2014, « Inscriptions dans la prose romanesque (XIIIe-XVe s.) : un arrière-pays des lettres », qui vient de sortir début mars 2020 en librairie.

De fait, la prose romanesque arthurienne (XIIIe-XVe siècle) fait volontiers référence, au détour du récit, à des inscriptions qu’il est donné de lire à un lecteur fictif, le plus souvent un chevalier errant en quête de sens. Elles constituent même un motif récurrent et un outil narratif.

A partir d’un corpus impressionnant – Lancelot-Graal, Suite du Roman de Merlin, Prophesies de Merlin, Tristan en prose, Roman de Meliadus et de Guiron le Courtois, Perceforest, le Livre du Cuer d’Amor espris de René d’Anjou -, l’auteur analyse ces inscriptions dans des perspectives littéraires, poétiques, linguistiques et historiques, en ayant aussi recours à la pragmatique avec l’oralité, la narratologie, la théorie de l’image, la magie et l’intertextualité.
Comment l’inscription questionne-t-elle les notions d’autorité, d’espace, d’oralité et de mémoire ? En tant qu’elle est écriture, et donc image, dans quelle mesure peut-elle être perçue comme une imago, mentale ou matérielle ? Dès lors qu’elle manifeste le double caractère sacramentel/saint et magique/diabolique de l’écriture, l’inscription participe aussi fréquemment de pratiques magiques et prophétiques, que les romanciers se plaisent à mettre en scène.

Galaad et la nef inscrite du roi Salomon: Le Roman de Tristan (15e siècle) Bibliothèque de Dijon, ms 527, f. 115

En prose mais également en vers, anonyme ou signée, brève ou prolixe, mouvante, illisible ou monumentale, reposant sur le métal, la pierre, le bois ou la chair, l’inscription romanesque possède de multiples facettes, qui en disent long sur le pouvoir de l’écrit au Moyen Age. Son caractère énigmatique et le déchiffrement qu’elle demande, son caractère prophétique annonçant l’avenir, son caractère d’intervalle enfin sont autant d’aspects mettant à l’épreuve le sens, le temps et l’espace dans le récit.

C’est une véritable poétique de l’inscription que fonde cet ouvrage, où l’érudition se marie avec bonheur avec l’élégance et la fluidité du style. L’épigraphie devient un outil littéraire, tandis que la littérature permet de comprendre comment l’imaginaire médiéval a perçu et joué avec cette source écrite et matérielle. Nul doute que le vaste champ qui s’ouvre ici à la croisée des disciplines sera riche et fructueux.

écritures éphémères ? CR I

Peut-on vraiment parler des inscriptions comme d’une écriture éphémère ? C’est cette interrogation, mêlant provocation et paradoxe en prenant à contre-pied un des éléments de la définition même de l’épigraphie, la durabilité, qui a été explorée lors de la première séance de séminaire. L’adjectif « éphémère » – étymologiquement qui ne dure qu’un jour – évoque le transitoire, le périssable, le fragile et le non répétable, et fait surgir des images de doigts traçant un message sur la buée d’une vitre, sur le sable, ou de reconnaissance de formes de lettres dans les nuages. Tracés plus que traces en réalité. L’écriture, à l’inverse, permet la répétition, assure la stabilité, tant temporelle que spatiale, rend permanent et durable un discours qui sinon s’évanouirait. Alors que l’éphémère semble échapper à tout type de média, les inscriptions permettent au contraire de transcender le temps et la matière, en particulier l’éphémère de la vie, du corps qui redevient poussière. À travers la question « écritures éphémères ? », c’est le rapport entre temps/temporalité et inscription qui est mis sous le feu des projecteurs. Cette question déjà largement abordée n’est pourtant pas épuisée, il reste des angles morts, notamment ceux concernant la temporalité propre de l’objet épigraphique, sa durée de vie, sa labilité, la pertinence ou l’obsolescence du message contenu sur la longue durée, la résistance du matériau, le temps de l’effacement pour ne donner que quelques pistes. Il s’agit donc de soumettre les quatre dimensions de l’inscription (matérielle, textuelle, contextuelle et fonctionnelle) au crible du temps long.

 

Pierres de différente dureté

Graver dans la pierre pour l’éternité ? A partir des inscriptions du cloître de Roda de Isabena en Espagne, Thierry Gregor explique les différents aléas qui peuvent altérer la pierre, car si le matériau brut semble pérenne et indestructible, les conditions réelles d’utilisation en modifient les qualités : le remploi et l’usure voire la désagrégation, à travers la patine, le chaulage, les maladies. Au début du processus, lorsque le bloc de calcaire est extrait de la carrière, il perd son eau de carrière ; puis, lors de la migration des sels minéraux entre l’intérieur et le parement de la pierre, se forme en surface une « peau » superficielle appelée le calcin. Deux mêmes blocs de pierre, suivant leur place dans un monument, ne subissent pas les mêmes contraintes et peuvent évoluer différemment : face au soleil, dans un endroit sujet au gel, positionnés en bas de structure, ou encore dans une étable où ils sont sujets à l’attaque du salpêtre. Les pierres environnantes jouent également un rôle, suivant la différence de dureté : la migration de l’eau est stoppée par une pierre plus dure et les échanges lors de cycles de gel, pluie, se font par la partie inférieure des blocs ce qui dissout la pierre. Les conditions environnementales, l’eau, les sels, les altérations biologiques et la pollution agissent sur la désagrégation des pierres. S’ajoute le rôle de l’homme : défauts de mise en œuvre, usage et changement d’usage, manque d’entretien, traitements inadaptés, fréquentation excessive et vandalisme. Que les problèmes soient d’ordre mécanique, physique ou biologique, ils entraînent des pathologies. 

