Archives de catégorie : Colloques

Le corpus épigraphique bourguignon (VIIIe-XVe s.): Des catalogues aux applications numériques.

Journée d’études : 23 octobre 2018, 10h-17h

Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design), 1er étage – porte 133, 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e

Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3)

Dans le cadre de la collaboration établie par les programmes consolidés des CIFM (Corpus des Inscriptions de la France Médiévale  – CESCM-Poitiers) et CBMA (Corpus Burgundiae Medii Aevi  – LaMOP – Paris), leurs équipes ont constitué un corpus de plus de 1400 inscriptions bourguignonnes du VIIIe au XVe siècle, publiées ou inédites, écrites en différentes langues, latin et ancien français en particulier.

Le propos de cette journée d’études est de revenir sur le processus d’acquisition et de structuration des données du corpus et d’évaluer son potentiel d’exploitation pour la recherche historique au regard des différents traitements informatiques possibles, linguistiques et spatiaux. Il s’agit de discuter, sur la base des différentes expériences réalisées, aussi bien des caractéristiques propres du matériel linguistique des inscriptions que de leurs usages dans l’espace et dans le temps.

Cette journée d’études est ouverte à tous les intéressés. En vue de l’organisation matérielle, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 08 octobre 2018 : cbma.project@gmail.com

Porté par le LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589) et le CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302), ce projet bénéficie du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux) et du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).

Organisation et coordination scientifique :
Eliana Magnani, CNRS – LAMOP UMR 8589 eliana.magnani@univ-paris1.fr
Estelle Ingrand-Varenne, CNRS – CESCM UMR 7302
estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

Acquisition et traitements

 10h – Introduction. Autour du corpus épigraphique bourguignon : chiffres, chronologie, langues – Eliana Magnani (CNRS, Lamop) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM)

10h40 – De l’OCR à Philologic. Un parcours informatique – Pierre Brochard (CNRS, Lamop)

11h20 – Le matériel épigraphique révisé et complété. Le traitement des inscriptions de la fin des années 1990 à aujourd’hui – Aurore Menudier (CESCM) 12h-12h30 – Discussions

 Exploitations 

14h – La lemmatisation des inscriptions est-elle possible ? – Nicolas Perreaux (Université de Francfort)

14h40 – Les inscriptions d’après des expériences en SIG – Davide Gherdevich (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), Thomas Lienhard (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

15h30 – Pause

16h – Discussions et tour de table conclusif

LIMITS 2 : Matières (épi)graphiques

La deuxième journée d’étude du programme LIMITS s’est tenu à Madrid le 13 avril dernier. Elle fut consacrée aux limites matérielles des pratiques épigraphiques et a donc interrogé l’écriture dans son rapport – technique et intellectuel – au support.

La définition longtemps en vigueur de l’épigraphie comme « science des inscriptions tracées sur matériaux durs et durables » pourrait donner l’impression d’un sujet déjà tranché, d’un problème résolu. Or, on s’aperçoit que le diktat du matériau dans la définition de l’objet d’étude de l’épigraphie a longtemps tenu les spécialistes de l’écriture éloignés d’une véritable réflexion sur les causes et les conséquences d’une écriture sur la pierre, le métal, le bois, etc. Ce sont pourtant les angles morts des disciplines qui invitent à se demander si l’écriture sur le sceau ou la monnaie est ou non épigraphique. Le caractère épigraphique d’une écriture est-il relatif ? Certaines inscriptions sont-elles plus épigraphiques que d’autres ? L’épigraphie comme discipline n’empiète-t-elle pas en permanence sur le territoire des autres disciplines de l’érudition ?

Afin d’aborder ces questions (qui ne sauraient se limiter au format d’une journée d’étude), les coordinateurs du programme LIMITS avaient réuni à la Casa de Velázquez un groupe de chercheurs représentant plusieurs disciplines de l’érudition et ce billet synthétise les présentations de la journée et les riches discussions qui les ont suivies.

Gérone, cathédrale. Tombe de Bernard de Pau (1475)

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Debiais introduit justement cette journée en revenant sur la place du matériau dans la définition de l’objet épigraphique. Erigé comme un élément définitoire de la discipline épigraphique au titre de support, il est en revanche rarement questionné sur ses effets dans le contexte d’une rencontre matière-écriture. Or, Vincent Debiais rappelle que la matière est, après le geste, l’une des conditions même de l’écriture, quel qu’en soit les degrés du sensible (feuillet, tissu, pierre etc..) et pose la question de l’opérabilité de la notion de « support » quand il s’agit de penser un écrit qui se fait dans/sur et surtout avec la matière. Considérer ainsi, la matière est évidemment signifiante et agissante en tant qu’elle est graphique. C’est donc toute une série de questionnements qui surgissent : existe-t-il des matières et des objets qui jamais ne se lieront à l’écrit (les écrits vétérotestamentaires bannissent le corps), existe-t-il des matériaux plus graphiques que d’autres et donc déterminants, comment aborder les modalités de la rencontre entre signe et matière (influence ? contrainte ? choix ?). Se positionnant enfin à l’échelle plus large de la culture écrite, Vincent Debiais rappelle la porosité de la culture écrite médiévale, ce dont témoigne la diversité des matériaux et l’omniprésence de l’écriture en dehors du monde manuscrit. Existant « hors du feuillet », l’écriture se rencontre en effet presque partout entre Antiquité tardive et Moyen Âge et le matériau n’est donc jamais une limite. Loin de représenter une contrainte, la matière autorise le déploiement de l’écriture et avec elle, celle du langage, en ce qu’elle en est une incarnation tangible. Dans cette corrélation écriture-matière-langage, c’est la question d’un pragmatisme et de ses qualités qui est posée. Si l’on suit ce fil, il faut alors constamment penser la matière graphique dans son environnement et dans les interrelations que cela engage (mobilité de l’objet, de son porteur, du lecteur).

Elisabetta Neri poursuit la journée en proposant une synthèse sur l’écriture dans les mosaïques pariétales des églises tardo-antiques. Cette pratique, parfois mal documentée, s’inscrit dans l’histoire des tituli des basiliques romaines, tradition qui perdure dans tous les décors monumentaux de l’Urbs jusqu’au Moyen Âge central, comme l’a récemment montré Erik Thunø. À partir de ce corpus très riche, Elisabetta Neri s’interroge sur les raisons et les conditions de la persistance de ce phénomène qui fait intervenir une description et un commentaire de l’image au cœur du décor, dans la lignée de l’ekphrasis antique et en reprenant des dispositifs formels (cadre, tabula ansata) employés simultanément dans la peinture ou dans les manuscrits. Et l’on peut se demande en effet, dans quelle mesure ces résonnances orientent ou augmentent le sens de l’image au titre de la référence ou de l’évocation. Transférer à la mosaïque, le motif de la tabula ansata, très populaire dans les inscriptions lapidaires antique (dédicace notamment) mais aussi les tablettes votives, ne vient-il pas monumentaliser un peu plus une représentation en deux dimensions tout en dotant cette même représentation de sens, en relation avec ses usages antiques ? Se pose ici la question d’une matérialité suggérée. Elisabetta Neri souligne que la spécificité matérielle des mosaïques inscrites tient aussi à leur technicité qui unit complètement écriture et image. Les techniques mises en œuvre supposent en effet qu’inscription et représentations sont réalisées dans le même temps, par un même artisan et dans une même manipulation de la matière. L’écriture et l’image s’établissent grâce à l’assemblage des tesselles. Aussi, la mosaïque inscrite rend-elle tout à fait caduque la notion de support. La présentation d’Elisabetta Neri oblige aussi à resserrer la focale et à s’interroger sur ce qui constitue matériellement la lettre. La lettre dans la mosaïque est un signe composite qui n’existe en tant que signe que dans la combinaison programmée de fragments d’un matériau, lui aussi composite. Comment alors décrire d’un point de vue paléographique la forme des lettres ? Comment établir le scénario de leur installation pratique dans le décor ? Comment penser les phénomènes de copie/modèle dans le cadre des inscriptions dans les mosaïques ? Elisabetta Neri insiste également sur le contenu des inscriptions qui renvoie la plupart du temps au matériau lui-même, à l’aspect lumineux et réfléchissant des tesselles. Cette esthétique de la lumière permet de communiquer et rendre sensible la dimension céleste et la présence de Dieu au sein même du sanctuaire. Aussi, l’inscription en mosaïque peut être envisagé comme un moyen graphique de figurer la « voix divine », l’or agissant ici comme le reliquaire de la parole divine.

Des questions analogues quant à la fonction et à la référence épigraphique sont posées par Cheyenne Noël dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les objets liturgiques médiévaux. Dans la mesure où celles-ci ne sont pas systématiques et que leur présence semble tout à fait imprévisible, on doit nécessairement écarter la possibilité d’une efficacité sacramentelle de l’inscription. L’inventaire épigraphique dressé par Cheyenne Noël montre pourtant des textes au contenu riche et varié qui désigne – c’est une évidence – deux types de matériaux : les espèces eucharistiques, contenus des vases sacrés, et les métaux précieux qui les composent. Il se pose ainsi une question de poids dans la perspective liturgique : sur quoi écrit-on réellement quand on écrit sur le matériau au contact du corps du Christ ? Où s’arrête l’inscription sur le temps long de l’usage de l’objet ? Cheyenne Noël donne pour exemple de cette complexité le cas de l’inscription des trigrammes IHS ou XPS qui « passe » par pression du moule à hosties à la forme eucharistique… Dans tous les cas, l’écriture participe de la « mise en vie » de l’objet, de son activation liturgique, et de la permanence des gestes du célébrant.

Bordeaux, Musée d’Aquitaine. Bague inscrite

 

 

 

 

 

 

Julie Renou et Morgane Uberti, en présentant le corpus des anneaux et bagues inscrites de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, reviennent sur cette idée d’un « objet en acte » et sur le rôle de l’écriture dans cette activation. Longtemps délaissé par l’historiographie, ces inscriptions constituent un ensemble à part pour l’étude de la culture écrite, toujours à la frontière de l’unicum et du multiple, à la croisée de l’événement personnel et de sa permanence, publique ou intime. L’étude de ses objets passe par l’analyse technique et avec elle, celle des relations éventuelles entre discours, matière et forme de l’objet : y-a-t-il par exemple des matériaux privilégiés pour la bague ?  Les positions de l’écrit sur l’objet – exposé sur le chaton ou obligeant à la manipulation lorsqu’il se développe sur le pourtour de l’anneau – coïncident-elle avec la nature du message|signe ?  En posant la notion d’objet « pléonasme », Julie Renou et Morgane Uberti ont cherché à définir, notamment pour les inscriptions nominales et les monogrammes, les liens de sens, mais aussi de « valeurs », entre l’objet et son possesseur. Le métal n’est pas seulement le support de l’écriture, et l’individu, par métonymie, devient lui-même porteur d’un écrit qui, par redondance ou évocation, le désigne. Davantage que dans le cas des objets qui sont touchés seulement dans des circonstances ponctuelles et normées, davantage encore que dans le cas des mosaïques, perçues dans une distance incompressible, l’écriture sur les bagues interroge les frontières du matériau. Où s’arrête le champ épigraphique sur un anneau ? Peut-on envisager qu’il se dilate à l’échelle du porteur de la bague ?

