Archives de catégorie : Billets

Pour une lecture épigraphique des plates-tombes

Des ouvrages exclusivement consacrés à l’épigraphie médiévale ne paraissent pas tous les jours en France ou en Europe. Il faut bien souvent lire des livres traitant de sujets d’histoire de l’art, d’histoire sociale, d’histoire des représentations pour trouver de quoi satisfaire sa curiosité épigraphique. Il faut encore dépouiller des ouvrages traitant d’épigraphie en général pour se saisir des informations propres au Moyen Âge. Il faut aussi parcourir les travaux d’anthropologie pour y découvrir des usages inattendus de l’écriture épigraphique. Cette nécessité de lire large présente, cela va sans dire, un intérêt considérable pour générer de nouvelles questions, pour discuter les méthodes que l’on croit solidement assises sur l’historiographie et l’érudition, pour entrevoir des pistes de recherche nouvelles au sujet des inscriptions médiévales. Il se passe tout cela à la lecture de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire publié il y a quelques jours par Paul Cockerham qui, derrière l’inventaire des dalles à effigie connues pour l’ouest de la France entre le XIIIe et le XVIIe siècle, cache une mine de renseignements, d’idées, d’intuitions.  

Il faut un épigraphiste de bonne constitution pour reconnaître que l’édition des inscriptions gravées ou incisées sur les plates-tombes à effigie (qui font leur apparition dans le panorama épigraphique de la France actuelle dans la deuxième moitié du XIIIe siècle) provoque chez lui ou chez elle un enthousiaste débordant. La répétition des formats, la récurrence des formules, la similarité des dispositions, la conservation aléatoire des pièces… Il y a de quoi vouloir éviter à tout prix les grands ensembles de plates-tombes connus pour la Bourgogne, le Nord de la France, la Normandie ou les pays de l’Ouest tant l’édition peut se faire routinière, sans la surprise de la variété qu’offre la documentation épigraphique contemporaine dès lors qu’elle se développe sur un autre support, selon d’autres schémas de composition. Ajoutons à cela que, pour le Moyen Âge en France, le nombre de ces objets épigraphiques augmente de façon exponentielle jusqu’au milieu du XVe siècle au moins et que l’édition des inscriptions funéraires sur les plates-tombes représente un chantier dont il sera difficile de voir le bout. Mais l’épigraphiste tiède à l’idée de s’y lancer, s’il veut être honnête et juste, ne jettera pas la pierre à la documentation – qui n’y est pas pour grand chose, reconnaissons-le – mais s’interrogera plutôt sur les principes d’édition de ces textes qui, en se concentrant exclusivement sur le contenu, dédaignent trop souvent tout ce qui fait la plate-tombe et son intérêt historique, anthropologique et social : la forme de l’effigie, la gestion des attributs, les motifs héraldiques, les marques de prière, les déplacements du monument, les traces de modification, etc. Si l’on détache le texte de ces éléments, l’inscription est effectivement un formulaire sans originalité ; si on le replace sur la plate-tombe et la plate-tombe dans son contexte, l’inscription dit tout de suite davantage des mécanismes de commémoration, du signalement de la sépulture, des relations sociales entre les vivants et les morts. 

La publication récente de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffissaument (Donnington, 2022) est de lecture indispensable pour l’épigraphiste qui voudrait se réconcilier avec les plates-tombes, et pour tous les médiévistes qui s’intéressent aux monuments funéraires, précisément pour cette raison ; parce qu’elle propose une étude globale des dalles à effigie, des méthodes de production aux contenus épigraphiques, héraldiques et iconiques. Paul Cockerham, l’auteur de cette très belle monographie, a choisi pour cela de se limiter à une région donnée, les Pays de la Loire, et d’entrer profondément dans le matériau. Tout en reprenant certaines des méthodes et des conclusions des travaux de Robert Marcoux sur les tombeaux de la collection Gaignières et de Guillaume Grillon sur les monuments funéraires bourguignons, l’auteur ne cherche pas à produire une étude d’une envergure semblable, et il réduit donc son projet à 187 dalles à effigie datées entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XVIIe siècle. Il ne prend en compte que les dalles ( les slabs) et évacue les tombeaux et les gisants : le texte et l’image sont incisés à la surface du monuments. Ce corpus conséquent est réuni dans la deuxième partie de l’ouvrage (p. 242-270) dans un ensemble de notices, classées par département, puis par ordre alphabétique de communes. Chaque notice propose une description détaillée de la dalle (que l’auteur a confiée à l’écriture libre de petits paragraphes, ce qui rend les choses très agréables à lire), une transcription de l’inscription éventuelle, sa traduction, une description archéologique du monument et la bibliographie (ancienne et récente) mentionnant l’objet. La partie “édition épigraphique” de ces notices est parfaite et les normes suivies sont clairement détaillées p. 240 ;  en revanche, il n’y a aucun commentaire concernant les formules ou la langue, et il faut se reporter à des notes brèves ou à des renvois à la bibliographie sur ce sujet. On lira les notices en se référant à la magnifique série de planches qui referme l’ouvrage avec 213 figures en couleurs (photographies, dessins de la collection Gaignières, croquis…). L’ensemble est complété de précieux index, d’un glossaire et d’une bibliographie d’un trentaine de pages. Inutile de dire que le tout dénote une rigueur certaine et une érudition implacable, transformant ainsi The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire en un outil de référence pour quiconque s’intéresse à ces questions. 

L’ouvrage de Paul Cockerham n’est pas seulement un catalogue, cependant. Les 240 premières pages de son livre présent en effet une synthèse très riche établie à la suite du recensement des dalles à effigie. Les chapitres suivent le découpage chronologique que l’auteur a identifié dans la documentation. Cette organisation est évidemment très pratique, mais elle correspond surtout à la grande question de recherche posée dans la très bonne introduction de l’ouvrage et qui concerne, pour faire simple, les raisons de l’apparition soudaine et de la disparition non moins soudaine de ces dalles à effigie. Plutôt que de chercher à repérer des causes à grande échelle ou sur les grands nombres – comme avait pu le faire Robert Marcoux, par exemple – Paul Cockerham s’intéresse avant tout aux raisons locales de cette émergence et ancre le phénomène dans ce qu’il désigne comme le micro-paysage monumental. C’est l’église-bâtiment comme lieu de sépulture et d’affichage de l’effigie qui est au coeur de ses réflexions en ce qu’elle cristallise toutes les dynamiques sociales de représentation entre clercs et laïcs, puissants et dominés. Les cinq chapitres centraux ne sont donc pas répétitifs puisqu’ils ne dessinent pas une “évolution” à proprement parler, mais les circonstances matérielles et sociales qui expliquent l’existence, la forme et les variations de ces dalles

Le deuxième chapitre est consacré aux “earliest slabs” et s’interrompt vers 1350. En s’arrêtant en particulier sur les dalles des anciennes abbayes d’Asnières (49) et de Villeneuve (44), l’auteur pose deux notions fortes pour ces monuments : le seuil et le mausolée ; dans les deux cas, la dalle est là pour signaler, marquer et afficher l’effigie ou bien pour distinguer deux lieux au sein de l’espace sacré, ou bien pour réunir par juxtaposition des images et des tombes les membres d’un même entourage. Dans le troisième chapitre consacré à ce qu’il reste du XIVe siècle, Paul Cockerham s’intéresse principalement à la place plus importante des seigneurs locaux qui semblent s’emparer de cette forme monumentale pour afficher leurs réseaux de commémoration. C’est le moment où apparaissent les tombeaux doubles réunissant dans la pierre le mari et l’épouse, le parent et l’enfant. Le quatrième chapitre concerne le XVe siècle et se concentre sur les formes de commémoration en distinguant les laïcs des clercs, et en pistant d’éventuelles singularités épigraphiques dans les épitaphes. Les dalles à effigie de la ville du Mans sont à l’honneur dans ce chapitre qui constate l’apogée du phénomène monumental dans l’ouest de la France. Le chapitre suivant, le plus long, a pour sujet le XVIe siècle et la production “en série” des dalles à effigie – une question débattue et qui ne peut être résolue qu’en pensant “local” comme le fait Paul Cockerham. Il piste les traces laissées par la production spécialisée d’ateliers qui marquent de leur empreinte, de leur “patte”, les grands centres d’inhumation. C’est là que sont posées les questions de format, de mode, de tendance, de modèle. Dans le chapitre 6, l’auteur s’intéresse aux variations nombreuses qui affectent le modèle en apparence “standard” de la plate-tombe au cours du XVIe siècle et qui conduisent, en partie, à la disparition du monument. Quel que soit l’approche retenue dans ces chapitres, les réflexions sont transversales et le spécialiste de la sculpture, de l’image, de l’inscription ou de l’héraldique trouvera de quoi alimenter sa réflexion à toutes les pages. Les exemples sont finement analysés et, plus qu’à une synthèse, on assiste au développement d’un essai passionnant sur les usages funéraires sur le temps du long Moyen Âge

