Archives de catégorie : Billets

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

La deuxième séance du séminaire SEMPER aura lieu mercredi 12 juin, au CESCM (salle Crozet), de 10h à 17h. Elle portera sur l’actualité de la recherche en épigraphie médiévale.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Programme :

9h45: Café d’accueil

10h-12h30 Présentation des activités et premiers dossiers

Robert Favreau, « Les références à l’Antiquité dans les inscriptions médiévales »

Clément Dussart, « Les graffiti médiévaux : enjeux d’une étude théorique et pratique »

Buffet au CESCM

14h-17h Deuxième session

Manon Durier, « Épigraphie et liturgie : nouveau regard sur une star de l’épigraphie limousine »

Fausta Lastella, « L’abbaye de Santa Maria di Pulsano (Foggia, Italie) »

Estelle Ingrand-Varenne, « Comment traiter les inscriptions latines d’Orient ? Proposition d’un nouveau corpus et perspectives »

sendas epigráficas – l’épigraphie tardo-antique et medievale s’expose à la casa de velázquez

Du 10 au 29 mai 2019 se tiendra à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne) l’exposition intitulée Sendas epigráficas qui met en perspective les objets épigraphiques de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge avec des œuvres originales créées par six artistes en résidence à l’Académie de France à Madrid. Pensée comme le colophon du programme de recherche LIMITS, l’exposition donnera lieu à une publication en ligne réunissant le catalogue et des textes originaux rendant compte de cette rencontre entre les disciplines et les pratiques.

Au cours des années 2017-2018 se sont tenues à la Casa de Velázquez à Madrid trois journées d’études consacrées aux limites chronologiques, matérielles et alphabétiques de la culture épigraphique entre Antiquité tardive et époque moderne, dans le cadre du programme bilatéral LIMITS entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, avec le soutien du CESCM. Elles ont donné lieu à de très riches discussions méthodologiques autour de la définition de l’objet épigraphique, de ses fonctions, de ses permanences sur le temps long de l’histoire de l’écriture. Elles ont également permis de mesurer l’immense créativité graphique mise en œuvre par les scripteurs médiévaux qui ont joué de la beauté plastique des signes pour créer des objets dotés d’une profondeur esthétique indéniable.

Le constat d’une beauté intrinsèque de l’inscription, en tout cas d’une capacité du matériau épigraphique à devenir le lieu d’une recherche esthétique, a conduit les coordinateurs du programme LIMITS à envisager la documentation ainsi étudiée comme un matériau à soumettre à la création artistique contemporaine. La Casa de Velázquez accueillant à la fois l’École des hautes études hispaniques et ibériques et l’Académie de France à Madrid s’est imposé comme le lieu idoine pour envisager une telle rencontre entre artistes et scientifiques. Car il s’agit bien d’une rencontre autour du matériau épigraphique, entre des spécialistes de la dimension historique et matérielle des inscriptions et des créateurs qui en ont perçu toutes les possibilités esthétiques et discursives.

Un dialogue permanent, nourri, s’est instauré entre les différents acteurs depuis le mois de septembre 2018 pour mettre en œuvre un parcours scénographique mêlant reproductions d’inscriptions (antiques, médiévales et modernes) et œuvres contemporaines, autour de trois thématiques centrales : le signe, le temps, la matière. L’exposition Sendas epigráficas multiplie donc les supports et les formes, de la gravure au dessin, de la sculpture à la création sonore, de la vidéo à l’estampage. Elle témoigne ainsi de la diversité formelle ontologique des cultures écrites pré-typographiques ; elle est aussi une invitation à penser les permanences ce ces phénomènes graphiques au moment où l’écriture se dématérialise en signaux électriques, en hologrammes, en métaphores architecturales…

Sylvain Konyali – estampe de pierre 15×20 cm encre sur papier coréen (2019)

L’exposition, qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 10 au 29 mai 2019, donnera lieu également à la production d’un objet éditorial original réunissant le catalogue des œuvres exposées à Madrid, des entretiens avec les artistes, des comptes rendus de visiteurs experts, des communications prononcées au cours des trois journées d’études du programme LIMITS. Avec ce projet ambitieux, mené dans un véritable esprit de partage, d’ouverture et de dialogue entre science et art, les commissaires de l’exposition entendent attirer l’attention d’un large public sur l’intérêt historique, culturel et artistique de cette documentation qui habitent encore avec prégnance les espaces urbains, réels ou fictifs, du monde contemporain.

Pour plus d’information, voir l’annonce de l’exposition sur le site de la Casa de Velázquez ou contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr) ou Morgane Uberti (morgane.uberti@hotmail.fr).

Épigraphie en mouvement 1 : compte rendu

C’est sur une thématique en apparence paradoxale que le Séminaire permanent sur l’écriture en dehors du monde manuscrit – SEMPER –  a choisi de s’attarder lors de cette première séance (22 novembre 2018). S’il y a bien une écriture que l’on croit naturellement liée à une certaine stabilité, une fixité, voire une immobilité, c’est l’écriture épigraphique, tant par sa pesante matérialité – en premier lieu la pierre – que par la persistance de certains choix d’écriture et de langage. Il y a pourtant bien du mouvement, des mouvements dans les inscriptions, ne serait-ce que celui de leur genèse. Comme tout acte d’écriture, l’inscription naît d’un mouvement : le geste technique à l’aide d’un outil dans une matière, qui va faire émerger des lettres sur un support. Mais plus encore, l’inscription peut être en mouvement et créer du mouvement ; et l’intérêt de ce thème est de penser l’épigraphie en termes de dynamique.

Estelle Ingrand-Varenne expose en introduction cette pluralité de mouvements : du déplacement occasionnel d’un support, qui fait partie de la vie de l’ « objet épigraphique », à la fréquence des mouvements des objets, par essence mobiles. En rester aux supports serait cependant nier la nature même de l’inscription, elle-même plurielle : matérielle certes, mais aussi textuelle, contextuelle et fonctionnelle. Le vagabondage des textes, leur circulation, tout comme la mouvance textuelle et le mouvement dans les textes sont aussi à prendre en compte. Cette première énumération amène à s’interroger sur ce que signifie « être en mouvement » pour une inscription. Les deux phases d’un objet, action et repos, posent la question de l’impact sur l’inscription qui s’y trouve : le texte est toujours présent, mais est-il plus actif, lorsque l’objet entre en action et accomplit ce pour quoi il est fait ? D’un autre côté, par sa fixité matérielle et donc temporelle, l’inscription permet de capturer le mouvement dans sa fugacité et lui donner accès à un autre type de temporalité. Dans le même temps, le mouvement permet peu la lecture : si on ne peut le lire, le texte agit-il tout de même ? S’ajoute enfin à cela l’animation du texte (mise en scène de la parole, mouvements des lettres faisant danser le regard). L’inscription peut aussi être génératrice de mouvement : qu’il soit physique, entrainant le lecteur à bouger autour du support, mais aussi intérieur (la rhétorique du « movere », des émotions) et spirituel (déclencher par exemple la prière ). Le thème du mouvement permet ainsi d’aborder de nombreux autres aux connotations diverses : déplacement, voyage, migration, transfert ; mais aussi action, interaction, animation, performance, agentivité etc.

Épée 849.48.4 avec ornement.Cliché : H. Neveu-Dérotrie / Musée Dobrée – Grand Patrimoine de Loire-Atlantique

Symbole de l’élite guerrière chevaleresque, l’épée est aussi porteuse d’inscriptions, même si peu ont été conservées (sur les 37 épées provenant de l’Ouest de la France XIe-XVe s. étudiées dans le cadre d’un Master 1, seules 3 sont inscrites), comme l’explique Valentin Louineau. Le message gravé, réalisé par damasquinage ou avec des lettres d’acier incrustées (technique du soudage), prend en général place sur la gorge, mais avec le développement de l’arête médiane au XIVe s, elles se raréfient faute d’espace. Il peut s’agir d’une signature d’artisan (selon la formule nom + me fecit), ou d’un message religieux, souvent à caractère apotropaïque. Ainsi la reprise de l’incipit du Psaume 144, évoquant le combat, et qui était récité lors de l’adoubement, est courante. La majeure difficulté réside dans le déchiffrement et la compréhension des inscriptions très brèves : on ne peut identifier de mot, peut-être parce qu’il s’agit d’abréviations (tel DIC pour Dominus Ihesus Christus ?), ou parce que l’écriture n’est ici utilisée que pour sa valeur décorative, comme c’est aussi le cas sur certains bijoux.