Avec la communication d’Ambre Vilain (Université de Nantes), on exporte au domaine sigillographique les questions posées aux objets mobiles telles que les bagues et la vaisselle liturgique. Après avoir rappelé combien la légende du sceau devait encore bénéficier d’études spécifiques et comment l’historiographie avait fait de l’écriture sigillaire un élément accessoire ou anecdotique dans l’expertise des sceaux, Ambre Vilain propose une série de sujets essentiels pour l’histoire de la culture écrite : la problématique de l’écriture en négatif sur les matrices (une lettre à l’envers ou en creux est-elle toujours un signe alphabétique ? comment envisager cette période de transition dans la « vie » du signe ?) ; la question des jeux de lettres et des abréviations pour un objet devant être reconnaissable et reconnu dans le cadre des pratiques juridiques médiévales ; le dispositif du filet et l’écriture circulaire comme entrave ou garantie de lecture ; la virtuosité de la gravure pour des légendes sigillaires qui s’allongent et se compliquent au fil du temps… Ces aspects techniques liés à la gravure de la matrice et au transfert de l’écriture sur la cire, ont des implications notables dans la nature et l’effet de l’objet lui-même. Ils participent à la représentation, à l’incarnation même du sigillant dans le matériau et par extension dans l’acte diplomatique. Cette « identité épigraphique » ne se résume d’ailleurs pas à la seule légende, puisque la communion de matière et de technique unit pleinement l’écrit et image. La communication d’Ambre Villain montre combien le « syntagme texte-image » (quels écarts entre image et légende ? ou à l’inverse quel degré de réflexivité) est essentielle pour appréhender les enjeux divers de ces objets (entre identification et validation, par exemple).

La présentation de José María de Francisco est consacrée à l’écriture monétaire et sa portée publicitaire. Partant d’une documentation variée – monnayage carolingien, monnayage papale, monnayage islamique ou encore arabe chrétien – José Maria de Francisco envisage une synthèse des questions encore à poser à cette documentation. Se positionnant dans la longue durée, José Maria de Francisco cherche à établir ce qui relèverait des constantes ou au contraire des innovations dans les relations entre métal, écrit et image dans une histoire politique toujours en mouvement. S’attarder sur les degrés de la qualité épigraphique d’une monnaie (monnaies islamiques par exemple), repérer le recours à des dispositifs visuels plus anciens (les monnaies alto-médiévales comme écho des monnaies impériales), analyser les liens entre l’image et la légende permettent d’approcher les aspects idéologiques d’un pouvoir.  Les effets d’échos ou au contraire d’écarts dans la composition graphique sont autant de clés pour approcher l’identité revendiquée par le pouvoir mais aussi son rapport à l’histoire.

Isabel Velázquez propose quant à elle des pistes de recherche dans le domaine des inscriptions lues sur les tissus (vêtements, tapisserie, voile). Il s’agit là d’un dossier finalement peu exploré, en raison de la nature des sources rarement conservées, mais aussi pour des raisons d’indéfinition disciplinaire… Au-delà de la question de la prise en charge éditoriale de ces écritures textiles, c’est donc leur qualité épigraphique même qui est posée par Isabel Velázquez. Les exemples présentés – le voile offert au roi Chintila, la tapisserie de la création à Gérone, le manteau de Roger II de Sicile entre autres – inviteraient en effet à prendre les choses à rebours, à rebours de la matière : est-ce la nature du texte qui fait épigraphie ? est-ce la fonction du texte qui fait épigraphie ? Est-ce que l’évocation d’un dispositif épigraphique suffit à faire de l’écrit textile une inscription ? Si l’on en revient à la matière, se pose alors la question de l’effet de l’origine organique des matériaux et de son incidence non seulement sur la persistance des documents, mais aussi sur le sens du contenu. Puis après la nature de la matière, c’est son usage qui doit être questionné : revêtir un texte, dans le cas du manteau d’Henri II ou de l’étole de saint Narcisse, produit des relations écriture/porteur semblables à ce qui a été évoqué pour la bague ou le sceau. Isabel Velázquez termine par les questions paléographiques de l’écriture sur tissu et des différences remarquables entre la broderie et la tapisserie par exemple, en soulignant la nécessité d’une prise en compte fine des supports pour la compréhension des choix formels (graphie, ponctuation, etc.).

Charo Hernando propose enfin une exploration des manuscrits épigraphiques, soit les inscriptions qui ne possèdent d’autre matérialité que leur copie dans un livre. Par-delà les difficultés d’identification et de recensement, cette pratique qui remonte au haut Moyen Âge interroge ce qui finalement transforme un texte en une inscription. Est-ce que la copie d’un marbre antique demeure « épigraphique » dans sa nature si elle ne l’est plus dans sa forme ? Le caractère épigraphique peut-il persister par-delà la destruction ou la disparition de l’objet inscrit ? Charo Hernando porte alors l’attention sur la possibilité d’une description du support, celle d’une description de sa localisation ou à l’inverse de la seule représentation de l’objet. On peut se demander si ces informations qui enveloppent le texte-inscription ainsi transmis produisent un effet « épigraphique » ou au contraire contribue à dé-monumentaliser l’objet. Enfin, en raison du caractère transmissible de la pratique manuscrite, l’objet épigraphique unique se multiplierait en quelques sortes au gré des copies. Néanmoins, la reconnaissance d’une inscription de parchemin, ou du caractère épigraphique d’un texte, dépend aussi du contexte de réalisation de la copie et de la manière avec laquelle a été pensé et regardé l’objet. 

Gérone, cathédrale, musée. Broderie de la Création

Cette seconde journée LIMITS a largement rendu compte de ce déploiement de l’écriture par la matière pour les cultures tardo-antiques et alto-médiévales. Quels que soient les matériaux, quel que soit l’objet, l’écriture est toujours possible : la matérialité permet plus qu’elle ne restreint ou contrarie. Il émerge ainsi des présentations et des discussions la pertinence d’aller plus avant sur les rapports entre matière et écriture, non plus en pensant la relation dans un rapport de subordination ou de stricte condition mais bien dans la perspective d’un processus conjoint : le cas des écritures en mosaïques, comme celui des écrits textiles sont sans doute les plus parlant. Aussi il a été proposé l’expression d’une « matière (épi)graphique », préférée à celle d’« objet épigraphique » qui tend à figer le document dans un état. Ainsi conçue, dans cette rencontre matière et écriture, le phénomène épigraphique apparaît toujours plus protéiforme, poreux et surtout dynamique.

La troisième et dernière journée d’étude du programe LIMITS se tiendra à Madrid (Casa de Velázquez) se déroulera à Madrid le 19 octobre prochain et sera consacrée aux limites de l’alphabétique dans la culture épigraphique de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Penser l’écriture, faire le temps

La première réunion de travail du programme LIMITS, consacrée aux limites chronologiques de la pratique épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance, s’est tenue à la Casa de Velázquez (Madrid, Espagne), le 25 octobre 2017.

Dans la présentation du projet LIMITS, Isabel Velázquez (Université Complutense Madrid) a rappelé la genèse et les objectifs du programme en insistant sur son caractère transversal. Il réunit en effet des spécialistes des questions de culture écrite et d’histoire culturelle sur une longue durée, celle des modifications et des constances de la documentation épigraphique au cours d’un très long Moyen Âge et à l’échelle européenne. Plus qu’une interdisciplinarité de façade ou de bon ton, le projet LIMITS espère être l’espace d’interrogations convergentes et fructueuses autour de la notion de « limites » dans le domaine de la scripturalité médiévale, permet-elle de renouveler les approches portant sur les cultures écrites ? C’est à la fois comme espace de la rencontre et de la séparation que la limite dessinerait les contours des communautés graphiques qui sont au cœur de l’interrogation historique.

Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf. Inscription pour la consécration de l’autel matutinal (1096).

Morgane Uberti (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius) introduit cette première rencontre en posant la question du temps en histoire, et celle des césures d’un temps périodisé. S’interroger sur les pratiques épigraphiques entre Antiquité tardive et Renaissance oblige à « négocier les ruptures construites par et pour l’historien avec les pratiques, les gestes et leurs traces ». En d’autres termes, il s’agit de considérer avant tout l’objet et son moment – son historicité – dans les phénomènes graphiques à l’œuvre. Les rythmes du phénomène épigraphique coïncident-ils alors avec les rythmes de l’histoire ? C’est dans ce contexte, celui d’une négociation des frontières chronologiques – Antiquité tardive|Moyen Âge et Moyen Âge|Renaissance que l’opérabilité des notions de seuils et de porosité pour aborder le phénomène épigraphique sera discuté. Quand une inscription devient-elle médiévale ? Quand cesse-t-elle de l’être ? Y a-t-il un « devenir médiéval » à l’œuvre dans l’écriture épigraphique ? La périodisation a ses vertus mais aussi ses limites et il convient de réfléchir à la posture de l’historien dans cet exercice : caractérise-t-il l’objet dans l’histoire ou l’écriture de l’histoire ? Quels sont les effets de cette périodisation sur la perception et le traitement de la documentation par l’historien ? Dans tous les cas la « brisure » chronologique, si elle appartient au règne de l’historien, doit être envisagée aussi en ce qu’elle constitue un « espace de temps vécu » et les documents épigraphiques deviennent alors « les traces d’une expérience de la limite ».

L’examen des cadences épigraphiques, du nombre d’inscriptions produites au cours du temps, semble à première vue correspondre à la périodisation traditionnelle entre le Bas-Empire, le Haut Moyen Âge, l’époque carolingienne, le Moyen Âge central, la renaissance du xiie siècle, le Bas Moyen Âge et la Renaissance ; elles montreraient ainsi la correspondance historique, factuelle en ce sens, entre les epigraphic habits en Occident d’une part, et le cours de l’histoire et ses bouleversements d’autre part. La téléologie n’échappe en réalité à personne, les corpora épigraphiques à disposition étant de fait établis en amont en suivant ces grands découpages, et en maniant des critères divers pour l’établissement des frontières chronologiques des publications. Implicitement, les faits de civilisation font les caractères épigraphiques, et il devient difficile de définir pour eux-mêmes, indépendamment des conditions de leur recensement, les traits particuliers des inscriptions en fonction du temps. Cette première limite de méthode se fonde en partie sur les variations de traitement des inscriptions datées et des textes non datés, conduisant fréquemment au raisonnement circulaire et à la caricature et – fait plus problématique encore – au renoncement à l’examen attentif de toutes les composantes de l’objet épigraphique.

Or, la question à poser ici est la suivante : qu’est-ce qui fait date ? Si l’on dépasse l’utilité ecdotique de la date, on peut poser la date, et son écriture (ou non d’ailleurs), comme l’indice d’une « une manière d’être au temps » et comme signe peut-être de « communautés d’écriture ». La focale sur une écriture de la date permet d’aborder les notions de « brèche », crise, intervalle comme « champs d’expériences du temps », sous l’angle ici des pratiques graphiques.  Il s’agit donc de percevoir le lien entre l’inscription et la date comme l’indice d’un rapport de l’homme au temps, et déplacer les questions d’édition vers une « anthropologie historique du temps », en liant l’homme et l’objet plutôt que l’objet et l’histoire. Comme champ d’expérience voire d’expérimentation, « la limite se remplit », elle est un « temps plein » dans lequel la pratique graphique poursuit son chemin selon ses propres modalités, invitant à suivre plus avant la notion de seuil pour aborder la documentation des marges (au dépend de celle de transition).

En prenant l’exemple de la documentation tardo-antique, Christian Witschel (Université d’Heidelberg), montre toute la pertinence de ces remarques préliminaires en réaffirmant que l’inscription « est un phénomène sui generis » et qu’appréhender son rapport au temps est indispensable pour comprendre la forme et la fonction de l’objet épigraphique. Christian Witschel repose d’abord la définition de l’inscription, cet écrit sur un matériau durable et exposé, dont le texte est destiné à la communication et à la commémoration, et dont le contenu recherche un public. L’inscription fonctionne avec les éléments de son contexte et peut de ce fait être pensé comme un « monument » épigraphique, en distinguant les inscriptions funéraires, les inscriptions votives et les inscriptions civiques. Toutes ont « un public en tête », même si rien ne semble mobilisé en ce sens, et même si l’on doit envisager un public analphabète.