La conclusion remarquable qui referme la première partie de The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire propose des réflexions essentielles pour comprendre l’apparition et la disparition de ce format funéraire, autour de l’adéquation entre marquage de la sépulture et pratiques de commémoration. Paul Cockerham replace également la production de ces monuments dans une longue histoire de la commande funéraire et des techniques de construction, éléments trop souvent négligés pour saisir l’effet produit par l’incongruité, la singularité, la virtuosité ou au contraire par la banalité, la récurrence, la médiocrité d’une plate-tombe dans un contexte donné

Cette très belle publication, soignée jusque dans ses moindres détails, vient compléter le volume 23 du Corpus des inscriptions de la France médiévale pour les objets épigraphiques postérieures à 1300. Elle apporte également quelques corrections importantes au sujet de la tradition manuscrite de certaines dalles. Elle montre aussi la véritable diversité formelle qui se cache derrière la très juste expression d’incision et qui permet de regrouper les plates-tombes bien-sûr, mais aussi toutes ces dalles en apparence autonomes mais scellées dans les murs près des tombeaux. Ce livre n’est pas une pierre de plus à l’édifice auquel ont contribué les travaux de F.A Greenhill pour la chrétienté médiévale, de R. Marcoux pour les dessins de la collection Gaignières, de G. Grillon pour l’espace bourguignon, de B. Imhaus pour Chypre – entre autres. The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire pourrait bien devenir la fondation en sous-oeuvre, tant pour sa méthode que pour ses enjeux historiques et anthropologiques, des futurs recherches sur les monuments funéraires médiévaux

Paul Cockerham, The Incised Effigial Slabs of the Pays de la Loire. Bien graver et souffisaument, Donington, 2022, 426 p. (ISBN=978-1-907730-95-5)

Titulus : notices en téléchargement

L’épigraphie médiévale s’est constituée en France autour de la publication, depuis 50 ans, des volumes du Corpus des inscriptions de la France médiévale. L’année 2017 a marqué un tournant avec la mise en place complémentaire d’une base de données en ligne, permettant une nouvelle visibilité et de nouvelles recherches : Titulus. Ce nouvel outil est au cœur d’un changement important dans les pratiques d’édition avec la mise en place de l’encodage XML-TEI des notices épigraphiques. Avec Titulus, il est devenu possible faire des recherches par critère (datation, localisation, fonction, langue, …), mais aussi de mieux visualiser les caractéristiques graphiques des inscriptions grâce à des transcriptions plus précises que ce qui est possible dans une édition papier.

Différentes possibilités de visualisation de la transcription dans Titulus. L’exemple de l’épitaphe de Bernucius (XIIe s.) conservée au Musée Bertrand de Châteauroux.

Depuis septembre 2022, deux nouvelles fonctionnalités sont proposées :

  • La citation d’un DOI, c’est-à-dire d’une URL stable.
  • L’export de l’ensemble de la documentation contenue dans Titulus, en téléchargeant ce jeu de données déposé dans Zenodo.

Cette évolution de Titulus vient compléter l’adéquation du projet aux principes de science ouverte FAIR.

Nouvelles exigences et possibilités de la science ouverte

Titulus respecte depuis sa création les principes de la science ouverte en mettant à disposition de toutes les personnes intéressées des éditions d’inscriptions structurées dans un format ouvert (XML-TEI) et correspondant au référentiel de la discipline (schéma EpiDoc spécifique à l’épigraphie). Le choix d’Huma-Num pour héberger le site internet était également un gage de pérennité.

Les standards de la science ouverte ont cependant beaucoup évolué ces cinq dernières années, avec la diffusion des principes FAIR. Il devenait ainsi indispensable de compléter Titulus pour qu’il soit complètement Facile à trouver, Accessible, Interopérable et Réutilisable. Cette FAIRisation s’est faite avec l’aide de COSME².

L’appui d’Huma-Num

Le développement de Titulus est depuis le début financé et accompagné par la TGIR Huma-Num, en particulier par le biais de son consortium Sources médiévales – COSME puis COSME².

L’objectif de COSME² est de soutenir la FAIRisation des 29 projets partenaires du consortium. C’est dans ce cadre qu’Andrey Grunin a été recruté pour développer une documentation pédagogique adaptée, évaluer le degré de correspondance de chaque corpus aux principes FAIR, proposer des solutions adaptées à chaque projet, et enfin assurer une assistance technique directe aux équipes de recherche. Son travail remarquable, dont l’intérêt dépasse l’édition des sources médiévales, est en grande partie accessible sur GitHub

Grâce à la bonne conception initiale de Titulus par Clara Renedo Mirambel, il restait peu de choses à faire pour FAIRiser l’outil : Andrey Grunin a uniquement préconisé le dépôt des données dans Zenodo.

Le dépôt sur Zenodo

Zenodo est un entrepôt de données européen, initialement créé par le CERN dans le cadre du programme-cadre européen Horizon 2020. Il permet d’archiver et de partager toutes sortes de documents : publications, posters, jeux de données, programmes informatiques… L’ensemble des dépôts réalisés dans le cadre de COSME² sont rassemblés dans la « communauté » du même nom, ce qui permet de naviguer facilement entre-eux.

La « communauté » COSME² sur Zenodo

Plusieurs types d’accès sont proposés dans Zenodo : ouvert, sous embargo, restreint… Dans le cas du CIFM, le respect des droits d’images ne permettait pas un accès ouvert : c’est donc l’accès restreint qui a été choisi, ce qui signifie que les personnes qui souhaitent télécharger le jeu de données doivent en faire la demande à l’équipe d’épigraphie de Poitiers. Cette contrainte permettra d’accompagner les collègues intéressés et, nous l’espérons, nouer de nouvelles collaborations scientifiques.

Le dépôt contient l’intégralité des fichiers hébergés dans Titulus au 31 août 2022, soit :

  • 447 images
  • 286 fichiers XML
  • 5 schémas DTD
  • Le manuel d’encodage

Cette documentation correspond à l’essentiel des notices publiées dans les 4 derniers volumes parus du CIFM : volume 25 (Départements de l’Indre, Indre-et-Loire et Loir-et-Cher), 26 (Département du Cher), ainsi que les hors-série I (Inscriptions carolingiennes) et II (Nouvelle édition des inscriptions de Poitiers).

Il s’agit d’un premier versement, une version 1.0.0 qui sera complétée par de nombreuses mises à jour au fur et à mesure de l’enrichissement de Titulus. Chaque version sera identifiée par un DOI unique, qui permettra de citer de manière stable chaque jeu de données. Vous pouvez dès à présent utiliser le premier identifiant : https://doi.org/10.5281/zenodo.7038093

Remerciements

Merci à Clara Renedo Mirambel, dont le travail en amont de conception et de développement de Titulus a permis d’exporter le jeu de données en quelques clics.

Merci à Andrey Grunin, pour toutes ces explications et conseils sur la FAIRisation.