Desquamation

La pierre peut perdre de la matière, connaître une altération chromatique ou des dépôts, comme encroûtement ou l’efflorescence, avoir une colonisation biologique par des algues, lichen, mousse ou moisissure etc. Plus de 70 pathologies existent et sont parfois concomitantes. Les centaines d’inscriptions du cloître de Roda, de l’incision à la gravure profonde, montrent les différents stades et états de conservation des pierres, certaines ayant subi des désordres allant de la simple usure à l’effacement quasi total. Une telle étude fine de la vie de la pierre apporte un éclairage nouveau sur l’histoire du cloître, ses démontages et remontages, subodorés lors de la dernière mission de terrain.

 

C’est un autre matériau que Marie Charbonnel a mis sur la table : la peinture monumentale, se demandant si ce médium devait être considéré comme moins durable que la sculpture. Contrairement à cette dernière, l’écriture ne prend pas forme par l’enlèvement de matière, mais par un ajout, de nature différente, sur une surface préparée à la recevoir. Les sépultures des grands prieurs de la commanderie hospitalière de Saint-Jean de Montbrison, siège de la langue d’Auvergne, montrent une cohabitation des messages gravés et peints, pensés comme un tout à la fin du XIIe et au XIIIe siècle. Ils n’étaient donc pas considérés comme différents dans leur rapport au temps. Il en va de même pour l’ensemble mémoriel d’Isabeau d’Arcourt comprenant peintures murales et plaque inscrite au XIVe siècle. Confie-t-on cependant le même message à l’un et l’autre médium ? Une inscription lapidaire peut d’ailleurs avoir recours à la peinture et la polychromie pour amplifier sa lisibilité. La plaque de fondation de Barthélémy Buyer, imprimeur, dans l’église Saint-Nizier à Lyon, a été réalisée au milieu du XVe siècle, et les lettres sculptées ont été remplies d’un enduit noir. La peinture peut surtout être recouverte par une autre couche de peinture qui vient par exemple remettre au goût du jour un thème iconographique comme au prieuré de Notre-Dame à Cloyes-sur-le-Loir, un premier Christ en majesté des XIe-XIIe s. est recouvert d’un second au tournant des XIIIe-XIVe s. Le degré d’épaisseur du palimpseste dépend surtout du degré d’occupation du monument. La peinture n’entraîne pas une logique d’effacement, mais de recouvrement partiel ou total ; elle permet justement les retouches, les reprises, et en ce sens peut être en permanence actualisée.

La cire est le troisième matériau traité grâce à l’intervention de Philippe Jacquet, « une écriture fragile pour le temps, le quotidien d’un restaurateur de sceaux ». La cire d’abeille est composée d’éléments organiques qui se détériorent facilement. Matériau de couleur jaune, elle est hydrophobe, et sa densité lui permet de flotter. Suivant la température, elle est solide, malléable ou liquide.

Sceau de Pierre de la Chatre, patriarche de Bourges

C’est une matière ductile. Pour réaliser les sceaux, elle ne s’emploie pas pure mais avec des pigments (terre colorée, minium, cinabre, vert de gris) qui viennent modifier son comportement. On y ajoute aussi des corps gras (suif de mouton), facilitant la mise en place du sceau.

Ces additifs modifient toutefois le vieillissement de la cire avec la perte des composants volatiles qui la rendent encore plus cassante. Les zones de vieillissements des sceaux peuvent varier, notamment autour des liens (lacs de soie, rubans tissés, cordelettes de chanvre, bandes de parchemins etc.), mais les légendes, étant habituellement une écriture périphérique, sont les plus souvent atteintes par la dégradation, que ce soit l’effritement, la perte de substance ou à cause d’un choc reçu. Les altérations peuvent donc être physiques, biologiques ou encore chimiques. La question de la fragilité et de l’altération du sceau n’est pas nouvelle et s’est posée dès le Xe siècle. Un sceau cassé, par exemple, met un jeu sa propre validité et en conséquence celle du document, l’un et l’autre faisant partie du même système. Témoignent de cette préoccupation de bonne conservation du sceau la nécessité de renforcer les inscriptions sur le contre-sceau, ou encore l’existence de petites boîtes en bois et de petits sacs de parchemins garnis d’étoupe.

            La seconde partie de la journée a porté sur l’actualité de la recherche en épigraphie. Annick Gagné a présenté les résultats de sa thèse de doctorat en cotutelle entre l’Université Laval à Québec et l’Université de Poitiers (soutenue le 18 décembre 2019 au CESCM), insistant sur les inscriptions de dédicace et la restauration sociale et matérielle de l’Église. Ces textes gardent la trace épigraphique du rituel qui opère une transmutation de l’espace, la maison de pierre bâtie par les hommes devenant Maison de Dieu. Une nouvelle typologie à partir de l’étude du formulaire de ces inscriptions liées à la consécration (environ 245 pour toute la France) a fait émerger les inscriptions « brèves » de dédicace, qui sont concentrées dans le sud de la France entre le IXe et le XIIs. (63 textes). Les éléments textuels fondamentaux – la date, le verbe de consécration, le nom du saint patron – sont similaires à l’ordre des informations du calendrier liturgique.