C’est vers les sources littéraires, particulièrement les romans du Graal qui mettent beaucoup d’inscriptions en scène, que Laurence Doucet s’est tournée, pour comparer le texte gravé sur l’épée aux « Estranges Renges » (c-à-d aux attaches inhabituelles) dans le Joseph d’Arimathie (§ 267) et dans la Quête du Saint Graal (§ 282) au XIIIe s. Dans ces deux romans, qui s’inscrivent dans un mouvement de translation de la légende du Graal, passant d’un motif païen à un motif chrétien, l’épée intervient à deux reprises, temporellement très éloignées : Nascien la découvre dans le navire de Salomon, tandis que plusieurs siècles après Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur la trouvent à nouveau. Un long texte en lettres vermeil comme du sang se déploie sur la lame, le fourreau, la garde et l’étoffe de cette épée extraordinaire, décrite comme de la plus grande richesse. La vue de l’inscription provoque un rire d’étonnement et d’incompréhension chez les chevaliers et c’est la sœur de Perceval qui en fait le déchiffrement et l’interprétation. Utilisant le futur à visée prophétique, l’épée prévient et menace par la voix du métal, la voix d’un auteur masqué. L’inscription joue ainsi de multiples rôles : à la fois symbole et énigme, devinette et mythe, trace d’un forgeron lointain.

Laurent Hablot élargit la réflexion aux autres supports de guerre portant des inscriptions, tels les étendards, écrits emblématiques en mouvement. Signe vexillaire qui a pour but de guider les troupes, objet que l’on roule, déroule, penche, lève, l’étendard n’est pas restreint aux champs de bataille, mais est aussi utilisé dans les rituels d’entrée ou de funérailles. C’est quand le cri disparaît au XIVe siècle que l’emblématique développe un nouveau système de signes figurés : la devise, qui se trouve alors sur les vêtements, les bijoux, les décors, les tapisseries, en concurrence avec l’héraldique. Les étendards avec leurs emblèmes sont peu conservés mais bien documentés par la comptabilité, qui permet de s’apercevoir que cet écrit est bien lu, compris et interprété. Élément emblématique à part entière, cet écrit a perdu sa qualité sonore, mais s’appuie sur le visuel, ce qui interroge alors que l’étendard n’est jamais étendu réellement. Dans la société hypersemiotisée de la fin du Moyen Âge, où se développe également le portrait, l’omniprésence de ce type d’inscriptions en redondance avec l’héraldique invite à réfléchir sur son fonctionnement spécifique comme signe en mouvement.

Conques, Trésor de l’abbatiale. Reliquaire dit « A de Charlemagne » (c. 1100).

C’est au travers des reliquaires qu’Elisa Pallottini a analysé l’écriture en mouvement, en partant de trois notions clés : la portabilité /mobilité, l’hybridité (ce sont des objets composites, constamment refaits) et le fait d’être inscrit (« inscriptionality » : 73% des reliquaires des 4-12e s. ont une inscription). Les reliquaires participent de plusieurs mouvements : leur propre déplacement, celui des fidèles qui ont même une interaction physique (manipulation de l’objet), le transfert d’un texte sur des supports différents, ou encore l’ajout de spolia, par exemple sur le reliquaire A de Charlemagne à Conques. S’opère également un jeu entre contenant et contenu suivant la localisation et le texte de l’inscription. Celui-ci amène le lecteur de l’espace extérieur au plus intérieur, vers la relique, et propose un itinéraire qui devient voyage spirituel, de contemplation et d’élévation.

 

Cheyenne Noel poursuit la réflexion sur les objets sacrés en se focalisant sur les premiers objets liturgiques, leurs processus d’usage et le discours qu’ils portent : patènes, calices, peignes liturgiques, passoires, cuillères, couronnes votives, ciboires etc. utilisés pendant le rituel et pouvant être considérés comme prolongement de l’officiant lui-même, mais aussi nettoyés, rangés, empilés quand ils ne servent pas. Trois objets sont présentés : un peigne datant du 8e s. à la cathédrale de Sens, sur lequel la mention PECTEN S LUPI a été ajoutée dans la seconde moitié du Moyen Âge ;

RMN-Grand-palais-Musée-de-Cluny-Jean-Gilles-Berizzi

une passoire en argent du 6e s. avec le nom de saint Aubin (+ ALBINI) ; une longue nappe liturgique découverte à Cologne, brodée avant le 10e siècle.

La journée se clôt sur deux présentations de la recherche épigraphique en mouvement. Le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne – ou comment rationaliser l’éparpillement – est présenté par Arnaud Loaëc En 1966, Paul Lemerle écrivait, « l’épigraphie byzantine n’existe pas », signifiant ainsi l’inexistence d’un corpus harmonisé. 6 problèmes peuvent être identifiés pour en expliquer les raisons. 1) la variété des matériaux, des objets, des techniques : peut-on tout traiter de la même façon ? 2) Boires et déboires du matériel épigraphique : le problème des inscriptions perdues, transmises de manière indirecte, dont le degré de fiabilité est très variable ; 3) la dispersion des publications ; 4) la dispersion géographique : il ne s’agit pas que de l’empire, mais de l’épigraphie grecque médiévale, ce qui demande un traitement géographique ; 5) la dispersion chronologique : quelles bornes chronologiques retenir, alors qu’il existe des inscriptions byzantines jusqu’au XVIIe s. ? 6) Sur le plan numérique, quel langage utiliser ? Le plus répandu chez les épigraphistes est l’XML-TEI, alors que le langage employé par AL dans sa base de données est PHP et MySQL. La question de police imitative se pose également.

Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk présentent le projet ERC The Cult of Saints qui vient de s’achever, et l’intérêt des sources épigraphiques latines et grecques – raison de leur séjour à Poitiers. Le projet sur le culte des saints, mené par l’Université d’Oxford en partenariat avec les Universités de Varsovie et de Reading, portait sur les pratiques des origines au VIe s., dans l’ensemble du monde chrétien à partir des écrits en latin, grec, syriaque, copte et arménien (dont 1100 inscriptions, par exemple les noms de saints sur des lampes à huile en Égypte). La base de données a enregistré quelques 7000 saints et permet de montrer l’extension du culte de certains saints ou à l’inverse une dévotion très locale, mais aussi l’évolution de la forme même du culte (de la mémoire des martyrs à la vénération de saints intercesseurs et auteurs de miracles, le développement des reliques, la dévotion pour les lieux et images des saints). Ce projet ERC a aussi abouti à la publication de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’origine du culte des saints, des reliques, le culte dans les villes et villages ou sur des thèmes variés. Il a aussi entrainé de nouveaux projets : tel celui sur les prêtres en Occident dans l’Antiquité tardive mené par Robert Wiśniewski à Varsovie, qui prend appui aussi sur les inscriptions.

Corpus des inscriptions et école biblique

La Bible est omniprésente dans les inscriptions du Moyen Âge tout comme dans bien d’autres écrits médiévaux. La dimension visuelle et matérielle, tout autant que verbale, de ces textes gravés dans la pierre, le bois ou le métal, amène à analyser l’ « exégèse épigraphique » au sein de la trame monumentale ou objectale de leurs supports, et plus largement comme partie prenante de l’ « exégèse architecturale » de l’édifice ecclésial. C’est à l’issue des deux colloques intitulés Mise(s) en œuvre(s) des Écritures, co-organisés avec le CESCM en 2016 et 2017, qu’un partenariat s’est monté entre le programme Bible en ses traditions et le Corpus des inscriptions.

BEST (la Bible en ses Traditions) de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, lancé en 2010, élabore un nouveau type de bible annotée, qui met en dialogue l’étude historique des Écritures avec la richesse de leurs interprétations au fil des siècles. Le but est de restituer la polyphonie du texte biblique qui n’a jamais été figé, en l’accompagnant de la caisse de résonance qu’est l’histoire de sa réception (la liturgie, la littérature, la musique, les arts visuels, le théâtre, la danse et le cinéma etc.). BEST est une plateforme collaborative internationale sur internet, regroupant biblistes et spécialistes des disciplines liées aux vingt-neuf rubriques d’annotation.

De son côté, le Corpus des inscriptions possède deux répertoires sur la présence scripturaire dans les inscriptions du Moyen Âge, mais peu exploités. Réalisés et régulièrement mis à jour par Robert Favreau, le premier porte sur les citations et allusions bibliques, le second sur les personnages de la Bible. Uniquement sous format papier, ils sont tous deux consultables à l’inscripthèque du CESCM. Pour les constituer, R. Favreau a dépouillé l’ensemble des éditions des inscriptions à l’échelle européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark Espagne, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Suisse) et de la Terre Sainte. Dans le cas d’inscriptions n’étant pas encore publiées par ces grandes entreprises éditoriales, le renvoi bibliographique est fait à d’autres collections (par exemple les volumes de Catalunya romànica) ou à des études spécifiques.

Baptistère Saint-Jean, Poitiers, XIIe s. : Vir[i G]a[lile]i [q]ui {s}ta[tis aspicient]es in celum. Hic Jh(esu)s qui asumtus est a vobis (Actes I, 11).

Un double objectif anime ce partenariat : d’une part de rendre accessible via le numérique ce premier inventaire, d’autre part amener à l’étude fine de cette présence scripturaire en trois dimensions dans l’épigraphie, tout en bénéficiant de l’éclairage de plus de 300 autres collaborateurs du programme BEST. La Bible digitale sera reliée aux plateformes numériques du CESCM : TITULUS, édition électronique des inscriptions médiévales, et la base ROMANE. La première phase est lancée grâce à la participation active d’étudiants et volontaire : Marie Barreau (Master CESCM, 2017-2018), Louis-Nobi Georgel (volontaire du service civique au CECSM 2018-2019), et bientôt une stagiaire ERASMUS (Université de Chieti, Italie).