L’objet épigraphique ainsi défini présente une relative homogénéité à l’échelle de la Méditerranée, et ce indépendamment des variations horizontales d’une région à l’autre. On assiste à une réduction du nombre des inscriptions produites à partir du milieu du IIIe siècle. À compter de cette date, l’épigraphie tardo-antique se caractérise par le remploi d’éléments de constructions comme support épigraphique, et par une hétérogénéité des formes, notamment au niveau paléographique. Les inscriptions présentent cependant encore des « formes très antiques », y compris dans le cas particulier de l’Afrique du Nord où les inscriptions civiques sont très nombreuses, y compris dans les petites villes. Le changement est beaucoup plus frappant à compter du Ve siècle où de nouvelles formes (dans le support et dans le texte) apparaissent, avec la mosaïque par exemple. Partant, faut-il envisager ce moment comme une évolution ou comme une rupture ? Christian Witschel pose en conclusion que les généralisations sont tout à fait relatives et que seule l’étude au cas par cas de chacun des éléments constitutifs de l’inscription permet l’appréhension des phénomènes sur la longue durée.

Tours, Société archéologique de Touraine. Inscription funéraire d’Adalberga (830 ou 840).

Et c’est bien ce type d’approche choisie par Thierry Grégor (Université de Poitiers-CESCM) dans sa présentation consacrée à l’examen technique des inscriptions de l’Antiquité et du Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Les exemples donnés montrent de façon explicite que les techniques de gravure sont affectées par de profondes mutations à partir du IVe-Ve siècle (nouveaux outils, diversification des gestes). L’interprétation de ce changement reste difficile à qualifier dans les faits (perte de standard, de modèle, etc.). Est-il le fait des lapicides ou de circonstances globales affectant l’ensemble de la production écrite ? De façon générale, comment articuler individualité d’un scribe/et du lapicide ou plutôt ce qu’il en reste – la trace d’une compétence particulière – la notion globalisante de « epigraphic habit » ? En contrepoint des ruptures et des continuités, la présentation invite à déterminer ce que la forme des lettres doit éventuellement à la porosité des techniques de gravure d’un support à l’autre, la communauté d’outils ou encore celle des gestes. Derrière ces questions, encore à traiter dans les travaux de Thierry Grégor, c’est la notion de « qualité » qui est en jeu, et son influence sur la périodisation des phénomènes graphiques.  La décision, l’adaptation et la mise en œuvre programment un résultat formel unique que notre regard taxinomique sur la date empêche de penser pour lui-même, indépendamment de l’évolution pensée a priori par l’historien. Si le VIIIe siècle semble du point de vue technique constituer une limite pour l’épigraphie médiévale, il reste à déterminer de quels phénomènes culturels elle est l’indice ou le moteur…

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) pose dans sa présentation consacrée aux inscriptions sur les reliquaires médiévaux des questions du même ordre, et cherche à interpréter l’apparition et les changements dans la forme et le contenu des textes à la lumière des transformations dans l’usage de ces objets particuliers. Son enquête, menée sur 350 inscriptions très diverses datées entre 700 et 1150, montre que l’écriture sur le reliquaire fait son apparition au VIIe siècle en Occident. Elle adopte des dispositions, des couleurs, des structures formelles et textuelles adaptées aux conditions d’exposition de l’objet (sur l’autel, dans l’autel, en mouvement…). L’inscription s’établit surtout en tant que « présence graphique » et cherche à accompagner un processus de sens : découvrir le contenu du reliquaire et sa sacralité. C’est cette stratégie de communication particulière, en prise directe avec le contexte du reliquaire, qui permet d’expliquer les choix mis en œuvre dans la pratique épigraphique, choix qui échappent en grande partie à toute tentative de périodisation. L’écriture sur l’objet est à l’interface entre le public et la relique ; l’inscription-reliquaire constitue donc une limite puisqu’elle sépare de la relique proprement dite tout en médiatisant la rencontre avec la relique.

Dans la présentation de Javier de Santiago (Université Complutense Madrid), les aspects paléographiques sont mis à l’épreuve d’une lecture chronologique sur le temps long du Moyen Âge pour signaler les limites d’une approche évolutionniste de l’écriture. Si les changements dans l’écriture au cours du temps sont une évidence, il est en revanche très difficile de les identifier strictement en « type » ou « modèle », et on assiste souvent à des chevauchements, propres à la notion de seuil. Javier de Santiago signale ainsi la continuité de l’écriture entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge, comme s’il s’agissait d’une même écriture. En s’inspirant des travaux de Jean Mallon, il propose une approche « naturelle » des questions graphiques, le ductus façonnant peu à peu des formes, entre canonisation et spontanéité. Une telle appréhension, si elle place bien le geste du lapicide au cœur de la réflexion, entrave fortement notre capacité à décrire les formes graphiques de façon objective, sans recourir au style.

C’est la même chose, dans le domaine du genre littéraire et non de la paléographie, que l’on observe dans la présentation de Daniel Rico (Université autonome Barcelone) consacrée à l’apparition et à l’évolution de la poésie monumentale. Si on peut dater son apparition avec le distique de l’arc de Constantin à Rome (324-337), il est en revanche plus difficile de suivre l’évolution de cette véritable nouveauté. Elle est probablement liée au développement de l’architecture chrétienne et à la mise en place de « pèlerinages épigraphiques » jusqu’au VIIIe siècle, le siècle obscur de l’épigraphie. On assiste alors à une rupture dans ce domaine alors que les inscriptions de cette même période témoignent de grandes innovations sous d’autres aspects (paléographie, monumentalisation, préciosité). Le contexte explique ; le contexte influence ; le contexte bouleverse ; le contexte ne semble en revanche pas suffisant pour comprendre l’ensemble des évolutions épigraphiques qui semblent animées d’une vie propre dès lors qu’elles sont le fait d’un geste unique.

Pour la fin du Moyen Âge, Julie Marquer (Université Lyon I) observe des phénomènes identiques pour les inscriptions en caractères arabes réalisées sous domination chrétienne. Comment expliquer le caractère tardif ou « singulier » des inscriptions ? Comment l’inscription s’insère-t-elle dans une norme ou une mode ? Comment se distingue-t-elle de son environnement graphique ? L’archaïsme et la nouveauté sont-elles des catégories opératoires pour expliquer la diversité des formes épigraphiques ? Les exemples analysés par Julie Marquer témoignent surtout d’une grande porosité culturelle et sociale des phénomènes graphiques, de contamination entre des documentations a priori distinctes, de dynamiques propres à chacune d’entre elles… Autant d’éléments qui, après une étude minutieuse de chacun des objets épigraphiques, sans présupposer de leur appartenance à une tendance particulière, nuancent l’établissement de chronologies, absolues ou relatives, par comparaison ou analogie à partir d’exemples limités ou d’échantillons.

Poitiers, La Grande Vacherie. Inscription rappelant la construction d’un mur de clôture (1332).

Dans sa présentation, Vincent Debiais (CNRS-CESCM) envisage cette empreinte du temps dans la pratique de la notice et dans les conditions particulières de la constitution des corpora épigraphiques. Ces réflexions sur les limites chronologiques dans le cadre de la pratique de l’édition et du traitement de l’information dans la production scientifique interrogent en réalité la pertinence de l’inscription au titre de « preuve » ou « argument » dans la démonstration historique d’une part, et la représentativité des inscriptions datées dans l’établissement d’un discours général sur la documentation épigraphique d’autre part. Comme dans toute pratique de l’histoire, la mention d’une date « engage », au sens premier de « mettre en gage », le discours – elle en détermine la validité intrinsèque ou sa possibilité d’être repris par d’autres. La date d’une inscription fait histoire. Dès lors, chaque mention de datation est un défi scientifique qui dit autant de la méthode que de la connaissance produite. La pratique de la datation, si elle est nécessaire, doit en tous les cas être guidée par la prudence, la mesure et par la pleine conscience de ce qu’elle va produire sur le reste de la production historique. Et elle doit toujours conduire à s’interroger sur ce que l’on date réellement et sur le processus même qui conduit à assimiler un objet inscrit et un « moment ». On se trouve toujours confronté à cette contradiction apparente d’attribuer une instantanéité, une fulgurance à quelque chose qu’on est en réalité incapable de saisir complètement dans son rapport au temps. Et c’est là une véritable limite de l’exercice de datation qui, par souci de scientificité, produit un décalage entre un objet, le fait auquel il se rapporte et la capacité du chercheur à le placer dans une chronologie.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) prolonge ces réflexions dans le cas concret du Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de sa déclinaison numérique TITULUS. Elle rappelle que les limites chronologiques des différents corpora reposent sur un mélange d’évidences documentaires (la cohérence de l’écriture minuscule gothique, par exemple) et d’arbitraires, souvent implicites (la « réforme carolingienne » comme commencement du corpus des inscriptions médiévales en France). L’épigraphie médiévale naît par analogie ou emprunt à l’épigraphie antique et les moyens de la datation, sa dynamique même, et les principes auxquels elle obéit héritent de ces usages, alors qu’on postule une différence de nature entre les inscriptions antiques et médiévales, et entre les disciplines chargées de leur étude. L’un des moyens proposés par Estelle Ingrand-Varenne pour sortir de cette impasse méthodologique est de « penser le texte » plutôt que l’inscription afin de ne pas couper l’objet de ce qui le précède ni de ce qui le suit. Le projet ouvert TITULUS, en permettant une édition enrichie des textes, devrait apporter des solutions ecdotiques pour saisir la documentation sur la longue durée.

Le débat qui clôt cette première journée souligne que penser le temps, c’est penser l’anachronisme, à commencer par l’anachronisme de nos démarches. Appréhender la documentation épigraphique entre Antiquité tardive et Renaissance devrait nous inviter à retourner à l’inscription et à la penser pour elle-même, dans une affirmation conjointe de l’érudition et de l’anthropologie historique. Rendez-vous est pris pour le 13 avril pour aborder les limites matérielles de l’écriture épigraphique lors de la deuxième journée d’étude du programme LIMITS.

Compte rendu de la première journée d’étude du programme LIMITS (Madrid, 25 octobre 2017) établi par Vincent Debiais et Morgane Uberti.

Premier workshop du programme MEDNAME (Utrecht, 6-7 avril 2017)

Les 6-7 avril prochain se tiendra à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) le premier atelier de travail du programme MEDNAME consacré à l’étude du nom dans la culture écrite médiévale. Ce programme bilatéral entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht (PHC Van Gogh 2017) entend favoriser les échanges scientifiques entre les deux institutions et produire les conditions administratives et intellectuelles pour l’élaboration d’un programme plus ambitieux dans les années à venir.

La coopération menée entre le CESCM de Poitiers et l’Université d’Utrecht dans le cadre du programme « MEDNAME – l’écriture publique du nom dans la culture médiévale » a pour objet l’usage du nom et de son écriture en dehors du monde manuscrit au Moyen Âge. Question fondamentale de l’anthropologie historique et phénomène identitaire par excellence dans les sociétés pré-typographiques, l’écriture du nom et sa dimension sociale sont encore largement à étudier. MEDNAME se déroulera en trois temps : travail préparatoire, bibliographique et problématiques (à distance) ; réunions à Poitiers, à Utrecht et sur le terrain pour élaborer la connaissance sur cette thématique (ateliers de travail présentiel) ; rédaction/publication de la synthèse et mise au point des perspectives de recherches (à distance).

Afin de circonscrire cette vaste question du nom, le projet Van Gogh 2017 cherchera à faire émerger ces nouvelles problématiques. Qu’est-ce qu’un nom, d’un point de vue graphique ? Pourquoi écrire son nom en dehors du manuscrit ? Qu’est-ce que nommer au Moyen Âge ? Le geste du nom est-t-il différent des autres gestes d’écriture ? En interrogeant le lien entre le statut du nom et l’action de le produire par écrit, le projet entend formuler des pistes de recherche autour de la culture de l’individu au Moyen Âge et de ses traductions graphiques et/ou visuels, dépassant les clivages traditionnels entre culture lettrée et illettrisme, culture écrite et oralité, performativité et symbolisme, pour déterminer les raisons qui ont poussé les hommes et les femmes du Moyen Âge à investir par l’écriture de leur nom leur environnement monumental et matériel. Il s’appuiera sur les études d’onomastique et de prosopographie déjà élaborées pour le Moyen Âge en proposant de nouvelles approches par l’exploitation d’une documentation encore largement délaissée par ces disciplines.