Inscription de Saint-Pierre-de-Bessuéjouls

Ces inscriptions ont donc une forme textuelle qui les distingue, à laquelle s’ajoute une irrégularité de l’écriture dans la plupart des cas. Certains supports et localisations ont été privilégiés pour placer ces textes, que ce soit pour leur valeur esthétique et symbolique, ou par leur association à un élément important, voire un élément pivot de la structure ecclésiale. Le support qui revient le plus souvent est la pierre d’appareil, appartenant au piédroit, au pilastre ou pilier ou au mur, mais les linteaux, les chapiteaux, les corniches et les autels sont aussi utilisés. En replaçant les objets-supports dans leur élément architectonique il est apparu clairement que ceux-ci sont liés à un lieu de passage, dont les principaux sont la porte et l’arc triomphal. Les inscriptions sur d’autres éléments, tels que le mur, une arcade aveugle ou encore la toiture, ont ensuite permis d’approfondir la signification de ce contexte. Sous le porche, sur l’arcade du mur nord, ou encore sur le mur de l’abside, elles sont toutes visibles avant de pénétrer dans l’église ou en franchissant la porte : elles s’imposent à la vue du fidèle avant ou au même moment où il aperçoit l’autel, qui contient les reliques des saints, qui ouvrent une autre porte, celle entre l’espace terrestre et l’espace céleste . Ces lieux apportent donc une charge symbolique supplémentaire – étroitement liée à la transformation et à la présence des saints dans l’édifice – à l’inscription brève de dédicace.

Morgane Uberti présente le projet Inscriptions de Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (IGAMA). L’épigraphie de cette période de transition est, en France, l’impensé des grandes entreprises éditoriales qui traitent soit de l’Antiquité classique (ILA-Inscriptions Latines d’Aquitaine, ILN-Inscriptions Latines de Narbonnaise), soit du Moyen Âge (CIFM – Corpus des inscriptions de la France médiévale). Le RICG – Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, après la publication de trois volumes, est tombé en déshérence après 1991. Depuis deux ans, grâce au financement de la Fondation Vauchez (Balzan), la documentation réunie par les chercheurs du RICG (notes, clichés, relevés), matériau riche et inédit, a commencé à être collectée et archivée au CESCM et au Centre Camille Jullian à Aix. Un pré-inventaire des inscriptions est en cours, notamment pour les petits objets jusqu’alors exclus du RICG : ce fut le travail mené par Cheyenne Noel à l’automne 2018. Un projet inter-MSHS (Poitiers, Bordeaux, Aix) a été déposé dans le but de créer les conditions du lancement d’un véritable Corpus des inscriptions du Ve au VIIIe siècle en Gaule, et de fédérer les chercheurs concernés, les spécialistes des pratiques d’écriture, et les homologues étrangers (italiens, espagnols, allemands) pour penser un projet ultérieur à échelle européenne (ANR DFG). Il ne s’agit pas de relancer le RICG en tant que tel, mais de repenser l’ensemble de la documentation de cette période en ne se limitant plus aux seules inscriptions dites chrétiennes, participant ainsi aux réflexions épistémologiques sur la discipline épigraphique (sa nature, ses limites). La vertu de cette approche englobante est de mieux rendre compte de la diversité des pratiques et/ou cultures écrites entre Antiquité et Moyen Âge tout en s’interrogeant sur l’idée – répandue – d’un déclin culturel mesuré à l’aune unique de la disparition des inscriptions monumentales. La Gaule se présente par ailleurs à cette période comme un espace de mobilité (migrations germaniques) et de pluriculturalisme (langues, croyances) propice à des phénomènes d’hybridation dans les pratiques d’écriture, dont il reste à mesurer les modalités et les degrés.

Art textile et épigraphie

Le 15e Congrès international d’épigraphie médiévale et moderne organisé par les Académies allemandes se tiendra du 12 au 14 février 2020 à Munich, sous le titre : Über Stoff und Stein: Knotenpunkte von Textilkunst und Epigraphik.

C’est sur les inscriptions sur tissu, des tapisseries aux vêtements liturgiques, de la soie au coton, domaine largement resté en marge des études épigraphiques, que se focalisera le colloque.  Les questions de culture matérielle, d’exécution technique, d’artisans, de mode, des rapports socioculturels mais aussi artistiques, de représentation du tissu et des inscriptions dans la pierre seront au cœur de ces trois jours de conférence.  Une exposition « Schrift&Textil » aura également en parallèle, à l’Académie des sciences de Bavière.

 Programme: Flyer ÜSS Druckdatei 

Afficher le droit au Moyen Âge : les chartes lapidaires en discussion

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche.

La première séance du séminaire SCRIPTA « Afficher le droit au Moyen Âge : les chartes lapidaires en discussion » s’est tenu le 9 septembre 2019 à l’École des hautes études en sciences sociales. Premier acte d’une exploration en quatre temps, il était consacré à la mise en perspective de la documentation épigraphique médiévale relative à l’expression du droit et de la loi avec les inscriptions tardo-antiques, byzantines ou modernes. L’occasion d’aborder des définitions, de clarifier le vocabulaire, de poser les questions théoriques, mais plus encore de constater l’immense diversité des formes épigraphiques à prendre en compte dans le cadre de cette recherche.