Cette collaboration va s’étendre aux inscriptions de l’Antiquité chrétienne, non seulement grâce à la relance du Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule au CESCM grâce au soutien de la Fondation Vauchez-Balzan, mais également par à un partenariat qui se met en place avec le professeur Antonio Felle (Università degli Studi di Bari « Aldo Moro »), auteur de Biblia Epigraphica : la sacra scrittura nella documentazione epigrafica dell’Orbis Christianvs (III-VIII secolo), Bari : Edipuglia, 2006.

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Nouveautés de l’inscripthèque

L’inscripthèque est constituée de ressources documentaires en épigraphie médiévale (articles, ouvrages, images, archives). Ce secteur spécialisé rassemble notamment la documentation qui depuis 40 ans sert à l’élaboration du Corpus des inscriptions de la France médiévale ; il est enrichi très régulièrement.

Articles

Cannata Nadia, « Scrivere per tutti. Il volgare esposto in Italia (secc. IX-XV) », Critica del testot, XXI/1, 2018, p. 43-76.

Curzi Gaetano, Tedeschi Carlo, « Il Medioevo di una tomba etrusca. Graffiti templari a Tarquinia », Eredità etrusca. Intorno al singolare caso della tomba monumentale di Grotte Scalina (Viterbo), a cura di Maria Pia Donato, Vincent Jolivet, Rome, p. 85-102.

D’Achille Anna Maria, « Iubet hoc fieri pavimentum. Iscrizioni e ritratti di committenti laici nei pavimenti dell’xi-xiii secolo », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 670-677.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Une inscription inédite d’Arab-Djami », Échos d’Orient, 28, n°156, 1929, p. 407-413.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Les inscriptions latines funéraires de Constantinople en Moyen Âge », Échos d’Orient, 31, 1932, p. 188-206.

Dallegio d’Alessio Eugène, « Inscriptions latines funéraires de Constantinople au Moyen Âge. 2e série », Échos d’Orient, 32, 1933, p. 340-347.

Dallegio d’Alessio E., Le pietre sepolcrali di Arab Giamí (Antica Chiesa di S. Paolo a Galata, Genova, 1942.

Debiais Vincent, « La poésie dans son enveloppe », Epistola1. Écriture et genre épistolaires, Thomas Deswarte, Klaus Herbert et Hélène Sirantoine éd., Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, p. 235-245.

Debiais Vincent, « Intención documental, decisiones epigráficas. Las inscripción medieval entre el autor y su audiencia », Escritura y Sociedad: El Clero, éd. A. nMarchat, L. Barco, Grenade: Comares, 2017, p. 65-78.

Düll Siegrid, Luttrell Anthony, Keen Maurice, « Faithful unto Death: the tomb slab of Sir William Neville and Sir John Clanvowe, Constantinople 1391 », The Antiquaries Journal, vol. 71, 1991, p. 174-190.

Gottwald J., « Une inscription latine à Galata de 1418 », Échos d’Orient, 14, 1911, p. 270-272.

Handley Mark, « Epitaphs, Models and Texts : A Carolingian Collection of Late Antique Inscriptions from Burgundy », The Afterlife of Inscriptions : Reusing, Rediscovering, Reinventing and Revitalizing Ancient Inscriptions, Bulletin of the Institute of Classical Studies. Supplement, n°75, 2000, p. 47-56.

Hartmann-Virnich Andreas, « L’inscription de la foundation de l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard : réflexions sur un problème archéologique », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 140-148.

Heck Christian, « Liturgie et récits des origines dans l’art roman : les plaques émaillées d’Henri de Blois », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2014, I (janvier-mars), p.257-285.

Ivison E., « Latin Tombs Monuments in the Levant 1204-ca 1450 », The Archaeology of Medieval Greece, ed. P. Lock and G.D.R. Sanders, Oxford, 1996, p. 91-106.

Leatherbury Sean V., « Writing, Reading and Seing Between the Lines. Framing Late-Antique Inscriptions as Texts and Images », The Frame in Classical Art. A Cultural History, edited by Verity Platt and Michael Squire, Cambridge : Cambridge University Press, 2016, p. 516-552.

Merdrignac Bernard, « Épigraphie, hagiographie et généalogies durant le haut Moyen Âge. Des pouvoirs en quête de legitimation de part et d’autre de la Manche », Le plaisir de l’art du Moyen âge. Commande, production et reception de l’oeuvre d’art.Mélanges en homage à Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 2012, p. 871-885.

« Les graffitis de l’église de Moings (Haute-Saintonge) », s.d.

Puerta Vílchez José Miguel, « Caligramas arquitectónicos e imágines poéticas de la Alhambra », Epigrafía árabe y Arqueología medieval, Antonio Malpica Cuello, Bilal Sarr Marroco eds., Granada, 2015, p. 99-132.

Rico Camps Daniel, « La inscripción histórica del Arca Santa de Oviedo. Nueva transcripción y edición », Territorio, Sociedad y Poder, nº12, 2017, p. 39-53.

Rhoby Andreas, Schreiner Peter, « Antiquitates Constantinopolitanae im Osmanischen Reich: Johannes Malaxos und seine Aufzeichnungen im Vat. Reg. gr. 166 », Miscellanea Bibliothecae Apostolicae Vaticanae XXIV, 2018, p. 605-657.

Ševčenko Ihor, « A Byzantine Inscription from the Period of Latin Domination in Constantinople », Near Eastern Numismatics, Iconography, Epigraphy and History: Stu­dies in Honor of George C. Miles, ed. Dickran K. Kouyumjian, Beirut : American University of Beirut, 1974, p. 383-386, 2 plates.

Shagrir Iris, « Latin Inscription in the Wall Painting from the Abbey of the Virgin Mary in the Valley of Jehoshapat », Christ is Here: Archaeological Studies in Honour of Michele Piccirillo OFM, ed. L. Daniel Chrupcala, Jerusalem, Studium Biblicum Franciscanum, 2012, p. 245-246.

Steer Christian, « The Death of Achilles: The Funerary Brass of Sir Humphrey Bourchier », Transactions of the Monumental Brass Society, Volume XIX/5, 2018, p. 425-444.

Tedeschi Carlo et al., « San Valentino (Soriano nel Cimino – Viterbo). Primi risultati delle indagini archeologiche (campagne 2015-2017) », Fasti Online Documents & Research, 422, 2018.

Ouvrages

Brown Peter Scott, The Riddle of Jael. The History of a Poxied Heroine in Medieval and Renaissance Art and Culture, Brill, 2018.

Bauer Alessia, Kleivane Elise, Spurkland Terje (ed), Epigraphy in an intermedial context, Four Courts Press, 2018.

Nowakowski Paweł, Inscribing the Saints in Late Antique Anatolia, The Journal of Juristic Papyrology, Supplement, vol. 34, Warsaw, 2018.

Tell me who you are: Labelling status in the Graeco-Roman world, U schyłku starożytności. Studia źródłoznawcze. XVI, 2017.

Mémoires

Fontaine-Gastan Marie, L’économie de la figuration funéraire de l’église des Franciscains de Rothenbourg-sur-Tauber (1285-1562), Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (2017-2018), Mémoire de Master 2 sous la direction de M. Joseph Morsel, (2 vol.).

Gaudin Alexandre, Réaliser une édition multi-supports du Corpus des inscriptions de la France médiévale. Améliorer l’accès au domaine de l’épigraphie médiévale,Mémoire pour le diplôme de master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes, 2018.

Poignand Cyrille, La monnaie à travers l’épigraphie aux XIVe et XVe siècles, Université de Poitiers, mémoire de Master II sous la direction de Cécile Treffort, 2018 (2 vol.).

L’inscription signe et image : définitions et perspectives

Retour sur la dernière journée du programme LIMITS (Casa de Velázquez-Université Complutense Madrid) consacrée aux limites alphabétiques des inscriptions entre Antiquité tardive et Renaissance ; et dernier compte rendu pour cette belle aventure intellectuelle et amicale.

Le vendredi 19 octobre dernier s’est tenu à Madrid la troisième journée d’étude du programme LIMITS, refermant ainsi le cycle d’ateliers de travail autour des limites des pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance. Comme l’a rappelé Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, dans ses mots de bienvenue, le programme LIMITS est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Casa de Velázquez et l’Université Complutense de Madrid, et a permis d’installer les recherches épigraphiques dans un cadre institutionnel favorable à l’échange d’idées et à l’avancée des connaissances dans un domaine qui reste, en France comme en Espagne, encore largement à explorer.