Merci également au comité de pilotage de COSME² pour leur travail de fond.

Du nouveau à l’inscripthèque !

Les rayonnages d’épigraphie médiévale s’emplissent et s’agrandissent au Pôle documentaire ! Venez voir !

Nouvelles acquisitions :

  • Agrigoroaei Vladimir, Dussart Clément, Grégor Thierry, Ingrand-Varenne Estelle, Mavromatidis Savvas, Villano Maria Aimé, « L’inscription-palimpseste de Larnaca », Museikon, Alba Iulia, 2021.
  • Albrecht Stephan, Drewello Rainer and Tenschert Ruth, « L’inscription médiévale au soubassement de la façade sud », in Stephan Albrecht, Stefan Breitling, Rainer Drewello dir., Les portails du transept de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Architecture, sculpture, polychromie, Michael Imhof Verlag, 2022, p. 64-77. 
  • Bayer Clemens M.M., « Cappenberger Köpfe, eine Handwaschschale und anderes in den Einschlägigen Textlichen Überlieferungen des 12. Jahrhunderts », Cappenberg 1122 – 2022. Der Kopf das Kloster und seine Stifter, ed. Knut Görichp, Verlag Schnell & Steiner, 2022, p. 271-311.
  • Bollaert Johan, « Dating Medieval Roman Alphabet Inscriptions– An Example from Hallvard’s Cathedral in Oslo », Collegium Medievale 2021, p. 91-113.
  • Caramello Eva and Schmitz-Esser Romedio, “From Genova to Yangzhou? Funerary Monuments for Europeans in Yuan China and their Paleographic Analysis”, Medieval Worlds. Africa 500-1000. New Perspectives for historical and archaeological research – Global Epigraphy II. Perception and Representation of the Foreign, No. 16, 2022, p. 210-228.
  • Grassi Vicenza, « Le iscrizioni arabo-islamiche nell’opera di Gentile da Fabriano. », in Intorno a Gentile da Fabriano. Nuovi studi sulla pittura tardogotica, 2008, p. 33-44.
  • Kruschwitz Peter, “Imaginations of Barbarians and Barbarian Lands in the Latin Verse Inscriptions”, Medieval Worlds. Africa 500-1000. New Perspectives for historical and archaeological research – Global Epigraphy II. Perception and Representation of the Foreign, No. 16, 2022, p. 163-194.
  • Louineau Valentin, « Écrire dans l’acier des lames : les inscriptions des épées médiévales (xie-xve siècles) », In-Scription, 2022.
  • Paviot Jacques, « Les inscriptions grecques et hébraïques dans les tableaux eyckiens. », Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art, 2006, p. 53-73.
  • Rhoby Andreas, “Foreign(er)”, “Strange(r)” and “Extraordinary”: xenos and its Meanings in Byzantine (Metrical) Inscriptions”, Medieval Worlds. Africa 500-1000. New Perspectives for historical and archaeological research – Global Epigraphy II. Perception and Representation of the Foreign, No. 16, 2022, p. 195-209.
  • Rhoby Andreas, “Interpunktionszeichen in byzantinischen Versinschriften”, in Christian Brockmann, Daniel Deckers, Dieter Harlfinger, Stefano Valente ed., Griechisch-byzantinische Handschriftenforschung, Walter de Gruyter, 2020, p. 293-302.
  • Tichy Gottfried and Staley Lisa, « Kufische und pseudokufische Inschriften in Salzburg und im europäischen Kontext – Herkunft und Bedeutung », Mitt(h)eilungen der Gesellschaft für Salzburger Landeskunde, 2005, vol. 145, p. 339-362.
  • Zajic Andreas, “Alieness in Inscriptions and Alien Inscriptions. Alterity and Strangeness as Reflected in Pre-Modern Inscriptions from Central Europe”, Medieval Worlds. Africa 500-1000. New Perspectives for historical and archaeological research – Global Epigraphy II. Perception and Representation of the Foreign, No. 16, 2022, p. 229-262.

L’épigraphie médiévale de Norvège

Johan Bollaert a soutenu le 2 septembre 2022 une thèse de doctorat à l’Université d’Oslo (Department of Linguistics and Scandinavian Studies) intitulée Visuality and Literacy in the Medieval Epigraphy of Norway. Elle est consacrée à l’étude des inscriptions médiévales de Norvège. 

Alors que la plupart des Norvégiens n’utilisent aujourd’hui qu’un seul alphabet, deux alphabets étaient utilisés dans la Norvège médiévale : l’alphabet runique et l’alphabet romain. Dans sa thèse, Johan Bollaert explore ce que l’utilisation de ces deux alphabets peut nous apprendre sur la façon dont les Norvégiens médiévaux abordaient l’écriture, notamment en ce qui concerne l’aspect visuel des inscriptions publiques. Il montre que l’épigraphie en alphabet latin est plus standardisée et conventionnelle, tandis que l’épigraphie runique est plus variée. Il affirme que ce n’est pas parce que les sculpteurs runiques étaient moins habiles à écrire, mais parce qu’ils étaient moins liés par des normes. L’épigraphie de l’alphabet latin était au contraire très institutionnalisée et organisée. Il se peut également que la connaissance de l’alphabet runique ait été plus répandue dans la société que celle de l’alphabet romain, comme l’indique la multitude de graffitis runiques.

En fait, alors que l’écriture runique est souvent associée à un faible taux d’alphabétisation, de nombreuses inscriptions en alphabet romain semblent destinées à un public analphabète. Elles se concentrent souvent sur les images d’accompagnement et l’aspect visuel. Les inscriptions runiques, au contraire, ont tendance à être plus sobres, et ne pouvaient être appréciées et comprises que par ceux qui savaient lire. Ces résultats indiquent qu’il ne faut pas sous-estimer le niveau d’alphabétisation des auteurs runiques médiévaux, ni l’accessibilité de l’écriture en Norvège médiévale, avant même la véritable montée en puissance de la production d’alphabets latins.

Pour en savoir plus, retrouvez le billet de Vincent Debiais, membre du jury de soutenance de J. Bollaert : https://devisu.hypotheses.org/1873 

Le 1er Summer Camp de Roda: un incubateur

Dix-huit mois : c’est le temps écoulé depuis la dernière participation à un colloque ou une journée d’étude pour la plupart des jeunes chercheurs réunis lors de cette rencontre internationale d’épigraphie. Douze mois : c’est le temps qu’il a fallu pour lancer et relever le défi pour Vincent Debiais, (EHESS), à l’initiative de ce Summer Camp, particulièrement attentif à la situation difficile, d’isolement et solitude, des doctorants pendant la Covid-19. Ces trois jours de rencontre et d’échange à Roda étaient donc attendus, comme une bouffée d’air revigorante avant de s’embarquer pour une nouvelle année ! Un lieu s’imposait pour un tel challenge : le petit village Roda de Isábena en Espagne, piton rocheux surplombant un paysage de montagne époustouflant, et laboratoire épigraphique à ciel ouvert avec les quelques 230 inscriptions de son cloître. L’accueil est à la hauteur – grâce aux nombreux acteurs locaux – et propice à l’élévation des esprits.

 

Venus du Québec et des Etats-Unis, d’Italie, de France et d’Espagne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Norvège et de Croatie, avec des bagages différents en Sciences humaines et sociales, les quinze participants issus de 14 institutions présentent leurs recherches doctorales ou postdoctorales, confrontent leurs hypothèses, et questionnent tous un même objet : l’inscription au Moyen Âge. 