Un résumé est proposé par Vincent Debiais à ce lien.

La deuxième séance est prévue le jeudi 16 janvier de 14h-17h, avec pour thème : « Questions de forme, questions de format ou comment faire charte ». Il sera consacré à la question d’objets manuscrits contribuant à l’expression du droit ou de l’autorité, et qui adoptent des formes et des formats hors du commun. Dans cette mise au défi de la diplomatique, la taille, la disposition, le support du texte contribuent-ils à l’efficacité des décisions, à leur diffusion, à la promotion des émetteurs, au règlement des états de tension ou de désordre ? En repartant des réflexions collectives de la première séance, en particulier du rapport dialogique entre autorité et authenticité de l’acte diplomatique dans sa dimension matérielle, ce deuxième rendez-vous sera l’occasion d’aborder les inscriptions au prisme des chartes et d’interroger peut-être plus précisément la pertinence de l’expression « charte lapidaire ».

  • Sébastien Barret (IRHT)
    Faire charte : une introduction

  • Claire Lamy (Université Paris Sorbonne)
    Des copies pour renforcer l’autorité ? Note sur une série de copies faites à Marmoutier à la fin du XIe siècle

  • Marlène-Helias Baron (IRHT)
    Les pancartes cisterciennes, des chartes comme les autres ?

Lieu

Campus Condorcet
Centre de colloques
Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers
16 janvier 2020 – 14h-17h
Renseignements : vincent.debiais@ehess.fr

 

 

Pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne : Archives, Instrumentum

Auteurs : Cheyenne Noel et Morgane Uberti

L’obtention en 2018 de fonds de la Fondation Vauchez-Balzan (Académie des inscriptions et belles lettres) pour un pré-inventaire des inscriptions de la Gaule Chrétienne a permis le classement des archives de deux éminentes chercheuses – Nancy Gauthier et Luce Pietri – membres actives de l’équipe engagée dans la publication des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la renaissance carolingienne (RICG). Ce projet lancé aux débuts des années 1970 par Henri-Irénée Marrou et financé par le CNRS avait donné lieu à l’édition des inscriptions de trois provinces gauloises entre 1975 et 1997 (Viennoise du nord, Belgique première, Aquitaine première).

Fonds Luce Pietri. Fragment d’une notice d’une inscription funéraire provenant de Lyonnaise

La documentation laissée au CESCM par Nancy Gauthier et Luce Pietri rassemble recherches, photographies, notices d’inscriptions non publiées. Dans le même mouvement a été initié un travail de recension des inscriptions données comme tardo-antiques et alto-médiévales mentionnées dans ces fonds. Le récolement s’est accompagné de l’élaboration d’un outil de pré-inventaire permettant à terme, l’exploitation de ces données.

Dans la continuité du travail d’archivage et de pré-inventaire des inscriptions tardo-antiques de Gaule engagé par Morgane Uberti entre mai et juillet 2018, la mission de Cheyenne Noel, en décembre 2018, a permis de clore le classement des archives documentaires léguées par Luce Pietri et Nancy Gauthier au printemps 2018 et d’enrichir l’inventaire de 186 inscriptions pour la seule Germanie. Cheyenne Noel, intégrée au projet en raison de son travail de doctorat sur le mobilier liturgique tardo-antique et médiéval avait également pour mission le recensement de ce matériel en tant qu’il était épigraphique.

Face à la difficile identification de la fonction des documents rencontrés, à l’indétermination des contextes, sa mission est allée bien au-delà de l’établissement d’un corpus d’une catégorie d’objet. La mission de Cheyenne Noel a été aussi l’occasion de lancer et penser le recensement et l’intégration à l’outil de pré-inventaire du petit mobilier inscrit, quel qu’il soit.

Plat dit de « Montbellet », IVe/Ve siècle, Musée Denon
Détail de l’attache du plat dit de « Montbellet »

La collecte a donc porté plus largement sur tout type de « petit » mobilier inscrit afin de dresser un premier bilan d’une documentation finalement peu connue et mal référencée. Après un premier dépouillement des corpus existants (Le Blant, E., Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe s., I-II, Paris, 1856-1865 ; ibid. Nouveau Recueil, Paris, 1892), ce sont les archives de Nancy Gauthier relatives aux inscriptions provenant de Germanie Première (Mayence, Andernach, Worms, Bingen et environs) qui ont été consultées. Cette première exploration a permis l’enregistrement de 61 inscriptions « mineures » dans l’outil de pré-inventaire ; les volumes d’Edmond Le Blant n’en référençaient que 34 pour l’ensemble de la Gaule.

Gourde de Concevreux, VIe siècle, Musée des Beaux-Arts de Cambrai

Ces inscriptions montrent la très grande diversité des objets portant un écrit, des matériaux, des messages qui y sont inscrits mais aussi des contextes d’utilisation ou, pour le moins, ceux supposés. Aussi trouve-t-on une ‘gourde’ en bronze, des stylets en bronze, des cuillères d’argent, des anneaux, des fibules, une lance, entre autres…

Se constitue ainsi un vaste corpus documentaire qui soulève nombre de questions sur les modalités d’usage(s) de ces objets, sur la valeur de l’écriture dans la détermination d’une fonction tout interrogeant nos propres pratiques lorsqu’il s’agit d’identifier et classer ces objets. Cet inventaire rendra compte, à terme, de la richesse et de la variété du phénomène épigraphique dans la Gaule tardo-antique et alto-médiévale.