Prenant la suite de Michel Bertrand, Morgane Uberti (Casa de Velázquez) poursuit la présentation de la journée en revenant sur le positionnement et les enjeux du programme LIMITS. Celui-ci faisait le pari d’une approche venant soustraire l’inscription à sa relativité (celle de ces formes, de ses usages, de ses agents, de ses acteurs) pour l’object-iver. LIMITS s’est ainsi construit comme un parcours épistémologique et réflexif autour de trois éléments définitoires – la périodisation, le matériau, l’écriture – convoqués par une discipline : l’épigraphie médiévale. Partant de là, il s’agissait d’envisager les limites de ces qualités (qui permettraient a priori de définir un champ disciplinaire) pour questionner la définition même de l’épigraphie et de son objet.

En manière d’écho, Isabel Velázquez (Université Complutense de Madrid) signalera d’ailleurs dans ses propos introductifs combien il est difficile de parvenir à des définitions satisfaisantes pour les grands concepts qui animent l’épigraphie. Qu’est-ce que l’épigraphie, en tant que pratique et en tant que discipline ? Qu’est-ce qui fait épigraphie ? Qu’est-ce qu’une inscription ? Comment décrire et caractériser l’écriture en jeu dans les inscriptions ? Comment établir la liste des supports épigraphiques ? Comme l’ont montré ses études fondatrices sur les ardoises inscrites du haut Moyen Âge, il est parfois hasardeux de séparer documents épigraphiques, diplomatiques, comptables, épistolaires (à quel champ disciplinaire, par exemple, appartiennent les ostraka ?).

Après être revenue brièvement sur les idées fortes ayant surgit lors des journées précédentes – la nécessité de repenser les transformations de la pratique épigraphique dans leur multiplicité et leur arythmie, la notion de « rencontre » entre écriture et matériau pour aborder une « matière » épi-graphique – Morgane Uberti annonce le cadre d’une journée consacrée aux limites alphabétiques et à la visualité de l’écriture épigraphique. Pêle-mêle : les lieux (la lettre, le con-texte, le para-texte) et les conditions d’une visualité de l’inscription ; la possibilité d’une iconicité de l’écriture épigraphique ; la tension entre iconicité et processus d’iconisation. Les communications de la journée montrent que la thématique se place d’emblée aux frontières de la discipline épigraphique. Si elle engage le statut de l’inscription, de sa perception, de sa valeur en tant qu’outil de communication, c’est avant tout pour les liens qu’elle implique entre culture écrite et culture visuelle qu’elle entre dans le champ du programme LIMITS, à deux échelles : celle d’une discipline toujours plus difficile à définir, et celle d’un objet. Le sujet mérite donc de dépasser une approche strictement technique ou disciplinaire de la documentation pour s’engager au contraire dans une anthropologie des pratiques écrites pré-typographiques.

Lugo, cathédrale, portail nord

C’est précisément la voie empruntée par la très belle conférence inaugurale de Brigitte Bedos-Rezak (New York University) qui s’est attachée, dans les livres et dans les documents, à signaler les connexions entre pratique de l’écrit et pratique de l’image (dans toute l’épaisseur médiévale du terme imago), en partant du principe que le Moyen Âge ignore le « degré zéro du graphisme alphabétique ». Le chemin qu’elle propose explore les degrés d’iconicité de l’écriture alphabétique médiévale, dans toutes ses formes, ses dimensions (créations, relations, contextes), ses manières, en posant en filigrane le rôle de cette iconicité dans une éventuelle agentivité de la lettre et de l’écriture.

S’emparant de la lettre imagée, Brigitte Bedos-Rezak revient sur les phénomènes d’ornement, les initiales, les enluminures, les lettres-rébus. Tous ces phénomènes signalent la nature iconique de la lettre, sa capacité à être image. Plus encore, la lettre imagée incarne au plus près la relation texte-image parce qu’elle les lie dans une même forme. C’est dans les transformations successives du signe, via le recours nécessaire et systématique au « non-graphique », que s’établissent les liens complexes entre visuel et lisible, écriture et image.

Suivant cette perspective, peut-on dire que l’alphabet se suffit à lui-même ou doit-il s’incorporer dans une pratique de l’image pour transmettre ? Comme élément de réponse, Brigitte Bedos-Rezak signale que « l’itinéraire des lettres », le parcours visuel qu’elles suggèrent, dans ses références multiples, sont le recours privilégié de l’iconicité de l’écriture, soit le lien entre ce que l’on voit et ce qu’il faut lire. Dans le paradoxe d’une lettre embellie qui signale autant qu’elle égare se pose la question du visuel comme condition de la réalisation de l’écriture médiévale.

Au-delà du visuel, la lettre engage aussi le sensuel, le tactile ; elle invite à maintenir, posséder, incarner, ressentir la dimension alphabétique du texte. Brigitte Bedos-Rezak insiste sur l’écriture en tant que « marque » et « figure », qui remplit un « espace ». Dans bien des cas, le geste qui consiste à porter la lettre sur/dans le support est celui de l’empreinte et du marquage ; le caractère gagne alors en consistance, en dynamisme et désigne plus que ce qu’il donne à voir. En raison des conditions de sa mise en œuvre qui relèvent surtout du dessin, l’écriture se confondrait donc avec la calligraphie et acquiert une dimension sensible, sans doute irréductible.

Suivant la voie du sensible, Brigitte Bedos-Rezak distingue les deux actions d’écrire « dans » et d’écrire « sur », soit la différence entre la « trace » et la « marque », invitant à considérer les réactions du corps, et en particulier de la main, dans l’action d’écrire. À partir d’exemples manuscrits, notamment le folio 18r du sacramentaire de Gellone (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 12048), elle signale le désir de « capturer le geste et le corps dans l’écriture » ainsi déposée sur la peau. La matérialité assimile ainsi une présence et la page lieu de cette im-pression de la main (et partant de la marque) devient un « reliquaire graphique ».

Paris, BNF, ms. lat. 12048, fol 18 ; source : Gallica.bnf.fr

Il s’agit dans tous les cas de brouiller les frontières entre ce qui relève de l’écriture et ce qui relève du dessin – il faut créer une image, quelle que soit la technique, quel que soit le matériau. En s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin, Brigitte Bedos-Rezak signale que la lettre imagée crée un espace de sens qui est le sien : « la lettre est auteur de sens ». L’alphabet est ainsi en relation à la langue et à l’image, et la lettre imagée est une élaboration théorique de l’écriture. Il n’y a donc plus d’opposition entre visuel et graphique, entre écrit et oral. Enfin, le visuel conduit au tactile, l’écriture attire l’œil et la main ; la lettre indice d’un geste, d’un corps, est dramatique et agissante.

La communication de Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM) consacrée aux incipit dans les livres d’évangiles carolingiens s’inscrit pleinement dans les réflexions ouvertes par la conférence de Brigitte Bedos Rezak : de l’impossible distinction écriture-image à la lettre dotée d’une vie. Dans ces manuscrits, les mises en œuvre, en jeux, en couleur, en fond, en résonance des lettres rendent compte des possibilités de l’écriture comme image, architecture et signe dans l’élaboration, l’illustration et la réalisation d’un discours théologique, ecclésiologique et christologique. La pratique de la lettre est donc ici aussi l’indice d’une réflexion portant sur la parole divine quand cette même parole, à l’origine de toute vie, est aussi à l’origine de la lettre. L’élaboration visuelle de ces initiales contenant des images et de l’ornement peut se comprendre comme écrin et métaphore de la Révélation, le livre agissant comme le contenu et le contenant de la voix et de la parole divine. Les composantes graphiques agissent en effet pleinement dans la transformation du livre en reliquaire des mots de Dieu, par l’évocation des métaux précieux, des pierreries, des éléments orfévrés.

En se livrant à une analyse très pointue de la page de l’incipit de de Jean dans les Évangiles de Saint-Médard de Soissons (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms lat. 8850), Cécile Voyer montre que la question de la relation entre la lettre et le fond de l’image est essentielle pour comprendre l’amplitude du discours théologique à l’œuvre dans cette peinture. L’interprétation de la « lettre-colonne » montre que l’écriture possède, dans son iconicité, une fonction narrative, au-delà de l’ornement. La lettre s’anime et anime à son tour l’image et, à la suite de Brigitte Bedos-Rezak, Cécile Voyer revient  sur la vitalité de la lettre : une lettre qui « insuffle la vie » en tant qu’elle est matière abritant le divin. Enfin, elle insiste sur le fait que le manuscrit entendu comme « lieu » et comme métaphore architecturale est essentiel à la projection de l’écriture et de l’image. La lettre est donc tout à la fois lettre et image complètement, indice d’une élaboration intellectuelle quant à la capacité de dire en signes l’infinité de Dieu.