Dans le détail, les travaux menés dans le cadre du programme MEDNAME ont pour objet : l’élaboration d’un état de l’art sur ces questions et leurs implications historiques sur le temps long ; l’établissement d’une liste actualisée de problématiques à ce sujet et des zones d’ombre encore en attente de recherche ; le rassemblement d’un corpus de textes et d’objets susceptibles d’éclairer ces questions pour le Moyen Âge ; leur analyse dans le cadre de sessions collectives de travail, sur le terrain, en réunion et à distance ; la confrontation des résultats aux données de terrain lors d’une session in situ dans deux monuments médiévaux comportant des manifestations écrites de noms de personnes ; la rédaction par l’équipe française et néerlandaise d’un travail de synthèse sur la question de l’écriture du nom au Moyen Âge et sa publication en ligne.

Le premier workshop se tiendra à l’Université d’Utrecht les 6-7 avril prochain sous le titre « Names in Sacred Spaces: an Introduction ».

Marco Mostert (Utrecht University), Introduction

Els Rose (Utrecht University), « Names in the liturgical practice of Merovingian Gaul »

Cécile Treffort (University of Poitiers), « Le nom des défunts dans les épitaphes: remarques, questions et perspectives de recherche »

Jelle Visser (Utrecht University), « What’s in a name? Thiofrid of Echternach about the grace and power of saints’ names »

Elisa Pallottini (Utrecht University), « Names and (instead of?) relics: the material evidence »

Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), « A singular layout: name breakdown in medieval graphic practices »

Émilie Mineo (University of Poitiers), « Signing one’s own name. Review of literature on signature in medieval art and records »

Round table

Les résultats de cette première rencontre seront publiés sur le carnet EPIMED mi-avril. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Par-delà les frontières : Les inscriptions comme témoins des échanges culturels (Düsseldorf, 12-14 octobre)

Le 14e colloque international d’épigraphie médiévale et moderne, organisé par les académies allemandes, s’est tenu à Düsseldorf les 12, 13 et 14 octobre sur le thème : « Par-delà les frontières : les inscriptions comme témoins des échanges culturels », réunissant une cinquantaine d’épigraphistes allemands, autrichiens, suisses, polonais, slovaques, tchèques et français.

Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik
Congrès de Düsseldorf. AWK – Muchnik

Les phénomènes de transferts et d’assimilation des techniques et des productions culturelles sont au centre des intérêts historiques depuis de nombreuses années. L’épigraphie, par les inscriptions médiévales et modernes, est elle aussi confrontée aux processus et résultats des échanges culturels. Les textes sur les édifices, les monuments funéraires, les cloches, les vitraux, les objets des trésors et à usage religieux, mais aussi ceux du quotidien sont les témoins de ce dépassement des frontières qu’elles soient géographiques, territoriales, linguistiques, culturelles ou confessionnelles. En quoi les inscriptions témoignent-elles et sont-elles mêmes actrices des migrations, du commerce international, des pèlerinages, des transferts de culture et de langue, ou encore du plaisir de l’étranger à travers les pseudo-écritures, notamment entre Orient et Occident ? C’est à ces questions que le congrès a tenté de répondre.

Ce colloque fut aussi l’occasion de faire le point sur l’avancement de l’entreprise éditoriale des inscriptions à l’échelle européenne. Si la France va bientôt compter 26 volumes et couvrir 66 départements et 8 régions (c’est-à-dire les trois quart du territoire français), les Deutsche Inschriften approchent la centaine de volumes, avec l’installation d’une nouvelle filiale de recherche à Dresde pour couvrir la Saxe, qui fait partie de l’Académie des sciences saxonne. Il faut enfin saluer la naissance d’un nouveau corpus : celui de La Slovaquie, avec une documentation latine et allemande, essentiellement des XIVe-XVIe siècles paru en 2016, après la publication d’un manuel, Latinska epigrafia, édité en 2014.

Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik
Collection épigraphique allemande. AWK – Muchnik

 

(Merci à Sonja Hermann pour le compte rendu et à Harald Drös pour les caricatures croquées au fil du colloque)

Enno Bünz, Leipzig : Un Moyen Age sans frontières? Observations et réflexions

En introduction au thème du congrès, E. Bünz a rappelé que c’est depuis la chute du mur de Berlin en 1989 que les frontières sont devenues sujet de la recherche des historiens. Différents genres et formes de « frontière » sont égrainés :

Dessin de Harald Drös
Dessin de Harald Drös

ligne de frontière vs. région de frontière, frontières des droits, des biens, des langues, des douanes, des territoires etc., mais aussi frontières ecclésiastiques, qui sont en fait aussi des frontières de droits. La frontière entre deux paroisses par exemple détermine qui a droit à la dîme. L’exemple des voyageurs qui traversent des territoires, mais n’évoquent pas des frontières, illustre l’existence des frontières invisibles.

Teresa Schröder-Stapper, Duisburg : Le mot de Dieu – Inscriptions communales comme pratique de la connaissance dans les temps de la Réforme et du confessionnalisme

T. Schröder-Strapper, Duisburg-Essen, présente son projet d’habilitation sur les inscriptions dans l’espace de la ville au début des temps modernes, quand la Réforme et le confessionnalisme trouvent leurs reflets dans les inscriptions. Elle positionne ses recherches dans le paradigme du spatial turn. Son étude est basée sur les corpora d’inscriptions des villes de Hildesheim et Braunschweig, publiés dans les Deutsche Inschriften. Elle montre comment catholiques et protestants utilisent les donations (par exemple un jubé et des fonts baptismaux) et leurs inscriptions pour propager leurs propres confessions. Par contre, curieusement, on n’en trouve pas dans les inscriptions des maisons ; ce sont ici des sujets humanistes et des lamentations générales sur les injustices des temps.

 Wolfgang Haubrichs, Saarbrücken : Rois, notaires, noblesse et un mercenaire. Aspects onomastiques de la migration et l’identité d’une gens dans les inscriptions lombardes des 6e-7e siècles

Quand les Lombards ont immigré en Italie en 568, ils ont, suivant l’exemple romain, réalisé des inscriptions funéraires. Par la conservation des formes des noms germaniques (notamment le renoncement à la terminaison latine -us), on constate, au moins pour la noblesse, qu’il ne s’agissait pas d’une romanisation subite. W. Haubrichs montre trois exemples de la persistance des noms germaniques. Le roi Cunincpert († 700) préservait son nom (qui vient de Cunibert mais évoque avec le n le mot germanique « cuninc » pour roi) pour la mémoire de sa famille (sa fille s’appelait Cuningberga). On a trouvé plusieurs bagues à cachet avec des noms germaniques et l’illustration d’un homme avec la raie au milieu et une longue barbe, qui font référence à la légende qu’on trouve chez Paul Diacre concernant le nom « lombard » « Langobardes ». Le troisième exemple concerne la carrière militaire de Droctulf(us, -on, avec des orthographes différentes), qui se reflète dans les variations du nom : d’origine allemande, il fait partie des troupes lombardes et devient un général byzantin.

Rudolf Simek, Bonn : Magie latine des runes ? Aspects interculturels dans les inscriptions chrétiennes de conjuration en runes du Moyen Âge

Simek donne d’abord une introduction générale sur les différents alphabets des runes, alphabet utilisé pour écrire certaines langues à partir du Ier siècle jusqu’au Moyen Âge tardif par des peuples germaniques. Il signale l’utilisation douteuse dans le spectre du nazisme et de l’ésotérisme. Sont ensuite présentés quelques exemples d’inscriptions magiques, c’est-à-dire des inscriptions de caractère conjuratif. Ces inscriptions se trouvent par exemple sur des amulettes (en plomb) et sur une calotte (avec une conjuration contre les maux de tête). Il y a différentes sortes de formules magiques en runes, telles que la rangée des lettres de l’alphabet, les formules « khorda » et « agla » et le carrée de « sator ». Comme beaucoup d’autres exemples d’inscriptions conjuratoires en runes, les deux dernières formules se trouvent aussi transcrites en lettres latines. Sur le plan linguistique, c’est le latin qui domine les inscriptions conjuratoires en runes, et non les langues germaniques.

Forum : Les perspectives de la recherche épigraphique en Europe : La France, la Slovaquie et la Pologne

Les responsables des entreprises épigraphiques en France (Cécile Treffort, Poitiers), en Slovaquie (Juraj Šedivý, Bratislava) et en Pologne (Joachim Zdrenka, Zielona Góra) présentent leurs projets d’édition et montrent des possibilités (et aussi des nécessités et des limites) de coopération entre les projets nationaux.

Dessin de Harald Drös
  1. C. Treffort montre que les travaux du corpus français vont bientôt atteindre le Nord et le Nord-Est de la France et qu’il devient nécessaire de trouver encore d’autres points de référence en plus des inscriptions du Sud et de l’Ouest de la France, déjà éditées dans les volumes du CIFM. Comme contribution au thème du colloque, elle présente plusieurs exemples d’inscriptions qui démontrent le transfert culturel, que ce soit par le texte (une inscription occitane en Nubie), le matériau (de l’ardoise venant de la région autour d’Angers utilisé pour l’épitaphe d’Ada, comtesse de Poitou, à Poitiers, mais dont la famille était basée dans la région d’Angers) ou les hommes (les épitaphes qui suivent les parcours des hommes, tel ce marchand d’Issoire mort à Montpellier).
  2. J. Šedivý présente le Corpus inscriptionum Slovaciae, qui recense la documentation épigraphique jusqu’en 1800, et publie les inscriptions jusqu’à 1650. Ensuite, il analyse les inscriptions allemandes en Slovaquie, surtout à partir du XVe siècle et localisées autour de Bratislava et dans la région Spiš et une génération plus tard autour de Kremnica, au centre de la Slovaquie, trois régions avec une importante population allemande. Il constate que ce sont les inscriptions des régions voisines germanophones qui influencent fortement les inscriptions dans ces régions, p. ex. des artisans autrichiens, surtout de Vienne, travaillant pour des clients à Bratislava, et des influences de la Silésie pour la Spiš. Ce processus trouve son reflet une génération plus tard autour de Kremnica.
  3. J. Zdrenka explique que les épigraphistes polonais traitent des inscriptions non pas seulement latines et polonaises, mais aussi allemandes et russes, et signale que ce seraient surtout les inscriptions modernes à partir du XVIIe siècle qui se prêtent à la comparaison avec les inscriptions dans la sphère des Deutschen Inschriften.

Le forum a été animé par Cornelia Neustadt, Dresden, et Clemens M. M. Bayer, Liège/Bonn.