C’est donc un travail de très longue haleine qui s’est engagé en 2018, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers. Le soutien financier de la fondation Vauchez-Balzan, la confiance de Luce Pietri et Nancy Gauthier ont permis de poser les premières pierres d’un projet qui ne peut être pensé que sur le long terme, dans le partenariat et la mutualisation des efforts et des savoirs. La confiance de la fondation Vauchez-Balzan, reconduite pour l’année 2019, permet d’avancer un peu plus ce travail de recensement et d’engager une réflexion sur les modalités de sa pérennisation.

 

SEMPER 29/11 : Écritures éphémères?

La première séance du séminaire SEMPER aura lieu vendredi 29 novembre, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h, sur le thème « écritures éphémères ».

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Introduction et premiers dossiers

  • Thierry Grégor, « Roda de Isabena, comment des inscriptions  gravées dans la pierre peuvent devenir éphémères : patine, chaulage, maladies »
  • Annick Gagné, « Inscription de dédicace et restaurations sociale et matérielle de l’Eglise : quelques exemples du sud de la France (IXe-XIIe s.) »

Dossiers de l’après-midi :

  • Marie Charbonnel, « L’inscription peinte et son rapport au temps »
  • Philippe Jacquet, « Maux de cire, une écriture fragile pour le temps »
  • Cheyenne Noël, « Les inscriptions de la Gaule chrétienne : réflexions sur l’établissement d’un pré inventaire »
  • Morgane Uberti, « Inscriptions tardo-antiques des Gaules : perspectives »

Nouvelle mission à Roda, nouvelles découvertes

(compte rendu co-écrit par Vincent Debiais, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Anne Rauner, Morgane Uberti)

Profitant de l’achèvement des travaux de restauration du cloître (mai-juillet 2019), une nouvelle mission épigraphique a été organisée fin août à Roda de Isábena (Espagne, Province de Huesca, Aragon). Rappelons le caractère exceptionnel de ce site au regard de l’épigraphie en Europe et plus généralement du Moyen Âge latin : d’une part, la concentration de plus de 220 inscriptions funéraires (soit près de 8000 lettres) dans l’espace claustral, toutes réalisées entre le XIIe et le XIVe s. et présentant une réelle harmonie textuelle. D’autre part, le fait que ces inscriptions ne sont pas gravées sur des plaques préparées à l’avance et encastrées ensuite (comme dans le cloître de la cathédrale d’Elne – CIFM 11, p. 54-75 – ou à Saint-Bertrand-de-Comminges, de l’autre côté des Pyrénées – CIFM 8, p. 51-76), mais le sont directement sur les éléments architecturaux (tailloirs, chapiteaux, claveaux, moellons).

L’objectif était cette fois-ci de compléter les informations relevées sur ce vaste ensemble épigraphique lors de la première campagne de terrain réalisée en février 2018 (voir le compte rendu), en se focalisant sur un certain nombre d’aspects : la technique de gravure et l’usage de la peinture, la présence de cadre, de décor ou de réglures, les modules de lettres, l’utilisation de certains allographes tel le O pincé ou le Z pour le S, l’usage de la ponctuation (dont la forme triangulaire), l’ordre des formules, la présence d’un millésime en plus de la date calendaire. Les données réunies seront croisées afin de voir si des regroupements pertinents apparaissent et s’ils peuvent être interprétés en termes de datation, de phasage, d’identité graphique…

Avec ce travail collectif sur Roda, le premier enjeu est donc méthodologique, puisque le site permet la mise en œuvre d’une approche très globale de l’inscription, dans toutes ses composantes en tant qu’objet disposant de caractéristiques propres mais aussi dans ses interactions avec son environnement. A ce titre le projet permet de réfléchir à un protocole d’analyse de l’inscription dans son contexte. L’observation renouvelée chaque jour, pendant plusieurs heures, avec un éclairage variable et parfois de nuit, a permis de nouvelles trouvailles. Certaines inscriptions qui se présentent à l’envers ou découpées étaient déjà des indices de modifications antérieures subies par les supports et les textes au sein du cloître dont l’histoire sur le temps long est mal connue. Les datations établies jusqu’à présent (fin XIe ou milieu XIIe s. pour le cloître, et 1240-1250 pour les premières inscriptions de la main du « maître de Roda ») ne résistent pas à l’analyse des cintres des arcs, des maçonneries, des marques de taille, aux vestiges d’inscriptions effacées. Tous ces éléments sont des  preuves supplémentaires des lourdes transformations qu’a connues le lieu, sans doute dès le Moyen Âge central comme ils sont les indices d’une manipulation et d’une gestion des inscriptions au cours du temps. De fait, l’économie des inscriptions de Roda (maintien, dépose, déplacement, ré-installation, regroupements a posteriori) est à penser dans un lien direct avec l’histoire de l’ensemble claustral depuis la fin du XIe s., date supposée pour sa construction.

Cette seconde mission a donc été très fructueuse, les intuitions de départ ont trouvé confirmation et ont même été dépassées par de nouvelles découvertes. Celles-ci seront présentées dans un article de synthèse qui sera livré à l’été 2020.