Paris, BNF, ms. lat. 8850, fol. 181 ; source : mandragore.bnf.fr

L’analyse de la lettre, ses formes, sa polysémie se poursuit hors du feuillet, hors de l’Occident latin.  Ida Toth (Oxford University) nous fait entrer dans le domaine des monogrammes byzantins. Après une présentation bienvenue de l’état de l’art de l’épigraphie byzantine et des recherches en cours, elle signale le fait que les monogrammes restent, en Orient comme en Occident, un objet encore à traiter. Elle définit d’abord le monogramme comme une figure ou un caractère qui remplace un nom, un mot ou une phrase dans un type d’écriture donnée ; une définition ouverte donc pour un signe qui s’établit dans la rencontre et l’union des lettres entre elles, mais aussi des lettres et de signes non alphabétiques (la croix, par exemple), le tout formant image. Sur les sceaux, sur les monnaies, sur les poids, dans le domaine monumental, les monogrammes ont d’abord une fonction normative : ils donnent le nom d’une autorité en acte qui se manifeste dans un signe complexe, souvent difficile à développer alphabétiquement, mais « reconnaissable » en tant qu’image. Aussi les contenus visuels et verbaux se superposent-ils toujours et cette tractation du lisible et du visible met une fois de plus en échec toutes nos tentatives de catégorisation. Les monogrammes ont également une fonction commémorative et prennent place dans le monde funéraire où l’on peut suivre une lente transition vers les armes et l’héraldique comme moyen de communiquer et d’afficher une identité. Dans le domaine artistique, le monogramme permet de signaler le patronage ou la commande, avec l’emploi fréquent ici de spolia, pour inscrire par le signe monogrammatique un lieu ou un objet dans une tradition qu’il faut, encore une fois, connaître et reconnaître dans la conjonction des lettres. Ida Toth signale pour terminer que cette question de la restitution du monogramme doit en grande partie être repensée au prisme justement de son impossibilité. Au-delà d’une classification des fonctions, des formes, des usages, ces signes seraient l’indice d’une promotion de l’anonymat comme force d’existence au monde. Une écriture qui ne communiquerait plus vraiment parce qu’elle se déroberait au verbal, mais qui permet dans le geste de sa matérialisation d’être en un temps et un lieu.

En présentant l’arrière-plan théorique de sa thèse en cours sur l’écriture des inscriptions médiévales de Toulouse, Eva Caramello (Université de Poitiers, CESCM) interroge précisément la nature sémiologique des signes que nous appelons « lettre » afin d’en comprendre les variations infinies qui s’expriment dans toute la documentation. Si elle peut être « manipulée » dans les monogrammes, c’est parce que la lettre dispose d’une « architecture » fixe et qu’elle en devient malléable à force d’iconisation. Eva Caramello présente  les différentes composantes de l’écriture dans ses liens avec la lettre en attestant l’existence simultanée de la « graphie » et de l’écriture, le « corps et l’âme » des signes, de l’unité sémantique du signe graphique tel qu’il est mis en œuvre sur la pierre, mais en reconnaissant leur caractère indissociable dans une pratique épigraphique qui met « la matérialité au premier plan » du texte. En se concentrant sur les usages de l’écriture majuscule et le caractère innombrable de ses « glyphes » comme indices de la variabilité de l’écriture en dehors de la reproduction mécanique des formes, elle s’interroge finalement, comme l’avait fait Cécile Voyer, sur la possibilité de distinguer signe alphabétique et image de la lettre. Eva Caramello termine son intervention en évoquant les implications de cette variabilité de l’écriture épigraphique sur le scénario de la communication à travers l’écriture exposée. Il s’agirait d’abord de voir les glyphes, puis de lire le texte. On en vient une fois de plus à nuancer le caractère exclusivement alphabétique de l’écriture pour mettre en exergue l’influence du contexte, du type graphique, de l’image du texte dans la pratique de l’écriture épigraphique.

  

Eugenio Luján Martínez (Université Complutense de Madrid) propose quant à lui d’interroger la composante « iconique » de la lettre à travers un panorama des écriture celtibères à l’intersection des logogrammes et des pictogrammes. Il commence par revenir sur les grandes typologies des systèmes d’écriture pour rappeler à tous que l’écriture ne commence pas en Europe occidentale avec l’alphabet latin, mais qu’elle s’exprime au contraire à travers une grande diversité de pratiques graphiques. Ces écritures, encore à déchiffrer ou à comprendre, documentées par un nombre réduit de témoignages graphiques, mélangent  ce qu’il faut considérer comme des signes liés à une réalité et des signes liés à la transcription d’un phénomène échappant à la réalité. Où commence l’écriture et où s’arrête l’image dans de tels cas ? L’iconicité est variable et influe sur la définition même de ce qu’il faut reconnaître comme écriture.

La communication de Coline Ruiz Darasse (CNRS, Ausonius) envisage la question de ces écritures non déchiffrées (inscriptions paléo-hispaniques, inscriptions levantines) sous un autre angle. En s’appuyant sur une approche linguistique, celle de Saussure, celle de Barthes et de la « théorie du texte », elle se demande où commence l’écriture et surtout si elle fondée, pour être définie comme telle, sur une reconnaissance. Est-ce que la reconnaissance de l’écriture fait l’inscription ? Elle pointe ainsi une tension permanente, pour ces systèmes graphiques anciens et peu documentés, entre texte, image, texte et image, et texte comme image. Parmi d’autres difficultés, cette « instabilité » graphique s’exprime dans les questions de la linéarité du déploiement graphique. Où commence un texte que l’on ne sait pas lire ? Dans quel sens se présente-t-il dans sa relation au matériau ? Pour résoudre certaines de ces difficultés, le chercheur a tendance à placer ce type d’écriture du côté des « pseudo-inscriptions ». Coline Ruiz Darasse s’arrête très justement sur les implications d’une telle dénomination qui déplace l’échec de l’éditeur de texte vers l’intention du scripteur de produire un texte qui « trompe », qui « réplique », qui « imite ». La prise en compte de toutes ces possibilités permet cependant de réaffirmer la « présence » visuelle de l’écriture et son lien ontologique avec le matériau. L’écriture, même quand on ne peut la lire, existe et se présente dans sa densité matérielle à nos yeux, et il faut établir les moyens de cette exposition.

Carme Barceló (Universitat de València) aborde quant à elle cette question de l’altérité graphique non plus pour repérer les inscriptions qui n’en sont peut-être pas, mais pour analyser les phénomènes de pluralité graphique et linguistique dans les inscriptions chrétiennes d’Al-Andalus. Elle commence son exposé par un inventaire des formes et des fonctions de ces inscriptions, en insistant sur les points communs et les divergences des textes rédigés en arabe et les textes latins. Elle montre cependant la porosité, la perméabilité et l’interchangeabilité des pratiques épigraphiques dès lors qu’il s’agit d’exposer des faits aussi importants que l’identité et l’appartenance à une communauté (sociale, familiale ou religieuse). La présentation de Carme Barceló met à son tour en avant la plasticité de l’écriture épigraphique qui, en creux ou en relief, produit des formes difficiles à lire, parfois difficiles à dater, toujours difficiles à rapprocher d’un contexte culturel précisément défini. Les similitudes formelles deviennent ainsi le moyen de rapprocher des individus ou des faits de mémoire d’une langue à l’autre, ou d’un moment de l’histoire à l’autre. L’écriture est autant facteur de lien que de discrimination, et c’est parce qu’elle affiche toujours une image en un lieu que l’inscription met en échec les tentatives de catégorisation qui se baseraient uniquement sur les composantes paléographiques de l’écriture exposée.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM) termine la journée en s’intéressant aux aspects non alphabétiques de l’épigraphie, à tous ces signes qui ne sont pas des lettres et qui pourtant viennent se matérialiser dans les inscriptions. En s’appuyant sur des exemples de la France médiévale et du royaume latin de Jérusalem, elle distingue trois usages particuliers : la ponctuation, l’occupation des bouts de ligne, et l’emploi de logogrammes au cœur des textes alphabétiques. Dans tous les cas, le surgissement de ces formes produit un arrêt du texte et suppose un changement cognitif : il faut s’arrêter de lire, ou lire autrement, pour « composer » lettres et signes au sein de la page épigraphique. Entre équilibre et balancement, fluidité et rupture, linéarité et chaos, les signes non-alphabétiques proposent une image enrichie de l’écriture, un surplus de sens qui permet aux inscriptions de dire autrement, de dire autre chose, parfois au-delà de toute lecture réelle du texte. La substitution du mot « cœur » par l’image d’un cœur dans certaines inscriptions tardo-médiévales permet ainsi de déclencher de nouveaux chemins de significations, ces « itinéraires de la lettre » qu’avait pointés Brigitte Bedos-Rezak dans sa conférence inaugurale.