Andrea Stieldorf : Des objets inconnus? L’Europe médiéval et son rapport avec des civilisations étrangères

A. Stieldorf évoque les diverses formes de contact entre l’Europe médiévale et l’étranger comme les voyageurs savants, les commerçants, les pèlerins, mais aussi les contacts dus aux guerres et à partir du xiie siècle par les croisades, et elle traite ainsi des voies par lesquelles les objets étrangers sont venus en l’Europe. Le contact avec ces objets peut se présenter sous des formes diverses : l’appropriation et l’usage modifié, mais aussi le rejet et la non-réception. Cette dernière concerne par exemple les sabres, qui ont été importés en Europe à plusieurs reprises par les contacts avec les peuples turcs. Comme butin, ils restaient dans les trésors des souverains sans qu’on se les approprie. De l’autre côté, on a facilement adapté les aquamaniles et on a même fait évoluer les formes pour mieux correspondre au goût courtois. L’appropriation peut se faire aussi par la modification de l’utilisation d’un objet : des vases des matériaux rares comme l’ivoire ou le cristal de roche ont souvent été transformé en reliquaires. C’est sur la société qui s’approprie ou rejette des objets étrangers qu’on peut tirer des conclusions par la considération des transferts des objets.

awk_119
AWK – Muchnik

 Dr. Tanja Kohwagner-Nikolai, Bamberg : L’influence de l’étranger: les inscriptions textiles des vêtements impériales de Bamberg

L’ensemble des vêtements impériaux du trésor de la cathédrale de Bamberg est traditionnellement identifié comme une donation de l’empereur Henry II et de sa femme Kunigunde, les fondateurs de l’évêché en 1007. Toutefois, cette identification ne se base sur la tradition écrite que depuis le XIIe siècle, seulement le « Sternenmantel » porte des inscriptions concernant la donation et le maître d’ouvrage, et elles se contredisent en parties. Les vêtements ont été restaurés fortement au XVe et au XIXe siècle, ce qui rend l’analyse encore plus difficile. Il est même possible qu’on ait joint deux vêtements pour faire un manteau. Des détails de l’écriture et de l’ornement montrent une influence des lettres grecques et des rapports avec l’Italie du Sud, ce qui rend la localisation traditionnelle, l’Allemagne du Sud, difficile à soutenir.

Dr. Margaretha Boockmann, Budapest : Inscriptions en hébreu sur les tableaux de la période gothique tardive

Dans des nombreux tableaux du Moyen Âge tardif se trouvent des inscriptions en hébreu ou en pseudo-hébreu. Il s’agit d’inscriptions sur vêtements (sur les bords et les coiffes) ou sur des objets comme le titulus de la croix, le décalogue sur une table gravée, des vases, livres, les rouleaux etc.

h-dros-pseudo-ecriture
Dessin de Harald Drös.

L’écriture peut être utilisée comme décoration et montrer ainsi le nouvel intérêt pour l’écriture, ou comme un « vrai texte » dans les livres et les tables avec le décalogue par exemple, même si en réalité, il ne s’agit pas du véritable texte, mais souvent de n’importe quel texte en hébreu ou même en pseudo-hébreu. L’intention peut être la représentation du sujet dans son environnement juif, comme l’enfance de Jésus avec sa mère Marie ; ou dans la diffamation des juifs comme les persécuteurs du Christ et des Christs, comme pour les scènes de la crucifixion, où même les bourreaux romains peuvent être décorés avec des inscriptions en hébreu. C’est après la réformation que les inscriptions en hébreu ont une meilleure qualité et les inscriptions diffamatoires disparaissent.

Dr. Estelle Ingrand-Varenne, Poitiers : Les caractères pseudo-coufiques et le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges

Seul vestige de l’église Saint-Pierre-le-Puellier à Bourges, le tympan sculpté dans la seconde moitié du XIIe siècle offre une séquence narrative en cinq actes de la mort et les funérailles de la Vierge, accompagnée de cinq vers et bordée d’une écriture arabe. Ce tympan constitue l’une des plus anciennes représentations connues du transitus Mariae, par ailleurs rarement illustré dans l’art occidental. La présence de l’écriture arabe a très peu attiré l’attention. C’est tout d’abord sous l’angle de la composition poétique, épigraphique et iconographique que la présence des caractères pseudo-coufiques en bout de ligne a été analysée. De graphiques, des connexions géographiques ont été proposées : la Terre Sainte et les lieux de vie terrestre de la Vierge Marie, dont ces caractères sont une « connotation » (l’évocation du lieu étant renforcée par l’église qui occupe le centre du tympan). Enfin, la réflexion s’est élargie à l’échange entre écriture arabe et écriture latine sur le plan de l’ornementalité et l’iconicité.

Prof. Dr. Sabina Slaniĉka, Bern/Zürich : Les devises françaises et l’emblématique italienne dans les guerres italiennes : deux systèmes de signes différents et leur emploi pour repérer les manifestations de pouvoir

La devise française, signe para-héraldique, se compose de la figure, le mot et la couleur. Elle a été établie au 14è siècle, au cours de la Guerre de Cent Ans, comme moyen de différence tant que dans la guerre civile que dans la hiérarchie à la cour. Dans une sorte de horror vacui, les signes se multiplient. Les emblèmes italiens par contre viennent de l’érudition humaniste et ont pour but de représenter le souverain humaniste contre les signories despotes. S. Slanicka montre entre autres à l’exemple de Francesco Sforza et sa femme Bianca Maria Visconti, tous les deux des enfants illégitimes, l’emploi des emblèmes : Ils accumulent les signes comme pour montrer que la famille s’est stabilisée. C’est avec les armées de Charles VIII en 1494, Louis XII en 1498 et encore de François I que les mercenaires français envahissent l’Italie. Entraînées par les affrontements permanents en France, les troupes françaises se montrent plus fortes que les troupes des condottieri italiens. Mais ce n’est pas seulement la confrontation militaire, mais aussi celle des systèmes de signes qui oppose les troupes françaises et italiennes, et qui trouve son retentissement dans les sources contemporaines.

Dr. Ulrike Spengler-Reffgen, Bonn : Adler Hertz in Goet behoet – Le mariage de Düsseldorf en 1585 et l’emploi des inscriptions pour comprendre la perception que le souverain a de lui-même

Johann Wilhelm I., fils de Johann Wilhelm, duc de Julich-Cleve-Berg, s’est marié avec Jacobe de Bade, fille du comte de Bade, en 1585 à Düsseldorf. Les festivités ont durés huit jours et comprenaient des cortèges, tournois, feux d’artifices et spectacles sur le Rhin, dans un but de représentation de la cour de Julich-Cleve-Berg. Ces festivités éphémères ont été fixées par la description détaillée dans la chronique de Dietrich Graminäus, accompagnée par 37 gravures de Franz Hogenberg. Bien que les coulisses du spectacle, les cadeaux, les tapisseries etc. comportaient nombre d’inscriptions, Graminäus met l’accent sur les inscriptions qui accompagnent des panneaux avec des dessins des vertus d’un souverain. L’intention était de démontrer l’ambition politique des ducs de Julich-Cleve-Berg.

Prof. Dr. Krysztof Maciej Kowalski, Gdánsk : Les inscriptions sur des accessoires de costumes gothiques dans les villes de la Hanse. Forme, texte et fonction de l’épigraphie des costumes médiévaux

Les accessoires des costumes gothiques tels que les boucles de ceinture, les crochets, les sacs, les anneaux, les manches de couteau etc. présentent un groupe de supports d’inscriptions peu connus. Certains musées (des villes de la Hanse notamment) en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes ont conservés plus de mille de ces objets. Ils montrent la pratique d’une micro-écriture due non seulement à la taille réduite des accessoires, mais également par les textes eux-mêmes : le plus souvent de lettres isolées, des dates, des noms (Maria, Got, les noms des rois mages). Ces inscriptions sont abrégées : M. Kowalski donne l’exemple des invocations comme A[VE] M[ARIA], des prières O[RA] P[RO NOBIS] ou les noms des saints comme BAR[BARA]. Les objets eux-mêmes peuvent prendre la forme d’une lettre (le M, le D, le G) et par des jeux de conjonction et d’entrelacement former des monogrammes. L’intention de ces inscriptions est certes décorative, mais un sens votif peut également leur être attribué.

Les actes de ce colloque seront publiés au cours de 2017-2018.

EPIMED III – Écritures réservées : le bilan

Cette publication compile l’ensemble des réflexions élaborées au cours du troisième volet du programme EPIMED. Elle doit donc être considérée comme un travail collectif à verser au crédit de tous les participants à ces journées. « Prise sur le vif », nous espérons qu’elle retranscrit cependant fidèlement le contenu des communications et des débats de Madrid.

***

Après avoir abordé, dans les deux premières sessions, les raisons et les gestes de l’écriture épigraphique, la troisième session du programme EPIMED réunie à Madrid les 16 et 17 mars 2016 a porté son attention sur les « écritures réservées ». Les organisateurs avaient pris grand soin de ne pas définir ce qu’ils entendaient par « écritures réservées » pour laisser la place à l’interprétation et à la discussion bien sûr, mais surtout parce que la formulation même pose des difficultés quant aux aspects documentaires et aux moyens de leur analyse. La diversité des corpus rassemblés et des questions posées au cours de ces deux journées ont largement témoigné de ces enjeux épistémologiques.

L’interrogation sur les écritures réservées part de la rencontre de deux faits en apparence contradictoire : 1) l’intention universelle et durable des inscriptions médiévales, consolidée par une importante bibliographie (la « publicité » de Robert Favreau ; l’« écriture exposée » d’Armando Petrucci ; la « communication » de Vicente García Lobo) qui a fait de la documentation épigraphique l’un des moyens privilégiés de la transmission de l’information au Moyen Âge ; 2) le caractère public restreint ou inexistant d’un grand nombre d’inscriptions qui, malgré leur réalisation matérielle durable, parfois monumentale, ne peuvent assurer une publicité à grande échelle des informations qu’elles véhiculent. La conférence inaugurale de Paul Bertrand a montré que ce paradoxe concerne en réalité l’ensemble des pratiques graphiques médiévales : écrire et ne pas être lu… Dans la perspective des changements dans les pratiques de l’écrit à partir de 1200, beaucoup de documents ont été posés sur parchemin sans penser à leur lecture.

Pour résoudre cette contradiction apparente, et pour poser la question de la « publicité » dans des termes adéquats, comme nous y a invité Paul Bertrand, il faut mettre en accord les données documentaires avec une conception médiévale de la communication, et en particulier avec ce que le Moyen Âge a dit de la capacité de l’écriture à transmettre une information, et des moyens qu’elle mobilise pour cela. Ce sont les aspects qu’a particulièrement développés Benoît Grévin dans sa communication en  s’attachant à la notion de « voilement » et aux réflexions des rhéteurs sur les enjeux métaphoriques de l’inscription. Javier Martínez de Aguirre a, pour un tout autre ensemble documentaire, montré comment le fait de cacher ou dissimuler un nom était en lien avec des motivations toutes aussi importantes que la publicité (la notoriété, le prestige social, les résonances liturgiques ), introduisant à l’invitation de Morgane Uberti la notion de « stratégies distinctives » empruntées à Pierre Bourdieu.

De façon générale, les communications ont montré que l’on ne pouvait ignorer, à l’heure d’envisager la publicité des inscriptions, la conception chrétienne de l’écriture qui repose sur un certain nombre de principes de la théologie non dogmatique et qui attribue à la lettre, aux mots et aux textes qu’elle compose une vertu active – c’est ce que les présentations d’Elisa Pallottini et Encarnación Martín López sur les inventaires et authentiques de reliques ont montré avec force. L’écriture contient ainsi, en sa forme, ce qu’elle désigne, indépendamment de toute forme de lecture. Le sens réside davantage dans le geste qui trace les lettres et dans son résultat que dans la perception du texte par un lecteur potentiel. Les inscriptions en caractères coufiques insérées dans le décor des édifices mudéjars et étudiés par Susana Calvo Capilla et Juan Carlos Ruiz Souza, illisibles sans doute, mais stratégiquement placées et mises en scène, relativisent la nécessité de la lecture de leur contenu, et placent l’intention de leurs commanditaires en dehors de la communication publicitaire. En réponse à l’ensemble de ces remarques, Isabel Velázquez Soriano rappelle que « les formes de l’écriture ne peuvent pas être condition de l’existence de l’écriture épigraphique. En d’autres termes, dans la définition de l’épigraphie, c’est le geste épigraphique qui compte, soit l’intention de l’émetteur ». Les Carmina latina epigraphica constituant une preuve du fait que le caractère épigraphique d’un texte ne saurait résider exclusivement dans sa forme matérielle.