SEMPER: actualités de la recherche en épigraphie

La seconde séance du séminaire SEMPER « épigraphie en mouvement II », qui eut lieu le 12 juin, portait sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale, les articles et projets en cours. Six dossiers ont été présentés, juste achevé, en cours de publication ou en voie de dépôt.

Robert Favreau inaugure la journée par une réflexion sur les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales, tant à travers les personnages que les œuvres. De fait, nombre d’épitaphes de l’Occident médiéval convoquent les figures antiques pour la qualité morale, physique ou intellectuelle qu’elles représentent : Pâris, auquel est comparé Sanche III (+ 1063), incarne la beauté, Hector le courage impétueux, Cicéron l’éloquence etc. Henri II à Fontevraud apparaît tel un nouvel Alexandre par la reprise d’un distique de l’épitaphe du roi de Macédoine dans l’inscription funéraire poétique du Plantagenêt. L’Antiquité est aussi présente par les œuvres elles-mêmes : l’art d’Hippocrate, Galien, les noms des Sept Sages, ou encore l’histoire d’Achille. À ces figures antiques s’ajoutent les citations d’auteurs classiques, mais dont on ne sait pas toujours si leur connaissance est directe ou via un auteur du Moyen Âge : Homère, Virgile, Ovide, Horace sont les plus fréquents, Phèdre au réfectoire de Fleury, un distique de Caton dans le cloître de Charlieu, Lucain dans l’épitaphe du roi de Jérusalem, Amaury… Enfin, certaines œuvres antiques furent christianisées : les 27 vers des oracles sibyllins devenus prophétie chrétienne, à la façade de la cathédrale de Laon ou dans les peintures murales des Salles-Lavauguyon ; le Physiologus etc. [Cet article est désormais paru dans le Journal des savants, 2019, p. 92-124]

Clément Dussart présente les résultats de sa thèse de l’École nationale des chartes soutenue le 11 juin, sur les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude pratique et théorique. Partant du double constat que ces sources écrites sont mal étudiées et en voie de disparition, l’approche proposée se situe à la croisée de la paléographie, de l’épigraphie et de l’archéologie. L’identification des grands sites de gisement, tels les espaces carcéraux (château de Selles, tour des prisons à Auxerre, prison synodale de Sens par ex.) ou certains objets plus circonscrits comme les tables d’autels, montre immédiatement la polymorphie et la polysémie de cette écriture ordinaire, éphémère et libre, semblable de visu à ce qui relève du parchemin. Elle nécessite l’établissement d’une méthodologie éprouvée, pouvant servir ensuite à vaste échelle. Le château de Selles à Cambrai a fourni le terrain idéal: photos et/ou scan 3D, relevé à partir de l’image, notice pour chaque graffito et tableau paléographique pour comparaison sont les étapes nécessaires. Nombreuses sont les difficultés:  due à la dégradation, à la superposition des couches d’écriture et d’images, faisant l’effet d’un palimpseste. Mais sauvegardées, valorisées et bien exploitées, ces sources ouvrent un champ immense pour redonner voix aux oubliés de l’histoire.C’est sur une « star de l’épigraphie limousine » que Manon Durier s’est penchée : l’épitaphe de Ramnulfe dans l’abbatiale Saint-Pierre de Lesterps (généralement datée de la première moitié du XIIe s.), plus « utilisée » en réalité qu’étudiée. Au XIe s., la communauté de Lesterps, située aux confins des diocèses de Limoges et Poitiers (département actuel de la Charente), est en pleine refondation tant matérielle que spirituelle. Ramnulfe devient abbé des chanoines désormais réguliers. Tracés sur une pierre de grande taille (128 x 122 cm) format page, 7 hexamètres léonins à rimes riches mis en ligne forment son épitaphe. Les quatre premiers brossent un portrait du défunt en tant qu’abbé idéal représentant de la communauté, mis en valeur par la recherche graphique (jeux de lettres, caractères perlés voire végétalisés) et les trois suivants sont un appel à la commémoration, dans le cadre liturgique et communautaire (demande de chanter le Requiem). Mais pour cette commémoration, nécessité est de connaître la date de décès, or celle-ci semblait absente de l’inscription. M. Durier propose de voir dans la lettre I isolée verticalement entre deux séries de trois points verticaux le chiffre 1 : ce détail marginal fournit la clé de l’énigme, c’est au 1er août que la mémoire de Ramnulfe était célébrée. (CIFM I-3, Charente 28, p. 46-47)