  

La troisième journée du programme LIMITS a été très riche grâce à la diversité des objets analysés, à la variété de leur provenance et de leur chronologie, à la qualité de leur présentation, à l’enthousiasme des discussions et à la densité des questions abordées. Les organisateurs avaient envisagé de discuter le point de rencontre entre écriture et image, et les communications et les débats ont finalement montré l’omniprésence de ce questionnement dans toutes les cultures graphiques. La lettre a ainsi été envisagée comme un objet dont il faut encore et toujours préciser la définition, et comme un mouvement dont il faut penser les implications formelles et fonctionnelles, entre fixité arbitraire, altération inévitable et variation recherchée au sein des cultures pré-typographiques qui la considèrent toujours dans le spectre de ces modifications possibles. Les présentations ont montré la plasticité inaliénable du signe qui, dans son rapport avec la matière et le lieu de sa mise en œuvre – ce fond de l’écriture, réel comme la pierre, mis en scène par la couleur, imaginé par la poésie – invite à penser la lettre avant tout comme une forme. Celle-ci intervient dans toutes les dimensions de la pratique épigraphique : la lettre, le mot, la page ; la langue, la syllabe, le vers, le son. À la manière d’un carottage, il faut percevoir simultanément toutes les « couches » de cette pratique pour déceler la profonde réflexivité du geste d’écriture qui interroge constamment la capacité d’abord, les modalités ensuite, du signe à dire et rendre présent. Entre connaissance et reconnaissance, modèle et empreinte, norme et illusion, l’écriture est toujours affaire d’engagement : celui du scribe dans la sensibilité de son geste ; celui du regardeur dans sa rencontre avec l’inscription ; celui du lecteur, dans le déclenchement de l’imagination. Les questions cognitives sont ainsi inséparables de ce que représente le fait graphique entre Antiquité tardive et Renaissance, ce geste de notation et de dénotation qui choisit, trie, sélectionne ce qu’il rend visible et lisible. Dans cette vitalité constante de l’écriture, la lettre n’est pas figée ; elle est dotée d’un comportement, d’une agentivité, d’une performativité qui se situe précisément entre l’état d’iconicité et le processus d’iconisation, dans cette relève de l’alphabétique par le visuel.

Comme les deux journées d’étude précédentes, le dernier atelier du programme LIMITS a montré la richesse des questions qu’il reste à poser aux inscriptions. Il a aussi montré toutes les implications intellectuelles d’un tel questionnement qui secoue le chercheur dans sa propre pratique, écrivant comme il le fait sur le fait « écriture ». Il a enfin permis de mesurer la beauté objective de la plupart de ces dispositions graphiques qui contiennent plus souvent qu’on ne l’imagine une ambition esthétique, celle de la création d’une forme stable et pleine. Il reste des milliers de questions à poser aux inscriptions sur la longue durée et l’on ne peut qu’espérer que le programme LIMITS est au point de départ de nouvelles initiatives de recherche en épigraphie et plus généralement sur la culture écrite des sociétés pré-typographiques.

SEMPER 22/11 : L’épigraphie en mouvement

La première séance du séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) de l’année 2018-2019 se tiendra le jeudi 22 novembre au CESCM (salle Crozet). 

La thématique « épigraphie en mouvement », volontairement vaste, a pour but de proposer une angle d’approche différent et dynamique des inscriptions, ces textes dont la pesante matérialité a souvent rimé avec l’immobilité. De quel mouvement, de quelle « mouvance », pour reprendre le mot de P. Zumthor, est-il question (matérielle, textuelle, contextuelle, fonctionnelle) ? Que provoque t-il/elle sur l’appréhension même du texte, de sa conception à sa réception, de son écriture à sa lecture ? En quoi cette mobilité, voire cette instabilité, est-elle féconde ? Permet-elle d’envisager différemment la documentation épigraphique, qu’il s’agisse d’objets mobiles ou de pierres et de vitraux  ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront au cœur de cette séance.

Ce séminaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée autant experte que bienveillante.

Il ouvert à tous. Il sera également possible de suivre cette journée via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

9h30 : accueil

10h : Présentation des différents activités d’épigraphie et  introduction à la thématique

Première session

  • Valentin Louineau (Les inscriptions dans la gorge des épées médiévales, XIe-XVe siècles)
  • Laurence Doucet (Présentation et comparaison des inscriptions sur l’épée et le fourreau de l’épée aux Estranges Renges dans Joseph d’Arimathie et dans la Quête du Saint Graal)
  • Laurent Hablot (Écrits emblématiques en mouvement)

Déjeuner

13h30-17h30 : Deuxième session

  • Elisa Pallottini (Writings in motion: inscriptions on portable reliquaries)
  • Cheyenne Noel (Les objets liturgiques, l’œil et le geste)
  • Arnaud Loaëc (Rationaliser l’éparpillement : le projet d’un corpus d’épigraphie byzantine en ligne)
  • Pawel Nowakowski et Małgorzata Krawczyk (The Cult of Saints project: the Greek and Latin epigraphical evidence)

Le corpus épigraphique bourguignon (VIIIe-XVe s.): Des catalogues aux applications numériques.

Journée d’études : 23 octobre 2018, 10h-17h

Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design), 1er étage – porte 133, 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e

Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3)

Dans le cadre de la collaboration établie par les programmes consolidés des CIFM (Corpus des Inscriptions de la France Médiévale  – CESCM-Poitiers) et CBMA (Corpus Burgundiae Medii Aevi  – LaMOP – Paris), leurs équipes ont constitué un corpus de plus de 1400 inscriptions bourguignonnes du VIIIe au XVe siècle, publiées ou inédites, écrites en différentes langues, latin et ancien français en particulier.

Le propos de cette journée d’études est de revenir sur le processus d’acquisition et de structuration des données du corpus et d’évaluer son potentiel d’exploitation pour la recherche historique au regard des différents traitements informatiques possibles, linguistiques et spatiaux. Il s’agit de discuter, sur la base des différentes expériences réalisées, aussi bien des caractéristiques propres du matériel linguistique des inscriptions que de leurs usages dans l’espace et dans le temps.

Cette journée d’études est ouverte à tous les intéressés. En vue de l’organisation matérielle, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 08 octobre 2018 : cbma.project@gmail.com

Porté par le LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589) et le CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302), ce projet bénéficie du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux) et du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).

Organisation et coordination scientifique :
Eliana Magnani, CNRS – LAMOP UMR 8589 eliana.magnani@univ-paris1.fr
Estelle Ingrand-Varenne, CNRS – CESCM UMR 7302
estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

Acquisition et traitements

 10h – Introduction. Autour du corpus épigraphique bourguignon : chiffres, chronologie, langues – Eliana Magnani (CNRS, Lamop) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM)

10h40 – De l’OCR à Philologic. Un parcours informatique – Pierre Brochard (CNRS, Lamop)

11h20 – Le matériel épigraphique révisé et complété. Le traitement des inscriptions de la fin des années 1990 à aujourd’hui – Aurore Menudier (CESCM) 12h-12h30 – Discussions

 Exploitations 

14h – La lemmatisation des inscriptions est-elle possible ? – Nicolas Perreaux (Université de Francfort)

14h40 – Les inscriptions d’après des expériences en SIG – Davide Gherdevich (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), Thomas Lienhard (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

15h30 – Pause

16h – Discussions et tour de table conclusif

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

SEMPER saison 3 : L’épigraphie en mouvement

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique « l’épigraphie en mouvement ».

À l’encontre de l’idée de stabilité, voire d’immobilité, tant physique que textuelle qui semble inhérente aux documents épigraphiques, cette première séance voudrait explorer les aspects mouvants des inscriptions : que ce soit à travers leurs supports mobiles (objets sacrés, armes, bijoux, reliures de manuscrits, textiles), le voyage des formules et leur variance, le transfert d’un même texte dans différentes matières, ou le déplacement d’un support inscrit et les conséquences du changement de contexte.

La première séance se déroulera le jeudi 22 novembre au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (salle Crozet, au rez-de-chaussée de l’hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne à Poitiers : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/en-bref/infos-pratiques/).

Accueil à partir de 9h30, début des  travaux à 10h, fin de la journée 17h30.

Il sera également possible de suivre cette séance via Skype ; pour l’accès à cette session et pour tout renseignement, veuillez contacter Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Les avancées de TITULUS grâce au stage d’Alexandre Gaudin

Alexandre Gaudin est élève du Master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’École nationale des chartes. Il a choisi de faire son stage de fin d’études au CESCM en participant au projet TITULUS (avril-juillet 2018).

Sa mission a été de créer une édition multi-support du Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, numérique et imprimée. La question était alors d’étudier et de modifier ces deux accès vers l’épigraphie médiévale, en automatisant la création des volumes imprimés et en accroissant l’expérience utilisateur de l’édition numérique.

Le volume Hors-Série sur les épitaphes carolingiennes du Centre Ouest de Cécile Treffort – à paraître en fin d’année 2018 chez CNRS éditions – a fourni le terrain d’expérimentation de ce stage.  Alexandre Gaudin a ainsi travaillé sur l’automatisation de la mise en page des inscriptions, mais aussi de création des index et d’une bibliographie à partir des informations encodées, et enfin d’une carte localisant les inscriptions présentes dans un même volume. L’amélioration de l’expérience utilisateur sur le site internet du projet, que ce soit par le renforcement des accès aux notices, ou par le perfectionnement de l’affichage des notices, a aussi été au cœur de sa mission.

Grâce au stage d’Alexandre Gaudin, le projet TITULUS connaît ainsi une avancée notoire, déjà visible sur le site dans l’onglet « notice« .