Par ailleurs, plusieurs communications sont revenues sur le fait que la lecture médiévale n’est pas uniforme et qu’on peut accéder aux textes selon différentes manières de lire, de la lecture experte à la lecture pragmatique. Les mécanismes de lecture dépendent autant de la mémoire (et de la capacité à reconnaître la forme des lettres et des mots en nombre limités) que de la mécanique vision-encodage phonétique-décodage sémantique-interprétation à l’œuvre dans la lecture experte. La répétition des motifs dans les inscriptions arabes en lien avec la prière, l’iconicité des formes graphiques et la répétition des formules épigraphiques qui circulent d’un texte à l’autre doivent être prises en compte au moment de mesurer la familiarité du public avec un texte que la critique contemporaine perçoit comme ardu ou difficilement lisible. Dès lors, une part importante du sens de l’inscription (et du texte en général) peut reposer sur la dimension visuelle du texte, sur l’iconicité de l’écriture, sur la forme de l’objet inscrit – l’écriture devenant même, pour Adam Lajtar, un matériau susceptible « d’envelopper le défunt ». Son repérage et l’impression visuelle générale, l’empreinte du contexte permettent un accès, limité certes, mais réel au sens de l’inscription qui agit davantage en tant que signe ou signal qu’en tant que composition textuelle. Les exemples monumentaux évoqués par Daniel Rico Camps instituent ainsi avant tout la présence de l’écriture dans un contexte particulier, présence susceptible de déclencher une réponse chez les lecteurs les moins familiers avec l’écriture.

En analysant des exemples nubiens exceptionnels, dissimulés à la vue de tous, Adam Lajtar a parfaitement montré qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, la publicité n’est pas absolue dans son résultat – elle n’est que potentiellement efficace ; la rencontre du texte et de sa cible dépend de circonstances et de conditions ad hoc que les moyens de mise en œuvre et d’exposition cherchent à atteindre (ou pas) mais qui échappent, dans la réception, à l’émetteur du message. Le lecteur est seul face au texte et la communication épigraphique peut réussir ou échouer. La publicité est donc relative et dépend d’un certain nombre de variables qui peuvent transformer l’écriture exposée en écriture réservée. Dans tous les cas, les deux journées de travaux ont montré que la publicité est une intention qui ne peut se mesurer que dans les moyens mis en œuvre dans l’inscription elle-même et qu’il est, partant, très difficile d’établir un « public » ou un « lectorat ». Elles ont aussi souligné combien la publicité universelle était rare. Dans les exemples évoqués par Esther Sánchez-Medina, la langue, le style, la graphie et l’emplacement impliquent un choix dans le public, une sélection de la cible. Faut-il pour autant lire cela comme un échec du processus de communication ? Sans doute pas, et il faut davantage voir cette sélection comme une mise en adéquation du texte et de son public. L’écriture réservée n’est donc plus une limite, mais un garant du succès de la communication. Et c’est sans doute pourquoi les exemples romains décrits par Carles Mancho sont aussi élaborés dans leur forme : ils cherchent avant tout à répondre aux ambitions de la communication de prestige mise en place par l’institution papale, quitte à exclure une grande partie des fidèles de la diffusion du message.

À partir du moment où on a relativisé ainsi, deux jours durant, la dimension publicitaire, on a rapproché l’inscription des autres formes écrites médiévales. La dimension publicitaire, communicative et commémorative, que l’on attribue parfois exclusivement à tort aux inscriptions, concerne en réalité l’écriture médiévale, quels que soient le support, la graphie et le contenu. Manuel Salamanca López a démontré à partir d’exemples manuscrits de la fin du Moyen Âge la même « volonté épigraphique » de certaines pratiques. Thierry Grégor a quant à lui analysé les gestes et les techniques qui pouvaient conduire, malgré l’aspect ostentatoire de certains supports, à réserver l’écriture épigraphique, ou bien dans l’objet produit, ou bien dans le message inscrit.

76_00017191

In fine, de grandes questions transversales sont revenues dans l’ensemble des communications, et elles ont été relevées dans les conclusions de Fermín Miranda García. « Écritures réservées » peut-être, mais par qui ? Est-ce que la décision de ne pas diffuser à tous l’écriture peut être identifiée ? Est-ce qu’elle s’incarne dans une personne, dans une institution ? Est-ce qu’il faut être en charge d’une autorité ou d’un office pour réserver l’écriture ? Est-ce que les questions techniques entrent en jeu au point d’empêcher la diffusion d’un message ? En mettant en perspective ces enjeux avec les problématiques de contrôle et de pouvoir, Paul Bertrand, Manuel Salamanca López et Esther Sánchez-Medina ont identifié, dans le circuit de la production écriture, des tournants, des moments charnières durant lesquels des choix sont effectués pour augmenter, réduire ou empêcher cette réserve. Autre salve de questions posées à la documentation épigraphique : « Écritures réservées » certes, mais à qui ? Est-il question de réglementation, de prérogatives, de hiérarchie dans la réserve ? Qui devient destinataire d’une écriture réservée ? Doit-on passer par la définition préalable, réfléchie et motivée d’un lectorat ? Une telle sociologie de la communication doit alors être analysée dans les moyens mis en œuvre pour réserver l’écriture : moyens graphiques, visuels et linguistiques dans un premier temps, permettant de rendre un texte invisible, illisible ou incompréhensible ; moyens topographiques ensuite, et leur corollaire dans le contrôle des circonstances d’accès au texte. Comme l’a montré la conférence d’Elisa Pallottini à partir des authentiques de relique, la communication épigraphique en vient à programmer une ritualisation (au sens anthropologique) des conditions de la lecture et de la perception, et les espaces d’exposition deviennent une scène pour une pratique sociale de la lecture (Juan Carlos Ruiz Souza). Enfin, les communications ont donné l’occasion de s’interroger sur les raisons d’être de l’écriture réservée : quels sont les intentions et effets d’une communication relative ? Face à l’impossibilité de répondre avec certitude à cette question, on a cherché, en particulier avec les communications d’Estelle Ingrand-Varenne et de Daniel Rico Camps, à comprendre le scénario de la réserve de l’écriture épigraphique : altération, modification, effacement, disparition, destruction, déplacement. Exposer maintenant, c’est souvent réserver plus tard. L’écriture épigraphique, et l’écriture en général, est toujours à l’interface entre instant et durée, entre permanence et fugacité. Le lectorat lui-même est un groupe social mouvant, qui change dans ses définitions.

***

st-benoit-2-nbCes journées ont donc ajouté de nouvelles questions à la liste déjà conséquente des interrogations du programme EPIMED. Elles ont en revanche opéré un renversement majeur du questionnement épigraphique. Il ne s’agit plus désormais de partir d’une publicité universelle et supposément inhérente à la documentation épigraphique, mais d’essayer de mesurer sa réalité à partir des objets eux-mêmes au sein de différents environnements culturels. Si l’on a cité, à de nombreuses reprises au cours de ces deux journées, le nom des pères fondateurs de la discipline épigraphique, on a surtout cherché à mettre en perspective leurs intuitions et leurs enseignements avec les acquis de la recherche récente sur la culture écrite médiévale et avec les nouvelles pièces versées aux grandes collections épigraphiques européennes. À l’issue de ces journées, une question demeure, et fascine toujours autant qu’elle irrite les épigraphistes : pourquoi diantre réaliser une inscription qui invite à la prière dans un endroit inaccessible, dans une graphie illisible et dans une langue que personne ne connaît ? Les contributions de tous les participants et la qualité des débats énergiques du programme EPIMED permet désormais au moins de poser cette question dans des termes en accord avec la réalité de la documentation médiévale.

Journée d’étude « Inscriptions et reliquaires » – CESCM, 3 juin 2016

Nous reproduisons sur le Carnet du projet EPIMED le billet paru sur le Carnet du CESCM annonçant la tenue d’une journée d’étude à Poitiers sur le thème « Inscriptions et reliquaires ».

En 1997, Jean Michaud proposait une communication sur les consécrations d’autel au grand colloque de Boulogne-sur-Mer dédié au culte des reliques, et offrait des pistes de recherche sur la question des liens entre écriture épigraphique et mise en scène des corps saints.

Près de vingt ans après cette conférence, l’étude des reliquaires, de leur forme, de leur décor, de leur fonction, a considérablement progressé, notamment sous l’impulsion du material turn en histoire de l’art, et de l’étude du corps et de la corporalité au Moyen Âge. Cependant, l’intérêt pour les inscriptions que portent très souvent les châsses et les reliquaires reste encore limité, alors qu’elles sont partie intégrante des moyens visuels déployés dans le matériau pour mettre en scène le saint et sa virtus. Les inscriptions sur les reliquaires manifestent par l’écriture ce que contient l’objet ; entre authentification des restes saints, commémoration du commanditaire de l’objet et invitation à la prière des fidèles, elles dévoilent et manifestent ce qui est soustrait à la vue et au toucher.

Lors de cette journée d’étude organisée par Vincent Debiais et Elisa Pallottini, il s’agira de poser à ces inscriptions de nouvelles questions à la lumière des recherches récentes sur les reliquaires, en se concentrant notamment : 1) sur les propriétés empiriques de l’écriture et son interaction avec le matériau ; 2) sur la relation entre la capacité de l’écriture à signifier et la capacité de la virtus à agir ; 3) sur les liens éventuels entre le contenu des inscriptions et la présence des saints dans la liturgie ; 4) sur les connexions entre les inscriptions sur reliquaires et les textes inscrits sur les objets liturgiques.

Cette journée d’étude s’étendra sur une « longue journée » ; elle alternera les études de cas et les réflexions générales sur les liens entre écriture et sacralité.

Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).
Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).

Programme

9h – Accueil des participants

9h30 – Vincent Debiais (CNRS-CESCM) : Les inscriptions, une écriture à la croisée des matières (en guise d’introduction)

10h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) : Les questions et enjeux ecdotiques des inscriptions sur objet

10h45 – Janneke Raaijmakers (Université d’Utrecht) : Hagiography versus epigraphy? A different perspective on saints’ cults or not.

11h30 – Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) : Les reliquaires, les reliques et leurs inscriptions

12h15 – Déjeuner

14h – Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Intus et foris

14h45 – Delphine Boyer-Gardner : Autour des corps de saints évêques du haut Moyen Âge : inscriptions au contact et inscriptions à distance.

15h30 – Pause

15h45 – Edward Schoolman (Université de Reno) : Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul

16h30 – Discussions et conclusions

Afin de nourrir les discussions et d’apporter des éclairages originaux sur ces questions, les organisateurs ont également invités des collègues à réagir pendant les échanges et les débats : Éric Palazzo (Université de Poitiers-IUF), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Teemu Immonen (Université de Turku), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Morgane Uberti, Marika Rasanen (Université de Turku).


Lieu : salle Crozet du CESCM – 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Art Reading 2016 – Sofia : l’épigraphie au cœur du visuel

Avec naïveté souvent, prétention parfois, le chercheur pense avoir fait le tour de questions spécifiques, satisfait d’avoir apporté quelques éléments de connaissance à leur sujet, épuisé par la longueur des bibliographies qui leur sont consacrées, ou plus simplement ennuyé par la fréquentation répétée (individuelle ou collective) de thèmes devenus récurrents. Parfois encore, après avoir cru mettre une problématique sous la tutelle de ses propres recherches et publications, il voit avec une certaine suffisance la tenue de rencontres scientifiques visant à explorer les mêmes domaines. De telles attitudes, qui ne sont évidemment pas le fait exclusif de la médiévistique, révèlent que même si le chercheur perçoit le caractère insaisissable d’objets historiques particuliers qui résistent à la recherche, il résiste lui-même à les remettre au pot commun des interrogations sur le Moyen Âge. Pourtant, Dieu sait que certains sujets de la médiévistique sont inépuisables ! Les relations texte/image sont de ces thématiques qu’un demi-siècle de recherche n’a pas réussi à cerner complètement, et ce malgré des avancées considérables dans la compréhension des fonctions de l’un et l’autre et de leur statut respectif dans la culture médiévale.