C’est sur le courant d’études portant sur les migrations, les mouvements de peuplements, liés à l’actualité, et leurs traces épigraphiques que Cécile Treffort est revenue. Voyages aller-retour, itinérances de marchands ou d’artistes, déplacements définitifs forcés (déportations) ou volontaires (liés au mariage, à une fonction), les inscriptions révèlent une partie des indices plus qu’elles ne livrent de vraies explicitations sur ces déplacements. Une pierre de l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, aujourd’hui au Musée Sainte-Croix, commémore le moine Vitalis, un sacriste passé par Cluny, qui meurt à Poitiers, qui était d’origine vénitienne (CIFM I-1, 28, p. 46-47). On peut se demander qui décide de cette mention, exceptionnelle autant que l’origine même (extitit nacione venetus). La pratique anthroponymique est également utile pour voir les déplacements, surtout au haut Moyen Âge : les noms d’origine germanique sont un marquage fort, avant de devenir à la mode. Certaines formules suivent des groupes et les identifient ; tel est le cas de l’expression « sic obiit » dans l’épitaphe de Madalfredus, présente uniquement à Poitiers, Angers, Tours et en Catalogne. Des indices matériels ou graphiques peuvent enfin exprimer des déplacements : utiliser de l’ardoise pour l’épitaphe d’Adda au IXe s. (conservée au Musée Sainte-Croix de Poitiers), alors qu’on n’emploie que du calcaire en Poitou, montre l’origine angevine de la défunte (CIFM I-1, 28, p. 46-47). Il était sans doute évident pour le spectateur que ce support n’était pas local, peut-être rappelait-elle le marbre noir et les lettres pouvaient être peintes en doré. Mais qui a commandé la pierre ? Où a-t-elle été gravée, car cela demande de vraies compétences ?

Fausta Lastella a proposé un aperçu de l’ensemble épigraphique de l’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie). Autour de l’abbaye, à flanc de falaise, se trouvent de nombreux ermitages avec un potentiel épigraphique riche et encore non exploité. ces chapelles et pièces creusées dans la roche ou occupant des cavités naturelles, ont reçu des fresques et des inscriptions ainsi que des graffiti alphabétiques et figuratifs. Depuis les années 1990 elles sont nettoyées pour être sauvegardées. L’ermitage San Gregorio, le plus grand de l’ensemble avec 200 m2, montre une inscription de louange au Christ; celui du Moulin porte inscrit « in conceptione tua virgine« , tandis qu’une peinture de saint Jean-Baptiste donne une citation de l’évangile de Matthieu (XI, 11) « inter natos mulierum« . D’autres chapelles permettent de voir des graffiti figurant l’arche de Noé ou encore la Jérusalem céleste. Bref, un potentiel inexploité qui mériterait une étude approfondie, analysant et comparant les écritures afin de la dater et de comprendre la raison de ces messages.

A partir de son travail en cours (édition et étude) sur les inscriptions du Royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Estelle Ingrand-Varenne prépare un nouveau projet intitulé GRAPH-EAST qui, en changeant d’échelles et de paradigmes, veut proposer une archéologie de cette écriture  épigraphique en alphabet latin et considérer les modalités de son insertion dans l’horizon sociographique de la Méditerranée orientale des 7e-16e s. C’est donc le contact, les relations et compétitions avec le grec, l’arabe, l’hébreu et les écritures des chrétiens orientaux (arménien, géorgien, syriaque etc.), qui est au cœur, pensé comme reflet des enjeux politiques et religieux, sociaux et culturels de cet espace.  Le projet vise 4 objectifs : 1) rassembler et éditer toutes les inscriptions et en partie les graffiti en caractères latins, conservés ou disparus, de la Méditerranée orientale, 7e-16e s. (2000-2500 textes); 2) étudier l’histoire de la réception de l’objet épigraphique dans une vision diachronique, du Moyen Âge à la sauvegarde actuelle du patrimoine, en passant par la création des collections muséales ; 3) penser l’épigraphie en mouvement et au prisme des transferts culturels entre Occident et Orient ; 4) proposer une histoire connectée des épigraphies en analysant l’écriture latine en interaction avec les écritures environnantes grâce à la création d’une équipe internationale.

Le séminaire SEMPER se poursuit en 2019-2020, avec une nouvelle thématique proposée à la rentrée.

Afficher le droit au Moyen Âge : les chartes lapidaires en discussion

Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL « Histoire et pratiques de l’écrit », le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche. Premier rendez-vous le 19 septembre prochain !

Montélimar (26), église Sainte-Croix. Charte lapidaire (1198)

La réflexion sur la question de l’affichage épigraphique du droit au Moyen Âge prend pour point de départ la notion de « charte lapidaire » qui conjoint dans un même syntagme une catégorie diplomatique et un matériau dur et durable, et qui désigne une grande variété d’inscriptions présentant des similitudes – qu’il conviendra de lister et de qualifier – avec la documentation diplomatique médiévale. En arrière-plan, elle interroge la capacité de la pratique épigraphique à fonder, affirmer et transmettre le droit, et soulève donc un grand nombre de questions : le geste de communication qui consiste, par exemple, à apposer une inscription dans la ville est-il de nature juridique ? Comment penser ce geste d’exposition dans le scénario diplomatique ? L’effet produit par l’affichage épigraphique acquiert-il dans les moyens mobilisés (localisation, forme, graphie) une réalité symbolique, pragmatique, voire performative ? Si tel est le cas, comment passe-t-on d’un acte diplomatique à l’exposition de son contenu ?

Le programme de recherche Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires a pour intention de revenir sur l’ensemble de ces questions dans une perspective anthropologique, celle du lien entre action juridique et geste graphique, et dans le contexte de l’écriture exposée. 

Le contexte chronologique envisagé est celui d’un très long Moyen Âge central allant du XIe au XIVe siècle et l’inventaire concerne l’Europe occidentale, sans s’interdire cependant des incursions en-deçà et au-delà de ces repères chronologiques et géographiques car ce sont bien les phénomènes de structure, de permanence ou au contraire de transformation, qui permettront, en dialogue avec l’unicité de chaque document, de déceler les enjeux graphiques et langagiers de ces objets complexes.