Une constellation de thématiques surgit donnant un vaste panorama des recherches actuelles en épigraphie : des lipsanothèques (Marianne Blanchard) aux objets d’orfèvrerie signés ou en géorgien (Mandy Telle, Bella Radenovic), des tombes angevines à Naples (Nunzia Tota) aux chartes lapidaires italiennes (Arianna Nastasi), des peintures de Valence et charpentes peintes domestiques en Occident (Julio Macían Ferrandis, Hugo Chatevaire) aux représentations d’inscriptions dans les premiers imprimés (Rachel Carlisle), des traces inscrites de l’histoire intellectuelle de Ravenne (Antonin Charrié-Benoist) aux poèmes épigraphiques de Venance Fortunat et Eugène de Tolède (Silvia Gómez Jiménez), de la croix de Ruthwell (Kerstin Majewski) aux objets de dévotion dans l’Adriatique (Matko Marušić), des mises en scènes et jeux d’écritures runique et latine en Scandinavie (Johan Bollaert, Alessandro Palumbo) au blanc/vide dans les épitaphes tardo-antiques (Becca Grosse).

Cette énumération, qui donne une vision kaléidoscopique, révèle surtout un Moyen Âge épigraphique dans lequel une même culture graphique se déploie, dépassant les supports, langues et frontières. Des questions communes à tous sont apparues : Qui écrit ces textes ? Pourquoi ? Quelle relation l’écriture exposée ou cachée noue-t-elle avec son environnement ? Quelle communication est à l’œuvre pour quel public, avec quel niveau de littéracie ? Quelles méthodologies utiliser pour l’analyse et comment les combiner ? Comment ne pas se laisser enfermer dans des catégories de pensée ou ne pas tomber dans le placage anachronique de modèle ? Un des moyens pour répondre à ces multiples interrogations est un des paris du projet : prendre son temps. Le format long des présentations permet à chacun d’aborder les dossiers avec lenteur et profondeur, et de provoquer chez les auditeurs une vraie stimulation intellectuelle. On réapprend et savoure d’autant plus le fait de pouvoir discuter à bâton rompu, après ce long temps de confinement, de distance, d’écran, de virtuel. L’échange s’installe dans la bienveillance, comme un accompagnement de la part des répondants issus tant de l’histoire de l’art avec Stefano Riccioni, Gerardo Botto et Maria Villano, que de l’histoire de l’écrit avec Paul Bertrand, Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne

Ecouter, croiser, accompagner donc, mais aussi faire communauté : dans ce huis-clos aragonais, au fil des présentations, des café et des repas, les liens se tissent et petit à petit se crée une communauté de jeunes chercheurs à l’échelle de l’Europe. L’enjeu est aussi là, car l’épigraphie est une discipline parfois isolée dans certains laboratoires et nombre de doctorants n’ont pas toujours avec qui échanger. Si la rencontre a été le point culminant, elle était largement préparée en amont par des vidéos égrainées durant l’hiver et le printemps, où chaque voix – celle des communiquants et des répondants – a participé (à retrouver ici); belle manière de fédérer peu à peu le petit groupe et de donner un avant goût alléchant.

Un dernier verbe doit être ajouté pour retranscrire au mieux cette expérience rodannienne: transmettre. La rencontre se passait dans l’intimité d’une ancienne glacière, sans auditeurs extérieurs, pourtant le grand public ne fut pas oublié. Trois conférences dans les villes environnantes (Thierry Grégor à Benabarre ; Gerardo Botto Varela à Graus ; Vincent Debiais à Barbastro) ont rythmé les soirées, ainsi que la visite du Musée de Barbastro avec son église-cathédrale et du cloître de Roda. L’espace claustral chargé en écriture est l’objet d’une étude collective en cours d’achèvement, dirigée par Vincent Debiais, qui paraîtra bientôt dans la revue In-Scription. Cette transmission fut aussi celle des compétences d’un expert en taille de pierre, Thierry Grégor, présentant les outils des lapicides, les gestes des artisans et les traces laissées dans le calcaire des arcades et chapiteaux lors d’une visite nocturne et un éclairage rasant.  

Se confronter au terrain et à la matière, à l’objet et aux idées, tel pourrait être le récapitulatif lapidaire de cette première rencontre, avec le vœu qu’elle soit suivie d’autres aussi riches et fécondes.   

   

Pour un compte-rendu plus détaillé: https://devisu.hypotheses.org/1575 

Webinaire SEMPER: Transmissions épigraphiques

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année sous forme de webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM (le CIFM/Titulus, CARMECA, IGAMA, l’ERC GRAPH-EAST), en partenariat avec le CRFJ Jérusalem. Neuf séances se dérouleront entre octobre 2021 et juin 2022, à raison d’une par mois, autour du thème “Transmissions épigraphiques”.  

« Transmettre un message au public le plus large » telle est une des fonctions de l’inscription. Mais en quoi consiste cette transmission ? Sur quoi porte-t-elle et qu’implique-t-elle ?  Parler de « transmissions épigraphiques » permet d’interroger l’idée non de permanence qui efface le rapport au temps, mais de continuité qui intègre les remous de l’histoire, les variations d’interprétations, les transformations du support. L’emploi continu de formes d’écriture comme la capitale (entendu au sens de grande lettre placée dans un système bilinéaire), la récurrence de certaines formules funéraires qui traversent le Moyen Âge et se trouvent toujours utilisées dans nos langues modernes, ou encore le remploi matériel intentionnel d’une pierre inscrite dans un mur, sont trois exemples les plus évidents de la durée véhiculée par l’inscription. Cette continuité se fait à travers la passation (trans-) ; elle s’inscrit dans une chaîne temporelle et/ou spatiale. Elle implique un mouvement, comme le montrent la cartographie des formules épigraphiques en Europe ou les transferts entre Orient et Occident. Elle met aussi en en avant les intermédiaires qui participent à ce maillage, voire cet engrenage.

Au-delà du contenu et de la forme d’un message, le texte épigraphique est aussi une trajectoire, un itinéraire dans le temps, celui de l’histoire de sa transmission sur d’autres média que son propre support. Dès le Moyen Âge, les inscriptions sont recopiées dans les manuscrits ; aux XVI-XVIIe siècles, les imprimeurs vont redoubler d’originalité pour reproduire fidèlement et faire voir ces textes monumentaux ; les dessins, les estampages, les premières photographies au milieu du XIXe s. jusqu’à la photogrammétrie aujourd’hui font partie de ce travail de transmission. Le travail d’édition – car l’éditeur est un « passeur » – doit aussi être questionné.

Ce webinaire sera donc l’occasion à travers cette thématique transversale d’interroger de manière collective l’objet « inscription » tout autant que l’histoire même de la discipline épigraphique, la mise en scène du travail de l’histoire comme une méthodologie en acte, pour reprendre une expression d’Étienne Anheim (Le travail de l’histoire).

Les 9 séances d’octobre 2021 à juin 2022 se dérouleront avec le même lien Zoom ci-dessous :

https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09

(ID de réunion : 898 4254 1808 ; Code secret : 013157)

Programme : 

  • Jeudi 14 octobre,  10h-12h : Elisabetta Scirocco (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)« Dinamiche di ‘trasmissione epigrafica’ nella badia benedettina di Cava de’ Tirreni (Salerno): tradizione e creazione di una memoria monumentale ». Répondant : Maria Villano.
  • Jeudi 25 novembre, 14h-16h : Jean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor (CESCM, Université de Poitiers), « La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites »
  • Jeudi 16 décembre, 14h-16h : Michele Bacci (Université de Friburg, Suisse), “Les graffitis de la Nativité de Bethléem, l’édition du manuscrit de Emérico Vicente Juhász, Pinturas y grafitos. Basílica de la Natividad en Belén (Milan: Edizioni Terra Santa, 2021)”. Répondants: Clément Dussart et Estelle Ingrand-Varenne.
  • Jeudi 13 janvier, 10h-12h : Antonino Tranchina (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)
    « Ways of Indexicality. Graffiti and the Staging of the Sacred across the Norman South »
  • Jeudi 17 février, 10h-12h : Cécile Treffort (CESCM, Université de Poitiers) « La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne »
  • Jeudi 17 mars, 10h-12h : Vincent Debiais (EHESS, Paris)
    « Transmettre l’inscription par l’inscription : copier, refaire, augmenter les textes funéraires (Espagne, Empire, XIIIe-XVIe siècle) »
  • Jeudi 9 avril, 10h-12h : Morgane Uberti (Universidad Complutense, Madrid), « Transmettre le temps : la date inscrite, entre temporalité et figure de l’histoire (Antiquité tardive, Moyen Age) »
  • Jeudi 19 mai, 10h-12h : Susanne Thürigen (GERMANISCHES NATIONALMUSEUM- Leibniz-Forschungsmuseum für Kulturgeschichte), « Objects that talk. Inscriptions on early modern table clocks ». Répondante: Rachel Carslile (PhD candidate, Department of Art History, Florida State University)
  • Jeudi 9 juin, 10h-12h : Rafał Quirini-Popławski (Jagiellonian University in Kraków), « Mission impossible between an inscription, a coat of arms and an ornament. The issue of assigning a “cultural identity” to the stone slabs in the late medieval Crimea ». Répondant: Sercan Saglam (Post-doc member of Graph-East)

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

Épigraphie médiévale de l’autel chrétien : Mobilier, objet, décor

Séminaire organisé par Vincent Debiais sur les  inscriptions placées au contact de l’autel chrétien dans l’Occident médiéval, dans le cadre des activités d’enseignement du groupe Anthropologie historique du long Moyen Âge de l’EHESS.

Horaires et lieu : 8h30-10h30, Paris, Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.08.

Site et contact sur https://devisu.hypotheses.org/1557 

Pour s’inscrire afin de suivre le séminaire à distance :  https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=902

Calendrier :

  • 17 novembre 2021 – L’autel, monument et signe du sacrifice (introduction)
  • 1er décembre 2021 – Autel et écriture : constantes anthropologiques 
  • 15 décembre 2021 – Transformation, institution : la question de la consécration
  • 19 janvier 2022 – Écrire la liturgie sur l’autel : action rituelle et définition de l’espace liturgique
  • 2 février 2022 – Présence et dissimulation : l’écriture et la relique
  • 16 février 2022 – L’inscription, le corps, la voix : présences à l’autel
  • 2 mars 2022 – Interactions entre écriture et images sur l’autel
  • 16 mars 2022 – Retables et antependiums : la fabrique du lien « liturgique » par l’écriture
  • 6 avril 2022 – Relève et prise en charge : l’écriture sur les objets liturgiques
  • 20 avril 2022 – Réseaux de noms : le dossier des autels de Saint-Savin-sur-Gartempe
  • 18 mai 2022 – Ouvertures : lipsanothèques (Marianne Blanchard, Université de Barcelone) et autels portatifs (Sarah Luginbill, Trinity University, San Antonio)
  • 1er juin 2022 – L’écriture dans la définition du « liturgique » au Moyen Âge (conclusion)

Actus épigraphiques

Calendrier des activités épigraphiques en cette fin d’année :

– Mercredi 23 juin, 14h-16h30, workshop Préparer la mission de terrain : renseignement et lien Zoom sur le carnet de l’ERC GRAPH-EAST  https://grapheast.hypotheses.org/130 
 
– Mardi 29 juin, 17h, conférence organisée par le groupe “Epigraphik in der Hollandstraße” : Sara Tucci, A New Area of Graphic Particularism? Lombardic Writing in the Adriatic Arc (7th-11th cent.), informations ici ; merci de contacter par mail andreas.zajic@oeaw.ac.at
 
– Mercredi 30 juin – Jeudi 1er juillet, workshop Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem, co-organisé avec Robert Kool (IAA, Israel) ; informations : https://grapheast.hypotheses.org/158 et lien Zoom sur demande (contact: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)
 
Retrouver les différents programmes épigraphiques du CESCM sur le site du laboratoire et sur le carnet de l’ERC.

L’épigraphie funéraire chez les mendiants

Haude Morvan publie à l’École française de Rome un très bel ouvrage consacré aux sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle. Très fouillée et richement illustrée, cette étude est en réalité beaucoup plus ambitieuse que ne le laisse penser son titre. L’auteur se livre en effet à une étude passionnante des stratégies funéraires mises en œuvre par les membres les plus en vue de la Curie pour assurer la célébration de leur mémoire dans les églises mendiantes. Haude Morvan se livre bien entendu à une analyse magistrale des tombes, mais elle aborde aussi les questions spirituelles, administratives, théologiques de la création de ces sépultures de prestige. Et elle n’ignore pas, bien au contraire, les inscriptions funéraires rédigées et matérialisées pour les prélats. Un compte rendu de lecture épigraphique, donc.

Les inscriptions funéraires sont très nombreuses dans les églises et les couvents des Ordres mendiants à partir du XIIIe siècle : c’est le constat épigraphique que l’on pouvait faire jusqu’à présent à la lecture de l’inventaire réalisé par le Corpus des inscriptions de la France médiévale à Poitiers. Il manquait une étude historique de ce corpus foisonnant qui détaillerait les raisons de cette hyper-représentation et qui analyserait en profondeur ce que l’inhumation dans les églises dominicaines ou franciscaines implique sur la forme des sépultures ou le contenu des inscriptions. Avec son très beau Sous les pas des frères. Les sépultures de papes et cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle, Haude Morvan apporte des éléments de réponses précieux en privilégiant une approche “totale” du monument funéraire. Le terrain historiographique n’était pas vierge et l’introduction fait le point sur des travaux d’inventaire ou d’analyse importants – le recueil de Jörg Garms, les synthèses de Julian Gardner. Mais c’est précisément parce qu’Haude Morvan décide d’envisager le tombeau, son lieu, son décor, son histoire (sur le temps long de l’institution) et ses inscriptions que son travail est important pour comprendre en quoi l’inhumation chez les Mendiants a marqué l’histoire des pratiques funéraires, en dépassant les questions strictement stylistiques ou formelles. L’ouvrage est très érudit et l’utilisation des sources textuelles et des documents d’archive permet de reconstituer le contexte de chacune des inhumations envisagées entre 1250 et 1304 pour les membres du collège cardinalice et les papes (soit une vingtaine de dossiers).

Si le livre d’Haude Morvan est aussi important pour les études épigraphiques, c’est qu’il réserve une place de choix au traitement des inscriptions qui ont intégré, à un moment ou un autre de la vie du monument, le système funéraire. L’auteur résiste en effet à la tentation de compiler sèchement un corpus des inscriptions funéraires destinées aux cardinaux – le travail a d’ailleurs déjà été fait en partie – pour intégrer au contraire avec intelligence l’analyse de chacune des épitaphes dans l’histoire du tombeau. Pour ce faire, pas question de distinguer le contenu de l’inscription de sa forme ou de son emplacement, mais plutôt de penser que l’action épigraphique contribue, dans tous ses aspects, à la composition du monument funéraire. Comme tous les épigraphistes du monde, Haude Morvan se trouve confrontée aux aléas de la conservation et l’ensemble des inscriptions rassemblées est lacunaire ; elle a cependant su retracer la piste des textes conservés dans la documentation manuscrite et fournir ainsi une image très complète des interactions entre les constructions, les images et les textes pour la plupart des tombes recensées. Sous les pas des frères donne un coup de projecteur sur le production épigraphique à la Curie, une production de haute qualité composée très largement d’inscriptions en vers mêlant les topoi funéraires (parfois très élaborés) et les éléments biographiques plus précis. Les inscriptions pour les cardinaux et les papes correspondent ainsi à ce que l’on sait des textes poétiques rédigés à la mort des grands prélats en Occident, et pour aller plus loin sur cette constance, véritable signe d’appartenance à l’Ecclesia, on ne manquera pas de revenir, comme le fait l’auteur, à la belle étude d’Iiro Kajanto, Classical and Christian studies in the Latin epitaphs of medieval and renaissance Rome, Helsinki, 1980. Haude Morvan commente avec beaucoup de soin les formules employées dans les poèmes et les relie au contexte précis de la mort des défunts. La vraie diversité concerne l’emplacement des textes dans le dispositif monumental. Les plates-tombes présentent un texte qui court sur les quatre côtés de la dalle, sans surprise, alors que les tombeaux en surface choisissent de déployer le ou les texte(s) sur la cuve, sur le mur, sur le côté du monument, en intégrant dans sa structure un support ad hoc – en créant un objet épigraphique distinct, partie d’un tout. C’est au chapitre 3 “Entre discours communautaire et mémoire individuelle” que le lecteur trouvera la plupart des réflexions épigraphiques, mais on verra également les études de cas du chapitre 4, avec entre autres l’étude de l’épitaphe de Clément IV à Viterbe.

Parce que les inscriptions ne sont qu’une partie du travail d’Haude Morvan, et parce qu’elle les insère dans un réseau funéraire qui va des chroniques à l’héraldique, de la sculptures funéraire au dispositif liturgique, l’objet épigraphique n’apparaît pas dans le livre comme un élément hors-sol, comme la pièce d’un musée cardinalice qui n’existe pas. Sous les pas des frères restitue en réalité à l’inscription sa dimension anthropologique : elle est la prolongation matérielle du souvenir du défunt et en dit long sur l’idée de la mort, du souvenir, de la dimension transcendante du corps de l’Église, etc. En ce sens, et toujours dans ce très riche chapitre 3, Haude Morvan livre une formidable analyse de la notion d’humilitas en relation avec la présence au sol des tombes et des images (visuelles ou textuelles) des défunts. Véritable étude dans l’étude, elle part du premier distique de l’épitaphe du pape franciscain Nicolas IV (mort en 1292) : Hic tumulus tumulat humiliem qui fascibus auctus / sic moriens statuit ossa manere sua, et nous invite à nous interroger sur ce que produit ou non la présence, la forme, la sophistication de l’inscription dans l’exaltation du tombeau et du défunt. Dans le scandalum que représente toujours l’irruption du tombeau dans l’église, que fait l’épitaphe pour distinguer ou au contraire intégrer le monument dans le bâtiment ?

Haude Morvan évite la création de ce musée imaginaire en insistant également sur la dimension dynamique, mouvante, presque insaisissable du paysage funéraire des églises des Mendiants. Tous les monuments de son corpus ont été déplacés, modifiés, transformés, complétés, mutilés… Les tombeaux qui se présentent sous nos yeux à Viterbe, Rome ou Lyon portent les empreintes d’une gestion de l’espace funéraire sur le temps long, au gré des transformations architecturales, liturgiques, institutionnelles. Le recours aux écrits modernes pour documenter les sépultures médiévales contribue à l’écriture d’une histoire monumentale au-delà de la périodisation. C’est en particulier le cas pour les inscriptions dont on peut attester le remplacement, la réfection, la traduction. Loin de l’aspect figé que l’on accorde par inertie à l’écriture épigraphique, l’inscription témoigne ici d’une son insertion dans le temps ; soumise aux contraintes et aux aléas, elle s’adapte, se renouvelle ou disparaît quand elle n’est plus en mesure d’être ce pourquoi elle avait été initialement prévue. Comme le tombeau, elle est dans la vie du couvent et doit être “lue” en lien avec les autres marqueurs de la mémoire et de l’identité, tels que l’héraldique.

Dans Sous les pas des frères, Haude Morvan propose une étude de cas tout à fait stimulante. Avec ces inscriptions de prestige, ce que l’on tire de cette lecture n’est pas exportable à l’ensemble de la production épigraphique du Moyen Âge. En revanche, la méthode, la rigueur et l’audace des analyses de l’auteur peuvent sans aucun doute servir d’inspiration pour replacer les inscriptions dans l’étendue de leur contexte. Haude Morvan le fait en multipliant les échelles, du plus petit élément de sculpture à l’histoire générale des Ordres mendiants. C’est sans doute cela aussi “penser global”.

MORVAN, Haude. « Sous les pas des frères » : Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle. Nouvelle édition [en ligne]. Rome : Publications de l’École française de Rome, 2021. ISBN : 9782728314485.

 

Inauguration de l’ERC GRAPH-EAST

Le 1er février 2021, 14h-18h, sera lancée le programme ERC sur les inscriptions et graffitis en alphabet latin de la Méditerranée orientale, du VIIe au XVIe siècle.

Ce lancement se déroulera en anglais, depuis le Centre de recherche français à Jérusalem, et est d’accès libre. Vous êtes tous les bienvenus.

Programme :


Lien Zoom :

 
ID de réunion : 894 6666 9326
Code secret : 272609

 

Pour suivre le projet durant les 5 ans à venir, voir le nouveau carnet de recherche dédié : https://grapheast.hypotheses.org/ 

Idées de lecture

Quelques suggestions de lectures épigraphiques … Voici les acquisitions de l’inscripthèque pour le second semestre 2020 : 

Articles

  • Debiais Vincent & Senra José Luis, « Memoria, panegírico y epigrafía: la condesa Teresa Peláez de Carrión (ob. 1093) », Journal of Medieval Iberian Studies, 12:3, 2020, p. 293-316.
  • Felle Antonio. E., « Examples of ‘in-group’ epigraphic language: the very first inscriptions by Christians », The Journal of Epigraphic Studies, 3, 2020, p. 131-147.
  • Felle Antonio. E., « Non-exposed Funerary Inscriptions and the Cult of the Cross between Italy and Byzantium, 6th – 9th centuries », in M.D. Lauxtermann – I. Toth (eds), Inscribing Texts in Byzantium. Continuities and Transformations, Routledge, Abingdon-New York 2020, p. 122-143.
  • Felle Antonio. E., Fioretti Paulo, « Epigrafi latine in Puglia nell’età normanno-sveva. Contesti, testi, scritture », in: Oltre l’Alto Medioevo: etnie, vicende, culture nella Puglia normanno-sveva. XXII Congresso Internazionale di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo (Savelletri di Fasano (BR), 21-24 novembre 2019), Spoleto 2020, p. 419-471.
  • García García Francisco de Asís, « Épigraphie et création artistique à l’époque romane: Le paysage monumental du Haut-Aragon autour de 1100 », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 285-306.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Peur du vide ? L’économie graphique dans les inscriptions médiévales », Viator, 50.1, 2019, p. 107-136.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « Nommer, couper, incorporer : Quand le nom rencontre le corps de l’image », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 209-228.
  • Ingrand-Varenne Estelle, « The inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem. New corpus and perspectives », Crusading and Archaeology. Some Archaeological Approaches to the Crusades, Vardit R. Shotten-Hallel, Rosie Weetch ed., Routledge, 2020, p. 328-344.
  • Menudier Aurore, « Le corpus épigraphique provençal : premier bilan et comparaison avec le corpus bourguignon », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [Online], Collection CBMA, Les journées d’études, Online since 19 May 2020, connection on 23 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/cem/17076
  • Petutschnig Anna, Schmitz-Esser Romedio, Tangerner Elisabeth, « Übersehene Botschaften aus der Vergangenheit », Akademie Aktuell, 2. 2020, p. 20-22.
  • Rico Camps Daniel, Lorenzo José Miguel, « Reliquias del Arca de la Alianza en la iglesia de San Salvador de Carcena (Soria), según una inscripción inédita del siglo XIII », Boletín del Archivo Epigráfico, n°6, juin 2020, p. 33-50.
  • Rico Camps Daniel, « Los versos del plano de Saint-Gall », Pyrenae. Revista de prehistòria i antiguitat de la Mediterrania occidental. Journal of Western Mediterranean prehistory and Antiquity, 2020, vol. 51 n°2, p. 141-158.
  • Schärli Caroline, « Encircling Inscriptions in Early Byzantine and Carolingian Sacral Buildings », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 253-284.
  • Uberti Morgane, « Un règne sans roi: Le non-dit du temps dans quelques inscriptions de la Gaule du haut Moyen Âge », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 181-208.
  • Widmaier Jörg, « Between Written and Spoken Words: The Use and Function of Inscriptions on Medieval Baptismal Fonts », Words in the Middle Ages/Les Mots au Moyen Âge, V. Turner and V. Debiais dir., Turnhout : Brepols, 2020, p. 307-328.

Ouvrage :

  • Giersiepen Helga, Stieldorf Andrea éd., Über Grenzen hinweg – Inschriften als Zeugnisse kulturellen Austauschs. Beiträge zur 14. Internationalen Fachtagung für mittelalterliche und frühneuzeitliche Epigraphik, Düsseldorf 2016, Paderborn : Brill/Ferdinand Schöningh, 2020.

SEMPER 26/11: Les graffitis, approche technique

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) reprend en cette rentrée 2020 pour une cinquième saison et poursuivra cette année le questionnement  lancé l’an dernier sur les “écritures éphémères?” et stoppé par le confinement.

La première séance, organisée conjointement entre le CESCM de Poitiers et le CRFJ de Jérusalem sera consacrée aux graffitis médiévaux. On classe volontiers les graffitis parmi ces écritures non destinées à durer, mais leur survivance jusqu’à aujourd’hui est sans doute la preuve du contraire. La première difficulté de ce type d’écrits est d’abord de les repérer et de les relever afin de les étudier, c’est pourquoi ce premier séminaire sera consacré aux questions techniques. Différentes expériences et expérimentations de terrain liées à l’imagerie seront présentées et croisées.

La séance aura lieu jeudi 26 novembre, de 14h à 16h (heure française), sous forme de webinaire via Zoom, ouvert à tous. 

Comme les années précédentes, ce séminaire/webinaire est l’occasion pour les étudiants de Master, les doctorants et les chercheurs de présenter des dossiers exploratoires, de tester des pistes de recherche, dans un format libre et devant une assemblée aussi experte que bienveillante.

Lien :  https://us02web.zoom.us/j/89493005090?pwd=TzNSZGlwUi9XUE5VV1g4aHlsUlo5dz09

ID de réunion : 894 9300 5090
Code secret : 783474

Programme : 

  • Jacques Baillargeat (CNRS/Institut PPRIME), Hervé Arlaud (CNRS/Institut PPRIME), « Transfert des techniques d’imagerie utilisées en mécanique des fluides aux prises de vues de graffitis » 
  • Nicolas Mélard (Musée d’Histoire Naturelle de Lille), « Art rupestre médiéval – Archéologie des gravures et graffitis du château de Selles à Cambrai »
  • Discussion
  • Antoine Cazin (La Fabrique des patrimoines de Normandie), « Évaluation de deux méthodes de relevés photographiques de graffitis – RTI et photogrammétrie »
  • Daniel Morleghem (Citeres-LAT), Clément Dussart (CESCM/CRFJ), « Numérisation photographique de graffitis : enjeux, méthodes et applications »
  • Discussion
Essai lumière laser, église Saint-Hilaire, Poitiers, déc. 2019. Photo: Lisa Oriane Crosland.

Pour tout renseignement, contactez Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) 

Pour (re)découvrir la vidéo du webinaire :  partie 1  ;  partie 2 

Séminaire international d’épigraphie médiévale – Appel À contribution

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) lancent un appel à contribution destiné aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. Les candidats retenus sont invités à présenter leur sujet de recherche dans le cadre d’un séminaire international de trois jours destiné à favoriser le dialogue et l’échange des idées dans le domaine de l’épigraphie médiévale.

Malgré le dynamisme des entreprises éditoriales en Europe et l’intérêt sans cesse renouvelé des recherches sur la culture écrite au Moyen Âge, les travaux sur l’épigraphie médiévale bénéficient aujourd’hui encore trop souvent d’une faible diffusion dans le panorama de la médiévistique. Les rencontres internationales sur le sujet sont très rares et n’accordent qu’une faible place à la présentation des travaux en cours consacrés aux inscriptions du Moyen Âge, notamment de la part des doctorants et des jeunes chercheurs.

Avec l’organisation de cette première édition des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale en 2021, il s’agit de remédier à cette situation et de créer l’occasion pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux, et d’échanger autour de leur problématique et des questions méthodologiques liées à l’analyse des sources épigraphiques. Pour garantir cet espace de discussion, le format retenu pour ces rencontres s’éloigne de celui du colloque, peu propice aux échanges et aux débats constructifs. Les Rencontres réuniront donc une communauté de douze jeunes chercheurs, accompagnés de quatre experts internationaux de la culture écrite médiévale, pour un séminaire de trois jours, selon un format étendu (une heure de présentation suivie d’une heure d’échange). Seul le résumé des travaux est publié en ligne pour assurer la diffusion des recherches. L’attention des participants et des organisateurs pourra ainsi se concentrer sur le débat intellectuel, la confrontation des expériences, le partage des méthodes et l’approfondissement des questions historiques nées de l’analyse des inscriptions.

Cet appel à propositions s’adresse à tous les jeunes chercheurs (masters, doctorants, post-doctorants, ECR ayant soutenu leur thèse après 2014) engagés dans une recherche sur les inscriptions médiévales quelle que soit la thématique ou l’approche (paléographie, technique, linguistique, analyse des textes, prosopographie, iconographie, liturgie, littérature, archéologie, etc.). Pour produire les conditions du débat et pour contribuer à une meilleure connaissance de la culture écrite du Moyen Âge, on s’attachera aux questions méthodologiques et à la dimension anthropologique des recherches en épigraphie médiévale.

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale se dérouleront à Roda de Isábena, petit village médiéval des montagnes aragonaise qui abrite la plus grande collection d’inscriptions médiévales conservée en Europe (avec 231 textes funéraires). C’est au cœur du village que les participants vivront une expérience collective de partage intellectuel ponctuée de visites et de manifestations scientifiques, à Roda et dans les villages alentours.

Pour participer aux Rencontres internationales d’épigraphie médiévale, les candidats doivent soumettre (en anglais, en français ou en espagnol) avant le 15 janvier 2021 à l’adresse électronique indiquée dans le PDF au bas de ce billet : une lettre de motivation décrivant brièvement leurs recherches en cours, un curriculum vitae (une page maximum), un projet de présentation pour le séminaire (500 mots maximum). Les dossiers seront examinés par le Comité scientifique des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale et les candidats seront informés des résultats avant le 1er février 2021.

L’organisation des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale prend en charge les frais de déplacements des candidats (à hauteur de 250 euros), l’hébergement sur place, les repas et les trajets entre les sites. Les candidats retenus s’engagent à participer activement aux débats et aux échanges sur place, et à fournir en amont de la rencontre un résumé étendu de leur intervention. Le séminaire fera l’objet d’un enregistrement vidéo. Les séances se tiendront en anglais.

Cette manifestation est organisée dans le cadre du projet SCRIPTA-PSL « Programmes épigraphiques et réseaux d’inscriptions » porté par l’École des hautes études en sciences sociales (CRH-AHLoMA, Paris), avec la participation et le soutien de la Direction générale du patrimoine en Aragon, de la Délégation provinciale de Huesca, de l’arrondissement de Ribagorza, de la commune de Roda de Isábena, de l’Évêché de Barbastro-Monzón, de la Real Academia de Nobles y Bellas Artes de San Luis, du groupe de recherche TEMPLA, et de l’association culturelle « Amigos de la catedral de Roda ».

Pour toute information, contacter Vincent Debiais.

Un seminaire, Un livre – L’épigraphie à l’unviersité complutense de madrid

Malgré les temps difficiles que nous traversons, la recherche ne saurait s’arrêter et il faut saluer chacune des initiatives qui permettent de garder le contact et d’engager le dialogue sur les questions d’épigraphie médiévale. C’est le cas avec deux nouveautés en provenance de l’Université Complutense de Madrid : la publication d’un ouvrage collectif et la tenue récente d’un séminaire doctoral consacré aux “objets écrits”.

Commençons par le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo, publié sous la direction d’Isabel Velázquez Soriano et Sonia Madrid Medrano. Il regroupe une vingtaine de contributions consacrées, comme l’indique le titre de l’ouvrage, aux inscriptions édilitaires ; soit les textes épigraphiques relatifs à l’édification des monuments publics et privés, mentionnant les circonstances, les acteurs, les fonctions et le statut de ces bâtiments. Les textes couvrent une très large période, de l’Antiquité classique à la Renaissance, et un vaste espace géographique, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient. Cette variété documentaire, fruit d’une approche “globale” de l’histoire, et d’une tendance à la longue durée qui fait éclater – pour le meilleur et pour le pire – toute forme de périodisation, invite nécessairement au comparatisme et à la mise en perspectives des pratiques d’écriture à l’échelle du globe. Elle permet aussi de belles découvertes et l’appréhension des enjeux anthropologiques de l’écriture épigraphique. Le volume, très bien présenté et illustré, constitue donc une initiative éditoriale heureuse.

Le très court prologue, de la plume des éditrices, qui ouvre le livre, revient sur la définition de l’inscription édilitaire pour constater la diversité de ses formes et de ses contenus. Le “lien” avec le monument peut être lâche, implicite, tu ou perdu, et l’attribution d’une fonction édilitaire à l’inscription relève souvent du geste de l’éditeur qui invente cette relation de sens en fonction des éléments dont il dispose dans le texte ou le contexte de l’inscription. Cette introduction aurait pu être l’occasion de s’interroger précisément sur l’attribution de l’adjectif unique “édilitaire” à des inscriptions qui se comprennent dans des contextes historiques, géographiques, intellectuels et religieux très différents ; de façon générale, sur la pertinence et l’effet de la taxinomie quand elle s’étend sur un vaste domaine documentaire ; et de façon peut-être plus profonde, sur ce que fait l’éditeur au texte quand il cherche à lui attribuer une étiquette forgée sciemment dans l’anachronisme.

Ces questions dépassent largement le propos de l’introduction, c’est évident, mais en feuilletant les très bons articles du volume, on ne peut s’empêcher de constater leur poids sur la réflexion épigraphique, au moment où l’on cherche à mettre en lien une documentation “qui s’ignore”. Les textes adoptent des postures très variées : présentations de dossiers, études de cas, synthèses historiques, plans de recherche. Quelques interrogations semblent traverser pourtant les contributions. Quel est le lien (langagier et spatial) entre le texte et le monument ? Qu’induit la position de l’inscription édilitaire sur son “public” ? Sous quelle forme apparaissent les promoteurs des travaux rapportés dans le texte ? Comment est pensée la relation entre le moment de la construction et la durée de l’exposition du message épigraphique ? La catégorie “édilitiare” est-elle fondée sur une constante dans le contenu, la forme, la localisation ou le formulaire des inscriptions ? Autant de questions passionnantes qu’il est bien difficile de poser à l’échelle du livre tant les articles portent l’empreinte bien contraignante – et passablement agaçante – de terminologies non partagées. Les mêmes inscriptions sont ainsi désignées par des termes différents en fonction de la nationalité de l’auteur, de la période envisagée ou de l’approche retenue… L’ambition globalisante du titre et de l’introduction se trouve ainsi limitée par une étanchéité des méthodes et des documentations. Il y a bien des épigraphies, et il faut multiplier les rencontres et les occasions de dialogue, quand les circonstances le permettront, pour s’entendre sur les mots que l’on emploie et dur les notions que l’on manie.

C’est exactement ce qu’a montré la belle manifestation organisée par les doctorants du Département des sciences et techniques historiographiques de l’Université Complutense de Madrid, les 24-25 septembre dernier. Ce séminaire a réuni, sur un campus désert et confiné, une vingtaine de jeunes chercheurs en épigraphie, numismatique, diplomatique et codicologie pour des exposés brefs sur le thèmes des “objets inscrits”. On a vu défiler sur l’écran des documents castillans du XIIe siècle, des monnaies philippines, des épitaphes romaines, des peintures sur chevalet de la fin du Moyen Âge, des livres de comptes… Une belle occasion pour tous de découvrir de nouveaux sujets et, une nouvelle fois, une immense variété documentaire.

Les questions de terminologie ont occupé la plus grande partie des présentations et des débats, et ont laissé dans l’obscurité, ou du moins dans l’ombre, les grandes problématiques historiques des pratiques de l’écriture. Plutôt que de se demander si l’inscription placée sur le phylactère tenu par la Vierge dans une Annonciation appartient à telle ou telle catégorie éditoriale, ne convient-il pas davantage de s’interroger sur ce que le texte peint produit dans la narration en images ? Plutôt que de reconstruire une inscription peinte lacunaire à partir de formulaires (que l’on considère à tord comme inaltérables), ne faut-il pas se demander si le texte a été inscrit par le peintre lui-même ou a posteriori ? Plutôt que de se demander si la forme épigraphique de la lettre M appartient à telle ou telle catégorie paléographique établie sur des documents manuscrits, ne peut-on pas interroger les conditions matérielles et physiques dans lesquelles le scripteur a dû tracer le texte ? Il ne s’agit pas simplement de constater des divergences méthodologiques – on vit finalement très bien quand on reconnait nos différences et qu’on les expose clairement. Il s’agit de s’interroger en revanche sur la façon dont l’épigraphie intègre la pratique de l’histoire. Peut-on espérer refléter dans la médiévistique la place qu’on eut les inscriptions au Moyen Âge si on ne cherche pas à comprendre aussi ce que signifie écrire dans la pierre, le métal, le bois ou la peinture ? L’erreur qui consisterait à opposer érudition, édition et anthropologie dans l’étude des inscriptions conduirait à isoler l’épigraphie dans le champ des sciences auxiliaires de la médiévistique ; et on peut se demander si de telles rencontres scientifiques ne gagneraient pas en perspective en confiant les débats et les discussions à des historiens non spécialistes de l’épigraphie ou de la diplomatique. Non pas parce qu’il manque quoi que ce soit aux sciences auxiliaires, mais parce qu’elles offrent justement de nouvelles portes d’entrée dans nos connaissances sur le Moyen Âge.

Avec le livre Testimonios epigráficos edilicios. Antigëdad y medioevo et les journées d’études Objetos escritos, l’équipe très dynamique de l’Université Complutense de Madrid nous invite à réfléchir sur ces questions de méthode et à penser la documentation au-delà des catégories et de l’épistémologie.

TITULUS se renouvelle

 

(par Clara Renedo, doctorante à l’École nationale des chartes / Université Paris 3, co-responsable de TITULUS)


Le projet TITULUS, qui est en ligne depuis bientôt 4 ans, a connu plusieurs évolutions pendant ces derniers mois, grâce au soutien du Consortium des sources médiévales COSME 2.

À côté du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM), le site accueille désormais un nouveau corpus dédié aux inscriptions du Royaume latin de Jérusalem, dans le cadre du projet mené par Estelle Ingrand-Varenne. Une description du corpus et une sélection de notices sont déjà disponibles sur le site en cliquant ici

D’autre part, de nouvelles notices des derniers volumes du CIFM ont été encodées et incorporées à la base de données. Les volumes 26 et hors-série I sont désormais entièrement accessibles, ainsi que les premières notices du volume 25 (ici). 

Parallèlement, nous avons mis au point une nouvelle version du manuel d’encodage, qui est téléchargeable depuis l’onglet “Projet”. Les ajouts sont principalement des solutions à des phénomènes qui n’avaient pas encore été prévus dans les versions précédentes du manuel et n’impliquent dans aucun cas la modification des règles déjà existantes.

Enfin, du point de vue technique, la base de données a migré dans la version la plus récente du logiciel eXist-db, grâce à la collaboration avec l’équipe du consortium Huma-Num. Le langage PHP et la bibliothèque Bootstrap ont également été mis à jour.