Il soutiendra dans quelques semaines à l’École nationale des chartes son mémoire intitulé :

RÉALISER UNE ÉDITION MULTI-SUPPORT
DU CORPUS DES INSCRIPTIONS DE LA FRANCE
MÉDIÉVALE
Améliorer l’accès au domaine de l’épigraphie médiévale

 

Une interview complète d’Alexandre Gaudin, réalisée par Manon Durier, se trouve sur le carnet du CESCM.

 

 

Le nom dans la culture graphique au Moyen Âge – le livre

Le projet de collaboration entre le CESCM et l’Université d’Utrecht MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture graphique médiévale a été renouvelé pour l’année 2018. Celle-ci sera consacrée à l’écriture collective d’un essai sur cette question.

À la rentrée 2018, les membres du projet MEDNAME financé par Campus France (appel à projet PHC Van Gogh 2017) entament l’écriture d’un essai sur la question du nom dans la culture graphique médiévale, question qui a fait l’objet de plusieurs ateliers de travail à Poitiers et à Utrecht au cours de l’année 2017 et du premier semestre 2018. Ce livre est pensé à la fois comme la conclusion des travaux des équipes française et néerlandaise et comme le point de départ pour de nouvelles recherches sur cette même question.

Aulnay, église Saint-Pierre. Chapiteau du meurtre d’Abel

Le livre sera divisé en quatre parties. Le premier chapitre est consacré à la définition du statut grammatical et théologique du nom dans le contexte de la culture chrétienne médiévale. Le deuxième chapitre dresse l’inventaire des noms en jeu dans la documentation épigraphique et cherche à savoir quels sont les individus ou les groupes nommés dans les inscriptions. Le troisième chapitre analyse les conditions techniques, intellectuelles et matérielles de l’écriture du nom. Le quatrième et dernier chapitre envisage quant à lui les fonctions des inscriptions nominales dans le lieu et le temps de leur exposition, de l’écriture du nom à sa disparition ou à son effacement.

Le rendu du livre à l’éditeur est prévu pour l’été 2019. Des nouvelles de l’écriture seront publiées sur ce site.

Retour sur la création graphique -Séminaire SEMPER

Pour terminer ce parcours graphique sur l’écriture hors du monde manuscrit, le dernier séminaire de l’année 2017-2018 a porté sur la notion de « création », après avoir abordé celui de « lettre et ductus » et d’ « économie ». Si le mot « création » est souvent utilisé dans le domaine des arts et des lettres – ne parle-t-on pas de création artistique, de création musicale, de création littéraire ? – il est moins souvent associé à l’écriture, au profit du terme « évolution » désignant alors un processus général sur le temps long.

Avant d’aborder les cas d’étude et comprendre comment l’épigraphiste pouvait se saisir d’une telle notion, un regard décalé a été porté sur un créateur de caractères typographiques : Ladislas Mandel (1921-2006). Connu pour les alphabets qu’il a créés pour les annuaires téléphoniques (« Clottes », « Galfra », « Colorado »), cet ingénieux typographe d’origine hongroise a aussi livré une réflexion sur les écritures, leurs qualités optiques, leur lisibilité et les problèmes techniques rencontrés depuis l’âge de l’imprimerie. Un éclairage rétrospectif et stimulant pour lancer la discussion. La création au sens contemporain – les auteurs médiévaux l’abordant essentiellement d’un point de vue théologique – est une action volontaire pour concevoir, imaginer quelque chose de nouveau, pour donner une forme originale. Nombre de notions gravitent autour : invention, nouveauté, expérimentation, imitation, emprunt, variation.

Toulouse, Musée des Augustins, épitaphe de Bernard, sacriste de Saint-Etienne, 1163, cliché E. Ingrand-Varenne.

A partir d’un corpus d’environ 80 inscriptions toulousaines gravées, Eva Caramello propose d’interroger la notion de création/transformation en terrain lapidaire : quelle est sa nature ? Comment l’identifier ? Comment l’interpréter ? Cette notion touche l’ensemble des éléments de l’écriture tout comme le contexte (scéno)graphique : de l’épaisseur du trait à la mise en espace d’une inscription en passant pour l’alignement et l’équilibre des lettres, la présence d’une image ou de tout autre signe non alphabétique. Pour différencier et hiérarchiser les formes canoniques d’une lettre de celles relevant d’une fantaisie individuelle, E. Caramello propose un outil heuristique pyramidal distinguant graphème, ontographe, allographe et glyphe. Chaque production humaine étant unique, l’interprétation de la création peut s’étudier à travers les adaptations (courbure, inclinaison, brisure) et les ornementations (éléments adventices ne modifiant pas la structure).

C’est dans l’environnement monumental et topographique de la Constantinople des IXe-Xe siècles qu’Arnaud Loaëc a  analysé la création des inscriptions byzantines : lettres en relief, en or, champlevées. L’utilisation de ces procédés à des périodes très précises pose question, tout comme leur technique :  pourquoi graver si l’on met ensuite de l’or ? Comment expliquer la réapparition du relief à Byzance : origine hellénistique ? influence de l’Égypte alexandrine ? Ces diverses techniques, témoignages du remaniement des remparts par Théophile puis par Michel III, étaient utilisées pour des inscriptions placées des endroits stratégiques, comme les portes de ville, tel est le cas de l’édit conciliaire de 1166, vraie page de pierre en relief, affiché devant l’entrée de Sainte-Sophie.

Colonne du ciborium de Saint-Marc, Venise. Cliché : Luca Pilot.

La création des inscriptions sur les quatre colonnes du ciborium de la basilique Saint-Marc de Venise et l’articulation avec les images centrées sur la vie de la Vierge et du Christ, déjà sculptées, constituent le travail doctoral de Maria Villano. Tirant certainement leur source de textes apocryphes (proto-évangile de Jacques notamment), les inscriptions tissent des liens complexes avec les représentations, et n’ont pas de correspondance directe. Pour démêler les nombreuses hypothèses sur la provenance et la datation des colonnes, M. Villano propose de bien différencier la sculpture des scènes (probablement des Ve-VIe s.) des textes épigraphiques ajoutés bien après, au début XIIIe s., après le sac de Constantinople d’où viennent peut-être les colonnes.

Clément Dussart élargit la réflexion en abordant les graffiti de la période médiévale à la première modernité (VIe-XVIe siècles.). « Parent pauvre » de l’épigraphie traditionnelle, ce type d’écriture qui reste encore à définir précisément, relève bien d’un acte de création. Le château de Selles à Cambrai, ayant servi de prison pour des clercs, offre un site bien conservé et daté, montrant aussi l’urgence patrimoniale à analyser et préserver ce matériel longtemps laissé de côté, peut-être en raison du discrédit face à ce type d’écriture, qui n’est pas soumise à des normes, mais qui répond à des coutumes.

Graffito gravé dans une archère de la tour principale, portant la date de 1334. Cliché : Jean-Marie Périn.

C’est par opposition à l’inscription classique que C. Dussart a essayé de définir la nature du graffito, en passant au crible de nombreux critères, même si l’opposition binaire ne révèle que des tendances. Décision privée et non contrôlée, support par destination, délais court de réalisation, choix pragmatique des outils, même personne assumant les rôles d’auteur-ordinator-sculpteur, écriture livresque et documentaire, mise en forme variable, discours personnel, tels sont certains éléments cruciaux pour comprendre le geste comme le résultat de cette pratique graphique.

L’atelier d’épigraphie expérimentale tenu par Thierry Gregor, démontrant l’évolution de l’écriture dans la pierre et de la technique de taille et de gravure, a clos la séance.Le séminaire se poursuit l’an prochain au CESCM avec une première séance au mois de novembre (semaine du 19 au 23).

Pour plus d’information, pour intervenir dans les séances, les suivre  en direct ou pour Skype, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

Compte rendu de l’école thématique en épigraphie

Par Anne Rauner et Florentin Briffaz, avec l’aimable relecture de Maria Aimé Villano, Priscilla Mourgues et de Philippe Jacquet. En remerciant également chaleureusement Maria Aimé Villano et Philippe Jacquet pour la mise à disposition de leurs clichés.

Du lundi 28 mai 2018 au vendredi 1er juin 2018 s’est tenue pour la première fois une école thématique CNRS consacrée à l’épigraphie médiévale au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) à Poitiers. Organisée avec sérieux et convivialité par Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort, la formation a rassemblé huit participants venus de diverses disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, littérature) et de lieux différents (Bordeaux, Caen, Limoges, Lyon, Princeton, São Paulo, Strasbourg et Venise). Alternant conférences plénières, travaux pratiques et temps d’échanges, la formation visait à l’acquisition des principales théories et techniques de l’épigraphie et à replacer les inscriptions dans la culture médiévale de l’écrit. L’épigraphie médiévale ne saurait en effet être pensée, pratiquée de façon isolée par rapport aux autres disciplines de l’érudition. Vincent Debiais a d’ailleurs fortement insisté dès son introduction sur le caractère essentiel de la démarche d’érudition (savoir lire, savoir traduire, savoir dater) qui part de l’objet et de son contexte pour mener à une ou des interprétation(s).