Le programme de recherche est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique. Dans ces actions, il réunit autour d’objets concrets des spécialistes de diplomatique, de paléographie, d’épigraphie et d’histoire du droit pour approcher de façon globale chaque geste d’écriture exposée, dans une entreprise qui cherchera à dépasser le clivage entre fonction diplomatique et fonction symbolique en explorant les notions de trace, d’empreinte, d’image ou encore d’écho.

Cheffes (49), église Notre-Dame. Inscription mentionnant la fondation et la consécration de l’église (1167)

Le projet est porté par l’École des hautes études en sciences sociales, au sein du Centre de recherches historiques et du groupe de recherche Anthropologie historique du long Moyen Âge. Il est organisé en étroite collaboration avec Sébastien Barret (Institut de recherche et d’histoire des textes), Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes), Laurent Morelle (École pratique des hautes études) et Marc Smith (École nationale des chartes/École pratique des hautes études).

Les quatre établissements réunissent à cette occasion leurs expertises respectives dans les différents domaines de la culture écrite médiévale et dans les disciplines de l’érudition (paléographie, diplomatique, épigraphie) en les concentrant, de façon originale, autour des objets épigraphiques, généralement laissés à la marge de ces questionnements. Il s’agit donc par cette réflexion collective de proposer une approche globale du phénomène graphique pour comprendre son impact dans l’histoire des pratiques écrites. Plutôt que d’envisager une approche interdisciplinaire, il s’agira de mesurer la capacité des formes et des contenus à passer d’un support ou d’un objet à l’autre, et de signaler ainsi la porosité des frontières disciplinaires et la nécessité de les dépasser.

Les deux premières séances se tiendront les jeudis 19 septembre et 5 décembre à l’École des hautes études en sciences sociales (54, boulevard Raspail, salle A4-47) de 14h à 18h.

Elles seront consacrées aux sujets suivants : (1) « Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne » (19 septembre 2019) ; (2) « Questions de forme, questions de format ou comment faire charte » ( 5 décembre 2019) ; le programme détaillé des séminaires sera disponible dès la rentrée.

Les deux séances au premier semestre 2020 poursuivront la réflexion avec les thèmes (3) « Documents écrits et documents figurés : les liens avec l’image » et (4) « Réseaux d’écriture et intertextualité : les chartes en absence ».

Les séances sont ouvertes à tous et feront l’objet de comptes rendus systématiques des présentations et des discussions. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Vincent Debiais. 

Le projet MEDNAME à Leeds

2 sessions liées au projet MEDNAME (PHC Van Gogh Poitiers-Utrecht) auront lieu au congrès de Leeds (1er-4 juillet 2019) dont le thème général cette année est : « Materiality ».

Names in sacred spaces: studying the intentions and effects of the act of writing one’s name-I: Constructing sacred spaces

Tuesday 2 July 2019: 09.00-10.30; session 545

Abstract: The session focuses on the relationship between written names and sacred spaces, exploring the role(s) that the act of naming as well as the physical action of writing names played in the construction of the sacrality of the space on which those names had been written down. Papers address names of both the saints and the faithful that are scratched (Paper A), carved (Paper B), or painted (Paper C) on sacred objects and sacred places, ranging from the epigraphic ‘relic-labels’ which identified the relics, to graffiti on church walls and the pictorial narratives in crypts of Romanesque churches.

Paper A. Carlo Tedeschi: “Hic fuit”. Scratching names on sacred walls

Paper B. Elisa Pallottini: Names and (instead of?) relics. The ‘materialities’ of saints’ names on epigraphic relic authentics

Paper C. Estelle Ingrand-Varenne: The Names in the Frescoes of the Crypt in Saint-Savin Abbey

Moderator: Julia Smith

Names in sacred spaces: studying the intentions and effects of the act of writing one’s name -II: Who is (not) named

Tuesday 2 July 2019: 11.15-12.45; session 645

Abstract: The session explores the meanings underlying the presence of names within, or absence from, the church and sacred texts. Papers focus on those individuals whose names were not written down or inscribed, or were removed (Paper A), and those whose names were put on the contrary in prominent positions, and were thus considered particularly worthy to be named (Paper B). The respondent of the whole strand will draw some conclusions on the different forms and references of names which may help us understand the intentions and effects of the act of naming and materializing names in sacred spaces.

Paper A. Marco Mostert: Beyond the pale. Those who were not worthy to be named.

Paper B. Annick Gagné: Inscribing the name of bishops in the church (France, 11th-13th).

Respondent: Janneke Raaijmakers

Moderator: Els Rose

Un workshop sur la taille de pierre intitulé « Romanesque Carving Workshop » mené par Thierry Grégor aura également lieu.

Tuesday 2 July 2019: 14.15-15.45; session 742

Abstract: This workshop aims to present the tools (from the mallet and the chisel to the tip and the pump drill) and the techniques of letter carving (hollow and relief), used by a stonecutter, specially during the Romanesque period. After a theoretical part dealing with the various kinds of stone, the preparation of a stones (roughing out, smoothing, tracing the ruling, preparing the letters) and the handling of the tools, the participants, provided with all of the tools, materials and safety equipment, can try to cut an inscription in a limestone.