La rencontre qui s’est tenue les 8 et 9 avril 2016 à l’Institute of Art Studies de Sofia (Bulgarie) a montré combien il restait encore à faire à ce sujet. Réunis à l’invitation d’Emmanuel Moutafov dans le cadre du colloque intitulé Texts, Images, Inscriptions, les participants (philologues, historiens, historiens de l’art, archéologues) ont ouvert, au cours de leur présentation et des discussions nourries qui les ont suivies, de nouvelles pistes de réflexion quant au rôle de l’écriture dans le visuel, en particulier dans le contexte de l’art monumental des Balkans, et quant aux conceptions philosophiques, théologiques et aux circonstances historiques sous-jacentes (le programme est disponible au bas de cet article).

Par-delà la qualité générale des communications, il faut retenir la diversité des objets analysés (des pierres tombales aux décors peints monumentaux, en passant par le mobilier de la vie quotidienne et les manuscrits liturgiques), l’amplitude du champ chronologique retenu (des premiers siècles de notre ère au XIXe siècle), l’étendue des territoires concernés (de la Turquie actuelle au Nord de la Serbie). Une telle juxtaposition des artefacts, loin de produire un effet patchwork, ne permet pas seulement d’exposer la richesse de l’art orthodoxe ; elle permet surtout de penser les phénomènes graphiques et visuels sur le temps long, de constater leurs permanences et leurs transformations sur des territoires à l’histoire complexe.

L’étude des inscriptions a occupé une place centrale pendant ces deux jours et toutes les communications ou presque se sont appuyées sur les sources épigraphiques. Reflets des variations dialectales et linguistiques, témoins des évolutions paléographiques, sources d’histoire, les inscriptions sont un objet privilégié pour l’analyse des relations texte/image dans la mesure où elles sont, en Orient comme en Occident, omniprésentes dans les œuvres visuelles (peinture, sculpture, mosaïque…). Elles dénotent une « intention » graphique particulière, à l’articulation entre le voir et le lire. En raison de l’importance des questions soulevées dans les présentations au sujet de la méthode (recensement, critique d’authenticité, analyse paléographique) et de l’éventail des supports, des contenus, des langues et alphabets abordés, on encourage vivement les épigraphistes spécialistes de l’Europe occidentale à consulter les actes de ce colloque ; ils constateront ou feront de nouveau le constat de l’intérêt de penser les cultures écrites médiévales dans leurs spécificités certes, mais sans frontière et en diachronie.

Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) - Sofia, Alexander Nevski Museum.
Le Christ et saint Jean Baptiste (début XIVe s.) – Sofia, Alexander Nevski Museum.

Que retenir de cette nouvelle exploration ? Il faut d’abord constater que la notion de source pour penser la relation texte/image est aussi inopérante en Orient qu’elle ne l’est en Occident… L’incapacité de l’historien de l’art à identifier le texte littéraire ou liturgique à l’origine d’un motif et celle de l’historien des textes à illustrer son propos par les œuvres visuelles sont moins le reflet de l’échec heuristiques des disciplines de la médiévistique qu’une invitation à penser l’objet tel qu’il se présente – et donc, tel qu’il a été conçu – et à l’interroger indépendamment de toute certitude théorique préalable. La « source » d’une image n’est pas nécessairement un texte identifiable mais une tradition orale, d’autres images, des pratiques dévotionnelles non documentées qui engendrent des mécanismes de signification non référentiels. L’image ne renvoie souvent qu’à elle-même… Si la question de la réception est revenue, comme elle le fait toujours, dans les échanges, les présentations ont montré combien il était difficile d’envisager les relations texte/image de ce point de vue, à moins de considérer qu’il ne fait qu’élargir le champ des possibles de l’art. C’est le deuxième point à retenir : la figure de l’artiste ou du commanditaire ou, si l’on veut la dépersonnaliser, l’action créative sur le matériau dispose pour faire interagir le texte et l’image dans une œuvre de moyens illimités, y compris dans l’art très codifié de l’icône. Et c’est davantage dans le constat de la diversité des moyens et l’examen de ce qu’ils génèrent dans l’œuvre, sur le plan esthétique et sémantique, que résident les éléments de réponses quant au statut de l’un et l’autre dans la culture visuelle médiévale. Partant, il faut également retenir le corollaire de ce deuxième point, à savoir la nécessité d’étudier chaque objet comme un objet unique dans le détail de ces composantes, de les décrire, et de les poser en ce qu’elles font système. Plus que jamais, l’érudition, l’effort constant d’une approche technique rigoureuse, apparaît comme un impératif et toutes les présentations ont délibérément pris soin de passer par l’exposé minutieux du travail d’érudition fondamental, préalable à toute interprétation. Est-il superflu de rappeler l’exigence d’érudition ? Sans doute, mais l’omniprésence de la thématique texte/image pourrait avoir créé une langueur intellectuelle propice à l’impressionnisme, aux approximations, etc. Rien de tout cela à Sofia, fort heureusement ! Retenons pour terminer que les relations entre le texte et l’image ne sauraient être envisagées comme de pures phénomènes, sans leur ancrage social et ce qu’il implique dans les pratiques et la pensée. La question du « qui » a occupé les deux jours de débat. Qui peint ? Qui écrit ? Pour qui mélange-t-on l’écriture et l’image ? Qui peut lire ou voir les œuvres ainsi produites ? Acteurs et publics de l’art défient ainsi le médiéviste dans sa capacité à penser le Moyen Âge dans les hommes et les femmes qui l’ont vécu et façonné.

Peut-être est-ce aussi pour cela que des interrogations plus « contemporaines » ont été formulées à Sofia… Comment transmettre au public le produit des réflexions ? Comment témoigner du rôle sociétal des études artistiques ? Comment l’historien de l’art peut-il être acteur du monde qui l’entoure et qu’il décrit et analyse ? Les conditions humaines et scientifiques des rencontres à l’Institute of Art Studies de Sofia et l’énergie d’E. Moutafov et de son équipe sur place offrent sans aucun doute un cadre propice pour apporter quelque élément de réponses à ces questions décisives pour la pérennité des disciplines de la médiévistique et, au-delà, des sciences humaines et sociales. On ne peut dès lors que se réjouir de l’initiative de prolonger ces rencontres en 2017.

IMG_0918

Pour tout renseignement complémentaire sur le colloque de 2016 : Nevena Dimitrova (Bulgarian Academy of Sciences, Institute of Arts Studies).

programme

 

Retour sur EPIMED III

Les écritures réservées…

Nous avions décidé de ne pas discuter a priori de ce qu’il fallait entendre par « écriture réservée » dans l’annonce de la troisième rencontre du programme EPIMED qui s’est tenue à la Casa de Velázquez la semaine dernière. Il s’agissait de laisser à tous les intervenants le soin d’interpréter l’expression au gré de leur spécialité et/ou de leurs centres d’intérêt pour évoquer la publicité de l’écriture épigraphique et ses limites.

Et c’était sans doute bienvenu ! Il faut remercier tous les intervenants pour la qualité de leur intervention et leur prise de risque quant au sujet. Les communications et les échanges nourris qui les ont suivies ont guidé les pas des participants vers une remise à plat de certains grands principes de la discipline épigraphique à la faveur de l’analyse en contexte (linguistique, matériel, architectural et artistique) des inscriptions. L’intention de l’émetteur du message, les conditions techniques de sa mise en œuvre, les circonstances de sa réception et le temps long de la communication épigraphique sont revenus au centre des débats au cours de ces deux journées et invitent désormais à penser le caractère publicitaire éventuel d’une inscription à l’échelle de chaque objet épigraphique plutôt qu’à l’échelle d’une pratique par définition non homogène et circonstancielle. Partant, la figure du scripteur qui affiche, soustrait, réserve le message épigraphique se trouve investi d’une fonction particulière dans la sociologie de l’écriture, et c’est dans le geste derrière l’inscription qu’il faut chercher à établir la dimension publicitaire de la pratique « épigraphie » plutôt que dans les principes épistémologiques de la discipline « épigraphie ».

La variété des sujets et corpus abordés a posé la collaboration entre tous les spécialistes de l’écriture exposée, quelle que soit la langue, la localisation, la forme des textes, comme indispensable pour saisir les spécificités éventuelles de la communication épigraphique. De même l’épigraphie ne peut-elle pas s’isoler de l’étude des formes manuscrites de l’écriture médiévale avec lesquelles elle partage bien plus de points communs que les séparations académiques ne le laissent penser.

Cdw8PwLUUAATaN9
Inscription de Tordesillas rapportant les victoires d’Alfonso XI

 

Il reste donc beaucoup de travail à faire et la prolongation d’un programme EPIMED étendu à l’Antiquité tardive est apparue comme une nécessité scientifique. D’ici-là, conformément aux objectifs annoncés lors de l’ouverture des journées EPIMED III, l’équipe prépare un texte de synthèse sur le thème des « écritures réservées » qui sera prochainement disponible sur le carnet de recherches EPIMED et qui reprendra l’ensemble des discussions tenues à Madrid les 17 et 18 mars 2016.

En attendant cette publication, vous retrouvez le live tweet et les clichés des journées sur les comptes @vdebiais et @medieviz (#Epimed3).

EPIMED : épigraphie médiévale et au-delà

À la lecture du programme des troisièmes journées EPIMED à la Casa de Velázquez (Madrid, 17-18 mars), il est aisé de mesurer la diffusion des pratiques épigraphiques médiévales et la diversité de leurs formes. Les intervenants réunis à cette occasion aborderont des horizons chronologiques et géographiques très différents. C’est cependant la variété des points de vue qui constitue la principale originalité de cette rencontre puisqu’il s’agit moins d’aborder les inscriptions du point de vue strictement épigraphique (si tant est que l’objet permette d’ailleurs une telle approche) que de les interroger au prisme d’une réflexion globale sur la valeur communicative de l’écriture médiévale.

C’est la raison pour laquelle EPIMED III consacrera une part importante de son programme aux débats, discussions et échanges qui suivront les présentations synthétiques des intervenants.

C’est aussi pour cette raison que les deux journées commenceront par une conférence-cadre prononcée par deux chercheurs dont la spécialité se situe en dehors du champ épigraphique.

Paul Bertrand, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Catholique de Louvain, est en effet spécialiste de diplomatique et de paléographie médiévales et s’intéresse, dans le cadre de son dernier ouvrage, aux « écritures ordinaires ».28405100607730L Benoît Grévin, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, est quant à lui spécialiste de l’usage des langues au Moyen Âge et leurs rôles dans la formation des cultures médiévales.

C’est enfin pourquoi Fermín Miranda-García, maître de conférences à l’Université Autonome de Madrid, spécialiste des chroniques médiévales et de l’écriture de l’histoire au Moyen Âge, prononcera les conclusions de ces journées.

Les organisateurs du programme EPIMED espèrent que la diversité de ces approches, associée aux discussions très libres des journées, permettra « le pas de côté » nécessaire à de nouvelles interrogations sur la culture écrite du Moyen Âge, en particulier quand celle-ci s’exprime en dehors du monde manuscrit.

Live tweet (ou presque !) : @vdebiais @medievizm

EPIMED III (Madrid-CVZ, 17-18 mars 2016) : dernières informations pratiques

Périgueux, Saint-Étienne-de-la-Cité. Table pascale (©J. Michaud CESCM/CIFM)

Voici les dernières informations pratiques concernant notre prochaine rencontre EPIMED qui se tiendra à Madrid les 17 et 18 mars prochain. Le programme définitif et l’affiche de la rencontre sont disponibles au bas de ce billet.