Inscription en langue romane du baptistère Saint-Jean. Cliché : Photohèque CESCM.

Le panorama historiographique et épistémologique proposé par Robert Favreau et Cécile Treffort a mis en évidence la naissance d’une science des inscriptions dans les années 1970 et son développement, ses convergences et divergences avec les autres programmes européens, ses avancées, ses questionnements (notamment autour des problèmes posés par les graffitis). Comprendre une inscription médiévale, c’est d’abord avoir en mémoire son triple statut : comme toute autre source, les inscriptions sont pour l’historien à la fois « une fin en soi », « un réservoir d’informations » et « un objet culturel » (C. Treffort). Une réflexion sur le discours de l’inscription est donc nécessaire. Estelle Ingrand-Varenne a évoqué l’apparition et le développement de la langue vernaculaire et la persistance d’une certaine forme de bilinguisme, la brièveté des formules, les moyens poétiques et stylistiques mis en œuvre.

Cécile Treffort a mis en lumière le second enjeu majeur, celui de la datation qui doit s’appuyer sur la forme des lettres, l’identification de l’objet, le réinvestissement d’une même inscription à des époques et dans des logiques différentes. Vincent Debiais a présenté les autres problématiques auxquelles l’historien est confronté lorsqu’il étudie les inscriptions : leur diversité, l’importance de la mise en page, de la mise en contexte du texte épigraphique – en particulier leur contexte topographique, à l’extérieur ou à l’intérieur d’un bâtiment, sur les murs d’un édifice religieux ou civil –, le rapport du texte de l’inscription avec le programme iconographique dans lequel elle s’insère.

L’école thématique a aussi été l’occasion de découvrir les ressources indispensables à l’épigraphiste. Celui-ci peut ainsi s’appuyer sur le fonds exceptionnel de la photothèque qui conserve plus de 200 000 clichés concernant l’art roman, sur l’inscripthèque qui rassemble le fichier général des inscriptions médiévales françaises du VIIIe siècle à 1500 (25 000 fiches classées par département puis par ordre alphabétique de localité) ainsi que les références bibliographiques. La bibliothèque du CESCM met aussi à disposition des lecteurs les grands corpus épigraphiques européens, les principales synthèses, les divers outils de travail et les bases de données qui ont fait l’objet d’une présentation critique. L’étude de quelques volumes de la collection de relevés de Dom Fonteneau (XVIIIe siècle) conservée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers a par ailleurs souligné leur intérêt dans la constitution des corpus et a nourri la réflexion sur les problèmes de lecture, d’identification des différentes mains, mais également de fidélité à l’égard des inscriptions encore conservées.

Les formateurs ont passé en revue les différentes techniques de l’épigraphiste, à commencer par les techniques de relevés qui ont fait l’objet de travaux pratiques dans les locaux de la Société des Antiquaires de l’Ouest (estampage, relevé sur papier transparent, frottis au crayon). L’œil est de fait le premier assistant de l’épigraphiste. C’est ce qu’a mis en avant Carolina Sarrade dans sa présentation du travail de l’archéographe qui cherche à déterminer les différentes strates de peinture. Les formateurs ont rappelé l’importance du regard dans ce type de travail, invitant à ne pas mésestimer le rôle de la photographie dans la constitution de l’information. En vertu de cette règle trop souvent oubliée, Isabelle Fortuné a dispensé un cours pratique d’initiation à la photographie, adaptée aux usages épigraphistes et montré l’impact de la photographie sur la production de données. Enfin, a été présenté le travail d’édition des inscriptions, sur support papier et en format numérique, qui doit donner à voir l’inscription dans sa réalité médiévale et l’interprétation qu’en fait l’historien.

L’école thématique ne s’est pas contentée d’offrir une formation théorique décontextualisée, elle a aussi confronté les stagiaires à la réalité du terrain. Les thématiques ont alors été abordées concrètement lors d’une promenade épigraphique dans Poitiers. Les inscriptions ont ainsi pu être analysées et interprétées dans leur contexte originel (à la cathédrale, au baptistère Saint-Jean, dans les églises Saint-Hilaire le Grand et Saint-Porchaire) ou dans le contexte modifié du musée qui pose le problème de la muséographie (par exemple, les inscriptions de l’hypogée des Dunes au musée Sainte-Croix). Chaque participant a également eu l’opportunité de présenter une étude de cas relevant de ses propres recherches. Les exemples donnés ont illustré la variété du champ épigraphique (inscriptions dans des enluminures de manuscrits, sur des plates-tombes, sur des sceaux, des colonnes, etc…). Ce temps de discussion fut l’occasion de nombreux échanges, de nombreux questionnements autour notamment de documents très difficiles à interpréter.

Le décloisonnement de l’épigraphie médiévale est l’un des grands enjeux de la discipline. L’école thématique a ainsi été l’occasion d’une ouverture vers l’épigraphie antique et l’épigraphie tardo-antique. Alexandre Vincent, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Poitiers, est revenu sur l’importance de l’épigraphie dans la connaissance des sociétés antiques, et sur les deux principales difficultés de cette approche : la distinction parfois difficile du vrai et du faux, le caractère restreint de la « population épigraphique » dont sont exclues les couches inférieures de la société. Morgane Uberti, docteure en archéologie de l’Antiquité tardive participant à l’inventaire des inscriptions de la Gaule chrétienne, a souligné toute la complexité et parfois le manque de pertinence du découpage entre Antiquité et Moyen-Âge, ainsi que les problèmes de la privatisation de l’épigraphie et de la définition d’une épigraphie considérée comme chrétienne. Enfin, la conférence de clôture de Dominique Stutzmann, chargé de recherches à l’IRHT en section de paléographie latine, a mis en lumière les liens entre étude des productions manuscrites et des inscriptions : leurs questionnements communs, leur travail commun sur la morphologie des lettres, la circulation des écrits du manuscrit vers la pierre, de la pierre vers le manuscrit.

Cette semaine intense rondement menée a donc été l’occasion de faire un tour d’horizon complet de l’épigraphie médiévale, d’en comprendre les enjeux techniques et heuristiques, de prendre toute la mesure de l’indispensable apport d’un corpus épigraphique si l’on veut comprendre le Moyen Âge. Elle a constitué un moment fort appréciable d’apprentissage, d’échanges et de convivialité.

Ecole thématique CNRS en épigraphie

EPI-MED

Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

CESCM, Poitiers – 28 mai-1er juin 2018

Lundi 28 mai

9h    Accueil des participants et remise du matériel pédagogique

9h30   Présentation générale de l’école thématique

10h   Introduction générale : « Un regard rétrospectif sur l’épigraphie médiévale » (Robert Favreau) ; « L’épigraphie, histoire et recherche » (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Visite au Musée Sainte-Croix. « Conserver et mettre en valeur les inscriptions médiévales) ; visite au baptistère Saint-Jean ; séance de questions/réponses face aux inscriptions

Mardi 29 mai

9h   Accueil et visite du pôle documentaire Berthelot

9h30   Présentation des grandes collections épigraphiques, de la bibliographie, des outils de travail (Estelle Ingrand-Varenne, Vincent Debiais)

11h Mise en perspective de l’épigraphie médiévale avec l’épigraphie antique et l’épigraphie chrétienne (Alexandre Vincent, Morgane Uberti)

12h30   Déjeuner

14h   Travaux pratiques à la Société des antiquaires de l’Ouest : lecture, relevés (photographie, dessin, estampage) et techniques

Mercredi 30 mai

9h   Edition des inscriptions : méthode traditionnelle et encodage numérique (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Rédaction des notices (Vincent Debiais) et exploitation des corpus (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Promenade épigraphique dans Poitiers : Notre-Dame-la-Grande, Îlot des Cordeliers, Saint-Hilaire : lecture, mise en contexte monumentale, relations texte/image (Vincent Debiais)

17h30   Remise des exercices et des lectures à préparer pour le lendemain

Jeudi 31 mai

9h   Les aspects langagiers et linguistiques des inscriptions (Estelle Ingrand-Varenne)

11h   Les questions de datation (Cécile Treffort)

12h30   Déjeuner

14h   Panorama des objets épigraphiques (Vincent Debiais)

16h   TD et TP d’édition, individuels et en groupe (Vincent Debiais, Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort)

18h   Entretiens individuels avec les stagiaires

Vendredi 1er mai

9h   Présentation des relevés et des copies modernes à la Médiathèque de Poitiers

11h   Table-ronde : présentation d’études de cas en lien avec les centres d’intérêt des stagiaires

12h30   Déjeuner

14h   Récapitulation chronologie, paléographie, langue, formes (Vincent Debiais)

16h30   Conférence de clôture : « L’épigraphie dans la perspective des productions écrites médiévales » (Dominique Stutzmann)

18h   Clôture de l’école thématique

Contacts :

  • Vincent Debiais (vincent.debiais@ehess.fr),
  • Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)