Les journées commenceront le jeudi 17 mars à 9h30. Tous les participants aux activités de la Casa de Velázquez doivent passer par la loge (à droite, en entrant dans le bâtiment) pour laisser leur nom et signer le registre.

Les participants qui auraient éventuellement besoin d’un certificat de présence aux journées sont invités à contacter au plus vite Vincent Debiais afin de préparer les documents nécessaires.

affiche EPIMED III

feuillet programme

EPIMED III « Écritures réservées » – Le programme

Comme convenu, voici le programme définitif de l’acte III des rencontres EPIMED qui se tiendront à la Casa de Velázquez, 3 rue Paul Guinard, Madrid (Espagne).

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter Vincent Debiais.

Angers Salle synodale
Angers, salle synodale. Inscription mentionnant une fontaine (XIIe siècle). © J. Michaud CIFM/CESCM

Jeudi 17 mars

9h30-10h Ouverture

Michel Bertrand, Directeur de la Casa de Velázquez : Accueil

Vincent Debiais, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers : Introduction : écritures publiques et écritures réservées

10h-14h Exposer l’écriture, dissimuler l’écriture

Animation des discussions : Carles Mancho, Universitat de Barcelona

Paul Bertrand, Université catholique de Louvain : Écrire pour ne pas être lu. Autour du concept d’écritures exposées

María Encarnación Martín López, Universidad de León : Custos est memoria recordatio scripturae. Los inventaria de reliquias : sentido, valor, función

Elisa Pallottini, Université d’Utrecht : Absent/présent, visible/invisible

16h-19h L’écriture à l’échelle du monument

Animation des discussions : Vincent Debiais, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Javier Martínez de Aguirre, Universidad Complutense de Madrid : ¿Publicidad? Notas sobre nombres recónditos en la arquitectura medieval de Aragón y Navarra

Susana Calvo Capilla, Universidad Complutense de Madrid : Los programas epigráficos de las mezquitas: mensajes coránicos y damnatio memoriae

Juan Carlos Ruiz Souza, Universidad Complutense de Madrid : El Triunfo y su manifestación: Escritura y arquitectura civil en Castilla y Granada en la Baja Edad Media

Thierry Grégor, Université de Poitiers : Écritures réservées : aspects techniques

Vendredi 18 mars

9h-14h Questions de pouvoir

Animation des discussions : Estelle Ingrand-Varenne, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers

Benoît Grévin, CNRS/Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris : Le voilement métaphorique, entre texte, objet et image dans la pensée des XIIIe et XIVe siècles

Carles Mancho Suárez, Universitat de Barcelona : Santa Práxede (Roma): epigrafías y decoraciones en la República de San Pedro

Manuel Joaquín Salamanca López : Universidad Complutense de Madrid : Escritura y representación social en la Edad Media

Adam Lajtar, University of Warsaw : Empowering the Dead in Christian Nubia. The Texts from a Medieval Funerary Complex in Dongola

Jordi Casanovas Miró, Museu nacional d’art de Catalunya : Endotaphes et symboles cachés dans les nécropoles juives hispaniques

16h-19h Langues et supports

Animation des discussions : Cécile Treffort, Université de Poitiers

Estelle Ingrand-Varenne, CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers : Une langue réservée ? L’oscillation linguistique des inscriptions funéraires de la famille ducale de Bretagne au XIIIe siècle

Daniel Rico Camps et Isabel Velázquez Soriano, Universitat autónoma de Barcelona, Universidad Complutense de Madrid : ¿Escrito para leer o para viajar más allá del hombre?

Esther Sánchez-Medina, Universidad autónoma de Madrid : Epigrafía de papel, epigrafía de piedra: ¿idéntica o diversa?

Fermín Miranda García, Universidad autónoma de Madrid : Conclusiones

plan-acces-casa-metro

 

 

EPIMED III (Madrid, 17-18 mars 2016) : le pré-programme

La prochaine rencontre du programme EPIMED se tiendra à la Casa de Velázquez (Madrid) les 17-18 mars prochains sur le thème des écritures réservées. Sur place, tout est prêt pour accueillir les journées d’étude !

IMG_0749

IMG_0747
Madrid, Casa de Velázquez

Voici les titres des différentes interventions, avant la diffusion du programme définitif la semaine prochaine.

Vincent Debiais (CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers) – Introduction : Écritures publiques et écritures réservées

Session 1 : Exposer l’écriture, dissimuler l’écriture

Paul Bertrand (Université catholique de Louvain) – Écrire pour ne pas être lu. Autour du concept d’écritures exposées

María Encarnación Martín López (Universidad de León) – Custos est memoria recordatio scripturae. Los inventaria de reliquias : sentido, valor, función

Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) – Absent/présent, visible/invisible

Session 2 : L’écriture à l’échelle du monument

Javier Martínez de Aguirre (Universidad Complutense de Madrid) – ¿Publicidad? Notas sobre nombres recónditos en la arquitectura medieval de Aragón y Navarra

Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid) – Los programas epigráficos de las mezquitas: mensajes coránicos y damnatio memoriae

Juan Carlos Ruiz Souza (Universidad Complutense de Madrid) – El Triunfo y su manifestación: Escritura y arquitectura civil en Castilla y Granada en la Baja Edad Media

Thierry Grégor (Université de Poitiers) – Écritures réservées : aspects techniques

Session 3 : Questions de pouvoir

Benoît Grévin (CNRS/Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) – Le voilement métaphorique, entre texte, objet et image dans la pensée des XIIIe et XIVe siècles

Carles Mancho Suárez (IRCVM/Universitat de Barcelona) – Santa Práxede (Roma): epigrafías y decoraciones en la República de San Pedro

Manuel Joaquín Salamanca López (Universidad Complutense de Madrid) – Escritura y representación social en la Edad Media

Adam Lajtar (University of Warsaw) – Empowering the Dead in Christian Nubia. The Texts from a Medieval Funerary Complex in Dongola

Jordi Casanovas Miró (Museu nacional d’art de Catalunya) – Endotaphes et  symboles cachés dans les necropoles juives hispaniques.

Session 4 : Langues et supports

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers) – Une langue réservée ? L’oscillation linguistique des inscriptions funéraires de la famille ducale de Bretagne au XIIIe siècle

Daniel Rico Camps (Universitat autónoma de Barcelona) et Isabel Velázquez Soriano (Universidad Complutense de Madrid) – Leer o recordar

Esther Sánchez-Medina (Universidad autónoma de Madrid) – Epigrafía de papel, epigrafía de piedra: ¿idéntica o diversa?

Fermín Miranda García (Universidad autónoma de Madrid) – Conclusiones

10
Angers, SAD. Endotaphe provenant de Fontevraud (XIIe siècle) © J.-P. Brouard

Séminaire d’épigraphie antique et médiévale à Poitiers

Pour la dixième année consécutive, le département d’histoire de l’UFR Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers propose aux étudiants de Master 2 un séminaire conjoint d’épigraphie antique et médiévale, qui se tiendra les 10 février, 2 mars et 6 avril prochains. Il est également ouvert aux auditeurs de Master, aux doctorants, et aux collègues intéressés.

L’originalité de cet enseignement réside dans son caractère polyphonique puisqu’il fait se rencontrer et dialoguer des enseignants spécialistes de l’épigraphie grecque, romaine et médiévale autour d’une thématique commune. Les étudiants qui participent à ce séminaire sont ainsi confrontés à la diversité et à l’importance des cultures épigraphiques en Europe occidentale sur près de deux millénaires.

Le thème retenu pour cette dixième édition est « Inscriptions et Images » ; il transpose dans le domaine épigraphique l’un des thèmes récurrents depuis les années 1980 dans l’historiographie des études antiques et médiévales. Il s’agira d’explorer en trois séances les questions relatives à la rencontre du texte et de l’image dans la sculpture, la peinture et la mosaïque en analysant, sur la longue durée, le contenu, la forme et la fonction de ces textes.

Chauvigny, collégiale, rond-point. Chapiteau de la Présentation au temple (XIIe s.)
Chauvigny, collégiale, rond-point. Chapiteau de la Présentation au temple (XIIe s.)

L’équipe enseignante se compose de Delphine Ackermann et Yves Lafond pour l’histoire grecque, d’Alexandre Vincent et Nicolas Tran pour l’histoire romaine, d’Estelle Ingrand-Varenne, Vincent Debiais et Cécile Treffort pour l’histoire médiévale.

Les séances se tiendront à partir de 14h en salle Crozet à l’hôtel Berthelot (24, rue de la Chaîne à Poitiers) ; pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

EPIMED volet 3 : « Écritures réservées » – Madrid, 17-18 mars 2016

Le programme EPIMED, s’il se concentre principalement sur les inscriptions et les problématiques épigraphiques, entend interroger les objets graphiques situés aux confins des disciplines de la médiévistique et des sciences auxiliaires, afin de mettre en lumière l’étendue et la richesse des pratiques écrites médiévales. Les deux premières rencontres ont eu l’occasion d’interroger les gestes et les raisons d’écrire en dehors du monde manuscrit, et d’apporter un certain nombre de résultats quant à la variété des acteurs de l’écriture, de leurs savoir faire, quant à l’ambition des promoteurs de l’écrit, quant à la diffusion de leurs productions, etc.

Pour ce nouveau volet d’EPIMED qui se tiendra à Madrid les 17-18 mars 2016, il s’agit d’interroger les pratiques graphiques qui, par nature ou par usage, limitent, freinent ou empêchent la diffusion du contenu, l’exercice de la communication et/ou la compréhension du message écrit. Prenant le contre-pied de la notion admise de «publicité», attribuée depuis les années 1960 aux inscriptions médiévales, et avec l’objectif d’affiner ce que l’on entend par «communication», cette rencontre est pensée comme un lieu et un temps d’échange et laissera donc une place très large aux discussions – plus qu’un colloque, il s’agit véritablement d’une table ronde au cours de laquelle différents dossiers ou études de cas seront présentés très librement.

Le programme réunit des spécialistes venant d’horizons thématiques, chronologiques, linguistiques et disciplinaires très différents ; leurs regards croisés sur l’écriture réservée au Moyen Âge permettra d’aborder cette question à partir de productions écrites variées, des graffiti de la Nubie chrétienne aux archives italiennes de la fin du Moyen Âge.

Les deux journées seront introduites par deux conférences plénières prononcées par Paul Bertrand (Université Catholique de Louvain-la-Neuve) et Benoît Grévin (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris).

Liste des intervenants : Cécile Treffort (Université de Poitiers), Manuel Joaquin Salamanca López (Université Complutense de Madrid) , José María de Francisco Olmos (Université Complutense de Madrid), Elisa Pallottini (Université d’Utrecht), Javier Martínez de Aguirre (Université Complutense de Madrid), Carles Mancho Suárez (Université de Barcelone), Esther Sánchez-Medina (Université autonome de Madrid), Estelle Ingrand-Varenne (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers), Jordi Casanoves Miro (Musée national d’art catalan de Barcelone), Juan Carlos Ruiz Souza (Université Complutense de Madrid), Susana Calvo Capilla (Université Complutense de Madrid), Daniel Rico Camps (Université autonome de Barcelone), Javier Velaza (Université de Barcelone), Fermín Miranda García (Université autonome de Madrid), Adam Lajtar (Université de Varsovie), María Encarnación Martín López (Université de León).

Moissac, abbaye Saint-Pierre, cloître. Chapiteau de l'Annonce aux Bergers - Cl. Jean Michaud.
Moissac, abbaye Saint-Pierre, cloître. Chapiteau de l’Annonce aux Bergers – Cl. Jean Michaud.

Le programme définitif, avec les titres des dossiers présentés par les intervenants, sera disponible sur le carnet de recherche au début du mois de janvier. Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais.